158 pages
Français

Le Testament d’un excentrique

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
158 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Le Testament d'un excentriqueJules Verne1899Première partieI Toute une ville en joieII William J. HypperboneIII OakswoodsIV Les « six »V Le testamentVI La carte mise en circulationVII Le premier partantVIII Tom Crabbe entraîné par John MilnerIX Un et un font deuxX Un reporter en voyageXI Les transes de Jovita FoleyXII La cinquième partenaireXIII Aventures du commodore UrricanXIV Suite des Aventures du commodore UrricanXV La situation au 27 maiSeconde partieI Le parc nationalII Pris l’un pour l’autreIII À pas de tortueIV Le pavillon vertV Les grottes du KentuckyVI La vallée de la mortVII À la maison de South Halstedt StreetVIII Le coup du révérent HunterIX Deux cents dollars par jourX Les pérégrinations d’Harris T. KymbaleXI La prison du MissouriXII Sensationnel fait divers pour la T r i b u n eXIII Les derniers coups du match HypperboneXIV La cloche d’OakswoodsXV Dernière excentricitéLe Testament d’un excentrique : I : 1PREMIÈRE PARTIEUn étranger, arrivé dans la principale cité de l’Illinois le matin du 3 avril 1897, aurait pu, à bon droit, se considérer comme le favori duDieu des voyageurs. Ce jour-là, son carnet se fût enrichi de notes curieuses, propres à fournir la matière d’articles sensationnels. Et,assurément, s’il avait prolongé de quelques semaines d’abord, de quelques mois ensuite, son séjour à Chicago, il lui eût été donnéde prendre sa part des émotions, des palpitations, des alternatives d’espoir et de désespoir, des ...

Informations

Publié par
Nombre de lectures 151
Langue Français
Poids de l'ouvrage 14 Mo

Extrait

Le Testament d'un excentrique
Jules Verne
1899
Première partie
I Toute une ville en joie
II William J. Hypperbone
III Oakswoods
IV Les « six »
V Le testament
VI La carte mise en circulation
VII Le premier partant
VIII Tom Crabbe entraîné par John Milner
IX Un et un font deux
X Un reporter en voyage
XI Les transes de Jovita Foley
XII La cinquième partenaire
XIII Aventures du commodore Urrican
XIV Suite des Aventures du commodore Urrican
XV La situation au 27 mai
Seconde partie
I Le parc national
II Pris l’un pour l’autre
III À pas de tortue
IV Le pavillon vert
V Les grottes du Kentucky
VI La vallée de la mort
VII À la maison de South Halstedt Street
VIII Le coup du révérent Hunter
IX Deux cents dollars par jour
X Les pérégrinations d’Harris T. Kymbale
XI La prison du Missouri
XII Sensationnel fait divers pour la T r i b u n e
XIII Les derniers coups du match Hypperbone
XIV La cloche d’Oakswoods
XV Dernière excentricité
Le Testament d’un excentrique : I : 1
PREMIÈRE PARTIE
Un étranger, arrivé dans la principale cité de l’Illinois le matin du 3 avril 1897, aurait pu, à bon droit, se considérer comme le favori du
Dieu des voyageurs. Ce jour-là, son carnet se fût enrichi de notes curieuses, propres à fournir la matière d’articles sensationnels. Et,
assurément, s’il avait prolongé de quelques semaines d’abord, de quelques mois ensuite, son séjour à Chicago, il lui eût été donné
de prendre sa part des émotions, des palpitations, des alternatives d’espoir et de désespoir, des enfièvrements, des ahurissements
même de cette grande cité, qui n’avait plus l’entière possession d’elle-même.
Dès huit heures, une foule énorme, toujours croissante, se portait dans la direction du vingt-deuxième quartier. L’un des plus riches, ilest compris entre North Avenue et Division Street suivant le sens des parallèles, et suivant le sens des méridiens, entre North Halsted
Street et Lake Shore Drive que baignent les eaux du Michigan. On le sait, les villes modernes des États-Unis orientent leurs rues
conformément aux latitudes et aux longitudes, en leur imposant la régularité des lignes d’un échiquier.
« Eh donc ! disait un agent de la police municipale, de faction à l’angle de Beethoven Street et de North Wells Street, est-ce que tout
le populaire va envahir ce quartier ?… »
Un individu de haute taille, cet agent, d’origine irlandaise, comme la plupart de ses collègues de la corporation, – braves gardiens en
somme, qui dépensent le plus gros d’un traitement de mille dollars à combattre l’inextinguible soif si naturelle aux natifs de la verte
Érin.
« Ce sera une profitable journée pour les pickpockets ! répondit un de ses camarades, non moins grand, non moins altéré, non moins
irlandais que lui.
– Aussi, reprit le premier, que chacun veille sur sa poche, s’il ne veut pas la trouver vide en rentrant à la maison, car nous n’y saurions
suffire…
– Et, aujourd’hui, conclut le second, il y aura, je pense, assez de besogne, rien que pour offrir le bras aux dames à la traversée des
carrefours.
– Je parierais pour une centaine d’écrasés ! » ajouta son camarade.
Heureusement, on a l’excellente habitude, en Amérique, de se protéger soi-même, sans attendre de l’administration une aide qu’elle
est incapable de donner.
Et cependant quel encombrement menaçait ce vingt-deuxième quartier, si la moitié seulement de la population chicagoise s’y
transportait ! La métropole ne comptait pas alors moins de dix-sept cent mille habitants, dont le cinquième environ né aux États-Unis,
l’Allemagne en pouvant réclamer près de cinq cent mille, l’Irlande à peu près autant. Quant au reste, les Anglais et les Écossais y
entraient pour cinquante mille, les Canadiens pour quarante mille, les Scandinaves pour cent mille, les Bohêmes et les Polonais pour
un chiffre égal, les Juifs pour une quinzaine de mille, les Français pour une dizaine de mille, nombre infime dans cette agglomération.
D’ailleurs, la ville n’occupe pas encore, fait observer Élisée Reclus, tout le territoire municipal que les législateurs lui ont découpé sur
la rive du Michigan, soit une surface de quatre cent soixante et onze kilomètres carrés, – à peu près égale à la superficie du
département de la Seine. À sa population de s’accroître assez – cela n’est pas impossible, et c’est même probable, – pour peupler
l’étendue de ces quarante-sept mille hectares.
Ce qu’il y a de certain, c’est que, ce jour-là, les curieux affluaient de ces trois sections que la rivière de Chicago forme avec ses deux
branches du nord-ouest et du sud-ouest, du North Side comme du South Side, considérées par certains voyageurs comme étant, le
premier le faubourg Saint-Germain, le second le faubourg Saint-Honoré de la grande cité illinoise. Il est vrai, l’afflux n’y manquait pas
du côté de cet angle compris à l’ouest entre les deux bras du cours d’eau. Pour habiter une section moins élégante, on n’en
paraissait pas moins disposé à fournir son contingent à la masse du public, même dans ces misérables demeures des environs de
Madison Street et de Clark Street, où pullulent les Bohêmes, les Polonais, les Italiens et nombre de Chinois échappés des paravents
du Céleste-Empire.
Donc, tout cet exode se dirigeait vers le vingt-deuxième quartier, tumultueusement, bruyamment, et les quatre-vingts rues qui le
desservent ne pourraient jamais suffire à l’écoulement d’une pareille foule.
Et c’étaient les diverses classes de la population qui s’entremêlaient dans ce grouillement humain, – fonctionnaires du Federal
Building et du Post Office, magistrats de Court House, membres supérieurs de l’hôtel du Comté, conseillers municipaux du City Hall,
personnel de cet immense caravansérail de l’Auditorium dont les chambres se comptent par milliers, commis des grands magasins
de nouveautés et bazars, ceux de MM. Marshall Field, Lehmann et W.-W. Kimball, ouvriers de ces fabriques de saindoux et de
margarine qui produisent un beurre d’excellente qualité à dix cents ou dix sous la livre, travailleurs des ateliers de charronnage du
célèbre constructeur Pullmann, venus de leur lointain faubourg du sud, employés de l’importante maison de vente universelle
Montgomery Ward and Co, trois mille des ouvriers de M. Mac Cormick, l’inventeur de la fameuse moissonneuse-lieuse, ceux des
hauts-fourneaux et laminoirs où se fabrique en grand l’acier Bessemer, ceux des usines de M. J. Mac Gregor Adams qui travaillent le
nickel, l’étain, le zinc, le cuivre et raffinent l’or et l’argent, ceux des manufactures de chaussures, où l’outillage est si perfectionné
qu’une minute et demie suffit à confectionner une bottine, et aussi les dix-huit cents ouvriers de la maison Elgin, qui livrent au
commerce deux mille montres par jour.
On voudra bien ajouter à cette énumération déjà longue, le personnel occupé au service des elevators de Chicago, qui est le premier
marché du monde pour les affaires de céréales. Il y faudra joindre les agents affectés au réseau de chemins de fer, lesquels, par
vingt-sept voies différentes et avec plus de treize cents trains, versent chaque jour cent soixante-quinze mille voyageurs à travers la
ville, et ceux des cars à vapeur ou électriques, véhicules funiculaires et autres, qui transportent deux millions de personnes, enfin la
population des mariniers et marins d’un vaste port dont le mouvement commercial occupe en une seule journée une soixantaine de
navires.
Il eût fallu être aveugle pour ne pas apercevoir au milieu de cette foule les directeurs, les rédacteurs, les chroniqueurs, les
compositeurs, les reporters des cinq cent quarante journaux, quotidiens ou hebdomadaires, de la presse chicagoise. Il eût fallu être
sourd pour ne pas entendre les cris des boursiers, des bulls ou haussiers, des bears ou baissiers, comme s’ils eussent été en train
de fonctionner au Board of Trade ou au Wheat Pit, la Bourse des blés. Et autour de ce monde brouhahant s’agitait tout le personnel
des banques nationales ou d’États, C o r n E x c h a n g e, C a l u m e t, M e r c h a n t s ’- L o a n e T r u s t a n d C o, F o r t D e a r b o r n, O a k l a n d,
P r a i r i e- S t a t e, A m e r i c a n T r u s t a n d S a v i n g s, C h i c a g o C i t y G u a r a n t e e o f N o r t h A m e r i c a, D i m e S a v i n g s, N o r t

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text