33 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
33 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Anatole FranceLe Chat maigreème'Jocaste et Le Chat maigre', Calmann-Lévy, 1921 [56 édition] (pp. 163-299).ILes bourrasques de novembre fouettaient depuis trois jours le faubourg populeux,que les premières ombres de la nuit revêtaient déjà. Des flaques d’eau miroitaientsous les becs de gaz. Une boue noire, délayée par les pas des hommes et deschevaux, couvrait le trottoir et la chaussée. Les ouvriers, portant leurs outils sur ledos, et les femmes, revenant de chez le traiteur avec des portions de bœuf entredeux assiettes, marchaient sous la pluie en tendant le dos, dans la morne attitudedes bêtes de somme.M. Godet-Laterrasse, serré dans ses vêtements noirs, montait avec le peuple lavoie boueuse qui mène au faîte de Montmartre. Sous son parapluie qui, fatigué pard’anciens orages, palpitait au vent comme l’aile d’un gros oiseau blessé, M. Godet-Laterrasse portait haut la tête. Sa mâchoire étant proéminente et son front déprimé,sa face prenait sans peine une attitude horizontale et ses yeux pouvaient, sans selever, voir, à travers les trous du taffetas, le ciel fuligineux. Marchant tantôt avec unehâte fébrile, tantôt avec une lenteur songeuse, il s’engagea dans un impasse noir etboueux, longea les lattes moisies de la charmille effeuillée qui bordel’établissement des bains, et, après un moment d’hésitation, entra dans unegargote où des gens vêtus comme lui, d’un drap noir, mince et fripé, mangeaientsilencieusement dans une atmosphère de graisse tiède, ...

Informations

Publié par
Nombre de lectures 135
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Extrait

Anatole FranceLe Chat maigre'Jocaste et Le Chat maigre', Calmann-Lévy, 1921 [56ème édition] (pp. 163-299).ILes bourrasques de novembre fouettaient depuis trois jours le faubourg populeux,que les premières ombres de la nuit revêtaient déjà. Des flaques d’eau miroitaientsous les becs de gaz. Une boue noire, délayée par les pas des hommes et deschevaux, couvrait le trottoir et la chaussée. Les ouvriers, portant leurs outils sur ledos, et les femmes, revenant de chez le traiteur avec des portions de bœuf entredeux assiettes, marchaient sous la pluie en tendant le dos, dans la morne attitudedes bêtes de somme.M. Godet-Laterrasse, serré dans ses vêtements noirs, montait avec le peuple lavoie boueuse qui mène au faîte de Montmartre. Sous son parapluie qui, fatigué pard’anciens orages, palpitait au vent comme l’aile d’un gros oiseau blessé, M. Godet-Laterrasse portait haut la tête. Sa mâchoire étant proéminente et son front déprimé,sa face prenait sans peine une attitude horizontale et ses yeux pouvaient, sans selever, voir, à travers les trous du taffetas, le ciel fuligineux. Marchant tantôt avec unehâte fébrile, tantôt avec une lenteur songeuse, il s’engagea dans un impasse noir etboueux, longea les lattes moisies de la charmille effeuillée qui bordel’établissement des bains, et, après un moment d’hésitation, entra dans unegargote où des gens vêtus comme lui, d’un drap noir, mince et fripé, mangeaientsilencieusement dans une atmosphère de graisse tiède, compliquée d’uneécœurante odeur de barèges, due au voisinage des bains.M. Goclet-Laterrasse salua la dame du comptoir selon sa méthode, qui consistait àrenverser la tête en arrière avec un sourire grave. Puis, ayant accroché à la patèreson chapeau luisant et sillonné de cassures, il s’assit devant une petite table demarbre gras et lissa ses cheveux par le geste qui accompagnait d’ordinaire sesméditations. Le gaz, qui chantait en brûlant, éclairait les cheveux laineux de cethomme, sa face de mulâtre dont la peau, à demi lavée par la neige et l’eau deshivers d’Europe, semblait sale, et jusqu’à ses mains ridées, dont les ongles platsétaient marqués à l’extrémité de virgules laiteuses.Sans appeler le garçon, sans regarder du côté du comptoir, il tira de sa poche unjournal qu’il lut de très haut. Il interrompit à peine sa leâure pour manger de cettetête de veau qui avait déjà paru par portions devant tous les convives silencieux etrésignés. Ceux-ci s’évanouissaient l’un après l’autre dans l’ombre et dans la pluie.Un seul, édenté et morne, s’attardait encore sur des raisins secs. Et le mulâtre,ayant vidé son carafon, au fond duquel restait un résidu de lie et d’écorce, s’essuyala bouche, plia sa serviette, mit son journal dans sa poche, contre sa poitrine, avecle geste d’un lutteur qui étreint son adversaire, se leva, décrocha son chapeau et fitun pas vers la porte. Il s’élançait déjà dans la nuit humide quand un petit hommeviolacé et tout suintant de graisse déboucha d’une porte bâtarde, noircie par desmains grasses, et s’avança dans la salle en boitant. M. Godet-Laterrasse fit aupatron du restaurant son salut en arrière.« Bonjour, monsieur Godet, dit l’homme gras. Voilà un bien mauvais temps, et quifait beaucoup de mal ! A propos, monsieur Godet, si vous pouviez demain medonner un petit acompte, vous me feriez plaisir. Je ne suis pas homme à voustourmenter, vous le savez bien ; mais j’ai un fort paiement à faire cette semaine. »M. Godet-Laterrasse répondit avec un accent à la fois oratoire et enfantin et sansprononcer les r, qu’on lui devait de l’argent, qu’il irait sans faute, le lendemainmême, chercher une somme quelconque chez son éditeur ou au journal, qu’il nesavait vraiment pas comment il avait pu oublier la note du restaurateur, et quec’était une bagatelle.L’homme gras ne parut pas ébloui par cette promesse. Il reprit d’un ton dolent :« Ne m’oubliez pas, monsieur Godet. Bonsoir, monsieur Godet. »Et M. Godet-Laterrasse entra à son tour dans les ténèbres rayées de pluie, où
s’étaient dissipés jusqu’au dernier les maigres pensionnaires de l’impasse duBaigneur. Tous les chemins de la terre étaient ouverts devant lui. Il prit celui desbuttes, que la tempête assiégeait et que noyait une pluie obstinée. Un tourbillon devent voulut déraciner le mulâtre ; un souffle traître prit son parapluie en dessous et leretourna brusquement. M. Godet-Laterrasse rétablit la concavité première de cetappareil domestique ; mais le taffetas, rompu de toutes parts, flotta comme un drapeau noir sur l’armature dénudée. M. Godet-Laterrasse gravissait, sous ce pavillongrotesque et sinistre, les roides escaliers du passage Cotin, changé en torrent. Iln’entendait que le claquement de ses semelles sur l’eau et les dialogues mystérieuxdes vents. Visibles pour lui seul, les ombres vagues d’un éditeur et d’un directeurde journal fuyaient bien loin devant lui. Il monta quatre-vingts marches et s’arrêtadevant une petite porte sous une lanterne en potence qui clignait comme un œilmalade et dont la poulie grinçait. Entré dans la maison, il glissa furtivement devantla loge du concierge. Mais quelques coups frappés contre la cloison le rappelèrent. Il ouvrit la porte vitréeavec une sorte d’angoisse. Une voix aigre et sans sexe, sortie d’une alcôve, l’avertitqu’il y avait une lettre pour lui sur la commode.Il prit la lettre, descendit cinq marches gluantes et entra dans sa chambre. Auxpremières lueurs de sa bougie il examina d’un œil soupçonneux l’enveloppe de lalettre.C’est que depuis longtemps la poste ne lui apportait rien d’heureux. Mais, quand ileut rompu le cachet et commencé de lire, il découvrit ses dents blanches par unsourire naïf. Sa nature enfantine, flétrie par la misère, s’égayait à la moindreclémence des choses. En ce moment-là, il était heureux de vivre.Il retourna toutes ses poches pour recueillir une poussière de tabac mêlée decroûtes de pain et de flocons de laine dont il bourra sa pipe courte ; puis, s’étantcoulé voluptueusement sous les draps sales de son lit-canapé, il se mit àchantonner à mi-voix la lettre qui l’avait fait sourire.Cher monsieur,Je suis de passage à Paris avec mon fils Rémi que j’amène de Nantes où il a faitses études. J’ai songé à vous pour le préparer au baccalauréat. Un éducation,comme dans le reste, je suis partisan des idées avancées. Voulez-vous venirdéjeuner avec nous demain samedi à n heures, au Grand-Hôtel, pour nousentendre ?Tout à vous.A. Sainte-Lucie.M. Godet-Laterrasse, ayant terminé le chant de cette lettre, alluma sa pipe ets’enveloppa de fumée et de rêves. Quelle caresse de la fortune que cette lettreinattendue ! Il avait connu à Paris, vers la fin de l’Empire, chez quelque notabilité dumonde démocratique, M. Sainte-Lucie, qui lui avait même rendu visite. « C’était,songeait le mulâtre, c’était du temps où j’écrivais des articles pour la Grandeencyclopédie universelle. J’habitais alors une belle chambre meublée dans unhôtel de la rue de Seine. Et je dois même avoir encore la carte de cet aimablevisiteur. » Étendant son bras maigre et brun, il saisit sur la cheminée une vieilleboîte à cigares, pleine de papiers qu’il se mit à fouiller.On avait, sans doute, en déménageant, renversé d’un coup dans cette boîte tout lecontenu d’un tiroir lentement rempli, car les papiers qu’il trouva les premiers étaientles plus anciens. Il ouvrit une enveloppe qui ne lui rappelait que des souvenirslointains et confus. « Ah ! songeait-il, c’est une lettre de mon pauvre frère qui venddu café à Saint-Paul. Il n’était pas attiré vers Paris, lui ; il n’était pas travaillé commemoi par l’Idée ! » Et M. Godet-Laterrasse lut au hasard :Tu as dû apprendre par les journaux qu’un cyclone a passé sur Bourbon et détruittoutes les plantations. Je me suis mis dans le guano. Et toi, écris-tu toujours desblagues dans les canards parisiens ?« Le malheureux ! le malheureux », murmura M. Godet-Laterrasse, accoudé sur sonoreiller. Et, déployant une autre lettre de la même main, il lut encore :Je ne puis t’envoyer d’argent parce que les cafés ayant donné, j’ai dû employertous mes capitaux disponibles à acheter ferme, pendant que le marché étaitencombré de produits à vil prix. J’ai fait une magnifique affaire. Tu comprendrasdonc qu’il m’est impossible de t’envoyer de l’argent. Durand, qui revient de Paris,
m’a dit que tu donnais dans les réunions publiques et dans les émeutes desboulevards. Tu te feras casser la tête et tes amis diront que tu étais de la police.Quand tu seras fatigué de ton rôle de jobard, reviens à Bourbon. Tu garderas mesmagasins. C’eH un métier de paresseux qui te convient parfaitement.« Garder ses magasins, quel blasphème ! » s’écria M. Godet-Laterrasse.Et il rejeta la lettre impie. Le fond de la boîte était bourré de convocations à desenterrements civils, de jugements et d’assignations, de factures et de petits papiersdécoupés dans des journaux. Sur un de ceux-là, au revers duquel était une annoncede pédicure avec un pied nu sur un tabouret, il relut ces lignes qui réveillèrent unsourire sur sa face naïve : Un de nos plus vaillants esprits, un des plus hardis pionniers du progrès, M. Godet-Laterrasse, créole de la Réunion, met la dernière main à son grand livre : De larégénération des sociétés par la race noire. Un des principaux chapitres de cetimportant ouvrage paraîtra incessamment dans L’Entonnoir littéraire.Hélas ! pensa M. Godet-Laterrasse, quand le chapitre allait paraître, L’Entonnoirlittéraire mourut. Que de journaux périssent ainsi dans leur fleur !Enfin, il trouva dans une poignée de cartes de visite la carte qu’il cherchait. Il laconsidéra attentivement et la relut :ALIDOR SAINTE-LUCIEAVOCATAncien ministre de l’Instruction publique et de la Marine, membre de laChambre des députés, président de la Commission artistique haïtienne.À Paris, au Grand-Hôtel.Et, dans la fumée qui remplissait la chambre, M. Godet-Laterrasse se représenta legigantesque mulâtre qui venait d’Haïti plein d’or et de sourires. Puis il souffla labougie et s’endormit.Ses rêves furent peuplés de spectres. L’ombre du cabaretier de l’impasse duBaigneur s’avançait en boitant et répétait avec une douceur terrible : « Pensez àmoi, monsieur Godet. »Il était près de neuf heures et il pleuvait encore quand une lueur de jour entra dans lachambre ; c’était le reflet dégoûtant d’une lumière plusieurs fois souillée avantd’arriver jusque-là. La chambre n’avait de vue que sur le mur de soutènement de lamaison voisine, qui dominait de ses cinq étages de plâtre tous les toits dupassage. Ce mur de moellon bombé, lézardé, crevé, suintant, verdâtre et terminépar la galerie de brique d’une terrasse à l’italienne, s’élevait de cinq ou six mètresau-dessus de la chambre de M. Godet-Laterrasse et la revêtait d’une ombreéternelle. La fenêtre n’était séparée du mur que par une allée marécageuse, largede deux pas, semée de feuilles de salades, de coquilles d’œufs et de débris decerfs-volants. Le mulâtre, à son réveil, regarda les vitres ruisselantes et souleva sesbottes lourdes, dont les semelles avaient laissé une trace humide sur le parquet. Illes chaussa pourtant, et, ayant achevé sa toilette auStère et saisi les ruines de sonparapluie, il sortit de sa chambre. En passant devant la loge, d’où sortaient desgrognements confus :« Madame Alexandre, dit-il, je m’occupe de votre petit compte. »Il monta les dix plus hautes marches du passage Cotin, longea, dans un fleuve deboue, la façade désolée du chalet suisse et les chantiers de l’église du Vœunational. Au bas de la rue Lepic, il s’arrêta court pour ne pas marcher sur deux brinsde paille collés en croix par la pluie au trottoir, devant la boutique d’un emballeur.Ayant conjuré ce péril (car il ne doutait pas que marcher sur une croix ne fût unprésage de malheur), il reprit sa grandeur d’âme et releva sa tête sublime. Ils’avançait en conquérant intellectuel vers le cœur de Paris et portait haut l’armatureà huit pointes de son parapluie dévasté, qui semblait l’arme compliquée d’unguerrier sauvage. IIM. Alidor Sainte-Lucie, fils d’un riche négociant de Port-au-Prince, fit son droit àParis et retourna à Haïti pour assister au sacre de Soulouque, couronné empereursous le nom de FauStin Ier. Homme de couleur et riche, il avait tout à craindre de Sa
Majesté noire. Il alla bravement au-devant du danger et se fit remarquer au palaisimpérial par son zèle à soutenir la politique noire du souverain. Nommé procureurgénéral près la cour impériale de Port-au-Prince, il fit fusiller sans méchancetéquelques-uns de ses concitoyens. Il accepta de l’empereur le portefeuille del’Instruction publique et celui de la Marine ; mais, voyant croître dans l’ombre uneopposition énergique, il prit un congé et alla faire une promenade en France.De Paris, il s’associa par de chaleureuses lettres à la révolution qui mit fin auxgaietés sanglantes de l’empire noir, et revint à Haïti, pour se faire nommer membrede la Chambre des députés. Son premier acte dans l’assemblée fut de déposer unprojet « tendant » à l’érection d’un monument expiatoire consacré aux mânes desvictimes de la tyrannie. Il y avait quelques-unes de ces victimes auxquelles l’ancienprocureur impérial devait bien un tombeau.Le projet fut pris en considération, la proposition votée et le citoyen Alidor Sainte-Lucie nommé président de la commission chargée de faire exécuter cette œuvrenationale. M. Alidor comprit tout le parti qu’il pouvait tirer de cette présidence. Pourpeu qu’on fusillât dans l’île, il prenait son passeport et s’en allait demander auxartistes de Paris quelques projets de monument expiatoire. Il adorait Paris, à causedes petits théâtres et des cafés politiques. Après vingt ans, la commissionartistique fonctionnait encore. M. Alidor Sainte-Lucie était alors un très beau mulâtre, colossal et souple. Portantbien sa large face cuivrée, il avait, malgré son nez épaté, une grande mine, surtoutdepuis que le sommet de son front, dégarni de cheveux, brillait comme un bronzeclair. Sans daigner rien dissimuler de sa robuste vieillesse, il portait, taillée de prèsaux ciseaux, sa barbe grisonnante. Soigneux de sa personne, il aimait les giletsblancs et les escarpins vernis, et s’imprégnait de parfums à la fois capiteux etfades.C’est ainsi parfumé, et sa puissante encolure bien prise dans une jaquette decoupe anglaise, qu’il se promenait de long en large dans sa chambre d’hôtel, enattendant le précepteur, tandis que son fils crayonnait des bonshommes sur unecouverture de livre et que le garçon de service dressait près du feu une table detrois couverts.Les meubles étaient encombrés par les maquettes, les esquisses, les ébauches,les photographies, les plans, les épures, les lavis et les devis du monumentcommémoratif des victimes de la tyrannie. Il y avait sur la console une petitepyramide de plâtre peint, couverte de palmes d’or, et sur le secrétaire une colonnede terre cuite surmontée d’une espèce de singe ailé, avec cette inscription sur lesocle : Au Génie de la Liberté noire. Une photographie posée sur la cheminée,contre la glace, représentait une négresse debout devant un sarcophage sur lequelelle déposait un rouleau de papier portant ces simples mots : Commissionartistique, Monsieur Sainte-Lucie président. Rien de plus.À terre, une main de fonte à demi ouverte, une main géante sortait d’un rideaucomme d’une manche à sa taille et portait au poing cette étiquette : Détaild’exécution. Projet 17. E. D.Trois petits pains dorés reposaient sur les serviettes. M. Sainte-Lucie regarda lapendule. Soit que la croûte des pains vernis au blanc d’œuf eût réveillé sesappétits, soit qu’il craignît d’attendre, ses yeux de velours, qui tout à l’heurecoulaient avec une si douce lumière sous leurs paupières un peu tendues, jetèrentsubitement une lueur fauve. Mais ils redevinrent caressants quand M. Godet-Laterrasse apparut sous la portière écartée par le garçon de service. On ne vitd’abord qu’un menton surmontant une longue pomme d’Adam échappée d’unecravate de cotonnade blanche : M. Godet-Laterrasse saluait.« Mon fils, Rémi », dit M. Sainte-Lucie en présentant le jeune homme, qui,consentant à laisser un croquis inachevé, s’approcha avec un déhanchementparesseux.C’était un beau garçon d’un teint olivâtre très pur. Il roulait des yeux ennuyés etsemblait tendre au hasard sa grosse bouche sensuelle.On se mit à table. M. Sainte-Lucie était deux fois plus large que M. Godet-Laterrasse. Le mulâtre d’Haïti avait un teint chaud et doré qui semblait plus richeencore auprès de cette couleur de suie mal essuyée dont l’autre était barbouillé. Lemulâtre de Bourbon était chétif, fripé, crotté. Mais l’expression d’emphase naïve etd’orgueil enfantin empreinte sur son visage inspirait pour lui cette pitié sympathiquequi s’attache aux chiens savants et aux génies malheureux.
L’affaire qui les réunissait fut traitée entre les rognons sautés et les petits pois ausucre. M. Godet-Laterrasse provoqua les explications.« Eh bien ! mon ami, dit-il à son futur élève, en lui tapant sur l’épaule, nous allonsdonc prendre nos grades dans la vieille Université ? » M. Alidor, ainsi amorcé, dit en émiettant son pain avec nonchalance :« Comme je vous l’ai écrit, mon cher Godet, et, par parenthèse, j’ai eu du mal àtrouver votre adresse. C’est Brandt… Vous savez, Brandt, le tailleur, qui l’adécouverte par le plus grand des hasards. Il vous cherchait aussi à ce qu’il paraît.— C’est possible, dit M. Godet-Laterrasse, en faisant dans le vide le gested’écarter quelque chose.— Comme je vous l’ai écrit, je compte sur vous pour préparer ce gaillard-là aubaccalauréat, et en faire un homme. »M. Godet-Laterrasse redressa son buste contre le dossier de sa chaise, plaça sonvisage horizontalement et dit :« Avant tout, mon cher Sainte-Lucie, je dois vous faire ma profession de foi. Je suisinébranlable sur les principes. Je suis l’homme de fer qu’on brise mais qu’on neplie pas.— Je sais, je sais, dit M. Sainte-Lucie en continuant d’émietter son pain.— L’éducation que je donnerai à monsieur votre fils sera une éducationessentiellement libre. — Je sais, je sais…— C’est le baccalauréat civique que je ferai passer glorieusement à notre Rémi. Jepréparerai en lui moins encore le lauréat de l’Université que le législateur de laRépublique haïtienne. Et que m’importe, à moi, cette vieille fée pédante qu’onnomme l’Université ! »L’ancien ministre, homme éloquent mais pratique, lui fit signe du sourcil de ne pasparler ainsi devant son élève. Mais le précepteur libre, emporté par la sublimité deses propres idées :« L’Université, s’écria-t-il, c’est le monopole ! L’Université, c’est la routine !L’Université, c’est l’ennemie ! Guerre à l’Université ! »Puis, posant la main sur l’épaule du jeune mulâtre, plus indifférent que surpris :« Mon ami, si je vous prépare au baccalauréat, je vous enseignerai les véritésprimordiales. Et quand, au sortir de mes mains, vous vous présenterez enSorbonne devant les examinateurs, vous serez leur juge encore plus qu’ils ne serontles vôtres. Vous pourrez dire aux Caro et aux Taillandier : « J’ai des principes etvous n’en avez pas. C’est un homme de fer, c’est Godet-Laterrasse qui a formémon esprit. » Ah ! ils me connaîtront un jour, ces messieurs ! »Pendant ce discours, le jeune Rémi, très tranquille, tirait subrepticement du sucrierdes morceaux de sucre qu’il fourrait dans ses poches.M. Alidor était naturellement enclin à goûter l’éloquence ; une semblablepréparation au baccalauréat lui semblait belle, mais périlleuse. Fort entêté parcaractère, il ne démordit pas de son idée de confier son fils au créole de Bourbon.« Rémi, dit-il, en tirant nonchalamment un louis de sa poche, va chercher descigares en bas, et dis que c’est pour moi. »Resté seul avec son hôte, il émietta encore son pain et resta silencieux. Il avait unefaçon spéciale de se taire qui était mystérieuse et imposante. Puis, de sa voixdouce d’homme fort, il représenta au futur précepteur qu’il s’agissait d’unepréparation au baccalauréat, c’est-à-dire d’une entreprise essentiellement pratique,que les programmes devaient être suivis à la lettre, et qu’en somme il était questionde grec et de latin bien plus que de vérités primordiales. « Parfaitement, parfaitement », répondit l’homme de fer.Il lui fut demandé s’il avait déjà professé. Sa réponse fut vague. On dut toucher laquestion d’argent.
L’ancien ministre pria le précepteur d’accepter des appointements mensuels dedeux cents francs.Mais M. Godet-Laterrasse, la tête totalement révulsée, fit le geste d’écarter cesbagatelles.Rémi revint avec des cigares. Un très bel homme svelte, et dont la barbe d’ordescendait sur la poitrine, entra dans la chambre avec lui et n’ôta pas le petitchapeau mou qu’il portait en manière de toque sur sa nuque chevelue.« Soyez le bienvenu, Labanne, dit M. Sainte-Lucie sans se lever. Voulez-vous uncigare ? »Mais Labanne, sans rien répondre, tira de sa poche une pipe d’ambre et d’écumeet une blague aux armes de Bretagne. Puis, il fit le tour de la pièce et examina enconnaisseur la photographie placée sur la cheminée. Enfin, jetant un regard de côtésur la colonne de terre cuite :« Quel est, dit-il, le fumiste qui vous a fourni ce modèle de tuyau de poêle ? » Il se tourna ensuite vers la pyramide dorée, affecta la curiosité, cligna de l’œil et dit :« On a oublié de faire une fente pour couler les sous. »Les autres ne comprenaient pas. Il ajouta :« Dame ! Ça ne peut être qu’une tirelire, cette machine-là.— Que voulez-vous ? répondit philosophiquement M. Sainte-Lucie. Je prends cequ’on me donne. Vous ne m’apportez pas votre projet, vous, Labanne.— J’y travaille, répondit le sculpteur. Pas plus tard qu’hier, j’ai lu dans un journal demédecine un article des plus curieux sur le pigmentum de la race noire. Et j’aiacheté ce matin, sur le quai Voltaire, chez un bouquiniste de mes amis, un traité dela constitution géologique des Antilles.— Et pour quoi faire ? demanda M. Sainte-Lucie absolument dérouté, bien qu’ilconnût son homme.— Si je veux exécuter mon projet de sculpture, répondit Labanne d’un tondédaigneux, il faut qu’avant de toucher seulement à la glaise, j’aie lu quinze centsvolumes. Tout est dans tout. C’est un procédé artificiel et coupable que de traiterisolément un sujet quelconque… Tiens ! vous voilà, Godet ! par quel hasard ? Je nevous avais pas aperçu. »Le mulâtre de Bourbon, accoudé à la tablette de la cheminée et la main droitepassée entre deux boutons de sa redingote, sourit amèrement.Le sculpteur, ayant allumé sa pipe, poursuivit :« Je ne suis pas une force de la nature, une force brute, moi. Je ne suis pas commel’oiseau qui a pondu ce singe-là (et il désignait du tuyau de sa pipe le Génie de laLiberté noire). Je suis une intelligence, une conscience, et je mets une pensée dansma sculpture. »M. Alidor Sainte-Lucie approuva de la tête. Mais il insista pour obtenir du sculpteurun simple croquis, une esquisse qu’il voulait soumettre à la commission. Il devaitpartir pour Haïti dans une huitaine de jours.Labanne, couché sur le canapé, était perdu dans une méditation profonde.Enfin, après avoir secoué la cendre de sa pipe et craché sur le tapis, il contempla larosace du plafond et dit : « De quel droit créons-nous des êtres imaginaires ? Phidias ou Michel-Ange ouMachin fait une figure qui à l’apparence de la vie, qui s’impose aux yeux, quipénètre les imaginations. C’est l’Athènè du Parthénon, le Moïse ou la Nymphed’Asnières. On en parle, on en rêve. Et voilà un être de plus dans le monde ! Quevient-il y faire ?« Il vient perturber les intelligences, corrompre les cœurs, égarer les sens et semoquer du public. Toute œuvre d’art, toute création du génie humain e£t unedangereuse illusion et une tromperie coupable. Les sculpteurs, les peintres et lespoètes sont des menteurs magnifiques et des coquins sublimes, rien de plus. Moi
qui vous parle, j’ai été pendant six mois amoureux comme une bête de l’Antiope duSalon carré. C’est-à-dire que, pendant six mois, ce scélérat de Corrège s’étaitmoqué de moi.« Connaissez-vous mon ami Branchut, le moraliste ? Il est laid, mais il l’ignore. Il estpauvre et plein de génie. Il sait le grec à faire l’étonnement des cafés et il a luHegel. Il vit d’un petit pain et boit aux bornes-fontaines. Ayant terminé son repasd’oiseau, il écrit des choses sublimes dans les jardins publics ou, s’il pleut, sous lesportes cochères. Il vient, quand il y pense, coucher dans mon atelier. Il écrivit même,une nuit, sur la muraille, un commentaire très subtil et très savant du Phêdon. Tel estBranchut. L’an passé, je lui prêtai un habit et je le conduisis chez une princesserusse dont j’avais dû faire le buSte. Mais elle voulait ce buSte en marbre et je ne levoyais qu’en bronze. On ne peut réaliser que ce qu’on voit et le buSte ne fut pas fait.La princesse cherchait un professeur de littérature pour sa fille Fédora, qui était trèsbelle. Je proposai Branchut, qui fut agréé. Sur ma recommandation et sur samauvaise mine, on lui paya un mois d’avance. Il s’acheta deux chemises, loua unechambre en garni et connut le cervelas. À la sixième leçon, tandis qu’il expliquait lemécanisme de l’épopée homérique, il pinça furieusement à la taille Mlle Fédora,qui s’enfuit en poussant des cris aigus. Le moraliste attendit, prêt à réparer safaute. Il eût épousé sa noble élève, s’il eût fallu. Mais on le jeta à la porte. Je letrouvai le soir dans mon atelier. « Hélas ! s’écria-t-il en pleurant, c’est Saint-Preuxqui m’a perdu. Ô Julie ! Ô Jean-Jacques ! » — Ainsi donc, Rousseau n’avait écritson roman magnifique et passionné et n’avait créé saJulie, amante faible et tombée avec gloireque pour faire faire une sottise à mon ami Branchut, le moraliste. »M. Alidor Sainte-Lucie contint un bâillement. Son fils, les deux poings dans lesjoues, écoutait comme au théâtre. M. Godet-Lat erras se, l’œil ardent et la poitrinebombée, préparait une réplique foudroyante. Mais Labanne se leva, s’approcha duguéridon, y prit un numéro de journal et, tandis qu’il en déchirait un morceau pourrallumer sa pipe, il suivait de l’œil, avec son inStincT : de grand liseur, les lignesimprimées.« Dites donc, Sainte-Lucie, demanda-t-il, est-ce que vous croyez à la démocratie,vous ? »À ces mots, M. Godet-Laterrasse fît, en se redressant, le bruit sec d’un pistoletqu’on arme. Mais l’ancien ministre ne répondit que par un sourire énigmatique.Labanne fit sa profession de foi. Il aimait les aristocraties. Il les voulait fortes,magnifiques et violentes. Elles seules, disait-il, avaient fait fleurir les arts. Il regrettaitles mœurs élégantes et cruelles d’une noblesse militaire.« Quelle époque mesquine que la nôtre ! ajouta-t-il. En privant la politique de sesdeux attributs nécessaires, le poignard et le poison, vous l’avez rendue innocente,niaise, bête, bavarde et bourgeoise. Faute d’un Borgia, la société se meurt. Vousn’aurez ni Statues de Style, ni palais de marbre, ni courtisanes éloquentes etmagnanimes, ni sonnets ciselés, ni concerts dans des jardins, ni coupes d’or, nicrimes exquis, ni périls, ni aventures. Vous serez heureux platement, bêtement, à encrever. Ainsi soit-il ! »Depuis quelques instants, M. Godet-Laterrasse faisait des petits mouvementssaccadés, comme un homme qui se contient mal.« À merveille ! s’écria-tii, à merveille ! Vous avez beaucoup d’esprit, monsieurLabanne. Mais, sachez-le : il y a des railleries qui sont des blasphèmes. »Il prit son chapeau, serra la main à son élève et entraîna dans l’antichambre M.Alidor, à qui il avait quelques mots à dire.Labanne entendit tinter de l’argent et M. Alidor reparut. « Quel naïf ! lui dit Labanne. Mais il n’est pas méchant.— Chut !… » fit l’autre. Et il dit quelques mots à l’oreille de Labanne, qui répondit :« Si j’avais prévu que vous eussiez besoin d’un précepteur, je vous aurais envoyémon ami Branchut, le moraliste. Je retourne au quartier. Adieu. »Il désignait ainsi le quartier par excellence, le quartier Latin.M. Sainte-Lucie pria le sculpteur d’indiquer à Rémi, qui ne connaissait pas Paris,
un hôtel convenable, dans les environs du Luxembourg.Déjà Labanne, qui caressait sa barbe rutilante, et Rémi dont la taille, par uncaractère de race, semblait dévissée, descendaient côte à côte l’escalier doré del’hôtel, quand M. Sainte-Lucie, penché sur la rampe, rappela son fils et lui dit :« Je t’avertis de suite, de peur de l’oublier, que très probablement je n’irai pas voirle général Télémaque. Mais en lui rendant visite tu ne me déplairas nullement et tuferas plaisir à ta mère. Télémaque demeure à Courbevoie, près de la caserne.Adieu, adieu. » IIIRémi se rappelait très vaguement sa maison natale de Port-au-Prince, cet hôtelseigneurial, de Style Louis XVI, plein de Statues mutilées et d’emblèmes effacés àdemi, ce vestibule crevé, effondré, planté de bananiers, ces lourds fauteiùlsd’acajou à têtes de sphinx dans lesquels il dormait à l’ombre, dans le grand silencedu midi ; la ville basse, lumineuse, bigarrée, amusante comme un grand bazar, et lemagasin de la marraine Olivette. Que de fois, caché derrière des caisses, il avaitvolé à la négresse des bananes ou des sapotilles ! II se rappelait sa mère, dont lesyeux de braise, le nez impérieux, la bouche avide et la magnifique poitrine debronze, s’échappant d’un corsage de mousseline blanche, avaient imprimé leurimage dans la mémoire de l’enfant. Que de fois il l’avait vue, empreinte d’un parfumviolent, la tête renversée en arrière et les yeux noyés, exaspérer par quelqueréponse brève et dédaigneuse M. Alidor, qui un jour se jeta sur elle en grinçant desdents et abattit sa canne sur les plus belles épaules des Antilles.Mais Rémi avait vu bien d’autres choses. Il avait vu le bombardement et l’incendiede Port-au-Prince, les pillages, les massacres, les exécutions et encore desmassacres et des exécutions. Il avait vu sa marraine Olivette gisant assommée aumilieu de ses tonneaux défoncés, entre ses assassins ivres morts de whisky.C’est vers cette époque qu’ayant fait une longue traversée, il débarqua un soir dansune ville magnifiquement éclairée. La France lui plut tout d’abord, fut mis, à Nantes,dans une pension de la rue du Château ; là, il traîna de banc en banc, en grelottantsans cesse, une vie monotone et ennuyée. Pendant les longues études, il suçaitdes dragées et dessinait des caricatures. Chaque jeudi et chaque dimanche del’année, les élèves, déroulés deux de front en longue file, faisaient une promenadesous les vieux ormeaux de la Fosse, au bord de la Loire, large et blonde. Il n’aimaitpas ces courses au Vent et à la pluie. Pour s’en dispenser, il se faisait admettre parses grimaces à l’infirmerie, où il se pelotonnait sous ses couvertures comme unboa dans une vitrine de muséum. Mais il avait un jarret d’acier pour sauter par-dessus les murs de l’établissement et courir acheter à l’autre bout de la ville durhum avec lequel on faisait un punch, la nuit, dans le dortoir. Il prit ses études endouceur, fit sur ses cahiers le portrait de tous ses maîtres, passa en rhétorique, n’yapprit rien, y oublia tout, fut expédié à Paris et confié aux soins de M. Godet-Laterrasse.Or M. Sainte-Lucie était en mer depuis trois semaines et le précepteur avait déjàcommencé son œuvre pédagogique en promenant son élève sur des impérialesd’omnibus du boulevard Saint-Michel aux buttes Montmartre et de la Madeleine à laBastille. Puis il avait disparu pendant huit jours. Rémi, installé par Labanne sous lestoits d’un fort bon hôtel de la rue des Feuillantines, se levait à midi, s’en allaitdéjeuner, se promenait au soleil, en contemplant, par un reste de génie sauvage,les verreries étalées aux devantures des boutiques, et, vers cinq heures, buvait àpetites gorgées son vermouth gommé. Il avait un peu oublié son précepteur, absentdepuis huit jours, quand le matin du neuvième, il reçut, par télégramme de M.Godet-Laterrasse, rendez-vous pour deux heures sur le pont des Saints-Pères.Il gelait ce jour-là, et une bise très âpre soufflait sur la Seine. Rémi, abrité côte àcôte avec un gardien de Paris contre le soubassement de fonte d’une des quatrestatues de plâtre, faisait le gros dos et, dans son ennui, allongeait parfois le coupour voir décharger sur le port Saint-Nicolas une cargaison de cornes de bœufs. Ilattendait depuis une demi-heure et se disposait à gagner le café le plus proche,quand M. Godet-Laterrasse, débouchant du guichet du Louvre, apparut, unportefeuille sous le bras.« Je vous ai donné rendez-vous aujourd’hui, dit-il à Rémi, pour acheter avec vousles livres fondamentaux. Je ne m’inquiète pas des Virgile et des Cicéron dont vouspourrez avoir besoin et que vous trouverez sans peine chez les bouquinistes de larue Cujas. Je ne veux m’occuper que des livres importants d’après lesquels vousformerez votre conscience d’homme et de citoyen. »
Ils atteignirent bientôt le quai Voltaire et entrèrent dans une boutique de librairie.« Avez-vous les ouvrages de Proudhon, de Qui-net, de Cabet et d’Esquiros ? »demanda M. Godet-Laterrasse.Le libraire avait ces ouvrages-là. Il en fit, sous les yeux mêmes des acheteurs, unpaquet que Sainte-Lucie voyait avec Stupéfaction monter comme une tour.« Monsieur, dit-il candidement au libraire, qui déjà croisait les ficelles, monsieur,ajoutez donc au ballot deux ou trois romans de Paul de Kock. J’en ai commencé unà Nantes qui m’a bien amusé. Mais mon maître d’études me l’a pris. »Le libraire répondit d’un ton digne qu’il ne « tenait » pas de romans, et il sedisposait à nouer les ficelles, quand M. Godet-Laterrasse l’arrêta. Il avait réfléchi ; ilempruntait à son élève les deux premiers volumes de YHiHoire de France, deMichelet, pour y faire une recherche. Ils se donnèrent une poignée de main sur letrottoir. Puis, M. Godet-Laterrasse s’écria, en grimpant sur son omnibus :« Piochez le Quinet ce soir ! hardi ! »Un instant sa silhouette noire domina l’impériale ; puis elle se confondit avec lesprofils des hommes ordinaires qui voyagaient assis sur la double banquette.Le soir était venu. Rémi, peu disposé à regagner sa chambre où les livresfondamentaux devaient l’attendre, s’achemina sur le boulevard Saint-Michel, versBullier. Il atteignait déjà la porte mauresque du bal public où des étudiants, descommis de magasin et des filles entraient en foule devant un demi-cercle d’ouvrierset d’ouvrières attentifs, quand il aperçut de l’autre côté de la chaussée, sous unréverbère, la barbe d’or de Labanne. Malgré le givre qui poudroyait les arbres, et levent qui fouettait la flamme du gaz, le sculpteur lisait un article de journal.Sainte-Lucie s’approcha du liseur.« Excusez-moi de vous interrompre, dit-il ; car ce que vous lisez doit être bienintéressant.— Pas du tout, répondit Labanne en mettant le journal dans sa poche. Je lisaismachinalement- quelque chose d’assez bête. Venez-vous avec moi au Chatmaigre ? »Ils s’arrêtèrent à l’endroit le plus resserré, le plus gras, le plus noir, le plus fumeux etle plus nauséabond de la rue Saint-Jacques et entrèrent dans une boutiquecouverte de petites tables, et dont le fond était formé par un châssis vitré et tendude rideaux blancs. Sur les murs, sur le châssis, sur le plafond même, il y avait despeintures. C’étaient, pour la plupart, des esquisses heurtées et violentes dont lestons vifs papillotaient sous le scintillement de deux becs de gaz, dans une épaisseatmosphère de fumée de pipe. Sainte-Lucie, qui aimait beaucoup les images,remarqua, en entrant, les toiles les plus voyantes, un corbeau dans la neige, unevieille femme nue, la tête en bas, un aloyau de bœuf dans un journal, et surtout unchat de gouttière découpant entre les tuyaux de cheminée, sur la lune énorme etrousse, sa maigre silhouette noire, arquée comme un pont du Moyen Âge. Cetteœuvre, d’un jeune maître impressionniste, servait d’enseigne à l’établissement. Desjeunes gens buvaient et fumaient autour des tables. Une petite femme grasse, coiffée avec soin et dont le tablier blanc à bavette segonflait comme une voile, regarda Labanne avec la vivacité tendre de ses yeuxdans lesquels quelques grains de poudre à canon semblaient pétiller sans cesse.Elle réclama au sculpteur le chat de terre cuite qu’il avait promis d’offrir pour êtremis à la devanture entre les plats de choucroute et les saladiers de pruneaux.« Je songe à votre matou, ô nourrissante Virginie, répondit Labanne, mais je ne levois pas encore assez maigre et assez famélique. D’ailleurs, je n’ai encore lu quecinq ou six volumes sur les chats. »Virginie, résignée à une longue attente, assura Labanne qu’il était bien aimabled’amener un nouvel ami, dit que M. Mercier et M. Dion étaient là, et disparutderrière le châssis vitré, dans le voisinage d’une fontaine, car on l’entendit bientôtrincer des verres.Les nouveaux venus s’assirent devant une table déjà occupée par deux buveursauxquels Sainte-Lucie fut aussitôt présenté. Le créole sut bientôt que M. Dion, trèsjeune, mince et blond, était poète lyrique, et que M. Mercier, petit, noir, le nezchaussé de lunettes, était quelque chose de très vague et de très important. Il faisait
chaud dans la brasserie, et Sainte-Lucie, se sentant tout à son aise, sourit, et sagrosse bouche s’épanouit, tandis que Virginie, l’observant de son œil offensif, àtravers la cloison, le trouvait très beau et très distingué, et admirait ses joues mateset claires, semblables au métal des casseroles qu’elle récurait si bien. Comme lesamoureuses qui vieillissent, Virginie était très propre.Le poète Dion demanda à Labanne, avec une douceur en même temps fade etaigrie, ce que devenait l’évêque Gozlin.On parlait beaucoup, en effet, depuis quelque temps, au Chat maigre, d’une Statuede l’évêque Gozlin commandée, disait-on, au sculpteur Labanne, pour une desniches du nouvel hôtel de ville. Labanne admettait, sans preuve, que la commandelui était donnée, mais il ne voyait pas l’évêque Gozlin debout dans une niche. Il ne levoyait qu’assis dans sa chaire épiscopale.Sainte-Lucie but un verre de bière.« Vous savez, dit le jeune Dion, que nous fondons une revue. Mercier m’a promis unarticle. N’est-ce pas, Mercier ? Vous nous ferez les beaux-arts, vous, Labanne.Monsieur Sainte-Lucie, j’espère que vous nous donnerez aussi quelque chose.Nous comptons sur vous pour la question coloniale. »Sainte-Lucie, qui avait vu tant de choses, ne s’étonnait pas. Il buvait, il avait chaud,il était heureux.« Je suis désolé de ne pas pouvoir vous rendre le service que vous me demandez,répondit-il. Mais je viens de Nantes, où j’étais en pension, et je ne suis pas aucourant de la question coloniale. D’ailleurs, je n’écris pas. »Dion fut Stupéfait. Il ne comprenait pas qu’on pût ne pas écrire. Mais il songea queles créoles étaient des gens étranges.« Pour moi, dit-il, je donnerai dans le premier numéro mon Amour fauve. Vousconnaissez mon Amour fauve  ? jTrès vieux, ployé, flétri par d’anciennes détresses, je veux errer sans fin dans lanuit de tes tresses.— C’est vous qui avez fait cela ? s’écria Sainte-Lucie avec un enthousiasmesincère. C’est très beau ! »Et il vida sa chope. Il était ravi. « Mais avez-vous des fonds pour votre revue ?demanda le sceptique Labanne.— Certainement, répondit le poète. Ma grand-mère m’a donné trois cents francs. »Labanne était réduit au silence. D’ailleurs, il feuilletait quelques bouquins qu’il avaitachetés dans la journée sur les étalages des parapets.« Ce volume est très curieux, disait-il en contemplant un petit livre à tranchesrouges. C’est un traité de Saumaise — Salmasius —, sur l’usure — De usuris. Jele donnerai à Branchut. »Alors on songea que Branchut n’était pas venu ce soir au Chat maigre.« Comment va-t-il, ce pauvre Branchut du Tic ? demanda le poète Dion. Tombe-t-ilencore aux pieds des princesses russes ? Il faut qu’il nous donne un article pour larevue. »Sainte-Lucie demanda à Labanne si ce M. Branchut du Tic était bien le professeurde littérature dont il avait été question un jour au Grand Hôtel.« Celui-là même, jeune homme, dit Labanne. Vous le verrez. Sachez qu’il s’appellesimplement Claude Branchut. Son nez, fort long, d’ailleurs, est agité de frissonsnerveux et affecté d’un mouvement ondulatoire des plus étranges : de là le surnomque nous lui avons donné. D’ailleurs, Caton d’Utique et Branchut du Tic sont deuxStoïciens.— Monsieur Sainte-Lucie, dit le poète, je vais vous lire mes vers, pour que vouspuissiez me faire toutes vos critiques avant l’impression.— Non ! non ! s’écria Mercier, dont le petit visage rond se contracta sous seslunettes. Vous lui lirez vos vers quand vous serez seuls. »
Alors la conversation s’engagea sur l’esthétique. Dion considérait la poésie commela langue « naturelle et primordiale. »Mercier répondit avec aigreur :« Ce n’est pas le vers, c’est le cri qui est la langue primitive et naturelle. Lespremiers hommes ne se sont pas écriés :Oui, je viens dans son temple adorer l’Éternel.« Ils disaient : hou, hou, hou ! ma, ma, ma ! couic ! D’ailleurs, êtes-vousmathématicien ? Non. Eh bien, il est inutile de discuter avec vous. Je ne discutequ’avec un adversaire qui sait la méthode mathématique. » Labanne affirma que la poésie était une monstruosité sublime, une maladiemagnifique. Pour lui, un beau poème était un beau crime, rien autre chose.« Permettez, répliqua Mercier en rajustant ses lunettes. Jusqu’où avez-vous poussél’analyse mathématique ? je verrai d’après vos réponses si je puis argumenter avecvous. »Sainte-Lucie se disait, en vidant une nouvelle chope :« Mes nouveaux amis sont très singuliers, mais très agréables. »Toutefois, comme il ne comprenait littéralement rien à la discussion qui devenaittrès vive, il abandonna le fil embrouillé des discours et promena sur la salle desregards naïfs et hardis. Il aperçut contre la porte vitrée du châssis les yeux chargésd’amour que la grosse Virginie fixait sur lui en essuyant ses mains rouges.Il songea :« C’est une femme très agréable. »Ayant bu un nouveau bock, il se confirma dans cette idée et dans cette sensation.La brasserie s’était vidée peu à peu. Les fondateurs de la revue restaient seulsautour des soucoupes qui s’élevaient sur la table en deux piles semblables à deuxtours de porcelaine dans une ville chinoise.Virginie se préparait à abaisser les lames de tôle de la devanture, quand la portes’ouvrit pour laisser entrer un long personnage blême, vêtu d’une très courtejaquette d’été dont il avait relevé le collet. Il projetait en avant de lui des piedsénormes, plats et lamentablement chaussés.« C’est Branchut ! s’écria le comité. Comment vous portez-vous, Branchut ? »Mais Branchut restait sombre.« Labanne, dit-il, vous avez emporté, par mégarde, j’aime à le croire, la clef devotre atelier, et, faute de vous rencontrer en ce lieu, j’eusse indubitablement passéla nuit dehors. »Branchut parlait avec une élégance cicéronienne. Tandis que, possédé d’un ticnerveux, il roulait des yeux terribles et remuait le nez de la racine aux ailes, il faisaitcouler de sa bouche des sons doux et purs.Labanne donna sa clef et s’excusa. Mais Branchut ne voulut boire ni bière, ni café,ni cognac, ni chartreuse. Il ne voulut rien boire. Dion lui ayant demandé un article pour sa revue, le moraliste se fit longtemps prier.« Prenez, dit Labanne, son commentaire du Phédon qui est écrit tout au long aufusain sur le mur de mon atelier. Vous le ferez copier, à moins que vous ne préfériezporter mon mur chez l’imprimeur. »Branchut promit l’article quand on cessa de le lui demander.« Ce sera, dit-il, une étude d’un genre particulier sur les philosophes. »Il toussa de la toux des orateurs, prit un verre vide, le posa devant lui et poursuivitlentement :« Voici mon point de vue. Il y a deux sortes de philosophes : ceux qui se placentderrière ma chope, comme Hegel, et ceux qui se placent entre ma chope et moi,
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text