22 pages
Français

L’Humaine Tragédie

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
22 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Anatole FranceLe Puits de sainte ClaireCalmann-Lévy, 1900 (pp. 135-244).À J. M. Rosny.VIIL’HUMAINE TRAGÉDIEΠᾶς δ’ὸδυνηϱὁς βίος ἀνθρώπων,ϰοῠ'ϰ ἒστι πόνων ᾰνάπαυσιςἀλλ’ὃ τι τοῦ ζῇν φὶλτερον, ἄλλοσϰότος ἀμπίσχων ϰρὐπτεινεφέλαις.(Eurip. Hipp. v. 190 et ….).IFRA GIOVANNIEn ce temps-là, celui qui, né d’un homme, était vrai fils de Dieu, et qui avait pris pour sa dame celle à qui pas plus qu’à la Mort nuln’ouvre la porte en souriant, le pauvre de Notre Seigneur Jésus-Christ, saint François, était monté au ciel. La terre, qu’il avait parfumée de ses vertus, gardait son corps nu et la semence de ses paroles. Ses fils spirituels se multipliaient parmi les peuples, car labénédiction d’Abraham était sur eux.Les rois et les reines ceignaient le cordon du pauvre de Jésus-Christ. Les hommes en foule cherchaient dans l’oubli de soi-même etdu monde le vrai contentement. Et, fuyant la joie, ils la trouvaient.L’ordre de Saint-François s’étendait sur toute la chrétienté ; les maisons des pauvres du Seigneur couvraient l’Italie, l’Espagne, lesGaules et les Allemagnes. Et une maison très sainte s’élevait dans la ville de Viterbe. Fra Giovanni y professait la pauvreté. Il vivaithumble et méprisé, et son âme était un jardin clos.Il eut, par révélation, la connaissance des vérités qui échappent aux hommes habiles et prudents. Et, bien qu’il fût ignorant et simple, ilsavait ce que ne savent point les docteurs du siècle.Il savait que le soin des richesses rend les hommes ...

Informations

Publié par
Nombre de lectures 79
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Extrait

IIVL’HUMAINE TRAGÉDIEÀ J. M. Rosny.(Eurip. Hipp. v. 190 et ….).Πᾶς δ’ὸδυνηϱὁς βίος ἀνθρώπων,ϰοῠ'ϰ ἒστι πόνων ᾰνάπαυσιςἀλλ’ὃ τι τοῦ ζῇν φὶλτερον, ἄλλοσϰότος ἀμπίσχων ϰρὐπτεινεφέλαις.IFRA GIOVANNIEn ce temps-là, celui qui, né d’un homme, était vrai fils de Dieu, et qui avait pris pour sa dame celle à qui pas plus qu’à la Mort nuln’ouvre la porte en souriant, le pauvre de Notre Seigneur Jésus-Christ, saint François, était monté au ciel. La terre, qu’il avait parfumée de ses vertus, gardait son corps nu et la semence de ses paroles. Ses fils spirituels se multipliaient parmi les peuples, car labénédiction d’Abraham était sur eux.Les rois et les reines ceignaient le cordon du pauvre de Jésus-Christ. Les hommes en foule cherchaient dans l’oubli de soi-même etdu monde le vrai contentement. Et, fuyant la joie, ils la trouvaient.L’ordre de Saint-François s’étendait sur toute la chrétienté ; les maisons des pauvres du Seigneur couvraient l’Italie, l’Espagne, lesGaules et les Allemagnes. Et une maison très sainte s’élevait dans la ville de Viterbe. Fra Giovanni y professait la pauvreté. Il vivaithumble et méprisé, et son âme était un jardin clos.Il eut, par révélation, la connaissance des vérités qui échappent aux hommes habiles et prudents. Et, bien qu’il fût ignorant et simple, ilsavait ce que ne savent point les docteurs du siècle.Il savait que le soin des richesses rend les hommes méchants et misérables, et que, naissant pauvres et nus, ils seraient heureux s’ilsvivaient tels qu’ils naquirent.Il était pauvre avec allégresse. Il se délectait dans l’obéissance. Et, renonçant à former des desseins, il goûtait le pain du cœur. Car lepoids des actions humaines est inique, et nous sommes des arbres qui portent des fruits empoisonnés. Il craignait d’agir, car l’effortest douloureux et vain. Il craignait de penser, car la pensée est mauvaise.Il était humble, sachant que l’homme n’a rien en propre dont il se puisse glorifier, et que la superbe endurcit les âmes. Et il savaitencore que ceux qui n’ont, pour tout bien, que les richesses de l’esprit, s’ils en font gloire, s’abaissent par cet endroit jusqu’auxpuissants de ce monde.Et fra Giovanni passait en humilité tous les moines de la maison de Viterbe. Le gardien du couvent, le saint frère Silvestre, étaitmoins bon que lui, parce que le maître est moins bon que le serviteur, la mère moins innocente que le petit enfant.Voyant que fra Giovanni avait coutume de se dépouiller de sa robe pour en vêtir les membres souffrants de Jésus-Christ, le gardienlui défendit, au nom de la sainte obéissance, de donner ses vêtements aux pauvres. Or, le jour que cette défense lui avait été faite,Giovanni alla, selon sa coutume, prier dans le bois qui couvre les pentes du Cunino. On était en hiver. La neige tombait et les loupsdescendaient dans les villages.Fra Giovanni, agenouillé au pied d’un chêne, parla à Dieu comme un ami à un ami et le supplia d’avoir pitié des orphelins, desveuves et des prisonniers ; pitié du maître du champ que pressent rudement les usuriers lombards ; pitié des daims et des biches dela forêt poursuivis par les chasseurs, du lièvre et de l’oiseau pris au piège. Et il fut ravi en extase, et il vit une main dans le ciel.Quand le soleil eut glissé derrière la montagne, l’homme de Dieu se leva et prit le chemin du couvent. Il rencontra, sur la route blancheet muette, un pauvre qui lui demanda l’aumône pour l’amour de Dieu.Anatole FranceLe Puits de sainte ClaireCalmann-Lévy, 1900 (pp. 135-244).
— Hélas ! lui répondit-il, je n’ai rien que ma robe et le gardien m’a défendu de la couper pour en donner la moitié. Je ne puis donc lapartager avec vous. Mais si vous m’aimez, mon fils, vous me la déroberez tout entière.Ayant entendu ces paroles, le pauvre dépouilla le moine de sa robe.Et fra Giovanni s’en alla nu sous la neige qui tombait, et il entra dans la ville. Comme il traversait la place, n’ayant qu’un linge autourdes reins, les enfants, qui jouaient et couraient, se moquèrent de lui. Pour lui faire injure, ils lui montraient le poing en passant lepouce entre l’index et le doigt du milieu, et ils lui jetaient de la neige mêlée de boue et de cailloux.Il y avait sur la place publique des pièces de bois destinées à la charpente d’une maison. Une de ces pièces de bois était placée entravers sur les autres. Deux enfants vinrent se poser chacun à un bout de cette poutre et ils se balancèrent. Ces deux enfants étaientde ceux qui avaient raillé le saint et lui avaient jeté des pierres.Il s’approcha d’eux en souriant, et il leur dit :— Chers petits, me permettez-vous de partager votre jeu ?Et, s’étant assis à l’un des bouts de la poutre, il se balança avec les enfants.Et des citoyens qui vinrent à passer dirent :— En vérité, cet homme est hors de raison.Mais après que les cloches eurent sonné l’Ave Maria, fra Giovanni se balançait encore. Et il advint que des prêtres de Rome, venus àViterbe pour visiter les Frères mendiants, dont le renom était grand dans le monde, passèrent sur la place publique. Et ayant ouï lesenfants qui criaient : « Voici le petit frère Giovanni, » ces prêtres s’approchèrent du moine et le saluèrent très honorablement. Mais lesaint homme ne leur rendit point le salut, et, faisant comme s’il ne les voyait pas, il continua de se balancer sur la poutre branlante. Etles prêtres se dirent entre eux :— Laissons cet homme. Il est tout à fait stupide.Alors fra Giovanni se réjouit, et son cœur fut inondé de délices. Car ces choses, il les accomplissait par humilité et pour l’amour deDieu. Et il mettait sa joie dans l’opprobre comme l’avare renferme son or dans un coffre de cèdre, armé d’une triple serrure.À la nuit, il alla frapper à la porte du couvent. Et, ayant été admis au dedans, il parut nu, sanglant et souillé de fange. Il sourit et dit :— Un voleur bienfaisant m’a pris ma robe et des enfants m’ont jugé digne de jouer avec eux.Mais les frères s’indignaient qu’il eût osé traverser la ville en un état si peu honorable.— I1 ne craint point, disaient-ils, d’exposer aux risées et à la honte le saint ordre de Saint-François. Il mérite un châtiment très rude.Le Général, averti qu’un grand scandale désolait le saint Ordre, assembla tous les frères du chapitre et fit mettre fra Giovanni àgenoux au milieu d’eux. Le visage tout enflammé de colère, il le réprimanda d’une voix rude. Puis il consulta l’assemblée sur la peinequ’il convenait d’infliger au coupable.Les uns voulaient qu’il fût mis en prison ou suspendu dans une cage au clocher de l’église. Les autres étaient d’avis qu’on l’enchaînâtcomme un fou.Et fra Giovanni leur disait, tout joyeux :— Vous avez bien raison, mes frères : je mérite ces châtiments, et de plus grands encore. Je ne suis bon qu’à perdre vainement tousles biens de Dieu et de mon Ordre.Et le frère Marcien, qui était d’une grande sévérité dans ses mœurs et dans ses maximes, s’écria :— N’entendez-vous point qu’il parle comme un hypocrite et que cette voix mielleuse sort d’un sépulcre blanchi ?Et fra Giovanni dit encore :— Frère Marcien, je suis capable de toutes les infamies, si Dieu ne me vient en aide.Cependant le Général méditait la conduite singulière de fra Giovanni, et il priait l’Esprit saint de l’inspirer dans le jugement qu’il allaitrendra. Et, à mesure qu’il priait, sa colère se changeait en admiration. Il avait connu saint François, du temps que cet ange, né d’unefemme, était de passage sur la terre, et l’exemple du préféré de Jésus l’avait instruit dans la beauté spirituelle.C’est pourquoi la lumière se fit dans son âme et il discerna dans les œuvres de fra Giovanni une céleste simplicité.— Mes frères, dit-il, loin de blâmer notre frère, admirons la grâce qu’il reçoit abondamment. En vérité, il est meilleur que nous. Cequ’il a fait, il l’a fait à l’imitation de Jésus-Christ, qui laissait venir à lui les petits enfants et qui souffrit que les bourreaux ledépouillassent de ses vêtements.Et il parla de la sorte au frère agenouillé :— Mon frère, voici la pénitence que je vous impose : Au nom de la sainte obéissance, je vous ordonne d’aller dans la campagne et,quand vous rencontrerez un pauvre, de le prier de vous dépouiller de votre tunique. Et quand il vous aura laissé nu, vous rentrerez
dans la ville et vous jouerez sur la place publique avec les enfants.Ayant ainsi parlé, le Général descendit de sa chaire et, relevant fra Giovanni, il s’agenouilla devant lui et lui baisa les pieds. Puis, setournant vers les moines assemblés, il leur dit :— En vérité, mes frères, cet homme est le jouet de Dieu.IILA LAMPEEn ce temps-là, fra Giovanni connut que les biens de ce monde viennent de Dieu, et qu’ils doivent être la part des pauvres, qui sontles préférés de Jésus-Christ.Les chrétiens célébraient la naissance du Sauveur ; et fra Giovanni était venu dans la ville d’Assise. Cette ville est sur une montagne.Et de cette montagne s’est levé le Soleil de charité.Or, l’avant-veille de Noël, fra Giovanni priait agenouillé devant l’autel sous lequel saint François repose dans une auge de pierre. Et ilméditait, songeant que saint François était né dans une étable, comme Jésus. Et tandis qu’il méditait, le sacristain vint lui demanderde vouloir bien garder l’église, pendant le temps qu’il souperait. L’église et l’autel étaient chargés d’ornements précieux. L’or etl’argent y abondaient, parce que les fils de saint François étaient déchus de la pauvreté première. Et ils avaient reçu les présents desreines.Fra Giovanni répondit au sacristain :— Mon frère, allez prendre votre repas. Et je garderai l’église au gré de Notre-Seigneur.Et, ayant ainsi parlé, il continua sa méditation. Et, tandis qu’il était seul, en prière, une pauvre femme vint dans l’église et lui demandal’aumône pour l’amour de Dieu.— Je n’ai rien, répondit le saint homme ; mais l’autel est chargé d’ornements, et je vais voir si je ne pourrais pas vous en donnerquelque chose.Une lampe d’or pendait au-dessus de l’autel, toute garnie de sonnettes d’argent. Et, considérant cette lampe, il se dit à lui-même :— Voici des sonnettes qui ne sont que de vains ornements. La véritable parure de cet autel, c’est le corps de saint François quirepose nu sous la dalle avec une pierre pour oreiller.Et, tirant son couteau de sa poche, il détacha les sonnettes l’une après l’autre et les donna à la pauvre femme.Et quand le sacristain, ayant pris son repas, revint dans l’église, fra Giovanni, le saint de Dieu, lui dit :— Mon frère, ne vous inquiétez pas au sujet des sonnettes qui se trouvaient à la lampe. Je les ai données à une pauvre femme qui enavait besoin.Et fra Giovanni avait agi de la sorte parce qu’il savait par révélation que toutes les choses en ce monde, appartenant à Dieu,appartiennent aux pauvres.Et il fut blâmé sur la terre par les hommes attachés aux richesses. Mais il fut trouvé louable aux regards de la bonté divine.IIILE DOCTEUR SÉRAPHIQUEFra Giovanni n’était point avancé dans la connaissance des lettres, et il se réjouissait de son ignorance comme d’une sourceabondante d’humiliations.Mais, ayant vu, dans le couvent de Sainte-Marie-des-Anges, plusieurs docteurs en théologie méditer sur les perfections de la TrèsSainte-Trinité et sur les mystères de la Passion, il douta s’ils n’avaient pas plus que lui l’amour de Dieu, par l’effet d’une plus grandeconnaissance.Il fut contristé dans son âme, et, pour la première fois, il tomba dans la tristesse. Et ce sentiment était contraire à son état. Car la joieest la part des pauvres.Il résolut de porter son inquiétude au général de l’Ordre, afin de s’en délivrer comme d’un fardeau inique. Or, Giovanni di Fidanza étaitalors général de l’Ordre.Dans les langes, il avait reçu de saint François le nom de Bonaventure. Il avait étudié la théologie à l’Université de Paris. Et il excellaitdans la science de l’amour, qui est la science de Dieu. Il connaissait les quatre degrés qui élèvent la créature au Créateur, et ilméditait le mystère des six ailes des chérubins. C’est pourquoi il était nommé le docteur séraphique.
Et il savait que la science est vaine sans l’amour. Fra Giovani l’alla trouver tandis qu’il se promenait dans le jardin, sur la terrasse quidomine la ville.Ce jour était un dimanche. Et les artisans de la ville et les paysans qui travaillent aux vignes gravissaient, au pied de la terrasse, la ruemontueuse qui conduit à l’Église.Et fra Giovanni, voyant frère Bonaventure dans le jardin, au milieu des lys, s’approcha de lui et dit :— Frère Bonaventure, ôtez de mon esprit le doute qui me tourmente et répondez-moi. Un ignorant peut-il aimer Dieu avec autantd’amour qu’un savant ?Et frère Bonaventure répondit :— Je voua le dis en vérité, fra Giovanni ; une pauvre vieille femme peut égaler et surpasser en l’amour de Dieu tous les docteurs enthéologie. Et comme la seule excellence de l’homme est dans l’amour, je vous le dis encore, mon frère : telle femme très ignorantesera élevée dans le ciel au-dessus des docteurs.Fra Giovanni, en entendant ces paroles, fut comblé de joie. Et, se penchant sur le mur bas du jardin, il regarda avec amour lespassants. Et il cria de toute sa voix :— Femmes pauvres, simples et ignorantes, vous serez placées dans le ciel bien au-dessus de frère Bonaventure.Et le docteur séraphique, au discours du bon frère, sourit parmi les lys du jardin.VILE PAIN SUR LA PIERREParce que le bon saint François avait dit à ses fils : « Allez, et mendiez votre pain de porte en porte », fra Giovanni fut, un jour, envoyédans une certaine ville. Ayant franchi le châtelet, il alla par les rues mendier son pain de porte en porte, selon la règle, pour l’amour de.ueiDMais les gens de cette ville étaient plus avares que les Lucquois et plus durs que les Pérugins. Les boulangers et les tanneurs quijouaient aux dés devant leur boutique repoussèrent avec de dures paroles le pauvre de Jésus-Christ. Et les jeunes femmes, tenantleur nouveau-né dans leurs bras, détournaient la tête.Et comme le bon frère, qui se réjouissait dans l’opprobre, souriait aux refus et aux injures :— Il se moque, disaient les habitants de la ville. C’est un insensé, ou plutôt un fainéant et un ivrogne. Il a bu trop de vin. Ce seraitpécher que de lui donner seulement une mie du pain de notre huche.Et le bon frère leur répondait :— Vous avez raison, mes amis ; je ne mérite point de vous faire pitié, et je ne suis pas digne de partager la nourriture de vos chienset de vos cochons.Les enfants qui, dans ce moment, sortaient de l’école, entendirent ces propos ; ils poursuivirent le saint homme en criant :— Au fou ! au fou !Et ils lui jetèrent de la boue et des pierres.Et fra Giovanni s’en alla dans la campagne. La ville était assise au penchant d’une colline, et elle était entourée de vignes etd’oliviers.Il descendit par un chemin creux et, voyant à ses côtés les grappes mûres de la vigne qui pendaient aux branches des ormeaux, ilétendit le bras, et bénit les raisins. Il bénit aussi les oliviers et les mûriers et tout le blé de la plaine. Cependant il avait faim et soif ; et ilse délectait dans la soif et la faim.An bout d’un chemin, il vit un bois de lauriers. C’était la coutume des frères mendiants d’aller prier dans les bois, parmi les pauvresanimaux à qui les hommes cruels font la chasse. C’est pourquoi fra Giovanni entra dans le bois et chemina sur le bord d’un ruisseauclair et chantant. Et il vit une pierre plate au bord de ce ruisseau.À ce moment, un jeune homme d’une beauté merveilleuse, vêtu d’une robe blanche, posa un pain sur la pierre et s’en alla.Et fra Giovanni, s’étant agenouillé, pria, disant :— Que vous êtes bon, mon Dieu, de faire servir votre pauvre par la main d’un de vos anges ! Ô pauvreté bénie ! Ô très magnifique ettrès riche pauvreté !Et il mangea le pain de l’ange et but l’eau de la fontaine. Et il fut fortifié dans son corps et dans son âme. Et une main invisible écrivitsur les murs de la ville : « Malheur aux riches ! »
VLA TABLE SOUS LE FIGUIERÀ l’exemple de saint François, son père bien-aimé, fra Giovanni allait dans l’hôpital de Viterbe soigner les lépreux. Il leur donnait àboire et lavait leurs plaies.Et s’ils blasphémaient, il leur disait : « Vous êtes les préférés de Jésus-Christ. » Et il y avait des lépreux très humbles qu’il assemblaitdans une chambre et avec lesquels il se réjouissait comme une mère au milieu de ses enfants.Mais les murs de l’hôpital étaient épais, et le jour n’entrait que par des fenêtres étroites et hautes. Et, dans cet air malin, les lépreuxavaient peine à vivre. Et fra Giovanni vit que l’un d’eux, nommé Lucide, qui était d’une grande patience, dépérissait dans l’airmauvais.Fra Giovanni aimait Lucide et il lUi disait :— Mon frère, vous êtes Lucide, et il n’est pas de pierre pLUs pure que votre cœur, aux yeux de Dieu.Et, s’apercevant que Lucide souffrait plus que les autres de l’odeur pernicieuse qu’on respirait dans l’hôtellerie, il lui dit un jour :— Ami Lucide, chère brebis du Seigneur, tandis qu’on respire ici la peste, nous buvons, dans les jardins de Sainte-Marie-des-Anges,le parfum des cytises. Venez avec moi dans la maison des petits frères. Vous y verrez et vous y goûterez le beau ciel, et vous serezsoulagé.En parlant de la sorte, il prit le lépreux par le bras, le couvrit de son manteau et le conduisit à Sainte-Marie-des-Anges.Arrivé à la porte du couvent, il appela le frère portier avec des cris joyeux :— Ouvrez, dit-il, ouvrez à l’ami que je vous amène. Il se nomme Lucide et il est bien nommé, car c’est une perle de patience.Le portier ouvrit la porte. Mais quand il vit entre les bras de fra Giovanni un homme dont le visage livide et comme muet était couvertd’écailles, il reconnut un lépreux. Et, tout épouvanté, il courut avertir le frère gardien. Ce gardien se nommait Andréa de Padoue, et ilmenait une vie très sainte. Pourtant, quand il apprit que fra Giovanni amenait un lépreux au couvent de Sainte-Marie-des-Anges, il futirrité. Il vint à lui, le visage enflammé de colère, et lui dit:— Restez dehors avec cet homme. Vous êtes insensé d’exposer ainsi vos frères à la contagion.Fra Giovanni, sans rien répondre, baissa la tête. Toute joie s’était effacée de son visage. Et Lucide, voyant sa peine :— Mon frère, lui dit-il, je suis affligé de ce que vous êtes contristé à cause de moi.Et fra Giovanni baisa le lépreux sur la joue.Puis il dit au gardien :— Mon père, me permettrez-vous de me tenir dehors auprès de cet homme et de partager mon repas avec lui ?Le gardien répondit :— Faites à votre volonté, puisque vous vous mettez au-dessus de la sainte obéissance.Et, ayant dit, il rentra dans la maison. — Il y avait devant la porte du couvent un banc de pierre sous un figuier. Sur ce banc, fraGiovanni posa son écuelle. Et tandis qu’il soupait avec le lépreux, le gardien se fit ouvrir la porte. Il vint se placer sous le figuier, et dit :— Fra Giovanni, pardonnez-moi de vous avoir offensé. Je viens partager votre repas.IVLA TENTATIONAlors Satan s’assit sur le penchant d’une colline et il regarda les maisons des Frères. Il était noir et beau, semblable à un jeuneÉgyptien. Et il songea dans son cœur :— Parce que je suis l’Adversaire et parce que je suis l’Autre, je tenterai ces moines, et je leur dirai ce que tait Celui qui leur est ami.Et j’affligerai ces religieux en leur disant la vérité et je les contristerai en prononçant des discours raisonnables. J’enfoncerai lapensée comme une épée dans leurs reins. Et quand ils sauront la vérité, ils seront malheureux. Car il n’y a de joie que dans l’illusion,et la paix ne se trouve que dans l’ignorance. Et parce que je suis le maître de ceux qui étudient la nature des plantes et des animaux,la vertu des pierres, les secrets du feu, le cours des astres et l’influence des planètes, les hommes m’ont nommé le Prince desTénèbres. Et ils m’appellent le Malin parce que fut construit par moi le cordeau au moyen duquel Ulpien redressa la loi. Et mon
Royaume est de ce monde. Or, je tenterai ces moines, et je leur ferai connaître que leurs œuvres sont mauvaises et que l’arbre deleur charité porte des fruits amers. Et je les tenterai sans haine et sans amour.Ainsi parla Satan dans son cœur. Cependant, comme les ombres du soir s’allongeaient au pied des collines, et comme fumaient lestoits des chaumières, le saint homme Giovanni sortit du bois où il avait coutume de prier, et il suivit le chemin de Sainte-Marie-des-Anges en disant :— Ma maison est la maison de délices, parce qu’elle est la maison de pauvreté.Et, ayant vu fra Giovanni qui cheminait, Satan songea :— Celui-ci est de ceux que je tenterai.Et il releva son manteau noir sur sa tête et il alla, par le chemin bordé de térébinthes, au devant du saint homme.Et il s’était rendu semblable à une veuve voilée. Quand il eut rejoint fra Giovanni, il prit une voix mielleuse pour lui demander l’aumône,disant :— Donnez-moi l’aumône pour l’amour de Celui qui vous est ami, et que je ne suis pas digne de nommer.Et fra Giovanni répondit :— Il se trouve que j’ai sur moi une petite tasse d’argent qu’un seigneur du pays m’a donnée pour qu’elle fût fondue et employée àl’autel de Sainte-Marie-des-Anges. Vous pouvez la prendre, madame ; j’irai demain prier le bon seigneur de m’en remettre une autredu même poids pour la sainte Vierge. Ainsi ses désirs seront accomplis et, de plus, vous aurez reçu l’aumône pour l’amour de Dieu.Satan prit la tasse et dit :— Bon frère, permettez à une pauvre veuve de baiser votre main. La main qui donne est douce et parfumée.Fra Giovanni répondit :— Madame, gardez-vous bien de me baiser la main. Éloignez-vous au contraire sans retard. Car, autant qu’il me semble, vous êtesbelle de visage, bien que noire comme le roi mage qui porta la myrrhe. Et il ne convient pas que je vous voie davantage. Car tout estpéril au solitaire. Ainsi donc, souffrez que je vous quitte, en vous recommandant à Dieu. Et pardonnez-moi si j’ai manqué de politesseà votre égard. Car le bon saint François avait coutume de dire : « La courtoisie sera la parure de mes fils, comme les fleurs ornent lescollines ».Mais Satan dit encore :— Mon bon père, enseignez-moi du moins une hôtellerie où je puisse passer honnêtement la nuit.Fra Giovanni répondit :— Allez, madame, dans la maison de Saint-Damien, chez les pauvres dames de Notre-Seigneur. Celle qui vous recevra est Claire, etc’est un clair miroir de pureté, et elle est la duchesse de Pauvreté.Et Satan dit encore :— Mon père, je suis une femme adultère et je me suis donnée à beaucoup d’hommes. Et fra Giovanni lui dit:— Madame, si je vous croyais chargée des péchés que vous dites, je vous demanderais comme un grand honneur la permission devous baiser les pieds, car je vaux bien moins que vous, et vos crimes sont petits au regard des miens. Pourtant, j’ai reçu des grâcesplus grandes que celles qui vous ont été accordées. Car alors que saint François et ses douze disciples étaient encore sur la terre,j’ai vécu avec des anges.Et Satan répliqua :— Mon père, quand je vous ai demandé l’aumône pour l’amour de Celui qui vous aime, je formais dans mon cœur un desseinmauvais. Et je veux vous en instruire. Je vais mendiant par les chemins sous un voile de veuve, afin de recueillir une somme d’argentque je destine à un homme de Pérouse qui jouit de mon corps, et qui s’est engagé, s’il recevait cette somme, à tuer par surprise unchevalier que je hais, parce que, m’étant offerte à lui, il m’a méprisée. Or, cette somme était imparfaite. Mais le poids de votre tassed’argent l’a complétée. Et l’aumône que vous m’avez faite sera le prix du sang. Vous avez vendu le juste. Car ce chevalier est chaste,sobre et pieux, et je le hais pour cela. Et c’est vous qui aurez causé sa mort. Vous avez mis un poids d’argent dans le plateau ducrime.En entendant ce discours, le bon fra Giovanni pleura. Et, se retirant à l’écart, il se mit à genoux dans un buisson d’épines et il pria leSeigneur, disant :— Seigneur, faites que ce crime ne retombe ni sur cette femme ni sur moi, ni sur aucune de vos créatures, mais qu’il soit porté sousvos pieds percés de clous et qu’il soit lavé dans votre sang précieux. Laissez tomber sur moi et sur ma sœur du grand chemin unegoutte d’hysope, et nous serons purifiés, et nous passerons la neige en blancheur.Cependant l’Adversaire s’éloigna, songeant :
— Je n’ai pu tenter cet homme, à cause de son extrême simplicité.IIVLE DOCTEUR SUBTILSatan revint s’asseoir sur la montagne qui, regardant Viterbe, rit sous sa couronne d’oliviers. Et il dit en son cœur :— Je tenterai cet homme.Il formait ce dessein en son esprit, parce qu’il avait vu fra Giovanni qui, ceint d’une corde et un sac sur l’épaule, traversait la prairie, serendant à la ville pour y mendier son pain, selon la règle.Et Satan prit l’apparence d’un saint évêque, et il descendit dans la prairie. Une mitre étincelante chargeait sa tête, et les pierres decette mitre jetaient des flammes véritables. Sa chape était couverte de figures brodées et peintes telles qu’aucun artisan au monden’en aurait pu faire de pareilles.Il y était représenté lui-même, dans la soie et l’or, sous les apparences d’un saint Georges et d’un saint Sébastien et aussi sous lesapparences de la vierge Catherine et de l’impératrice Hélène. La beauté de ces visages répandait le trouble et la tristesse. Et cettechape était d’un artifice merveilleux. Rien d’aussi riche ne se voit dans les trésors des églises.Ainsi, portant la mitre et la chape, et pareil en majesté à cet Ambroise dont Milan s’honore, Satan cheminait, appuyé sur sa crosse,dans la prairie en fleur.Et, s’approchant du saint homme, il lui dit :— La paix soit avec vous !Mais il ne dit point quelle était cette paix. Et fra Giovanni crut que c’était la paix du Seigneur.Il songea :— Cet évêque, qui me donne le salut de paix, fut sans doute en son vivant un saint pontife et un martyr inébranlable dans saconstance. C’est pourquoi Jésus-Christ a changé aux mains de son confesseur la crosse de bois en crosse d’or. Aujourd’hui ce saintest puissant dans le ciel. Et voici qu’après sa mort bienheureuse, il se promène dans la prairie peinte de fleurs et brodée de perlesde rosée.Ainsi pensa le saint homme Giovanni, et il ne s’étonna point. Et, ayant salué Satan avec une grande révérence, il lui dit :— Seigneur, vous êtes miséricordieux d’apparaître à un pauvre homme tel que moi. Mais cette prairie est si belle qu’il n’est passurprenant que les saints du paradis s’y promènent. Elle est peinte de fleurs et brodée de perles de rosée, et c’est un ouvrageaimable du Seigneur.Et Satan lui dit :— Ce n’est point la prairie, c’est ton cœur que je viens regarder ; et c’est pour te parler que je suis descendu de la montagne. J’ai,pendant les siècles, grandement disputé dans l’Église. Sur les assemblées des docteurs ma voix grondait comme la foudre, mapensée luisait comme l’éclair. Je suis très savant, et l’on me nomme le docteur Subtil. J’ai disputé avec les anges. Et je veux disputeravec toi.Fra Giovanni répondit :— Comment le pauvre petit homme que je suis pourrait-il disputer avec le docteur Subtil ? Je ne sais rien, et telle est ma stupidité,que je ne puis retenir dans ma tête que les chansons en langue vulgaire, quand on y a planté des rimes pour aider la mémoire,comme dans : Faites, Jésus, clair miroir, Que mon cœur ne soit pas noir ; ou dans : Sainte Marie, Vierge fleurie.Et Satan répondit :— Fra Giovanni, les dames de Venise s’amusent à montrer leur adresse en faisant entrer un grand nombre de pièces d’ivoire dansune boîte de cèdre qui semblait d’abord trop petite pour les contenir. C’est ainsi que j’introduirai dans ta tête des idées qu’on necroyait pas qu’elle pût recevoir. Et je te remplirai d’une sagesse nouvelle. Je te montrerai que, pensant marcher dans la droite voie, tuerres comme un homme ivre, et que tu pousses la charrue sans souci d’aligner les sillons.Fra Giovanni s’humilia, disant :— Il est vrai que je ne suis qu’un insensé et que je ne fais rien que de mal.Et Satan lui dit :— Que penses-tu de la pauvreté ?Le saint nomme répondit :
— Je pense que c’est une perle précieuse.Et Satan répliqua :— Tu prétends que la pauvreté est un grand bien, et tu ôtes aux pauvres une part de ce grand bien en leur faisant l’aumône.Et fra Giovanni songea et dit :— L’aumône que je fais, je la fais à Notre-Seigneur Jésus-Christ dont la pauvreté ne peut être diminuée. Car elle est infinie, et ellesort de lui comme une source inépuisable, et il la répand sur ses préférés. Et ceux-là seront toujours pauvres, selon la promesse dufils de Dieu. En donnant aux pauvres, je ne donne point aux hommes, mais à Dieu, comme les citoyens payent l’impôt au podestat, etl’impôt est pour la ville qui, par l’argent qu’elle en reçoit, pourvoit à ses besoins. Et ce que je donne est afin de paver la cité de Dieu. Ilest vain d’être pauvre de fait, si l’on n’est pauvre par l’esprit. Car la véritable pauvreté est esprit. La robe de bure, le cordon, lessandales, la besace et l’écuelle de bois n’en sont que les images mémorables. La pauvreté que j’aime est spirituelle et je lui dis :« Ma Dame », parce qu’elle est une idée, et que toute beauté est en cette idée.Satan sourit et répliqua :— Fra Giovanni, tes maximes sont celles d’un sage de la Grèce, nommé Diogène, qui enseignait aux universités, du temps oùguerroyait Alexandre de Macédoine.Et Satan dit encore :— Est-il vrai que tu méprises les biens de ce monde ?Et fra Giovanni répondit :— Je les méprise.Et Satan lui dit :— Vois que tu méprises en même temps les hommes laborieux qui, les produisant, accomplissent ainsi l’ordre qui a été donné àAdam, ton père, lorsqu’il lui a été dit : « Tu gagneras ton pain à la sueur de ton front. » Puisque le travail est bon, le fruit du travail estbon. Pourtant tu ne travailles pas et tu n’as pas souci du travail des autres. Mais tu reçois l’aumône et tu la donnes, au mépris de la loiimposée à Adam et à sa semence dans les siècles.— Hélas ! soupira le frère Giovanni, je suis chargé de crimes et l’homme du monde le plus scélérat et le plus inepte tout ensemble.Aussi ne me regardez point, et lisez au Livre. Notre Seigneur a dit : « Les lys des champs ne travaillent ni ne filent ». Et il a dit encore :« Marie a la bonne part qui ne lui sera pas ôtée. »Alors Satan leva la main, comme qui dispute et s’apprête à faire sur ses doigts le compte de ses arguments. Et il dit :— Giovanni, ce qui a été écrit d’un sens, tu le lis de l’autre et, étudiant ton livre, tu sembles moins un docteur au pupitre qu’un âne aurâtelier. Je vais donc te reprendre comme le maître reprend l’écolier. Il a été dit que les lys des champs n’ont point besoin de filer,parce qu’ils sont beaux, et que la beauté est une vertu. Et il est dit encore que Marie n’a pas à faire le ménage, puisqu’elle fait l’amouravec celui qui la visite. Mais toi qui n’es pas beau et qui ne t’instruis pas, comme Marie, dans les choses de l’amour, tu traînestristement par les chemins une vie ignominieuse.Giovanni répondit :— Seigneur, comme un peintre habile représente sur une étroite tablette de bois une ville entière avec ses maisons, ses tours et sesmurailles, de même vous avez peint en peu de mots mon âme et mon visage, avec une merveilleuse exactitude. Et je suis tout à faitce que vous dites. Mais si je suivais parfaitement la règle établie par saint François, l’ange du Seigneur, et si je pratiquais la pauvretéspirituelle, je serais le lys des champs et j’aurais la part de Marie.Et Satan l’interrompit et dit :— Tu prétends aimer les pauvres. Mais tu préfères le riche et ses richesses, et tu adores Celui qui possède et donne des trésors.Et Giovanni répondit :— Celui que j’aime possède, non les biens du corps, mais ceux de l’esprit.Et Satan répliqua :— Tous les biens sont de chair et se goûtent par la chair. Et cela, Épicure l’a enseigné et Horace le satirique l’a mis dans ses chants.Ayant écouté ce discours, le saint homme Giovanni soupira :— Seigneur, je ne vous entends point.Satan haussa les épaules et dit :— Mes paroles sont exactes et littérales et cet homme ne les entend pas. Et j’ai disputé avec Augustin et Jérôme, avec Grégoire etcelui qu’on a surnommé Bouche-d’Or. Et ceux-là m’entendaient moins encore. Les misérables hommes marchent à tâtons dans lesténèbres, et l’Erreur élève sur leurs têtes son dais immense. Les simples et les savants sont le jouet de l’éternel mensonge.
Et Satan dit encore au saint homme Giovanni :— As-tu le bonheur ? Si tu as le bonheur, je ne prévaudrai pas contre toi. Car l’homme ne pense que dans la douleur, et il ne méditeque dans la tristesse. Et tourmenté de craintes et de désirs, anxieux, il s’agite dans son lit et déchire son oreiller de mensonges.Pourquoi tenter cet homme ? Il est heureux.Mais frère Giovanni soupira :— Seigneur, je suis moins heureux depuis que je vous écoute. Et vos discours me troublent.En entendant ces paroles, Satan rejeta son bâton pastoral, sa mitre et sa chape. Et il parut nu. Il était noir et plus beau que le plusbeau des anges.Il sourit avec douceur, et dit au saint homme :— Rassure-toi, mon ami. Je suis le mauvais esprit.VIIILE CHARBON ARDENTOr, le frère Giovanni était simple de cœur et d’esprit, et sa langue était liée ; il ne savait pas parler aux hommes.Mais un jour qu’il priait selon sa coutume au pied d’une yeuse antique, un ange du Seigneur lui apparut et le salua, disant :— Je te salue parce que je suis celui qui visite les simples et qui annonce les mystères aux vierges.Et l’ange tenait dans sa main un charbon ardent. Il posa le charbon sur les lèvres du saint. Et il parla encore et dit :— Par ce feu, tes lèvres resteront pures et elles seront ardentes. Et la brûlure que j’ai faite y demeurera. Ta langue sera déliée et tuparleras aux hommes. Car il faut que les hommes entendent la parole de vie et qu’ils sachent qu’ils ne seront sauvés que par lasimplicité du cœur. C’est pourquoi le Seigneur a délié la langue du simple.Et l’ange retourna au ciel. Et le saint homme Giovanni fut saisi d’épouvante. Il pria et dit :— Mon Dieu, le trouble de mon cœur est si grand que je ne sens pas sur ma lèvre la douceur du feu qu’y a mis votre ange.» Vous voulez me châtier, Seigneur, puisque vous m’envoyez parler aux hommes qui ne m’entendront point. Je serai odieux à tous, etvos prêtres eux-mêmes diront : « Il blasphème ! »» Car votre raison est contraire à la raison des hommes. Mais que votre volonté soit accomplie.Et, s’étant levé, il alla vers la ville.XILA MAISON D’INNOCENCECe jour-là, fra Giovanni était sorti du couvent à l’heure matinale où les oiseaux s’éveillent en chantant. Et il allait à la ville. Et ilsongeait :— Je vais à la ville pour y mendier mon pain et pour donner du pain à ceux qui mendient ; et je donnerai ce que j’aurai reçu, et jerecevrai ce que j’aurai donné. Car il est bon de demander et de recevoir pour l’amour de Dieu. Et celui qui reçoit est le frère de celuiqui donne. Et il ne faut pas regarder si L’on est l’un ou l’autre de ces deux frères, parce que le don n’est rien, et que tout est dans lacharité.» Celui qui reçoit, s’il a la charité, est l’égal de celui qui donne. Mais celui qui vend est l’ennemi de celui qui achète, et le vendeurcontraint l’acheteur à lui être ennemi. Et en cela est la racine du mal qui empoisonne les villes, comme le venin du serpent est dans saqueue. Et il faut qu’une dame mette le pied sur la queue du serpent. Cette dame est la Pauvreté. Elle a déjà visité dans sa tour le roiLouis de France. Mais elle n’est point entrée chez les Florentins, parce qu’elle est chaste et qu’elle ne veut point mettre le pied dansun mauvais lieu. Or, la boutique du changeur est un mauvais lieu. Les banquiers et les changeurs y commettent le plus grand despéchés. Les prostituées pèchent dans les bouges, mais leur péché est moins grand que celui des banquiers et de quiconques’enrichit par la banque ou par le négoce.» En vérité, les banquiers et les changeurs n’entreront point dans le royaume des cieux, ni les boulangers, ni les droguistes, ni ceuxqui exercent l’art de la laine dont s’enorgueillit la ville de la Fleur. Parce qu’ils donnent un prix à l’or et qu’ils assignent un cours auchange, ils dressent des idoles à la face des hommes. Et, disant : « L’or a une valeur », ils mentent. Car l’or est plus vil que les feuillessèches qui, dans le vent d’automne, tournoient et bruissent au pied des térébinthes. Et il n’y a de précieux que le travail de l’homme,lorsque Dieu le regarde.
Or, tandis qu’il méditait de la sorte, fra Giovanni vit que la montagne était ouverte et que des hommes en tiraient des pierres. Et l’undes carriers demeurait couché sur la route, vêtu d’un lambeau d’étoffe grossière ; son corps avait reçu les morsures cuisantes dufroid et du chaud. Les os de ses épaules et de sa poitrine étaient comme à nu sur sa chair exténuée. Et une grande désolation coulaitdu creux noir de ses yeux.Fra Giovanni s’approcha de lui, disant :— La paix soit avec vous !Mais le carrier ne répondit rien ; il ne détourna pas la tête. Et fra Giovanni, croyant qu’il ne l’avait point entendu, dit encore :— La paix soit avec vous.Et il prononça les mêmes paroles une troisième fois.Alors le carrier le regarda avec fureur et lui dit :— Je n’aurai de paix qu’à ma mort. Va-t’en, maudite corneille dont les souhaits m’annoncent un bien trompeur ! Va crailler à de plussimples que moi ! Moi, je sais que la condition du carrier est tout entière malheureuse, et qu’il n’y a point de soulagement à samisère. J’arrache des pierres depuis le matin jusqu’au soir, et, pour prix de mon travail, je reçois un morceau de pain noir. Et quandmes bras seront moins forts que les pierres de la montagne, quand mon corps sera tout usé, je mourrai de faim.— Mon frère, dit le saint homme Giovanni, il n’est point juste que vous arrachiez beaucoup de pierres et ne receviez que peu de pain.Le carrier se dressa debout :— Moine, que vois-tu là-haut sur la colline ?— Mon frère, je vois les murs de la ville.— Et plus haut?— Je vois les toits des maisons qui dominent les remparts.— Et plus haut ?— Les cimes des pins, les dômes des églises et les campaniles.— Et plus haut encore ?— Je vois une tour qui domine toutes les autres. Des créneaux la couronnent. C’est la tour du Podestat.— Moine, que vois-tu sur les créneaux de cette tour ?— Mon frère, sur les créneaux de cette tour, je ne vois rien que le ciel.— Moi, dit le carrier, je vois sur cette tour une figure hideuse et géante qui brandit une massue, et sur cette massue je vois écrit :Iniquité. Et l’Iniquité est élevée au-dessus des citoyens sur la tour des magistrats et des lois.Et fra Giovanni répondit :— Ce que l’un voit, l’autre ne le voit pas, et il est possible que cette figure que vous dites soit placée sur la tour du Podestat, dans laville de Viterbe. Mais n’est-il pas un remède aux maux dont vous souffrez, mon frère ? Le bon saint François a laissé sur la terre unetelle fontaine de consolation que tous les hommes s’y peuvent rafraîchir.Et le carrier parla de la sorte :— Des hommes ont dit : « Cette montagne est à nous. » Et ces hommes sont mes maîtres, et c’est pour eux que je tire la pierre. Et ilsjouissent du fruit de mon travail.Fra Giovanni soupira :— Il faut que des hommes soient fous pour croire qu’ils possèdent une montagne.Le carrier répliqua ?— Ils ne sont point fous. Et les lois de la ville leur garantissent cette possession. Les citoyens leur paient les pierres que j’ai tirées. Etce sont des marbres d’un grand prix.Et fra Giovanni dit :— Il faudrait changer les lois de la ville et les mœurs des citoyens. Saint François, l’ange du Seigneur, a donné l’exemple et montré lavoie. Quand il résolut, sur l’ordre de Dieu, de relever l’église ruinée de Saint-Damien, il n’alla pas trouver le maître de la carrière. Et ilne dit point: « Apportez-moi les marbres les plus beaux et je vous donnerai de l’or en échange. » Car celui-là, qu’on nommait le fils deBernardone et qui était vrai fils de Dieu, savait que l’homme qui vend est l’ennemi de l’homme qui achète, et que l’art du négoce est
plus malfaisant, s’il est possible, que l’art de la guerre. Aussi ne s’adressa-t-il point aux maîtres maçons ni à aucun de ceux quidonnent du marbre, du bois et du plomb pour de l’argent. Mais il alla dans la montagne et il prit sa charge de bois et de pierres et il laporta lui-même au lieu consacré à la mémoire du bienheureux Damien. Il posa lui-même les pierres à l’aide du cordeau, pour formerles murs. Et il fit le ciment pour lier les pierres entre elles. Ce fut une humble et grossière enceinte. Ce fut l’œuvre d’un faible bras.Mais qui la contemple avec les yeux de l’âme y reconnaît la pensée d’un ange. Car le mortier de ce mur n’est point pétri du sang desmalheureux ; car cette maison de saint Damien ne fut point élevée avec les trente deniers qui ont payé le sang du Juste et qui, rejetéspar l’Iscariote, vont depuis lors, de main en main, par le monde, payer toute injustice et toute cruauté.» Car, seule entre toutes, cette maison est fondée sur l’innocence, établie sur l’amour, assise sur la charité, et seule entre toutes elleest la maison de Dieu.» Et je vous le dis en vérité, ouvrier mon frère, en faisant ces choses, le pauvre de Jésus- Christ a donné au monde l’exemple de lajustice, et sa folie paraîtra un jour sagesse. Car tout sur la terre est à Dieu, et nous sommes les enfants de Dieu, et les parts desenfants doivent être égales. C’est-à-dire que chacun doit prendre ce qu’il lui faut. Et parce que les grands ne demandent point debouillie, ni les petits ne boivent pas de vin, la part de chacun ne sera point la même, mais chacun aura la part convenable.» Et le travail sera joyeux quand il ne sera pas payé. Et c’est l’or inique qui seul fait l’inégalité des partages. Lorsque chacun irachercher sa pierre dans la montagne et la portera sur son dos à la ville, la pierre sera légère et ce sera la pierre d’allégresse. Et nousbâtirons la maison joyeuse. Et nous élèverons la cité nouvelle. Et il n’y aura ni pauvres ni riches, mais tous se diront pauvres, parcequ’ils voudront porter un nom qui les honore.Ainsi parla le doux fra Giovanni, et le carrier misérable songea :— Cet homme vêtu d’un linceul et ceint d’une corde a dit des choses nouvelles. Je ne verrai pas la fin de mes misères et je vaismourir de fatigue et de faim. Mais je mourrai heureux, car mes yeux, avant de s’éteindre, auront vu l’aube du jour de justice.XLES AMIS DU BIENOr, il y avait en ce temps-là, dans la ville très illustre de Viterbe, une confrérie formée de soixante vieillards. Et ces vieillardscomptaient parmi les principaux de la ville. Ils amassaient les honneurs et les richesses et professaient la vertu. Il se trouvait parmieux un gonfalonier de la République, des docteurs en l’un et l’autre droit, des juges, des marchands, des changeurs d’une éclatantepiété, et quelques vieux condottieres affaiblis par l’âge.Parce qu’ils s’étaient assemblés pour exciter les citoyens au bien, se rendant témoignage, ils se nommaient les Amis du bien. Cetitre était inscrit sur la bannière de la confrérie, et ils étaient d’accord pour persuader aux pauvres de faire le bien, afin qu’aucunchangement ne survint dans la ville.Ils avaient coutume de s’assembler le dernier jour de chaque mois, au palais du Podestat, pour connaître entre eux ce qui s’était faitde bien pendant le mois dans la ville. Et aux pauvres qui avaient fait le bien ils donnaient des pièces d’argent.Or, en ce jour, les Amis du bien tenaient leur assemblée. Il y avait au fond de la salle une estrade recouverte de velours et sur cetteestrade s’élevait un dais magnifique, supporté par quatre figures sculptées et peintes. Ces figures étaient la Justice, la Tempérance,la Force et la Chasteté. Les principaux de la confrérie siégeaient sous ce dais. Le doyen prit place au milieu d’eux dans une chaised’or, qui était à peine inférieure en richesse à ce trône que naguère le disciple de saint François vit préparé dans le ciel pour lepauvre du Seigneur. Ce siège avait été présenté au doyen, pour qu’en lui fût honoré tout le bien accompli dans la ville.Et, quand les membres de la confrérie furent rangés dans l’ordre convenable, le doyen se leva pour parler. Il félicita les servantes quiavaient servi leur maître sans recevoir de salaire, et il célébra les vieillards qui, n’ayant point de pain, n’en demandaient pas.Et il dit :— Ceux-là ont bien agi. Et nous les récompenserons ; car il importe que le bien soit récompensé, et il nous appartient d’en payer leprix, étant les premiers et les meilleurs de la cité.Après qu’il eut parlé, la foule du peuple qui se tenait debout au pied de l’estrade battit des mains.Mais quand ils eurent fini d’applaudir, fra Giovanni parla du milieu de la troupe misérable et demanda à haute voix :— Qu’est-ce que le bien ?Alors il se fit une grande rumeur dans l’assemblée. Le doyen s’écria :— Qui donc a parlé ?Et un homme roux qui s’était mêlé aux pauvres répondit :— C’est un moine nommé Giovanni, qui est l’opprobre de son couvent. Il va nu par les rues, portant ses habits sur sa tête, et il se livreà toutes sortes d’extravagances.Un boulanger dit ensuite :
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text