159 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
159 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Hector ServadacVoyages et aventures à travers le monde solaireJules Verne1877[1]Note des éditeurs :M. Jules Verne, en commençant la série des Voyages extraordinaires, a eu pourbut de faire connaître à ses lecteurs, sous la forme du roman, les diverses partiesdu monde. L’Afrique dans Cinq Semaines en ballon et les Aventures de troisRusses et de trois Anglais, l’Asie centrale dans Michel Strogoff, l’Amérique du Sudet l’Australie dans Les Enfants du capitaine Grant, les régions arctiques dans Lecapitaine Hatteras, l’Amérique septentrionale dans Le Pays des fourrures, lesdifférents océans du globe dans Vingt mille lieues sous les mers, le nouveau etl’ancien monde dans Le Tour du monde en 80 jours, etc., enfin un coin du ciel dansLe Voyage à la lune et Autour de la lune, telles sont les portions de l’univers qu’il ajusqu’ici fait parcourir aux lecteurs, à la suite de ses héros imaginaires.D’autre part, dans L’île mystérieuse, Le Chancellor, Le Docteur Ox, le Voyage aucentre de la terre, la Ville flottante, M. J. Verne a mis en scène différents faits de lascience moderne.Aujourd’hui, dans Hector Servadac, M. J. Verne continue cette série par un voyageà travers le monde solaire. Il dépasse de beaucoup cette fois l’orbite lunaire, ettransporte ses lecteurs à travers les trajectoires des principales planètes jusqu’au-delà de l’orbite de Jupiter. C’est donc là un roman « cosmographique ». L’extrêmefantaisie s’y allie à la science sans l’altérer. C’est ...

Informations

Publié par
Nombre de lectures 65
Langue Français
Poids de l'ouvrage 13 Mo

Extrait

Hector Servadac
Voyages et aventures à travers le monde solaire
Jules Verne
1877
[1]Note des éditeurs :
M. Jules Verne, en commençant la série des Voyages extraordinaires, a eu pour
but de faire connaître à ses lecteurs, sous la forme du roman, les diverses parties
du monde. L’Afrique dans Cinq Semaines en ballon et les Aventures de trois
Russes et de trois Anglais, l’Asie centrale dans Michel Strogoff, l’Amérique du Sud
et l’Australie dans Les Enfants du capitaine Grant, les régions arctiques dans Le
capitaine Hatteras, l’Amérique septentrionale dans Le Pays des fourrures, les
différents océans du globe dans Vingt mille lieues sous les mers, le nouveau et
l’ancien monde dans Le Tour du monde en 80 jours, etc., enfin un coin du ciel dans
Le Voyage à la lune et Autour de la lune, telles sont les portions de l’univers qu’il a
jusqu’ici fait parcourir aux lecteurs, à la suite de ses héros imaginaires.
D’autre part, dans L’île mystérieuse, Le Chancellor, Le Docteur Ox, le Voyage au
centre de la terre, la Ville flottante, M. J. Verne a mis en scène différents faits de la
science moderne.
Aujourd’hui, dans Hector Servadac, M. J. Verne continue cette série par un voyage
à travers le monde solaire. Il dépasse de beaucoup cette fois l’orbite lunaire, et
transporte ses lecteurs à travers les trajectoires des principales planètes jusqu’au-
delà de l’orbite de Jupiter. C’est donc là un roman « cosmographique ». L’extrême
fantaisie s’y allie à la science sans l’altérer. C’est l’histoire d’une hypothèse et des
conséquences qu’elle aurait si elle pouvait, par impossible, se réaliser. Ce roman
complétera la série des voyages dans l’univers céleste publiés, comme la plupart
des œuvres de M. Verne, dans le Magasin d’éducation ; il y a obtenu un succès
considérable, et partout, dès les premiers chapitres publiés, les traducteurs
autorisés par nous se sont mis à l’œuvre.
L e s Indes Noires, qui viennent de paraître, ont pour but de nous initier aux
mystérieux travaux des houillères. Et un autre roman, en préparation, Un Héros de
quinze ans, est destiné à nous conduire dans les parties les plus curieuses et les
plus nouvellement explorées du globe terrestre.
Il nous sera permis de dire ici que dans notre longue carrière d’éditeur nous
n’avons jamais rencontré un succès plus universel que celui de l’œuvre générale de
M. Jules Verne. Il est lu, il est populaire, son nom et son œuvre sont célèbres dans
tous les pays, comme ils le sont en France, et partout son succès est le même,
partout les lecteurs de tout âge lui font le même accueil.
L’œuvre complète de Jules Verne est traduite et se publie simultanément en
Russie, en Angleterre, aux États-Unis, en Allemagne, en Autriche, en Italie, en
Espagne, au Brésil, en Suède, en Hollande, en Portugal, en Grèce, en Croatie, en
Bohême, au Canada. Quelques-uns de ses livres ont été traduits même en Perse.
Aucun écrivain jusqu’à ce jour n’a porté plus loin le nom français et ne l’a fait
accepter et aimer dans un plus grand nombre de pays et dans des langues plus
différentes.
PREMIÈRE PARTIE :
Chapitre I. Le comte : « Voici ma carte. » – Le capitaine : « Voici la mienne.
».
Chapitre II. Dans lequel on photographie physiquement et moralement le
capitaine Servadac et son ordonnance Ben-Zouf.Chapitre III. Où l’on verra que l’inspiration poétique du capitaine Servadac est
interrompue par un choc malencontreux.
Chapitre IV. Qui permet au lecteur de multiplier à l’infini les points
d’exclamation et d’interrogation !
Chapitre V. Dans lequel il est parlé de quelques modifications apportées à
l’ordre physique, sans qu’on puisse en indiquer la cause.
Chapitre VI. Qui engage le lecteur à suivre le capitaine Servadac pendant sa
première excursion sur son nouveau domaine.
Chapitre VII. Dans lequel Ben-Zouf croit devoir se plaindre de la négligence
du gouverneur général à son égard.
Chapitre VIII. Où il est question de Vénus et de Mercure, qui menacent de
devenir des planètes d’achoppement.
Chapitre IX. Dans lequel le capitaine Servadac pose une série de demandes
qui restent sans réponses.
Chapitre X. Où, la lunette aux yeux, la sonde à la main, on cherche à retrouver
quelques vestiges de la province d’Alger.
Chapitre XI. Où le capitaine Servadac retrouve, épargné par la catastrophe,
un îlot qui n’est qu’une tombe.
Chapitre XII. Dans lequel, après avoir agi en marin, le lieutenant Procope s’en
remet à la volonté de Dieu.
Chapitre XIII. Où il est question du brigadier Murphy, du major Oliphant, du
caporal Pim, et d’un projectile qui se perd au-delà de l’horizon.
Chapitre XIV. Qui montre une certaine tension dans les relations
internationales et aboutit à une déconvenue géographique.
Chapitre XV. Dans lequel on discute pour arriver à découvrir une vérité dont
on s’approche peut-être.
Chapitre XVI. Dans lequel on verra le capitaine Servadac tenir dans sa main
tout ce qui reste d’un vaste continent.
Chapitre XVII. Qui pourrait sans inconvénient être très justement intitulé : du
même aux mêmes.
Chapitre XVIII. Qui traite de l’accueil fait au gouverneur général de l’île Gourbi
et des événements qui se sont accomplis pendant son absence.
Chapitre XIX. Dans lequel le capitaine Servadac est reconnu gouverneur
général de Gallia à l’unanimité des voix, y compris la sienne.
Chapitre XX. Qui tend à prouver qu’en regardant bien, on finit toujours par
apercevoir un feu à l’horizon.
Chapitre XXI. Où l’on verra quelle charmante surprise la nature fait, un beau
soir, aux habitants de Gallia.
Chapitre XXII. Qui se termine par une petite expérience assez curieuse de
physique amusante.
Chapitre XXIII. Qui traite d’un événement de haute importance, lequel met en
émoi toute la colonie Gallienne.
Chapitre XXIV. Dans lequel le capitaine Servadac et le lieutenant Procope
apprennent enfin le mot de cette énigme cosmographique.
DEUXIÈME PARTIE :
Chapitre I. Dans lequel on présente sans cérémonie le trente-sixième habitant
du sphéroïde gallien.
Chapitre II. Dont le dernier mot apprend au lecteur ce que, sans doute, il avait
déjà deviné.
Chapitre III. Quelques variations sur le vieux thème si connu des comètes du
monde solaire et autres.
Chapitre IV. Dans lequel on verra Palmyrin Rosette tellement enchanté de son
sort que cela donne beaucoup à réfléchir.
Chapitre V. Dans lequel l’élève Servadac est assez malmené par le
professeur Palmyrin Rosette.
Chapitre VI. Dans lequel on verra que Palmyrin Rosette est fondé à trouver
insuffisant le matériel de la colonie.
Chapitre VII. Où l’on verra qu’Isac trouve une magnifique occasion de prêter
son argent à plus de dix-huit cents pour cent.
Chapitre VIII. Dans lequel le professeur et ses élèves jonglent avec les
sextillions, les quintillions et autres multiples des milliards.
Chapitre IX. Dans lequel il sera uniquement question de Jupiter, surnommé le
grand troubleur de comètes.
Chapitre X. Dans lequel il sera nettement établi qu’il vaut mieux trafiquer sur la
terre que sur Gallia.
Chapitre XI. Dans lequel le monde savant de Gallia se lance, en idée, au
milieu des infinis de l’espace.
Chapitre XII. Comment on célébra le er janvier sur Gallia, et de quelle façon
se termina ce jour de fête.Chapitre XIII. Dans lequel le capitaine Servadac et ses compagnons font la
seule chose qu’il y eut à faire.
Chapitre XIV. Qui prouve que les humains ne sont pas faits pour graviter à
deux cent vingt millions de lieues du soleil.
Chapitre XV. Où se fait le récit des premières et dernières relations qui
s’établirent entre Palmyrin Rosette et Isac Hakhabut.
Chapitre XVI. Dans lequel le capitaine Servadac et Ben-Zouf partent et
reviennent comme ils étaient partis.
Chapitre XVII. Qui traite de la grande question du retour à la terre et de la
proposition hardie qui fut faite par le lieutenant Procope.
Chapitre XVIII. Dans lequel on verra que les galliens se préparent à
contempler d’un peu haut l’ensemble de leur astéroïde.
Chapitre XIX. Dans lequel on chiffre, minute par minute, les sensations et
impressions des passagers de

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text