139 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
139 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Mistress BranicanJules Verne1891PREMIÈRE PARTIE :I. Le « Franklin »II. Situation de familleIII. Prospect-HouseIV. À bord du « Boundary »V. Trois mois se passentVI. Fin d’une triste annéeVII. Éventualités diversesVIII. Situation difficileIX. RévélationsX. PréparatifsXI. Première campagne dans la MalaisieXII. Encore un anXIII. Campagne dans la mer de TimorXIV. L’île BrowseXV. Épave vivanteXVI. Harry FeltonXVII. Par oui et par nonDEUXIÈME PARTIE :I. En naviguantII. GodfreyIII. Un chapeau historiqueIV. Le train d’AdélaïdeV. À travers l’Australie méridionaleVI. Rencontre inattendueVII. En remontant vers le nordVIII. Au delà de la station d’Alice-SpringIX. Journal de mistress BranicanX. Encore quelques extraitsXI. Indices et incidentsXII. Derniers effortsXIII. Chez les IndasXIV. Le jeu de Len BurkerXV. Le dernier campementXVI. DénouementMistress Branican : I : IIl y a deux chances de ne jamais revoir les amis dont on se sépare pour un long voyage : ceux qui restent peuvent ne se plus retrouverau retour ; ceux qui partent peuvent ne plus revenir. Mais ils ne se préoccupaient guère de cette éventualité, les marins qui faisaientleurs préparatifs d’appareillage à bord du F r a n k l i n, dans la matinée du 15 mars 1875.Ce jour-là, le F r a n k l i n, capitaine John Branican, était sur le point de quitter le port de San-Diégo (Californie) pour une navigation àtravers les mers septentrionales du Pacifique.travers les mers septentrionales ...

Informations

Publié par
Nombre de lectures 98
Langue Français
Poids de l'ouvrage 12 Mo

Extrait

Mistress Branican
Jules Verne
1891
PREMIÈRE PARTIE :
I. Le « Franklin »
II. Situation de famille
III. Prospect-House
IV. À bord du « Boundary »
V. Trois mois se passent
VI. Fin d’une triste année
VII. Éventualités diverses
VIII. Situation difficile
IX. Révélations
X. Préparatifs
XI. Première campagne dans la Malaisie
XII. Encore un an
XIII. Campagne dans la mer de Timor
XIV. L’île Browse
XV. Épave vivante
XVI. Harry Felton
XVII. Par oui et par non
DEUXIÈME PARTIE :
I. En naviguant
II. Godfrey
III. Un chapeau historique
IV. Le train d’Adélaïde
V. À travers l’Australie méridionale
VI. Rencontre inattendue
VII. En remontant vers le nord
VIII. Au delà de la station d’Alice-Spring
IX. Journal de mistress Branican
X. Encore quelques extraits
XI. Indices et incidents
XII. Derniers efforts
XIII. Chez les Indas
XIV. Le jeu de Len Burker
XV. Le dernier campement
XVI. Dénouement
Mistress Branican : I : I
Il y a deux chances de ne jamais revoir les amis dont on se sépare pour un long voyage : ceux qui restent peuvent ne se plus retrouver
au retour ; ceux qui partent peuvent ne plus revenir. Mais ils ne se préoccupaient guère de cette éventualité, les marins qui faisaient
leurs préparatifs d’appareillage à bord du F r a n k l i n, dans la matinée du 15 mars 1875.
Ce jour-là, le F r a n k l i n, capitaine John Branican, était sur le point de quitter le port de San-Diégo (Californie) pour une navigation à
travers les mers septentrionales du Pacifique.travers les mers septentrionales du Pacifique.
Un joli navire, de neuf cents tonneaux, ce F r a n k l i n, gréé en trois-mâts-goélette, largement voilé de brigantines, focs et flèches, hunier
et perroquet à son mât de misaine. Très relevé de ses fayons d’arrière, légèrement rentré de ses œuvres vives, avec son avant
disposé pour couper l’eau sous un angle très fin, sa mâture un peu inclinée et d’un parallélisme rigoureux, son gréement de fils
galvanisés, aussi raide que s’il eût été fait de barres métalliques, il offrait le type le plus moderne de ces élégants clippers, dont le
Nord-Amérique se sert avec tant d’avantage pour le grand commerce, et qui luttent de vitesse avec les meilleurs steamers de sa
flotte marchande.
Le F r a n k l i n était à la fois si parfaitement construit et si intrépidement commandé que pas un homme de son équipage n’eût accepté
d’embarquer sur un autre bâtiment – même avec l’assurance d’obtenir une plus haute paye. Tous partaient, le cœur plein de cette
double confiance, qui s’appuie sur un bon navire et sur un bon capitaine.
Le F r a n k l i n était à la veille d’entreprendre son premier voyage au long cours pour le compte de la maison William H. Andrew, de
San-Diégo. Il devait se rendre à Calcutta par Singapore, avec un chargement de marchandises fabriquées en Amérique, et rapporter
une cargaison des productions de l’Inde, à destination de l’un des ports du littoral californien.
Le capitaine John Branican était un jeune homme de vingt-neuf ans. Doué d’une physionomie attrayante mais résolue, les traits
empreints d’une rare énergie, il possédait au plus haut degré le courage moral, si supérieur au courage physique – ce courage « de
deux heures après minuit », disait Napoléon, c’est-à-dire celui qui fait face à l’imprévu et se retrouve à chaque moment. Sa tête était
plus caractérisée que belle, avec ses cheveux rudes, ses yeux animés d’un regard vif et franc, qui jaillissait comme un dard de ses
pupilles noires. On eût difficilement imaginé chez un homme de son âge une constitution plus robuste, une membrure plus solide.
Cela se sentait à la vigueur de ses poignées de main qui indiquaient l’ardeur de son sang et la force de ses muscles. Le point sur
lequel il convient d’insister, c’est que l’âme, contenue dans ce corps de fer, était l’âme d’un être généreux et bon, prêt à sacrifier sa
vie pour son semblable. John Branican avait le tempérament de ces sauveteurs, auxquels leur sang-froid permet d’accomplir sans
hésiter des actes d’héroïsme. Il avait fait ses preuves de bonne heure. Un jour, au milieu des glaces rompues de la baie, un autre jour,
à bord d’une chaloupe chavirée, il avait sauvé des enfants, enfant lui-même. Plus tard, il ne devait pas démentir les instincts de
dévouement qui avaient marqué son jeune âge.
Depuis quelques années déjà, John Branican avait perdu son père et sa mère, lorsqu’il épousa Dolly Starter, orpheline, appartenant
à l’une des meilleures familles de San-Diégo. La dot de la jeune fille, très modeste, était en rapport avec la situation, non moins
modeste, du jeune marin, simple lieutenant à bord d’un navire de commerce. Mais il y avait lieu de penser que Dolly hériterait un jour
d’un oncle fort riche, Edward Starter, qui menait la vie d’un campagnard dans la partie la plus sauvage et la moins abordable de l’État
du Tennessee. En attendant, il fallait vivre à deux – et même à trois, car le petit Walter, Wat par abréviation, vint au monde dans la
première année du mariage. Aussi, John Branican, – et sa femme le comprenait, – ne pouvait-il songer à abandonner son métier de
marin. Plus tard il verrait ce qu’il aurait à faire lorsque la fortune lui serait venue par héritage, ou s’il s’enrichissait au service de la
maison Andrew.
Au surplus, la carrière du jeune homme avait été rapide. Ainsi qu’on va le voir, il avait marché vite en même temps qu’il marchait droit.
Il était capitaine au long cours à un âge où la plupart de ses collègues ne sont encore que seconds ou lieutenants à bord des navires
de commerce. Si ses aptitudes justifiaient cette précocité, son avancement s’expliquait aussi par certaines circonstances qui avaient
à bon droit attiré l’attention sur lui.
En effet, John Branican était populaire à San-Diégo ainsi que dans les divers ports du littoral californien. Ses actes de dévouement
l’avaient signalé d’une façon éclatante non seulement aux marins, mais aux négociants et armateurs de l’Union.
Quelques années auparavant, une goélette péruvienne, la S o n o r a, ayant fait côte à l’entrée de Coronado-Beach, l’équipage était
perdu, si l’on ne parvenait pas à établir une communication entre le bâtiment et la terre. Mais porter une amarre à travers les brisants,
c’était risquer cent fois sa vie. John Branican n’hésita pas. Il se jeta au milieu des lames qui déferlaient avec une extrême violence, fut
roulé sur les récifs, puis ramené à la grève battue par un terrible ressac.
Devant les dangers qu’il voulait affronter encore, sans se soucier de sa vie, on essaya de le retenir. Il résista, il se précipita vers la
goélette, il parvint à l’atteindre, et, grâce à lui, les hommes de la S o n o r a furent sauvés.
Un an plus tard, pendant une tempête qui se déchaîna à cinq cents milles au large dans l’ouest du Pacifique, John Branican eut à
nouveau l’occasion de montrer tout ce qu’on pouvait attendre de lui. Il était lieutenant à bord du W a s h i n g t o n, dont le capitaine venait
d’être emporté par un coup de mer, en même temps que la moitié de l’équipage. Resté à bord du navire désemparé avec une demi-
douzaine de matelots, blessés pour la plupart, il prit le commandement du W a s h i n g t o n qui ne gouvernait plus, parvint à s’en rendre
maître, à lui réinstaller des mâts de fortune, et à le ramener au port de San-Diégo. Cette coque à peine manœuvrable, qui renfermait
une cargaison valant plus de cinq cent mille dollars, appartenait précisément à la maison Andrew.
Quel accueil reçut le jeune marin, lorsque le navire eut mouillé au port de San-Diégo ! Puisque les événements de mer l’avaient fait
capitaine, il n’y eut qu’une voix parmi toute la population pour lui confirmer ce grade.
La maison Andrew lui offrit le commandement du F r a n k l i n, qu’elle venait de faire construire. Le lieutenant accepta, car il se sentait
capable de commander, et n’eut qu’à choisir pour recruter son équipage, tant on avait confiance en lui. Voilà dans quelles conditions
le F r

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text