16 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
16 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

BouddhaJules Claretie1888Sommaire1 I.2 II.3 III.4 IV.5 V.I.Sur le balcon du Cercle des Armées de Terre et de Mer, en achevant leur café, ilscausaient, se retrouvant là après des mois et des mois, des mois d’exil, demaladie, de batailles, de blessures. En tête-à-tête, dans le délicieux bavardage dupremier cigare, après le café, les deux camarades souriaient, évoquant les annéesenfuies, les souvenirs de l’École, les promenades militaires, les jours de sortie,d’examen ou d’escapade, et la première épaulette et la dernière revue, la revued’hier, à Longchamps, devant les tribunes, ce défilé des T o n k i n o i s sous lesacclamations d’une foule, les sourires des mères, les bravos des anciens, leslarmes des femmes.Tous deux décorés de la Légion d’honneur, l’un des deux amis, la taille fine serréedans la redingote bourgeoise, regardait, sur la tunique bleu de ciel des officiers deturcos que portait son camarade, la médaille d’argent qui pendait au bout du largeruban semé de vert clair et de jaune, avec ses noms barbares représentant deuxans de sacrifices, deux ans d’héroïsme : Son-Tay, Bac-Ninh, Fou-Tcheou,Formose, Tuyen-Quan, Pescadores ; — et tout en fumant, il se disait qu’il en avaitfallu du sang de braves gens, Africains, Alsaciens, Bretons, Berrichons, petitstroupiers, fantassins, fusiliers marins, chasseurs à cheval, soldats du train, et tantd’autres, tant d’autres, pour écrire là, sur une médaille d’argent, ces deux dates :1883-1885, et les ...

Informations

Publié par
Nombre de lectures 86
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Extrait

Sommaire.I 1.II 234  IIIVI...V 5BouddhaJules Claretie8881.ISur le balcon du Cercle des Armées de Terre et de Mer, en achevant leur café, ilscausaient, se retrouvant là après des mois et des mois, des mois d’exil, demaladie, de batailles, de blessures. En tête-à-tête, dans le délicieux bavardage dupremier cigare, après le café, les deux camarades souriaient, évoquant les annéesenfuies, les souvenirs de l’École, les promenades militaires, les jours de sortie,d’examen ou d’escapade, et la première épaulette et la dernière revue, la revued’hier, à Longchamps, devant les tribunes, ce défilé des Tonkinois sous lesacclamations d’une foule, les sourires des mères, les bravos des anciens, leslarmes des femmes.Tous deux décorés de la Légion d’honneur, l’un des deux amis, la taille fine serréedans la redingote bourgeoise, regardait, sur la tunique bleu de ciel des officiers deturcos que portait son camarade, la médaille d’argent qui pendait au bout du largeruban semé de vert clair et de jaune, avec ses noms barbares représentant deuxans de sacrifices, deux ans d’héroïsme : Son-Tay, Bac-Ninh, Fou-Tcheou,Formose, Tuyen-Quan, Pescadores ; — et tout en fumant, il se disait qu’il en avaitfallu du sang de braves gens, Africains, Alsaciens, Bretons, Berrichons, petitstroupiers, fantassins, fusiliers marins, chasseurs à cheval, soldats du train, et tantd’autres, tant d’autres, pour écrire là, sur une médaille d’argent, ces deux dates :1883-1885, et les quarante-huit lettres de ces six noms de victoires !L’officier de turcos — vingt-huit ou trente ans, blond, gai, souriant, la joue bronzée àpeine par le hâle de la mer et du vent d’Asie — regardait devant lui, le coudeappuyé sur la balustrade du balcon en fer forgé. Il regardait devant lui et se sentaitheureux de vivre, humant l’air plus frais de ce soir d’août après une journée chaude.Un brouhaha de fiacres, d’omnibus, un vague murmure de voix montaient del’Avenue de l’Opéra comme un lointain bruit de houle, et là, sous ses yeux, commeun décor, se découpait sur le ciel tout bleu la masse blanche de l’Opéra, éclairéefantastiquement par la lumière électrique, l’Opéra, illuminé, avec des silhouettesnoires allant et venant sur les marches, et les deux groupes sculptés se détachantavec de vagues reflets d’or, tandis que l’Apollon géant se perdait plus haut, dans lebleu noir, comme une ombre géante.Et c’était une féerie pour l’exilé, retour d’Asie, de respirer cette atmosphère deParis, cet air, ce bruit, cette poussière de Paris ; il se détournait, pour regarder,après l’Opéra, la double file de lumières de l’avenue aboutissant, là-bas, à uneautre masse lumineuse dont les traînées de gaz flambaient au loin : la Comédie-Française. Tout Paris dans un coin de Paris ! Le boulevard deux pas, là, sous sonregard, et des passants, et des voitures, dont les lanternes filaient comme deslucioles, et des femmes en toilettes claires, et la griserie d’un soir d’été, avec lacaresse molle d’une chaleur qui tombe et le sourd murmure indistinct de la foule, cemurmure fait de causeries, de rires, de propos envolés, perdus comme cette fuméede cigare....
... Et pendant un moment il restait là, appuyant sa tête au dossier de la chaisecannée, comme se laissant aller sur un rocking-chair ; et il n’écoutait rien,n’entendait rien, ni le bruit mâle des voix des camarades qui arrivait jusqu’au balconpar les fenêtres ouvertes du Cercle, ni les causeries des voisins, attablés prèsd’eux sur le balcon et prenant le kummel.— Alors, dit brusquement le jeune homme en habit bourgeois, il te plaît toujours, cediable de Paris ?— S’il me plaît ?Et le turco leva la main avec une sorte de respect passionné, un geste devénération ardente, comme s’il se fût agi d’une femme.— C’est-à-dire que je le trouve plus adorable que jamais ! Je ne sais pas, vrai, jene sais pas comment on peut vivre loin de lui ! Je me demande comment j’ai pupasser sans mourir d’ennui mes années de campagne. Et quand je pense que jel’ai quitté, ce Paris, pour Alger et le Tonkin avec une joie de collégien échappant aubahut ! Parisien jusqu’aux moelles, moi, et cependant promenant mes os un peupartout, quitte à les laisser un jour quelque part ! Mais, parole d’honneur, il n’y a queParis au monde ! Tiens, il n’y a pas de paysage d’Asie, de nuit d’Algérie, rien quivaille cette carte d’échantillon que nous voyons d’ici !... Oui, là, ces affiches !Il montrait du doigt, à l’étalage de l’Agence des Théâtres, les affiches jaunes,bleues, saumon ou roses, et les placards enluminés de coloriage, qui donnaient lestitres des pièces qu’on jouait le soir, les programmes illustrés de l’Hippodrome oude l’Éden.— Ce coin de paysage-là, mon cher Roger, ça vaut tous les autres !... Ah ! lesthéâtres ! Quand on a été voir jouer, sur le théâtre d’Alger, la Favorite ou laMascotte, par de vénérables personnes à qui on pourrait distribuer la Guanhumarades Burgraves, et qu’on a essayé d’avaler les drames chinois que les acteursd’Hué dévident pendant des jours et des jours, comme un rouleau sans fin, — lesdrames en trois soirées du père Dumas sont des levers de rideau à côté de ça ; —quand on a été sevré des acteurs de Paris, si tu savais ce que ces bouts d’affichecontiennent de promesses et d’allèchements !...L’officier s’arrêta, laissant un moment sa pensée se fondre comme son londrès,puis tout à coup il se redressa brusquement sur sa chaise. Par-dessus lebourdonnement des chars et le bruit de houle des passants, un air sautillant et vif,un air d’opérette enlevé gaiement sur un piano, venait à lui, comme une bouffée devent, par quelque fenêtre ouverte.— Tiens ! dit-il, l’air de Bouddha !...— Bouddha ?— Oui, dans l’opérette des Nouveautés, la Petite Mousmée, tu sais bien....— Non.— L’air que chantait Antonia Boulard.— Ah ! ah ! Antonia ! Encore !— Toujours, fit le turco en essayant de sourire. Quoique... si tu savais, mon cher !Il s’arrêta encore, écoutant toujours l’air pétillant qui montait vers lui comme unemousse de champagne au haut du verre, et, instinctivement, ses doigts battant lamesure sur la table de marbre, il se laissait aller à murmurer le fredon d’autrefois, lecouplet de la petite mousmée d’Yokohama, amoureuse du dieu Bouddha : Ah ! Bouddha, Bouddha,Mon petit Bouddha,Que tu m’as fait de la peine !Bouddha me boudaLe cruel Bouddha !Je l’implore à perdre haleine !Ah ! Bouddha,Cher Bouddha,Doux Bouddha...
Et pendant qu’il murmurait, dans sa moustache blonde, le couplet de l’opéretteoubliée, — du succès parisien d’il y avait trois hivers, — le joli garçon rieur devenaitsérieux ; lentement une ride se creusait entre ses sourcils, et son œil bleu, son œilfranc, clair et bon, s’emplissait comme d’un voile de brume. Bouddha me bouda,Le cruel Bouddha....— Est-ce drôle, dit-il tout à coup en s’interrompant, il m’énerve maintenant, cerefrain-là ! Et je l’ai tant chanté et rechanté là-bas !... Bouddha ! Je ne t’ai pas ditl’histoire du Bouddha d’Antonia ?... Non ?... Comique et triste, cette histoire-là, moncher !... Antonia !... Ah ! la jolie fille !... Et bonne fille ! Grande, blonde, gaie, desdents de mangeuse, des lèvres de joyeuse, tout cela appétissant, sain et solide !...Nous avions commencé par nous détester, je ne sais pas pourquoi. Un souper, auCercle, après une revue de fin d’année, où elle avait figuré je ne sais quelpersonnage... le Nouveau Timbre-poste ou le Détective dans l’embarras.... Placéeà côté de moi.... J’avais voulu faire de l’esprit, elle ne m’avait pas trouvé drôle et mel’avait dit. Six mois après, nous nous adorions. Quand je dis nous, moi je l’adorais.Elle ne me détestait probablement pas. Bonne créature, Antonia ! Et campée !... Dureste, tu la connais.— Par les photographes.— Ça suffit. J’étais détaché au ministère de la guerre. Beaucoup de temps à moi.J’ai vu quatre-vingts fois de suite la Petite Mousmée, l’opérette japonaise laquelleavait collaboré Yamato, le chargé d’affaires du Japon. Très gentille dans la PetiteMousmée, Antonia ! Sa robe de soie bleu ciel à fleurs jetées lui collait comme à lapeau et la moulait comme ces voiles mouillés que les sculpteurs jettent sur leur terrefraîche. C’était, mon cher, sous cette caresse du satin, la femme même, la femmeattirante, vivante, avec sa beauté impérieuse et saine, que le public avait sous lesyeux. Les marchands de lorgnettes ont dû faire leurs frais. Et de cette robe bleueune nuque blanche sortait, un cou élégant mis à nu par les cheveux relevés en bloc,et retenus, au haut de la tête, par une grosse épingle d’or. Les oreilles charnues, lesjoues à fossettes, les lèvres, le rire d’Antonia, ont été pour cinquante pour cent dansle succès de la Petite Mousmée. Quant à Lafertrille, qui jouait Bouddha, jamais iln’avait été plus drôle. A propos, de quoi est-il mort, Lafertrille ?— De la maladie moderne : l’ataxie locomotrice ! Trop de petites mousmées. Etquand il est mort les chroniqueurs ont dit : « Encore un qu’on ne remplacera pas ! »Et maintenant Galivet a repris les rôles de Lafertrille, et qui parle de Lafertrillemaintenant qu’on a Galivet ? Galivet est gras, Lafertrille était maigre. Voilà toute ladifférence, le public s’en moque ! Il se moque de tout, le public !— Je ne connais pas Galivet, mais j’ai vu Lafertrille jouer Bouddha de la première àla dernière. Le tour de Bouddha en quatre-vingt soirs ! Et quand c’était fini,Bouddha, avec quelle joie j’emportais « ma mousmée » à moi, fouette cocher, augrand galop, vers son petit hôtel de l’avenue Kléber !... Le coupé traversait la placede la Concorde presque déserte, montait rapidement les Champs-Élysées, oùd’autres coupés duos passaient emportés aussi, et le temps me paraissait si long,si long, quoique j’eusse près de moi, la tête sur mon épaule, — ou moi la serrant demon bras passé sous son manteau, — la jolie blonde que toute une salle lorgnaittout à l’heure, et qui me fredonnait très bas, pour moi seul, comme un petit murmurecaressant, le couplet bissé par les boulevardiers : Mon petit Bouddha,Que tu m’as fait de la peine !Je trouvais la route longue, et, arrivé, je regrettais presque cette sensationdélicieuse d’un tête-à-tête au fond d’une voiture avec une créature que tout Parisenviait, et que quelqu’un, à la lueur du gaz, pouvait presque reconnaître du fond d’unde ces coupés qui nous croisaient. C’est étonnant ce qu’il y a de grains de vanitéau fond de l’amour !... Et pourtant, vrai, j’aimais Antonia pour tout de bon.Elle était folle des japonaiseries. Elle prenait son opérette au sérieux. Elle voulaitqu’autour d’elle, bibelots et soieries, tout fût du temps, du temps de Bouddha Ier. Jedévalisais les boutiques de vendeurs de netzskés pour peupler de drôleries ses
étagères, et je me rappelle sa joie, sa joie d’enfant lorsque j’arrivai, un soir,précédant un commissionnaire qui portait sur ses bras, comme une nourrice sonnourrisson, un gros Bouddha doré que j’avais découvert au fond d’un magasin debric-à-brac, rue des Martyrs ! Ah ! le beau Bouddha ! Presque grandeur nature,mon cher, accroupi, les mains jointes, tout doré, mais d’un or rouge à refletssanglants, d’un ton tout particulier qui rappelait le cuir de Cordoue et les faïencesmezzo-arabes, un Bouddha au crâne rose, et dont la bonne figure paterne, les yeuxmi-clos et le sourire béat, un sourire indulgent et las, illuminait une face luisanteavec une paire d’oreilles longues d’ici à demain !...Quand elle l’aperçut tout luisant d’or rouge entre les mains du commissionnaire ;quand elle le vit apparaître sous la portière de soie de Chine soulevée, Antoniasalua le Bouddha d’un grand cri d’enfant joyeuse suivi d’un long éclat de rire :— Ah ! Bouddha ! Voilà Bouddha !... Vive Bouddha !Et elle frappait dans ses mains, elle me sautait au cou.— Mon petit Edmond ! Oh ! comme tu es gentil !... Un Bouddha !... Ça memanquait ! Il ne ressemble pas du tout à Lafertrille, du tout, du tout !... Il est jolimentmieux ! Où le mettrons-nous ?... Parbleu, là, sur la cheminée.... Je ferai faire uneplanchette.... Ah ! le beau Bouddha !Puis, avec des airs respectueux, elle s’avançait vers le Bouddha que nous avionsposé sur la table, et, prenant les poses de la petite mousmée : Ah ! Bouddha,Cher Bouddha,Doux Bouddha !Elle chantait de sa voix de théâtre, s’interrompant tout à coup parce que je riais,pour me dire :— Au fait, tu sais, Edmond, c’est peut-être le vrai Dieu !Elle vida son porte-monnaie dans les mains du commissionnaire, et nous dînâmes,ce soir-là, en tiers avec ce brave Bouddha doré, posé sur la table et qui nouscontemplait de son air calme, gravement. Au dessert, Antonia voulut lui faire boiredu champagne. Bouddha conserva sa dignité et nous allâmes aux Nouveautés enriant beaucoup de notre invité en or rouge. Jamais Antonia ne chanta mieux que cesoir-là, les couplets de la Petite Mousmée..IIEt dès lors, Bouddha, mon Bouddha de la rue des Martyrs, devint le dieu de cettejolie bonbonnière de l’avenue Kléber, que ma petite bouddhiste voulait rendrejaponaise du rez-de-chaussée au grenier. Antichambre japonaise avec deux vieuxgriffons de bronze à l’entrée, salle à manger japonaise tendue de rouleaux peintspar un décorateur du Mikado, chambre japonaise, salle de bain japonaise... Tout auJapon ! Et dans ce délicieux paradis japonais, une déesse bien vivante emplissanttout l’hôtel, — prononce a u, au, autel, si tu veux, — de son rire, de son parfum defemme, de sa jeunesse et de sa gaieté, — et un dieu silencieux et indulgentbénissant nos amours sans rien dire !Ah ! le bon Bouddha, le doux Bouddha, comme disait la chanson !... Il trônait aumilieu du salon, sur la cheminée, comme dans une pagode. On avait drapé sonsocle, encadré la glace, et Bouddha rayonnait là, rouge et or, comme un soleild’automne. Je le saluais avec amitié. J’en étais arrivé à le considérer comme unhôte du logis, un habitué, un vieux parent. Antonia lui donnait de petits tapes câlinessur ses joues cuivrées. Bouddha veillait sur nous, toujours digne.Un soir... ah ! le diable soit des femmes, même les meilleures !... Antonia étaitnerveuse.... Elle s’était, pour parler comme elle, attrapée à la répétition avecLafertrille.... Aimé des femmes, mais mal élevé, Lafertrille ! Il avait traité Antonia dunom de l’oiseau qui plaisait si peu à Ibicus. Antonia avait répliqué qu’en fait degrues la grande Stella pouvait compter pour deux... Cette grande Stella, qui donnaiten ce temps-là à Lafertrille l’illusion de l’amour, était alors survenue. Tapage, duode Mme Angot, un régisseur affolé, Lafertrille embarrassé, le directeur agacé.
Bref, Antonia était revenue d’une humeur massacrante.— Cet imbécile de Lafertrille ! Cette intrigante de Stella ! Et cet autre empoté quine disait rien !L’empoté, c’était le régisseur.— Ah ! il est propre, Bouddha ! Avec ça qu’il le joue bien, Lafertrille ! Il n’est pasplus Bouddha que toi !C’était à moi qu’elle parlait, Antonia, et en présence du Bouddha doré, « qui étaitpeut-être le vrai Dieu ! »— Lafertrille est, en tout cas, moins Bouddha que celui-ci ! dis-je en essayant de.erirJe n’aimais pas beaucoup ce Lafertrille. Un instinct. Si Antonia en voulait à lagrande Stella, Lafertrille, bourreau des cœurs, y était peut-être bien pour quelquechose. Je ne l’ai jamais su. Passons. Toujours est-il que lorsque j’eus comparé àLafertrille le pauvre et bon Bouddha de la rue des Martyrs, Antonia se mit aussitôtdans une colère ! Et comme si le Bouddha des Nouveautés eût été là, et lerégisseur, et la grande Stella, et les petites camarades, elle s’avança vers monBouddha à moi et, lui mettant le poing sous le nez :— Oh ! toi, tu sais, tu es aussi bête que l’autre !Pauvre Bouddha, va !Je ne sais pas pourquoi, mais l’injure me parut injuste, imméritée, et moitié sérieux,moitié riant, je me mis à plaider la cause de Bouddha, le vrai Bouddha ! Voyons,était-ce sa faute à ce Bouddha, si Lafertrille était un insolent, et si la grande Stellase montrait si mal embouchée, — quoiqu’elle eût une jolie bouche, Stella...— Une jolie bouche ? Et où as-tu vu ça ? Grande comme un four, sa bouche ! On ypasserait la tête ! Ah ça ! mais, tu vas la défendre aussi, toi, Edmond !— Moi ? pas le moins du monde !— Si, tu la défends ! Si, tu la défends ! Une jolie bouche ; et de jolis cheveux aussi,n’est-ce pas ? Elle en a quatre, un de plus que Cadet Roussel, quatre qu’elle teintavec du henné, et le reste elle se le fournit chez Loisel !... Une jolie bouche, Stella ?Non, vous autres hommes, vous êtes tous des imbéciles, tenez, vous vous laissezprendre à la première grue venue... Oui, j’ai dit grue... Je te croyais moins bête queles autres... Tu es aussi bête que Lafertrille... Une jolie bouche ! Stella !... Un four, jete le dis, un four !— Voyons, Antonia, ma petite Antonia...J’essayais de la calmer. Je tâchais de rire.— Tiens, Antonia, j’en atteste Bouddha.— Bouddha ?Elle allait et venait par le salon, les bras croisés, les doigts de sa main droitebattant sur son coude gauche une marche rageuse, et, de temps à autre, ellesecouait, pour chasser les mèches blondes qui lui fouettaient le visage, ses beauxcheveux lourds mal attachés... Ah ! mon ami Roger, qu’elle était jolie !Elle vint se planter toute droite devant la cheminée, regarda le malheureuxBouddha, impassible dans sa pose hiératique, et avec un accent de mépris si drôleque je ne pus retenir cette fois un éclat de rire :— Un Bouddha ? Ce poussah-là ? Il est aussi bête que Lafertrille !Je te dis que je riais. Je riais trop, probablement. Antonia en devint furieuse. Bonnefille, Antonia, mais le sang aux yeux avec une facilité ! Elle n’admettait pas que jepusse rire. Elle n’admettait pas que mon Bouddha, salué d’acclamations joyeuseslorsqu’il avait apparu, étincelant entre les bras du commissionnaire auvergnat, ne fûtpoint odieux à regarder et stupide à manger du foin.Et je défendais, toujours riant, le Bouddha paisible et doux ! Ah ! ce que mon rireexaspérait Antonia ! Mon cher, elle bondit tout à coup comme une panthère vers lacheminée, allongea la main pour gifler — cette fois furieusement — le bon
Bouddha, et... — Ah ! mon pauvre ami, comme elle fut calmée d’un seul coup ! —et... patatras, Bouddha insulté, Bouddha souffleté... « Tiens, ton Bouddha ! tiens, tonBouddha ! tiens ! tiens ! tiens ! » Bouddha chancela sur le socle drapé et le front enavant, pauvre dieu croulant sous l’injure, — de tomber là, droit entre elle et moi !...Bouddha, cassé en deux, le chef d’un côté, sur le tapis, et les genoux sur le devantde marbre blanc de la cheminée...Brisé, Bouddha ! Décapité, Bouddha !Et, sur le tapis de Perse, la tête coupée, roulant aux pieds d’Antonia, regardaitencore, regardait toujours la jolie fille, oui, la regardait de ses yeux clos demi, entreses oreilles énormes, dont l’une pendait, fendue comme celle d’un cheval aurancart, et le rictus demeurait impassible dans la face à reflets d’or.— Pauvre Bouddha !Toute la colère d’Antonia tomba devant l’aspect lamentable de ce Bouddhaguillotiné.— Ah ! dit-elle.Elle ne dit même que : Ah ! Mais il y avait de tout dans ce Ah ! Du chagrin, del’étonnement, du remords. Elle joignait ses jolies mains ; elle contemplait, baissée àdemi, là, par terre, le Bouddha sans tête, la tête sans corps !Ah !Et je ne riais plus. Je l’aimais, ce Bouddha. C’était, je te l’ai dit, un ami. Il mesemblait que je venais de perdre un être cher, que ce corps souffrait. Je ramassaile cadavre. Écaillé, l’or, çà et là, tombant par squames ; et la tête avec un trou aufront et le nez cassé. Méconnaissable, mon pauvre Bouddha. Affreux, écrasé ! Pluslaid encore que Lafertrille !Ah ! disait toujours Antonia.Elle murmura doucement, timide, un moment après :— On pourra le recoller... peut-être !Puis, repentante, et me prenant des mains la tête de Bouddha, qu’elle posa sur lacheminée avec cette précaution qu’on a toujours lorsqu’un malheur est arrivé :— Oh ! vois-tu, j’en pleurerais !Et elle allait pleurer, elle pleurait. Il y avait deux grosses larmes dans ses yeux.J’essayais de la consoler, tout en ramassant les débris de Bouddha, mais je n’yavais pas le cœur. Le massacre de cet innocent me navrait. Je cherchais desplaisanteries, je n’en trouvais pas.— Qu’est-ce que tu veux, Antonia ? Il n’y a pas qu’un Bouddha au monde, je t’endéterrerai un autre !— Ce ne sera pas celui-là, dit-elle.Jamais elle n’avait eu autant de justesse d’esprit, Antonia. C’était un peu tard, maisc’était fort juste : « Ce ne sera pas celui-là ! »Et celui- faisait si bien sur la cheminée ! L’or rouge s’harmonisait avec lessoieries des Kakémonos. La taille de Bouddha était proportionnée avec lesfigurines japonaises qui grimaçaient drôlement, çà et là, sur les étagères et lesmeubles. Il était vraiment le centre, le président de ce congrès de dieux et de demi-dieux du pays bleu. Antonia, calmée, désolée, muette, restait comme abêtie devantsa victime. Elle était, comme la petite mousmée de l’opérette, veuve de ceBouddha qu’elle avait exterminé !.IIIMon cher, nous passâmes des journées entières à essayer de pâtes fantastiqueset de colles brevetées sans garantie du gouvernement, pour arriver à raccommoderle Bouddha coupé en deux. Toutes les pâtes furent inutiles. Et, d’ailleurs, essorilléd’un côté et le nez écrasé au milieu de la face, Bouddha, dont le revêtement d’ors’écaillait comme une peau malade, Bouddha lépreux, Bouddha devenu horrible, ne
pouvait plus figurer jamais, never, never more, sur la cheminée de la jolie fille.Quant à en acheter un autre, à donner sur-le-champ un successeur au Bouddha dela rue des Martyrs, non, non, non.... Antonia se vantait d’être fidèle à ce qu’elleaimait.— Fidèle ?Et je souriais, l’exaspérant par mon doute.— Oui, fidèle ! Oui, fidèle ! La preuve, c’est que si tu m’apportais un nouveauBouddha, oui, tu entends, un nouveau, je le jetterais par la fenêtre !Et sur le nez épaté du Bouddha décapité elle posait ses bonnes lèvres fraîches etbaisait l’idole avec une passion éperdue. Les femmes n’adorent peut-être, monpauvre ami, que ce qu’elles ont cassé.Du reste, le repentir et l’adoration ne durèrent pas longtemps. A bien considérerson salon japonais, Antonia s’aperçut peu à peu qu’il fallait décidément unornement sur la cheminée. Le salon manquait, disait-elle, de « point milieu ». Elleavait dû, assez belle pour avoir fait un modèle, accrocher cette expression chezquelque peintre.Pendant ce temps, les affaires s’embrouillaient vers l’Extrême Orient, et jecommençais à me lasser un peu de tenir la plume au ministère et de ne pas faire,au grand air, quelque exercice de sabre. La fringale me prit d’aller quelque part, auTonkin, écouter, après les fredons de Bouddha, le petit pchttement des balles. Unsoir, en arrivant chez Antonia, je lui dis, en essayant d’être gai, et il m’en coûtait deme séparer de la jolie fille :— Ma petite Antonia, j’ai une nouvelle à t’annoncer ! Si tu veux un point milieu, tun’as qu’à le dire. Je m’en vais au pays où ils poussent tout seuls, comme deschampignons.— Tu dis ?— Je pars pour le Tonkin. Embarquement à Toulon. Si tu as envie de voir laMéditerranée...Ah ! bonne fille ! Elle avait eu deux grosses larmes pour Bouddha décollé commesaint Jean-Baptiste. Elle en eut bien quatre pour moi, et aussi grosses,certainement.— Edmond !... Comment ? tu pars, Edmond ? Tu me quittes ? Tu ne m’aimes donc? sapJe te passe la scène des larmes. Celle-là fut flatteuse pour mon amour-propre, et ilfallait tout mon appétit de nouveauté et tout mon amour de la bataille et desBouddhas authentiques pour laisser là le boulevard, les Nouveautés, Antonia et lapetite chambre japonaise de l’avenue Kléber... Mais si je te disais — chosecurieuse — que cette grande et belle fille était si enfant, si enfant, que l’idée que jelui rapporterais de là-bas un Bouddha nouveau, un Bouddha tout neuf, la consolaitun peu de me voir partir. Ça l’amusait, la pensée de me voir revenir tout bronzé entenant entre mes bras, comme le commissionnaire auvergnat, un Bouddha doré !...Elle avait eu la folle envie de m’accompagner jusqu’à Toulon. Voir la mer, mangerde la bouillabaisse en Provence et ne me quitter que dans le canot ou sur lapasserelle. Ça valait bien une partie à Bougival ou à Saint-Cloud ! Mais voilà : lejour de mon départ, il y avait aux Nouveautés lecture de la Pipe cassée, et oncollationnait les rôles le lendemain.— Allons, c’est dit ! tu partiras sans moi, mon petit Edmond. Tu comprends, si jen’étais pas là, les auteurs, qui ne pensent qu’à eux, donneraient le rôle de Vadé àStella... Vadé !... un travesti ! je n’ai jamais joué de travestis ! Tu penses si j’y tiens !— Comment donc !Et je partis seul pour Toulon, mon vieux Roger. Mais avant de partir, dans un petitcabinet des environs de la gare, nous trinquâmes une dernière fois, Antonia et moi,des lèvres et des verres, à la santé du futur Tonkinois, à l’arrivée du Bouddhanouveau et à la centième de la Pipe cassée !... Je crois même, soit dit entre nous,que, pleurant ou riant, Antonia parla beaucoup plus de son rôle de Vadé que de laguerre de Chine. Il y avait un personnage qui la taquinait, celui de Manon Giroux !La grande Stella y avait un effet, mais un effet !... C’était elle qui cassait à coups depommes la pipe dans la bouche de Vadé... Un clou !
pommes la pipe dans la bouche de Vadé... Un clou !Et puis, peu à peu, comme l’heure du train approchait, elle oubliait tout, Antonia, etVadé, et Manon Giroux, et la collation du lendemain, et, se remémorant nos partiesde plaisir, les bois de Viroflay, les auberges de Barbizon, les frileux retours duthéâtre par les Champs-Élysées à demi déserts et les soupers dans la salle àmanger japonaise et nos rires de l’avenue Kléber, doucement, doucement, dansl’oreille, elle me disait :— Tu sais, si tu veux, la Pipe cassée, les Nouveautés, les auteurs, j’envoie toutpromener, tout, et je t’accompagne à Toulon... au Tonkin !... où tu voudras.Et elle se serait envolée, ma foi, ce soir-là, quitte à me reprocher le lendemain delui avoir fait rater le rôle de Vadé ! Et cela me flattait, ce mensonge de la jolie fille sementant à elle-même sincèrement ! Tout à coup un regard jeté sur la pendule...« Ah ! mon train ! Garçon, l’addition ! Et ma valise ! Et mes livres !... Allons, mapetite Antonia !... »Elle se pendait à mon bras, en allant du restaurant à la gare. Elle voulait sepromener encore dans la grande salle d’attente pleine de pas et de bruissement....« Tu as encore cinq minutes... deux minutes... une minute !... » Et au seuil de la salleouverte sur le quai, le dernier baiser, le long baiser sans bruit, amer et inoubliableavec son goût de larmes ! « Vite, vite, Edmond, tu ne trouverais plus de coin ! »Puis, doucement, tendrement : — Mon Bouddha surtout ! mon Bouddha ! Ne l’oublie pas !Ah ! Bouddha, Bouddha,Que tu m’as fait de la peine !...Elle voulut chanter, s’arrêta court, perdue, comme si elle étouffait, son mouchoirmouillé à ses lèvres, et je courus vers le train dont la vapeur sifflait, — écoutant,entendant toujours le refrain, le cher refrain de l’opérette tant de fois répété : Bouddha me bouda,Je l’implore à perdre haleine.Et toute la nuit, toute la nuit, dans une sorte d’hallucination entre sommeil et fièvre, jerevis les pauvres yeux d’Antonia gonflés comme son cœur, et le rictus placide duBouddha brisé, et les pommes crues de Manon Giroux ; et, au-dessus du tic-tac dutrain et du halètement de la machine, l’air de Bouddha passait, sautillant, railleur,attendri, coupé par le sifflement des balles au-devant desquelles j’allais.... Combiende fois je devais le fredonner, jusqu’au retour, l’air de Bouddha !Le lendemain, d’instinct, avant de m’embarquer, j’allai, poste restante, demander siquelque télégramme à mon adresse.... Eh bien, oui, il y en avait un, télégramme !Daté de minuit. Antonia l’avait envoyé du Grand-Hôtel en sortant des Nouveautés.C’est bête, mon cher, mais si je te disais que, là-bas, je l’ai relu cent fois, commeun prêtre lit son bréviaire, ce papier bleu aux lettres drôlement imprimées :« EDMOND DE LAURIÈREToulon. — Poste restante.Pense à Bouddha, mais pense à toi. Sois brave, mais pas imprudent. On pavanera(pour pavoisera) avenue Kléber, à ton retour. Emporte les meilleures tendresses demon cœur. — ANTONIA VADÉ. »Vadé ! Elle avait signé du nom de son rôle nouveau ! Vadé de la Pipe cassée ! Ellepensait, en saluant l’ami d’hier, au Clou de demain ! Pauvre petite ! Mais je nevoyais qu’une chose : elle songeait moi ; — et lorsque Toulon disparut au loin, aubout de la mer bleue, je relus ma dépêche, je l’épelai lettre à lettre, et pendant quedes paysans bretons chantonnaient, sur le pont, je ne sais quelle complaintereligieuse du Finistère ou du Morbihan, je portai le papier bleu à mes lèvres, et jemurmurai la chanson de Bouddha — en pensant à celle qui ne pensait plus àBouddha déjà et s’occupait de Vadé, rôle travesti, costume de Grévin !
.VIJe ne te raconterai pas mes impressions du Tonkin. Ah ! nous en avons vu ! Il y aeu, là-bas, mon cher, jour par jour, des héroïsmes et des faits d’armes qui donnentde l’espoir au cœur. Et tout ça si loin, sans nouvelles, sous la pluie, dans la boue,avec la fièvre, le choléra, les rhumatismes, tout le tonnerre de chien de l’hôpital ! Labataille, ce n’est rien ; on se sent vivre quand on se moque de mourir. Mais lamaladie bête, la dysenterie qui vous tord les entrailles, l’anémie qui vous mine, l’eauputride plus meurtrière que le canon... et la boue, mon cher, la boue, les défilésdans les rizières, les ciels bas et gris, la terre où l’on enfonce comme dans dubeurre et qui vous retient comme un sable mouvant... Et, avec cela, étape sur étape,marches et contremarches, des pièces d’artillerie embourbées et portées à dosd’homme par des chemins étroits comme des rubans... Puis, quelquefois, desforêts à traverser, sans éclaireurs et sans cartes, des sentiers se tracer à traversbois, à coups de hache... Je te passe tout ça ; c’est ennuyeux à subir, ces journéeset ces nuits d’alerte et de fatigue, mais c’est amusant à évoquer... J’ai souventregretté ce mauvais temps, en fumant mon cigare ! Atroce, la guerre, mais quellegymnastique morale ! Toutes les facultés de l’homme en éveil, et les meilleures : lecourage, le dévouement, la décision, l’amour du prochain et l’amour du drapeau !Pour en revenir à Bouddha, je l’avais depuis longtemps oublié, le Bouddhad’Antonia Boulard, et je me réservais — comme je l’avais dit — d’en déterrer un, aumoment du retour, chez quelque brocanteur d’Hanoï... J’en avais tant vu, de mescamarades, qui faisaient provision de bibelots par avance, et qu’une balle couchaiten chemin ! On expédiait dans quelque caisse, à la famille, leur pantalon rouge, leurportefeuille et les rouleaux de papier de Chine achetés çà et là, et achats etdéfroque, tout partait, roulé en un paquet, pour France. L’idée de me fournir paravance d’un Bouddha que je pourrais abandonner en route avec ma carcasse neme souriait pas beaucoup... Oui, au retour, je m’en occuperais, au retour !Et, en attendant le retour, nous nous enfoncions chaque jour plus avant du côté de lafrontière de Chine, allant vers Lang-Son, qu’il fallait emporter et que nous aurionsoccupé depuis des mois sans le guet-apens que tu connais... Lang-Son enlevé,nous pouvions nous y croire en grande halte, lorsque, au milieu de février, le généralreçoit de Tuyen-Quan des nouvelles dures... Les Chinois tenaient là-bas, comme àla gorge, la petite garnison du commandant Dominé, et, pied à pied, attaquaient lacitadelle... Toute une armée, comme tu sais, celle du Yun-Nam, autour d’unepoignée d’hommes ! Impossible de laisser écraser la garnison qui se défend, là-bas, depuis décembre ! De décembre à mars, compte les jours d’héroïsme, moncher !Brière de l’Isle laisse donc Négrier Lang-Son, et, le 15 février, sans pouvoir prendreun repos crânement gagné, en route pour Tuyen-Quan, toute la brigadeGiovaninelli ! Infanterie de marine, artilleurs, tirailleurs tonkinois et deux bataillonsde mes bons turcos. Nous étions éreintés ! oh ! éreintés ! Mais on avait dit la veilleau soldat : « Il faut un effort pour prendre Lang-Son ». Le soldat avait fait un effort.On lui disait, le lendemain : « Il faut un effort pour débloquer Tuyen-Quan ». Lesoldat faisait un effort. Et gaiement.Pauvres enfants, ces soldats, troupeau de moutons héroïques allant à la boucheriecomme à une promenade ! Et quelle promenade ! Par la route mandarine, unbrouillard à couper au couteau ; presque du verglas pour avancer ; partout desarroyos... En quatre heures de marche, on traverse l’eau sept fois... La nuit vient... ilpleut... on attend le jour en grelottant... A l’aurore, — brr ! quelle aurore ! — Bono,disent les turcos, et en route !En avant, les fantassins nous taillent des escaliers dans les pentes raides... Onnous dit qu’il y a des tigres, çà et là, dans les montagnes de marbre... Tant mieux !Voir des tigres, ça nous distrairait !... Et nous marchons, nous marchons, nousmarchons... Il nous semble entendre dans le lointain les cris d’appel de la petitegarnison qui se défend avec la brèche ouverte et qu’on égorge. Et quand la fatiguese fait sentir chez nos hommes, un mot, comme un coup d’éperon, les ranime :— Vous savez, les camarades nous attendent !Et ces pauvres diables de turcos, donnant leur peau pour les Français, que leurspères ont combattus, disent alors avec un entrain touchant, montrant en riant leursdents blanches :— Oui, oui, camarades ! Camarades ! Là-bas ! En avant !Et on marche.
Comme c’est drôle, la bêtise humaine ! Une nuit, tous ces malheureux, harassés,n’en pouvaient plus et se traînaient, l’emplacement du bivouac étant loin encore...Pas un mot... Rien... Les hanhans avachis des soldats, alourdis comme des bêtesde somme... le clic-clac monotone des sabres sur les quarts de fer-blanc... Tout àcoup la lune se lève, montre sa lueur rose à travers les nuages, et soudain, de cettelongue file d’hommes en marche une voix s’élève, que j’entends encore, avec unaccent toulousain, une voix bien timbrée et qui salue ce lever de lune de la vieillechanson du pays : Au clair de la lune,Mon ami Pierrot...Et crac, mon cher, à cette vieille chanson du berceau, à ce refrain de mère-grand,les fronts se redressent, les jarrets se raffermissent — en avant ! au clair de la lune,mon ami Pierrot — et cette nuit-là, si on l’eût voulu, en chantant on eût doublél’étape !Moi aussi, j’avais ma chanson, mon coup d’éperon ! Je ne demandais pas l’amiPierrot une plume pour écrire un mot ; mais j’évoquais Bouddha, le doux Bouddha,le Bouddha qui bouda la petite Mousmée, et je fredonnais le refrain d’Antonia, quime faisait l’effet d’un clairon invisible. Et pas un moment de fatigue avec la diane etles airs de marche sonnés par cette musique du boulevard ! De quoi est faitl’héroïsme, Roger ! Si j’avais donné, pendant cette campagne, l’exemple d’unebelle mort, tu sais, là, à la Plutarque, l’histoire aurait toujours ignoré que je puisaiscet héroïsme dans un petit refrain d’opérette ! Ah ! Bouddha, Bouddha,Ah ! Bouddha, Bouddha,Que tu m’as fait de la peine !Au clair de lune ou autrement, la colonne avançait toujours. Fin février, nous n’étionsplus qu’à huit kilomètres de Tuyen-Quan. Fichu pays : la flottille, qui nousaccompagnait par la rivière Claire, était forcée, tant il y avait d’échouages, detraîner parfois ses canonnières à bras. Nous, dans les hautes herbes, nous nouscoupions les mollets aux bambous taillés en ciseaux qu’y avaient spirituellementcachés les Chinois. Et pas un ennemi visible. On le sentait, on le devinait partout,aux fossés creusés, à la terre remuée, à ces bambous affilés comme des rasoirs :on ne le voyait nulle part. Tout à coup, le 2 mars, des auxiliaires tonkinois, entrésdans les herbes jusqu’à mi-corps, reçoivent une grêle de balles et voient, commedes chats-tigres, les Pavillons-Noirs bondir sur les blessés pour leur couper la tête...Nous sommes à Yuoc, en face des positions vraiment formidables, et trèssavantes, mon cher, établies par le vieux Liuh-Vinh-Phuoc. Entre nous et Tuyen-Quan, entre nos troupiers et les « camarades », l’armée du Yun-Nam, bons soldatsdont quelques-uns, ayant juré de mourir plutôt que de reculer, s’étaient fait tatouerau front d’une croix rouge. Et ce sont ces fanatiques et ces combattants de toutesles aventures qu’il faut bousculer, enfoncer, crever, avant d’arriver à la garnison quecommande Dominé !— Allons ! mes enfants, encore un effort !Un effort ! Toujours un effort ! Taran, taran ! Tarataratata, tarataratata ! La chargesonne. Ran, ran, ran, ran ! Et moi je fredonne Bouddha ! Ah ! Bouddha, Bouddha !En avant ! en avant ! Deux fois l’infanterie de marine, bataillon Mahias, attaque lesChinois. Deux fois les Chinois la repoussent. On est à deux cents mètres del’ennemi quand la nuit vient. Deux cents mètres ! Et la pluie tombe ! Les hommesrâlent dans les herbes. On allume, pour ramasser les blessés, des allumettesmouillées... Quelle nuit, mon cher ! Ce brouillard humide, cette douche glacée quidélaye le sang dans la boue piétinée, ces ennemis qui sont là et qui tirent ; le bruitdes balles qui sifflent et de l’eau qui dégoutte ; ça ne s’oublie jamais, cesimpressions-là.Je m’étais avancé assez près des lignes chinoises, entendant les Pavillons-Noirsparler de leurs voix gutturales. Tout coup, au milieu d’une décharge de fusils, jereçois sur les pieds une masse qui roule. Je me penche, croyant à un projectile...C’était une tête, une tête coupée de petit paysan de France que les Chinois nousenvoyaient à travers les herbes comme une menace et un défi. Ah ! je ne le
chantais même plus le refrain d’Antonia ! J’attendais le petit jour avec une ragesourde, un appétit sauvage de vengeance et de mort. Et le jour arrivé, ce jour grisde mars qui allait éclairer tant de cadavres, vive Dieu ! comme nous enlevâmes nosturcos !— En avant, les Algériens ! En avant ! Les amis attendent !Et à l’assaut ! A l’assaut des retranchements chinois ! A l’assaut ! Il s’agissaitd’arracher aux ongles des hommes jaunes les assiégés qui haletaient, attendantnos troupiers comme le Messie. A l’assaut ! Elles couraient lentement, les vestesbleu de ciel de mes enfants d’Afrique ! Les redoutes, les tuyaux de bambous, lesfeux croisés, les obusiers, les fusils de rempart, rien ne les arrêtait. Rien. Ilssautaient dans le feu, bondissaient dans l’enfer. Une mine éclate. La terre tremble.Nous avons les poils roussis et les vêtements brûlés. Quarante turcos de ma seulecompagnie disparaissent comme dans un cratère de volcan. En avant ! en avant !On n’entend pas les cris de mort, tant nos chacals poussent des cris de rage. Lesballes sifflent, les boulets ronflent, les fougasses éclatent. En avant ! Les turcos sontdéjà dans les retranchements, clouant aux fascines de bambous les volontaires aufront croisé de rouge, étranglant les Chinois, mordant au sang, comme des loups,ces Pavillons-Noirs qui se défendent comme des lions... Je n’ai jamais vu motte deterre pétrie de tant de sang !Et, les retranchements emportés, mes tirailleurs sautent hors des tranchées,poursuivant les Célestes et leur arrachant leurs pavillons à tête de mort... J’avais,comme eux, la fièvre, la « furia » de cette chasse à l’homme. Tout en avant de meshommes, revolver au poing, je poussais devant moi la cohue des soldats endéroute, et qui jetaient leurs armes en se retournant pour tirer. Au loin Tuyen-Quan,encore debout, montrait sa silhouette déchiquetée... A mi-chemin, mon cher, unepoignée de Pavillons-Noirs s’arrêta net, dans une sorte de pagode abandonnée et,me voyant maintenant suivi de quelques hommes seulement, ouvrit vivement le feupour nous couper la marche. Mes turcos étaient enragés. Nous nous lançons dansla cour gazonnée qui précède toute pagode, puis, en trois bonds, dans la pagodemême d’où les balles sortaient, et nous voulons en déloger ces vaincus quin’entendent pas fuir.Pas de porte à la pagode ; du seuil, nous apercevons seulement un trou noir, rayéde coups de feu. Nous entrons. Une fusillade abat à mes côtés trois de meshommes, et je pénètre presque seul dans cette bauge laquée et dorée, au fond delaquelle, comme des sangliers forcés, les Pavillons-Noirs nous attendent. Je verraitoujours ce spectacle, je te dis : des cadavres sur les dallages, les colonnes avecleurs inscriptions dorées enveloppées de fumée, des silhouettes bizarres et mêléesde dieux et d’êtres vivants, tous grimaçants, depuis ce dieu tout vert que nostroupiers appelaient le diable, jusqu’à des réguliers chinois armés et faisant feu ; etau fond, au milieu de ces idoles peinturlurées, et de ces Pavillons-Noirs adossésaux parois rouges de la pagode, une statue de Bouddha, un grand Bouddha, unBouddha de la taille d’un enfant de dix ans, et qui flambait, tout entier d’or rouge,sous un rayon de jour entrant par le toit de cette pagode, crevassé par quelque.suboDu grouillement des Chinois qui nous tiraient dessus, de ces ennemis tapisderrière et nous envoyant leurs coups de fusil presque à bout portant, je neregardais rien, hypnotisé, que ce Bouddha, là-bas dressé, superbe etm’apparaissant comme dans une gloire. Et — on dit que les gens qui se noientrevoient en quelques secondes toute leur vie passée, brusquement, en avalant leurdernière gorgée — la vision du petit hôtel de l’avenue Kléber me traversa la penséecomme un éclair, et l’or rouge du Bouddha évoqua subitement les tresses, teintesau henné, de la chevelure d’Antonia... Oh ! pas longue, du reste, la vision ! Une balleemporta mon casque blanc, mon tropical helmet, et les cinq hommes que nousétions, entrés dans la pagode, nous fûmes contraints de reculer, comme écrasés,encerclés par les Chinois, qui sortaient de partout, de derrière ces idoles d’or,grouillaient, nous enserraient et cassaient la tête devant nous à un de mes turcos enfaisant siffler leur coupe-coupe autour de nous...Repoussés, mon cher !... Et cette damnée pagode vomissant littéralement desChinois qui nous tiraient dessus, les trois hommes qui me restaient et moi, nousnous jetâmes derrière un terrassement abandonné, et — moi à coups de revolver,mes turcos à coups de fusil — nous tînmes un moment ces gaillards-l à distance.Au surplus, traqués dans la pagode, ils se donnaient simplement du champ pourfuir. Ils nous avaient crus tout d’abord plus nombreux, et, acculés, ils voulaient mouriren tuant... Nous ayant repoussés, ils continuaient leur retraite, ralliant les vaincus,vers les rapides du Fleuve Rouge.
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text