47 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
47 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Louis LambertHonoré de BalzacDÉDICACEEt nunc et semper dilectae dicatum.> Louis Lambert naquit, en 1797, à Montoire, petite ville du Vendômois, où sonpère exploitait une tannerie de médiocre importance et comptait faire de lui sonsuccesseur ; mais les dispositions qu’il manifesta prématurément pour l’étudemodifièrent l’arrêt paternel. D’ailleurs le tanneur et sa femme chérissaient Louiscomme on chérit un fils unique et ne le contrariaient en rien. L’Ancien et le NouveauTestament étaient tombés entre les mains de Louis à l’âge de cinq ans ; et ce livre,où sont contenus tant de livres, avait décidé de sa destinée. Cette enfantineimagination comprit-elle déjà la mystérieuse profondeur des Ecritures, pouvait-elledéjà suivre l’Esprit-Saint dans son vol à travers les mondes, s’éprit-elle seulementdes romanesques attraits qui abondent en ces poèmes tout orientaux ; ou, dans sapremière innocence, cette âme sympathisa-t-elle avec le sublime religieux que desmains divines ont épanché dans ce livre ! Pour quelques lecteurs, notre récitrésoudra ces questions. Un fait résulta de cette première lecture de la Bible : Louisallait par tout Montoire, y quêtant des livres qu’il obtenait à la faveur de cesséductions dont le secret n’appartient qu’aux enfants, et auxquelles personne nesait résister. En se livrant à ces études, dont le cours n’était dirigé par personne, ilatteignit sa dixième année. A cette époque, les remplaçants étaient rares ; déjàplusieurs familles ...

Informations

Publié par
Nombre de lectures 107
Langue Français
Poids de l'ouvrage 4 Mo

Extrait

Louis LambertHonoré de BalzacDÉDICACEEt nunc et semper dilectae dicatum.> Louis Lambert naquit, en 1797, à Montoire, petite ville du Vendômois, où sonpère exploitait une tannerie de médiocre importance et comptait faire de lui sonsuccesseur ; mais les dispositions qu’il manifesta prématurément pour l’étudemodifièrent l’arrêt paternel. D’ailleurs le tanneur et sa femme chérissaient Louiscomme on chérit un fils unique et ne le contrariaient en rien. L’Ancien et le NouveauTestament étaient tombés entre les mains de Louis à l’âge de cinq ans ; et ce livre,où sont contenus tant de livres, avait décidé de sa destinée. Cette enfantineimagination comprit-elle déjà la mystérieuse profondeur des Ecritures, pouvait-elledéjà suivre l’Esprit-Saint dans son vol à travers les mondes, s’éprit-elle seulementdes romanesques attraits qui abondent en ces poèmes tout orientaux ; ou, dans sapremière innocence, cette âme sympathisa-t-elle avec le sublime religieux que desmains divines ont épanché dans ce livre ! Pour quelques lecteurs, notre récitrésoudra ces questions. Un fait résulta de cette première lecture de la Bible : Louisallait par tout Montoire, y quêtant des livres qu’il obtenait à la faveur de cesséductions dont le secret n’appartient qu’aux enfants, et auxquelles personne nesait résister. En se livrant à ces études, dont le cours n’était dirigé par personne, ilatteignit sa dixième année. A cette époque, les remplaçants étaient rares ; déjàplusieurs familles riches les retenaient d’avance pour n’en pas manquer au momentdu tirage. Le peu de fortune des pauvres tanneurs ne leur permettant pas d’acheterun homme à leur fils, ils trouvèrent dans l’état ecclésiastique le seul moyen que leurlaissât la loi de le sauver de la conscription, et ils l’envoyèrent, en 1807, chez sononcle maternel, curé de Mer, autre petite ville située sur la Loire, près de Blois. Ceparti satisfaisait tout à la fois la passion de Louis pour la science et le désirqu’avaient ses parents de ne point l’exposer aux hasards de la guerre. Ses goûtsstudieux et sa précoce intelligence donnaient d’ailleurs l’espoir de lui voir faire unegrande fortune dans l’Eglise. Après être resté pendant environ trois ans chez sononcle, vieil oratorien assez instruit, Louis en sortit au commencement de 1811 pourentrer au collége de Vendôme, où il fut mis et entretenu aux frais de madame deStaël.Lambert dut la protection de cette femme célèbre au hasard ou sans doute à laProvidence qui sait toujours aplanir les voies au génie délaissé. Mais pour nous, dequi les regards s’arrêtent à la superficie des choses humaines, ces vicissitudes,dont tant d’exemples nous sont offerts dans la vie des grands hommes, ne semblentêtre que le résultat d’un phénomène tout physique ; et, pour la plupart desbiographes, la tête d’un homme de génie tranche sur une masse de figuresenfantines comme une belle plante qui par son éclat attire dans les champs les yeuxdu botaniste. Cette comparaison pourrait s’appliquer à l’aventure de LouisLambert : il venait ordinairement passer dans la maison paternelle le temps queson oncle lui accordait pour ses vacances ; mais au lieu de s’y livrer, selonl’habitude des écoliers, aux douceurs de ce bon farniente qui nous affriole à toutâge, il emportait dès le matin du pain et des livres ; puis il allait lire et méditer aufond des bois pour se dérober aux remontrances de sa mère, à laquelle de siconstances études paraissaient dangereuses. Admirable instinct de mère ! Dès cetemps, la lecture était devenue chez Louis une espèce de faim que rien ne pouvaitassouvir : il dévorait des livres de tout genre, et se repaissait indistinctementd’œuvres religieuses, d’histoire, de philosophie et de physique. Il m’a dit avoiréprouvé d’incroyables délices en lisant des dictionnaires, à défaut d’autresouvrages, et je l’ai cru volontiers. Quel écolier n’a maintes fois trouvé du plaisir àchercher le sens probable d’un substantif inconnu ? L’analyse d’un mot, saphysionomie, son histoire étaient pour Lambert l’occasion d’une longue rêverie.Mais ce n’était pas la rêverie instinctive par laquelle un enfant s’habitue auxphénomènes de la vie, s’enhardit aux perceptions ou morales ou physiques ; cultureinvolontaire, qui plus tard porte ses fruits et dans l’entendement et dans lecaractère ; non, Louis embrassait les faits, il les expliquait après en avoir recherchétout à la fois le principe et la fin avec une perspicacité de sauvage. Aussi, par un deces jeux effrayants auxquels se plaît parfois la Nature, et qui prouvait l’anomalie deson existence, pouvait-il dès l’âge de quatorze ans émettre facilement des idéesdont la profondeur ne m’a été révélée que longtemps après.
— Souvent, me dit-il, en parlant de ses lectures, j’ai accompli de délicieux voyages,embarqué sur un mot dans les abîmes du passé, comme l’insecte qui flotte au gréd’un fleuve sur quelque brin d’herbe. Parti de la Grèce, j’arrivais à Rome ettraversais l’étendue des âges modernes. Quel beau livre ne composerait-on pas enracontant la vie et les aventures d’un mot ? sans doute il a reçu diversesimpressions des événements auxquels il a servi ; selon les lieux il a réveillé desidées différentes ; mais n’est-il pas plus grand encore à considérer sous le tripleaspect de l’âme, du corps et du mouvement ? A le regarder, abstraction faite deses fonctions, de ses effets et de ses actes, n’y a-t-il pas de quoi tomber dans unocéan de réflexions ? La plupart des mots ne sont-ils pas teints de l’idée qu’ilsreprésentent extérieurement ? à quel génie sont-ils dus ! S’il faut une grandeintelligence pour créer un mot, quel âge a donc la parole humaine ? L’assemblagedes lettres, leurs formes, la figure qu’elles donnent à un mot, dessinent exactement,suivant le caractère de chaque peuple, des êtres inconnus dont le souvenir est ennous. Qui nous expliquera philosophiquement la transition de la sensation à lapensée, de la pensée au verbe, du verbe à son expression hiéroglyphique, deshiéroglyphes à l’alphabet, de l’alphabet à l’éloquence écrite, dont la beauté résidedans une suite d’images classées par les rhéteurs, et qui sont comme leshiéroglyphes de la pensée ? L’antique peinture des idées humaines configuréespar les formes zoologiques n’aurait-elle pas déterminé les premiers signes donts’est servi l’Orient pour écrire ses langages ? Puis n’aurait-elle pastraditionnellement laissé quelques vestiges dans nos langues modernes, qui toutesse sont partagé les débris du verbe primitif des nations, verbe majestueux etsolennel, dont la majesté, dont la solennité décroissent à mesure que vieillissent lessociétés ; dont lesretentissements si sonores dans la Bible hébraïque, si beauxencore dans la Grèce, s’affaiblissent à travers les progrès de nos civilisationssuccessives ? Est-ce à cet ancien Esprit que nous devons les mystères enfouisdans toute parole humaine ? N’existe-t-il pas dans le mot VRAI une sorte derectitude fantastique ? ne se trouve-t-il pas dans le son bref qu’il exige une vagueimage de la chaste nudité, de la simplicité du vrai en toute chose ? Cette syllaberespire je ne sais quelle fraîcheur. J’ai pris pour exemple la formule d’une idéeabstraite, ne voulant pas expliquer le problème par un mot qui le rendît trop facile àcomprendre, comme celui de VOL, où tout parle aux sens. N’en est-il pas ainsi dechaque verbe ? tous sont empreints d’un vivant pouvoir qu’ils tiennent de l’âme, etqu’ils lui restituent par les mystères d’une action et d’une réaction merveilleuseentre la parole et la pensée. Ne dirait-on pas d’un amant qui puise sur les lèvres desa maîtresse autant d’amour qu’il en communique ? Par leur seule physionomie, lesmots raniment dans notre cerveau les créatures auxquelles ils servent de vêtement.Semblables à tous les êtres, ils n’ont qu’une place où leurs propriétés puissentpleinement agir et se développer. Mais ce sujet comporte peut-être une sciencetout entière ! Et il haussait les épaules comme pour me dire : Nous sommes et tropgrands et trop petits !La passion de Louis pour la lecture avait été d’ailleurs fort bien servie. Le curé deMer possédait environ deux à trois mille volumes. Ce trésor provenait des pillagesfaits pendant la révolution dans les abbayes et les châteaux voisins. En sa qualitéde prêtre assermenté, le bonhomme avait pu choisir les meilleurs ouvrages parmiles collections précieuses qui furent alors vendues au poids. En trois ans, LouisLambert s’était assimilé la substance des livres qui, dans la bibliothèque de sononcle, méritaient d’être lus. L’absorption des idées par la lecture était devenue chezlui un phénomène curieux ; son œil embrassait sept à huit lignes d’un coup, et sonesprit en appréciait le sens avec une vélocité pareille à celle de son regard ;souvent même un mot dans la phrase suffisait pour lui en faire saisir le suc. Samémoire était prodigieuse. Il se souvenait avec une même fidélité des penséesacquises par la lecture et de celles que la réflexion ou la conversation lui avaientsuggérées. Enfin il possédait toutes les mémoires : celles des lieux, des noms, desmois, des choses et des figures. Non-seulement il se rappelait les objets à volonté ;mais encore il les revoyait en lui-même situés,éclairés, colorés comme ils l’étaientau moment où il les avait aperçus. Cette puissance s’appliquait également auxactes les plus insaisissables de l’entendement. Il se souvenait, suivant sonexpression, non-seulement du gisement des pensées dans le livre où il les avaitprises, mais encore des dispositions de son âme à des époques éloignées. Par unprivilége inouï, sa mémoire pouvait donc lui retracer les progrès et la vie entière deson esprit, depuis l’idée la plus anciennement acquise jusqu’à la dernière éclose,depuis la plus confuse jusqu’à la plus lucide. Son cerveau, habitué jeune encore audifficile mécanisme de la concentration des forces humaines, tirait de ce richedépôt une foule d’images admirables de réalité, de fraîcheur, desquelles il senourrissait pendant la durée de ses limpides contemplations.— Quand je le veux, me disait-il dans son langage auquel les trésors du souvenircommuniquaient une hâtive originalité, je tire un voile sur mes yeux. Soudain je
rentre en moi-même, et j’y trouve une chambre noire où les accidents de la natureviennent se reproduire sous une forme plus pure que la forme sous laquelle ils sontd’abord apparus à mes sens extérieurs.A l’âge de douze ans, son imagination, stimulée par le perpétuel exercice de sesfacultés, s’était développée au point de lui permettre d’avoir des notions si exactessur les choses qu’il percevait par la lecture seulement, que l’image imprimée dansson âme n’en eût pas été plus vive s’il les avait réellement vues ; soit qu’il procédâtpar analogie, soit qu’il fût doué d’une espèce de seconde vue par laquelle ilembrassait la nature.— En lisant le récit de la bataille d’Austerlitz, me dit-il un jour, j’en ai vu tous lesincidents. Les volées de canon, les cris des combattants retentissaient à mesoreilles et m’agitaient les entrailles ; je sentais la poudre, j’entendais le bruit deschevaux et la voix des hommes ; j’admirais la plaine où se heurtaient des nationsarmées, comme si j’eusse été sur la hauteur du Santon. Ce spectacle me semblaiteffrayant comme une page de l’Apocalypse.Quand il employait ainsi toutes ses forces dans une lecture, il perdait en quelquesorte la conscience de sa vie physique, et n’existait plus que par le jeu tout-puissantde ses organes intérieurs dont la portée s’était démesurément étendue : il laissait,suivant son expression, l’espace derrière lui. Mais je ne veux pas anticiper sur lesphases intellectuelles de sa vie. Malgré moi déjà, jeviens d’intervertir l’ordre danslequel je dois dérouler l’histoire de cet homme qui transporta toute son action danssa pensée, comme d’autres placent toute leur vie dans l’action.Un grand penchant l’entraînait vers les ouvrages mystiques. — Abyssus abyssum,me disait-il. Notre esprit est un abîme qui se plaît dans les abîmes. Enfants,hommes, vieillards, nous sommes toujours friands de mystères, sous quelque formequ’ils se présentent. Cette prédilection lui fut fatale, s’il est permis toutefois de jugersa vie selon les lois ordinaires, et de toiser le bonheur d’autrui avec la mesure dunôtre, ou d’après les préjugés sociaux. Ce goût pour les choses du ciel, autrelocution qu’il employait souvent, ce mens divinior était dû peut-être à l’influenceexercée sur son esprit par les premiers livres qu’il lut chez son oncle. SainteThérèse et madame Guyon lui continuèrent la Bible, eurent les prémices de sonadulte intelligence, et l’habituèrent à ces vives réactions de l’âme dont l’extase est àla fois et le moyen et le résultat. Cette étude, ce goût élevèrent son cœur, lepurifièrent, l’ennoblirent, lui donnèrent appétit de la nature divine, et l’instruisirentdes délicatesses presque féminines qui sont instinctives chez les grands hommes :peut-être leur sublime n’est-il que le besoin de dévouement qui distingue la femme,mais transporté dans les grandes choses. Grâce à ces premières impressions,Louis resta pur au collége. Cette noble virginité de sens eut nécessairement poureffet d’enrichir la chaleur de son sang et d’agrandir les facultés de sa pensée.La baronne de Staël, bannie à quarante lieues de Paris, vint passer plusieurs moisde son exil dans une terre située prés de Vendôme. Un jour, en se promenant, ellerencontra sur la lisière du parc l’enfant du tanneur presque en haillons, absorbé parun livre. Ce livre était une traduction du CIEL ET DE L’ENFER. A cette époque,MM. Saint-Martin, de Gence et quelques autres écrivains français, à moitiéallemands, étaient presque les seules personnes qui, dans l’empire français,connussent le nom de Swedenborg. Etonnée, madame de Staël prit le livre aveccette brusquerie qu’elle affectait de mettre dans ses interrogations, ses regards etses gestes ; puis, lançant un coup d’œil à Lambert : — Est-ce que tu comprendscela ? lui dit-elle. — Priez-vous Dieu ? demanda l’enfant. — Mais... Oui. — Et lecomprenez-vous ?La baronne resta muette pendant un moment ; puis elle s’assit auprès de Lambert,et se mit à causer avec lui. Malheureusement ma mémoire, quoique fort étendue,est loin d’être aussi fidèle que l’était celle de mon camarade, et j’ai tout oublié decette conversation, hormis les premiers mots. Cette rencontre était de nature àvivement frapper madame de Staël ; à son retour au château, elle en parla peu,malgré le besoin d’expansion qui, chez elle, dégénérait en loquacité ; mais elle enparut fortement préoccupée. La seule personne encore vivante qui ait gardé lesouvenir de cette aventure, et que j’ai questionnée afin de recueillir le peu deparoles alors échappées à madame de Staël, retrouva difficilement dans samémoire ce mot dit par la baronne, à propos de Lambert : C’est un vrai voyant.Louis ne justifia point aux yeux des gens du monde les belles espérances qu’il avaitinspirées à sa protectrice. La prédilection passagère qui se porta sur lui fut doncconsidérée comme un caprice de femme, comme une de ces fantaisiesparticulières aux artistes. Madame de Staël voulut arracher Louis Lambert àl’Empereur et à l’Eglise, pour le rendre à la noble destinée qui, disait-elle,l’attendait ; car elle en faisait déjà quelque nouveau Moïse sauvé des eaux. Avant
son départ, elle chargea l’un de ses amis, monsieur de Corbigny, alors préfet àBlois, de mettre en temps utile son Moïse au collége de Vendôme ; puis elle l’oubliaprobablement. Entré là vers l’âge de quatorze ans, au commencement de 1811,Lambert dut eu sortir à la fin de 1814, après avoir achevé sa philosophie. Je douteque, pendant ce temps, il ait jamais reçu le moindre souvenir de sa bienfaitrice, sitoutefois ce fut un bienfait que de payer durant trois années la pension d’un enfantsans songer à son avenir, après l’avoir détourné d’une carrière où peut-être eût-iltrouvé le bonheur. Les circonstances de l’époque et le caractère de Louis Lambertpeuvent largement absoudre madame de Staël et de son insouciance et de sagénérosité. La personne choisie pour lui servir d’intermédiaire dans ses relationsavec l’enfant quitta Blois au moment où il sortait du collége. Les événementspolitiques qui survinrent alors justifièrent assez l’indifférence de ce personnage pourle protégé de la baronne. L’auteur de Corinne n’entendit plus parler de son petitMoïse. Cent louis donnés par elle à monsieur de Corbigny, qui, je crois, mourut lui-même en 1812, n’étaient pas une somme assez importante pourréveiller lessouvenirs de madame de Staël dont l’âme exaltée rencontra sa pâture, et dont tousles intérêts furent vivement mis en jeu pendant les péripéties des années 1814 et1815. Louis Lambert se trouvait à cette époque et trop pauvre et trop fier pourrechercher sa bienfaitrice, qui voyageait à travers l’Europe. Néanmoins il vint à piedde Blois à Paris dans l’intention de la voir, et arriva malheureusement le jour où labaronne mourut. Deux lettres écrites par Lambert étaient restées sans réponse. Lesouvenir des bonnes intentions de madame de Staël pour Louis n’est doncdemeuré que dans quelques jeunes mémoires, frappées comme le fut la miennepar le merveilleux de cette histoire. Il faut avoir été dans notre collége pourcomprendre et l’effet que produisait ordinairement sur nos esprits l’annonce d’unnouveau, et l’impression particulière que l’aventure de Lambert devait nous causer.Ici, quelques renseignements sur les lois primitives de notre Institution, jadis moitiémilitaire et moitié religieuse, deviennent nécessaires pour expliquer la nouvelle vieque Lambert allait y mener. Avant la révolution, l’Ordre des Oratoriens, voué,comme celui de Jésus, à l’éducation publique, et qui lui succéda dans quelquesmaisons, possédait plusieurs établissements provinciaux, dont les plus célèbresétaient les colléges de Vendôme, de Tournon, de La Flèche, de Pont-le-Voy, deSorrèze et de Juilly. Celui de Vendôme, aussi bien que les autres, élevait, je crois,un certain nombre de cadets destinés à servir dans l’armée. L’abolition des Corpsenseignants, décrétée par la Convention, influa très-peu sur l’Institution deVendôme. La première crise passée, le collége recouvra ses bâtiments ; quelquesOratoriens disséminés aux environs y revinrent, et le rétablirent en lui conservantson ancienne règle, ses habitudes, ses usages et ses mœurs, qui lui prêtaient unephysionomie à laquelle je n’ai rien pu comparer dans aucun des lycées où je suisallé après ma sortie de Vendôme. Situé au milieu de la ville, sur la petite rivière duLoir qui en baigne les bâtiments, le collége forme une vaste enceintesoigneusement close où sont enfermés les établissements nécessaires a uneInstitution de ce genre : une chapelle, un théâtre, une infirmerie, une boulangerie,des jardins, des cours d’eau. Ce collége, le plus célèbre foyer d’instruction quepossèdent les provinces du centre, est alimenté par elles et par nos colonies.L’éloignement ne permet donc pas aux parents d’y venir souvent voir leurs enfants.La règle interdisait d’ailleurs les vacances externes. Une fois entrés, les élèves nesortaient du collége qu’à la fin de leurs études. A l’exception des promenades faitesextérieurement sous la conduite des Pères, tout avait été calculé pour donner àcette maison les avantages de la discipline conventuelle. De mon temps, leCorrecteur était encore un vivant souvenir, et la classique férule de cuir y jouait avechonneur son terrible rôle. Les punitions jadis inventées par la Compagnie de Jésus,et qui avaient un caractère aussi effrayant pour le moral que pour le physique,étaient demeurées dans l’intégrité de l’ancien programme. Les lettres aux parentsétaient obligatoires à certains jours, aussi bien que la confession. Ainsi nos péchéset nos sentiments se trouvaient en coupe réglée. Tout portait l’empreinte del’uniforme monastique. Je me rappelle, entre autres vestiges de l’ancien Institut,l’inspection que nous subissions tous les dimanches : nous étions en grande tenue,rangés comme des soldats, attendant les deux directeurs qui, suivis desfournisseurs et des maîtres, nous examinaient sous les triples rapports du costume,de l’hygiène et du moral. Les deux ou trois cents élèves que pouvait loger le collégeétaient divisés, suivant l’ancienne coutume, en quatre sections, nommées lesMinimes, les Petits, les Moyens et les Grands. La division des Minimesembrassait les classes désignées sous le nom de huitième et septième ; celle desPetits, la sixième, la cinquième et la quatrième ; celle des Moyens, la troisième et laseconde ; enfin celle des Grands, la rhétorique, la philosophie, les mathématiquesspéciales, la physique et la chimie. Chacun de ces colléges particuliers possédaitson bâtiment, ses classes et sa cour dans un grand terrain commun sur lequel lessalles d’étude avaient leur sortie, et qui aboutissaient au réfectoire. Ce réfectoire,digne d’un ancien Ordre religieux, contenait tous les écoliers. Contrairement à la
règle des autres corps enseignants, nous pouvions y parler en mangeant, toléranceoratorienne qui nous permettait de faire des échanges de plats selon nos goûts. Cecommerce gastronomique est constamment resté l’un des plus vifs plaisirs de notrevie collégiale. Si quelque Moyen, placé en tête de sa table, préférait une portion depois rouges à son dessert, car nous avions du dessert, la proposition suivantepassait de bouche en bouche : — Un dessert pour des pois ! jusqu’à ce qu’ungourmand l’eût accepté ; alors celui-ci d’envoyer sa portion de pois, qui allait demain en main jusqu’au demandeur dont le dessert arrivait par la même voie.Jamais il n’y avait d’erreur. Si plusieurs demandes étaient semblables, chacuneportait son numéro, et l’on disait : — Premiers pois pour premier dessert. Lestables étaient longues, notre trafic perpétuel y mettait tout en mouvement ; et nousparlions, nous mangions, nous agissions avec une vivacité sans exemple. Aussi lebavardage de trois cents jeunes gens, les allées et venues des domestiquesoccupés à changer les assiettes, à servir les plats, à donner le pain, l’inspectiondes directeurs faisaient-ils du réfectoire de Vendôme un spectacle unique en songenre, et qui étonnait toujours les visiteurs. Pour adoucir notre vie, privée de toutecommunication avec le dehors et sevrée des caresses de la famille, les Pères nouspermettaient encore d’avoir des pigeons et des jardins. Nos deux ou trois centscabanes, un millier de pigeons nichés autour de notre mur d’enceinte et unetrentaine de jardins formaient un coup d’œil encore plus curieux que ne l’était celuide nos repas. Mais il serait trop fastidieux de raconter les particularités qui font ducollége de Vendôme un établissement à part, et fertile en souvenirs pour ceux dontl’enfance s’y est écoulée. Qui de nous ne se rappelle encore avec délices, malgréles amertumes de la science, les bizarreries de cette vie claustrale ? C’était lesfriandises achetées en fraude durant nos promenades, la permission de jouer auxcartes et celle d’établir des représentations théâtrales pendant les vacances,maraude et libertés nécessitées par notre solitude ; puis encore notre musiquemilitaire, dernier vestige des Cadets ; notre académie, notre chapelain, nos Pèresprofesseurs ; enfin, les jeux particuliers défendus ou permis : la cavalerie de noséchasses, les longues glissoires faites en hiver, le tapage de nos galochesgauloises, et surtout le commerce introduit par la boutique établie dans l’intérieur denos cours. Cette boutique était tenue par une espèce de maître Jacques auquelgrands et petits pouvaient demander, suivant le prospectus : boites, échasses,outils, pigeons cravatés, pattus, livres de messe (article rarement vendu), canifs,papiers, plumes, crayons, encre de toutes les couleurs, balles, billes ; enfin lemonde entier des fascinantes fantaisies de l’enfance, et qui comprenait tout, depuisla sauce des pigeons que nous avions à tuer jusqu’aux poteries où nousconservions le riz de notre souper pour le déjeuner du lendemain. Qui de nous estassez malheureux pour avoir oublié ses battements de cœur à l’aspect de cemagasin périodiquement ouvert pendant lesrécréations du dimanche, et où nousallions à tour de rôle dépenser la somme qui nous était attribuée ; mais où lamodicité de la pension accordée par nos parents à nos menus plaisirs nousobligeait de faire un choix entre tous les objets qui exerçaient de si vives séductionssur nos âmes ? La jeune épouse à laquelle, durant les premiers jours de miel, sonmari remet douze fois dans l’année une bourse d’or, le joli budget de ses caprices,a-t-elle rêvé jamais autant d’acquisitions diverses dont chacune absorbe la somme,que nous n’en avons médité la veille des premiers dimanches du mois ? Pour sixfrancs, nous possédions, pendant une nuit, l’universalité des biens de l’inépuisableboutique ! et, durant la messe, nous ne chantions pas un répons qui ne brouillât nossecrets calculs. Qui de nous peut se souvenir d’avoir eu quelques sous à dépenserle second dimanche ? Enfin qui n’a pas obéi par avance aux lois sociales enplaignant, en secourant, en méprisant les Pariahs que l’avarice où le malheurpaternel laissaient sans argent ? Quiconque voudra se représenter l’isolement dece grand collége avec ses bâtiments monastiques, au milieu d’une petite ville, et lesquatre parcs dans lesquels nous étions hiérarchiquement casés, aura certes uneidée de l’intérêt que devait nous offrir l’arrivée d’un nouveau, véritable passagersurvenu dans un navire. Jamais jeune duchesse présentée à la cour n’y fut aussimalicieusement critiquée que l’était le nouveau débarqué par tous les écoliers desa Division. Ordinairement, pendant la récréation du soir, avant la prière, lesflatteurs habitués à causer avec celui des deux Pères chargés de nous garder unesemaine chacun à leur tour, qui se trouvait alors en fonctions, entendaient lespremiers ces paroles authentiques : — « Vous aurez demain un Nouveau ! » Tout àcoup ce cri : — « Un Nouveau ! un Nouveau ! » retentissait dans les cours. Nousaccourions tous pour nous grouper autour du Régent, qui bientôt était rudementinterrogé. — D’où venait-il ? Comment se nommait-il ? En quelle classe serait-il ?.cteL’arrivée de Louis Lambert fut le texte d’un conte digne des Mille et une Nuits.J’étais alors en quatrième chez les Petits. Nous avions pour Régents deux hommesauxquels nous donnions par tradition le nom de Pères, quoiqu’ils fussent séculiers.De mon temps, il n’existait plus à Vendôme que trois véritables Oratoriens auxquels
ce titre appartînt légitimement ; en 1814, ils quittèrent le collége, qui s’étaitinsensiblement sécularisé, pour se réfugier auprès desautels dans quelquespresbytères de campagne, à l’exemple du curé de Mer. Le père Haugoult, leRégent de semaine, était assez bon homme, mais dépourvu de hautesconnaissances, il manquait de ce tact si nécessaire pour discerner les différentscaractères des enfants et leur mesurer les punitions suivant leurs forcesrespectives.Le père Haugoult se mit donc à raconter fort complaisamment les singuliersévénements qui allaient, le lendemain, nous valoir le plus extraordinaire desNouveaux. Aussitôt les jeux cessèrent. Tous les Petits arrivèrent en silence pourécouter l’aventure de ce Louis Lambert, trouvé, comme un aérolithe, par madamede Staël au coin d’un bois. Monsieur Haugoult dut nous expliquer madame deStaël : pendant cette soirée, elle me parut avoir dix pieds ; depuis j’ai vu le tableaude Corinne, où Gérard l’a représentée et si grande et si belle ; hélas ! la femmeidéale rêvée par mon imagination la surpassait tellement, que la véritable madamede Staël a constamment perdu dans mon esprit, même après la lecture du livre toutviril intitulé De l’Allemagne. Mais Lambert fut alors une bien autre merveille : aprèsl’avoir examiné, monsieur Mareschal, le directeur des études, avait hésité, disait lepère Haugoult, à le mettre chez les Grands. La faiblesse de Louis en latin l’avait faitrejeter en quatrième, mais il sauterait sans doute une classe chaque année ; parexception, il devait être de l’académie. Proh pudor ! nous allions avoir l’honneur decompter parmi les Petits un habit décoré du ruban rouge que portaient lesacadémiciens de Vendôme. Aux académiciens étaient octroyés de brillantspriviléges ; ils dînaient souvent à la table du Directeur, et tenaient par an deuxséances littéraires auxquelles nous assistions pour entendre leurs œuvres. Unacadémicien était un petit grand homme. Si chaque Vendômien veut être franc, ilavouera que, plus tard, un véritable académicien de la véritable Académiefrançaise lui a paru bien moins étonnant que ne l’était l’enfant gigantesque illustrépar la croix et par le prestigieux ruban rouge, insignes de notre académie. Il étaitbien difficile d’appartenir à ce corps glorieux avant d’être parvenu en seconde, carles académiciens devaient tenir tous les jeudis, pendant les vacances, des séancespubliques, et nous lire des contes en vers ou en prose, des épîtres, des traités, destragédies, des comédies ; compositions interdites à l’intelligence des classessecondaires. J’ai long-temps gardé le souvenir d’un conte, intitulé l’Ane vert, qui, jecrois, est l’œuvre la plus saillante de cette académieinconnue. Un quatrième êtrede l’académie ! Parmi nous serait cet enfant de quatorze ans, déjà poète, aimé demadame de Staël, un futur génie, nous disait le père Haugoult ; un sorcier, un garscapable de faire un thème ou une version pendant qu’on nous appellerait en classe,et d’apprendre ses leçons en les lisant une seule fois. Louis Lambert confondaittoutes nos idées. Puis la curiosité du père Haugoult, l’impatience qu’il témoignaitde voir le Nouveau, attisaient encore nos imaginations enflammées. — S’il a despigeons, il n’aura pas de cabane. Il n’y a plus de place, Tant pis ! disait l’un de nousqui, depuis, a été grand agriculteur. — Auprès de qui sera-t-il ? demandait un autre.— Oh ! que je voudrais être son faisant ! s’écriait un exalté. Dans notre langagecollégial, ce mot être faisants constituait un idiotisme difficile à traduire. Il exprimaitun partage fraternel des biens et des maux de notre vie enfantine, une promiscuitéd’intérêts fertile en brouilles et en raccommodements, un pacte d’alliance offensiveet défensive. Chose bizarre ! jamais, de mon temps, je n’ai connu de frères quifussent Faisants. Si l’homme ne vit que par les sentiments, peut-être croit-ilappauvrir son existence en confondant une affection trouvée dans une affectionnaturelle.L’impression que les discours du père Haugoult firent sur moi pendant cette soiréeest une des plus vives de mon enfance, et je ne puis la comparer qu’à la lecture deRobinson Crusoé. Je dus même plus tard au souvenir de ces sensationsprodigieuses, une remarque peut-être neuve sur les différents effets que produisentles mois dans chaque entendement. Le verbe n’a rien d’absolu : nous agissons plussur le mot qu’il n’agit sur nous ; sa force est en raison des images que nous avonsacquises et que nous y groupons ; mais l’étude de ce phénomène exige de largesdéveloppements, hors de propos ici. Ne pouvant dormir, j’eus une longuediscussion avec mon voisin de dortoir sur l’être extraordinaire que nous devionsavoir parmi nous le lendemain. Ce voisin, naguère officier, maintenant écrivain àhautes vues philosophiques, Barchou de Penhoën, n’a démenti ni saprédestination, ni le hasard qui réunissait dans la même classe, sur le même bancet sous le même toit, les deux seuls écoliers de Vendôme de qui Vendôme entendeparler aujourd’hui. Le récent traducteur de Fichte, l’interprète et l’ami de Ballanche,était occupé déjà, comme je l’étais moi-même, de questions métaphysiques ; ildéraisonnait souvent avec moi sur Dieu,sur nous et sur la nature. Il avait alors desprétentions au pyrrhonisme. Jaloux de soutenir son rôle, il nia les facultés deLambert ; tandis qu’ayant nouvellement lu les Enfants célèbres, je l’accablais de
preuves en lui citant le petit Montcalm, Pic de La Mirandole, Pascal, enfin tous lescerveaux précoces ; anomalies célèbres dans l’histoire de l’esprit humain, et lesprédécesseurs de Lambert. J’étais alors moi-même passionné pour la lecture.Grâce à l’envie que mon père avait de me voir à l’Ecole Polytechnique, il payaitpour moi des leçons particulières de mathématiques. Mon répétiteur, bibliothécairedu collége, me laissait prendre des livres sans trop regarder ceux que j’emportaisde la bibliothèque, lieu tranquille où, pendant les récréations, il me faisait venir pourme donner ses leçons. Je crois qu’il était ou peu habile ou fort occupé de quelquegrave entreprise, car il me permettait très-volontiers de lire pendant le temps desrépétitions, et travaillait je ne sais à quoi. Donc, en vertu d’un pacte tacitementconvenu entre nous deux, je ne me plaignais point de ne rien apprendre, et lui setaisait sur mes emprunts de livres. Entraîné par cette intempestive passion, jenégligeais mes études pour composer des poèmes qui devaient certes inspirerpeu d’espérances, si j’en juge par ce trop long vers, devenu célèbre parmi mescamarades, et qui commençait une épopée sur les Incas :O Inca ! ô roi infortuné et malheureux !Je fus surnommé le Poète en dérision de mes essais ; mais les moqueries ne mecorrigèrent pas. Je rimaillai toujours, malgré le sage conseil de monsieurMareschal, notre directeur, qui tâcha de me guérir d’une manie malheureusementinvétérée, en me racontant dans un apologue les malheurs d’une fauvette tombéede son nid pour avoir voulu voler avant que ses ailes ne fussent poussées. Jecontinuai mes lectures, je devins l’écolier le moins agissant, le plus paresseux, leplus contemplatif de la Division des Petits, et partant le plus souvent puni. Cettedigression autobiographique doit faire comprendre la nature des réflexions parlesquelles je fus assailli à l’arrivée de Lambert. J’avais alors douze ans. J’éprouvaitout d’abord une vague sympathie pour un enfant avec qui j’avais quelquessimilitudes de tempérament. J’allais donc rencontrer un compagnon de rêverie etde méditation. Sans savoir encore ce qu’était la gloire, je trouvais glorieux d’être lecamarade d’un enfantdont l’immortalité était préconisée par madame de Staël.Louis Lambert me semblait un géant.Le lendemain si attendu vint enfin. Un moment avant le déjeuner, nous entendîmesdans la cour silencieuse le double pas de monsieur Mareschal et du Nouveau.Toutes les têtes se tournèrent aussitôt vers la porte de la classe. Le père Haugoult,qui partageait les tortures de notre curiosité, ne nous fit pas entendre le sifflementpar lequel il imposait silence à nos murmures et nous rappelait au travail. Nousvîmes alors ce fameux Nouveau, que monsieur Mareschal tenait par la main. LeRégent descendit de sa chaire, et le Directeur lui dit solennellement, suivantl’étiquette : — Monsieur, je vous amène monsieur Louis Lambert, vous le mettrezavec les Quatrièmes, il entrera demain en classe. Puis, après avoir causé à voixbasse avec le Régent, il dit tout haut : — Où allez-vous le placer ? Il eût été injustede déranger l’un de nous pour le Nouveau ; et comme il n’y avait plus qu’un seulpupitre de libre, Louis Lambert vint l’occuper, près de moi qui étais entré le dernierdans la classe. Malgré le temps que nous avions encore à rester en étude, nousnous levâmes tous pour examiner Lambert. Monsieur Mareschal entendit noscolloques, nous vit en insurrection, et dit avec cette bonté qui nous le rendaitparticulièrement cher : — Au moins, soyez sages, ne dérangez pas les autresclasses.Ces paroles nous mirent en récréation quelque temps avant l’heure du déjeuner, etnous vînmes tous environner Lambert pendant que monsieur Mareschal sepromenait dans la cour avec le père Haugoult. Nous étions environ quatre-vingtsdiables, hardis comme des oiseaux de proie. Quoique nous eussions tous passépar ce cruel noviciat, nous ne faisions jamais grâce à un Nouveau des riresmoqueurs, des interrogations, des impertinences qui se succédaient en semblableoccurrence, à la grande honte du néophyte de qui l’on essayait ainsi les mœurs, laforce et le caractère. Lambert, ou calme ou abasourdi, ne répondit à aucune de nosquestions. L’un de nous dit alors qu’il sortait sans doute de l’école de Pythagore. Unrire général éclata. Le Nouveau fut surnommé Pythagore pour toute sa vie decollége. Cependant le regard perçant de Lambert, le dédain peint sur sa figure pournos enfantillages en désaccord avec la nature de son esprit, l’attitude aisée danslaquelle il restait, sa force apparente en harmonie avec son âge, imprimèrent uncertain respect aux plus mauvais sujets d’entre nous. Quant àmoi, j’étais près de lui,occupé à l’examiner silencieusement. Louis était un enfant maigre et fluet, haut dequatre pieds et demi ; sa figure halée, ses mains brunies par le soleil paraissaientaccuser une vigueur musculaire que néanmoins il n’avait pas à l’état normal. Aussi,deux mois après son entrée au collége, quand le séjour de la classe lui eut faitperdre sa coloration presque végétale, le vîmes-nous devenir pâle et blanc commeune femme. Sa tête était d’une grosseur remarquable. Ses cheveux, d’un beau noiret bouclés par masses, prêtaient une grâce indicible à son front, dont les
dimensions avaient quelque chose d’extraordinaire, même pour nous, insouciants,comme on peut le croire, des pronostics de la phrénologie, science alors auberceau. La beauté de son front prophétique provenait surtout de la coupeextrêmement pure des deux arcades sous lesquelles brillait son œil noir, quisemblaient taillées dans l’albâtre, et dont les lignes, par un attrait assez rare, setrouvaient d’un parallélisme parfait en se rejoignant à la naissance du nez. Mais ilétait difficile de songer à sa figure, d’ailleurs fort irrégulière, en voyant ses yeux,dont le regard possédait une magnifique variété d’expression et qui paraissaientdoublés d’une âme. Tantôt clair et pénétrant à étonner, tantôt d’une douceurcéleste, ce regard devenait terne, sans couleur pour ainsi dire, dans les momentsoù il se livrait à ses contemplations. Son œil ressemblait alors à une vitre d’où lesoleil se serait retiré soudain après l’avoir illuminée. Il en était de sa force et de sonorgane comme de son regard : même mobilité, mêmes caprices. Sa voix se faisaitdouce comme une voix de femme qui laisse tomber un aveu ; puis elle était, parfois,pénible, incorrecte, raboteuse, s’il est permis d’employer ces mots pour peindredes effets nouveaux. Quant à sa force, habituellement il était incapable de supporterla fatigue des moindres jeux, et semblait être débile, presque infirme. Mais,pendant les premiers jours de son noviciat, un de nos matadors s’étant moqué decette maladive délicatesse qui le rendait impropre aux violents exercices en voguedans le collége, Lambert prit de ses deux mains et par le bout une de nos tables quicontenait douze grands pupitres encastrés sur deux rangs et en dos d’âne, ils’appuya contre la chaire du Régent ; puis il retint la table par ses pieds en lesplaçant sur la traverse d’en bas, et dit : — Mettez-vous dix et essayez de la fairebouger ! J’étais là, je puis attester ce singulier témoignage de force : il futimpossible de lui arracher la table. Lambert possédait le don d’appeler à lui, danscertains moments, des pouvoirs extraordinaires, et de rassembler ses forces sur unpoint donné pour les projeter. Mais les enfants habitués, aussi bien que leshommes, à juger de tout d’après leurs premières impressions, n’étudièrent Louisque pendant les premiers jours de son arrivée ; il démentit alors entièrement lesprédictions de madame de Staël, en ne réalisant aucun des prodiges que nousattendions de lui.Après un trimestre d’épreuves, Louis passa pour un écolier très-ordinaire. Je fusdonc seul admis à pénétrer dans cette âme sublime, et pourquoi ne dirais-je pasdivine ? qu’y a-t-il de plus près de Dieu que le génie dans un cœur d’enfant ? Laconformité de nos goûts et de nos pensées nous rendit amis et Faisants. Notrefraternité devint si grande que nos camarades accolèrent nos deux noms ; l’un nese prononçait pas sans l’autre ; et, pour appeler l’un de nous, ils criaient : Le Poète-et-Pythagore ! D’autres noms offraient l’exemple d’un semblable mariage. Ainsi jedemeurai pendant deux années l’ami de collège du pauvre Louis Lambert ; et mavie se trouva, pendant cette époque, assez intimement unie à la sienne pour qu’ilme soit possible aujourd’hui d’écrire son histoire intellectuelle. J’ai long-tempsignoré la poésie et les richesses cachées dans le cœur et sous le front de moncamarade : il a fallu que j’arrivasse à trente ans, que mes observations se soientmûries et condensées, que le jet d’une vive lumière les ait même éclairées denouveau pour que je comprisse la portée des phénomènes desquels je fus alorsl’inhabile témoin ; j’en ai joui sans m’en expliquer ni la grandeur ni le mécanisme,j’en ai même oublié quelques-uns et ne me souviens que des plus saillants ; maisaujourd’hui ma mémoire les a coordonnés, et je me suis initié aux secrets de cettetête féconde en me reportant aux jours délicieux de notre jeune amitié. Le tempsseul me fit donc pénétrer le sens des événements et des faits qui abondent en cettevie inconnue, comme en celle de tant d’autres hommes perdus pour la science.Aussi cette histoire est-elle, dans l’expression et l’appréciation des choses, pleined’anachronismes purement moraux qui ne nuiront peut-être point à son genred’intérêt.Pendant les premiers mois de son séjour à Vendôme, Louis devint la proie d’unemaladie dont les symptômes furent imperceptibles à l’œil de nos surveillants, et quigêna nécessairement l’exercice de ses hautes facultés. Accoutumé au grand air, àl’indépendance d’une éducation laissée au hasard, caressé par les tendressoinsd’un vieillard qui le chérissait, habitué à penser sous le soleil, il lui fut bien difficilede se plier à la règle du collége, de marcher dans le rang, de vivre entre les quatremurs d’une salle où quatre-vingts jeunes gens étaient silencieux, assis sur un bancde bois, chacun devant son pupitre. Ses sens possédaient une perfection qui leurdonnait une exquise délicatesse, et tout souffrit chez lui de cette vie en commun.Les exhalaisons par lesquelles l’air était corrompu, mêlées à la senteur d’uneclasse toujours sale et encombrée des débris de nos déjeuners ou de nos goûters,affectèrent son odorat ; ce sens qui, plus directement en rapport que les autresavec le système cérébral, doit causer par ses altérations d’invisibles ébranlementsaux organes de la pensée. Outre ces causes de corruption atmosphérique, il setrouvait dans nos salles d’étude des baraques où chacun mettait son butin, lespigeons tués pour les jours de fête, ou les mets dérobés au réfectoire. Enfin, nos
salles contenaient encore une pierre immense où restaient en tout temps deuxseaux pleins d’eau, espèce d’abreuvoir où nous allions chaque matin nousdébarbouiller le visage et nous laver les mains à tour de rôle en présence du maître.De là, nous passions à une table où des femmes nous peignaient et nouspoudraient. Nettoyé une seule fois par jour, avant notre réveil, notre local demeuraittoujours malpropre. Puis, malgré le nombre des fenêtres et la hauteur de la porte,l’air y était incessamment vicié par les émanations du lavoir, par la peignerie, par labaraque, par les mille industries de chaque écolier, sans compter nos quatre-vingtscorps entassés. Cette espèce d’humus collégial, mêlé sans cesse à la boue quenous rapportions des cours, formait un fumier d’une insupportable puanteur. Laprivation de l’air pur et parfumé des campagnes dans lequel il avait jusqu’alorsvécu, le changement de ses habitudes, la discipline, tout contrista Lambert. La têtetoujours appuyée sur sa main gauche et le bras accoudé sur son pupitre, il passaitles heures d’étude à regarder dans la cour le feuillage des arbres ou les nuages duciel ; il semblait étudier ses leçons ; mais voyant sa plume immobile ou sa pagerestée blanche, le Régent lui criait : Vous ne faites rien, Lambert ! Ce : Vous nefaites rien, était un coup d’épingle qui blessait Louis au cœur. Puis il ne connut pasle loisir des récréations, il eut des pensums à écrire. Le pensum, punition dont legenre varie selon les coutumes de chaque collége, consistait à Vendôme en uncertain nombre de lignes copiées pendant lesheures de récréation. Nous fûmes,Lambert et moi, si accablés de pensum, que nous n’avons pas eu six jours deliberté durant nos deux années d’amitié. Sans les livres que nous tirions de labibliothèque, et qui entretenaient la vie dans notre cerveau, ce système d’existencenous eût menés à un abrutissement complet. Le défaut d’exercice est fatal auxenfants. L’habitude de la représentation, prise dès le jeune âge, altère, dit-on,sensiblement la constitution des personnes royales quand elles ne corrigent pas lesvices de leur destinée par les mœurs du champ de bataille ou par les travaux de lachasse. Si les lois de l’étiquette et des cours influent sur la moelle épinière au pointde féminiser le bassin des rois, d’amollir leurs fibres cérébrales et d’abâtardir ainsila race, quelles lésions profondes, soit au physique, soit au moral, une privationcontinuelle d’air, de mouvement, de gaieté, ne doit-elle pas produire chez lesécoliers ? Aussi le régime pénitentiaire observé dans les colléges exigera-t-ill’attention des autorités de l’enseignement public lorsqu’il s’y rencontrera despenseurs qui ne penseront pas exclusivement à eux. Nous nous attirions le pensumde mille manières. Notre mémoire était si belle que nous n’apprenions jamais nosleçons. Il nous suffisait d’entendre réciter à nos camarades les morceaux defrançais, de latin ou de grammaire, pour les répéter à notre tour ; mais si parmalheur le maître s’avisait d’intervertir les rangs et de nous interroger les premiers,souvent nous ignorions en quoi consistait la leçon : le pensum arrivait alors malgrénos plus habiles excuses. Enfin, nous attendions toujours au dernier moment pourfaire nos devoirs. Avions-nous un livre à finir, étions-nous plongés dans une rêverie,le devoir était oublié : nouvelle source de pensum ! Combien de fois nos versionsne furent-elles pas écrites pendant le temps que le premier, chargé de les recueilliren entrant en classe, mettait à demander à chacun la sienne ! Aux difficultésmorales que Lambert éprouvait à s’acclimater dans le collége se joignit encore unapprentissage non moins rude et par lequel nous avions passé tous, celui desdouleurs corporelles qui pour nous variaient à l’infini. Chez les enfants, ladélicatesse de l’épiderme exige des soins minutieux, surtout en hiver, où,constamment emportés par mille causes, ils quittent la glaciale atmosphère d’unecour boueuse pour la chaude température des classes. Aussi, faute des attentionsmaternelles qui manquaient aux Petits et aux Minimes, étaient-ils dévorésd’engelures et de crevasses sidouloureuses, que ces maux nécessitaient pendantle déjeuner un pansement particulier, mais très-imparfait à cause du grand nombrede mains, de pieds, de talons endoloris. Beaucoup d’enfants étaient d’ailleursobligés de préférer le mal au remède : ne leur fallait-il pas souvent choisir entreleurs devoirs à terminer, les plaisirs de la glissoire, et le lever d’un appareilinsouciamment mis, plus insouciamment gardé ? Puis les mœurs du collégeavaient amené la mode de se moquer des pauvres chétifs qui allaient aupansement, et c’était à qui ferait sauter les guenilles que l’infirmière leur avait misesaux mains. Donc, en hiver, plusieurs d’entre nous, les doigts et les pieds demi-morts, tout rongés de douleurs, étaient peu disposés à travailler parce qu’ilssouffraient, et punis parce qu’ils ne travaillaient point. Trop souvent la dupe de nosmaladies postiches, le Père ne tenait aucun compte des maux réels. Moyennant leprix de la pension, les élèves étaient entretenus aux frais du collége.L’administration avait coutume de passer un marché pour la chaussure etl’habillement ; de là cette inspection hebdomadaire de laquelle j’ai déjà parlé.Excellent pour l’administrateur, ce mode a toujours de tristes résultats pourl’administré. Malheur au Petit qui contractait la mauvaise habitude d’éculer, dedéchirer ses souliers, ou d’user prématurément leurs semelles, soit par un vice demarche, soit en les déchiquetant pendant les heures d’étude pour obéir au besoind’action qu’éprouvent les enfants. Durant tout l’hiver celui-là n’allait pas en
promenade sans de vives souffrances : d’abord la douleur de ses engelures seréveillait atroce autant qu’un accès de goutte ; puis les agrafes et les ficellesdestinées à retenir le soulier partaient, ou les talons éculés empêchaient la mauditechaussure d’adhérer aux pieds de l’enfant ; il était alors forcé de la traînerpéniblement en des chemins glacés où parfois il lui fallait la disputer aux terresargileuses du Vendômois ; enfin l’eau, la neige y entraient souvent par unedécousure inaperçue, par un béquet mal mis, et le pied de se gonfler. Sur soixanteenfants, il ne s’en rencontrait pas dix qui cheminassent sans quelque tortureparticulière ; néanmoins tous suivaient le gros de la troupe, entraînés par la marche,comme les hommes sont poussés dans la vie par la vie. Combien de fois ungénéreux enfant ne pleura-t-il pas de rage, tout en trouvant un reste d’énergie pouraller en avant ou pour revenir au bercail malgré ses peines ; tant à cet âge l’âmeencore neuve redoute et le rire et la compassion, deux genres de moquerie. Aucollége, ainsi que dans la société, le fort méprise déjà le faible, sans savoir en quoiconsiste la véritable force. Ce n’était rien encore. Point de gants aux mains. Si parhasard les parents, l’infirmière ou le directeur en faisaient donner aux plus délicatsd’entre nous, les loustics ou les grands de la classe mettaient les gants sur le poêle,s’amusaient à les dessécher, à les gripper ; puis, si les gants échappaient auxfureteurs, ils se mouillaient, se recroquevillaient faute de soin. Il n’y avait pas degants possibles. Les gants paraissaient être un privilége, et les enfants veulent sevoir égaux. Ces différents genres de douleur assaillirent Louis Lambert. Semblableaux hommes méditatifs qui, dans le calme de leurs rêveries, contractent l’habitudede quelque mouvement machinal, il avait la manie de jouer avec ses souliers et lesdétruisait en peu de temps. Son teint de femme, la peau de ses oreilles, ses lèvresse gerçaient au moindre froid. Ses mains si molles, si blanches, devenaient rougeset turgides. Il s’enrhumait constamment. Louis fut donc enveloppé de souffrancesjusqu’à ce qu’il eût accoutumé sa vie aux mœurs vendômoises. Instruit à la longuepar la cruelle expérience des maux, force lui fut de songer à ses affaires, pour meservir d’une expression collégiale. Il lui fallut prendre soin de sa baraque, de sonpupitre, de ses habits, de ses souliers ; ne se laisser voler ni son encre, ni seslivres, ni ses cahiers, ni ses plumes ; enfin, penser à ces mille détails de notreexistence enfantine, dont s’occupaient avec tant de rectitude ces esprits égoïstes etmédiocres auxquels appartiennent infailliblement les prix d’excellence ou de bonneconduite ; mais que négligeait un enfant plein d’avenir, qui, sous le joug d’uneimagination presque divine, s’abandonnait avec amour au torrent de ses pensées.Ce n’est pas tout. Il existe une lutte continuelle entre les maîtres et les écoliers, luttesans trêve, à laquelle rien n’est comparable dans la société, si ce n’est le combatde l’Opposition contre le Ministère dans un gouvernement représentatif. Mais lesjournalistes et les orateurs de l’Opposition sont peut-être moins prompts à profiterd’un avantage, moins durs à reprocher un tort, moins âpres dans leurs moqueries,que ne le sont les enfants envers les gens chargés de les régenter. A ce métier, lapatience échapperait à des anges. Il n’en faut donc pas trop vouloir à un pauvrepréfet d’études, peu payé, partant peu sagace, d’être parfois injuste ou des’emporter. Sans cesse épié par une multitude de regards moqueurs, environné depièges, il se vengequelquefois des torts qu’il se donne, sur des enfants tropprompts à les apercevoir. Excepté les grandes malices pour lesquelles il existaitd’autres châtiments, la férule était, à Vendôme, l’ultima ratio Patrum. Aux devoirsoubliés, aux leçons mal sues, aux incartades vulgaires, le pensum suffisait ; maisl’amour-propre offensé parlait chez le maître par sa férule. Parmi les souffrancesphysiques auxquelles nous étions soumis, la plus vive était certes celle que nouscausait cette palette de cuir, épaisse d’environ deux doigts, appliquée sur nosfaibles mains de toute la force, de toute la colère du Régent. Pour recevoir cettecorrection classique, le coupable se mettait à genoux au milieu de la salle. Il fallaitse lever de son banc, aller s’agenouiller près de la chaire, et subir les regardscurieux, souvent moqueurs de nos camarades. Aux âmes tendres, ces préparatifsétaient donc un double supplice, semblable au trajet du Palais à la Grève quefaisait jadis un condamné vers son échafaud. Selon les caractères, les uns criaienten pleurant à chaudes larmes, avant ou après la férule ; les autres en acceptaient ladouleur d’un air stoïque ; mais, en l’attendant, les plus forts pouvaient à peineréprimer la convulsion de leur visage. Louis Lambert fut accablé de férules, et lesdut à l’exercice d’une faculté de sa nature dont l’existence lui fut pendant long-tempsinconnue. Lorsqu’il était violemment tiré d’une méditation par le — Vous ne faitesrien ! du Régent, il lui arriva souvent, à son insu d’abord, de lancer à cet homme unregard empreint de je ne sais quel mépris sauvage, chargé de pensée comme unebouteille de Leyde est chargée d’électricité. Cette œillade causait sans doute unecommotion au maître, qui, blessé par cette silencieuse épigramme, voulutdésapprendre à l’écolier ce regard fulgurant. La première fois que le Père seformalisa de ce dédaigneux rayonnement qui l’atteignit comme un éclair, il dit cettephrase que je me suis rappelée : — Si vous me regardez encore ainsi, Lambert,vous allez recevoir une férule ! A ces mots, tous les nez furent en l’air, tous les yeuxépièrent alternativement et le maître et Louis. L’apostrophe était si sotte que l’enfant
accabla le Père d’un coup d’œil rutilant. De là vint entre le Régent et Lambert unequerelle qui se vida par une certaine quantité de férules. Ainsi lui fut révélé lepouvoir oppresseur de son œil. Ce pauvre poète si nerveusement constitué,souvent vaporeux autant qu’une femme, dominé par une mélancolie chronique, toutmalade de son génie comme unejeune fille l’est de cet amour qu’elle appelle etqu’elle ignore ; cet enfant si fort et si faible, déplanté par Corinne de ses bellescampagnes pour entrer dans le moule d’un collége auquel chaque intelligence,chaque corps doit, malgré sa portée, malgré son tempérament, s’adapter à la règleet à l’uniforme comme l’or s’arrondit en pièces sous le coup du balancier ; LouisLambert souffrit donc par tous les points où la douleur a prise sur l’âme et sur lachair. Attaché sur un banc à la glèbe de son pupitre, frappé par la férule, frappé parla maladie, affecté dans tous ses sens, pressé par une ceinture de maux, tout lecontraignit d’abandonner son enveloppe aux mille tyrannies du collége. Semblableaux martyrs qui souriaient au milieu des supplices, il se réfugia dans les cieux quelui entr’ouvrait sa pensée. Peut-être cette vie tout intérieure aida-t-elle à lui faireentrevoir les mystères auxquels il eut tant de foi !Notre indépendance, nos occupations illicites, notre fainéantise apparente,l’engourdissement dans lequel nous restions, nos punitions constantes, notrerépugnance pour nos devoirs et nos pensum, nous valurent la réputationincontestée d’être des enfants lâches et incorrigibles. Nos maîtres nousméprisèrent, et nous tombâmes également dans le plus affreux discrédit auprès denos camarades à qui nous cachions nos études de contrebande, par crainte deleurs moqueries. Cette double mésestime, injuste chez les Pères, était un sentimentnaturel chez nos condisciples. Nous ne savions ni jouer à la balle, ni courir, nimonter sur les échasses. Aux jours d’amnistie, ou quand par hasard nous obtenionsun instant de liberté, nous ne partagions aucun des plaisirs à la mode dans leCollége. Etrangers aux jouissances de nos camarades, nous restions seuls,mélancoliquement assis sous quelque arbre de la cour. Le Poète-et-Pythagorefurent donc une exception, une vie en dehors de la vie commune. L’instinct sipénétrant, l’amour-propre si délicat des écoliers leur fit pressentir en nous desesprits situés plus haut ou plus bas que ne l’étaient les leurs. De là, chez les uns,haine de notre muette aristocratie ; chez les autres, mépris de notre inutilité. Cessentiments étaient entre nous à notre insu, peut-être ne les ai-je devinésqu’aujourd’hui. Nous vivions donc exactement comme deux rats tapis dans le coinde la salle où étaient nos pupitres, également retenus là durant les heures d’étudeet pendant celles des récréations. Cette situation excentrique dut nous mettre etnous mit en état de guerre avec les enfants denotre Division. Presque toujoursoubliés, nous demeurions là tranquilles, heureux à demi, semblables à deuxvégétations, à deux ornements qui eussent manqué à l’harmonie de la salle. Maisparfois les plus taquins de nos camarades nous insultaient pour manifesterabusivement leur force, et nous répondions par un mépris qui souvent fit rouer decoups le Poète-et-Pythagore.La nostalgie de Lambert dura plusieurs mois. Je ne sais rien qui puisse peindre lamélancolie à laquelle il fut en proie. Louis m’a gâté bien des chefs-d’œuvre. Ayantjoué tous les deux le rôle du Lépreux de la vallée d’Aoste, nous avions éprouvé lessentiments exprimés dans le livre de monsieur de Maistre, avant de les lire traduitspar cette éloquente plume. Or, un ouvrage peut retracer les souvenirs de l’enfance,mais il ne luttera jamais contre eux avec avantage. Les soupirs de Lambert m’ontappris des hymnes de tristesse bien plus pénétrants que ne le sont les plus bellespages de Werther. Mais aussi, peut-être n’est-il pas de comparaison entre lessouffrances que cause une passion réprouvée à tort ou à raison par nos lois, et lesdouleurs d’un pauvre enfant aspirant après la splendeur du soleil, la rosée desvallons et la liberté. Werther est l’esclave d’un désir, Louis Lambert était toute uneâme esclave. A talent égal, le sentiment le plus touchant ou fondé sur les désirs lesplus vrais, parce qu’ils sont les plus purs, doit surpasser les lamentations du génie.Après être resté long-temps à contempler le feuillage d’un des tilleuls de la cour,Louis ne me disait qu’un mot, mais ce mot annonçait une immense rêverie.— Heureusement pour moi, s’écria-t-il un jour, il se rencontre de bons momentspendant lesquels il me semble que les murs de la classe sont tombés, et que je suisailleurs, dans les champs ! Quel plaisir de se laisser aller au cours de sa pensée,comme un oiseau à la portée de son vol ! Pourquoi la couleur verte est-elle siprodiguée dans la nature ? me demandait-il. Pourquoi y existe-t-il si peu de lignesdroites ? Pourquoi l’homme dans ses œuvres emploie-t-il si rarement les courbes ?Pourquoi lui seul a-t-il le sentiment de la ligne droite ?Ces paroles trahissaient une longue course faite à travers les espaces. Certes, ilavait revu des paysages entiers, ou respiré le parfum des forêts. Il était, vivante etsublime élégie, toujours silencieux, résigné ; toujours souffrant sans pouvoir dire : jesouffre ! Cet aigle, qui voulait le monde pour pâture, se trouvait entre quatre
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text