187 pages
Français

Le Rouge et le Noir

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
187 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Le Rouge et le NoirStendhal1830Avertissement de l’éditeurCet ouvrage était prêt à paraître lorsque les grands événements de juillet sont venusdonner à tous les esprits une direction peu favorable aux jeux de l’imagination.Nous avons lieu de croire que les feuilles suivantes furent écrites en 1827.Tome premierLa vérité, l’âpre vérité.Danton.Chapitre premier Une petite villeChapitre II Un maireChapitre III Le bien des pauvresChapitre IV Un père et un filsChapitre V Une négociationChapitre VI L’ennuiChapitre VII Les affinités électivesChapitre VIII Petits événementsChapitre IX Une soirée à la campagneChapitre X Un grand cœur et une petite fortuneChapitre XI Une soiréeChapitre XII Un voyageChapitre XIII Les bas à jourChapitre XIV Les ciseaux anglaisChapitre XV Le chant du coqChapitre XVI Le lendemainChapitre XVII Le premier adjointChapitre XVIII Un roi à VerrièresChapitre XIX Penser fait souffrirChapitre XX Les lettres anonymesChapitre XXI Dialogue avec un maîtreChapitre XXII Façons d’agir en 1830Chapitre XXIII Chagrins d’un fonctionnaireChapitre XXIV Une capitaleChapitre XXV Le séminaireChapitre XXVI Le monde ou ce qui manque au richeChapitre XXVII Première expérience de la vieChapitre XXVIII Une processionChapitre XXIX Le premier avancementChapitre XXX Un ambitieuxTome secondElle n’est pas jolie,elle n’a point de rouge.Sainte-Beuve.Chapitre premier Les plaisirs de la campagneChapitre II Entrée dans le mondeChapitre III Les ...

Informations

Publié par
Nombre de lectures 423
Langue Français
Poids de l'ouvrage 18 Mo

Extrait

Le Rouge et le Noir
Stendhal
1830
Avertissement de l’éditeur
Cet ouvrage était prêt à paraître lorsque les grands événements de juillet sont venus
donner à tous les esprits une direction peu favorable aux jeux de l’imagination.
Nous avons lieu de croire que les feuilles suivantes furent écrites en 1827.
Tome premier
La vérité, l’âpre vérité.
Danton.
Chapitre premier Une petite ville
Chapitre II Un maire
Chapitre III Le bien des pauvres
Chapitre IV Un père et un fils
Chapitre V Une négociation
Chapitre VI L’ennui
Chapitre VII Les affinités électives
Chapitre VIII Petits événements
Chapitre IX Une soirée à la campagne
Chapitre X Un grand cœur et une petite fortune
Chapitre XI Une soirée
Chapitre XII Un voyage
Chapitre XIII Les bas à jour
Chapitre XIV Les ciseaux anglais
Chapitre XV Le chant du coq
Chapitre XVI Le lendemain
Chapitre XVII Le premier adjoint
Chapitre XVIII Un roi à Verrières
Chapitre XIX Penser fait souffrir
Chapitre XX Les lettres anonymes
Chapitre XXI Dialogue avec un maître
Chapitre XXII Façons d’agir en 1830
Chapitre XXIII Chagrins d’un fonctionnaire
Chapitre XXIV Une capitale
Chapitre XXV Le séminaire
Chapitre XXVI Le monde ou ce qui manque au riche
Chapitre XXVII Première expérience de la vie
Chapitre XXVIII Une procession
Chapitre XXIX Le premier avancement
Chapitre XXX Un ambitieux
Tome second
Elle n’est pas jolie,
elle n’a point de rouge.
Sainte-Beuve.
Chapitre premier Les plaisirs de la campagne
Chapitre II Entrée dans le monde
Chapitre III Les premiers pas
Chapitre IV L’Hôtel de La MoleChapitre V La sensibilité et une grande dame dévote
Chapitre VI Manière de prononcer
Chapitre VII Une attaque de goutte
Chapitre VIII Quelle est la décoration qui distingue ?
Chapitre IX Le bal
Chapitre X La reine Marguerite
Chapitre XI L’empire d’une jeune fille !
Chapitre XII Serait-ce un Danton ?
Chapitre XIII Un complot
Chapitre XIV Pensées d’une jeune fille
Chapitre XV Est-ce un complot ?
Chapitre XVI Une heure du matin
Chapitre XVII Une vieille épée
Chapitre XVIII Moments cruels
Chapitre XIX L’Opéra bouffe
Chapitre XX Le vase du Japon
Chapitre XXI La note secrète
Chapitre XXII La discussion
Chapitre XXIII Le clergé, les bois, la liberté
Chapitre XXIV Strasbourg
Chapitre XXVLe ministère de la vertu
Chapitre XXVI L’amour Moral
Chapitre XXVII Les plus belles places de l’église
Chapitre XXVIII Manon Lescaut
Chapitre XXIX L’ennui
Chapitre XXX Une loge aux bouffes
Chapitre XXXI Lui faire peur
Chapitre XXXII Le tigre
Chapitre XXXIII L’enfer de la faiblesse
Chapitre XXXIV Un homme d’esprit
Chapitre XXXVUn orage
Chapitre XXXVI Détails tristes
Chapitre XXXVII Un donjon
Chapitre XXXVIII Un homme puissant
Chapitre XXXIX L’intrigue
Chapitre XL La tranquillité
Chapitre XLI Le jugement
Chapitre XLII sans titre
Chapitre XLIII sans titre
Chapitre XLIV sans titre
Chapitre XLV sans titre
L’inconvénient du règne de l’opinion, qui d’ailleurs procure la liberté, c’est qu’elle se
mêle de ce dont elle n’a que faire ; par exemple : la vie privée. De là la tristesse de
l’Amérique et de l’Angleterre. Pour éviter de toucher à la vie privée, l’auteur a
inventé une petite ville, Verrières, et, quand il a eu besoin d’un évêque, d’un jury,
d’une cour d’assises, il a placé tout cela à Besançon, où il n’est jamais allé.
Le Rouge et le Noir : Tome premier : Chapitre premier
Put thousands together
Less bad.
But the cage less gay.
HOBBES.
La petite ville de Verrières peut passer pour l’une des plus jolies de la Franche-Comté. Ses maisons blanches avec leurs toits pointus
de tuiles rouges, s’étendent sur la pente d’une colline, dont des touffes de vigoureux châtaigniers marquent les moindres sinuosités.
Le Doubs coule à quelques centaines de pieds au-dessous de ses fortifications bâties jadis par les Espagnols, et maintenant
ruinées.
Verrières est abritée du côté du nord par une haute montagne, c’est une des branches du Jura. Les cimes brisées du Verra, se
couvrent de neige dès les premiers froids d’octobre. Un torrent, qui se précipite de la montagne, traverse Verrières avant de se jeter
dans le Doubs, et donne le mouvement à un grand nombre de scies à bois, c’est une industrie fort simple et qui procure un certainbien-être à la majeure partie des habitants plus paysans que bourgeois. Ce ne sont pas cependant les scies à bois qui ont enrichi
cette petite ville. C’est à la fabrique des toiles peintes, dites de Mulhouse, que l’on doit l’aisance générale qui, depuis la chute de
Napoléon, a fait rebâtir les façades de presque toutes les maisons de Verrières.
À peine entre-t-on dans la ville que l’on est étourdi par le fracas d’une machine bruyante et terrible en apparence. Vingt marteaux
pesants, et retombant avec un bruit qui fait trembler le pavé, sont élevés par une roue que l’eau du torrent fait mouvoir. Chacun de ces
marteaux fabrique, chaque jour, je ne sais combien de milliers de clous. Ce sont de jeunes filles fraîches et jolies qui présentent aux
coups de ces marteaux énormes les petits morceaux de fer qui sont rapidement transformés en clous. Ce travail, si rude en
apparence, est un de ceux qui étonnent le plus le voyageur qui pénètre pour la première fois dans les montagnes qui séparent la
France de l’Helvétie. Si, en entrant à Verrières, le voyageur demande à qui appartient cette belle fabrique de clous qui assourdit les
gens qui montent la grande rue, on lui répond avec un accent traînard : Eh ! elle est à M. le maire.
Pour peu que le voyageur s’arrête quelques instants dans cette grande rue de Verrières, qui va en montant depuis la rive du Doubs
jusque vers le sommet de la colline, il y a cent à parier contre un qu’il verra paraître un grand homme à l’air affairé et important.
À son aspect tous les chapeaux se lèvent rapidement. Ses cheveux sont grisonnants, et il est vêtu de gris. Il est chevalier de plusieurs
ordres, il a un grand front, un nez aquilin, et au total sa figure ne manque pas d’une certaine régularité : on trouve même, au premier
aspect, qu’elle réunit à la dignité du maire de village cette sorte d’agrément qui peut encore se rencontrer avec quarante-huit ou
cinquante ans. Mais bientôt le voyageur parisien est choqué d’un certain air de contentement de soi et de suffisance mêlé à je ne sais
quoi de borné et de peu inventif. On sent enfin que le talent de cet homme-là se borne à se faire payer bien exactement ce qu’on lui
doit, et à payer lui-même le plus tard possible quand il doit.
Tel est le maire de Verrières, M. de Rênal. Après avoir traversé la rue d’un pas grave, il entre à la mairie et disparaît aux yeux du
voyageur. Mais, cent pas plus haut, si celui-ci continue sa promenade, il aperçoit une maison d’assez belle apparence, et, à travers
une grille de fer attenante à la maison, des jardins magnifiques. Au-delà c’est une ligne d’horizon formée par les collines de la
Bourgogne, et qui semble faite à souhait pour le plaisir des yeux. Cette vue fait oublier au voyageur l’atmosphère empestée des
petits intérêts d’argent dont il commence à être asphyxié.
On lui apprend que cette maison appartient à M. de Rênal. C’est aux bénéfices qu’il a faits sur sa grande fabrique de clous, que le
maire de Verrières doit cette belle habitation en pierres de taille qu’il achève en ce moment. Sa famille, dit-on, est espagnole,
antique, et, à ce qu’on prétend, établie dans le pays bien avant la conquête de Louis XIV.
Depuis 1815 il rougit d’être industriel : 1815 l’a fait maire de Verrières. Les murs en terrasse qui soutiennent les diverses parties de
ce magnifique jardin qui, d’étage en étage, descend jusqu’au Doubs, sont aussi la récompense de la science de M. de Rênal dans le
commerce du fer.
Ne vous attendez point à trouver en France ces jardins pittoresques qui entourent les villes manufacturières de l’Allemagne, Leipsick,
Francfort, Nuremberg, etc. En Franche-Comté, plus on bâtit de murs, plus on hérisse sa propriété de pierres rangées les unes au-
dessus des autres, plus on acquiert de droits aux respects de ses voisins. Les jardins de M

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text