45 pages
Français

Le Bal du comte d’Orgel

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
45 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Le Bal du comte d'OrgelRaymond Radiguet1924Les mouvements d’un cœur comme celui de la comtesse d’Orgel sont-ilssurannés ? Un tel mélange du devoir et de la mollesse semblera peut-être, de nosjours, incroyable, même chez une personne de race et une créole. Ne serait-ce pasplutôt que l’attention se détourne de la pureté, sous prétexte qu’elle offre moins desaveur que le désordre ?Mais les manœuvres inconscientes d’une âme pure sont encore plus singulièresque les combinaisons du vice. C’est ce que nous répondrons aux femmes, qui, lesunes, trouveront Mme d’Orgel trop honnête, et les autres trop facile.La comtesse d’Orgel appartenait par sa naissance à l’illustre maison des Grimoardde la Verberie. Cette maison brilla pendant de nombreux siècles d’un lustreincomparable. Ce n’est pourtant pas que les ancêtres de Mme d’Orgel se fussentdonné le moindre mal. Toutes les circonstances glorieuses auxquelles les autresfamilles doivent leur noblesse, cette maison tire son orgueil d’y être restéeétrangère. Une pareille attitude ne va point à la longue sans danger. Les Grimoardétaient au premier rang de ceux qui inspirèrent à Louis XIII la résolution d’affaiblir lanoblesse féodale. Leur chef supporta mal cette injure, et c’est avec bruit qu’il quittala France. Les Grimoard s’installèrent à la Martinique.Le marquis de la Verberie retrouve sur les indigènes de l’île la puissance de sesaïeux sur les paysans de l’Orléanais. Il dirige des plantations de cannes à sucre. ...

Informations

Publié par
Nombre de lectures 94
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo

Extrait

Le Bal du comte d'OrgelRaymond Radiguet4291Les mouvements d’un cœur comme celui de la comtesse d’Orgel sont-ilssurannés ? Un tel mélange du devoir et de la mollesse semblera peut-être, de nosjours, incroyable, même chez une personne de race et une créole. Ne serait-ce pasplutôt que l’attention se détourne de la pureté, sous prétexte qu’elle offre moins desaveur que le désordre ?Mais les manœuvres inconscientes d’une âme pure sont encore plus singulièresque les combinaisons du vice. C’est ce que nous répondrons aux femmes, qui, lesunes, trouveront Mme d’Orgel trop honnête, et les autres trop facile.La comtesse d’Orgel appartenait par sa naissance à l’illustre maison des Grimoardde la Verberie. Cette maison brilla pendant de nombreux siècles d’un lustreincomparable. Ce n’est pourtant pas que les ancêtres de Mme d’Orgel se fussentdonné le moindre mal. Toutes les circonstances glorieuses auxquelles les autresfamilles doivent leur noblesse, cette maison tire son orgueil d’y être restéeétrangère. Une pareille attitude ne va point à la longue sans danger. Les Grimoardétaient au premier rang de ceux qui inspirèrent à Louis XIII la résolution d’affaiblir lanoblesse féodale. Leur chef supporta mal cette injure, et c’est avec bruit qu’il quittala France. Les Grimoard s’installèrent à la Martinique.Le marquis de la Verberie retrouve sur les indigènes de l’île la puissance de sesaïeux sur les paysans de l’Orléanais. Il dirige des plantations de cannes à sucre. Ensatisfaisant son besoin d’autorité, il accroît sa fortune.Nous commençons alors à assister à un singulier changement de caractère danscette famille. Sous un soleil délicieux, il semble que fonde peu à peu l’orgueil qui laparalysait. Les Grimoard, comme un arbre sans élagueur, étendent des branchesqui recouvrent presque toute l’île. En débarquant, on va leur rendre ses devoirs.Qu’un nouveau venu se découvre une parenté avec eux, sa fortune est faite. Aussi,le premier soin de Gaspard Tascher de la Pagerie arrivant dans l’île, sera-t-ild’établir son cousinage, tout lointain qu’il soit. Le mariage d’un Grimoard avec unedemoiselle Tascher noue ces liens un peu lâches. Cependant les années passent.Malgré les Grimoard, les Tascher de la Pagerie ne jouissent pas d’une grandeconsidération. La défaveur, le scandale même atteignent à leur comble, lorsque lajeune Marie-Joseph Tascher s’embarque pour la France et que l’on publie les bansde son mariage avec un Beauharnais, dont le père possède des plantations àSaint-Domingue.Les Grimoard furent les seuls à ne point tenir rigueur à Joséphine après le divorce.C’est elle qui leur annonce la Révolution. Ils accueillent cette nouvelle avec plaisir.Les Grimoard n’avaient jamais pensé que la famille qui les avait dépouillés de leursdroits pût encore tenir longtemps sur le trône. Peut-être crurent-ils d’abord laRévolution menée par les seigneurs, et pour eux. Mais quand ils sauront la tournuredes choses de France, ils blâmeront ceux à qui on coupe la tête de n’avoir pas suivileur exemple, de n’être pas partis au bon moment, c’est-à-dire sous Louis XIII.De leur île, comme des voisins malveillants derrière leur judas, ils observent le vieuxcontinent. Cette Révolution les égaye. Quoi de plus drôle, par exemple, que cemariage de la petite cousine avec un général Bonaparte ! Mais où la plaisanterieleur semblera excessive, ce sera lors de la proclamation de l’Empire. Ils y voientl’apothéose de la Révolution. Le bouquet de ce feu d’artifice retombe en une pluiede croix, de titres, de fortunes. Cette immense mascarade, où l’on change de nomcomme on met un faux-nez, les blesse. On assiste dans la Martinique à un branle-bas curieux. L’île charmante se dépeuple en un clin d’œil. Joséphine, qui seconstitue une famille, essaye d’attacher à la Cour ses parents les plus vagues,quelquefois les plus humbles, mais dont les noms ne datent pas d’hier. C’est auxGrimoard qu’elle a pensé d’abord. Les Grimoard ne répondent pas. Ce ne seraqu’une fois Joséphine répudiée que l’on renouera avec elle. Le marquis lui écrira
même une lettre fort morale, lui disant qu’il n’avait jamais pu prendre la chose ausérieux. Il lui offre son toit. Sa haine pour l’Empire éclate. Jusque-là, il se retenait, àcause de leur parenté.Il pourra surprendre qu’en suivant cette famille le long des siècles, nous ayons feintde ne voir qu’un personnage, toujours le même. C’est que nous nous soucions peu,ici, des Grimoard, mais de celle en qui ils vivent. Il faut comprendre que MlleGrimoard de la Verberie, née pour le hamac sous des cieux indulgents, se trouvedépourvue des armes qui manquent le moins aux femmes de Paris et d’ailleurs,quelle que soit leur origine.Mahaut, à sa naissance, avait été reçue sans grand enthousiasme. La marquiseGrimoard de la Verberie n’avait jamais vu de nouveau-né. Quand on présentaMahaut à sa mère, cette femme qui avait subi avec courage les douleurs del’enfantement s’évanouit, croyant avoir fait un monstre. Quelque chose lui resta dece premier choc, et Mahaut, petite, fut entourée de suspicion. Comme elle ne parlaqu’assez tard, sa mère la croyait muette.Mme Grimoard attendait un autre enfant avec impatience, espérant un garçon. Ellele parait d’avance de toutes les vertus refusées à sa fille. Elle était grosse lorsqu’unaffreux cataclysme détruisit Saint-Pierre. La marquise fut sauvée par miracle, maison craignit un moment pour sa raison, et pour l’enfant qu’elle allait mettre au monde.Cette île ne lui inspira désormais que l’horreur ; elle refusa d’y rester. Les médecinsreprésentèrent à son mari combien il serait criminel de la contrarier. C’est ainsi queles Grimoard que rien n’avait pu convaincre, même la promesse d’un royaume,débarquèrent en France au mois de juillet 1902. Par hasard le domaine de laVerberie était à vendre. Ce fut avec la conviction de venger ses ancêtres que lemarquis réintégra leur domaine. Il se croyait son propre ancêtre et rappelé parLouis XIII suppliant ; il passa toute sa vie en procès avec des paysans dont ilpensait être encore le seigneur.Mme Grimoard mit au jour un enfant mort. Par un accident féminin, dont lecataclysme fut cause, elle devint hors d’état de prétendre à la maternité. Sondésespoir s’accrut du fait que le mort-né était un garçon. La marquise y gagna uneprostration maladive, qui fit d’elle une créole des images, passant sa vie sur unechaise longue.Son cœur de mère ne pouvant plus espérer de fils, ne semble-t-il pas que sonamour pour Mahaut aurait dû s’accroître ? Mais cette petite fille, si pleine de vie, siturbulente, lui semblait presque une offense à ses espoirs brisés.Mahaut grandissait à la Verberie comme une liane sauvage. Sa beauté, son espritne naquirent pas en un jour, mais plus sûrement. C’était chez la vieille négresseMarie, que l’on se prêtait chez les Grimoard comme un objet de famille, que Mahauttrouvait de la vraie tendresse ; une tendresse subalterne, c’est-à-dire celle quiressemble le plus à de l’amour.Après la séparation, il fallut bien élever Mahaut à la Verberie même. Ce fut auxmains d’une vieille fille sans fortune, et d’une excellente famille de province, quepassa Mlle Grimoard. Sa mère somnolait toute la journée ; le seul soin que pritd’elle son père fut de lui apprendre que personne n’était digne d’une Grimoard.Mais la fraîcheur de ses premières enfances, elle la retrouva en épousant, à dix-huitans, le comte Anne d’Orgel, un assez beau nom de chez nous. Elle s’éprit follementde son mari qui, en retour, lui en témoigna une grande reconnaissance et l’amitié laplus vive, que lui-même prenait pour de l’amour. La négresse Marie fut la seule à nepas voir cette alliance d’un bon œil. Son reproche était fondé sur la différenced’âge. Elle trouvait le comte d’Orgel trop vieux. Marie entra néanmoins à l’hôteld’Orgel pour ne pas être séparée de la comtesse. Elle n’avait, disait-on, rien àfaire. Mais parce que son emploi n’était pas défini, les domestiques sedéchargeaient sur elle de mille petites besognes. À la fin de ses journées, lanégresse tombait de fatigue.Le comte Anne d’Orgel était jeune ; il venait d’avoir trente ans. On ne savait de quoisa gloire, ou du moins son extraordinaire position était faite. Son nom n’y entraitpas pour grand-chose, tant, même chez ceux qu’hypnotise un nom, le talent primetout. Mais, il faut le reconnaître, ses qualités n’étaient que celles de sa race, et sontalent mondain. Son père, qu’on admirait en se moquant, venait de mourir. Anne,aidé de Mahaut, redonna un lustre à l’hôtel d’Orgel, où naguère l’on s’était bienennuyé. Ce furent les Orgel qui, si l’on peut dire, ouvrirent le bal au lendemain de laguerre. Le feu comte d’Orgel eût trouvé sans doute que son fils faisait trop de place,dans ses invitations, au mérite personnel et à la fortune. Cet éclectisme, sévèremalgré tout, ne fut pas la moindre raison du succès des Orgel. Il contribua d’autrepart à les faire blâmer par ceux de leurs parents qui dépérissaient d’ennui à ne
recevoir que des égaux. Aussi les fêtes de l’hôtel d’Orgel étaient à ces parents uneoccasion unique de distraction et de médisance.Parmi les hôtes dont la présence eût dérouté le feu comte d’Orgel, on doit mettre aupremier plan Paul Robin, un jeune diplomate. Il considérait comme une chanced’être reçu dans certaines maisons ; et la plus grande chance, à ses yeux, étaitd’aller chez les Orgel. Il classait les gens en deux groupes : d’un côté ceux quiétaient des fêtes de la rue de l’Université, et, de l’autre, ceux qui n’en étaient point.Ce classement allait jusqu’à le retenir dans ses admirations : il en usait ainsi enversson meilleur ami, François de Séryeuse, auquel il reprochait secrètement de netirer aucun avantage de sa particule. Paul Robin, assez naïf, jugeait les autresd’après lui-même. Il ne pouvait concevoir que les Orgel ne représentassent àFrançois rien d’exceptionnel, et qu’il ne cherchât d’aucune façon à forcer lescirconstances. Paul Robin, d’ailleurs, était heureux de cette supériorité fictive etn’essayait pas d’y mettre fin.On ne pouvait rêver deux êtres plus loin l’un de l’autre que ces deux amis.Cependant ils croyaient s’être liés à cause de leurs ressemblances. C’est-à-direque leur amitié les poussait à se ressembler, dans la limite du possible.L’idée fixe de Paul Robin était d’« arriver ». Alors que d’autres ont le travers decroire qu’on les attendra toujours, Paul trépignait en pensant qu’il allait manquer letrain. Il croyait aux « personnages » et que l’on peut jouer un rôle.Débarrassé de toute cette niaise littérature, invention du XIXe siècle, quel n’eût pasété son charme !Mais ceux qui ne sentent pas les qualités profondes et se laissent prendre auxmasques, n’osent s’aventurer par crainte de sables mouvants. Paul croyait s’êtreréussi une figure ; en réalité, il s’était contenté de ne pas combattre ses défauts.Cette mauvaise herbe l’avait peu à peu envahi et il trouvait plus commode de fairepenser qu’il agissait par politique alors que ce n’était que faiblesse. Prudent jusqu’àla lâcheté, il fréquentait divers milieux ; il pensait qu’il faut avoir un pied partout. À cejeu, on risque de perdre l’équilibre. Paul se jugeait discret, il n’était que cachottier.Ainsi divisait-il sa vie en cases : il croyait que lui seul pouvait passer de l’une àl’autre. Il ne savait point encore que l’univers est petit et que l’on se retrouve partout.« Je dîne chez des gens », répondait-il à François de Séryeuse l’interrogeant surl’emploi de sa soirée. Ces « gens » signifiaient pour lui « mes gens ». Ils luiappartenaient. Il en avait le monopole. Une heure après, il retrouvait Séryeuse à sondîner. Mais malgré les tours que lui jouait la cachotterie, il ne s’en pouvait défaire.Par contre, Séryeuse était l’insouciance même. Il avait vingt ans. Malgré son âge etson oisiveté, il était bien vu par des aînés de mérite. Assez fou sous bien desrapports, il avait eu la sagesse de ne pas brûler les étapes. Le dire précoce, rienn’eût été plus inexact. Tout âge porte ses fruits, il faut savoir les cueillir. Mais lesjeunes gens sont si impatients d’atteindre les moins accessibles, et d’être deshommes, qu’ils négligent ceux qui s’offrent.En un mot, François avait exactement son âge. Et, de toutes les saisons, leprintemps, s’il est la plus seyante, est aussi la plus difficile à porter.La seule personne en compagnie de laquelle il se vieillît était Paul Robin. Ilsexerçaient l’un sur l’autre une assez mauvaise influence.Le samedi 7 février 1920, nos deux amis étaient au cirque Médrano. D’excellentsclowns y attiraient le public des théâtres.Le spectacle était commencé. Paul, moins attentif aux entrées des clowns qu’àcelles des spectateurs, cherchait des visages de connaissance. Soudain, ilsursauta.En face d’eux entrait un couple. L’homme fit, avec son gant, un léger bonjour à Paul.– C’est bien le comte d’Orgel ? demanda François.– Oui, répondit Paul assez fier.– Avec qui est-il ? Est-ce sa femme ?– Oui, c’est Mahaut d’Orgel.Dès l’entracte, Paul fila comme un malfaiteur, profitant de la cohue, à la recherchedes Orgel, qu’il souhaitait voir, mais seul.
Séryeuse, après avoir fait le tour du couloir, poussa la porte des Fratellini. On serendait dans leur loge comme dans celle d’une danseuse.Il y avait là des épaves grandioses, des objets dépouillés de leur significationpremière, et qui, chez ces clowns, en prenaient une bien plus haute.Pour rien au monde, M. et Mme d’Orgel ne se fussent dispensés, étant au cirque,de cette visite aux clowns. Pour Anne d’Orgel, c’était se montrer simple.Voyant entrer Séryeuse, le comte mit immédiatement ce nom sur son visage. Ilreconnaissait chacun, ne l’eût-il aperçu qu’une fois, et d’un bout d’une salle despectacle à l’autre ; ne se trompant ou n’écorchant un nom que lorsqu’il le voulait.Il devait à son père l’habitude d’adresser la parole à des inconnus. Le feu comted’Orgel s’attirait fréquemment des réponses désagréables de personnes quin’acceptent pas ce rôle de bête curieuse.Mais ici, l’exiguïté de la loge ne pouvait permettre à ceux qui s’y trouvaient des’ignorer. Anne joua une minute avec Séryeuse en lui adressant quelques phrasessans lui montrer qu’il le connaissait de vue. Il comprit que François était gêné den’avoir pas été reconnu et que la partie se jouât inégale. Alors se tournant vers safemme : « M. de Séryeuse, dit-il, ne semble pas nous connaître aussi bien que nousle connaissons. » Mahaut n’avait jamais entendu ce nom, mais elle était habituéeaux manèges de son mari.– J’ai souvent, ajouta ce dernier en souriant à Séryeuse, prié Robin « d’organiserquelque chose ». Je le soupçonne de faire mal les commissions.Venant de voir François avec Paul, dont il connaissait le travers, il mentait commel’affabilité sait mentir.Tous les trois raillèrent les cachotteries de Robin. On décida de le mystifier. Il futentendu entre Anne d’Orgel et François que l’on feindrait de se connaître de longue.etadCette innocente farce supprima les préliminaires de l’amitié. Anne d’Orgel voulutfaire visiter à François, qui la connaissait, l’écurie du cirque, comme si c’eût été lasienne.De temps en temps, quand il sentait qu’elle ne pouvait le surprendre, François jetaitun coup d’œil sur Mme d’Orgel. Il la trouvait belle, méprisante et distraite. Distraite,en effet ; presque rien n’arrivait à la distraire de son amour pour le comte. Sonparler avait quelque chose de rude. Cette voix d’une grâce sévère apparaissaitrauque, masculine, aux naïfs. Plus que les traits, la voix décèle la race. La mêmenaïveté eût fait prendre celle d’Anne pour une voix efféminée. Il avait une voix defamille et de fausset conservé au théâtre.Vivre un conte de fées n’étonne pas. Son souvenir seul nous en fait découvrir lemerveilleux. François appréciait mal ce qu’avait de romanesque sa rencontre avecles Orgel. Ce tour qu’ils voulaient jouer à Paul les liait. Ils se sentaient complices. Ilsétaient leurs propres dupes, car ayant décidé de faire croire à Robin qu’ils seconnaissaient de longue date, ils le croyaient eux-mêmes.Une sonnette avait annoncé la fin de l’entracte. François pensait avec mélancoliequ’il devait se séparer des Orgel, et rejoindre Paul. Anne proposa de déplacerquelqu’un pour « rester ensemble ». La farce n’en serait que meilleure.Paul détestait les retards, et tout ce qui peut vous faire remarquer sans bénéfice. Ilsongeait plus à l’opinion des autres qu’à la sienne. Déjà mécontent d’avoir manquéles Orgel, et de n’avoir su se dépêtrer de moindres personnages rencontrés sur sonchemin, il grognait contre François à cause de son retard. Quand il vit le trio, il n’encrut pas ses yeux.Anne agissait toujours comme s’il eût été connu de la terre entière, mais, à reboursdu vieux comte, le faisait avec assez de bonne grâce pour obtenir bien desrésultats. Cette assurance, ou cette inconscience, lui réussirent une fois de plus. Iln’eut qu’à dire un mot pour que l’ouvreuse déplaçât deux spectateurs.Le dialogue entre Anne d’Orgel et Séryeuse faisait supposer à Paul, peu apte àbrûler les étapes, qu’ils se connaissaient depuis longtemps. Rageur, se sentantjoué, il s’efforçait de cacher sa surprise.La faculté d’enthousiasme d’Anne d’Orgel était sans bornes. Il paraissait venir aucirque pour la première fois, mais n’en renonçait pas moins à feindre de connaître
les numéros. Le nain passait-il sur le rebord de la piste, il lui faisait les mêmespetits signes que, tout à l’heure, à Paul.Car s’il parlait souvent d’une façon vague de ce que l’on appelle les grands de laterre, c’était avec la modestie qui sied lorsqu’on parle de soi. Il lui arrivait dedépeindre en deux mots irrespectueux une souveraine, et de s’étendre une heure,minutieusement, passionnément, comme on décrit des mœurs d’insectes, sur lesgens d’une autre caste, c’est-à-dire, selon lui, des inférieurs. Du reste en face decette race étrangère il perdait la tête, et ne pensait qu’à éblouir. Cette timiditéloquace le poussait alors aux pires maladresses, à des folies de phalène autourd’une lampe.Pendant la guerre, il lui avait été donné d’approcher des hommes de classesdifférentes. À cause de cela, la guerre l’avait amusé.Cet amusement lui retira le bénéfice de son héroïsme : il fut suspect. Les générauxn’aimaient pas un blanc-bec qui parlait sans trêve, n’avait pas la moindre idée durespect hiérarchique, prétendait renseigner sur l’état d’esprit de l’Allemagne, sonmoral, et ne cachait pas qu’il correspondait, par la Suisse, avec ses cousinsautrichiens. Bien qu’il eût plusieurs fois mérité la Croix de la Légion d’honneur, ellene lui fut jamais offerte.Son père était pour beaucoup la cause de cette injustice : il était, lui, formidable. Ilne voulut jamais quitter son château de Colomer, en Champagne. « Je ne crois pasaux obus », criait-il à son cocher auquel il commandait d’atteler pour la promenadequotidienne. Aux sentinelles lui demandant le mot d’ordre il répondait : « Je suis M.d’Orgel. »Incapable de reconnaître les grades, il disait « Monsieur l’Officier » à tout soldatpourvu de galon, qu’il fût sergent ou colonel. On se vengea par mille farces. Sousprétexte que la Patrie avait besoin de pigeons voyageurs, les officiers, ses hôtes,réquisitionnèrent les pigeons du colombier qui, le soir même, relevaient le menu dela popote. M. d’Orgel l’apprit. À partir de ce jour, il répéta : « Je ne sais ce que vautMonsieur Joffre, mais ses gens sont des escrocs. »Peu après la disparition des pigeons, sous prétexte que leur tourelle gênait le tir, etque M. d’Orgel y pouvait faire des signaux, ordre fut donné d’abattre le colombier.Le vieillard en était plus fier que de son château. C’était un de ces colombiers dontla possession fut un privilège féodal.Aussi, lors du recul de nos troupes, M. d’Orgel regretta-t-il fort peu de voir la placeprise par les Allemands. Leurs officiers le traitèrent avec respect. Un nom noble leuren impose, mais plus que tout autre celui des Orgel qui, dans leurs dictionnaires,occupe deux ou trois colonnes. L’Allemagne soigne la gloire de nos Émigrés, et lesOrgel, au début de la Révolution, étaient partis pour l’Allemagne et l’Autriche où ilsfirent souche.Lorsque les Allemands abandonnèrent Colomer, M. d’Orgel regagna Paris, afin dene plus revoir nos chefs. L’éloge qu’il fit de l’Allemagne compromit d’avance la croixde son fils. « Les Prussiens ont été parfaits », répétait-il. Et il louait leurs bonnesmanières.– D’ailleurs, concluait-il, notre ennemi héréditaire, c’est la France.Comme Anne se battait et que sa sœur soignait, aux lignes, les blessés, le comted’Orgel mourut un soir d’alerte, d’un arrêt du cœur, dans la cave de son hôtel de larue de l’Université, entouré de ses gens : il leur expliquait que nos aviateurslançaient de fausses bombes, par ordre du Gouvernement, pour faire évacuerParis.– Vous venez avec nous au dancing de Robinson, dit Anne d’Orgel à François, ensortant du cirque Médrano. Sa femme le regarda avec surprise.François sursauta. Il était à cent lieues de penser qu’il pourrait se séparer desOrgel, où qu’ils allassent.L’auto des Orgel était dépourvue de strapontin. On n’y pouvait en se serrant tenirque trois. Paul, qui aimait mieux s’enrhumer que manquer une fête, monta vite àcôté du chauffeur. Ce geste voulait passer pour un défi à l’adresse de François etsignifiait que Paul était assez lié avec les Orgel pour prendre la plus mauvaiseplace. François s’assit entre eux deux.– Êtes-vous déjà allé à Robinson ? demanda Mahaut. François de Séryeuseentendait souvent parler de ce village par de vieilles personnes, amies de sa
famille, les Forbach. Mme de Séryeuse depuis son veuvage, c’est-à-dire peu aprèsla naissance de François, avait abandonné la rue Notre-Dame-des-Champs, etvivait toute l’année à Champigny. C’était chez les Forbach que François s’habillaitet dormait lorsqu’il dînait en ville. Bien que les Forbach lui parlassent du Robinsonde leur jeunesse, François, pour n’y être jamais allé, imaginait un lieu champêtre oùde très vieilles gens se promènent sur des ânes, dînent en haut des arbres.L’année qui suivit l’armistice, la mode fut de danser en banlieue. Toute mode estdélicieuse qui répond à une nécessité, non à une bizarrerie. La sévérité de la policeréduisait à cette extrémité ceux qui ne savent se coucher tôt. Les parties decampagne se faisaient la nuit. On soupait sur l’herbe ou presque.C’était vraiment avec un bandeau sur les yeux que François faisait ce voyage. Il eûtété bien embarrassé de dire quel chemin ils prenaient. La voiture s’arrêtant :– Sommes-nous arrivés ? demanda-t-il. Or, on n’était qu’à la porte d’Orléans. Uncortège d’automobiles attendait de repartir ; la foule lui faisait une haie d’honneur.Depuis qu’on dansait à Robinson, les rôdeurs de barrières et les braves gens deMontrouge venaient à cette porte admirer le beau monde. Les badauds quicomposaient cette haie effrontée collaient leur nez contre les vitres des véhicules,pour mieux en voir les propriétaires. Les femmes feignaient de trouver ce supplicecharmant. La lenteur de l’employé d’octroi le prolongeait trop. D’être ainsiinspectées, convoitées, comme derrière une vitrine, des peureuses retrouvaient lapetite syncope du Grand Guignol. Cette populace, c’était la révolution inoffensive.Une parvenue sent son collier à son cou ; mais il fallait ces regards pour que lesélégantes sentissent leurs perles auxquelles un poids nouveau ajoutait de la valeur.À côté d’imprudentes, des timides remontaient frileusement leurs cols de zibeline.D’ailleurs, on pensait plus à la révolution dans les voitures que dehors. Le peupleétait trop friand d’un spectacle gratuit, donné chaque soir. Et ce soir-là il y avaitfoule. Le public des cinémas de Montrouge, après le programme du samedi, s’étaitoffert un supplément facultatif. Il lui semblait que les films luxueux continuassent.Il y avait dans la foule bien peu de haine contre ces heureux du jour. Paul seretournait inquiet, souriant, vers ses amis. Comme au bout de quelques minutes lesvoitures ne repartaient pas, Anne d’Orgel se pencha.– Hortense ! dit-il à Mahaut, nous ne pouvons laisser Hortense ainsi ! C’est savoiture qui est en panne.Sous un bec de gaz, en robe du soir, un diadème sur la tête, la princessed’Austerlitz dirigeait les travaux de son mécanicien, riait, apostrophait la foule. Elleétait accompagnée d’une dame de la colonie américaine, Mrs. Wayne, qui jouissaitd’une grande réputation de beauté. Cette réputation de beauté, comme presquetoutes les réputations mondaines, était surfaite. La plus élémentaire clairvoyancedécouvrait que Mrs. Wayne n’agissait pas comme une femme qui possède unavantage certain.La princesse d’Austerlitz était magnifique, elle, sous ce bec de gaz, dont l’éclairagelui convenait mieux que celui des lustres. Elle évoluait entourée de voyous, autant àl’aise que si elle eût toujours vécu en leur compagnie.Pour n’avoir pas à prononcer un nom aussi clinquant que le sien, tout le mondel’appelait Hortense, ce qui pouvait laisser entendre qu’elle était l’amie de tout lemonde. D’ailleurs elle l’était, sauf des gens qui ne voulaient point. Car elle était labonté même. Mais, des moralistes l’eussent peut-être déploré pour la Bonté. Àcause de la liberté de ses mœurs, certaines maisons lui étaient hostiles. Arrière-petite-fille d’un maréchal de l’Empire, elle avait épousé le descendant d’un autremaréchal. De tous ceux qui connaissaient sa femme, le prince d’Austerlitz était leseul qui ne fût pas intime avec elle. D’ailleurs, elle ne dérangeait pas ce prince, quela jeunesse croyait mort, tant il faisait peu de bruit : il consacrait sa vie àl’amélioration de la race chevaline. Hortense tenait-elle de son ancêtre le maréchalRadout, commis-boucher dans son âge tendre, cette carnation trop riche, cettechevelure crêpelée, dont on se demande si elles ne résultent pas du voisinage desviandes crues ? Bonne femme, bonne fille, elle prévenait en sa faveur les gens ducommun qui la trouvaient belle femme. Bonne fille, et même bonne arrière-petite-fille, puisque, loin de renier ses origines, elle rendait hommage au maréchal jusquedans ses amours. Elle n’avait le goût que de la santé des Halles, et on lui reprochaitd’avoir des appétits malsains !La jeune génération lui en montrait moins rigueur que la sienne, et les Orgel, donton ne pouvait pourtant mettre la moralité en doute, ne la tenaient pas à l’écart. C’estainsi que François qui ne connaissait pas les Orgel, connaissait Hortense.
Les trois hommes baisant la main de Mme d’Austerlitz, les spectateurs rirent.François déjà s’incorporait à ce point aux Orgel qu’il ne comprit nullement la causedes rires. Outre le geste du baise-main la voix du comte d’Orgel mettait ainsi lafoule en gaieté.Une chose dont Mme d’Orgel ne se rendait pas compte, c’était que la sympathieaveugle de la foule allait davantage à Hortense d’Austerlitz et à Hester Wayne qu’àelle-même, parce que la princesse et l’Américaine, habillées pour le soir, étaient encheveux, et pour les femmes du peuple l’attribut de la dame, c’est avant tout lechapeau.Seul, au second rang, un colosse se permettait de ne pas montrer de sympathiepour la princesse. « Ah ! si j’avais des grenades ! » avait-il d’abord grogné. Maisles murmures lui enseignèrent que s’il tenait à sa peau il ne fallait pas insister. Ilchangea de mauvaise humeur, s’en prit au mécanicien, le traita de « gourde ».Aussi bien, chaque fois que le malheureux, suant, croyait réussir, le cric, mal calé,laissait retomber la voiture. La princesse cria à la mauvaise tête :– Dis donc, espèce de fainéant, si tu nous aidais au lieu de crâner !Il en est de certaines situations, de certains mots, comme au jeu de pile ou face.– Ça se gâte, pensa Paul.Au contraire, cette phrase valut une ovation à la princesse.Sans doute l’ovation en imposa-t-elle au colosse, car, en maugréant – ce qui étaitun comble, et montrait bien qu’il se rendait à un devoir –, l’homme traversa la foule,se glissa sous l’auto, et la mit séance tenante en état de repartir.« Donnez donc un verre de porto à Monsieur », dit Hortense au mécanicien. Onsortit du coffre une bouteille et des gobelets. Alors, trinquant avec le sauveteur, laprincesse acheva ses conquêtes.– Allons, hop, en route ! cria-t-elle.Et c’est, participant un peu au soleil de la princesse d’Austerlitz, que les Orgel avecSéryeuse, et Paul émerveillé, partirent pour Robinson.Ainsi se font les coups d’État.Gérard, ancien croupier, était un des deux ou trois hommes qui, pendant la guerre,organisèrent les divertissements des Parisiens. Il fut un des premiers à installer lesdancings clandestins. Traqué par la police, et la redoutant davantage pour desaffaires antérieures que pour son insoumission présente aux ordonnances, ilchangeait de local tous les quinze jours.Une fois fait le tour de Paris, ce fut lui enfin qui remplaça le dancing en chambre parla petite maison de banlieue. La plus célèbre fut celle de Neuilly. Pendant plusieursmois, les couples élégants polirent le carrelage de cette maison de crime, sereposant entre deux danses sur des chaises de fer.Gérard, grisé par le succès, voulut alors étendre son entreprise. Il loua, un prixabsurde, l’immense château de Robinson, construit vers la fin du siècle dernier, surles ordres d’une folle, la fille du célèbre parfumeur Duc, celui-là même dont lesprospectus, les étiquettes, jouant sur les mots, s’ornent d’une couronne ducale.Cette couronne apparaissait aussi à la grille et au fronton du manoir où Mlle Ducconsacra sa vie à l’attente d’un tzigane infidèle.À quelques kilomètres de la porte d’Orléans, des hommes munis de lampes depoche indiquaient le chemin du château aux automobilistes.De temps en temps, Paul se retournait vers les Orgel et François, et leur souriait.Ce sourire pouvait s’interpréter de façons diverses. C’était soit : « Mais non, je vousassure, je suis très bien, il ne fait pas froid du tout », soit le sourire qui pardonne. Ilsentait vaguement qu’on s’était joué de lui… Peut-être son sourire ne reflétait-il quele plaisir d’un enfant qui fait une promenade.Toujours à la suite de la voiture Austerlitz, l’auto des Orgel pénétra dans la courd’honneur. Avant même de s’arrêter devant le perron, ils virent à travers un vitrage,et dans ce que Gérard appelait la Salle des Gardes, une table immense autour delaquelle étaient assis nombre d’hommes en frac. Deux femmes seulement, chacune
à un bout de la table.Venant du cirque, les Orgel, Paul et François, étaient en costume de jour. Paulrecula un peu : heureusement la fierté d’affronter cette brillante assistance avec lesOrgel et la princesse d’Austerlitz, contrebalançait chez lui l’ennui de n’être pointconvenable. Mais quelle ne fut pas sa stupeur quand, au bruit des klaxons, hommeset femmes s’envolèrent, faisant disparaître la table comme un décor de féerie. L’und’eux ouvrit la porte à deux battants et s’empressa au-devant de la Princesse.C’était Gérard, et, on le devine, cette table nombreuse le reste du personnel.Chacun à l’arrivée des clients avait regagné son poste. Gérard, qui depuisquelques jours se voyait abandonné par la chance dans un dancing vide, voulait aumoins se concilier son personnel et le gavait des vivres de la veille, destinés auxclients qui n’étaient pas venus. Un « collègue » racolait en route, avec un systèmede lampes, les automobiles novices.La musique joua. François de Séryeuse fut heureux de ce bruit qui lui permettait dese taire.Il se tourna vers Mme d’Orgel, sans penser qu’il lui souriait.– Mirza ! voilà Mirza ! s’écria Mme d’Austerlitz.En effet, paraissait, avec quelques amis, le Persan, cousin du Shah, que l’onappelait ainsi. « Mirza » n’était pas son nom mais son titre. Tout le monde avaitadopté ce raccourci, surnom amical.On ne pouvait rêver de Persan plus Persan que Mirza. Mais le faste des ancêtresreparaissait chez lui sous d’autres formes. Il n’avait pas de harem ; son uniquefemme, même, était morte. Il collectionnait les automobiles. Toujours le premier àvouloir le neuf, il les achetait encore imparfaites, et avant qu’elles fussent mises aupoint. Il lui arriva de rester en panne, sur la route de Dieppe, avec la plus grossevoiture du monde, qu’on ne pouvait réparer qu’à New York.Il était enragé de politique, comme tous ses compatriotes.À Paris, Mirza apparaissait sous un jour frivole. On attribuait à ce prince le sens duplaisir. La raison en était simple : si un endroit était triste, Mirza rebroussait chemin.Chasseur infatigable, il ne s’entêtait jamais ; et son acharnement à poursuivre lebonheur, le plaisir, prouvait assez qu’il ne les tenait point.Mirza portait beaucoup d’amitié à François de Séryeuse. Celui-ci le lui rendait. Ilsoupçonnait ce prince de valoir mieux qu’une aimable réputation.Mirza était devenu un tel fétiche, on lui attribuait si bien le pouvoir d’animer une fête,que chacun se forçait à montrer de l’entrain dès qu’il paraissait. François deSéryeuse, ce soir-là, vit en Mirza un fâcheux. Son arrivée secoua la bande.Personne n’avait encore songé à danser. On dansa. François de Séryeuse n’étaitpas un danseur. Il se désolait de ne pouvoir étreindre Mme d’Orgel.Un couple qui danse révèle son degré d’entente. L’harmonie des gestes du comteet de la comtesse d’Orgel prouvait un accord que donne seul l’amour ou l’habitude.Pouvait-on accuser Anne de ne devoir qu’à l’habitude son entente avec Mahaut ?Non, la comtesse avait assez d’amour pour tous deux. Son amour était si fort qu’ildéteignait sur Anne et faisait croire à la réciprocité. François ne devinait rien decela. Il avait en face de lui un couple tendrement uni. Cette union lui faisait plaisir. Iléprouvait un sentiment bien distinct de ceux dont il avait l’habitude. Chez lui lajalousie précédait l’amour. Cette fois son esprit n’accomplissait pas sa besogne.François ne cherchait pas dans ce ménage une fissure par où s’introduire. Il avaitautant de plaisir à voir Mme d’Orgel danser avec son mari que si lui-même eûtdansé avec elle. Il les enviait, bouche bée, ne répondant pas à Hester Wayne, nel’entendant même pas, se disant que s’il pouvait prétendre à un bonheur où Mmed’Orgel jouât un rôle, ce serait dans l’accord d’Anne et de Mahaut, et non dans leurmésentente.Le comte d’Orgel ne s’asseyait plus. Pour se reposer de la danse, il préparait desmélanges, qui tenaient plus de la sorcellerie que de l’art du barman. Tout le mondegoûta au premier, mais personne ne se laissa prendre au second, pas mêmel’auteur. Seule Mme d’Orgel en but parce qu’il était préparé par Anne, et Séryeuse,pour suivre Mme d’Orgel.Mrs. Wayne, qui voulait d’abord faire danser François, avait abandonné la danse,pour s’asseoir près de lui. Il aurait préféré être seul. Devant le lourd badinage decette Américaine, il se jugeait bien novice. C’est qu’elle parlait de choses que
François avait oubliées, tandis qu’elle les savait de la veille. Elle faisait des« mots » qu’il prenait pour des fautes de français. S’efforçant de lui plaire, de briller,elle s’accrochait à une image, à une pensée, qui ne valaient guère qu’on s’yattardât. Reprenant le mot « sorcellerie » prononcé par quelqu’un, après lesmélanges d’Anne d’Orgel, elle parla de philtres, et crut lui exprimer d’une façondélicate qu’il était loin de lui déplaire, en lui chuchotant la recette illustre de cephiltre qui lia pour jamais Tristan et Iseult, ainsi que celle d’autres cocktails, de toustemps et tous pays, destinés à inspirer l’amour.François de Séryeuse se réveilla. Que racontait-elle ? Il pensa qu’il avait bu seulavec Mme d’Orgel un breuvage qu’elle aurait dû boire avec Anne et dont celui quil’avait fait n’avait pas bu.Il se crut deviné par Hester Wayne. Il en montra du trouble. Devant ce trouble,l’Américaine pensa que François de Séryeuse était encore plus niais qu’elle n’avaitimaginé, mais qu’il valait la peine qu’on le déniaisât.– Dans toutes ces boissons, dit-elle, continuant son épais marivaudage, il faut de lapoudre de mandragore. Moi je peux me faire aimer de qui je veux, car j’ai unmandragore. Il faudra venir le voir, il n’y en a que cinq au monde.Elle avait acheté cette racine à forme humaine en 1913, pour quelques sous, dansun bazar de Constantinople. Elle croyait acheter une statuette nègre.– Il faudra que je fasse votre buste, dit-elle après un silence.– Vous sculptez ? demanda distraitement François.– Pas spécialement ; mais, petite, j’ai appris tous les arts.À quoi s’intéressait donc ce Séryeuse ? Elle se demanda si elle ne s’était pasmontrée trop fine. Elle essaya de se mettre (croyait-elle) à son niveau. Elle semultiplia pour le distraire et l’amuser, en l’instruisant de sa flamme. François étaitpresque malhonnête, il cachait à peine son ennui. Alors, éperdue, Hester Wayne,comme une femme dans le bureau d’un directeur de music-hall, et qui voulant sefaire engager à tout prix montre tous ses talents, demanda un crayon au maîtred’hôtel, et prouva comment, avec deux huit tracés côte à côte, on obtient deuxcœurs renversés. L’orchestre cessait. Mme d’Orgel, étourdie, fatiguée, s’assitn’importe où. Pour François ce ne fut pas n’importe où, car c’était à côté de lui. Ellevit, dessinés sur la nappe, ces deux cœurs s’enlaçant tête-bêche. Sans y prendregarde, elle leva des yeux interrogateurs.L’Américaine feignait la mine honteuse des flagrants délits. François de Séryeusela détesta de pouvoir donner à croire à Mme d’Orgel qu’ils étaient complices.– Mrs. Wayne me montrait un de ses tours, dit François, répondant à la muetteinterrogation de Mahaut.La sécheresse, l’insolence de François ne déplurent point à Mme d’Orgel. Quandelle sut que ces cœurs étaient formés de chiffres, elle trouva l’idée charmante ets’empressa de corriger la brusquerie de François auprès d’Hester Wayne.Elle pensa : « Cette danse m’a brouillé l’esprit. Où faut-il que j’aie la tête pour avoircru que ce jeune homme dessinait des cœurs sur les nappes ! »Comme elle disait à Mrs. Wayne des paroles aimables, François se montraaimable aussi pour plaire à Mahaut, et Hester Wayne pensa qu’elle l’avait enfinconquis.François de Séryeuse sentait la fatigue lui modeler le visage. Hester regardait,clignait des yeux artistes.– Vous avez beaucoup plus de caractère, ainsi. C’est fatigué que je sculpterai votrebuste.Pensait-elle faire succéder ses séances de pose à d’autres séances ? François deSéryeuse entendit innocemment la phrase : pas une seconde la pensée ne l’effleuraque Mrs. Wayne pouvait disposer, pour le fatiguer, d’autres moyens que saconversation. Il oubliait que cette Américaine était femme, et fort belle.Mahaut sortit la glace qu’elle consultait, non par coquetterie, mais comme unemontre, pour savoir s’il était l’heure du départ. Sans doute déchiffra-t-elle une heuretardive sur son visage, car elle se leva.
– Vous devez être serrés, dit Hester à Mme d’Orgel. Hortense et moi pourrionsprendre quelqu’un.Elle dit cela avec un ton léger, mais son regard vers François prouvait assez qu’ilne lui était nullement indifférent que ce fût Paul ou François qui montât avec elle etla princesse d’Austerlitz.Paul fit un rapide calcul mental. Fallait-il laisser son ami seul avec les Orgel ou avecMrs. Wayne, dont il croyait que François s’était occupé davantage que des Orgel ?Paul était de ces joueurs malchanceux qui, voyant quelqu’un gagner, se décidenttrop tard à le suivre, et misent avec lui lorsqu’il commence à perdre. Il s’égaraitdans des martingales, il brouillait tout.Il en voulait à François du tour de Médrano. Il crut se venger et contrecarrer sesprojets en prenant sa place dans la voiture d’Hortense.Il le sauvait.Dans l’auto, Anne d’Orgel dit à son hôte :– Enfin, de quoi avez-vous bien pu parler avec Hester Wayne ?Cette question, pour qui connaissait Anne, prouvait qu’il portait déjà de l’intérêt àFrançois. C’était l’esprit le plus délicieux, mais le plus autoritaire, le plus exclusif,que le comte d’Orgel. Il « adoptait » les gens, plus qu’il ne se liait avec eux. Enretour, il exigeait beaucoup. Il entendait un peu diriger. Il exerçait un contrôle.François fut étonné de cette question. Mais il ne fut pas fâché qu’Anne d’Orgel luifournît l’occasion de se justifier devant sa femme. Comme il s’en voulait d’avoir pului déplaire en rudoyant Hester Wayne, il se justifia en ces termes :– C’est bien simple. J’étais le seul à ne pas danser et je lui suis très reconnaissantde m’avoir tenu compagnie.– C’est juste, dit Anne à sa femme, sur un ton de reproche qui s’adressait à tousdeux. Ce pauvre ! Nous l’entraînons à Robinson, et il ne danse pas !François ne répondit rien. Il n’avait pas dansé, mais il avait bu le philtre.Anne d’Orgel cherchait à réparer sa négligence. Il pensa que seule une prompteinvitation pourrait y réussir.– Pourquoi ne viendriez-vous pas déjeuner bientôt, dit-il, comme s’il connaissaitFrançois de longue date. Après-demain, par exemple ?Le surlendemain François de Séryeuse n’était pas libre.– Demain alors ! Mme d’Orgel n’avait pas ouvert la bouche. L’empressementd’Anne, si peu dans son caractère à elle, lui semblait légitime. On le devait àSéryeuse après leur distraction. François avait dit à Mme de Séryeuse qu’il seraitde retour à Champigny pour déjeuner. Mais il lui parut impossible de ne pasrépondre à la marque de confiance que lui donnait le comte d’Orgel en l’invitantcomme un intime. Il accepta. Il ignorait le programme des Orgel. Leur vie mondainene commençait que l’après-midi ; ils déjeunaient toujours chez eux, la plupart dutemps seuls. Aussi, n’étaient priées à déjeuner que les personnes envers lesquellesils n’avaient pas de devoirs et que l’on voyait pour le plaisir. Mais ces invitésentraient rarement dans l’hôtel aux autres heures du jour. Ces invitations à déjeunerétaient donc à la fois une preuve d’amitié et d’un peu de dédain. Mais Françoisignorait les rouages complexes de cette machine mondaine, et leur invitation luicausa plus de plaisir qu’une invitation du soir, à laquelle il n’eût pu prétendre. Ilaccepta avec une joie visible. Cette joie plut au comte d’Orgel. Il avaitl’enthousiasme facile. Une nature riche ne marchande pas, ne cherche pas àdissimuler. Le comte d’Orgel aimait à retrouver sa prodigalité chez les autres ;c’était pour lui le meilleur signe de noblesse. Il n’acceptait jamais la moindreinvitation, le moindre cadeau, sans le signe extérieur du plaisir, le propre d’unenature noble étant de ne pas imaginer que tout lui est dû, ou du moins de cacherqu’elle le croit. C’est un Robin qui s’efforce de dissimuler le plaisir que lui font leschoses, par crainte de paraître naïf, ou flatté. Aussi ce mouvement de François luigagna-t-il le cœur du comte, plus que n’importe quel calcul.Ils se quittèrent à cinq heures, quai d’Anjou.– Comme tu es rentré tard, dit Mme Forbach à François quand celui-ci, à neuf
heures, entra dans la salle à manger où ils prenaient leur petit-déjeuner en commun.Je t’ai entendu, ajouta-t-elle. Il devait être au moins une heure du matin.Mme Forbach possédait l’innocente coquetterie des vieilles gens qui prétendentavoir le sommeil léger. Elle et son fils Adolphe habitaient depuis trente ans le rez-de-chaussée de cette vieille maison de l’île Saint-Louis. Mme Forbach avaitsoixante-quinze ans. Elle était aveugle. Son fils Adolphe avait toujours eul’apparence d’un vieillard. Il était hydrocéphale.François de Séryeuse apportait sa jeunesse dans cette maison, dont il n’avaitjamais remarqué le tragique, tant ces deux êtres eux-mêmes ne le ressentaientpoint. Il écoutait sans surprise cette aveugle lui dire : « Comme tu as mauvaisemine ! » car la vie de François apparaissait incroyable à une femme qui toute lasienne s’était couchée à neuf heures.Dès que François atteignit un âge l’autorisant à quelque liberté, Mme de Séryeuseimagina cette combinaison : lui donner une chambre chez les Forbach. Elle leurversait une mensualité pour le logement et les repas de son fils. Mme Forbachd’abord s’était récriée, la trouvant excessive. Mme de Séryeuse avait tenu bon. Elleétait heureuse de saisir ce prétexte pour aider un peu ces vieux amis desSéryeuse, et encore plus pour pouvoir exercer un contrôle sur son fils. Celui-cid’ailleurs ne se plaignait nullement de la combinaison. Au contraire, elle lui apportaitun équilibre.Mme Forbach avait été mariée en 1850 au hobereau prussien von Forbach, unalcoolique, collectionneur de virgules. Cette collection consistait à pointer le nombrede virgules contenues dans une édition de Dante. Le total n’était jamais le même. Ilrecommençait sans relâche. Il fut aussi un des premiers à collectionner des timbres,ce qui à l’époque semblait fou.Au bout de quinze ans, un monstre vint consoler la pauvre femme de ce mariage.Non seulement elle refusa de croire à la monstruosité de son fils, mais encore elledisait de cet hydrocéphale : « Il a le front de Victor Hugo. »Lors de sa grossesse, Mme Forbach s’était retirée à Robinson chez des amis.L’heure de la délivrance approchant, on avait mandé une sage-femme. Celle-ci neput arriver. On appela le médecin du village. Mme Forbach déclara qu’elle aimaitmieux accoucher comme les bêtes, que recevoir l’assistance d’un homme. « Maisun docteur n’est pas un homme », lui disait-on. Elle criait de plus belle. Il fallut bienqu’elle se rendît. Quelques années après, Mme Forbach, ayant appris la mort dumédecin de Robinson, avoua que cette mort la soulageait. Seules les saintesavouent ces pensées-là.Souvent, en face d’elle, François regrettait ses plaisirs. Mais ce matin, il était sijoyeux de sa rencontre, il ressentait un tel besoin d’en parler, même de façonindirecte, qu’il raconta son équipée à Robinson. Il se dit aussitôt que si onl’interrogeait, il serait bien embarrassé pour dépeindre ce village. Mais Robinsonéveillait en Mme Forbach une foule de souvenirs. Loin d’interroger, elle parla.François de Séryeuse connaissait ces souvenirs. Chez les Forbach la conversationse réduisait à fort peu. C’était toujours la même. Mais elle reposait François desracontars de la ville. À force de les avoir entendus, ces souvenirs étaient presquesiens. Adolphe Forbach, lui, était sûr d’avoir été de ces parties de campagneantérieures à sa naissance.On finissait par se croire non en face d’une mère et d’un fils, mais d’un vieuxménage.Ce ménage avait bien organisé sa vie infirme ; l’économie de son bonheurémerveillait François. Il tirait un enseignement profond de ces deux êtres quin’avaient besoin de rien ! À quoi eussent servi ses yeux, à Mme Forbach ? Ellevivait de souvenirs. Tout ce à quoi elle tenait, elle le connaissait par cœur. ParfoisFrançois assis à côté d’elle feuilletait un album plein de photographies de M. deSéryeuse. Sa mère les lui cachait. Car il était officier de marine ; il était mort en meret Mme de Séryeuse évitait à son fils tout ce qui eût pu lui donner le goût d’unecarrière maudite. Mme Forbach réprouvait un peu Mme de Séryeuse de cacher àson fils des reliques. C’est qu’elle ignorait l’inquiétude des mères ; même cequ’elles craignent lui aurait été un bonheur auquel elle ne pouvait prétendre, puisqueson malheureux Adolphe ne pouvait faire seul un pas dans la vie.François était ému lorsque, tournant les feuilles de l’album, Mme Forbach, fermée àces images mais qui portait chacune gravée dans son cœur, lui disait comme unevoyante : voici ton père à quatre ans, à dix-huit. Voici son dernier portrait sur son
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text