31 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
31 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

LES DÉSHÉRITÉS A tous ceux qui ont lutté pour l’indépendance du pays. Revoir le passé pour mieux comprendre le présent ! Comme chaque dimanche, après avoir bu quelques bières et joué une partie de pétanque, Jean Pierre et I - ses dix amis rejoignirent la grande tente dressée devant la maison. Sa femme avait déjà préparé la table, avec l’aide de sa fille unique de dix neuf ans. Robert et son épouse Monique qui, disaient-ils, « appréciaient le soleil de l’Afrique », étaient assis à extrémité de la table pour profiter des rayons qui s’infiltraient pas les fentes. Le mari, une cinquantaine d’années, torse nu, peau tannée, portait un short kaki et ... une moustache bien garnie. Il cherchait vainement une position commode pour son puissant arrière-train qui écrasait cruellement la chaise en bois. Son rire creux se répandait en secousses sur son gros ventre parsemé de poils gris, chaque fois qu’il débitait une plaisanterie graveleuse. Alors que beaucoup d’invités n’avaient pas encore fini le plat d’entrée, Robert, comme un boucher, désossait déjà le morceau de viande qu’il avait dans son assiette. Mains de bûcheron. Doigts épais et poilus. Monique était l’inverse de son mari. Mince et extrêmement pale, elle n’avait pas prononcé un seul mot depuis leur arrivée. Le couple possédait une ferme d’une centaine d’hectares à soixante dix kilomètres de la carrière.

Informations

Publié par
Publié le 01 août 2013
Nombre de lectures 48
Langue Français

Extrait

  
LES DÉSHÉRITÉS  A tous ceux qui ont lutté pour l’indépendance du pays.  Revoir le passé pour mieux comprendre le présent !
I Commeaprès avoir bu quelques bières et joué une partie de pétanque, Jean Pierre et chaque dimanche, -       ses dix amis rejoignirent la grande tente dressée devant la maison. Sa femme avait déjà préparé la table, avec l’aide de sa fille unique de dix neuf ans. Robert et son épouse Monique qui, disaient-ils, « appréciaient le soleil de l’Afrique », étaient assis à extrémité de la table pour profiter des rayons qui s’infiltraient pas les fentes. Le mari, une cinquantaine d’années, torse nu, peau tannée, portait un short kaki et ... une moustache bien garnie. Il cherchait vainement une position commode pour son puissant arrière-train qui écrasait cruellement la chaise en bois. Son rire creux se répandait en secousses sur son gros ventre parsemé de poils gris, chaque fois qu’il débitait une plaisanterie graveleuse. Alors que beaucoup d’invités n’avaient pas encore fini le plat d’entrée, Robert, comme un boucher, désossait déjà le morceau de viande qu’il avait dans son assiette. Mains de bûcheron. Doigts épais et poilus. Monique était l’inverse de son mari. Mince et extrêmement pale, elle n’avait pas prononcé un seul mot depuis leur arrivée. Le couple possédait une ferme d’une centaine d’hectares à soixante dix kilomètres de la carrière. Il employait une bonne centaine d’ouvriers indigènes. A leur droite se tenaient Paul et Isabelle. Un jeune couple qui travaillait à la poste à Brest en Bretagne avant d’être muté récemment dans la colonie. Telles deux biches sentant un danger imminent, le couple tournait la tête dans tous les sens pour suivre les différents intervenants. Se sentant complètement dépaysés et désorientés par la stagnation étouffante de ce milieu hostile, ils n’avaient pas encore trouvé leurs repères sur ce continent ni leur point d’appui pour concevoir des enfants. De l’autre côté de la table, Bernard, un avocat, célèbre par son bavardage, dégustait lentement son hors d’œuvre : une tomate coupée en rondelles, et vomissait son haineux discours sur les « indigènes ». Le visage long et maigre, les yeux globuleux, l’avocat se croyait représenter la caste donneuse de leçons et de modèles. Il ne cessait de critiquer les autochtones, « sales et fainéants ».
 « - Au lieu de profiter de notre présence dans leur pays, pour évoluer un peu, répétait-il, ces bourriques, comme toutes les bêtes de ce continent, préfèrent la paresse. Regardez-moi ces mômes crasseux qui nous guettent comme des hyènes et qui nous coupent l’appétit ». Il désigna une vingtaines d’enfants mal habillés qui se tenaient en cercle près des étrangers. Assis sur de grosses pierres, les gamins aux visages émaciés par la faim, chassaient de leurs bras tordus comme des branches de figuiers, les mouches qui vrombissaient autour de leurs yeux chassieux. Ils essuyaient, de temps en temps, à l’aide du revers de leurs manches, une morve verdâtre qui leur coulait du nez. En réalité ils n’essuyaient pas ce liquide qui les empêchait de respirer, mais ils l’étalaient sur toute la partie inférieure de leurs visages. Crânes rasés, et pieds nus, ils supportaient toutes les insultes et les moqueries avec une indifférence inouïe. On dirait des sourds. Immobiles, ils attendaient patiemment, comme des chiens affamés, dans l’espoir de voir quelqu’un leur jeter un morceau de pain.   Bouchaib, un jeune de dix neuf ans, borgne et boiteux, lui aussi était là. Mais pour des raisons beaucoup plus urgentes. A part sa maman à la maison, et la jeune Habiba, il n’avait jamais vu de femme non voilée. Allongé à bas ventre derrière un arbuste qui le dérobait de la vue, il venait admirer toutes ces « dames » demi nues, à la peau blanche, qui lui paraissaient faciles et aventurières. Chaque dimanche, il nourrissait l’espoir d’être remarqué par l’une d’entre elles qui lui faisait signe de la suivre. Mais en attendant que ce rêve se réalise, Bouchaib se contentait de son imagination et de sa main gauche pour venir à bout de tous ses fantasmes érotiques qui depuis l’arrivée des étrangères dans sa tribu, s’étaient cristallisés sur leurs jambes et leurs fesses. Michèle, la femme de l’avocat, rose, saine, bien dodue et beaucoup moins âgée que son mari, semblait apprécier les « idées révolutionnaires » de celui-ci et invitait fièrement par son regard complice, ses compatriotes à épouser l’idéologie constructive de l’avocat. Malheureusement, ce jour là, elle ne croisa que les yeux de Christophe, le vétérinaire, qui semblaient lui crier: « Dites à votre imbécile de mari de manger et de cesser ses idioties ». Michèle n’avait jamais apprécié Christophe, ce jeune célibataire, « bon à soigner des bêtes », depuis le soir où l’avocat avait invité ce dernier à venir prendre un verre chez eux. Il venait juste de débarquer dans la colonie. De vingt et un ans plus âgé que Michèle, l’avocat avait perdu une bonne partie de ses appétits charnels. L’espoir de réduire l’impact de cette disette en amour effleura l’esprit de la femme, le jour où elle vit, pour la première fois, le beau vétérinaire au physique agréable. Son cœur commença à battre dans sa poitrine à un rythme convulsif. D’ailleurs depuis quelques temps, l’approche de tout homme provoquait chez elle une sorte d’étourdissement. Ce jour là, un friselis parcourut tout son corps et lui fit perdre le contrôle de ses gestes et de ses paroles. Tremblante, elle se voyait sur le point de revivre la félicité qui avait fui son ménage depuis longtemps. Or, l’élégant célibataire ayant décelé cette carence sentimentale chez ce couple mal assorti, avait fait appel à tous ses esprits pour rester calme. Il trouva sage de se tenir, une fois pour toutes, le plus loin possible de cette famille, malgré les avances présentées par la maitresse de la maison sous forme de sourires, de regards languissants, de
soupirs et d’une étrange jubilation tissée par son imagination, qui lui faisait miroiter des situations truffées de jouissances amoureuses. Déçue par l’amère indifférence que lui accorda son jeune hôte communiste, Michèle alla répéter à tous ceux qui voulaient bien l’écouter que le vétérinaire les enviait, que s’il avait de la sympathie pour les indigènes, c’était tout simplement à cause de ses penchants sexuels pervers.  Ayant donc mal jaugé le regard du jeune célibataire et croyant que, « peut-être a-t-il regretté de n’avoir pas saisi tous les délicieux fruits que j’allais lui mettre entre les bras, le jour où il est venu chez nous ! », une étincelle d’espoir jaillit dans le cerveau de la femme de l’avocat. Elle tenta d’engager une discussion avec le jeune vétérinaire dans le but de le récupérer malgré tout ce qui s’était passé lors de leur première rencontre. Elle se redressa sur sa chaise, rejeta ses cheveux en arrière pour mettre en évidence son long cou et ses volumineux seins. Jacqueline devint toute pâle et toisa son mari. Ce dernier baissa les yeux et continua à manger silencieusement. D’un regard langoureux qui filtrait à travers ses cils et d’une voix mielleuse qui coulait à travers ses lèvres avides et tremblantes, Michèle eut la malencontreuse idée de demander au vétérinaire son avis sur ce qu’avait affirmé son mari. Christophe, qui n’avait pas encore commencé à manger, posa doucement sa pipe sur le bord de la table, croisa les bras et répondit calmement :  « - Je crois, madame, que votre mari se trompe en traitant ces pauvres gens de cette manière. Il pense que nous sommes les mieux éduqués, que notre civilisation est le modèle à suivre. Il ignore que le progrès que nous leur apportons, comme il le prétend, n’en ont rien à faire. A l entendre parler ainsi, on dirait que nous avons affaire à des bêtes sauvages qu’il va falloir dompter ou exterminer. Ici, nous ne sommes pas en safari. Nous sommes des colons, des occupants qui venons perturber le mode de vie de ces gens. Personnellement, je me méfie de tous ceux qui ont des idées comme « celles » de votre mari, et j’évite même de leur parler ». Il se tut. Une douche froide ! Piquée par cette remarque, on ne peut plus franche, qui fit tomber à nouveau, son projet à l’eau, Michèle se tourna alors vers son mari comme pour le prendre à témoin et l’inviter à remettre « ce soigneur de bêtes », à sa vraie place. L’avocat, dont les joues rougirent comme s’il avait reçu une paire de gifles, comprit le message et réagit alors en s’adressant au vétérinaire qui s’était remis à tirer calmement sur sa pipe :     - « Écoutez jeune homme, j’ai longtemps exercé dans beaucoup de colonies et je sais très bien comment les  indigènes récompensent leurs bienfaiteurs. Ils ont le diable dans le corps. Mêmes les mouches qui tournent autour de ces gosses sont porteuses de paludisme. Un jour vous comprendrez pourquoi je déteste ces crasseux». Le jeune vétérinaire ne lui répondit pas. Il reposa sa pipe sur la table et commença à manger.  Alain, le facteur, un homme trapu mais séduisant, qui ne s’aventurait jamais dans les méandres d’une discussion sans l’aval de Jacqueline sa femme, garda les yeux baissés et resta silencieux jusqu’au moment où celle-ci remit sa boîte de talc dans son sac à main et commença à vanter d’une voix nasillarde qui trahissait son hypocrisie latente et faiblement dissimulée, l’art culinaire de l’hôtesse.
 - C’est très bien cuit Ondine ! Et le lapin est succulent ! Félicitations ! Alain reprit en écho et avec la docilité d’un petit garçon : - Tu as raison. C’est très bien cuit. C’est succulent. Mes félicitations ! Le facteur était toujours bien quadrillé par sa femme. Il n’avait le droit en aucune manière d’aller au-delà des limites nettement et soigneusement tracées. Si Jacqueline n’était pas à côté de lui, comme un panneau de signalisation, le facteur se serait déchainé et révèlerait sa vraie nature en plein public. D’ailleurs, elle ne le laissait jamais jouer aux boules avec les autres, de peur qu’il ne dise une bêtise qui mettrait la puce à l’oreille des compatriotes sur la tempête que traversait leur vie de couple, ces derniers mois. En effet, depuis quelques temps, leur union battait de l’aile. Jacqueline soupçonnait son mari d’entretenir des relations douteuses avec Sophie la femme du gendarme. Elle ne comprenait pas pourquoi cette « vipère » invitait le facteur à « prendre un verre », chaque fois qu’il allait lui livrer son courrier. Jacqueline avait beau menacer son mari, lui faire peur en le mettant en garde contre ce « reptile » dont le venin est très dangereux, en lui répétant incessamment, que la femme du gendarme souffrait de beaucoup de maladies contagieuses ; et chaque fois, Alain lui promettait qu’il ne boirait jamais plus une goutte chez cette femme souffrante. Il ne tint jamais sa promesse. Il savait que Jacqueline mentait au sujet de la femme du gendarme.
  De onze ans plus âgée que lui, Jacqueline craignait que ce dernier soit emporté par les dangereux courants de la passion, balloté comme un morceau de bois par les vagues du désir. Elle redoutait particulièrement « les sirènes de la débauche », ces femmes dont les maris étaient partis faire la guerre en Europe ; puisque c’était elles qui recevaient le plus de lettres dans tout le village.  Jacqueline ; une espèce devenue de plus en plus rare en France, ne suscitait plus aucune attirance de la part des hommes. Négligée par ces derniers, sa crise de suspicion devint chronique et obsessionnelle. Partout où elle se trouvait, elle ne cessait de remettre de la poudre sur son visage pour colmater les fissures qui le lézardaient en long et en large.     Un corps en décomposition mais qui continuait à dégager, comme une haleine nauséabonde, un mélange de méchanceté, d’hypocrisie et de mensonge.  Comme un anaconda, elle avait rampé auprès de tous les employés du Bureau des Arabes qui travaillaient avec elle sans en attraper un. Mais le jour où elle se jeta sur son facteur, lors d’un bal à Nice, alors qu’elle était en congé, elle s’enroula vigoureusement autour de cette proie inespérée pour l’asphyxier et la ramener chez elle en Afrique afin de la déguster calmement le reste de ses jours. Chaque fois qu’elle relâchait son étreinte, c’était pour laisser au pauvre postier la possibilité de lui dire s’il l’aimait. A cette question récurrente, Alain donnait toujours une réponse ambiguë: « Qu’en penses-tu ? ».  En réalité, si un tsunami venait à anéantir le village, le facteur souhaiterait que sa femme soit la première victime. Alors, pour respirer un peu, le facteur n’hésitait pas à louvoyer.
 A l’extrémité de la table, Jules, le percepteur, mangeait tranquillement sans lever les yeux de son assiette. Bien qu’il fût le meilleur pétanqueur du groupe, tout ce petit monde trouvait qu’il était mou comme une chiffe. Son visage bouffie et potelé accentuait cette impression. Ses cheveux longs saupoudrés d’une mince couche de poussière puaient la brillantine parfumée. Il affichait un calme inquiétant.  Lasse de cette personnalité inconsistante au caractère amorphe, sa femme l’avait quitté depuis des mois sous prétexte qu’il était homosexuel.  Possible », chuchotèrent tous les membres du groupe. « -« - C’est faux ! C’est sa femme qui était insupportable », cria Michèle ; et elle couvrit le meilleur joueur de son regard et de son sourire accueillants.   Ondine aurait aimé que son mari écoute les compliments aux trois quart mensongers que lui faisaient Jacqueline et son mari sur sa prestation culinaire, mais l’air absent, Jean Pierre demeurait insensible à l’hymne à la louange de sa femme. D’ailleurs, depuis quelques temps, il n’avait plus d’appétit et dormait mal la nuit. Il se réveillait à maintes fois, s’assoyait au balcon pour fumer. A plusieurs reprises, sa femme et sa jeune fille lui conseillèrent d’aller voir le médecin généraliste du village, ce qu’il refusait catégoriquement sous prétexte que ce n’était pas grave.  Aguida vint rejoindre le groupe d’enfants qui attendaient patiemment un morceau de pain pour tromper leur faim. Vieille, pale, front ridé, joues creuses, mains décharnées. Des cheveux blancs dépassaient le fichu sale qu’elle avait sur la tête. Elle déposa doucement son lourd couffin par terre. Elle fixa du regard ces étrangers insouciants qui avaient la chance de manger à leur faim.
Pitié. Christophe le vétérinaire et Jean Pierre la hélèrent et lui tendirent leurs assiettes encore presque pleines. Aguida s’approcha prudemment des étrangers. Un singe qui se tenait sur ses gardes prêt à déjouer un quelconque piège. D’un geste vif, elle saisit les deux assiettes et alla en courant s’installer sur une grosse pierre. Elle mangea goulûment en se servant de ses doigts et en jetant des coups d’œil furtifs autour d’elle de peur que les autres membres du groupe, aussi affamés qu’elle, ne l’attaquent. Aguida farcit, de viande et de légumes, un gros morceau de pain qu’elle prit soin de fourrer sous son vêtement, au niveau de ses seins. Elle se lécha les doigts. Elle reprit son lourd couffin. Remerciements sous forme de sourires. Regards complices. Hochements de têtes. Les gamins n’avaient pas dérangé Aguida.  Ondine, la maitresse de maison leur avait distribué les restes du repas. Ils partirent en courant soulevant derrière eux un rideau de poussière blanche.
Prétexte pour l’avocat.  Il souligna une nouvelle fois l’ingratitude des indigènes et la justesse de ses idées.
 II- Après avoir occupé le pays tout entier, la France entama une politique étonnamment efficace afin de garantir la sécurité des milliers de colons désireux de s’y installer pour faire fortune. Sachant que les indigènes n’allaient pas baisser les bras et qu’ils s’uniraient pour former une véritable levée de boucliers afin de lui rendre sa mission impossible, elle entama la colonisation en s’inspirant d’un modèle anglais qui avait donné ses fruits en Inde. Elle fit monter les tribus les unes contre les autres. Elle confisqua les bonnes terres pour les offrir à ses immigrés, et à tous les indigènes alliés et amis qui travaillaient à ses côtés pour l’aider dans sa tâche « noble ». Aussi, toute résistance susceptible de figurer dans l’histoire du pays fut-elle savamment écartée. Politique de division. La France semait la discorde à tous les niveaux et dans tous les domaines : Plaines fertiles aux riches. Montagnes et plateaux désertiques aux pauvres. Aux colons et aux privilégiés, la France accorda les villes, les écoles, les marchés, les cinémas, les théâtres, les médecins, les voitures, l’électricité. Les indigènes héritèrent d’écoles coraniques, de souks, de trouvères, de halka, de guérisseurs, de charrettes, de bougies, de pierres, de poussière, de sable et de reptiles.   La tribu Bhatra : surface de la superficie d’un grand département français, et dont les habitants avaient le droit d’y circuler librement dans tous les sens pour faire paitre leurs troupeaux ou pour faire du commerce.  Cette tribu se trouva, du jour au lendemain, divisée en deux parties inégales en richesses. La Bhatra nord : Terres fertiles. Eau en abondance. La Bhatra sud : Plateaux arides et pierreux.  A chaque instant de leur vie, les habitants de la partie malchanceuse mourraient lentement. Ils ne mangeaient plus à leur faim. On ne leur faisait prendre de bain que deux fois dans leur vie : le jour de leur mariage et le jour de leur enterrement.  En guise d’ablutions et afin d’accomplir leurs cinq prières quotidiennes, ils se servaient d’une pierre qu’ils faisaient passer, comme un morceau de savon sur leurs corps pour le purifier.  La Bhatra sud dégageait l’odeur nauséabonde de la misère et de l’injustice.  Habitants insensibles, ne craignant plus ni les bestioles, ni les insectes, ni les reptiles qui couraient, volaient ou rampaient partout.  Terres disparates et vieillottes. Couvertes de gigantesques rochers blanchâtres.  Salem eut la malchance d’appartenir à la partie lésée.  « Citoyen de second rang », il travaillait dur.  Le jour du souk - le marché hebdomadaire des pauvres -, Salem était cordonnier.
 Une infime partie des habitants portait des sandales.    Salem, ouvrier agricole chez les colons les autres jours de la semaine. Il lui arrivait de labourer, pour son propre compte, les petites parcelles de terres qui avaient échappé à l’invasion des rochers, du sable et du colonisateur. Il construisait des murs pour stopper la progression de l’ennemi de toujours : le sable.  Le soir avant de rentrer chez lui, Salem recevait de M. Bertrand, son employeur, une miche de pain sensée le nourrir, lui et ses neufs enfants.   Un colon s’installa dans la région pour exploiter une carrière de gypse.  Salem changea de métier. Il fut le premier ouvrier recruté par le français. Il chargeait les camions de pierres destinées à être concassées.  L’usine gisait au pied d’une colline abrupte, parsemée d’une vingtaine de huttes qui descendaient en cascade jusqu’à la vallée ou dormaient d’énormes blocs de rochers.  Un plat de couscous orné d’amandes   III- de roches de gypse. Abondance  Jean Pierre eut l’idée d’installer une petite usine de concassage. Il se lança dans le commerce très lucratif de ce minerai. La main d’œuvre indigène ne coûtant presque rien, il fit construire une maisonnette qui lui servait de bureau et où il venait avec sa famille et quelques uns de ses amis passer le dimanche, à boire de la bière et à faire quelques parties de pétanque. Son passetemps préféré.  Issu d’une famille aisée qui avait fait fortune dans le commerce de tissus, Jean Pierre transgressa la tradition familiale et se lança dans l’exploitation de carrières du côté de Nancy, avant de venir s’installer dans la colonie.  Très élégant : une belle tête avec des yeux bleus, des lèvres minces et un nez busqué.  La quarantaine.  Difficile à une femme de résister à son charme et à son allure romantique.   Une dizaine de marteaux piqueurs disséquaient les roches.   Des camions, lourdement chargés grosses pierres progressaient  de selentement dans la poussière blanche en balançant à droite et à gauche. Conduits par des chauffeurs français. Ils vidaient leur contenu devant l’usine. A l’aide de lourdes massues, et de pics pointus, une dizaine d’indigènes réduisaient péniblement ces pierres en petits morceaux. D’autres remplissaient des couffins et allaient les déverser, à leur tour, dans la gueule de la machine. En croquant sa nourriture, la mastodonte dégageait un bruit assourdissant et une fine poussière blanche qui couvrait les humains, les bêtes et les champs.
 Une poussière agressive qui s’introduisait dans les yeux et la bouche, qui bloquait le nez et les poumons, qui étouffait les ouvriers.  Conséquences néfastes de cette pollution sur la santé des habitants. Asthme, tuberculose, trachome…  Les colons, tels des médecins sortant d’un bloc opératoire, portaient tous des masques et des lunettes.  Les autochtones n’avaient pas droit à ce privilège.  La région exposait au soleil ardent toutes les blessures que les monstrueux engins lui infligeaient. Les ouvriers, tels des mouches, voltigeaient dans tous les sens à l’intérieur de ces plaies béantes de la taille de cratères de météorites.   Repas de midi.  Pause d’une heure.  La carrière retrouvait son calme. Les ouvriers qui habitaient loin de l’usine se retiraient à l’ombre d’une des gigantesques pierres pour manger le repas que leur femme ou un de leurs enfants leur apportait sur place. Les chauffeurs de camions, des français, regagnaient le réfectoire. Une petite cabane en bois construite au beau milieu du chantier.     Avant l’invasion, les autochtones vivaient en harmonie avec la nature.  Ramassés sur eux-mêmes, ils ne s’étaient jamais rendu compte que le monde et les mentalités évoluaient à grands pas. Ils ne connaissaient pas de tissus en coton ou en nylon.  Habits en laine de mouton ou en poils de chameaux.  Rêche et chaud, ce type de vêtement les faisait souffrir au début. Avec le temps, il rendait leur peau dure et insensible aux piqures des insectes.  Le papier était quasi absent dans leur vie de tous les jours. Pour légaliser un acte quelconque (transaction, mariage, divorce…), Deux témoins hommes leur suffisaient. Les dates de naissance ou de décès n’étaient jamais consignées.  Le temps réglé en fonction de la position du soleil, le jour, et de la lune et des étoiles la nuit.  Aucune montre.  Aucune une horloge.  Le pays de la patience.  Ânes, mulets, chevaux ou chameaux étaient leurs moyens de transport.  Pas d’automobiles.  Pas de routes bitumées.  Un avion survola, un jour, leur tribu. Oiseau d’envergure infernale qui planait en produisant un vacarme assourdissant et en dégageant un nuage de fumée noire.  Panique générale.  Refuge dans la mosquée, sur le conseil de l’imam.
 Prières. Cierges brûlés. Offrandes à Allah.  Jlaibika, la femme d’Allal, la plus pieuse de toute la tribu, sacrifia un coq noir. Abdelmoula égorgea un bouc de trois ans. Ce geste généreux ne l’accomplissait même pas le jour de la fête du mouton. Le jeu valait la chandelle.  Et l’oiseau de mauvais augure disparut, une fois pour toutes.  Il reposait au royaume de Neptune, dans les entrailles de la Méditerranée, selon les dires de l’imam de la mosquée. Les habitants baisaient pieusement les mains de leur sauveteur.  Malheureusement  Le colonisateur vint troubler le sommeil séculaire de la tribu Bhatra .  La France décida de faire un peu d’ordre dans cette « anarchie ». Elle voulut établir des carnets d’état civils ou des cartes d’identité. Un casse-tête inimaginable. Les indigènes donnaient des âges plus ou moins exacts de leur progéniture. Incapables de préciser exactement le jour ou le mois.  Solution : les autorités françaises firent naitre la moitié de la population existante le premier janvier et l’autre moitié le trente - et- un juillet de chaque année.  Autres traditions. Autres coutumes.  Pour héler leurs femmes ou pour leur donner des ordres, les maris usaient d’un vocable monosyllabique qui signifiait : « obéissance ». Depuis des siècles, la femme arabe avait intériorisé ce comportement aveugle de soumission à l’homme. La religion, les coutumes et les mythes n’avaient fait que renforcer ces attitudes aux allures divines.    », elle comprenait qu’il ne pouvait s’agir que hé, toi Chaque fois qu’une femme entendait son mari criait « d’elle et accourait vers son interlocuteur pour le servir. Avec le temps, certains chefs de famille oubliaient le prénom de leurs épouses.  L'expression « dégagez le passage », crié devant la porte signifiait que le mari était accompagné d’un étranger.  Mixité strictement interdite.       Le musulman : un animal toujours en rut, incapable de réfréner ses impulsions sexuelles devant la femme.  Alors prudence !  Femmes voilées.  Même le mot « femme » devenait tabou dans certaines bouches. Obligés de parler ce membre de la famille, certains maris disaient « la femme, avec tout le respect que je vous dois ».  Faute de moyens financiers, la polygamie n’existait presque pas dans la tribu Bhatra.  Pourtant « halal ».
 Les habitants restèrent bouche bée, le jour où pour la première fois, ils virent les colons avec leurs femmes habillées en shorts ou en jupes courtes jouer ensembles aux boules et boire des bières. L’imam de la mosquée aurait aimé être dispensé de sa mission, pour pouvoir admirer ces nymphes qui mouvaient devant lui. Il pensa aux nombreuses jeunes femmes très belles que Dieu promettait à ses fidèles une fois au paradis, alors, à contre cœur, il psalmodia nerveusement quelques versets coraniques à haute voix. Il pria Allah, mais à regret, de préserver tous les musulmans « des maux » véhiculés par la civilisation chrétienne. Il était convaincu que les femmes en short ou en  jupes courtes qui assistaient à la match de pétanque ne faisaient pas partie des « maux » qu’il visait par ses prières.   Situation chaotique.  La France nomma des employés chargés de consigner les dates et de rédiger les actes. Cette tâche fut confiée à des « adouls », des hommes qui savaient lire et écrire en arabe. N’étaient traduisibles et légaux que les documents signés par deux adouls. Les indigènes ne disposaient pas encore de pièce d’identité. Beaucoup de mal à vérifier l’authenticité et la véridicité des faits.  Risque de rédiger des actes contradictoires.  Exemple :  Deux adouls, fkih Ould Si Abdelkader et Si Abdelaziz, marièrent une femme une seconde fois alors qu’elle avait déjà un mari et quatre enfants.  Comme son époux travaillait dans une ferme assez loin du hameau, Rkia avait noué une relation extraconjugale avec un ouvrier qui chargeait les camions dans la carrière de Jean Pierre. Les flèches de Cupidon étaient tellement aiguisées et dévastatrices que chaque fois que l’occasion le permettait, l’ouvrier se déguisait en femme, s’enveloppait dans une couverture en laine et se rendait chez Rkia dans sa hutte. Personne n’avait jamais eu un quelconque soupçon.  L’homme quitta définitivement l’usine et revint chez sa famille dans la montagne. Les deux tourtereaux ne purent résister aux flammes qui les consumaient à la suite de cette séparation inattendue. Rkia ne trouva d’autres remèdes que l’abandon de son mari et de ses quatre enfants pour aller rejoindre l’homme qui l’avait souvent soulagée.  Disparue.  Pour légaliser leur union comme il se devait, l’ouvrier et Rkia se rendirent illico chez les deux adouls. Ces derniers bénirent ce mariage et le légalisèrent en consignant convenablement, les noms et prénoms des deux mariés, sans oublier la date, le jour et l’année qui avaient connu cet heureux événement.    furent aux anges au moment où les deux adouls leur tendirent un certificat de mariage. Les amoureux   Trois mois plus tard, le vrai mari apprit que sa femme vivait avec un autre homme dans la montagne. Il fallait qu’il agisse. Seule une réhabilité honorable pourrait effacer la risée dont il fut l’objet pendant des mois.  Il déposa une plainte auprès du Bureau des Arabes.  Une enquête fut menée.  Le jour de l’audience, les deux maris et Rkia se présentèrent devant le juge.  Se présentèrent également les deux adouls qui avaient rédigé l’acte.  La séance ne dura pas longtemps.
Au moment où le second mari exhiba fièrement le certificat qui lui fut délivré ; le vrai époux «exhiba » ses quatre enfants. Il fit appel à ses beaux parents et à une bonne partie des habitants de son hameau qui confirmèrent tous qu’il était le vrai mari de Rkia.  Le verdict fut lourd.  Les deux adouls écopèrent de dix ans chacun et moururent en prison. Le second mari fut condamné à sept ans, alors que Rkia bénéficia de circonstances atténuantes et fut condamnée à deux ans.  Répudiée à sa sortie de prison.  Le monde était en effervescence.  A la recherche de nouvelles valeurs et de nouveaux points d’appui.  La tribu Bhatra sud empoussiérée, vivait dans l’ère de la pierre taillée.   IV-     Aguida ne s’était jamais mariée. Elle n’avait jamais quitté sa tribu. Elle n’avait jamais vu un médecin, ni pris de moyen de transport quelconque. Elle s’effondrait sous l’attaque d’une maladie et guérissait de la même rapidité. Sans prendre le moindre médicament. Le seul médecin se trouvait en ville ; à une centaine de kilomètres de la tribu. Les visites médicales coûtaient chères, et le médecin était chrétien. Il était donc impensable de faire examiner une femme par un praticien homme » non musulman. De vieilles guérisseuses « se chargeaient de la santé de la gente féminine  Aguida vivait dans la misère et la mendicité.  Le souffle terrifiant du besoin avait sillonné outrageusement son visage. Toute l’année, qu’il pleuve ou qu’il fasse chaud, pieds nus, elle sillonnait la tribu, un couffin sur la tête. Elle priait les gens pour qu’ils l’aident. L’aumône servait à nourrir son père et sa mère malades. Il lui arrivait même de demander une pièce d’argent ou un morceau de pain à un chrétien, chose que n’appréciait guère l’imam de la mosquée puisque cette charité, selon sa jurisprudence personnelle, n’était pas « halal ».  Intelligente et réservée, Aguida n’avait pas beaucoup d’amis. Mais toutes ses propositions, ses réflexions étaient attentivement écoutées par tous les habitants. Elle souffrait silencieusement de voir sa région pillée par des étrangers. Chaque fois qu’elle s’assoyait sur un remblai qui dominait la carrière, elle voyait, révulsée d’indignation, les ouvriers de sa tribu, suer comme des bêtes de somme, chargeant de leurs mains ensanglantées les camions qui dégageaient une fumée noire. Leurs gestes mécaniques lui fendaient le cœur. De toutes ses fibres, elle se sentait faire partie intégrante de cette terre qu’on déchiquetait avidement. « Les hyènes n’éprouvent aucune pitié devant leurs proies ! », se disait-elle  Aguida cherchait à comprendre le pêché que sa tribu avait commis pour mériter un tel châtiment. Elle parvint finalement à comprendre que cette injustice n’avait rien de divine. Alors, elle commença à échafauder des plans, souvent irréalisables, pour chasser « les étrangers ».  Elle se voyait à la tête d’un régiment d’ouvriers chassant à coups de pierres et de bâtons l’ennemi envahisseur. La jeanne d’Arc de l’Afrique !
 
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text