23 pages
Français

La couleur du lait, Nell Leyshon - Extrait

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
23 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

ceci est mon livre et je l’écris de ma propre main. nous sommes en l’an de grâce mille huit cent trente et un, j’ai quinze ans et je suis assise à ma fenêtre. je vois beaucoup de choses. je vois les oiseaux qui piaillent dans le ciel. je vois les arbres je vois les feuilles. et chaque feuille a ses veines. chaque tronc a ses fissures. je suis pas très grande et mes cheveux ont la couleur du lait. je m’appelle mary et j’ai appris à écrire mon nom. m. a. r. y. ce sont les lettres de mon nom. je vais vous raconter les choses telles qu’elles sont arrivées mais je ne veux pas me précipiter comme les génisses au portail sinon je vais m’empiéger et de toute manière vous préférez sûrement que je commence par là que les gens commencent en général.
et c’est au commencement.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 31 octobre 2014
Nombre de lectures 14
Langue Français

Extrait

L A C O U L E U R D U L A I T
N E L L L E Y S H O N
L A C O U L E U R D U L A I T
roman
Traduit de l’anglais (Royaume-Uni) parKARINE LALECHÈRE
P H É B U S
Titre original : The Color of Milk
©Nell Leyshon, 2012. Première publication en Grande-Bretagne par Fig Tree, une marque du groupe Penguin.
Pour la traduction française : © Libella, Paris, 2014.
I.S.B.N. : 978-2-7529-0982-4
PRINTEMPS
ceci est mon livre et je l’écris de ma propre main. nous sommes en l’an de grâce mille huit cent trente et un, j’ai quinze ans et je suis assise à ma fenêtre. je vois beaucoup de choses. je vois les oiseaux qui piaillent dans le ciel. je vois les arbres je vois les feuilles. et chaque feuille a ses veines. chaque tronc a ses fissures. je suis pas très grande et mes cheveux ont la couleur du lait. je m’appelle mary et j’ai appris à écrire mon nom. m. a. r. y.ce sont les lettres de mon nom. je vais vous raconter les choses telles qu’elles sont arrivées mais je ne veux pas me précipiter comme les génisses au portail sinon je vais m’empiéger et de toute manière vous préférez sûrement que je commence par là que les gens commencent en général.
et c’est au commencement.
en l’an de grâce mille huit cent trente mon père habitait dans une ferme avec ses quatre filles et de ces quatre filles j’étais la dernière. dans la ferme il y avait aussi une mère et un grand-père. les animaux ne vivaient pas avec nous mais les agneaux rentraient le soir quand ils avaient perdu leur maman et qu’il fallait les nourrir. l’histoire commence en mille huit cent trente. l’an de grâce mille huit cent trente. il ne faisait pas chaud au commencement. non, il faisait froid et chaque brin d’herbe était brodé de givre. mais dès que le soleil est sorti les gelées s’en sont allées et les oiseaux ont chanté. je le sentais jusque dans mes jambes. c’est une chose qui m’arrive des fois. le soleil coule dans mes jambes et après il monte à ma tête. la sève gonflait les tiges et les feuilles se dépliaient. les oiseaux tapissaient le fond de leur nid. le monde se souvenait du printemps. je sais très bien où j’étais ce jour-là. j’étais aux poules. elles avaient été enfermées toute la matinée à pondre et
12
L A C O U L E U R D U L A I T
maintenant il fallait qu’elles courent et mangent les vers et les insectes qui rendent les œufs goûtus. il y avait même un peu d’herbe qui avait repoussé après les froids de l’hiver. j’ai tiré la porte du poulailler et le coq a sorti le premier. il paradait comme au défilé mais sans la musique. derrière les poules hésitaient et se demandaient quel temps qu’il faisait alors j’ai dû les aider à décider. puis j’ai entendu ma sœur beatrice. elle était au portail et elle criait mon nom. mary qu’est-ce tu fais donc là ? tu crois que je fais quoi ? on dirait que tu sors les poules. allons bon. c’est drôle parce que c’est point du tout ce que je faisais. je dansais avec le coq et puis il y a eu un grand festin et le cochon est arrivé et il s’est assis au bout de la table pour nous chanter une belle chanson. tu changeras donc jamais ? pourquoi faudrait-y que je change ? je suis pas mauvaise fille. c’est pas de causer que ton ouvrage se fera. et toi c’est pas de regarder ce que font les autres que ton ouvrage se fera. où c’est que t’étais d’abord ? à l’église. et les bêtes elles vont se nourrir toutes seules ? le bon dieu y pourvoira. ah oui ? et qui c’est qui traîne la mangeoire des poules ? c’est pas le bon dieu que je sache. il traîne pas ta mangeoire mais peut-être que c’est lui qui fait pousser ce qu’y a dedans. tu m’en diras tant. moi qui croyais que j’avais planté ces graines toute seule. tu devrais pas causer comme ça. je cause comme je veux.
L A C O U L E U R D U L A I T
13
un jour ça te vaudra des embêtements. des embêtements ? oui. des embêtements. j’ai mis mes mains sur mes hanches. des embêtements je m’en attire toujours. mais ça m’a jamais empêchée de dire qu’est-ce que je pensais. je vois ça. alors où c’est que t’étais ? je suis allée faire le ménage à l’église sinon il y a de la pous-sière. je sais ben qu’il y a de la poussière. je suis pas simplette. ah bon. t’es sûre mary ? je suis pas simplette et je suis pas lente non plus parce que je parie que c’est ce que t’allais dire. je suis rien de tout ça. après elle est retournée à la maison et je l’ai suivie jusqu’à la porte de la cuisine. seulement elle avait pas vu que la mère elle était là avec son seau de lait plein à ras bord. elle a accueilli beatrice avec un air qui disait qu’est-ce tu fais à l’intérieur à cette heure ? va donc travailler. beatrice est restée un moment à gober les mouches. puis elle a regardé la mère toute benoîte comme si elle se doutait pas que le lait il allait tourner. c’est mary qui m’a dit de rentrer. parce que tu me cher-chais. puis elle m’a fait les gros yeux pour que je me taise. file, a ordonné la mère. allez. alors beatrice est sortie. il restait que la mère et moi dans la cuisine. t’as été aux poules mary ? bien sûr que j’y ai été. tu m’as dit d’aller aux poules alors j’ai été aux poules. et les œufs y en avait combien ?
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text