33 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
33 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Éric Le MendiantPierre Zaccone1853Table des matièresI.II.III.IV.V.VI.VII.VIII.IX.Éric Le Mendiant : 1Le 15 juin 1848, un paysan et une jeune fille sortirent de bon matin du bourg de Lanmeur, et s’acheminèrent vers le petit village deSaint-Jean-du-Doigt, situé à quelques lieues de là, sur le bord de la mer.Il pouvait être sept heures.La journée promettait d’être superbe ; le ciel étendait au-dessus de leurs têtes son éclatante tenture bleue, frangée de nuagesblancs ; le soleil sortait étincelant des montagnes loin-taines ; le souffle frais du matin courbait les arbres en fleur, et semait sur laroute les gouttes odorantes que la rosée venait d’y verser. Il régnait de toutes parts un calme, une paix, une sorte de recueillementpieux, mêlé de doux et ineffables tressaille-ments ; on eût dit que la terre encore à demi assoupie luttait en soupirant contre lesdernières étreintes de la nuit, et qu’elle murmurait doucement sa prière au dieu du jour.Le paysan portait le costume breton dans toute son austère simplicité – Le chapeau rond à larges bords, la veste de drap noir, le longgilet brun, la ceinture de couleurs diverses, la culotte large et flottante, les guêtres de toile, et les souliers fer-rés. – Il était grand et fort,robuste et nerveux, fumait une pipe grossière, et s’appuyait, en marchant, sur un énorme p e u- b a s, ce rude instrument des v e n d e t t ebretonnes.Cet homme pouvait avoir une cinquantaine d’années envi-ron ; mais il était encore ...

Informations

Publié par
Nombre de lectures 98
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Extrait

Table des matières.IIIIII...VI.VVVIII...IIIV.XIÉric Le Mendiant : 1Éric Le MendiantPierre Zaccone3581Le 15 juin 1848, un paysan et une jeune fille sortirent de bon matin du bourg de Lanmeur, et s’acheminèrent vers le petit village deSaint-Jean-du-Doigt, situé à quelques lieues de là, sur le bord de la mer.Il pouvait être sept heures.La journée promettait d’être superbe ; le ciel étendait au-dessus de leurs têtes son éclatante tenture bleue, frangée de nuagesblancs ; le soleil sortait étincelant des montagnes loin-taines ; le souffle frais du matin courbait les arbres en fleur, et semait sur laroute les gouttes odorantes que la rosée venait d’y verser. Il régnait de toutes parts un calme, une paix, une sorte de recueillementpieux, mêlé de doux et ineffables tressaille-ments ; on eût dit que la terre encore à demi assoupie luttait en soupirant contre lesdernières étreintes de la nuit, et qu’elle murmurait doucement sa prière au dieu du jour.Le paysan portait le costume breton dans toute son austère simplicité – Le chapeau rond à larges bords, la veste de drap noir, le longgilet brun, la ceinture de couleurs diverses, la culotte large et flottante, les guêtres de toile, et les souliers fer-rés. – Il était grand et fort,robuste et nerveux, fumait une pipe grossière, et s’appuyait, en marchant, sur un énorme peu-bas, ce rude instrument des vendettebretonnes.Cet homme pouvait avoir une cinquantaine d’années envi-ron ; mais il était encore si extraordinairement bien taillé, son visage, quirappelait dans son ovale anguleux, le type primitif des Kimris, présentait un cachet si éclatant de fermeté et d’ardeur, il y avait dansson regard tant de feu, dans son allure, tant d’activité, que c’est à peine si on lui eût donné quarante ans.On l’appelait dans le pays le père Tanneguy, et c’était le dernier descendant mâle de la famille des Tanneguy-Duchâtel.Quant à la jeune fille qui le suivait, c’était sa propre fille ; elle s’appelait Margaït, ce qui veut dire Marguerite en breton.Marguerite avait seize ans : belle, comme doivent l’être les anges, elle n’avait point encore réveillé son âme, qui dormait enveloppéedans les douces illusions de l’enfance. Elle vivait auprès de son père, heureuse, souriante, folle, et ne cherchait point à devinerpourquoi, à de certains moments, elle sentait son cœur battre avec précipitation, pourquoi une tristesse indé-finie imprégnait parfoissa pensée d’amertume et de mélancolie : quand ces vagues aspirations s’emparaient d’elle, ouvrant tout à coup sous ses pas desroutes ignorées, elle accourait auprès de son père, lui racontait avec naïveté ses tourments et ses désirs ; et trouvant alors une forcesurnaturelle dans la parole douce et grave du vieillard, la tempête passionnelle soulevée dans son cœur se taisait, et la tristessefuyait, la laissant candide et calme comme auparavant !…Le jour elle courait, suivant dans ses capricieux détours la petite rivière artificielle qui alimentait les prairies dépendantes de la ferme :elle allait gaie, rieuse, folâtre, cueillant les perven-ches et les bluets, pourchassant le papillon aux ailes diaprées, écoutant le chantdes oiseaux ou le cri des bêtes fauves.Si elle rencontrait un malheureux qui lui tendait la main, elle ouvrait sans hésiter la petite bourse où elle renfermait le trésor de sesmodestes épargnes, et jetait généreusement une petite pièce d’argent dans la main du mendiant.Bien souvent elle rentrait à la ferme sans la moindre obole ; et alors si son père lui disait, en prenant un air grondeur :
– Margaït ! Margaït ! vous avez fait bien des folies !– Bon père, répondait-elle avec candeur, j’ai rencontré tant de malheureux !Et son père l’embrassait ; il était fier d’elle, comme elle était heureuse de lui.Aussi, quand Tanneguy, conduisant sa fille par la main se rendait le dimanche à l’église du bourg, c’était à qui chanterait sur leurpassage les plus jolis guerz bretons.Les vieillards saluaient le père qui passait gravement au milieu d’eux.Les jeunes gens souriaient à la jeune fille dont le regard éclatait de franche gaieté.C’était un doux murmure où l’admiration et le respect étaient mêlés et confondus, et qui les accompagnait jusqu’au seuil de la vieilleéglise gothique, comme un pieux et touchant concert !Telle était Margaït.Jamais le moindre souci n’était venu mettre une ride sur son front si pur ; jamais la plus légère inquiétude n’avait troublé la sérénitécalme de son cœur.Elle allait à travers la ville comme le voyageur à travers les forêts vierges de l’Amérique, écoutant avec ravissement les dou-cesharmonies de la nature, admirant les merveilles de cette vi-goureuse et féconde végétation, s’oubliant, enfin, dans la contemplationde sublimes beautés que l’art ne peut égaler.Margaït ne se doutait pas même des amères douleurs qui peuvent faire la vie triste et désespérée, et elle buvait sans crainte à lacoupe d’or des joies terrestres dans laquelle, jus-qu’alors, aucune larme n’était encore tombée de ses beaux yeux !Depuis quelque temps cependant Margaït grandissait à vue d’œil, ses formes se développaient avec grâce, ses épauless’arrondissaient comme sous l’amoureux ciseau d’un sculpteur invisible, une flamme discrète brillait sous ses paupières bru-nies.La pauvre enfant ne comprenait pas bien encore ce qui se passait dans son cœur ; elle s’étonnait naïvement de ces chan-gementsmerveilleux, et s’effrayait même quelquefois, en admi-rant le triple diadème de jeunesse, de grâce et de candeur dont la naturecouronnait son beau front.Le vieux Tanneguy et sa fille marchèrent ainsi pendant une heure environ, le premier, saluant de la voix et du geste les paysans quel’aube matinale appelait aux champs, la seconde, envoyant un bonjour et un sourire aux jeunes filles du bourg qui partaient pour lemarché. – Toutefois, il est bon de remarquer que ces échanges de politesse empruntaient, de la part des pas-sants, un caractèreparticulier de contrainte et de froideur ; mais le père Tanneguy n’y prit point garde… Peu à peu, la route devint plus solitaire ; ils nerencontrèrent, à de longs intervalles, que quelques voyageurs isolés, dont le visage leur était inconnu, et quand le soleil s’éleva àl’horizon, ils se trouvèrent seuls, à un endroit où la route se bifurque tout d’un coup.Il y a, en cet endroit deux chemins qui conduisent par des détours différents, à un même but. L’un, plus roide et plus ro-cailleux, offreau voyageur les sites pittoresques, mais nus et désolés de la côte ; l’autre, qui n’est qu’un petit sentier creux, descend par une penteinsensible jusqu’à la mer.Le vieux Tanneguy se tourna alors vers sa fille, et lisant d’avance dans ses yeux :– Margaït, lui dit-il, avec un tendre et paternel sourire, quel chemin prendrons-nous aujourd’hui ?…Margaït battit des mains sans répondre, frappa la terre de ses petits pieds impatients, et s’élança en poussant un doux cri de joievers le chemin creux.Le vieux Breton la regarda un moment s’enfoncer et dispa-raître dans le sentier plein d’ombre, puis, ayant secoué sur son pouce lacendre de sa pipe éteinte, il serra le peu-bas qu’il tenait à la main, et pressa le pas pour rejoindre sa fille.Le soleil s’était levé, et sa vive lumière semblait tomber en pluie d’or, à travers les branches d’arbres qui s’arrondissaient en berceauau-dessus du sentier : les oiseaux cachés sous les feuilles vertes saluaient les premières splendeurs du printemps ; et les deuxruisseaux qui côtoient le sentier, passaient en chan-tant, sous les fleurs embaumées de leurs rives !La nature a un langage inconnu et mélodieux qui remue profondément le cœur et fait doucement rêver.Le vieux Tanneguy sentit une singulière tristesse s’emparer de son esprit, et il laissa sa pensée s’envoler un moment vers les mondesinfinis de l’imagination.Quant à Margaït, elle était déjà loin !…Elle avait détaché le chapeau de paille aux larges bords, par lequel elle avait remplacé ce jour-là la coiffe traditionnelle des filles deBretagne ; ses longs cheveux flottaient au vent sur ses épaules, et la blonde enfant courait devant elle, avec un fol eni-vrement.De temps en temps seulement, quand après avoir arraché aux revers du chemin, bon nombre de fleurs bleues et jaunes, elle seretournait tout à coup, et n’apercevait plus derrière elle la silhouette aimée du vieux Tanneguy, elle remontait en courant la pentequ’elle venait de descendre et s’empressait de repren-dre, pour un moment, sa place accoutumée auprès de son père.Ce n’est pas que Margaït eût peur de se trouver ainsi seule au milieu du sentier ; Margaït n’avait peur que des farfadets et des
sorcières, et elle savait bien que les sorcières et les farfadets ne battent pas la campagne pendant le jour. Mais Margaït ai-mait sonpère, et quand les papillons, la brise ou les fleurs ne lui inspiraient plus de graves distractions, son cœur tout entier re-venait à sonpère bien-aimé !C’était une noble enfant que Marguerite, et le vieux Tanne-guy n’ignorait pas quel pur trésor Dieu lui avait envoyé !…Dans un de ces moments, où emportée loin de son père, par l’élan de sa course, la blonde enfant ne songeait plus qu’à pourchasserles papillons et les vertes demoiselles, elle atteignit un endroit solitaire où la route se dégage tout à coup des petites haies vives quijusque-là masquent l’horizon et permet au re-gard de planer au loin sur les vastes grèves de l’Océan.Soit que Marguerite se sentît touchée de la beauté du spectacle qui s’offrait si inopinément à ses yeux, soit qu’une au-tre cause eûtfait naître en elle un sentiment mêlé de crainte et de joie, elle s’arrêta aussitôt et croisa ses deux bras demi-nus sur sa poitrine ! Puis,comme si la gaieté qui l’avait accompa-gnée jusqu’alors, l’eût tout à coup abandonnée, comme si même une certaine terreur se fûtemparée d’elle, elle regarda instincti-vement à ses côtés ne sachant si elle devait avancer ou reculer !…Enfin, elle parut prendre son parti en brave, tourna vive-ment sur elle-même, et après un nouveau mouvement d’hésitation, elle repritsa course, et s’en alla rejoindre son père qu’elle ne tarda pas d’ailleurs à apercevoir.La cause des craintes et des hésitations de Marguerite, est trop naturelle et a trop d’importance dans cette histoire, pour que nous enfassions plus longtemps un secret au lecteur.Disons donc de suite, qu’au moment où la jeune fille attei-gnait l’extrémité du sentier où nous l’avons vue s’arrêter, un jeune homme,vêtu d’un costume élégant du matin, venait à elle, monté sur un magnifique cheval de race.C’était presque un enfant encore… Il avait des yeux vifs et noirs, de longs cheveux bruns qui tombaient en boucles le long de sestempes, et la petite moustache noire qui décrivait une courbe gracieuse sur sa lèvre, faisait ressortir la belle pâleur de sa peau…Le jeune cavalier n’avait point remarqué Marguerite, ou s’il l’avait remarquée, il ne l’avait assurément pas reconnue, car il continua saroute, sans chercher à accélérer le pas tranquille de sa monture.Son regard errait vaguement à droite et à gauche et sa pen-sée suivait son regard.Il rêvait !…Il rêvait… à ces mille choses douces ou graves, charmantes ou terribles, qui se présentent fatalement à tout homme qui en-tre dans lavie !…Il se disait qu’il avait vingt-deux ans déjà, que la vie s’ouvrait devant lui, et qu’il ne savait quelle route choisir, parmi toutes ces routesqui s’offraient à lui.Il se demandait quel sentiment inconnu, étrange, évoquait en son cœur enthousiaste le spectacle de l’Océan, ou cette su-blime ettriste harmonie des grandes solitudes.C’était un enfant encore, et devant le problème insondable et irrésolu de la vie humaine, il se sentait hésiter, et il avait peur !…Quand le vieux Tanneguy et le jeune cavalier se rencontrè-rent, le visage du premier parut s’épanouir, et il lui fit un signe de tête pleinde bienveillance et de sympathie. – Bonjour, mon-sieur Octave, lui dit-il en le saluant de la main, j’espère que vous voilà matinalaujourd’hui.Le jeune cavalier avait arrêté son cheval, et après s’être in-cliné devant le père de Marguerite, il avait envoyé à cette der-nière unsourire particulier qui témoignait de relations anté-rieures.Puis, il se retourna vers Tanneguy.– Il a bien fallu se lever de bonne heure, lui répondit-il en lui tendant une main que le Breton serra avec une affection toute paternelle,ma mère est allée à Morlaix ce matin, et je vais à sa rencontre.– Madame la comtesse est bien ?… demanda Tanneguy.– Fort bien, je vous remercie » répondit le jeune homme.– Ah ! nous avons souvent parlé de vous Marguerite et moi, poursuivit Tanneguy après un moment de silence ; il y a déjà quelquetemps qu’on ne vous a vu à la ferme, et je vous croyais reparti pour Paris…– Non, interrompit Octave, et je n’ai nulle envie de repartir encore… mais j’ai eu de graves préoccupations depuis que je ne vous aiuv– Des préoccupations politiques ?… fit le vieux Tanneguy en souriant avec bonhomie.– Peut-être bien ! répondit Octave en jetant à la dérobée un regard sur Marguerite.Marguerite devint rouge comme une cerise.Mais le jeune homme était pour le moins aussi embarrassé que la jeune fille, et après quelques paroles banales échangées encoreavec Tanneguy, il les salua tous deux par un geste gra-cieux, leur promit d’aller bientôt les voir à leur ferme de Lan-meur, et enfonça
lestement ses éperons dans les flancs de son cheval.La noble bête prit aussitôt le trot, et monture et cavalier disparurent un instant après aux regards de Tanneguy et de sa fille.Quand ces derniers l’eurent perdu de vue, ils reprirent si-lencieusement leur chemin, et se dirigèrent du côté de Saint-Jean-du-Doigt,dont on voyait déjà poindre à l’horizon les pre-mières maisons…À l’extrémité du village, sur une petite langue de terre, qui avançait presque aux bords de la grève, et derrière un bouquet d’arbrestouffus, dont les tons verts et vifs, se détachaient net-tement sur le fond sablonneux de la côte, s’élevaient les blan-ches muraillesd’une sorte de cottage solitaire.Dès qu’ils aperçurent cette charmante habitation, un rayon de joie brilla un moment dans les regards de Tanneguy et dans ceux de safille, et, instinctivement, ils pressèrent le pas et hâtè-rent leur marche…Cette habitation, c’était le presbytère de Saint-Jean-du-Doigt !…Éric Le Mendiant : 2Le bourg de Saint-Jean-du-Doigt est loin d’offrir à la curiosité du touriste ce que le touriste est habitué à chercher en Bretagne, c’est-à-dire des monuments d’une haute antiquité, ou quelque objet digne d’être soumis à l’appréciation des antiquaires de Paris. – À partson église dont quelques parties rappellent, avec assez de fidélité, l’architecture du quinzième siècle, et un vase d’argent richementciselé, que l’on y conserve comme un don authentique fait à la commune par la reine Anne, le petit bourg ne présente guère d’intérêtau voyageur, que sa position pittoresque, et la beauté du site qui l’environne !Le voisinage de la mer imprime à tout paysage un caractère de force et de grandeur ; il y a dans le spectacle de cette immensitésans horizon, comme dans la sauvage harmonie de ces vagues incessamment agitées, quelque chose qui fascine, tourmente leregard et imprègne l’âme d’une tristesse amère et douce à la fois…En présence de cette page sublime du livre de la nature, c’est en vain que l’on chercherait à nier Dieu… Dieu est là, il faut courber lefront et adorer !…Saint-Jean-du-Doigt est bâti sur les deux versants opposés d’une petite vallée, que la mer envahit souvent dans les jours de grandemarée.Par suite de cette disposition naturelle du village, la population s’est partagée presque également en marins et en laboureurs.Pendant la semaine, le village n’est habité que par les femmes, les vieillards infirmes et les mendiants ; quand le temps n’est pasabsolument mauvais, les laboureurs vont aux champs, tandis que les matelots gagnent la haute mer.Ce jour-là, Tanneguy et Marguerite ne furent donc pas surpris de trouver Saint-Jean-du-Doigt presque désert, et de n’apercevoir deloin en loin que quelques vieilles femmes occupées à filer le lin, ou quelques vieillards qui se rendaient à l’église.Ils traversèrent ainsi le petit village, et arrivèrent en peu de temps au presbytère.Cette habitation est l’une des plus heureusement situées de toute la côte ; placée sur le versant de l’est, elle domine à pic la vallée etla grève qui s’étend jusqu’aux extrémités les plus reculées de l’horizon. Rien n’a été négligé pour augmenter le charme de sasituation. À droite et à gauche de la cour d’entrée, s’élèvent deux bâtiments de forme rustique, où l’on enferme pendant la nuit lesbœufs et les chevaux de labour ; au fond se détache vivement sur le ciel bleu la silhouette blanche du presbytère, à moitié cachéderrière les arbres fruitiers du petit verger qui le précède.C’est là que résidait l’abbé Kersaint.Avant d’être curé de Saint-Jean-du-Doigt, il avait été longtemps vicaire à Lanmeur, et c’est dans cette dernière localité qu’il avaitconnu Tanneguy. C’est lui qui avait baptisé Marguerite, c’est lui encore qui avait donné à la femme de Tanneguy les suprêmesconsolations de la religion.L’abbé Kersaint était un de ces nobles et vénérables prêtres qui exercent leur saint ministère avec la sérénité d’une conscience pureet l’élan courageux d’une âme dévouée à l’humanité. À Saint-Jean-du-Doigt, comme à Lanmeur, il était devenu le père naturel des
pauvres de la commune, et, sur toute la côte, on ne prononçait son nom qu’avec une sainte et pieuse vénération.Tanneguy et Marguerite connaissaient le presbytère, pour y être venus fort souvent déjà ; ils poussèrent donc la porte sans sonner, etentrèrent dans la cour.Un énorme chien gardait le seuil de la porte, mais il reconnut vraisemblablement dans ces nouveaux hôtes deux figures deconnaissance, car après avoir relevé la tête, et fait entendre un grognement sourd et inarticulé, il se recoucha nonchalamment à deuxpas de sa niche, et regarda passer les visiteurs…Ainsi rassurée par l’attitude bienveillante du cerbère breton, la petite Marguerite quitta aussitôt la main de son père, et courut devant.elleDéjà les voyageurs avaient été signalés, et la blonde enfant atteignait à peine le seuil de la porte, que l’abbé Kersaint lui-mêmearrivait à leur rencontre.– C’est donc toi, Margaït, dit le vieillard en prenant les mains de l’enfant avec une paternelle tendresse, allons, voilà une bonnejournée, puisque je te vois, et que tu es en bonne santé…– Monsieur le curé est bien bon…– Et nous sommes toujours sage ?…Marguerite rougit un peu et leva les yeux vers son père qui approchait.L’abbé Kersaint fit quelques pas, et tendit cordialement la main à ce dernier.– Le ciel soit avec vous, Tanneguy, lui dit-il, vous êtes un heureux père, et c’est une chose rare que de vous voir sur la côte… il nevous est rien arrivé au moins depuis que je ne vous ai vu ?…– Oh ! rien, répondit Tanneguy en serrant la main que lui tendait le vieillard, rien, monsieur l’abbé, si ce n’est que la république nous aenvoyé quelques préoccupations que nous n’avions pas auparavant !… Mais, Dieu merci, tout prospère à Lanmeur ; la moissons’annonce bien ; les foins ont peut-être un peu souffert, mais les blés seront magnifiques, et tant qu’il y aura de quoi faire du pain aupays, les pauvres gens n’auront pas trop à se plaindre…– Vous avez raison, interrompit l’abbé avec un soupir, mais il y a bien des pauvres gens dans nos campagnes…En parlant ainsi, ils étaient entrés dans le presbytère ; l’abbé avait fait passer ses hôtes dans la salle à manger, et on leur avait serviune collation frugale.Toutefois, Marguerite grillait du désir de parcourir le jardin et le verger ; le bon curé s’en aperçut, il fit un signe à Tanneguy, et cedernier permit à l’enfant de s’éloigner.Cette dernière ne se le fit pas répéter, et quelques secondes après, on entendit les éclats de sa voix fraîche et sonore, retentir autourde l’habitation.– Une belle et joyeuse enfant que le bon Dieu vous a donnée là !… dit le vieil abbé, lorsque Marguerite eut disparu.Tanneguy sourit avec un faux air de modestie, à travers lequel éclatait tout ton orgueil de père.– C’est ma seule consolation, répondit-il gravement, Dieu m’avait repris la mère, c’était bien le moins, n’est-ce pas, qu’il m’envoyât unde ses anges pour la remplacer !…– Elle se fait grande déjà…– Seize ans à peine !…– Et vous ne songez point à la marier ?…Tanneguy sourit encore, et montrant du geste Marguerite qui courait en ce moment sous les fenêtres de la salle à manger :– La marier !… répondit-il, voyez-la… elle n’aime que les fleurs et les papillons ; elle naît à peine, la pauvre enfant ; je veux qu’elleignore longtemps encore les soucis et les préoccupations de la vie ; tant qu’elle le voudra, je serai là pour lui épargner les douleursqui sont le partage de la femme, et si Dieu me la conserve, comme il me l’a donnée, je ferai en sorte qu’elle ne connaisse de cemonde que les pures joies et les bonheurs réels…Puis le vieux Tanneguy ajouta, mais cette fois avec une sorte de complaisance paternelle :– D’ailleurs, dit-il, Marguerite sera un jour, s’il plaît à Dieu, le plus riche parti de Lanmeur. Voilà bientôt seize ans que je travaille pourelle… J’ai au pays une ferme qui m’appartient en propre, et qui est d’un assez bon rapport… j’ai acheté dernièrement quelques bonsarpents de terre ; avec une belle paire de bœufs, et quelques chevaux de labour, cela lui fera une dot présentable. Marguerite peutdonc attendre et choisir. Je la laisse libre. Elle a été élevée pieusement, je suis sûr d’elle comme de moi, et quand viendra le momentoù il me faudra la remettre aux mains de celui qu’elle aura choisi, je m’y résignerai sans crainte, bien certain d’avance que Dieu l’auraguidée dans son choix, et que son choix sera bon !…– Brave Tanneguy !… interrompit le bon curé avec bonhomie, vous avez été le meilleur des maris, vous serez le meilleur des pères.
– Oh ! ce me sera pénible de me séparer de ma jolie Marguerite, répondit Tanneguy en soupirant, mais je me suis fait à cette idéedepuis longtemps, et quand viendra l’heure, je serai prêt. D’ailleurs, ajouta-t-il avec un pâle et triste sourire, vous le savez bien,monsieur Kersaint, j’ai toujours nourri en moi un désir secret, celui de me retirer au bord de la mer. Cela me rappellera mon ancienmétier, et je m’ennuierai moins dans ma solitude si je puis, tous les matins, faire un tour sur la grève. Il y a longtemps que je seraisvenu habiter Saint-Jean-du-Doigt, si je n’avais pas vu au cimetière de Lanmeur, le tombeau de ma pauvre femme !– Une brave et digne femme ! interrompit l’abbé.– Ma petite Margaït sera son portrait, repartit Tanneguy : même beauté sereine, même vivacité, même cœur surtout !…Le vieil abbé suivait en ce moment les mouvements de Marguerite qui courait, éblouie par les rayons du soleil, presque enivrée parl’air vif et pur du matin. Une certaine gravité s’était tout à coup répandue sur ses traits, et il reporta doucement son regard sur levisage de Tanneguy.– Tanneguy, lui dit-il alors d’une voix lente et comme s’il eût pesé chacune de ses paroles, il y a bien longtemps que vous n’étiez venuau presbytère, et si vous aviez tardé encore quelques jours, mon intention était d’aller vous trouver à Lanmeur.– Vraiment !… fit Tanneguy dont l’œil s’éclaira d’une joie sympathique.– Oui, poursuivit l’abbé, j’avais besoin de vous voir !…– Est-ce qu’il serait survenu quelque changement dans votre position ?– Il ne s’agit pas de moi.– Et de qui donc ?– De vous, mon ami.Tanneguy regarda l’abbé avec étonnement ; jamais il ne l’avait vu si grave, et il sentait une vague terreur monter de son cœur ettroubler déjà son esprit.Pourtant, il tenta de faire bonne contenance.– Eh bien ! reprit-il après un moment de silence donné à la surprise et à l’étonnement, je suis heureux de vous avoir épargné levoyage ; je suis prêt à entendre ce que vous aviez à me dire !… et croyez bien d’avance que vous me trouverez tout disposé à suivrevos bons conseils.Le vieil abbé sembla alors se recueillir, puis il reprit :– Je ne sais, mon ami, dit-il, si vous connaissez au pays un homme que l’on a pris l’habitude de désigner sous la dénomination d’Éricle mendiant…– Je le connais, répondit Tanneguy en fronçant le sourcil.– Cet homme, poursuivit l’abbé, parcourt journellement les communes de la côte, et il va partout, semant les nouvelles bonnes oumauvaises, vraies ou fausses, qu’il a recueillies sur son chemin.– Je lui ai souvent fait l’aumône, et Margaït aussi !… objecta Tanneguy…– Cela ne m’étonne pas !… il prélève dans la contrée une dîme considérable, dont j’ai ouï dire qu’il faisait mauvais usage. C’est, jecrois, une nature perverse, mais cet homme n’est pas seulement méchant, il est encore très dangereux.– Je le sais !… fit Tanneguy.– Vous avez eu à vous en plaindre…– Une seule fois.– Et depuis, vous ne lui faites plus l’aumône ?…– Moi, je l’ai chassé de la ferme… mais Margaït lui donne, encore de temps à autre, à ce que j’ai appris.– Alors, je commence à m’expliquer l’espèce de haine qu’il vous a vouée.– Ah ! il me hait.– Il dit du moins beaucoup de mal de vous…– Mais on n’y ajoute pas foi…– Tanneguy, c’est une des erreurs les plus funestes des natures loyales et droites, de ne jamais croire à la puissance des méchants !… il est bien souvent difficile, même aux hommes les plus vertueux, de se préserver de leurs terribles atteintes.– Et qu’importe ce que cet Éric peut dire de moi ! s’écria Tanneguy en redressant le front avec une fierté pleine de noblesse ; il y avingt ans que j’habite le pays, monsieur l’abbé, et j’y ai assez d’amis dévoués, pour leur laisser le soin de me défendre contre les
calomnies de tous les mendiants…– Mais s’il ne s’agissait pas précisément de vous ?– Comment ?…– S’il s’agissait de Margaït, par exemple ?– Margaït !…– Vous ne resteriez pas, je le suppose, tout à fait aussi indifférent aux calomnies qui pourraient l’atteindre.– Il a dit du mal de Margaït !…Le père Tanneguy s’était levé à moitié, son visage avait tout à coup pâli, et sa main puissante et robuste s’appuyait carrément sur latable de chêne.Mais l’abbé Kersaint était trop l’ami de Tanneguy, pour ne pas aller jusqu’au bout, et il poursuivit, malgré la colère qui grondaitsourdement dans la poitrine du père de Margaït.– Mon ami, lui dit-il, je me suis promis de vous dire toute la vérité, et je ne veux vous en rien cacher. Éric a dit, et je vous le répète,pour vous mettre à même de prendre des mesures qui fassent cesser de telles calomnies, Éric a dit que depuis plusieurs mois vousreceviez fréquemment chez vous un jeune homme que sa position sociale devrait au contraire éloigner de Margaït.– Octave !… balbutia Tanneguy.– Octave ! répéta le curé ; je sais moi, et tous vos amis savent aussi que le jeune Octave passe chez, vous, qui êtes le fermier de samère, quand le désir d’aller chasser dans les environs l’a réveillé de bonne heure ; mais Éric voit les choses autrement, et il lesrépand avec des commentaires qui peuvent nuire à la réputation de Marguerite.– Le misérable !…grommela Tanneguy en enfonçant ses ongles dans la table.– Voilà ce qu’il dit, mon ami ; il est triste, il est douloureux, d’avoir à défendre une enfant aussi pure que Marguerite de pareillesindignités, mais malheureusement, plus les calomnies sont absurdes, plus elles trouvent de crédit auprès de nos paysans… Vous yaviserez… et dans peu, j’en suis sûr, il n’en sera plus question…Tanneguy ne répondit pas : son œil s’était ardemment fixé au parquet ; une pâleur livide s’était répandue sur ses joues, son cœurbattait à se rompre.Il se leva.– Monsieur l’abbé, dit-il alors d’une voix profondément émue, je vous remercie pour Marguerite et pour moi, vous avez le courage deme dire la vérité, et maintenant je comprends bien des choses que je ne parvenais pas à m’expliquer.– Quelles choses ? fit l’abbé.– Oh !… des riens ; les sourires des uns, l’air contraint des autres, la joie maligne de tous… l’infamie, monsieur l’abbé. Marguerite estperdue…– Y pensez-vous !…– Perdue, vous dis-je… Marguerite est pure comme la rosée de mai ; mais on ne le croit plus… je me vengerai.– Tanneguy !…– Ce n’est rien… soyez tranquille… j’aurai du calme, mais il y a du sang des Tanneguy dans mes veines, et nous verrons bien.– Que comptez-vous faire ?– Vous allez le savoir, et en peu de mots, comme il convient… Marguerite va retourner avec votre domestique, la vieille Jeanne, à maferme de Lanmeur… Moi, pendant ce temps, j’irai régler mes affaires avec l’intendant des Kerhor, et demain je quitterai le pays…– Partir !– Demain, monsieur l’abbé…– Vous reviendrez sur cette résolution.– Je ne partirai pas sans vous serrer la main, monsieur l’abbé, mais je partirai…En parlant ainsi, Tanneguy fit un geste d’adieu à l’abbé Kersaint, et franchit résolument le seuil de la porte.Cependant, on entendait toujours derrière les arbres du verger les éclats joyeux de la voix de Marguerite.
Éric Le Mendiant : 3En sortant de Saint-Jean-du-Doigt, deux chemins conduisent au château de Kerhor, habitation d’été de la mère d’Octave : l’un a étéétabli à grands frais pour les voitures ; l’autre s’est trouvé tout naturellement tracé par les piétons.En quittant le presbytère, Tanneguy se mit à gravir le petit sentier rocailleux qui suit les sinuosités capricieuses de la côte jusqu’auchâteau.Il était profondément agité.Son bâton s’appuyait, avec un bruit sec, sur les pointes vives du roc, et sa main en serrait rudement de temps à autre la poignée. Àmesure que l’on s’éloigne de Saint-Jean-du-Doigt, l’aspect du sol devient monotone, âpre et nu ; la végétation luxuriante de l’intérieurdes terres disparaît ; on n’aperçoit plus çà et là, que quelques pousses souffreteuses qui essayent de végéter sur les flancs infécondsdu roc, ou encore quelques prairies arides, où l’herbe a été flétrie et brûlée par les vents d’orage.Bien que les rayons d’un soleil éclatant éclairassent ce tableau, tout cela était d’une tristesse morne et désespérée, et Tanneguy enreçut une impression fâcheuse qui ajouta encore à ses cruelles préoccupations.Tout à coup, il s’arrêta.À quelques pas devant lui, et sur la pointe extrême d’un rocher qui dominait à pic toute la grève, venait de se dresser une misérablecabane recouverte de chaume.Sur le seuil de cette cabane, un homme assis nonchalamment, accommodait philosophiquement les guenilles dont il était vêtu.Cet homme, Tanneguy le reconnut de suite.C’était celui que, dans le pays, on appelait Éric le mendiant.Au cri sauvage que le vieux Breton poussa à cette vue, le mendiant releva la tête et pâlit.Par une sorte de divination magnétique, il avait pressenti quelque catastrophe, et conçut un moment la pensée de se soustraire àcette visite indiscrète… Mais il était déjà trop tard.Quand il voulut fuir, il se trouva en face du vieux Breton qui avançait.Il fallait faire contre mauvaise fortune bon cœur, et Éric, qui ne manquait pas d’adresse, alla résolument au-devant du danger.– Bonjour, monsieur Tanneguy, dit-il en se découvrant avec humilité devant le vieux descendant du connétable ; le pauvre Éric ne vousa point oublié ce matin dans ses prières, ni vous ni votre charmante fille, et s’il plaît à Dieu de les exaucer, les bénédictions du cieldescendront sur votre demeure.– Je vous remercie, Éric, répondit Tanneguy en se contenant de son mieux, les prières des pauvres sont agréables à Dieu, et je nedoute pas qu’il n’exauce les vôtres, si elles sont sincères.– En pouvez-vous douter ? fit Éric avec componction.– J’en ai douté quelquefois, repartit Tanneguy, dont les sourcils se froncèrent malgré lui.– Cependant…– Cependant, j’ai à vous parler, maître Éric.– À moi ?– À vous-même.– J’allais sortir.– Vous sortirez plus tard.
– Le matin, c’est le meilleur moment de la journée.– Eh bien ! je vous en tiendrai compte, objecta brusquement Tanneguy en lui jetant une pièce de monnaie que le mendiant se hâta deramasser ; mais j’ai à vous parler, et il faut que je vous parle !Le mendiant fit disparaître dans sa poche la pièce de monnaie qu’on venait de lui jeter, et montra sa cabane à Tanneguy, commepour l’inviter à y entrer.La cabane dont il s’agit avait été construite par le mendiant lui-même, avec quelques poutres que la mer avait jetées sur la côte unjour d’orage, et de la terre qu’il avait ramassée sur la route ; les pluies et les vents des nuits d’hiver l’avaient considérablementdétériorée, et le toit, qui se composait de mauvaise paille et de branches d’arbres desséchées, commençait déjà à s’effondrer. Maiscette habitation, quelque chétive qu’elle fût, suffisait à Éric, qui, d’ailleurs, n’y demeurait pas d’une manière régulière et continue ;dans les mauvais jours, il s’estimait encore heureux de trouver là un abri, qu’il n’était pas toujours certain de rencontrer ailleurs.Une ou deux bottes de paille jetées dans un coin lui servaient de lit, et la cabane n’avait pas d’autre ornement, si ce n’est un mauvaisescabeau boiteux, que le mendiant devait à la charité des domestiques du château de Kerhor.Quand Tanneguy fut entré, Éric s’allongea sur sa botte de paille, son peu-bas à gauche et sa besace à droite. Il avait fait sesréflexions : il avait deviné tout de suite ce dont il s’agissait, et il était décidé à affronter jusqu’au bout la colère du vieux Breton ; iln’ignorait pas que Tanneguy était violent, emporté, et qu’il ne s’arrêterait peut-être pas devant les conséquences extrêmes de sonemportement ; mais le mendiant se sentait fort, et, au surplus, il n’était pas fâché, que le hasard lui offrit l’occasion d’avoir uneexplication décisive avec le père de Marguerite.Il n’éprouva donc aucune émotion en voyant entrer ce dernier, et un sourire presque ironique vint même effleurer ses lèvres, lorsqu’ils’aperçut que Tanneguy parcourait silencieusement la cabane, sans savoir probablement de quelle façon entamer l’entretien.Éric eut pitié de lui ; il alla au-devant de ses désirs et commença :– Vous avez désiré me parler, monsieur Tanneguy, dit-il, me voilà tout prêt à vous écouter, et à vous rendre tous les services qu’unpauvre mendiant comme moi peut rendre. Je connais bien du monde au pays et ailleurs, sans me vanter, et si c’est pour avoir desrenseignements sur quelque bonne terre à acheter, je suis votre homme.– Ce n’est pas de cela qu’il s’agit.– Et de quoi donc ? demanda le mendiant avec une naïveté feinte.– Il s’agit de vous, et de vous seul, poursuivit Tanneguy, dont les joues se colorèrent vivement, et qui frappa le sol de son énormepeu-bas.Éric le regardait stupidement, et comme s’il eût vainement cherché à comprendre le sens de ses paroles.– De moi ? répondit-il avec un étonnement admirablement joué ; moi, monsieur Tanneguy, je suis un pauvre mendiant, qui doit sonexistence à la charité des habitants de la côte. Je serais trop heureux de pouvoir vous être utile à quelque chose…, et je le répète,pour cela je suis votre homme.– Soit ! fit Tanneguy en réprimant un mouvement d’impatience, vous vous obstinez à ne pas comprendre le sens très-clair de mesparoles, eh bien ! je parlerai avec encore plus de clarté… Écoutez moi donc, maître mendiant, et retenez bien surtout ce que je vaisvous dire, car je vous l’assure, il pourrait vous en coûter cher de l’oublier.En parlant ainsi, le vieux Breton serrait son peu-bas dans sa main crispée ; ses sourcils se fronçaient, et ses regards lançaientd’ardentes étincelles.Éric cependant suivait chacun de ses mouvements avec une impassibilité vraiment remarquable.Tanneguy reprit :– Il m’est revenu, dit-il d’une voix ferme et brève, que vous ne vous contentiez pas, dans vos courses de vagabond, d’implorer lacharité publique, et que vous ajoutiez encore à ce métier celui d’espion et de calomniateur.– Moi ? fit Éric, qui se sentit pâlir malgré lui.– Vous ! poursuivit Tanneguy, vous, Éric, le mendiant !… Et ce qu’il y a peut-être de plus lâche et de plus infâme dans ce rôle quevous jouez, c’est que vous vous gardez bien de vous en prendre à ceux qui pourraient vous faire taire en vous châtiant, ou se vengeren vous tuant, et que vous vous attaquez de préférence à des enfants qui n’ont d’autre défense que leurs larmes, ou d’autre refugeque leur silence !La physionomie de Tanneguy avait revêtu, pendant qu’il parlait, un caractère particulier d’ardente colère qui parut inquiétant à Éric.Toutefois, il surmonta cette inquiétude passagère, et essaya un sourire modeste.– On vous a trompé sur mon compte, monsieur Tanneguy, répondit-il ; je vas et viens à travers le pays, vivant des aumônes de tous, etl’idée ne m’est jamais venue de dire du mal de ceux qui me donnent !… Sans doute j’apprends et je vois beaucoup de choses envoyageant ainsi, et quand je rentre le soir dans ma pauvre cabane, j’ai souvent la mémoire bien plus remplie que ma besace ; mais jeprends le bon Dieu à témoin que jamais il ne m’est arrivé de raconter ce que j’apprenais ou ce que je voyais…
– Cependant on me l’a dit… objecta Tanneguy.– On vous aura trompé, repartit le mendiant qui reprenait peu à peu toute son assurance, et voyez-vous, ajouta-t-il avec une sorte decomplaisance nonchalante, il y en a qui m’aiment au pays et il y en a qui ne m’aiment pas… Les uns disent du bien de moi, les autresdisent du mal… c’est une chose qu’on ne peut pas empêcher, monsieur Tanneguy, et quand on a la conscience honnête, et qu’oncroit n’avoir rien à se reprocher, on va toujours son chemin, sans s’inquiéter des mauvaises gens, et des mauvais propos…Tanneguy s’arrêta à deux pas d’Éric.Les paroles du mendiant ne l’avaient pas calmé, ses sourcils s’étaient rapprochés, ses dents mordaient ses lèvres avec une fureurmal contenue.– C’est bien, dit-il d’un accent impérieux et comme s’il eût voulu imposer silence au mendiant, c’est bien, tu n’es pas coupable… tun’as rien dit, on m’a trompé… puisque tu l’assures, je te crois ; je ne veux plus parler de ce qui est arrivé, je veux seulement te donnerun avertissement pour l’avenir !… Il est possible que quelqu’un te paye pour venir espionner ce qui se passe chez moi, mais c’est unechose que je ne puis souffrir davantage, et que j’ai la ferme intention d’empêcher.– Et comment donc cela ? interrompit Éric avec un sourire presque moqueur.– En te défendant d’approcher de la ferme, répondit Tanneguy.Éric haussa les épaules :– Est-ce que ça se peut, ça ? dit-il en jouant avec son bâton ; je vais à Lanmeur tous les jours, et il n’y a que le bon Dieu qui puissem’empêcher d’y aller.– C’est ce que nous verrons, fit Tanneguy, qui s’enivrait peu à peu de sa propre colère.– Oh ! c’est tout vu !…– Tu viendras ?– J’irai !…– Même si je te le défends ?…– Surtout si vous me le défendez.– Misérable ! s’écria Tanneguy.Et sa figure prit aussitôt une expression terrible ; ses yeux s’injectèrent de sang, et il leva son bâton noueux sur la tête du mendiant.Ce dernier n’avait pas bougé ; seulement sa main s’était doucement glissée dans la besace qui gisait à ses côtés, et il en retira uninstant après une sorte de mauvais pistolet de poche qu’il y tenait constamment caché.Cependant, la colère de Tanneguy semblait s’être éteinte aussi vite qu’elle s’était allumée, et son arme demeura un momentsuspendue sur la tête d’Éric, sans qu’il pût se résoudre à la laisser retomber.Mais lorsqu’il aperçut le mouvement du mendiant, quand il vit que sa main s’était armée tout à coup du pistolet qu’il venait de retirerde sa besace, et qu’il paraissait disposé à en faire usage, sa colère se ranima instantanément, ses mains se crispèrent et d’un coupde peu-bas vigoureusement appliqué, il fit tomber à ses pieds le pistolet du mendiant.Éric fut comme abasourdi de cette soudaine attaque, il se releva d’un bond, et se jeta avidement sur le pistolet qui venait de luiéchapper.Mais déjà Tanneguy avait eu le temps de poser le pied sur l’arme, et son bâton s’était aussitôt relevé :Éric le regarda stupidement, ne sachant pas trop s’il devait reculer ou avancer.– Vous êtes un misérable, maître Éric, dit enfin le vieux Breton, mais cette fois d’une voix plus calme, et si je n’avais écouté que macolère, j’aurais vengé, d’un seul coup, tous les honnêtes gens de la commune, que vous avez calomniés, comme ma pauvreMargaït… mais vous ne perdrez rien pour attendre, je vous le prédis, si vous continuez à vous faire ainsi le digne instrument desvengeances du château.Et comme Éric, muet et immobile, ne quittait pas des yeux le pistolet sur lequel Tanneguy avait mis le pied :– Prenez-y garde, poursuivit ce dernier en lançant d’un coup de peu-bas l’arme dehors la cabane, prenez-y garde, maître Éric, vousjouez là un vilain jeu, qui vous conduira peut être plus loin que vous ne voudriez aller… C’est tout ce que je puis vous dire, aujourd’hui ;mais nous pourrons renouer cette conversation, si le désir vous prend jamais de revenir rôder autour de la ferme !…En parlant ainsi, Tanneguy gagna la porte, et disparut bientôt dans le sentier de Kerhor.Éric l’avait suivi jusque sur le seuil ; quand il l’eut vu disparaître, il rentra dans la cabane, passa tranquillement sa besace à son cou etreleva son bâton.– Si vous le voulez bien, monsieur Tanneguy, se dit-il alors, et tout en ajustant ses haillons, c’est ce soir que nous reprendrons la
conversation.Et il s’éloigna rapidement, en prenant la direction de Saint-Jean-du-Doigt.Éric Le Mendiant : 4Vers la fin du jour, Marguerite se trouvait dans sa chambre, et elle songeait tristement à tous les événements qui s’étaient succédédepuis quelques heures seulement.Marguerite savait les projets de départ de son père, et son cœur se brisait quand elle venait à penser que, sous peu de jours, que lelendemain peut-être, il lui faudrait quitter ce pays, où elle se sentait retenue par des liens mystérieux et irrésistibles : quand cetteamère pensée s’emparait de son esprit, l’image sombre et désespérée d’Octave passait devant elle, et ses yeux s’emplissaient delarmes.Marguerite aimait Octave d’une sainte et pure amitié ; mais l’amitié d’une enfant naïve comme elle aboutit souvent à l’amour.Depuis quelque temps surtout, la pauvre Marguerite éprouvait à l’approche d’Octave de singuliers symptômes qui jetaient biensouvent le trouble et l’effroi dans son esprit. Son cœur battait plus vite dans sa poitrine ; le sang circulait plus ardent dans ses veines ;tout son corps tressaillait d’une joie sans seconde quand, par hasard, sa main rencontrait la sienne. La nuit, Marguerite avait desinsomnies étranges ; aux pâles rayons de la lune, il lui semblait voir les anges, ses sœurs, s’asseoir à son chevet, et la contemplertristement ; elle s’effrayait malgré elle, et, par une contradiction qu’elle ne pouvait comprendre, elle aimait ce trouble, cette frayeur,cette vague inquiétude dont son âme était pleine.Qu’allait-elle devenir quand il lui faudrait s’éloigner ? quand il lui faudrait quitter le bourg pour n’y plus revenir ? quand il lui faudraitrenoncer à revoir jamais Octave ?Marguerite ne se sentait pas la force de lutter contre la volonté de son père ; elle n’en avait ni le courage ni la pensée ; elle étaitdécidée d’avance à faire le sacrifice de son amour, à mourir lentement, plutôt que d’attrister, par un refus, la vieillesse de son père ;et cependant combien de larmes, combien de tristesses, de désespoirs !…La vieille Jeanne, la servante de l’abbé Kersaint, n’avait pas quitté Marguerite ; il se faisait tard cependant, et c était l’heure du repos.La vieille Jeanne se mit en devoir d’aider la fille de Tanneguy à se dépouiller de ses vêtements du jour.Ces soins arrachèrent pour un moment Marguerite à ses tristes préoccupations. La femme redevenait enfant, pour admirer chaqueparure qu’on lui ôtait, et elle ne se lassait de regarder sa petite glace, comme pour s’assurer qu’elle restait jolie.Tantôt c’était son collier de perles blanches qu’on lui enlevait, et elle redressait avec fierté son beau col de cygne, aussi blanc que laneige. Une autre fois c’était son surtout de drap piqué que la vieille allait déposer dans un grand bahut sculpté, et son regardcaressait avec amour les contours délicieux de sa taille ; mais ce fut surtout lorsque Jeanne détacha le nœud qui retenait ses cheveuxet qu’elle les sentit retomber en longues boucles sur ses épaules et son sein nus, qu’elle se prit à rougir, croisant ses deux bras sur sagorge naissante par un geste plein de pudeur.Elle était si belle ainsi ! Il y avait dans sa pose tant de chasteté et de beauté ; son regard à demi voilé étincelait de tant d’amourcontenu et de tant de pudeur, que la vieille Jeanne s’arrêta un instant pour la contempler et l’admirer. Elle était belle, et sainte, etpure ; le vent des passions terrestres n’avait point encore soufflé sur cette frêle enveloppe ; son cœur était aussi pur que son âme,son âme était aussi blanche qu’au sortir des mains de Dieu !Quand Marguerite vit que Jeanne restait debout devant elle, plongée dans une admiration muette, elle jeta un petit rire, vif et douxcomme un cri d’oiseau, et alla elle-même prendre un long vêtement de toile blanche, puis, s’étant assurée que tout aide étrangère luiétait désormais inutile, elle congédia Jeanne, et demeura seule.Alors, elle se reprit encore à songer à son départ, essaya de mettre en ordre tous les objets qu’elle allait emporter, et commel’horloge de Lanmeur sonnait onze heures, elle alla s’agenouiller près de son lit, et commença sa prière, les mains jointes, les yeuxlevés au ciel.Mais à peine eut-elle commencé, qu’une émotion fébrile fit trembler ses mains, elle baissa les yeux, et s’étant détournée avecvivacité, elle aperçut un homme debout au milieu de la chambre.
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text