29 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
29 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

La Maison NucingenHonoré de Balzac1837A MADAME ZULMA CARAUD.N’est-ce pas à vous, madame, dont la haute et probe intelligence est comme untrésor pour vos amis, à vous qui êtes à la fois pour moi tout un public et la plusindulgente des sœurs, que je dois dédier cette œuvre ? daignez l’accepter commetémoignage d’une amitié dont je suis fier. Vous et quelques âmes, belles comme lavôtre, comprendront ma pensée en lisant la Maison Nucingen acollée à CésarBirotteau. Dans ce contraste n’y a-t-il pas tout un enseignement social ?DE BALZAC.Vous savez combien sont minces les cloisons qui séparent les cabinets particuliersdans les plus élégants cabarets de Paris. Chez Véry, par exemple, le plus grandsalon est coupé en deux par une cloison qui s’ôte et se remet à volonté. La scènen’était pas là, mais dans un bon endroit qu’il ne me convient pas de nommer. Nousétions deux, je dirai donc, comme le Prud’homme de Henri Monnier : « Je nevoudrais pas la compromettre. » Nous caressions les friandises d’un dîner exquis àplusieurs titres, dans un petit salon où nous parlions à voix basse, après avoirreconnu le peu d’épaisseur de la cloison. Nous avions atteint au moment du rôtisans avoir eu de voisins dans la pièce contiguë à la nôtre, où nous n’entendionsque les pétillements du feu. Huit heures sonnèrent, il se fit un grand bruit de pieds, ily eut des paroles échangées, les garçons apportèrent des bougies. Il nous futdémontré que le salon voisin était occupé. En ...

Informations

Publié par
Nombre de lectures 93
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Extrait

La Maison NucingenHonoré de Balzac7381A MADAME ZULMA CARAUD.N’est-ce pas à vous, madame, dont la haute et probe intelligence est comme untrésor pour vos amis, à vous qui êtes à la fois pour moi tout un public et la plusindulgente des sœurs, que je dois dédier cette œuvre ? daignez l’accepter commetémoignage d’une amitié dont je suis fier. Vous et quelques âmes, belles comme lavôtre, comprendront ma pensée en lisant la Maison Nucingen acollée à CésarBirotteau. Dans ce contraste n’y a-t-il pas tout un enseignement social ?DE BALZAC.Vous savez combien sont minces les cloisons qui séparent les cabinets particuliersdans les plus élégants cabarets de Paris. Chez Véry, par exemple, le plus grandsalon est coupé en deux par une cloison qui s’ôte et se remet à volonté. La scènen’était pas là, mais dans un bon endroit qu’il ne me convient pas de nommer. Nousétions deux, je dirai donc, comme le Prud’homme de Henri Monnier : « Je nevoudrais pas la compromettre. » Nous caressions les friandises d’un dîner exquis àplusieurs titres, dans un petit salon où nous parlions à voix basse, après avoirreconnu le peu d’épaisseur de la cloison. Nous avions atteint au moment du rôtisans avoir eu de voisins dans la pièce contiguë à la nôtre, où nous n’entendionsque les pétillements du feu. Huit heures sonnèrent, il se fit un grand bruit de pieds, ily eut des paroles échangées, les garçons apportèrent des bougies. Il nous futdémontré que le salon voisin était occupé. En reconnaissant les voix, je sus à quelspersonnages nous avions affaire. C’était quatre des plus hardis cormorans éclosdans l’écume qui couronne les flots incessamment renouvelés de la générationprésente ; aimables garçons dont l’existence est problématique, à qui l’on neconnait ni rentes ni domaines, et qui vivent bien. Ces spirituels condottieri del’Industrie moderne, devenue la plus cruelle des guerres, laissent les inquiétudes àleurs créanciers, gardent les plaisirs pour eux, et n’ont de souci que de leurcostume. D’ailleurs braves à fumer, comme Jean Bart, leur cigare sur une tonne depoudre, peut-être pour ne pas faillir à leur rôle ; plus moqueurs que les petitsjournaux, moqueurs à se moquer d’eux-mêmes ; perspicaces et incrédules,fureteurs d’affaires, avides et prodigues, envieux d’autrui, mais contents d’eux-mêmes ; profonds politiques par saillies, analysant tout, devinant tout, ils n’avaientpas encore pu se faire jour dans le monde où ils voudraient se produire. Un seuldes quatre est parvenu, mais seulement au pied de l’échelle. Ce n’est rien qued’avoir de l’argent, et un parvenu ne sait tout ce qui lui manque alors qu’après sixmois de flatteries. Peu parleur, froid, gourmé, sans esprit, ce parvenu nomméAndoche Finot, a eu le cœur de se mettre à plat ventre devant ceux qui pouvaient leservir, et la finesse d’être insolent avec ceux dont il n’avait plus besoin. Semblable àl’un des grotesques du ballet de Gustave, il est marquis par derrière et vilain pardevant. Ce prélat industriel entretient un caudataire, Emile Blondet, rédacteur dejournaux, homme de beaucoup d’esprit, mais décousu, brillant, capable, paresseux,se sachant exploité, se laissant faire, perfide, comme il est bon, par caprices ; unde ces hommes que l’on aime et que l’on n’estime pas. Fin comme une soubrettede comédie, incapable de refuser sa plume à qui la lui demande, et son cœur à quile lui emprunte, Emile est le plus séduisant de ces hommes-filles de qui le plusfantasque de nos gens d’esprit a dit : « Je les aime mieux en souliers de satinqu’en bottes. » Le troisième, nommé Couture, se maintient par la Spéculation. Ilente affaire sur affaire, le succèsde l’une couvre l’insuccès de l’autre. Aussi vit-il àfleur d’eau soutenu par la force nerveuse de son jeu, par une coupe roide etaudacieuse. Il nage de ci, de là, cherchant dans l’immense mer des intérêtsparisiens un îlot assez contestable pour pouvoir s’y loger. Evidemment, il n’est pasà sa place. Quant au dernier, le plus malicieux des quatre, son nom suffira : Bixiou !Hélas ! ce n’est plus le Bixiou de 1825, mais celui de 1836, le misanthrope bouffonà qui l’on connaît le plus de verve et de mordant, un diable enragé d’avoir dépensétant d’esprit en pure perte, furieux de ne pas avoir ramassé son épave dans ladernière révolution, donnant son coup de pied à chacun en vrai Pierrot desFunambules, sachant son époque et les aventures scandaleuses sur le bout de sondoigt, les ornant de ses inventions drôlatiques, sautant sur toutes les épaulescomme un clown, et tâchant d’y laisser une marque à la façon du bourreau.
Après avoir satisfait aux premières exigences de la gourmandise, nos voisinsarrivèrent où nous en étions de notre dîner, au dessert ; et, grâce à notre coitetenue, ils se crurent seuls. A la fumée des cigares, à l’aide du vin de Champagne, àtravers les amusements gastronomiques du dessert, il s’entama donc une intimeconversation. Empreinte de cet esprit glacial qui roidit les sentiments les plusélastiques, arrête les inspirations les plus généreuses, et donne au rire quelquechose d’aigu, cette causerie pleine de l’âcre ironie qui change la gaîté en ricanerie,accusa l’épuisement d’âmes livrées à elles-mêmes, sans autre but que lasatisfaction de l’égoïsme, fruit de la paix où nous vivons. Ce pamphlet contrel’homme que Diderot n’osa pas publier, le Neveu de Rameau ; ce livre, débraillétout exprès pour montrer des plaies, est seul comparable à ce pamphlet dit sansaucune arrière-pensée, où le mot ne respecta même point ce que le penseurdiscute encore, où l’on ne construisit qu’avec des ruines, où l’on nia tout, où l’onn’admira que ce que le scepticisme adopte : l’omnipotence, l’omniscience,l’omniconvenance de l’argent. Après avoir tiraillé dans le cercle des personnes deconnaissance, la Médisance se mit à fusiller les amis intimes. Un signe suffit pourexpliquer le désir que j’avais de rester et d’écouter au moment où Bixiou prit laparole, comme on va le voir. Nous entendîmes alors une de ces terriblesimprovisations qui valent à cet artiste sa réputation auprès de quelques espritsblasés, et, quoique souvent interrompue, prise et reprise, elle fut sténographiée parma mémoire. Opinions et forme, tout y est en dehors des conditions littéraires. Maisc’est ce que cela fut : un pot-pourri de choses sinistres qui peint notre temps,auquel l’on ne devrait raconter que de semblables histoires, et j’en laisse d’ailleursla responsabilité au narrateur principal. La pantomime, les gestes, en rapport avecles fréquents changements de voix par lesquels Bixiou peignait les interlocuteursmis en scène, devaient être parfaits, car ses trois auditeurs laissaient échapperdes exclamations approbatives et des interjections de contentement.— Et Rastignac t’a refusé ? dit Blondet à Finot.— Net.— Mais l’as-tu menacé des journaux, demanda Bixiou.— Il s’est mis à rire, répondit Finot.— Rastignac est l’héritier direct de feu de Marsay, il fera son chemin en politiquecomme dans le monde, dit Blondet.— Mais comment a-t-il fait sa fortune, demanda Couture. Il était en 1819 avecl’illustre Bianchon, dans une misérable pension du quartier latin ; sa famillemangeait des hannetons rôtis et buvait le vin du cru, pour pouvoir lui envoyer centfrancs par mois ; le domaine de son père ne valait pas mille écus ; il avait deuxsœurs et un frère sur les bras, et maintenant…— Maintenant, il a quarante mille livres de rentes, reprit Finot : chacune de sessœurs a été richement dotée, noblement mariée, et il a laissé l’usufruit du domaineà sa mère…— En 1827, dit Blondet, je l’ai encore vu sans le sou.— Oh ! en 1827, dit Bixiou.— Eh ! bien, reprit Finot, aujourd’hui nous le voyons en passe de devenir ministre,pair de France et tout ce qu’il voudra être ! Il a depuis trois ans fini convenablementavec Delphine, il ne se mariera qu’à bonnes enseignes, et il peut épouser une fillenoble, lui ! Le gars a eu le bon esprit de s’attacher à une femme riche.— Mes amis, tenez-lui compte des circonstances atténuantes, dit Blondet, il esttombé dans les pattes d’un homme habile en sortant des griffes de la misère.— Tu connais bien Nucingen, dit Bixiou ; dans les premiers temps, Delphine etRastignac le trouvaient bon ; une femme semblait être, pour lui, dans sa maison, unjoujou, un ornement. Et voilà ce qui, pour moi, rend cet homme carré de basecomme de hauteur : Nucingen ne se cache pas pour dire que sa femme est lareprésentation de sa fortune, une chose indispensable, mais secondaire dans la vieà haute pression des hommes politiques et des grands financiers. Il a dit, devantmoi, que Bonaparte avait été bête comme un bourgeois dans ses premièresrelations avec Joséphine, et qu’après avoir eu le courage de la prendre comme unmarchepied, il avait été ridicule en voulant faire d’elle une compagne.— Tout homme supérieur doit avoir, sur les femmes, les opinions de l’Orient, ditBlondet.
— Le baron a fondu les doctrines orientales et occidentales en une charmantedoctrine parisienne. Il avait en horreur de Marsay qui n’était pas maniable, maisRastignac lui a plu beaucoup et il l’a exploité sans que Rastignac s’en doutât : il luia laissé toutes les charges de son ménage. Rastignac a endossé tous les capricesde Delphine, il la menait au bois, il l’accompagnait au spectacle. Ce grand petithomme politique d’aujourd’hui a long-temps passé sa vie à lire et à écrire de jolisbillets. Dans les commencements, Eugène était grondé pour des riens, il s’égayaitavec Delphine quand elle était gaie, s’attristait quand elle était triste, il supportait lepoids de ses migraines, de ses confidences, il lui donnait tout son temps, sesheures, sa précieuse jeunesse pour combler le vide de l’oisiveté de cetteParisienne. Delphine et lui tenaient de grands conseils sur les parures qui allaient lemieux, il essuyait le feu des colères et la bordée des boutades ; tandis que, parcompensation, elle se faisait charmante pour le baron. Le baron riait à part lui :puis, quand il voyait Rastignac pliant sous le poids de ses charges, il avait l’air desoupçonner quelque chose, et reliait les deux amants par une peur commune.— Je conçois qu’une femme riche ait fait vivre et vivre honorablement Rastignac ;mais où a-t-il pris sa fortune, demanda Couture. Une fortune, aussi considérableque la sienne aujourd’hui, se prend quelque part, et personne ne l’a jamais accuséd’avoir inventé une bonne affaire ?— Il a hérité, dit Finot.— De qui ? dit Blondet.— Des sots qu’il a rencontrés, reprit Couture.— Il n’a pas tout pris, mes petits amours, dit Bixiou :… Remettez-vous d’une alarme aussi chaudNous vivons dans un temps très-ami de la fraude.Je vais vous raconter l’origine desa fortune. D’abord, hommage au talent ! Notre ami n’est pas un gars, comme ditFinot, mais un gentleman qui sait le jeu, qui connaît les cartes et que la galerierespecte. Rastignac a tout l’esprit qu’il faut avoir dans un moment donné, comme unmilitaire qui ne place son courage qu’à quatre-vingt-dix jours, trois signatures et desgaranties. Il paraîtra cassant, brise-raison, sans suite dans les idées, sansconstance dans ses projets, sans opinion fixe, mais s’il se présente une affairesérieuse, une combinaison à suivre, il ne s’éparpillera pas, comme Blondet quevoilà ! et qui discute alors pour le compte du voisin, Rastignac se concentre, seramasse, étudie le point où il faut charger, et il charge à fond de train. Avec la valeurde Murat, il enfonce les carrés, les actionnaires, les fondateurs et toute la boutique ;quand la charge a fait son trou, il rentre dans sa vie molle et insouciante, il redevientl’homme du midi, le voluptueux, le diseur de riens, l’inoccupé Rastignac, qui peut selever à midi parce qu’il ne s’est pas couché au moment de la crise.— Voilà qui va bien, mais arrive donc à sa fortune, dit Finot.— Bixiou ne nous fera qu’une charge, reprit Blondet. La fortune de Rastignac, c’estDelphine de Nucingen, femme remarquable, et qui joint l’audace à la prévision.— T’a-t-elle prêté de l’argent, demanda Bixiou.Un rire général éclata.— Vous vous trompez sur elle, dit Couture à Blondet, son esprit consiste à dire desmots plus ou moins piquants, à aimer Rastignac avec une fidélité gênante, à luiobéir aveuglément, une femme tout à fait italienne.— Argent à part, dit aigrement Andoche Finot.— Allons, allons, reprit Bixiou d’une voix pateline, après ce que nous venons dedire, osez-vous encore reprocher à ce pauvre Rastignac d’avoir vécu aux dépensde la maison Nucingen, d’avoir été mis dans ses meubles ni plus ni moins que laTorpille jadis par notre ami des Lupeaulx ? vous tomberiez dans la vulgarité de larue Saint-Denis. D’abord, abstraitement parlant, comme dit Royer-Collard, laquestion peut soutenir la critique de la raison pure, quant à celle de la raisonimpure…— Le voilà lancé ! dit Finot à Blondet.— Mais, s’écria Blondet, il a raison. La question est très-ancienne, elle fut le grandmot du fameux duel à mort entre laChâteigneraie et Jarnac. Jarnac était accusé
d’être en bons termes, avec sa belle-mère, qui fournissait au faste du trop aimégendre. Quand un fait est si vrai, il ne doit pas être dit. Par dévouement pour le roiHenri II, qui s’était permis cette médisance, la Châteigneraie la prit sur son compte ;de là ce duel qui a enrichi la langue française de l’expression : coup de Jarnac.— Ha ! l’expression vient de si loin, elle est donc noble, dit Finot.— Tu pouvais ignorer cela en ta qualité d’ancien propriétaire de journaux etRevues, dit Blondet.— Il est des femmes, reprit gravement Bixiou, il est aussi des hommes qui peuventscinder leur existence, et n’en donner qu’une partie (remarquez que je vous phrasemon opinion d’après la formule humanitaire). Pour ces personnes, tout intérêtmatériel est en dehors des sentiments ; elles donnent leur vie, leur temps, leurhonneur à une femme, et trouvent qu’il n’est pas comme il faut de gaspiller entre soidu papier de soie où l’on grave : La loi punit de mort le contrefacteur. Parréciprocité, ces gens n’acceptent rien d’une femme. Oui, tout devient déshonorants’il y a fusion des intérêts comme il y a fusion des âmes. Cette doctrine seprofesse, elle s’applique rarement…— Hé ! dit Blondet, quelles vétilles ! Le maréchal de Richelieu, qui se connaissaiten galanterie, fit une pension de mille louis à madame de La Popelinière, aprèsl’aventure de la plaque de cheminée. Agnès Sorel apporta tout naïvement au roiCharles VII sa fortune, et le roi la prit. Jacques Cœur a entretenu la couronne deFrance, qui s’est laissé faire, et fut ingrate comme une femme.— Messieurs, dit Bixiou, l’amour qui ne comporte pas une indissoluble amitié mesemble un libertinage momentané. Qu’est-ce qu’un entier abandon où l’on seréserve quelque chose ? Entre ces deux doctrines, aussi opposées et aussiprofondément immorales l’une que l’autre, il n’y a pas de conciliation possible.Selon moi, les gens qui craignent une liaison complète ont sans doute la croyancequ’elle peut finir, et adieu l’illusion ! La passion qui ne se croit pas éternelle esthideuse. (Ceci est du Fénelon tout pur.) Aussi, ceux à qui le monde est connu, lesobservateurs, les gens comme il faut, les hommes bien gantés et bien cravatés, quine rougissent pas d’épouser une femme pour sa fortune, proclamentils commeindispensable une complète scission des intérêts et des sentiments. Les autressont des fous qui aiment, qui se croient seuls dans le monde avec leur maîtresse !Pour eux, les millions sont de la boue ; le gant, le camélia porté par l’idole vaut desmillions ! Si vous ne retrouvez jamais chez eux le vil métal dissipé, vous trouvez desdébris de fleurs cachés dans de jolies boîtes de cèdre ! Ils ne se distinguent plusl’un de l’autre. Pour eux, il n’y a plus de moi. TOI, voilà leur Verbe incarné. Quevoulez-vous ? Empêcherez-vous cette maladie secrète du cœur ? Il y a des niais quiaiment sans aucune espèce de calcul, et il y a des sages qui calculent en aimant.— Bixiou me semble sublime, s’écria Blondet. Qu’en dit Finot ?— Partout ailleurs, répondit Finot en se posant dans sa cravate, je dirais commeles gentlemen ; mais ici je pense….— Comme les infâmes mauvais sujets avec lesquels tu as l’honneur d’être, repritBixiou.— Ma foi, oui, dit Finot.— Et toi ? dit Bixiou à Couture.— Niaiseries, s’écria Couture. Une femme qui ne fait pas de son corps unmarchepied, pour faire arriver au but l’homme qu’elle distingue, est une femme quin’a de cœur que pour elle.— Et toi, Blondet ?— Moi, je pratique.— Hé ! bien, reprit Bixiou de sa voix la plus mordante, Rastignac n’était pas devotre avis. Prendre et ne pas rendre est horrible et même un peu léger ; maisprendre pour avoir le droit d’imiter le seigneur, en rendant le centuple, est un actechevaleresque. Ainsi pensait Rastignac. Rastignac était profondément humilié desa communauté d’intérêts avec Delphine de Nucingen, je puis parler de sesregrets, je l’ai vu les larmes aux yeux déplorant sa position. Oui, il en pleuraitvéritablement !… après souper. Hé ! bien, selon vous…..— Ah ! çà, tu te moques de nous, dit Finot.
— Pas le moins du monde. Il s’agit de Rastignac, dont la douleur serait selon vousune preuve de sa corruption, car alors il aimait beaucoup moins Delphine ! Maisque voulez-vous ? le pauvre garçon avait cette épine au cœur. C’est ungentilhomme profondément dépravé, voyez-vous, et nous sommes de vertueuxartistes. Donc, Rastignac voulait enrichir Delphine, lui pauvre, elle riche ! Le croirez-vous ?… il y est parvenu. Rastignac, qui se serait battu comme Jarnac, passa dèslors à l’opinion de Henri II, en vertu de son grand mot : Il n’y a pas de vertu absolue,mais des circonstances. Ceci tient à l’histoire de sa fortune.— Tu devrais bien nous entamer ton conte au lieu de nous induire à nous calomniernous-mêmes, dit Blondet avec une gracieuse bonhomie.— Ha ! ha ! mon petit, lui dit Bixiou en lui donnant le baptême d’une petite tape surl’occiput, tu te rattrapes au vin de Champagne.— Hé, par le saint nom de l’Actionnaire, dit Couture, raconte-nous ton histoire ?— J’y étais d’un cran, repartit Bixiou ; mais avec ton juron, tu me mets audénoûment.— Il y a donc des actionnaires dans l’histoire, demanda Finot.— Richissimes comme les tiens, répondit Bixiou.— Il me semble, dit Finot d’un ton gourmé, que tu dois des égards à un bon enfantchez qui tu trouves dans l’occasion un billet de cinq cents….— Garçon ! cria Bixiou.— Que veux-tu au garçon ? lui dit Blondet.— Faire rendre à Finot ses cinq cents francs, afin de dégager ma langue etdéchirer ma reconnaissance.— Dis ton histoire, reprit Finot en feignant de rire.— Vous êtes témoins, dit Bixiou, que je n’appartiens pas à cet impertinent qui croitque mon silence ne vaut que cinq cents francs ! tu ne seras jamais ministre, si tu nesais pas jauger les consciences. Eh ! bien, oui, dit-il d’une voix câline, mon bonFinot, je dirai l’histoire sans personnalités, et nous serons quittes.— Il va nous démontrer, dit en souriant Blondet, que Nucingen a fait la fortune deRastignac.— Tu n’en es pas si loin que lu le penses, reprit Bixiou. Vous ne connaissez pas cequ’est Nucingen, financièrement parlant.— Tu ne sais seulement pas, dit Blondet, un mot de ses débuts ?— Je ne l’ai connu que chez lui, dit Bixiou, mais nous pourrions nous être vusautrefois sur la grand’route.— La prospérité de la maison Nucingen est un des phénomènes les plusextraordinaires de notre époque, reprit Blondet. En 1804, Nucingen était peu connu.Les banquiers d’alors auraient trembléde savoir sur la place cent mille écus de sesacceptations. Ce grand financier sent alors son infériorité. Comment se faireconnaître ? Il suspend ses paiements. Bon ! Son nom, restreint à Strasbourg et auquartier Poissonnière, retentit sur toutes les places ! il désintéresse son mondeavec des valeurs mortes, et reprend ses paiements : aussitôt son papier se faitdans toute la France. Par une circonstance inouïe, les valeurs revivent, reprennentfaveur, donnent des bénéfices. Le Nucingen est très-recherché. L’année 1815arrive, mon gars réunit ses capitaux, achète des fonds avant la bataille de Waterloo,suspend ses paiements au moment de la crise, liquide avec des actions dans lesmines de Wortschin qu’il s’était procurées à vingt pour cent au-dessous de la valeurà laquelle il les émettait lui-même ! oui, messieurs ! Il prend à Grandet centcinquante mille bouteilles de vin de Champagne pour se couvrir en prévoyant lafaillite de ce vertueux père du comte d’Aubrion actuel, et autant à Duberghe en vinsde Bordeaux. Ces trois cent mille bouteilles acceptées, acceptées, mon cher, àtrente sous, il les a fait boire aux Alliés, à six francs, au Palais-Royal de 1817 à1819. Le papier de la maison Nucingen et son nom deviennent européens. Cetillustre baron s’est élevé sur l’abîme où d’autres auraient sombré. Deux fois, saliquidation a produit d’immenses avantages à ses créanciers : il a voulu les rouer,impossible ! Il passe pour le plus honnête homme du monde. A la troisièmesuspension, le papier de la maison Nucingen se fera en Asie, au Mexique, en
Australasie, chez les Sauvages. Ouvrard est le seul qui ait deviné cet Alsacien, filsde quelque juif converti par ambition : « Quand Nucingen lâche son or, disait-il,croyez qu’il saisit des diamants ! »— Son compère du Tillet le vaut bien, dit Finot. Songez donc que du Tillet est unhomme qui, en fait de naissance, n’en a que ce qui nous est indispensable pourexister, et que ce gars, qui n’avait pas un liard en 1814, est devenu ce que vous levoyez ; mais ce qu’aucun de nous (je ne parle pas de toi, Couture) n’a su faire, il aeu des amis au lieu d’avoir des ennemis. Enfin, il a si bien caché ses antécédents,qu’il a fallu fouiller des égouts pour le trouver commis chez un parfumeur de la rueSaint-Honoré, pas plus tard qu’en 1814.— Ta ! ta ! ta ! reprit Bixiou, ne comparez jamais à Nucingen un petit carotteurcomme du Tillet, un chacal qui réussit par son odorat, qui devine les cadavres etarrive le premier pour avoir lemeilleur os. Voyez d’ailleurs ces deux hommes : l’un ala mine aiguë des chats, il est maigre, élancé ; l’autre est cubique, il est gras, il estlourd comme un sac, immobile comme un diplomate. Nucingen a la main épaisseet un regard de loup-cervier qui ne s’anime jamais ; sa profondeur n’est pas enavant, mais en arrière : il est impénétrable, on ne le voit jamais venir, tandis que lafinesse de du Tillet ressemble, comme le disait Napoléon de je ne sais qui, à ducoton filé trop fin, il casse.— Je ne vois à Nucingen d’autre avantage sur du Tillet que d’avoir le bon sens dedeviner qu’un financier ne doit être que baron, tandis que du Tillet veut se fairenommer comte en Italie, dit Blondet.— Blondet ?… un mot, mon enfant, reprit Couture. D’abord Nucingen a osé direqu’il n’y a que des apparences d’honnête homme ; puis, pour le bien connaître, ilfaut être dans les affaires. Chez lui, la banque est un très-petit département : il y ales fournitures du gouvernement, les vins, les laines, les indigos, enfin tout ce quidonne matière à un gain quelconque. Son génie embrasse tout. Cet éléphant de laFinance vendrait des Députés au Ministère, et les Grecs aux Turcs. Pour lui lecommerce est, dirait Cousin, la totalité des variétés, l’unité des spécialités. LaBanque envisagée ainsi devient toute une politique, elle exige une tête puissante, etporte alors un homme bien trempé à se mettre au-dessus des lois de la probitédans lesquelles il se trouve à l’étroit.— Tu as raison, mon fils, dit Blondet. Mais nous seuls, nous comprenons que c’estalors la guerre portée dans le monde de l’argent. Le banquier est un conquérant quisacrifie des masses pour arriver à des résultats cachés, ses soldats sont lesintérêts des particuliers. Il a ses stratagèmes à combiner, ses embuscades àtendre, ses partisans à lancer, ses villes à prendre. La plupart de ces hommes sontsi contigus à la Politique, qu’ils finissent par s’en mêler, et leurs fortunes ysuccombent. La maison Necker s’y est perdue, le fameux Samuel Bernard s’y estpresque ruiné. Dans chaque siècle, il se trouve un banquier de fortune colossale quine laisse ni fortune ni successeur. Les frères Pâris, qui contribuèrent à abattre Law,et Law lui-même, auprès de qui tous ceux qui inventent des Sociétés par actionssont des pygmées, Bouret, Baujon, tous ont disparu sans se faire représenter parune famille. Comme le Temps, la Banque dévore ses enfants. Pourpouvoirsubsister, le banquier doit devenir noble, fonder une dynastie comme lesprêteurs de Charles-Quint, les Fugger, créés princes de Babenhausen, et quiexistent encore… dans l’Almanach de Gotha. La Banque cherche la noblesse parinstinct de conservation, et sans le savoir peut-être. Jacques Cœur a fait unegrande maison noble, celle de Noirmoutier, éteinte sous Louis XIII. Quelle énergiechez cet homme, ruiné pour avoir fait un roi légitime ! Il est mort prince d’une île del’Archipel où il a bâti une magnifique cathédrale.— Ah ! si vous faites des Cours d’Histoire, nous sortons du temps actuel où le trôneest destitué du droit de conférer la noblesse, où l’on fait des barons et des comtesà huis-clos, quelle pitié ! dit Finot.— Tu regrettes la savonnette à vilain, dit Bixiou, tu as raison. Je reviens à nosmoutons. Connaissez-vous Beaudenord ? Non, non, non. Bien. Voyez comme toutpasse ! Le pauvre garçon était la fleur du dandysme il y a dix ans. Mais il a été sibien absorbé, que vous ne le connaissez pas plus que Finot ne connaissait tout àl’heure l’origine du coup de Jarnac (c’est pour la phrase et non pour te taquiner queje dis cela, Finot ! ). A la vérité, il appartenait au faubourg Saint-Germain. Eh ! bien,Beaudenord est le premier pigeon que je vais vous mettre en scène. D’abord, il senommait Godefroid de Beaudenord. Ni Finot, ni Blondet, ni Couture ni moi, nous neméconnaîtrons un pareil avantage. Le gars ne souffrait point dans son amour-propre en entendant appeler ses gens au sortir d’un bal, quand trente jolies femmesencapuchonnées et flanquées de leurs maris et de leurs adorateurs attendaient
leurs voitures. Puis il jouissait de tous les membres que Dieu a donnés à l’homme :sain et entier, ni taie sur un oeil, ni faux toupet, ni faux mollets ; ses jambes nerentraient point en dedans, ne sortaient point en dehors ; genoux sansengorgement, épine dorsale droite, taille mince, main blanche et jolie, cheveuxnoirs ; teint ni rose comme celui d’un garçon épicier, ni trop brun comme celui d’unCalabrois. Enfin, chose essentielle ! Beaudenord n’était pas trop joli homme,comme le sont ceux de nos amis qui ont l’air de faire état de leur beauté, de ne pasavoir autre chose ; mais ne revenons pas là-dessus, nous l’avons dit, c’est infâme !Il tirait bien le pistolet, montait fort agréablement à cheval ; il s’était battu pour unevétille, et n’avait pas tué son adversaire. Savez-vous que pour faireconnaître dequoi se compose un bonheur entier, pur, sans mélange, au dix-neuvième siècle, àParis, et un bonheur de jeune homme de vingt-six ans, il faut entrer dans lesinfiniment petites choses de la vie ? Le bottier avait attrapé le pied de Beaudenordet le chaussait bien, son tailleur aimait à l’habiller. Godefroid ne grasseyait pas, negasconnait pas, ne normandisait pas, il parlait purement et correctement, et mettaitfort bien sa cravate, comme Finot. Cousin par alliance du marquis d’Aiglemont, sontuteur (il était orphelin de père et de mère, autre bonheur ! ), il pouvait aller et allaitchez les banquiers, sans que le faubourg Saint-Germain lui reprochât de les hanter,car heureusement un jeune homme a le droit de faire du plaisir son unique loi, decourir où l’on s’amuse, et de fuir les recoins sombres où fleurit le chagrin. Enfin ilavait été vacciné (tu me comprends, Blondet). Malgré toutes ces vertus, il aurait puse trouver très-malheureux. Hé ! hé ! le bonheur a le malheur de paraître signifierquelque chose d’absolu ; apparence qui induit tant de niais à demander : « Qu’est-ce que le bonheur ? » Une femme de beaucoup d’esprit disait : « Le bonheur est oùon le met. »— Elle proclamait une triste vérité, dit Blondet.— Et morale, ajouta Finot.— Archi-morale ! LE BONHEUR, comme LA VERTU, comme LE MAL, exprimentquelque chose de relatif, répondit Blondet. Ainsi La Fontaine espérait que, par lasuite des temps, les damnés s’habitueraient à leur position, et finiraient par êtredans l’enfer comme les poissons dans l’eau.— Les épiciers connaissent tous les mots de La Fontaine ! dit Bixiou.— Le bonheur d’un homme de vingt-six ans qui vit à Paris, n’est pas le bonheur d’unhomme de vingt-six ans qui vit à Blois, dit Blondet, sans entendre l’interruption.Ceux qui partent de là pour déblatérer contre l’instabilité des opinions sont desfourbes ou des ignorants. La médecine moderne, dont le plus beau titre de gloireest d’avoir, de 1799 à 1837, passé de l’état conjectural à l’état de science positive,et ce par l’influence de la grande Ecole analyste de Paris, a démontré que, dansune certaine période, l’homme s’est complètement renouvelé….— A la manière du couteau de Jeannot, et vous le croyez toujours le même, repritBixiou. Il y a donc plusieurs losanges danscet habit d’Arlequin que nous nommonsle bonheur, eh ! bien, le costume de mon Godefroid n’avait ni trous ni taches. Unjeune homme de vingt-six ans, qui serait heureux en amour, c’est-à-dire aimé, non àcause de sa florissante jeunesse, non pour son esprit, non pour sa tournure, maisirrésistiblement, pas même à cause de l’amour en lui-même, mais quand même cetamour serait abstrait, pour revenir au mot de Royer-Collard, ce susdit jeune hommepourrait fort bien ne pas avoir un liard dans la bourse que l’objet aimant lui auraitbrodée, il pourrait devoir son loyer à son propriétaire, ses bottes à ce bottier déjànommé, ses habits au tailleur qui finirait, comme la France, par se désaffectionner.Enfin, il pourrait être pauvre ! La misère gâte le bonheur du jeune homme qui n’apas nos opinions transcendantes sur la fusion des intérêts. Je ne sais rien de plusfatigant que d’être moralement très-heureux et matériellement très-malheureux.N’est-ce pas avoir une jambe glacée comme la mienne par le vent coulis de laporte, et l’autre grillée par la braise du feu. J’espère être bien compris, il y a del’écho dans la poche de ton gilet, Blondet ? Entre nous, laissons le cœur, il gâtel’esprit. Poursuivons. Godefroid de Beaudenord avait donc l’estime de sesfournisseurs, car ses fournisseurs avaient assez régulièrement sa monnaie. Lafemme de beaucoup d’esprit déjà citée, et qu’on ne peut pas nommer, parce que,grâce à son peu de cœur, elle vit….— Qui est-ce ?— La marquise d’Espard ! Elle disait qu’un jeune homme devait demeurer dans unentresol, n’avoir chez lui rien qui sentît le ménage, ni cuisinière, ni cuisine, être servipar un vieux domestique, et n’annoncer aucune prétention à la stabilité. Selon elle,tout autre établissement est de mauvais goût. Godefroid de Beaudenord, fidèle àce programme, logeait quai Malaquais, dans un entresol ; néanmoins il avait été
forcé d’avoir une petite similitude avec les gens mariés, en mettant dans sachambre un lit d’ailleurs si étroit qu’il y tenait peu. Une Anglaise, entrée par hasardchez lui, n’y aurait pu rien trouver d’improper. Finot, tu te feras expliquer la grandeloi de l’improper qui régit l’Angleterre ! Mais puisque nous sommes liés par un billetde mille, je vais t’en donner une idée. Je suis allé en Angleterre, moi ! (Bas àl’oreille de Blondet : Je lui donne de l’esprit pour plus de deux mille francs.) EnAngleterre, Finot, tu te lies extrêmement avec une femme, pendantla nuit, au bal ouailleurs ; tu la rencontres le lendemain dans la rue, et tu as l’air de la reconnaître :improper ! Tu trouves à dîner, sous le frac de ton voisin de gauche, un hommecharmant, de l’esprit, nulle morgue, du laissez-aller ; il n’a rien d’anglais ; suivant leslois de l’ancienne compagnie française, si accorte, si aimable, tu lui parles :improper ! Vous abordez au bal une jolie femme afin de la faire danser : improper !Vous vous échauffez, vous discutez, vous riez, vous répandez votre cœur, votreâme, votre esprit dans votre conversation ; vous y exprimez des sentiments ; vousjouez quand vous êtes au jeu, vous causez en causant et vous mangez enmangeant : improper ! improper ! improper ! Un des hommes les plus spirituels etles plus profonds de cette époque, Stendalh a très-bien caractérisé l’improper endisant qu’il est tel lord de la Grande-Bretagne qui, seul, n’ose pas se croiser lesjambes devant son feu, de peur d’être improper. Une dame anglaise, fût-elle de lasecte furieuse des saints (protestants renforcés qui laisseraient mourir toute leurfamille de faim, si elle était improper), ne sera pas improper en faisant le diable àtrois dans sa chambre à coucher, et se regardera comme perdue si elle reçoit unami dans cette même chambre. Grâce à l’improper, on trouvera quelque jourLondres et ses habitants pétrifiés.— Quand on pense qu’il est en France des niais qui veulent y importer lessolennelles bêtises que les Anglais font chez eux avec ce beau sang-froid que vousleur connaissez, dit Blondet, il y a de quoi faire frémir quiconque a vu l’Angleterre etse souvient des gracieuses et charmantes mœurs françaises. Dans les dernierstemps, Walter Scott, qui n’a pas osé peindre les femmes comme elles sont de peurd’être improper, se repentait d’avoir fait la belle figure d’Effie dans la Prisond’Edimbourg.— Veux-tu ne pas être improper en Angleterre ? dit Bixiou à Finot.— Hé ! bien ? dit Finot.— Va voir aux Tuileries une espèce de pompier en marbre intitulé Thémistocle parle statuaire, et tâche de marcher comme la statue du commandeur, tu ne serasjamais improper. C’est par une application rigoureuse de la grande loi del’improper que le bonheur de Godefroid se compléta. Voici l’histoire. Il avait untigre, et non pas un groom, comme l’écrivent des gens qui ne savent rien du monde.Son tigre était un petit Irlandais, nommé Paddy, Joby, Toby (à volonté), trois piedsde haut, vingt pouces de large, figure de belette, des nerfs d’acier faits au gin, agilecomme un écureuil, menant un landau avec une habilité qui ne s’est jamais trouvéeen défaut ni à Londres ni à Paris, un oeil de lézard, fin comme le mien, montant àcheval comme le vieux Franconi, les cheveux blonds comme ceux d’une vierge deRubens, les joues roses, dissimulé comme un prince, instruit comme un avouéretiré, âgé de dix ans, enfin une vraie fleur de perversité, jouant et jurant, aimant lesconfitures et le punch, insulteur comme un feuilleton, hardi et chippeur comme ungamin de Paris. Il était l’honneur et le profit d’un célèbre lord anglais, auquel il avaitdéjà fait gagner sept cent mille francs aux courses. Le lord aimait beaucoup cetenfant : son tigre était une curiosité, personne à Londres n’avait de tigre si petit. Surun cheval de course, Joby avait l’air d’un faucon. Eh ! bien, le lord renvoya Toby, nonpour gourmandise, ni pour vol, ni pour meurtre, ni pour criminelle conversation, nipour défaut de tenue, pour insolence envers milady, non pour avoir troué les pochesde la première femme de milady, non pour s’être laissé corrompre par lesadversaires de milord aux courses, non pour s’être amusé le dimanche, enfin pouraucun fait reprochable. Toby eût fait toutes ces choses, il aurait même parlé àmilord sans être interrogé, milord lui aurait encore pardonné ce crime domestique.Milord aurait supporté bien des choses de Toby, tant milord y tenait. Son tigremenait une voiture à deux roues et à deux chevaux l’un devant l’autre, en selle sur lesecond, les jambes ne dépassant pas les brancards, ayant l’air enfin d’une de cestêtes d’anges que les peintres italiens sèment autour du Père éternel. Un journalisteanglais fit une délicieuse description de ce petit ange, il le trouva trop joli pour untigre, il offrit de parier que Paddy était une tigresse apprivoisée. La descriptionmenaçait de s’envenimer et de devenir improper au premier chef. Le superlatif del’improper mène à la potence. Milord fut beaucoup loué de sa circonspection parmilady. Toby ne put trouver de place nulle part, après s’être vu contester son Etat-civil dans la Zoologie britannique. En ce temps, Godefroid florissait à l’ambassadede France à Londres, où il apprit l’aventure de Toby, Joby, Paddy. Godefroids’empara du tigre qu’il trouva pleurant auprès d’un pot de confitures, carl’enfant
avait déjà perdu les guinées par lesquelles milord avait doré son malheur. A sonretour, Godefroid de Beaudenord importa donc chez nous le plus charmant tigre del’Angleterre, il fut connu par son tigre comme Couture s’est fait remarquer par sesgilets. Aussi entra-t-il facilement dans la confédération du club dit aujourd’hui deGrammont. Il n’inquiétait aucune ambition après avoir renoncé à la carrièrediplomatique, il n’avait pas un esprit dangereux, il fut bien reçu de tout le monde.Nous autres, nous serions offensés dans notre amour-propre en ne rencontrant quedes visages riants. Nous nous plaisons à voir la grimace amère de l’Envieux.Godefroid n’aimait pas être haï. A chacun son goût ! Arrivons au solide, à la viematérielle ? Son appartement, où j’ai léché plus d’un déjeuner, se recommandaitpar un cabinet de toilette mystérieux, bien orné, plein de choses comfortables, àcheminée, à baignoire ; sortie sur un petit escalier, portes battantes assourdies,serrures faciles, gonds discrets, fenêtres à carreaux dépolis, à rideaux impassibles.Si la chambre offrait et devait offrir le plus beau désordre que puisse souhaiter lepeintre d’aquarelle le plus exigeant, si tout y respirait l’allure bohémienne d’une viede jeune homme élégant, le cabinet de toilette était comme un sanctuaire : blanc,propre, rangé, chaud, point de vent coulis, tapis fait pour y sauter pieds nus, enchemise et effrayée. Là est la signature du garçon vraiment petit-maître et sachantla vie ! car là, pendant quelques minutes, il peut paraître ou sot ou grand dans lespetits détails de l’existence qui révèlent le caractère. La marquise déjà citée, non,c’est la marquise de Rochefide, est sortie furieuse d’un cabinet de toilette, et n’y estjamais revenue, elle n’y avait rien trouvé d’improper. Godefroid y avait une petitearmoire pleine…— De camisoles ! dit Finot.— Allons, te voilà gros Turcaret ! (Je ne le formerai jamais ! ) Mais non, de gâteaux,de fruits, jolis petits flacons de vin de Malaga, de Lunel, un en-cas à la Louis XIV,tout ce qui peut amuser des estomacs délicats et bien appris, des estomacs deseize quartiers. Un vieux malicieux domestique, très-fort en l’art vétérinaire, servaitles chevaux et pansait Godefroid, car il avait été à feu monsieur Beaudenord, etportait à Godefroid une affection invétérée, cette lèpre du cœur que les Caissesd’Epargne ont fini par guérir chez les domestiques. Tout bonheur matériel reposesur des chiffres. Vous, à qui la vie parisienne est connue jusque dans sesexostoses, vous devinez qu’il lui fallait environ dix-sept mille livres de rente, car ilavait dix-sept francs d’impositions et mille écus de fantaisies. Eh ! bien, mes chersenfants, le jour ou il se leva majeur, le marquis d’Aiglemont lui présenta descomptes de tutelle, comme nous ne serions pas capables d’en rendre à nosneveux, et lui remit une inscription de dix-huit mille livres de rente sur le grand-livre,reste de l’opulence paternelle étrillée par la grande réduction républicaine, et grêléepar les arriérés de l’Empire. Ce vertueux tuteur mit son pupille à la tête d’unetrentaine de mille francs d’économies placées dans la maison Nucingen, en luidisant avec toute la grâce d’un grand seigneur et le laissez-aller d’un soldat del’Empire qu’il lui avait ménagé cette somme pour ses folies de jeune homme. « Situ m’écoutes, Godefroid, ajouta-t-il, au lieu de les dépenser sottement comme tantd’autres, fais des folies utiles, accepte une place d’attaché d’ambassade à Turin,de là va à Naples, de Naples reviens à Londres, et pour ton argent tu te serasamusé, instruit. Plus tard, si tu veux prendre une carrière, tu n’auras perdu ni tontemps ni ton argent. » Feu d’Aiglemont valait mieux que sa réputation, on ne peutpas en dire autant de nous.— Un jeune homme qui débute à vingt et un ans avec dix-huit mille livres de renteest un garçon ruiné, dit Couture.— S’il n’est pas avare, ou très-supérieur, dit Blondet.— Godefroid séjourna dans les quatre capitales de l’Italie, reprit Bixiou. Il vitl’Allemagne et l’Angleterre, un peu Saint-Pétersbourg, parcourut la Hollande ; maisil se sépara desdits trente mille francs en vivant comme s’il avait trente mille livresde rente. Il trouva partout le suprême de volaille, l’aspic, et les vins de France,entendit parler français à tout le monde, enfin il ne sut pas sortir de Paris. Il auraitbien voulu se dépraver le cœur, se le cuirasser, perdre ses illusions, apprendre àtout écouter sans rougir, à parler sans rien dire, à pénétrer les secrets intérêts despuissances…. Bah ! il eut bien de la peine à se munir de quatre langues, c’est-à-dire à s’approvisionner de quatre mots contre une idée. Il revint veuf de plusieursdouairières ennuyeuses, appelées bonnes fortunes à l’étranger, timide et peuformé, bon garçon, plein de confiance, incapable de dire du mal des gens qui luifaisaient l’honneur de l’admettre chez eux, ayant trop de bonne foi pour êtrediplomate, enfin ce que nous appelons un loyal garçon.— Bref un moutard qui tenaitses dix-huit mille livres de rente à la disposition des premières actions venues, ditCouture.
— Ce diable de Couture a tellement l’habitude d’anticiper les dividendes, qu’ilanticipe le dénoûment de mon histoire. Où en étais-je ? Au retour de Beaudenord.Quand il fut installé quai Malaquais, il arriva que mille francs au-dessus de sesbesoins furent insuffisants pour sa part de loge aux Italiens et à l’Opéra. Quand ilperdait vingt-cinq ou trente louis au jeu dans un pari, naturellement il payait ; puis illes dépensait en cas de gain, ce qui nous arriverait si nous étions assez bêtes pournous laisser prendre à parier. Beaudenord, gêné dans ses dix-huit mille livres derente sentit la nécessité de créer ce que nous appelons aujourd’hui le fond deroulement. Il tenait beaucoup à ne pas s’enfoncer lui-même. Il alla consulter sontuteur : « Mon cher enfant, lui dit d’Aiglemont, les rentes arrivent au pair, vends tesrentes, j’ai vendu les miennes et celles de ma femme. Nucingen a tous mescapitaux et m’en donne six pour cent ; fais comme moi, tu auras un pour cent deplus, et ce un pour cent te permettra d’être tout à fait à ton aise. » En trois jours,notre Godefroid fut à son aise. Ses revenus étant dans un équilibre parfait avec sonsuperflu, son bonheur matériel fut complet. S’il était possible d’interroger tous lesjeunes gens de Paris d’un seul regard, comme il parait que la chose se fera lors dujugement dernier pour les milliards de générations qui auront pataugé sur tous lesglobes, en gardes nationaux ou en sauvages, et de leur demander si le bonheurd’un jeune homme de vingt-six ans ne consiste pas : à pouvoir sortir à cheval, entilbury, ou en cabriolet avec un tigre gros comme le poing, frais et rose commeToby, Joby, Paddy ; à avoir, le soir, pour douze francs, un coupé de louage très-convenable ; à se montrer élégamment tenu suivant les lois vestimentales quirégissent huit heures, midi, quatre heures et le soir ; à être bien reçu dans toutes lesambassades, et y recueillir les fleurs éphémères d’amitiés cosmopolites etsuperficielles ; à être d’une beauté supportable, et à bien porter son nom, son habitet sa tête ; à loger dans un charmant petit entresol arrangé comme je vous ai ditque l’était l’entresol du quai Malaquais ; à pouvoir inviter des amis à vousaccompagner au Rocher de Cancale sans avoir interrogé préalablement songousset, et n’être arrêté dans aucun de ses mouvements raisonnables par ce mot :Ah ! et de l’argent ? à pouvoir renouveler les bouffettes roses qui embellissent lesoreilles de ses trois chevaux pur sang, et à avoir toujours une coiffe neuve à sonchapeau. Tous, nous-mêmes, gens supérieurs, tous répondraient que ce bonheurest incomplet, que c’est la Magdeleine sans autel, qu’il faut aimer et être aimé, ouaimer sans être aimé, ou être aimé sans aimer, ou pouvoir aimer à tort et à travers.Arrivons au bonheur moral. Quand, en janvier 1823, il se trouva bien assis dans sesjouissances, après avoir pris pied et langue dans les différentes sociétésparisiennes où il lui plut d’aller, il sentit la nécessité de se mettre à l’abri d’uneombrelle, d’avoir à se plaindre d’une femme comme il faut, de ne pas mâchonner laqueue d’une rose achetée dix sous à madame Prévost, à l’instar des petits jeunesgens qui gloussent dans les corridors de l’Opéra, comme des poulets en épinette.Enfin il résolut de rapporter ses sentiments, ses idées, ses affections à une femme,une femme ! La PHAMME ! AH ! Il conçut d’abord la pensée saugrenue d’avoir unepassion malheureuse, il tourna pendant quelque temps autour de sa belle cousine,madame d’Aiglemont, sans s’apercevoir qu’un diplomate avait déjà dansé la valsede Faust avec elle. L’année 25 se passa en essais, en recherches, en coquetteriesinutiles. L’objet aimant demandé ne se trouva pas. Les passions sont extrêmementrares. Dans cette époque, il s’est élevé tout autant de barricades dans les mœursque dans les rues ! En vérité, mes frères, je vous le dis, l’improper nous gagne !Comme on nous fait le reproche d’aller sur les brisées des peintres en portraits,des commissaires-priseurs et des marchandes de modes, je ne vous ferai passubir la description de la personne en laquelle Godefroid reconnut sa femelle. Age,dix-neuf ans ; taille, un mètre cinquante centimètres ; cheveux blonds, sourcilsidem ; yeux bleus, front moyen, nez courbé, bouche petite, menton court et relevé,visage ovale ; signes particuliers, néant. Tel, le passe-port de l’objet aimé. Nesoyez pas plus difficiles que la Police, que messieurs les Maires de toutes les villeset communes de France, que les gendarmes et autres autorités constituées.D’ailleurs, c’est le bloc de la Vénus de Médicis, parole d’honneur. La première foisque Godefroid alla chez madame de Nucingen, qui l’avait invité à l’un de ces balspar lesquels elle acquit, à bon compte, une certaine réputation, il y aperçut, dans unquadrille, la personne à aimer et fut émerveillé par cette taille d’un mètre cinquantecentimètres. Ces cheveux blonds ruisselaient en cascades bouillonnantes sur unepetite tête ingénue et fraîche comme celle d’une naïade qui aurait mis le nez à lafenêtre cristalline de sa source, pour voir les fleurs du printemps (Ceci est notrenouveau style, des phrases qui filent comme notre macaroni tout à l’heure.) L’idemdes sourcils, n’en déplaise à la Préfecture de Police, aurait pu demander six vers àl’aimable Parny, ce poète badin les eût fort agréablement comparés à l’arc deCupidon, en faisant observer que le trait était au-dessous, mais un trait sans force,épointé, car il y règne encore aujourd’hui la moutonne douceur que les devants decheminée attribuent à madame de la Vallière, au moment où elle signe satendresse par-devant Dieu, faute d’avoir pu la signer par-devant notaire. Vousconnaissez l’effet des cheveux blonds et des yeux bleus, combinés avec une danse
molle, voluptueuse et décente ? Une jeune personne ne vous frappe pas alorsaudacieusement au cœur, comme ces brunes qui par leur regard ont l’air de vousdire, en mendiant espagnol : La bourse ou la vie ! cinq francs, ou je te méprise. Cesbeautés insolentes (et quelque peu dangereuses ! ) peuvent plaire à beaucoupd’hommes ; mais, selon moi, la blonde qui a le bonheur de paraître excessivementtendre et complaisante, sans perdre ses droits de remontrance, de taquinage, dediscours immodérés, de jalousie à faux et tout ce qui rend la femme adorable, seratoujours plus sûre de se marier que la brune ardente. Le bois est cher, Isaure,blanche comme une Alsacienne (elle avait vu le jour à Strasbourg et parlaitl’allemand avec un petit accent français fort agréable), dansait à merveille Sespieds, que l’employé de la police n’avait pas mentionnés, et qui cependantpouvaient trouver leur place sous la rubrique signes particuliers, étaientremarquables par leur petitesse, par ce jeu particulier que les vieux maîtres ontnommé flic-flac, et comparable au débit agréable de mademoiselle Mars, cartoutes les muses sont sœurs, le danseur et le poète ont également les pieds surterre. Les pieds d’Isaure conversaient avec une netteté, une précision, une légèreté,une rapidité de très-bon augure pour les choses du cœur. — « Elle a du flic-flac ! »était le suprême éloge de Marcel, le seul maître de danse qui ait mérité le nom degrand. On a dit le grand Marcel comme le grand Frédéric, et du temps de Frédéric.— A-t-il composé des ballets, demanda Finot.— Oui, quelque chose comme les Quatre Eléments, l’Europe galante.— Queltemps, dit Finot, que le temps où les grands seigneurs habillaient les danseuses !— Improper ! reprit Bixiou. Isaure ne s’élevait pas sur ses pointes, elle restait terreà terre, se balançait sans secousses, ni plus ni moins voluptueusement que doit sebalancer une jeune personne. Marcel disait avec une profonde philosophie quechaque état avait sa danse : une femme mariée devait danser autrement qu’unejeune personne, un robin autrement qu’un financier, et un militaire autrement qu’unpage ; il allait même jusqu’à prétendre qu’un fantassin devait danser autrementqu’un cavalier ; et, de là il partait pour analyser toute la société. Toutes ces bellesnuances sont bien loin de nous.— Ah ! dit Blondet, tu mets le doigt sur un grand malheur. Si Marcel eût été compris,la Révolution française n’aurait pas eu lieu.— Godefroid, reprit Bixiou, n’avait pas eu l’avantage de parcourir l’Europe sansobserver à fond les danses étrangères. Sans cette profonde connaissance enchorégraphie, qualifiée de futile, peut-être n’eût-il pas aimé cette jeune personne ;mais des trois cents invités qui se pressaient dans les beaux salons de la rue Saint-Lazare, il fut le seul à comprendre l’amour inédit que trahissait une danse bavarde.On remarqua bien la manière d’Isaure d’Aldrigger ; mais, dans ce siècle où chacuns’écrie : Glissons, n’appuyons pas ! l’un dit : Voilà une jeune fille qui dansefameusement bien (c’était un clerc de notaire) ; l’autre : Voilà une jeune personnequi danse à ravir (c’était une dame en turban) ; la troisième, une femme de trenteans : Voilà une petite personne qui se danse pas mal ! Revenons au grand Marcel,et disons en parodiant son plus fameux mot : Que de choses dans un avant-deux !— Et allons un peu plus vite ! dit Blondet, tu marivaudes.— Isaure, reprit Bixiou qui regarda Blondet de travers, avait une simple robe decrêpe blanc ornée de rubans verts, un camélia dans ses cheveux, un camélia à saceinture, un autre camélia dans le bas de sa robe, et un camélia…— Allons, voilà les trois cents chèvres de Sancho !— C’est toute la littérature, mon cher ! Clarisse est un chef-d’œuvre, il a quatorzevolumes, et le plus obtus vaudevilliste te le racontera dans un acte. Pourvu que jel’amuse, de quoi te plains-tu ? Cette toilette était d’un effet délicieux, est-ce que tun’aimes pas le camélia ? veux-tu des dalhias ? Non. Eh ! bien, un marron, tiens ! ditBixiou qui jeta sans doute un marron à Blondet, car nous en entendîmes le bruit surl’assiette.— Allons, j’ai tort, continue ? dit Blondet.— Je reprends, dit Bixiou. « N’est-ce pas joli à épouser ? » dit Rastignac àBeaudenord en lui montrant la petite aux camélias blancs, purs et sans une feuillede moins. Rastignac était un des intimes de Godefroid. — « Eh ! bien, j’y pensais,lui répondit à l’oreille Godefroid. J’étais occupé à me dire qu’au lieu de trembler àtout moment dans son bonheur, de jeter à grand’peine un mot dans une oreilleinattentive, de regarder aux Italiens s’il y a une fleur rouge ou blanche dans unecoiffure, s’il y a au Bois une main gantée sur le panneau d’une voiture, comme cela
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text