62 pages
Français

Notre-Dame-d’Amour

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
62 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Notre-Dame-d’AmourJean Aicard1896À Mademoiselle Madeleine AicardMa bonne vieille tante,Pourquoi je vous dédie ce livre ? Parce qu’on y voit passer deux figures qui, je lesais, vous toucheront.C'est, d'abord, dans la chapelle abandonnée, la pauvre statuette de Notre-Dame-d’Amour.C'est, ensuite, la vieille mère du gardian Pastorel.... Ne trouvez-vous pas qu’elleressemble un peu à la vôtre, à ma grand’mère ? Et n’est-ce pas que, pour cela,vous aimerez mon livre ?Votre neveu dévoué,Jean Aicard.I. Notre-Dame-d’AmourII. La tardarasse guette la cailleIII. Le remords de MartégasIV. À qui le cheval ?V. Le sultan et son sérailVI. Le conseil des bêtesVII. La cocarde de ZanetteVIII. RosselineIX. Ce que Zanette ignoreX. Zanette et RosselineXI. DompteurXII. La poursuiteXIII. L’écurie de maître AugiasXIV. Notre-Dame-d’Amour, exaucez-moi !XV. La belle et la bêteXVI. Le chevalierXVII. NoblesseXVIII. Le sédenXIX. À qui le cheval ?XX. Deux bonnes âmesXXI. Le plat de lentillesXXII. ToujoursXXIII. L’amour souffle où il veutXXIV. ParjureXXV. L’abrivadeXXVI. Aux arènesXXVII. Le grand jourXXVIII. Une vendettaXXIX. Notre-Dame-d’AmourNotre-Dame-d’Amour : IZanette, c’était son nom de Jeanne, de Jeannette, comme elle le prononçait en zézayant, lorsqu’elle était toute petite. Tel il lui étaitresté. Ce qui, aussi, lui était resté, c’était sa grâce d’enfance, on ne sait quoi de tout mignon, de plus jeune qu’elle-même. Elle étaitbelle de ses beaux seize ans ...

Informations

Publié par
Nombre de lectures 72
Langue Français
Poids de l'ouvrage 5 Mo

Extrait

Notre-Dame-d’AmourJean Aicard6981À Mademoiselle Madeleine AicardMa bonne vieille tante,Pourquoi je vous dédie ce livre ? Parce qu’on y voit passer deux figures qui, je lesais, vous toucheront.C'est, d'abord, dans la chapelle abandonnée, la pauvre statuette de Notre-Dame-d’Amour.C'est, ensuite, la vieille mère du gardian Pastorel.... Ne trouvez-vous pas qu’elleressemble un peu à la vôtre, à ma grand’mère ? Et n’est-ce pas que, pour cela,vous aimerez mon livre ?Votre neveu dévoué,Jean Aicard.I. Notre-Dame-d’AmourII. La tardarasse guette la cailleIII. Le remords de MartégasIV. À qui le cheval ?V. Le sultan et son sérailVI. Le conseil des bêtesVII. La cocarde de ZanetteVIII. RosselineIX. Ce que Zanette ignoreX. Zanette et RosselineXI. DompteurXII. La poursuiteXIII. L’écurie de maître AugiasXIV. Notre-Dame-d’Amour, exaucez-moi !XV. La belle et la bêteXVI. Le chevalierXVII. NoblesseXVIII. Le sédenXIX. À qui le cheval ?XX. Deux bonnes âmesXXI. Le plat de lentillesXXII. ToujoursXXIII. L’amour souffle où il veutXXIV. ParjureXXV. L’abrivadeXXVI. Aux arènesXXVII. Le grand jourXXVIII. Une vendettaXXIX. Notre-Dame-d’AmourNotre-Dame-d’Amour : I
Zanette, c’était son nom de Jeanne, de Jeannette, comme elle le prononçait en zézayant, lorsqu’elle était toute petite. Tel il lui étaitresté. Ce qui, aussi, lui était resté, c’était sa grâce d’enfance, on ne sait quoi de tout mignon, de plus jeune qu’elle-même. Elle étaitbelle de ses beaux seize ans, de son profil de Grecque, et de ses cheveux noirs, qui, sous le hennin à l’arlésienne, pendaientlourdement sur la blancheur dorée de son cou.Elle avait seize ans avec l’air d’en avoir douze. Pourtant, on sentait la vie jeune et forte palpiter dans la chapelle, c’est-à-dire dansl’entre-bâillement des fichus aux plis innombrables, qui laissent voir un peu de la poitrine nue sur laquelle brille la croix d’or suspendueà la chaînette des grand’mères.Zanette vivait à la ferme de la Sirène, bien tranquille à soigner ses poules, ses lapins, auprès de son père, maître Augias, le bayle. Àl’ordinaire elle allait en Arles tous les dimanches.Et bien souvent, assise au bord du Petit Rhône, seule, sous les saules et les aubes, elle rêvait en regardant l’eau, l’eau qui s’en allaitvers la mer, vers la mer si grande, où des bateaux vont et viennent, comme des bêtes de rêve, comme de grands oiseaux aux ailesblanches.... Un songe d’inconnu accompagnait toujours Zanette. Ses beaux seize ans espéraient....N’est-ce pas qu’elle porte un joli nom, la ferme de la Sirène ? La Sirène (la Sereno) si vous interrogez les paysans, ils vous le diront,est un oiseau de passage, qui jamais ne s’arrête chez nous, et qui traverse seulement notre ciel, très haut. Quelquefois, le laboureur,en novembre, arrête son attelage, parce qu’il a entendu une harmonie lointaine, confuse, comme un son prolongé de viole ou demandoline....Et il écoute, en rêvant....Ce sont les sirènes qui passent là-haut, tout là-haut. Elles sont plus petites que des tourterelles et leurs plumes miroitantes ont toutesles couleurs de l’arc-en-ciel. On ne sait pas si la musique qu’elles font sort de leur gosier ou vient simplement de le vibration de leursailes. On croit plutôt que leur vol est harmonieux. Leur voix y ajoute une seule note qui, de temps en temps, scande et domine lamélodie des ailes.... Un jour, dit-on, comme on venait à peine de construire le château et sa ferme, une sirène un instant se posa surle bouquet de tamaris en fleurs que les maçons plantent au bout d’une perche, sur la toiture, dès qu’elle est achevée. Et le château, etla ferme qui le touche, furent, voilà bien longtemps, baptisés du nom qu’ils portent encore.Entre la ferme et la château, une vieille chapelle décrépite, où jadis on disait la messe, se dresse, étroite et longue.On la dirait bâtie sur le modèle des huttes camarguaises.Les huttes sont en « tape », en argile desséchée, recouvertes de roseaux, et la chapelle est en moellons, et recouverte de pierresplates, mais les deux toits ont la même forme, celle d’un bateau long, la quille en l’air ; et sur leurs toitures, les cabanes, aussi bienque la chapelle, portent toutes une croix penchée, comme renversée en arrière. Toutes ces croix penchantes font songer au mistraléternel qui incline ainsi un peu tous les arbres des plaines provençales, dans la même direction. Tous ils gardent un peu la marque duvent maître, « magistral », à qui les Romains avaient élevé un temple, comme à la puissance divine, protectrice de ce pays qu’ilbalaye et assainit sans cesse.... Elles donnent encore, les petites croix qu’on plante ainsi à dessein penchées, l’impression deschoses de la religion, à la fois vaincues et résistantes. Elles sont là, tenaces mais inclinées, jamais arrachées mais toujourspenchantes, et elles disent le triomphe obstiné d’une foi sans relâche battue des vents....Bien délaissée en effet, la petite chapelle. On n’y dit plus la messe. Et pourtant, les gens du château et de la ferme ne l’abandonnentpas ; ordre est donné à Zanette par les maîtres du château, riches négociants qui habitent Marseille, — de tirer, aux jours de fête, —de dessous l’autel qui forme placard, — les vêtements sacerdotaux précieusement enfermés là, et de les visiter avec soin, d’enéloigner les fourmis, les araignées, les tarentes.Cette chapelle est consacrée à la Vierge, qui porte aussi le nom de Notre-Dame-d’Amour.Hélas ! même parmi les saints du saint paradis, il y a des humbles et des glorieux ! Il y a, hélas ! par le monde, des Notre-Damesillustres, vénérées de tous, à qui on apporte chaque jour des présents magnifiques, des robes de soie, des couronnes de perles, descolliers de diamants ! Il y a des Notre-Dames à Lyon, à Paris, à Lourdes, à la Salette, — l’univers le sait. Et peut-être aucune d’ellesn’a un si beau nom que la petite Notre-Dame qui, en Camargue, inconnue du monde, délaissée même des gens du pays, habite unepauvre chapelle décrépitée, semblable à la plus pauvre des cabanes de ce désert !... Notre-Dame-d’Amour ! c’est sous ce nomcharmant que la chapelle est connue de tout le pays. Mais si Notre-Dame-d’Amour est aussi connue que Saint-Trophime d’Arles oules Saintes-Maries-de-la-Mer, elle n’est pas visitée comme eux, tant s’en faut ! Et dans sa niche de pierre, au-dessus de l’humbleautel où brillent deux candélabres de cuivre et un tabernacle de bois doré, la Notre-Dame, dorée également, ne voit plus à sesgenoux que Zanette. Du moins est-ce tous les jours, dès l’aube, que Zanette vient lui adresser sa prière, depuis sa petite enfance.Pauvre Notre-Dame-d’Amour, que son nom adorable ne protège pas contre l’abandon ! Elle est pourtant jolie à voir, grande, oh !grande comme une enfant de dix ans, vêtue, par-dessus la robe de bois doré, d’une robe en vraie étoffe, jadis blanche, toute piquéede fleurettes bleues. Elle est coiffée d’un velours d’Arlèse, bleu également, frappé de roses pâles ; elle a, aux oreilles, despendeloques de cuivre ; au cou, un collier de perles de verre, et ses mains et sa figure furent sans doute dorées bien solidement parun maître-ouvrier, puisque la dorure du visage et des mains reluit au soleil, comme neuve, quand Zanette ouvre la porte, chaquematin. Elle a pourtant plus de cent ans, la douce Notre-Dame-d’Amour, qui sourit aux humbles ex-voto suspendus aux murailles,tableaux naïfs, béquilles, fusils crevés offerts par des chasseurs, petits bateaux jadis apportés par des marins sauvés du naufrage.
Aussi, pourquoi, ô Notre-Dame-d’Amour, pourquoi ne faites-vous point de miracles ? Voyez, aux Saintes-Maries-de-la-Mer — à cinqlieues d’ici, au sud, — voyez l’église crénelée, de six cents ans plus vieille que vous, et voyez comme les pèlerins s’y pressent tousles ans, au 24 mai ! Ce jour-là, les saintes châsses, qui contiennent les os des deux saintes Maries, Jacobé et Salomé, descendenten grande cérémonie, du haut de la voûte. On leur tend les bras. On les supplie, on les touche. Et les Saintes guérissent quelquefoisles paralysés. Elles ne sont pas toujours justes. On ne sait pas pourquoi, on ne saura jamais pourquoi elles guérissent celui-ci au lieude celui-là, — mais à tous également elles donnent l’espérance, c’est-à-dire le meilleur de la vie.Et c’est pourquoi chaque année, des milliers de pèlerins en caravane, visitent leur église.... Que ne les imitez-vous, pauvre Notre-Dame ? Vous êtes leur reine pourtant, et la propre mère de Dieu, et c’est elles qu’on visite seules, c’est elles et même sainte Sare,qui fut leur servante, et dont les reliques, dans la crypte souterraine de l’église, sont vénérées surtout des bohémiens ! Et vous, vous,ô Notre-Dame, vous êtes toute seule ici, dans une toute petite chapelle froide, sans honneur et sans prière... sinon celle d’une petitefille. Il est vrai qu’elle est jolie et qu’elle est sage, et peut-être l’aimez-vous.... Protégez-la donc, ô Notre-Dame-d’Amour ! Et donnez-luil’amour vrai. Qu’elle aime et qu’elle soit aimée. C’est, des destinées de la terre, la plus humaine et la plus divine !Chaque matin, Zanette, avant toute chose, sort de la ferme pour aller dans la chapelle. Elle ouvre la porte. Le rayon horizontal dumatin entre bien vite avec elle et fait resplendir le visage d’or de la vierge. Zanette va s’agenouiller au pied de l’autel. Sa coiffe dumatin enserre étroitement son haut chignon au-dessus duquel elle se termine en deux petites cornes pointues, toutes blanches, quifont sourire les anges. Elle fait le signe de la croix et sa main touche un peu au passage la petite croix qui luit sur sa poitrine nue,dans l’entre-bâillement de ses fichus arlésiens.... Et elle prie, agenouillée dans les plis nombreux de sa jupe d’indienne, un peucourte, qui découvre ses pattes fines de perdrix de Crau ; ses gros bas de fille sage, jadis tricotés par sa mère, qui est morte depuistrois ans.— Protégez mon père, bonne Notre-Dame ! Je n’ai plus que lui sur cette terre. Gardez-moi de tout mal, bonne vierge d’amour.Gardez-moi du mauvais amour. Et quelque jour, si je le mérite, accordez moi d’avoir un amoureux que j’aime.... Ce Jean Pastorelpeut-être, qui aux dernières courses des plaines de Meyran, vint, — comme s’il m’eût connue et aimée, — m’offrir la cocarde qu’ilavait prise, si hardiment, au front du taureau en colère !…………………Or, voici comment il se faisait que la dévotion de Zanette à Notre-Dame d’Amour était si fervente ; sa foi, si entière.Quand elle était toute enfant, à six ans, Zanette avait un chien qu’elle aimait beaucoup, d’un de ces amours passionnés des touspetits pour les bêtes. Ce chien, dans l’écurie, où il couchait, fut blessé d’une ruade par un cheval malade. Zanette parvint à pénétrer,toute seule, dans la chapelle du château, et elle supplia Notre-Dame de la protéger, en cette circonstance, de tout son divin pouvoir,en sauvant le chien bien-aimé. Hélas ! il arriva que juste à l’heure où elle venait de faire cette prière, le chien mourut, et l’enfantrévoltée déclara qu’elle ne demanderait plus rien à une Notre-Dame si méchante !... Elle s’exaltait dans cette idée, quand levétérinaire, arrivé d’Arles pour voir le cheval, ayant demandé à examiner le chien mort, déclara que l’accident du coup de pied mortelétait une chance heureuse, le chien étant bien et dûment enragé quoique l’horrible maladie ne se fût pas déclarée encore....L’apparente malice de Notre-Dame était donc un miracle de bonté....C’est de ce jour-là que Zanette ne jurait plus que par Notre-Dame-d’Amour.…………………Notre-Dame-d’Amour : IIPour bien comprendre pourquoi le gardian Martégas n’avait pas le droit, véritablement, d’aimer Zanette, il faut savoir quel« marrias », quel homme de rien était ce grand diable de vingt-six ans, à grosse barbe noire et inculte, carré d’épaules, puissantcomme un taureau, de haute mine sous son feutre aux bords plats et larges. Avec sa figure de franchise, c’était un traître, un hommedont on ne savait jamais l’idée. Oui, il avait une figure ouverte qui, au premier abord, vous trompait, mais ceux qui savent lire dans lesyeux, voyaient dans les siens (des yeux gris piquetés de petits points d’or comme ceux des chats) un trouble mauvais pareil aubrouillard qui, en Camargue, se traîne au-dessus des marais, cachant les trous, les fondrières, les pièges....Quelque chose sortait de ces yeux-là d’implacablement malin ; mais de malin sans esprit, sans clarté.... Ce n’était pas un éclair de
mal, oh non ! une fumée plutôt, comme celle qui sort des « lorons », ces trous mystérieux, ouverts ça et là parmi les marécages deCamargue, et qui exhalent sans cesse une buée, la chaleur des dangereux ferments de dessous, le souffle des enfers fiévreux, faitsde moisissure croupissante. Il avait une mauvaise âme, bien sûr, ce Martégas, et vraiment c’était effrayant de penser qu’il essayait defaire sa cour à Zanette, qu’il rêvait d’en faire sa femme, « le gueux ! » — ou même sa maîtresse ! Voyez-vous cela, la mignonnefermière du mas de la Sirène, épousant ce lourd coquin ! une petite caille mariée à la lardarasse, l’oiseau de proie, le faux aigle desAlpilles, au front bas, aux grosses serres dures, au bec fait pour déchirer les proies mortes et corrompues.... Ce pesant animal, avoirà lui cette jolie poulette de chaume !On ne voyait pas ça, non, pour sûr ! Ni au physique ni au moral, ces deux êtres ne se pourraient rapprocher. On tremblait à l’idée d’untel sacrilège. Et pourtant il s’était mis ce projet en tête, — « le gueux ! » — de plaire à Zanette ! ou de la prendre sans lui plaire, deruse ou de force !Zanette, jolie comme un cœur, avec sa coiffe arlésienne, avec son fichu aux mille plis qui s’ouvrait galamment pour montrer un peu desa poitrine naissante, avait seize ans et demi. C’était une petite créature brune, un sage petit cœur, aimant son père, Dieu et saintTrophime, patron des Arlèses, — et dévote, chacun le savait, à Notre-Dame-d’Amour.Et afin de vous montrer que Martégas n’était point fait pour l’honneur et la joie de tenir entre ses lourdes pattes la menotte fine del’enfant, entre ses bras d’hercule la taille légère de la mignonne, ni de presser sur son poitrail de fauve la petite poitrine où battait cebon petit cœur, il n’y a qu’à savoir où il passait ses soirées depuis quelque temps, le bouvier Martégas, aux yeux troubles.…………………Notre-Dame-d’Amour : IIISes soirées, il les passait en des bouges qu’on trouve, à Arles, le long du Rhône, dans les ruelles douteuses, en contre-bas de ladigue du Rhône. Sinistres le soir, ces ruelles pavées en galets roulés de Crau, dressés sur leurs pointes. Elles aboutissent à la diguede pierre qui semble les barrer d’une muraille de forteresse, en fait des culs-de-sac, leur donne des airs de coupe-gorge profonds, oùle bruit du Rhône et la voix du mistral seraient chargés d’étouffer le cri des victimes. Les maisons basses, blanchies à la chaux, ences ruelles-là paraissent livides. Les unes se ferment avec des discrétions louches. Les autres s’ouvrent avec des effronteriesrepoussantes. Et, au bout de la rue, le quai, exhaussé sur une muraille déclive, et surmonté d’un parapet massif, attire et blesse l’œil,comme un mur de prison....Et derrière ce mur coule le plus brutal des fleuves, le Rhône dangereux, qui grogne et se lamente et qui menace....Martégas, au rez-de-chaussée d’une maison ouverte sur la rue, est là, buvant un gros vin avec des bateliers pauvres, de ceux à qui leRhône n’apprend que les duretés, les violences, à qui il conte ses secrets horribles ou puants ; à qui il montre les cadavresd’assassinés ou les charognes de bêtes, de chats, de chiens, de chevaux, dont se débarrassent avec dégoût les villes du haut fleuve.Il faut voir l’endroit où est en ribote celui qui prétend devenir le futur de Zanette ! O Notre-Dame-d’Amour !... Les murs sont peintsd’images obscènes et grotesques, sujets mythologiques que l’imagination d’un peintre de bas étage, ayant fait assurément desétudes classiques et tombé dans toutes les déchéances, a bizarrement compliqués. C’est une débauche de déesses et de dieux,fresque pompéienne, destinée à attirer, du fond de la rue, le regard du passant égaré, et s’il se peut le passant lui-même.Cinq ou six hommes sont attablés, dans ce décor, avec Martégas, et boivent, les coudes sur la table, les têtes rapprochées, causantbas, puis criant parfois et jurant très fort, serrant des pipes courtes dans leurs dents rageuses, — faces congestionnées, barbessales, mains spongieuses et sèches, cous gonflés et rougeâtres, formes d’hommes en qui sont des âmes de bêtes. Parmi euxs’ennuie la maîtresse du logis, jeune femme qui paraît vieille, drôlesse édentée, mal coiffée, dépenaillée, la voix rauque et fumant descigarettes, beaucoup, toujours, en crachant. On ne sait si on est dans une salle de cabaret ou dans une chambre à coucher ; il y a, aufond, une alcôve ouverte, mais, au-dessus du lit, des étagères avec des verres ; il y a une commode, mais chargée des bouteilles àétiquettes variées....Les langues des hommes sont devenues épaisses. Martégas pérore depuis deux heures, il commence, maintenant, à s’embrouillerdans ses récits, il est saoul. Et tout à coup il devient muet. Ses yeux plus troubles que jamais demeurent fixes.
— Eh bien, Martégas, qu’as-tu ?On le secoue, il répond enfin :— Jamais je n’oublierai ce remords !... ce remords-là, non, je ne l’oublierai jamais !... non, non, jamais ! je vivrais cent ans, qu’il merongera encore !— Martégas a un remords !— Et tu n’en as qu’un, Martégas ?— Je n’en ai qu’un ! gémit Martégas en prenant à pleins poings ses cheveux noirs et drus comme pour les arracher, et il secoue satête avec ses deux mains comme pour la briser contre une muraille.... Je n’en ai qu’un, mais il me travaille jour et nuit ! il me revientsurtout en des moments comme celui-ci, quand j’ai bu un peu avec les camarades. Alors le souvenir me revient et je revois leschoses comme si elles étaient là.... Pauvre de moi ! quel remords, mon homme ! quel abominable remords, mes amis ! non jamais jene m’en consolerai....Les autres gaillards se mirent à rire grossement.— Il faut qu’il en ait fait une ! dit l’un d’eux, vrai, une grosse ! une qui compte ! une fameuse ! pour qu’il soit ainsi tourmenté jusquedans les bons moments, quand il est avec les amis et les belles filles....Sur ce mot, le marinier se retourna vers la fille aux yeux mornes qui lui sourit avec une espèce de reconnaissance.Elle profita du compliment pour verser à la ronde. Et tous levèrent le coude en disant :— A la vôtre !... Que cela dure ! et longuement !Il y eut un lourd silence.Enfin, frappant sur la cuisse de Martégas qui, accoudé, oubliait les camarades, l’œil sur sa vision, un des hommes dit :— As-tu donc tombé un chrétien, dis, mon homme ? l’as-tu tombé ? en as-tu démoli un ? as-tu démoli quelqu’un, homme ou femme ?— Coquin de bon sort ! fit un autre. S’il est permis, je vous demande un peu, d’être plus bête que vous autres ! non ! ce n’est rien dele dire ! Si Martégas a des remords, pourquoi l’interrogez-vous ? Pourquoi vous ferait-il des confidences ? il y a des choses qu’on segarde. Qui dit un secret lui donne des ailes. Une fois qu’il peut voler, cours après !... Un jour viendrait où, ayant bu comme ce soir, l’unou l’autre de nous conterait au cabaret l’histoire de Martégas.... Pourquoi se croirait-il plus obligé que Martégas lui-même à garder lesilence, celui qui pourrait parler sans risque pour soi ? Je suis saoul, comme on ne peut pas l’être plus !... Être saoul ne m’empêchepas de voir clair, bien au contraire, et ce que je dis est juste, n’est-ce pas, Gueït ? n’est-ce pas, Cabasse ?... Pas un mot de plus,Martégas ; ne l’excite pas, toi, Cabrol !Martégas releva sa tête farouche, sa face velue. L’œil injecté, le poil hérissé, le colosse grogna :— Et si je veux parler, moi ! tonnerre de tonnerre de bon Dieu !Il donnait du front dans son idée fixe avec une obstination aveugle de taureau collant.Son gros poing tomba sur la table qui tressaillit. Les verres sales s’entre-choquèrent, tintant. Une bouteille se renversa, inondant lesjupes de la fille d’un liquide rougeâtre et douteux.Et se tournant tout d’une pièce vers ce Cabrol qui avait parlé :— C’est ta faute à toi, ô âne que tu es ! gros animal, c’est ta faute, si aujourd’hui et toujours je regrette ça en moi-même. La nuit, biendes fois, j’y pense et de rage je ne peux pas dormir, je me mords les poings. Le jour, je m’arrête de travailler, des fois, pour y penser,et rien, je te dis, rien ne me console. Et quand je cours à cheval, d’autres fois, le remords me revient et si rudement m’attrape que, decolère, je pique mon cheval et je lui travaille la bouche avec le fer, comme s’il y était pour quelque chose.... Ce n’est pas à lui,pourtant, pas à lui la faute, pauvre bête ! C’est à toi, Cabrol, à toi, je te dis, ta faute à toi, mauvais conseil, fainéant, gueusas !Pourquoi t’ai-je écouté ! Sainte Vierge ! oui, pourquoi ! Je serais heureux, maintenant.... Nous boirions heureux !— N’y pense plus ! dit l’autre.— Que je n’y pense plus ! hurla l’ivrogne. Comme si c’était possible ! soyez témoins, vous autres, jugez un peu ! Écoutez, je vais vous.eridLes têtes se rapprochèrent. Les curiosités s’allumèrent dans les yeux. Les intelligences des brutes se tendirent et, dans leur regard,rayonnèrent, prêtes à jouir du mal... il y eut un gros silence.— Eh bien quoi ? dit un des buveurs. Dis-le ou ne le dis pas, — mais tu es un niais si tu le dis.... Je suis, pas moins, curieux de lesavoir !Martégas s’essuya le front d’un revers de main.— Voilà, dit-il, c’est abominable. Ah ! comme j’en ai un, de remords !... Nous étions, figurez-vous, à la guerre, voilà sept ans, si jecompte bien, si Barême n’est pas un âne, on s’était battu depuis le jour levé, contre ces Prussiens qui sont des hommes comme vous
et moi, n’est-ce pas ? Vous dire où nous étions, par exemple, ça, je ne le peux pas ; c’était par là-haut, dans le nord, près de Dijon,nous avions reçu des coups de fusil de ces Prussiens, et nous leur en avions rendu tout le matin. Nous étions, Cabrol qui est là et moi,soldats de la même compagnie et nous avions tiré ensemble, que je dis, des coups de fusil tout le matin.... A présent, tout s’en allait,de tous côtés, à la débandade, va comme tu voudras, chacun pour soi ; on filait, comprenez, comme une manade folle qui s’éparpillede peur, on ne sait pas pourquoi, — parce que le bateau à vapeur siffle sur le Rhône... pour rien, on filait, voilà tout, on détalait, on selevait de devant. Ce fainéant qui maintenant boit là, bien tranquille à mon côté, comme si rien n’était, ce Cabrol que vous voyez étaitavec moi, oui, près de moi, et nous filions, nous ne voulions pas nous quitter, mais il traînait la jambe, et moi aussi, fatigués tous deux,oh ! oui, un peu trop, à moitié crevés de fatigue... et voilà que nous nous arrêtons dans un petit bois, où les arbres étaient serrés,serrés comme des soldats à l’exercice ; nous étions bien cachés là, dans ce fourré, au beau milieu d’une plaine, au bord d’une route,où, de temps en temps passaient les derniers traînards. Tous avaient défilé ou à peu près, car il n’en passait plus guère. On allait auhasard, devant soi, vers Dijon je pense, et voilà que nous étions seuls tous deux, ce Cabrol et moi, tous deux seuls, maîtres de nous,maîtres, vous comprenez, de rester là ou de partir, de déserter.... Et nous y pensions. Tout à coup, sur la route qui était découverte, enplaine, passent quatre soldats et un officier de notre régiment. Un des soldats et l’officier étaient blessés, vous entendez bien,blessés, un des soldats et l’officier. Cinq en tout, et je dis à cette bête brute qui est là ; je dis à Cabrol :— Regarde !Il regarda et vit comme moi, la caisse, comprenez-vous ? la caisse de bois, la caisse ferrée où était l’argent, l’argent de la solde pourtout notre régiment. Elle était lourde, allez ! ils la portaient sur un brancard de malade et, à leur démarche, on voyait bien qu’elle étaitlourde... oh lourde ! lourde bougrement !Martégas, bourrelé de remords, essuya de nouveau son front en sueur ; il y eut un silence embarrassé.— Tu es à temps de ne rien dire, Martégas ! Tu y es à temps !Pourtant, les têtes des auditeurs se rapprochèrent encore.... La convoitise fit reluire tous les yeux ; ils la voyaient, la caisse ! Déjà ilsne comprenaient plus les remords de Martégas.... Eh bien quoi ? après ? il avait attaqué les soldats et l’officier ? n’est-ce pas ? ilavait un peu volé la caisse ; ce Martégas, et — pour cela — tué un peu ; tué un ou deux hommes tout au plus !... eh ! mon Dieu, à laguerre ! un de plus, un de moins ! Ils le regardaient avec un peu d’admiration et d’envie.— Il devait y avoir au moins... cent mille francs ! dit une voix.Cent mille francs est, pour les gens de ce bas peuple, le chiffre qui représente les grosses fortunes. Après cent mille francs, tout desuite après, il y a « des millions ».— Pour sûr, gronda Martégas ! Pour sûr, ils y étaient, les cent mille francs !... Et je lui dis :— Regarde !Il regarda et me comprit. Les gens allaient passer près de nous, à trente pas, la bonne portée, ils ne nous voyaient pas, ils ne seméfiaient de rien.Mon camarade me comprit. Je vis très bien qu’il me comprenait parce qu’il devenait pâle, tout blanc comme un mort, l’imbécile. Et àvoix basse je lui dis :— Deux que nous en tuons et les autres vont détaler, et vite ! Je me charge de l’officier. Choisis ton homme, et tirons ensemble....Alors, j’épaulai mon fusil....Les auditeurs haletaient. La fille rapprocha sa chaise de la table.— Ah ! quel remords ! quel remords, gémit Martégas, tout à fait ivre, et de plus en plus obstiné à répéter son cri de regret poignant...quel remords, mes amis !...— Mais alors, Martégas, tu es riche ? s’écria tout à coup la fille. Tu ne me disais pas ça !...Et elle posa sa main sur le bras de l’homme.— Riche ! pleura Martégas, décidément désespéré, voilà bien tout justement mon remords ! riche ! c’est que j’aurais pu l’être, sanscelui-ci ! sans toi, sans toi ! hurla-t-il à tue-tête, en tendant contre son voisin un poing furieux.... Figurez-vous, les amis, que, aumoment où j’allais tirer... (et je l’avais, croyez-moi, au bout du fusil, le gibier ! et je ne manque pas plus un perdreau en l’air qu’on nepeut manquer un bœuf dans un corridor)... cette bête mauvaise que Dieu préfonde, oui, toi ! toi ! que le tonnerre du bon Dieu te brûleet te vide !... cet animal malfaisant m’empêcha de tirer :— Ne fais pas ça, qu’il dit, Martégas ! ne fais pas ça ! Pour l’amour de Dieu, pas ça !Et il détourna mon fusil avec sa main.— Voilà. Les gens étaient passés, le coup manqué pour toujours ! Il était trop tard... jamais, non, jamais, je ne m’en consolerai ! uncoup si sûr ! si beau !... cent mille francs au moins, comme vous dites !... une occasion comme un homme dans sa vie n’en trouvequ’une ! La guerre, oui, la débandade, qui nous favorisait ; oui, tout était embrouillé, l’ennemi par là, autour de nous, on ne savait pasbien où.... Personne pour nous accuser, pour deviner !... Ah ! quel remords, collègues ! quel remords d’avoir manqué ce coup-là ! Dema vie, je vous dis, je ne m’en consolerai ! Et sur mon lit de mort, je la reverrai encore, cette caisse mal gardée, qu’on n’avait qu’àprendre ! Pourquoi t’ai-je écouté, imbécile ! je serais riche à présent ! Misère de moi ! malheur ! malheur ! quel remords !
Et sinistrement comique, Martégas se désolait. Les auditeurs partageaient son chagrin, comprenaient sa peine, fraternellement, enivrognes.— Je comprends, disaient-ils, chacun à son tour — c’était un beau coup, — ça ne se retrouve pas, non ! — J’ai cru d’abord que turegrettais d’avoir fait un beau coup, c’est tout au contraire. Tu as le regret de l’avoir manqué.... — C’est malheureux, Martégas, bienmalheureux....Il était inconsolable, ce Martégas.On ne pouvait donc pas dire qu’il n’eût pas de conscience. Seulement, sa conscience travaillait à l’envers. Le diable en personne doitavoir des remords pareils, quand il a, par sa faute, manqué une occasion favorable de bien mal faire !…………………Notre-Dame-d’Amour : IVUn peu avant le lever du jour, à l’heure blafarde, Martégas sortit du bouge avec Cabrol.Tous deux montèrent sur la digue, et s’en allèrent longeant le parapet, le cerveau lourd, suivant des yeux le Rhône orageux, dont ondevinait la couleur de terre, sous le ciel violacé, vineux.Ils avaient dormi un instant, lourdement, les bras sur la table, la tête au pli de leurs bras, parmi les bouteilles et les verres visqueux.Une bise qui, par caprice, remontait le Rhône, fouettait leurs visages terreux, énergiques et jaunes comme le Rhône même. Ce coupde fouet les réveilla.Dégrisés, ils marchaient droit, sans rien dire, éclairés parfois d’une clarté brusque par un des réverbères accrochés aux maisons duquai ; ils avaient l’air de deux mauvais fantômes.Et Cabrol tout à coup, répondant aux lamentations par lesquelles Martégas, toute la nuit, avait découvert le fond de son âme obscure,il dit, ce Cabrol :— Marie-toi avec Zanette, la Zanette de maître Augias. Son père a un peu de bien et d’argent et la confiance des maîtres du châteaude la Sirène. Marie-toi avec cette fille. Elle est gentille et, à voir, elle donne faim et soif. C’est une cerise qui pend à l’arbre. Tu n’asqu’à prendre. Et je t’en avertis, Martégas, pour que tu le saches, — un que l’on nomme Pastorel — tu le connais peut-être, JeanPastorel, le gardian ?— Je sais qui tu veux dire ; il habite près des Saintes, à Silve-Réal. C’est un homme. Eh bien donc, que veux-tu me dire, de celui-là ?— Pardi, qu’il en tient pour Zanette !— En es-tu sûr ? demanda Martégas, s’arrêtant tout sec.— Si j’en suis sûr !... quand je le dis ?— Et comment le sais-tu, Cabrol ? Prends garde à ce que tu vas dire. Car celui qui se mettra en travers de mon chemin, je lesouquerai, tu peux dire ! Je suis aussi matelot, mon homme !— Comment je le sais ? La belle affaire ! Pas n’est besoin d’être sorcier, pour ça, collègue !... Il n’y a pas quinze jours, aux dernièresfêtes du mois de mai, aux plaines de Meyran....— Eh bien ?— Il y a eu ferrade, tu sais, et course de taureaux. Pourquoi n’y étais-tu pas ?
— Avance donc ! Je t’écoute ! Tu as une parole qui ne marche pas ! Tu me fais bouillir le sang d’impatience ! Si je n’y étais pas, c’estque j’avais d’autres affaires meilleures.... Avance donc, ânesse.— Eh bien, mon camarade, ce Pastorel ayant pris par les cornes et renversé joliment un jeune taureau un peu difficile, est allé laprendre par la main, ta Zanette, afin qu’elle vînt marquer la bête avec le fer rouge, au chiffre du maître.... Et ça, on ne le fait, voyons,que pour sa fiancée, ou pour sa maîtresse.— Gueusard de sort ! gronda Martégas.Et il s’assit sur le parapet de pierre, comme pour réfléchir mieux à son aise.— Qu’il prenne garde, ajouta-t-il sourdement, qu’il prenne garde ce Pastorel ! Que je ne le voie pas recommencer ! Moi étant là, ilaurait du mal !— C’est que, répliqua Cabrol, riant d’un gros rire... il a recommencé déjà.— Où ? Dis, que je sache !— Il a recommencé le même jour, aux Plaines. Pourquoi n’y es-tu pas venu ?— J’étais allé conduire à Aigues-Mortes un cheval vendu qu’il fallait remettre précisément ce jour-là, sans faute.... Dis-moi tout sur cePastorel, dis-moi tout ça que tu sais, hé ? Sans rien oublier, sans rien me cacher surtout.— Eh bien, après la ferrade, où l’on marque les plus jeunes bêtes, il y eut course à la cocarde. Une jeune vache, très méchante,échappait aux plus malins. La cordette un peu lâche qu’on avait mal tendue, d’une corne à l’autre, pendait, balançant, au beau milieudu front, la cocarde. Un de Montpellier, au moment où il croyait tenir cette cocarde ensorcelée, quand il ne tenait que la ficelle solided’où il ne put dégager ses doigts sinon coupés et saignants, fut pris entre les cornes par le milieu du corps !... Oh ! par bonheur il étaitmaigre, de manière qu’entre les deux cornes il eut toute la place pour être à son aise !...Un autre, qui avait le crochet de fer préparé dans sa main, pour accrocher et casser la ficelle, manqua son coup, et frappa le mufle dela vaquette maladroitement ; il fut piqué d’un coup de corne à la cuisse et on l’emporta évanoui comme une femme ! Pastorel se fitvoir alors, il semblait ne vouloir entrer dans l’arène que s’il y avait du danger, comme on fait pour plaire ; et en effet la chose arriva. Etquand les plus fameux coureurs se montrèrent fatigués, il sauta dans l’arène, du haut de son banc, car il ne s’était pas mis sur lescharrettes qui formaient le cirque, non, il s’était placé sur la tribune des gros messieurs, pour faire le fier, juste en face de Zanette.Donc, il sauta dans l’arène, à ce moment toute vide, et tout de suite il fut applaudi :« Pastorel ! Pastorel ! c’est Pastorel qui l’aura ! » La vache courut sur lui, décidée, tout droit, tête basse, il l’esquiva, la laissa passer,en pivotant sur un talon, et elle ne l’avait pas dépassé de la tête, qu’il lui avait pris sur le front la cocarde, sans avoir eu l’air de rien !On trépignait de contentement, mais lui, tranquillement, s’en alla vers cette Zanette et lui offrit la cocarde, puis retourna vers la tribuneen traversant toute l’arène comme s’il n’y avait pas eu de vache.... Et la vache, il faut le dire, le laissa passer sans faire mine d’aller àlui, quoiqu’elle le regardât de travers en faisant, du pied, des trous dans la terre....— Sais-tu s’il y a longtemps qu’il connaît Zanette ?— Ça, je n’en sais rien, Martégas, mais méfie-toi, si tu veux Zanette avant un autre.— Si je la veux ! cria Martégas en se levant.... Si je la veux !... il y a longtemps que je la guette ! Quand j’étais gardian au mas de laSirène, d’où son père m’a chassé (il me le paiera, tu peux croire !) elle, elle était petitette, puisqu’à peine aujourd’hui elle court surseize ans et demi. Eh bien, j’y pensais déjà, je la guettais comme on guette un perdreau trop jeune qui sera juste au point, dès lachasse ouverte. Et tu peux m’en croire, de ruse ou de force, je l’aurai ! J’en ferai, s’il faut, ma maîtresse, pour qu’on la force à devenirma femme. Je jure Dieu que ça sera comme ça.— Alors, dépêche-toi, collègue. A la Saint-Rémy, perdreaux sont perdrix, il lui vient des ailes, à la belle ! On ne la prendra pas sous unchapeau, pechère ? Et tu vois que mes conseils ne sont pas toujours contre tes idées ? Tu m’entends de reste....— Et je te dis « gramaci », collègue.Les deux complices se serrèrent la main.— Je n’ai pas fini, dit Cabrol. Le meilleur conseil, je ne te l’ai pas donné encore. J’y viens. Et c’est pour que tu oublies que je t’ai fait,autrefois, manquer une belle affaire.... Eh bien, te rappelles-tu Sultan, de la manade du mas des Sirènes, Sultan, ce poulain du désertdes Arabis, qui, de ton temps déjà, était la terreur des cavales ?— Je m’en souviens, dit Martégas, il avait alors quatre ans.— Il en a donc sept aujourd’hui, et tu connais le proverbe sur les âges du cheval ?— Oui, oui : sept ans pour mon ami, dit l’Arabe, sept ans pour moi, sept ans pour mon ennemi.— Sultan est donc en pleine vigueur, et beau comme un cheval de roi ! Eh bien, il a tué, avant-hier, d’un fameux coup de pied,Sigalas, le gardian, qui voulait le prendre. Depuis un an, il a blessé, plus ou moins gravement, trois hommes. Avec ce Sigalas, ça faitquatre !— Eh bien ? interrogea Martégas.
— Eh bien, il a blessé encore cette année, deux poulains et une cavale, il est méchant comme une gale, ce Sultan. Et le maître a faitdire, hier, qu’à celui qui parviendrait à monter Sultan, il le donnerait en cadeau, il s’est décidé à ça. Il veut se débarrasser du cheval,mais comme il l’aime au fond, il voudrait le donner à un maître qui sache se faire obéir et qui le garde. Les gardians se plaignent tousles jours du cheval, disant qu’à chaque instant il détourne, ce cheval du diable, la manade des pâturages où on veut qu’elle demeure.Il attaque même les taureaux, jouant à les mordre, à les battre, à se cabrer pour laisser retomber sur eux ses pieds, de tout son poidset, s’ils prétendent se fâcher, il leur casse, aussi bien, les jarrets d’une ruade....Eh bien, Martégas, vas-y. Prends le cheval... tu reverras ainsi la fille puisque tu es forcé de t’adresser au père.... Et quelque jour tuenlèveras Zanette sur ce Sultan devenu tien. Que dis-tu de l’affaire, hé ?... je n’y vois qu’une chose contre, c’est que le père t’a faitchasser... il ne voudra peut-être pas que tu gagnes le cheval ?...— Il aura peur de moi : il voudra ! fit Martégas ; j’irai dès demain ! Sur ce cheval-là, un jour, comme tu dis, foi de gardian, Cabrol, je luienlèverai sa fille ! on verra ça !Notre-Dame-d’Amour : V…………………Zanette s’en allait à travers la plaine, vers Arles, à cheval, toute seule ; ce n’était pas un dimanche, mais son père avait été pris d’unaccès de mauvaise fièvre pendant qu’elle était seule avec lui à la maison, et vivement, sur son ordre, elle allait en Arles, chercher « leremède », la quinine, dont la provision était épuisée.Les fièvres paludéennes deviennent de jour en jour plus rares dans cette Camargue assainie par les travaux de la culture qui changeles marais en vignobles. La vigne s’accommode très bien de ce sable, de ce terrain d’alluvion du Rhône qui forme la Camargue. Etainsi sainte Vigne terrasse aujourd’hui encore le monstre vert, le mal des paluns, comme autrefois sainte Marthe triompha de laTarasque qu’elle parvint à enchaîner.Le père de Zanette, le père Augias, avait pris les fièvres autrefois, dans sa jeunesse, et jamais n’avait pu s’en défaire. Depuisquelques années pourtant, il se croyait quitte et dormait tranquille, mais voilà que cette nuit même, tout à coup, il s’était mis à claquerdes dents et à trembler de tout son corps. Il reconnut son mal et fut effrayé, tant il en avait gardé mauvais souvenir. Oh ! les rêves, lesrêves surtout, qui, à heure fixe, le prenaient dans la nuit, informes, compliqués, bizarres — et le tourmentaient comme des sorciers oudes démons !... ou bien, s’il était éveillé, l’angoisse subite, comme une montée de folie au cerveau ! l’envahissement d’un troublemalin qui donne envie de fuir devant soi pour échapper on ne sait à quelle menace... mais la menace, l’ennemi, partout vous suivent,ils sont en vous.— Cours seller ton cheval, petite, et va me chercher le remède en Arles. Le valet de ferme ne reviendra pas, cours vite, c’est dutemps gagné pour moi....Et si vite elle était partie que, ce matin-là, elle n’avait pas rendu visite, dans sa chapelle, à Notre-Dame-d’Amour, à Notre-Damel’abandonnée !Zanette allait donc, jolie, sur son cheval blanc qui la portait sans peine, si légère, si mignonne ! Elle allait, un peu attristée au départ,mais sans beaucoup d’inquiétude, car on sait le combattre, le mal des paluns. Ceux qui l’ont d’ailleurs l’acceptent et peuvent vivrevieux malgré tout.A peine en route, la gaîté de la lumière, du mouvement, la prit, et elle fut distraite des pensées noires par sa jeunesse et par leschoses qui l’entouraient, par la danse des mouissales et des oestres, dont les ailes vibrantes l’accompagnaient d’une musique fine,qui semblait la voix même de la lumière.Les mouissales par myriades et les oestres aussi s’attachaient à ses épaules, à ses bras, et couvraient la peau du cheval blanc quien était tout noir et frissonnait pour les secouer. Et chaque fois que ces bestioles s’envolaient, Zanette voyait le beau sang du chevalcouler des piqûres en fils de pourpre entre-croisés qui lui mettaient sur le flanc et sur la croupe comme une résille écarlate ! Cesbêtes irritantes ne piquaient pas les mains actives de la petite, ni son visage d’où sa main les chassait sans cesse, mais le chevalinquiet bien qu’il y fût habitué, se contenait mal, voulait à tout moment prendre le galop....
— Doucement, doucement, Griset ! lui disait Zanette de sa fine voix.Elle avait pris, pour aller plus vite, des « raccourcis » qu’elle connaissait, piquant droit à travers la plaine, dans les saladelles violettes,dans les enganes, qui tigraient, de leurs touffes égales et grasses de soude, de grands espaces de sable gris. Le cheval de Zanettetrottait ou galopait là-dedans, sans effleurer une seule tige d’herbe, levant avec précision ses sabots vierges de fer, de façon àretomber toujours dans le sable d’où il les retirait sans fatigue — ce que n’aurait pas su faire un cheval né en d’autres pays. Mais lui,c’était un pur camarguais ; il était né au soleil, un matin, en plein marécage, au milieu de ces sables, de ces enganes, de cesroseaux, de ces siagnes. Tout cela le connaissait et il connaissait tout cela. Et joyeux de courir chez lui avec sa petite maîtressecamarguaise comme lui, il s’ébrouait en balançant la tête, en fouettant ses flancs de sa queue traînante.— Doucement, doucement, Griset ! voici tes aigues... doucement.Il les sentait depuis un moment, les aigues, ses belles amies, et, pointant vers elles ses oreilles, tendant sa queue un instant immobileet, faisant mine de s’arrêter, Griset, la gorge renflée, la tête un peu en arrière se mit à hennir fièrement.C’était bien elles, les aigues du mas de la Sirène, et aussi les taureaux. Les aigues blanches et grises, le cou bas, cherchaient leurvie dans les menus roseaux qui craquaient sous leur pied et sous leurs dents. Elles relevèrent la tête et reconnurent le Griset qui, detemps en temps, leur était rendu, revenait libre parmi elles et dont elles se rappelaient peut-être les folles caresses et les morsures....Puis, le voyant bridé, harnaché, monté, elles se remirent à brouter l’herbe saline, sans plus s’occuper de lui, comme si elles leméprisaient....Les taureaux tous noirs, en ce moment étaient pour la plupart couchés ; ils ruminaient, leurs jarrets repliés sous les poitrails larges,des fils de bave claire, irisée au soleil, pendant du coin de leur bouche jusqu’à terre. Ils tournèrent tous la tête du côté de lavoyageuse, mais lentement, sans peur ni menace, et comme sans la voir.... Leurs gros yeux fixes semblaient rêver ; ils songeaient àd’autres pâturages, regrettés peut-être, où on les ramènerait un jour, aux baignades dans le Rhône qu’il leur faut parfois passer à lanage, aux jeux du cirque, où quelquefois ils avaient été blessés.Deux gardians, bien droits sur leur selle, la pique à l’étrier, surveillaient la manade, immobiles et rêvant aussi, comme leurs taureaux.Zanette s’arrêta à regarder deux jolies vaches noires, fines et nerveuses, qui, debout, regardaient au loin tandis que leurs veaux lescaressaient, cherchant la tétine, maladroits à la trouver, et la repoussant vingt fois du mufle avant de la saisir, pour jouer peut-être....Tout à coup, Zanette vit les gardians s’élancer vers elle, au galop....— Gardez-vous, demoiselle !Ils avaient crié trop tard pour la prévenir du péril qui, sans qu’elle s’en doutât, la menaçait.Sultan, le fameux étalon syrien, indompté et peut-être indomptable, qui, à tout moment, mettait le désordre dans la manade, blessantchevaux, cavales, taureaux et même les hommes, — accourait tout à coup contre elle, derrière elle. Étouffé dans le sable, le bruit deson galop, perdu dans le bruit du double galop des gardians, ne s’entendait pas. Elle regardait, sans comprendre, le mouvement desgardians. Et quand ils furent tout près d’elle :— Zou ! en avant ! lui crièrent-ils.D’un mouvement instinctif, elle enleva sur place Griset au galop ; elle venait d’entendre derrière elle, tout près, le souffle d’une bête ;Sultan qui broutait un peu à l’écart du troupeau, ayant aperçu tout à coup Griset, s’était furieusement élancé vers lui ; il était, le Sultan,jaloux de ses cavales, il venait attaquer l’intrus, qu’il connaissait bien. Et debout derrière son ennemi, son ventre touchant presque lacroupe du cheval de Zanette, il voulait le frapper de tout le poids de ses deux pieds de devant, prêts à retomber sur son rival, et surl’amazone sans doute. Heureusement, elle s’était dérobée. Et, détournée à demi, elle vit la terrible bête, mâtée tout debout, irritée,menaçante, ses deux pieds battant l’air, sa tête fière et farouche détachée en plein ciel bleu, naseaux ouverts, crinière au vent.Les deux gardians le menacèrent de la pique... il fit une brusque tête à queue, détacha vers eux une ruade insolente et, tête haute,queue rigide, il détala, superbe, les crins en tous sens envolés, avec un cri d’orgueil, de colère et de mépris qui fit se relever d’un seulcoup la tête de toutes les cavales... et il alla passer près d’elles, comme pour leur montrer toute sa force indomptable, toute sa beautélibre... il tourna légèrement vers elles la tête avec un sourd hennissement d’appel, caressant, doux, comme intime, comme convenuentre elles et lui, — et voilà qu’elles s’émurent. Tous ces longs cous tendus qui, un instant auparavant, étaient penchés vers la terre,vers la pâture, se dressèrent bien haut.... Les naseaux, rouges au fond, renâclèrent, aspirant l’air, la liberté, l’amour, le Rhône voisin,la mer lointaine, et la cavale favorite du Syrien, s’émouvant la première, bondit vers lui, frémissante, avec un hennissement auquel ilrépondit, toujours fuyant et déjà loin. Alors la manade s’ébranla entière. Une brusque trépidation, comme un roulement de milletambours voilés, commença.... Zanette et les gardiens ne virent bientôt plus, dans les volutes nuageuses de la poussière, que destêtes ardentes, qui cherchaient à se dépasser, des crinières envolées au vent, des queues fermes, aux poils serpentins, de finespointes d’oreilles rapprochées, dardées, hérissées par-dessus les courbes des croupes... et les taureaux bientôt debout à ce bruit,un instant surpris et indécis, à leur tour partirent ; et à la suite et comme sur l’ordre de l’étalon, voici que se pressa en tumulte, derrièrela blanche galopade des cavales, le torrent noir des taureaux, aux cornes aiguës, aux queues sèches, aux échines noueuses.... Leroulement des pieds innombrables s’éloigna, comme absorbé par l’immensité de la plaine, et en un clin d’œil tout disparut derrièreles tamaris là-bas, dans la poussière de sable qui, soulevée en ondes, semblait, sous le clair soleil du matin, une fumée d’or !— Vous l’avez échappé belle, mademoiselle Zanette ! dit un des gardians.... Ah ! bien ! il nous aurait manqué cela ! Voyez-vous, siSultan vous avait, du pied, frappée sur les épaules... il vous eût écrasée, pechère, comme une reinette dans le marais !... il seraittemps de le renvoyer, ce cheval terrible, au diable, car on peut dire que c’est sans doute du diable qu’il vient.... Pourvu qu’il ne lesdépayse pas, nos aigues. S’il lui prend fantaisie, il leur fera passer le Rhône à la nage ! il l’a fait plusieurs fois déjà !...
— Voyez-vous, dit l’autre gardian, vous pouvez dire au bayle, à votre père donc, que j’ai des fois eu envie de tuer le cheval, de luimettre une balle dans la tête. C’est un cheval de mort, ce coquin-là, il serait temps de s’en défaire. Dites-le au bayle, qui d’ailleurs lesait bien.Zanette ayant promis de parler à son père, se remit en route.…………………Notre-Dame-d’Amour : VIAprès avoir trotté quelque temps, elle mit son cheval au pas, prise par le charme de la saison autour d’elle et par le rêve, en elle, desa naissante jeunesse. L’année, plus âgée qu’elle, avait déjà une ardeur grande, mais la journée était adolescente comme la fille. Lapremière heure matinale, l’enfance du jour, s’en allait, avec ses insouciantes gaîtés d’oiseaux, ses souffles très frais, odorants, àpeine imprégnés du parfum des fleurs éveillées à peine. Un cadran solaire, au mur d’une cabane en ruines, marquait sept heures.Zanette rêvait. Et de quoi, sinon d’amour ? Devant elle se levait de temps en temps une cochevis, « l’alouette de pays », la tête fièresous sa huppe dressée, et qui siffle un trille moqueur, car jamais ne l’approchent que les gens inoffensifs ; les chasseurs ne sauraientla joindre. Elles fuyaient, les cochevis, devant Zanette et se posaient à portée du regard, toujours sur quelque motte de terre, surquelque pierre un peu haute d’où elles pouvaient surveiller un horizon nécessaire, par-dessus les touffes des saladelles. On lessentait inquiètes, songeant à leur nid où déjà sans doute dormaient les œufs, leur espérance d’avenir.... Dans les groupes d’arbresqui bordent le Rhône, les rossignols, depuis l’avril, chantaient à tue-tête leur bonheur de vivre, irréfléchi et pourtant convaincu. Lesagaces, plus prudentes encore que les cochevis, se tenaient toujours à deux portées de fusil, et regardaient la petite Zanette avecleur œil vif, plein de moquerie noire. Elles faisaient semblant aussi de regarder à terre, parce que leur nid fait de brindilles sèchesétait bien haut, là-bas au sommet de quelque peuplier.... Elles affectaient l’insouciance, mais leur pensée d’agace était tourmentée....« Que veut-elle, cette fillette ? elle est petite, l’enfant ; elle ressemble encore, par la taille, à ces êtres malfaisants qui grimpent auxpeupliers, jusqu’aux cîmes, pour prendre nos nids.... Jacassons, mes sœurs, jacassons comme si nous n’avions rien à faire, pasmême chasser le grillon ou guetter, à leur sortie de terre, les cigales encore dépourvues d’ailes et qui, après avoir quitté leur fourreauterreux de larves, nous apparaîtront vertes comme un blé d’hiver, toutes tendres et succulentes, inhabiles à se servir de leurs aileshumides, toutes repliées ! » À ces discours des agaces prudentes, des cailles répondaient, saccadant leur appel, qui disait deschoses semblables. Des petits lapins tout jeunets, montrant leur derrière blanc sous leur queue naïvement relevée, étonnés d’êtrepour la première fois hors des terriers rembourrés avec le poil arraché de la poitrine des mères, se passaient gauchement la pattesur leur longue oreille, pour apprendre à faire leur toilette avec la rosée que secouent sur eux les bonnes herbes. Des libellules,attachées par deux, voletaient, s’embarrassant parfois dans les roseaux où se débattaient leurs ailes de mica, avec un bruitmétallique.... Leurs yeux immenses, bombés sur leur tête en boule, réfléchissaient la jeune lumière, attentifs au vol des hirondellesvoraces et des moineaux plus voraces encore. L’amour partout espérait, craignait, vivait, se défendait.... Et si elle ne voyait pastoutes ces choses, Zanette pourtant les sentait palpiter autour d’elle, et sa jeunesse rêvait un rêve confus, plein d’un désir de vol, decauserie à deux, de frôlements tendres, d’infinie espérance, d’amour enfin, d’amour toujours.Elle n’avait plus sa mère, et contre les pièges d’amour, son brave père, maître Augias, pechère ! n’aurait pas su la mettre en garde. Iln’aurait pas osé, le brave homme ! Eût-il osé, non, il n’aurait pas su. Ayant toujours eu trop de travail pour penser aux belles filles, iln’avait aimé qu’une fois, et cette fois unique l’avait conduit au mariage, d’où était née cette chère petite qui était la joie de ses yeux etde son cœur, bien que jamais il ne lui eût montré combien elle lui était douce au cœur et aux yeux. Sa pudeur native de paysan un peuépais avait tous les dehors de l’indifférence pour son enfant. Il lui parlait tout sec et ne l’embrassait jamais. Les paysans nes’occupent guère de se dire, sinon peut-être à l’heure première de l’amour adolescent, des câlineries, ni même des bontés. Ilstravaillent l’un pour l’autre, c’est leur meilleure manière de se marquer de l’amour. Ainsi le soir, au moment de gagner sa chambre,Zanette n’embrassait jamais son père. Sa vïore à la main : « Bien le bonsoir, père ! » disait-elle. — « Bonsoir, bonsoir ! » répétait-ilsourdement, sans quitter la menue besogne quelconque à laquelle il était tardivement occupé.Qui donc pourra la défendre, Zanette, des pièges qu’elle ignore et que lui prépare un Martégas ? que comprendra-t-elle, quand celoup dévorant viendra vers la pauvre agnelle ? oh ! quelle abomination si elle allait l’écouter ! il sera le premier à lui parler d’amour ; etle premier qui parle aux fillettes si petites, a bien des chances de leur sembler l’amour en personne ! Elles ne savent pas, les pauvres,que bien des loups se déguisent en bergers.On exige beaucoup de force, vraiment, des filles sans soutien ni conseil, à qui la nature, — par mille et mille voix insinuantes, qui
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text