79 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
79 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

AziyadéPierre LotiExtrait des notes et lettresd’un lieutenant de la marine anglaiseentré au service de la Turquiele 10 mai 1876 tué dans les murs de Karsle 27 octobre 1877.Préface de Plumkett, ami de LotiSalonique, Journal de LotiSolitudeEyoub à deuxMané, Thécel, PharèsAzraëlAziyadé : PréfacePréface de Plumkett, ami de LotiDans tout roman bien conduit, une description du héros est de rigueur. Mais ce livre n’est point un roman, ou, du moins, c’en est unqui n’a pas été plus conduit que la vie de son héros. Et puis décrire au public indifférent ce Loti que nous aimions n’est pas choseaisée, et les plus habiles pourraient bien s’y perdre.Pour son portrait physique, lecteur, allez à Musset : ouvrez « Namouna, conte oriental » et lisez :Bien cambré, bien lavé ;Des mains de patricien, l’aspect fier et nerveuxCe qu’il avait de beau surtout, c’étaient les yeux.Comme Hassan, il était très joyeux, et pourtant très maussade ; indignement naïf, et pourtant très blasé. En bien comme en mal, ilallait loin toujours ; mais nous l’aimions mieux que cet Hassan égoïste, et c’était à Rolla plutôt qu’il eût pu ressembler…Dans plus d’une âme on voit deux choses à la fois :Le ciel, — qui teint les eaux à peine remuées,Et la vase, — fond morne, affreux, sombre et dormant.(VICTOR HUGO, les Ondines.)PLUMKETT.Aziyadé : Salonique, Journal de LotiI16 mai 1876.… Une belle journée de mai, un beau soleil, un ciel pur… Quand les canots étrangers arrivèrent, les bourreaux, ...

Informations

Publié par
Nombre de lectures 53
Langue Français
Poids de l'ouvrage 5 Mo

Extrait

AziyadéPierre LotiExtrait des notes et lettresd’un lieutenant de la marine anglaiseentré au service de la Turquiele 10 mai 1876 tué dans les murs de Karsle 27 octobre 1877.Préface de Plumkett, ami de LotiSalonique, Journal de LotiSolitudeEyoub à deuxMané, Thécel, PharèsAzraëlAziyadé : PréfacePréface de Plumkett, ami de LotiDans tout roman bien conduit, une description du héros est de rigueur. Mais ce livre n’est point un roman, ou, du moins, c’en est unqui n’a pas été plus conduit que la vie de son héros. Et puis décrire au public indifférent ce Loti que nous aimions n’est pas choseaisée, et les plus habiles pourraient bien s’y perdre.Pour son portrait physique, lecteur, allez à Musset : ouvrez « Namouna, conte oriental » et lisez :Bien cambré, bien lavé ;Des mains de patricien, l’aspect fier et nerveuxCe qu’il avait de beau surtout, c’étaient les yeux.Comme Hassan, il était très joyeux, et pourtant très maussade ; indignement naïf, et pourtant très blasé. En bien comme en mal, ilallait loin toujours ; mais nous l’aimions mieux que cet Hassan égoïste, et c’était à Rolla plutôt qu’il eût pu ressembler…Dans plus d’une âme on voit deux choses à la fois :Le ciel, — qui teint les eaux à peine remuées,Et la vase, — fond morne, affreux, sombre et dormant.(VICTOR HUGO, les Ondines.)PLUMKETT.Aziyadé : Salonique, Journal de LotiI16 mai 1876.… Une belle journée de mai, un beau soleil, un ciel pur… Quand les canots étrangers arrivèrent, les bourreaux, sur les quais,mettaient la dernière main à leur œuvre : six pendus exécutaient en présence de la foule l’horrible contorsion finale… Les fenêtres, lestoits étaient encombrés de spectateurs ; sur un balcon voisin, les autorités turques souriaient à ce spectacle familier.Le gouvernement du sultan avait fait peu de frais pour l’appareil du supplice ; les potences étaient si basses que les pieds nus descondamnés touchaient la terre. Leurs ongles crispés grinçaient sur le sable.IIL’exécution terminée, les soldats se retirèrent et les morts restèrent jusqu’à la tombée du jour exposés aux yeux du peuple. Les six
cadavres, debout sur leurs pieds, firent, jusqu’au soir, la hideuse grimace de la mort au beau soleil de Turquie, au milieu depromeneurs indifférents et de groupes silencieux de jeunes femmes.IIILes gouvernements de France et d’Allemagne avaient exigé ces exécutions d’ensemble, comme réparation de ce massacre desconsuls qui fit du bruit en Europe au début de la crise orientale.Toutes les nations européennes avaient envoyé sur rade de Salonique d’imposants cuirassés. L’Angleterre s’y était une despremières fait représenter, et c’est ainsi que j’y étais venu moi-même, sur l’une des corvettes de Sa Majesté.IVUn beau jour de printemps, un des premiers où il nous fut permis de circuler dans Salonique de Macédoine, peu après lesmassacres, trois jours après les pendaisons, vers quatre heures de l’après-midi, il arriva que je m’arrêtai devant la porte ferméed’une vieille mosquée, pour regarder se battre deux cigognes.La scène se passait dans une rue du vieux quartier musulman. Des maisons caduques bordaient de petits chemins tortueux, à moitiérecouverts par les saillies des shaknisirs (sorte d’observatoires mystérieux, de grands balcons fermés et grillés, d’où les passantssont reluqués par des petits trous invisibles). Des avoines poussaient entre les pavés de galets noirs, et des branches de fraîcheverdure couraient sur les toits ; le ciel, entrevu par échappées, était pur et bleu ; on respirait partout l’air tiède et la bonne odeur demai.La population de Salonique conservait encore envers nous une attitude contrainte et hostile ; aussi l’autorité nous obligeait-elle àtraîner par les rues un sabre et tout un appareil de guerre. De loin en loin, quelques personnages à turban passaient en longeant lesmurs, et aucune tête de femme ne se montrait derrière les grillages discrets des haremlikes ; on eût dit une ville morte.Je me croyais si parfaitement seul, que j’éprouvai une étrange impression en apercevant près de moi, derrière d’épais barreaux defer, le haut d’une tête humaine, deux grands yeux verts fixés sur les miens.Les sourcils étaient bruns, légèrement froncés, rapprochés jusqu’à se rejoindre ; l’expression de ce regard était un mélanged’énergie et de naïveté ; on eût dit un regard d’enfant, tant il avait de fraîcheur et de jeunesse.La jeune femme qui avait ces yeux se leva, et montra jusqu’à la ceinture sa taille enveloppée d’un camail à la turque (féredjé) aux plislongs et rigides. Le camail était de soie verte, orné de broderies d’argent. Un voile blanc enveloppait soigneusement la tête, n’enlaissant paraître que le front et les grands yeux. Les prunelles étaient bien vertes, de cette teinte vert de mer d’autrefois chantée parles poètes d’Orient.Cette jeune femme était Aziyadé.VAziyadé me regardait fixement. Devant un Turc, elle se fût cachée ; mais un giaour n’est pas un homme ; tout au plus est-ce un objetde curiosité qu’on peut contempler à loisir. Elle paraissait surprise qu’un de ces étrangers, qui étaient venus menacer son pays surde si terribles machines de fer, pût être un très jeune homme dont l’aspect ne lui causait ni répulsion ni frayeur.VITous les canots des escadres étaient partis quand je revins sur le quai ; les yeux verts m’avaient légèrement captivé, bien que levisage exquis caché par le voile blanc me fût encore inconnu ; j’étais repassé trois fois devant la mosquée aux cigognes, et l’heures’en était allée sans que j’en eusse conscience.Les impossibilités étaient entassées comme à plaisir entre cette jeune femme et moi ; impossibilité d’échanger avec elle unepensée, de lui parler ni de lui écrire ; défense de quitter le bord après six heures du soir, et autrement qu’en armes ; départ probableavant huit jours pour ne jamais revenir, et, par dessus tout, les farouches surveillances des harems.Je regardai s’éloigner les derniers canots anglais, le soleil près de disparaître, et je m’assis irrésolu sous la tente d’un café turc.VIIUn attroupement fut aussitôt formé autour de moi ; c’était une bande de ces hommes qui vivent à la belle étoile sur les quais deSalonique, bateliers ou portefaix, qui désiraient savoir pourquoi j’étais resté à terre et attendaient là, dans l’espoir que peut-êtrej’aurais besoin de leurs services.Dans ce groupe de Macédoniens, je remarquai un homme qui avait une drôle de barbe, séparée en petites boucles comme les plusantiques statues de ce pays ; il était assis devant moi par terre et m’examinait avec beaucoup de curiosité ; mon costume et surtoutmes bottines paraissaient l’intéresser vivement. Il s’étirait avec des airs câlins, des mines de gros chat angora, et bâillait en montrantdeux rangées de dents toutes petites, aussi brillantes que des perles.Il avait d’ailleurs une très belle tête, une grande douceur dans les yeux qui resplendissaient d’honnêteté et d’intelligence. Il était toutdépenaillé, pieds nus, jambes nues, la chemise en lambeaux, mais propre comme une chatte.Ce personnage était Samuel.VIII
Ces deux êtres rencontrés le même jour devaient bientôt remplir un rôle dans mon existence et jouer, pendant trois mois, leur vie pourmoi ; on m’eût beaucoup étonné en me le disant. Tous deux devaient abandonner ensuite leur pays pour me suivre, et nous étionsdestinés à passer l’hiver ensemble, sous le même toit, à Stamboul.IXSamuel s’enhardit jusqu’à me dire les trois mots qu’il savait d’anglais :– Do you want to go on board ? (Avez-vous besoin d’aller à bord ?)Et il continua en sabir :– Te portarem col la mia barca. (Je t’y porterai avec ma barque.)Samuel entendait le sabir ; je songeai tout de suite au parti qu’on pouvait tirer d’un garçon intelligent et déterminé, parlant une langueconnue, pour cette entreprise insensée qui flottait déjà devant moi à l’état de vague ébauche.L’or était un moyen de m’attacher ce va-nu-pieds, mais j’en avais peu. Samuel, d’ailleurs, devait être honnête, et un garçon qui l’estne consent point pour de l’or à servir d’intermédiaire entre un jeune homme et une jeune femme.XÀ WILLIAM BROWN, LIEUTENANTAU 3E D’INFANTERIE DE LIGNE, À LONDRESSalonique, 2 juin.… Ce n’était d’abord qu’une ivresse de l’imagination et des sens ; quelque chose de plus est venu ensuite, de l’amour ou peu s’enfaut ; j’en suis surpris et charmé.Si vous aviez pu suivre aujourd’hui votre ami Loti dans les rues d’un vieux quartier solitaire, vous l’auriez vu monter dans une maisond’aspect fantastique. La porte se referme sur lui avec mystère. C’est la case choisie pour ces changements de décors qui lui sontfamiliers. (Autrefois, vous vous en souvenez, c’était pour Isabelle B…, l’étoile : la scène se passait dans un fiacre, ou Hay-Marketstreet, chez la maîtresse du grand Martyn ; vieille histoire que ces changements de décors, et c’est à peine si le costume oriental leurprête encore quelque peu d’attrait et de nouveauté.)Début de mélodrame. Premier tableau : Un vieil appartement obscur. Aspect assez misérable, mais beaucoup de couleur orientale.Des narguilhés traînent à terre avec des armes.Votre ami Loti est planté au milieu et trois vieilles juives s’empressent autour de lui sans mot dire. Elles ont des costumespittoresques et des nez crochus, de longues vestes ornées de paillettes, des sequins enfilés pour colliers, et, pour coiffure, descatogans de soie verte. Elles se dépêchent de lui enlever ses vêtements d’officier et se mettent à l’habiller à la turque, ens’agenouillant pour commencer par les guêtres dorées et les jarretières. Loti conserve l’air sombre et préoccupé qui convient auhéros d’un drame lyrique.Les trois vieilles mettent dans sa ceinture plusieurs poignards dont les manches d’argent sont incrustés de corail, et les lamesdamasquinées d’or ; elles lui passent une veste dorée à manches flottantes, et le coiffent d’un tarbouch. Après cela, elles expriment,par des gestes, que Loti est très beau ainsi, et vont chercher un grand miroir.Loti trouve qu’il n’est pas mal en effet, et sourit tristement à cette toilette qui pourrait lui être fatale ; et puis il disparaît par une porte dederrière et traverse toute une ville saugrenue, des bazars d’Orient et des mosquées ; il passe inaperçu dans des foules bariolées,vêtues de ces couleurs éclatantes qu’on affectionne en Turquie ; quelques femmes voilées de blanc se disent seulement sur sonpassage : « Voici un Albanais qui est bien mis, et ses armes sont belles. »Plus loin, mon cher William, il serait imprudent de suivre votre ami Loti ; au bout de cette course, il y a l’amour d’une femme turque,laquelle est la femme d’un Turc, – entreprise insensée en tout temps, et qui n’a plus de nom dans les circonstances du jour. – Auprèsd’elle, Loti va passer une heure de complète ivresse, au risque de sa tête, de la tête de plusieurs autres, et de toutes sortes decomplications diplomatiques.Vous direz qu’il faut, pour en arriver là, un terrible fond d’égoïsme ; je ne dis pas le contraire ; mais j’en suis venu à penser que tout cequi me plaît est bon à faire et qu’il faut toujours épicer de son mieux le repas si fade de la vie.Vous ne vous plaindrez pas de moi, mon cher William : je vous ai écrit longuement. Je ne crois nullement à votre affection, pas plusqu’à celle de personne ; mais vous êtes, parmi les gens que j’ai rencontrés deçà et delà dans le monde, un de ceux avec lesquels jepuis trouver du plaisir à vivre et à échanger mes impressions. S’il y a dans ma lettre quelque peu d’épanchement, il ne faut pas m’envouloir : j’avais bu du vin de Chypre.À présent c’est passé ; je suis monté sur le pont respirer l’air vif du soir, et Salonique faisait piètre mine ; ses minarets avaient l’aird’un tas de vieilles bougies, posées sur une ville sale et noire où fleurissent les vices de Sodome. Quand l’air humide me saisitcomme une douche glacée, et que la nature prend ses airs ternes et piteux, je retombe sur moi-même ; je ne retrouve plus au-dedansde moi que le vide écœurant et l’immense ennui de vivre.Je pense aller bientôt à Jérusalem, où je tâcherai de ressaisir quelques bribes de foi. Pour l’instant, mes croyances religieuses et
philosophiques, mes principes de morale, mes théories sociales, etc., sont représentés par cette grande personnalité : le gendarme.Je vous reviendrai sans doute en automne dans le Yorkshire. En attendant, je vous serre les mains et je suis votre dévoué.LOTI.XICe fut une des époques troublées de mon existence que ces derniers jours de mai 1876.Longtemps j’étais resté anéanti, le cœur vide, inerte, à force d’avoir souffert ; mais cet état transitoire avait passé, et la force de lajeunesse amenait le réveil. Je m’éveillais seul dans la vie ; mes dernières croyances s’en étaient allées, et aucun frein ne me retenaitplus.Quelque chose comme de l’amour naissait sur ces ruines, et l’Orient jetait son grand charme sur ce réveil de moi-même, qui setraduisait par le trouble des sens.XIIElle était venue habiter avec les trois autres femmes de son maître un yali de campagne, dans un bois, sur le chemin de Monastir ; là,on la surveillait moins.Le jour je descendais en armes. Par grosse mer, toujours, un canot me jetait sur les quais, au milieu de la foule des bateliers et despêcheurs ; et Samuel, placé comme par hasard sur mon passage, recevait par signes mes ordres pour la nuit.J’ai passé bien des journées à errer sur ce chemin de Monastir. C’était une campagne nue et triste, où l’œil s’étendait à perte de vuesur des cimetières antiques ; des tombes de marbre en ruine, dont le lichen rongeait les inscriptions mystérieuses ; des champsplantés de menhirs de granit ; des sépultures grecques, byzantines, musulmanes, couvraient ce vieux sol de Macédoine où les grandspeuples du passé ont laissé leur poussière. De loin en loin, la silhouette aiguë d’un cyprès, ou un platane immense, abritant desbergers albanais et des chèvres ; sur la terre aride, de larges fleurs lilas pâle, répandant une douce odeur de chèvrefeuille, sous unsoleil déjà brûlant. Les moindres détails de ce pays sont restés dans ma mémoire.La nuit, c’était un calme tiède, inaltérable, un silence mêlé de bruits de cigales, un air pur rempli de parfums d’été ; la mer immobile,le ciel aussi brillant qu’autrefois dans mes nuits des tropiques.Elle ne m’appartenait pas encore ; mais il n’y avait plus entre nous que des barrières matérielles, la présence de son maître, et legrillage de fer de ses fenêtres.Je passais ces nuits à l’attendre, à attendre ce moment, très court quelquefois, où je pouvais toucher ses bras à travers les terriblesbarreaux, et embrasser dans l’obscurité ses mains blanches, ornées de bagues d’Orient.Et puis, à certaine heure du matin, avant le jour, je pouvais, avec mille dangers, rejoindre ma corvette par un moyen convenu avec lesofficiers de garde.XIIIMes soirées se passaient en compagnie de Samuel. J’ai vu d’étranges choses avec lui, dans les tavernes des bateliers ; j’ai fait desétudes de mœurs que peu de gens ont pu faire, dans les cours des miracles et les tapis francs des juifs de la Turquie. Le costumeque je promenais dans ces bouges était celui des matelots turcs, le moins compromettant pour traverser de nuit la rade deSalonique. Samuel contrastait singulièrement avec de pareils milieux ; sa belle et douce figure rayonnait sur ces sombresrepoussoirs. Peu à peu je m’attachais à lui, et son refus de me servir auprès d’Aziyadé me faisait l’estimer davantage.Mais j’ai vu d’étranges choses la nuit avec ce vagabond, une prostitution étrange, dans les caves où se consomment jusqu’àcomplète ivresse le mastic et le raki…XIVUne nuit tiède de juin, étendus tous deux à terre dans la campagne, nous attendions deux heures du matin, – l’heure convenue. – Jeme souviens de cette belle nuit étoilée, où l’on n’entendait que le faible bruit de la mer calme. Les cyprès dessinaient sur la montagnedes larmes noires, les platanes des masses obscures ; de loin en loin, de vieilles bornes séculaires marquaient la place oubliée dequelque derviche d’autrefois ; l’herbe sèche, la mousse et le lichen avaient bonne odeur ; c’était un bonheur d’être en pleinecampagne une pareille nuit, et il faisait bon vivre.Mais Samuel paraissait subir cette corvée nocturne avec une détestable humeur, et ne me répondait même plus.Alors je lui pris la main pour la première fois, en signe d’amitié, et lui fis en espagnol à peu près ce discours :– Mon bon Samuel, vous dormez chaque nuit sur la terre dure ou sur des planches ; l’herbe qui est ici est meilleure et sent boncomme le serpolet. Dormez, et vous serez de plus belle humeur après. N’êtes-vous pas content de moi ? et qu’ai-je pu vous faire ?Sa main tremblait dans la mienne et la serrait plus qu’il n’eût été nécessaire.– Che volete, dit-il d’une voix sombre et troublée, che volete mî ? (Que voulez-vous de moi ?)…Quelque chose d’inouï et de ténébreux avait un moment passé dans la tête du pauvre Samuel ; – dans le vieil Orient tout est
possible ! – et puis il s’était couvert la figure de ses bras, et restait là, terrifié de lui-même, immobile et tremblant…Mais, depuis cet instant étrange, il est à mon service corps et âme ; il joue chaque soir sa liberté et sa vie en entrant dans la maisonqu’Aziyadé habite ; il traverse, dans l’obscurité, pour aller la chercher, ce cimetière rempli pour lui de visions et de terreurs mortelles ;il rame jusqu’au matin dans sa barque pour veiller sur la nôtre, ou bien m’attend toute la nuit, couché pêle-mêle avec cinquantevagabonds, sur la cinquième dalle de pierre du quai de Salonique. Sa personnalité est comme absorbée dans la mienne, et je letrouve partout dans mon ombre, quels que soient le lieu et le costume, que j’aie choisis, prêt à défendre ma vie au risque de lasienne.XVLOTI À PLUMKETT, LIEUTENANT DE MARINESalonique, mai 1876.Mon cher Plumkett,Vous pouvez me raconter, sans m’ennuyer jamais, toutes les choses tristes ou saugrenues, ou même gaies, qui vous passeront parla tête ; comme vous êtes classé pour moi en dehors du « vil troupeau », je lirai toujours avec plaisir ce que vous m’écrirez.Votre lettre m’a été remise sur la fin d’un dîner au vin d’Espagne, et je me souviens qu’elle m’a un peu, à première vue, abasourdi parson ensemble original. Vous êtes en effet « un drôle de type », mais cela, je le savais déjà. Vous êtes aussi un garçon d’esprit, ce quiétait connu. Mais ce n’est point là seulement ce que j’ai démêlé dans votre longue lettre, je vous l’assure.J’ai vu que vous avez dû beaucoup souffrir, et c’est là un point de commun entre nous deux. Moi aussi, il y a dix longues années quej’ai été lancé dans la vie, à Londres, livré à moi-même à seize ans ; j’ai goûté un peu toutes les jouissances ; mais je ne crois pas nonplus qu’aucun genre de douleur m’ait été épargné. Je me trouve fort vieux, malgré mon extrême jeunesse physique, que j’entretienspar l’escrime et l’acrobatie.Les confidences d’ailleurs ne servent à rien ; il suffit que vous ayez souffert pour qu’il y ait sympathie entre nous.Je vois aussi que j’ai été assez heureux pour vous inspirer quelque affection ; je vous en remercie. Nous aurons, si vous voulez bien,ce que vous appelez une amitié intellectuelle, et nos relations nous aideront à passer le temps maussade de la vie.À la quatrième page de votre papier, votre main courait un peu vite sans doute, quand vous avez écrit : « une affection et undévouement illimités. » Si vous avez pensé cela, vous voyez bien, mon cher ami, qu’il y a encore chez vous de la jeunesse et de lafraîcheur, et que tout n’est pas perdu. Ces belles amitiés-là, à la vie, à la mort, personne plus que moi n’en a éprouvé tout le charme ;mais, voyez-vous, on les a à dix-huit ans ; à vingt-cinq, elles sont finies, et on n’a plus de dévouement que pour soi-même. C’estdésolant, ce que je vous dis là, mais c’est terriblement vrai.XVISalonique, juin 1876.C’était un bonheur de faire à Salonique ces corvées matinales qui vous mettaient à terre avant le lever du soleil. L’air était si léger, lafraîcheur si délicieuse, qu’on n’avait aucune peine à vivre ; on était comme pénétré de bien-être. Quelques Turcs commençaient àcirculer, vêtus de robes rouges, vertes ou orange, sous les rues voûtées des bazars, à peine éclairées encore d’une demi-lueurtransparente.L’ingénieur Thompson jouait auprès de moi le rôle du confident d’opéra-comique, et nous avons bien couru ensemble par les vieillesrues de cette ville, aux heures les plus prohibées et dans les tenues les moins réglementaires.Le soir, c’était pour les yeux un enchantement d’un autre genre : tout était rose ou doré. L’Olympe avait des teintes de braise ou demétal en fusion, et se réfléchissait dans une mer unie comme une glace. Aucune vapeur dans l’air : il semblait qu’il n’y avait plusd’atmosphère et que les montagnes se découpaient dans le vide, tant leurs arêtes les plus lointaines étaient nettes et décidées.Nous étions souvent assis le soir sur les quais où se portait la foule, devant cette baie tranquille. Les orgues de Barbarie d’Orient yjouaient leurs airs bizarres, accompagnés de clochettes et de chapeaux chinois ; les cafedjis encombraient la voie publique de leurspetites tables toujours garnies, et ne suffisaient plus à servir les narguilhés, les skiros, le lokoum et le raki.Samuel était heureux et fier quand nous l’invitions à notre table. Il rôdait alentour, pour me transmettre par signes convenus quelquerendez-vous d’Aziyadé, et je tremblais d’impatience en songeant à la nuit qui allait venir.XVIISalonique, juillet 1876.Aziyadé avait dit à Samuel qu’il resterait cette nuit-là auprès de nous. Je la regardais faire avec étonnement : elle m’avait prié dem’asseoir entre elle et lui, et commençait à lui parler en langue turque.C’était un entretien qu’elle voulait, le premier entre nous deux, et Samuel devait servir d’interprète ; depuis un mois, liés par l’ivressedes sens, sans avoir pu échanger même une pensée, nous étions restés jusqu’à cette nuit étrangers l’un à l’autre et inconnus.– Où es-tu né ? Où as-tu vécu ? Quel âge as-tu ? As-tu une mère ? Crois-tu en Dieu ? Es-tu allé dans le pays des hommes noirs ? As-tu eu beaucoup de maîtresses ? Es-tu un seigneur dans ton pays ?
Elle, elle était une petite fille circassienne venue à Constantinople avec une autre petite de son âge ; un marchand l’avait vendue à unvieux Turc qui l’avait élevée pour la donner à son fils ; le fils était mort, le vieux Turc aussi ; elle, qui avait seize ans, était extrêmementbelle ; alors, elle avait été prise par cet homme, qui l’avait remarquée à Stamboul et ramenée dans sa maison de Salonique.– Elle dit, traduisait Samuel, que son Dieu n’est pas le même que le tien, et qu’elle n’est pas bien sûre, d’après le Koran, que lesfemmes aient une âme comme les hommes ; elle pense que, quand tu seras parti, vous ne vous verrez jamais, même après que vousserez morts, et c’est pour cela qu’elle pleure. Maintenant, dit Samuel en riant, elle demande si tu veux te jeter dans la mer avec elletout de suite ; et vous vous laisserez couler au fond en vous tenant serrés tous les deux… Et moi, ensuite, je ramènerai la barque, et jedirai que je ne vous ai pas vus.– Moi, dis-je, je le veux bien, pourvu qu’elle ne pleure plus ; partons tout de suite, ce sera fini après.Aziyadé comprit, elle passa ses bras en tremblant autour de mon cou ; et nous nous penchâmes tous deux sur l’eau.– Ne faites pas cela, cria Samuel, qui eut peur, en nous retenant tous deux avec une poigne de fer. Vilain baiser que vous vousdonneriez là. En se noyant, on se mord et on fait une horrible grimace.Cela était dit en sabir avec une crudité sauvage que le français ne peut pas traduire.Il était l’heure pour Aziyadé de repartir, et, l’instant d’après, elle nous quitta.XVIIIPLUMKETT A LOTILondres, juin 1876.Mon cher Loti,J’ai une vague souvenance de vous avoir envoyé le mois dernier une lettre sans queue ni tête, ni rime ni raison. Une de ces lettresque le primesaut vous dicte, où l’imagination galope, suivie par la plume, qui, elle, ne fait que trotter, et encore en butant souventcomme une vieille rossinante de louage.Ces lettres-là, on ne les a jamais relues avant de les fermer car alors on ne les aurait point envoyées. Des digressions plus ou moinspédantesques dont il est inutile de chercher l’à-propos, suivies d’âneries indignes du Tintamarre. Ensuite, pour le bouquet, un auto-panégyrique d’individu incompris qui cherche à se faire plaindre, pour récolter des compliments que vous êtes assez bon pour luienvoyer. Conclusion : tout cela était bien ridicule.Et les protestations de dévouement ! – Oh ! pour le coup c’est là que la vieille rossinante à deux becs prenait le mors aux dents !Vous répondez à cet article de ma lettre comme eût pu le faire cet écrivain du XVIe siècle avant notre ère qui ayant essayé de tout,d’être un grand roi, un grand philosophe, un grand architecte, d’avoir six cents femmes, etc., en vint à s’ennuyer et à se dégoûtertellement de toutes ces choses, qu’il déclara sur ses vieux jours, toutes réflexions faites, que tout n’était que vanité.Ce que vous me répondiez là, en style d’Ecclésiaste, je le savais bien ; je suis si bien de votre avis sur tout et même sur autre chose,que je doute fort qu’il m’arrive jamais de discuter avec vous autrement que comme Pandore avec son brigadier. Nous n’avonsabsolument rien à nous apprendre l’un à l’autre, pour ce qui est des choses de l’ordre moral.– Les confidences, me dites-vous, sont inutiles.Plus que jamais, je m’incline : j’aime à avoir des vues d’ensemble sur les personnes et les choses, j’aime à en deviner les grandstraits ; quant aux détails, je les ai toujours eus en horreur.« Affection et dévouement illimités ! » Que voulez-vous ! c’était un de ces bons mouvements, un de ces heureux éclairs à la faveurdesquels on est meilleur que soi-même. Croyez bien que l’on est sincère au moment où l’on écrit ainsi. Si ce ne sont que des éclairs,à qui faut-il s’en prendre ?… Est-ce à vous et à moi, qui ne sommes aucunement responsables de la profonde imperfection de notrenature ? Est-ce à celui qui ne nous a créés que pour nous laisser à demi ébauchés, susceptibles des aspirations les plus élevées ;mais incapables d’actes qui soient en rapport avec nos conceptions ? N’est-ce à personne du tout ? Dans le doute où nous sommesà ce sujet, je crois que c’est ce qu’il y a de mieux à faire.Merci pour ce que vous me dites de la fraîcheur de mes sentiments. Pourtant je n’en crois rien. Ils ont trop servi, ou plutôt je m’en suistrop servi, pour qu’ils ne soient pas un peu défraîchis par l’usage que j’en ai fait. Je pourrais dire que ce sont des sentimentsd’occasion, et, à ce propos, je vous rappellerai que souvent on trouve de très bonnes occasions. Je vous ferai également remarquerqu’il est des choses qui gagnent en solidité ce que l’usure peut leur avoir enlevé de brillant et de fraîcheur ; comme exemple tiré dunoble métier que nous exerçons tous deux, je vous citerai le vieux filin.Il est donc bien entendu que je vous aime beaucoup. Il n’y a plus à revenir là-dessus. Une fois pour toutes, je vous déclare que vousêtes très bien doué, et qu’il serait fort malheureux que vous laissiez s’atrophier par l’acrobatie la meilleure partie de vous-même. Celaposé, je cesse de vous assommer de mon affection et de mon admiration, pour entrer dans quelques détails sur mon individu.Je suis bien portant physiquement, et en traitement pour ce qui est du moral. – Mon traitement consiste à ne plus me tourner lacervelle à l’envers, et à mettre un régulateur à ma sensibilité. Tout est équilibre en ce monde, au-dedans de nous-même comme au-dehors. Si la sensibilité prend le dessus, c’est toujours aux dépens de la raison. Plus vous serez poète, moins vous serez géomètre,et, dans la vie, il faut un peu de géométrie, et, ce qui est pis encore, beaucoup d’arithmétique. Je crois, Dieu me pardonne, que je
vous écris là quelque chose qui a presque le sens commun !Tout à vous,PLUMKETT.XIXNuit du 27 juillet, Salonique.À neuf heures, les uns après les autres, les officiers du bord rentrent dans leurs chambres ; ils se retirent tous en me souhaitant bonnechance et bonne nuit : mon secret est devenu celui de tout le monde.Et je regarde avec anxiété le ciel du côté du vieil Olympe, d’où partent trop souvent ces gros nuages cuivrés, indices d’orages et depluie torrentielle.Ce soir, de ce côté-là, tout est pur, et la montagne mythologique découpe nettement sa cime sur le ciel profond.Je descends dans ma cabine, je m’habille et je remonte.Alors commence l’attente anxieuse de chaque soir : une heure, deux heures se passent, les minutes se traînent et sont longuescomme des nuits.À onze heures, un léger bruit d’avirons sur la mer calme ; un point lointain s’approche en glissant comme une ombre. C’est la barquede Samuel. Les factionnaires le couchent en joue et le hèlent. Samuel ne répond rien, et cependant les fusils s’abaissent ; lesfactionnaires ont une consigne secrète qui concerne lui seul, et le voilà le long du bord.On lui remet pour moi des filets, et différents ustensiles de pêche ; les apparences sont sauvées ainsi, et je saute dans la barque, quis’éloigne ; j’enlève le manteau qui couvrait mon costume turc et la transformation est faite. Ma veste dorée brille légèrement dansl’obscurité, la brise est molle et tiède, et Samuel rame sans bruit dans la direction de la terre.Une petite barque est là qui stationne. – Elle contient une vieille négresse hideuse enveloppée d’un drap bleu, un vieux domestiquealbanais armé jusqu’aux dents, au costume pittoresque ; et puis une femme, tellement voilée qu’on ne voit plus rien d’elle-mêmequ’une informe masse blanche.Samuel reçoit dans sa barque les deux premiers de ces personnages, et s’éloigne sans mot dire. Je suis resté seul avec la femmeau voile, aussi muette et immobile qu’un fantôme blanc ; j’ai pris les rames, et, en sens inverse, nous nous éloignons aussi dans ladirection du large. – Les yeux fixés sur elle, j’attends avec anxiété qu’elle fasse un mouvement ou un signe.Quand, à son gré, nous sommes assez loin, elle me tend ses bras ; c’est le signal attendu pour venir m’asseoir auprès d’elle. Jetremble en la touchant, ce premier contact me pénètre d’une langueur mortelle, son voile est imprégné des parfums de l’Orient, soncontact est ferme et froid.J’ai aimé plus qu’elle une autre jeune femme que, à présent, je n’ai plus le droit de voir ; mais jamais mes sens n’ont connu pareilleivresse.XXLa barque d’Aziyadé est remplie de tapis soyeux, de coussins et de couvertures de Turquie. On y trouve tous les raffinements de lanonchalance orientale, et il semblerait voir un lit qui flotte plutôt qu’une barque.C’est une situation singulière que la nôtre : il nous est interdit d’échanger seulement une parole ; tous les dangers se sont donnérendez-vous autour de ce lit, qui dérive sans direction sur la mer profonde ; on dirait deux êtres qui ne se sont réunis que pour goûterensemble les charmes enivrants de l’impossible.Dans trois heures, il faudra partir, quand la Grande Ourse se sera renversée dans le ciel immense. Nous suivons chaque nuit sonmouvement régulier, elle est l’aiguille du cadran qui compte nos heures d’ivresse.D’ici là, c’est l’oubli complet du monde et de la vie, le même baiser commencé le soir qui dure jusqu’au matin, quelque chose decomparable à cette soif ardente des pays de sable de l’Afrique qui s’excite en buvant de l’eau fraîche et que la satiété n’apaiseplus…À une heure, un tapage inattendu dans le silence de cette nuit : des harpes et des voix de femmes ; on nous crie gare, et à peineavons-nous le temps de nous garer. Un canot de la Maria Pia passe grand train près de notre barque ; il est rempli d’officiers italiensen partie fine, ivres pour la plupart ; – il avait failli passer sur nous et nous couler.XXIQuand nous rejoignîmes la barque de Samuel, la Grande Ourse avait dépassé son point de plus grande inclinaison, et on entendaitdans le lointain le chant du coq.Samuel dormait, roulé dans ma couverture, à l’arrière, au fond de la barque ; la négresse dormait, accroupie à l’avant comme unemacaque ; le vieil Albanais dormait entre eux deux, courbé sur ses avirons.Les deux vieux visiteurs rejoignirent leur maîtresse, et la barque qui portait Aziyadé s’éloigna sans bruit. Longtemps je suivis des yeux
la forme blanche de la jeune femme, étendue inerte à la place où je l’avais quittée, chaude de baisers, et humide de la rosée de lanuit.Trois heures sonnaient à bord des cuirassés allemands : une lueur blanche à l’orient profilait le contour sombre des montagnes, dontla base était perdue dans l’ombre, dans l’épaisseur de leur propre ombre, reflétée profondément dans l’eau calme. Il était impossibled’apprécier encore aucune distance dans l’obscurité projetée par ces montagnes ; seulement les étoiles pâlissaient.La fraîcheur humide du matin commençait à tomber sur la mer ; la rosée se déposait en gouttelettes serrées sur les planches de labarque de Samuel ; j’étais vêtu à peine, les épaules seulement couvertes d’une chemise d’Albanais en mousseline légère. Jecherchais ma veste dorée ; elle était restée dans la barque d’Aziyadé. Un froid mortel glissait le long de mes bras, et pénétrait peu àpeu toute ma poitrine. Une heure encore avant le moment favorable pour rentrer à bord en évitant la surveillance des hommes degarde ! J’essayai de ramer ; un sommeil irrésistible engourdissait mes bras. Alors je soulevai avec des précautions infinies lacouverture qui enveloppait Samuel, pour m’étendre sans l’éveiller à côté de cet ami de hasard.Et, sans en avoir eu conscience, en moins d’une seconde, nous nous étions endormis tous deux de ce sommeil accablant contrelequel il n’y a pas de résistance possible ; – et la barque s’en alla en dérive.Une voix rauque et germanique nous éveilla au bout d’une heure ; la voix criait quelque chose en allemand dans le genre de ceci :« Ohé du canot ! »Nous étions tombés sur les cuirassés allemands, et nous nous éloignâmes à force de rames ; les fusils des hommes de garde noustenaient en joue. Il était quatre heures ; l’aube, incertaine encore, éclairait la masse blanche de Salonique, les masses noires desnavires de guerre ; je rentrai à bord comme un voleur, assez heureux pour être inaperçu.XXIILa nuit d’après (du 28 au 29), je rêvai que je quittais brusquement Salonique et Aziyadé. Nous voulions courir, Samuel et moi, dans lesentier du village turc où elle demeure, pour au moins lui dire adieu ; l’inertie des rêves arrêtait notre course ; l’heure passait et lacorvette larguait ses voiles.– Je t’enverrai de ses cheveux, disait Samuel, toute une longue natte de ses cheveux bruns.Et nous cherchions toujours à courir.Alors, on vint m’éveiller pour le quart ; il était minuit. Le timonier alluma une bougie dans ma chambre : je vis briller les dorures et lesfleurs de soie de la tapisserie, et m’éveillai tout à fait.Il plut par torrents cette nuit-là, et je fus trempé.XXIIISalonique, 29 juillet.Je reçois ce matin à dix heures cet ordre inattendu : quitter brusquement ma corvette et Salonique : prendre passage demain sur lepaquebot de Constantinople, et rejoindre le stationnaire anglais le Deerhound, qui se promène par là-bas, dans les eaux duBosphore ou du Danube.Une bande de matelots vient d’envahir ma chambre ; ils arrachent les tentures et confectionnent les malles.J’habitais, tout au fond du Prince-of-Wales, un réduit blindé confinant avec la soute aux poudres. J’avais meublé d’une manièreoriginale ce caveau, où ne pénétrait pas la lumière du soleil : sur les murailles de fer, une épaisse soie rouge à fleurs bizarres ; desfaïences, des vieilleries redorées, des armes, brillant sur ce fond sombre.J’avais passé des heures tristes, dans l’obscurité de cette chambre, ces heures inévitables du tête-à-tête avec soi-même, qui sontvouées aux remords, aux regrets déchirants du passé.XXIVJ’avais quelques bons camarades sur le Prince-of-Wales ; j’étais un peu l’enfant gâté du bord, mais je ne tiens plus à personne, et ilm’est indifférent de les quitter.Une période encore de mon existence qui va finir, et Salonique est un coin de la terre que je ne reverrai plus.J’ai passé pourtant des heures enivrantes sur l’eau tranquille de cette grande baie, des nuits que beaucoup d’hommes achèteraientbien cher et j’aimais presque cette jeune femme, si singulièrement délicieuse !J’oublierai bientôt ces nuits tièdes, où la première lueur de l’aube nous trouvait étendus dans une barque, enivrés d’amour, et touttrempés de la rosée du matin.Je regrette Samuel aussi, le pauvre Samuel, qui jouait si gratuitement sa vie pour moi, et qui va pleurer mon départ comme un enfant.C’est ainsi que je me laisse aller encore et prendre à toutes les affections ardentes, à tout ce qui y ressemble, quel qu’en soit lemobile intéressé ou ténébreux ; j’accepte, en fermant les yeux, tout ce qui peut pour une heure combler le vide effrayant de la vie, toutce qui est une apparence d’amitié ou d’amour.XXV
30 juillet. Dimanche.À midi, par une journée brûlante, je quitte Salonique. Samuel vient avec sa barque, à la dernière heure, me dire adieu sur le paquebotqui m’emporte.Il a l’air fort dégagé et satisfait. – Encore un qui m’oubliera vite !– Au revoir, effendim, pensia poco de Samuel ! (Au revoir, monseigneur ! pense un peu à Samuel !)XXVI– En automne, a dit Aziyadé, Abeddin-effendi, mon maître, transportera à Stamboul son domicile et ses femmes ; si par hasard il n’yvenait pas, moi seule j’y viendrais pour toi.Va pour Stamboul, et je vais l’y attendre. Mais c’est tout à recommencer, un nouveau genre de vie, dans un nouveau pays, avec denouveaux visages, et pour un temps que j’ignore.XXVIIL’état-major du Prince-of-Wales exécute des effets de mouchoirs très réussis, et le pays s’éloigne, baigné dans le soleil. Longtempson distingue la tour blanche, où, la nuit, s’embarquait Aziyadé, et cette campagne pierreuse, çà et là plantée de vieux platanes, sisouvent parcourue dans l’obscurité.Salonique n’est plus bientôt qu’une tache grise qui s’étale sur des montagnes jaunes et arides, une tache hérissée de pointesblanches qui sont des minarets, et de pointes noires qui sont des cyprès.Et puis la tache grise disparaît, pour toujours sans doute, derrière les hautes terres du cap Kara-Bournou. Quatre grands sommetsmythologiques s’élèvent au-dessus de la côte déjà lointaine de Macédoine : Olympe, Athos, Pélion et Ossa !Aziyadé : SolitudeAziyadéIConstantinople, 3 août 1876.Traversée en trois jours et trois étapes : Athos, Dédéagatch, les Dardanelles.Nous étions une bande ainsi composée : une belle dame grecque, deux bellesdames juives, un Allemand, un missionnaire américain, sa femme, et un derviche.Une société un peu drôle ! mais nous avons fait bon ménage tout de même, etbeaucoup de musique. La conversation générale avait eu lieu en latin, ou en grecdu temps d’Homère. Il y avait même, entre le missionnaire et moi, des apartés enlangue polynésienne.Depuis trois jours, j’habite, aux frais de Sa Majesté Britannique, un hôtel du quartierde Péra. Mes voisins sont un lord et une aimable lady, avec laquelle les soirées sepassent au piano à jouer tout Beethoven.J’attends sans impatience le retour de mon bateau, qui se promène quelque part,dans la mer de Marmara.IISamuel m’a suivi comme un ami fidèle ; j’en ai été touché. Il a réussi à se faufiler, luiaussi, à bord d’un paquebot des Messageries, et m’est arrivé ce matin ; je l’aiembrassé de bon cœur, heureux de revoir sa franche et honnête figure, la seule quime soit sympathique dans cette grande ville où je ne connais âme qui vive.– Voilà, dit-il, effendim ; j’ai tout laissé, mes amis, mon pays, ma barque, – et je t’aisuivi.J’ai éprouvé déjà que, chez les pauvres gens plus qu’ailleurs, on trouve de cesdévouements absolus et spontanés ; je les aime mieux que les gens policés,décidément : ils n’en ont pas l’égoïsme ni les mesquineries.IIITous les verbes de Samuel se terminent en ate ; tout ce qui fait du bruit se dit : fateboum (faire boum).
– Si Samuel monte à cheval, dit-il, Samuel fate boum. ! (Lisez : « Samueltombera. »)Ses réflexions sont subites et incohérentes comme celles des petits enfants ; il estreligieux avec naïveté et candeur ; ses superstitions sont originales, et sesobservances saugrenues. Il n’est jamais si drôle que quand il veut faire l’hommesérieux.IVA LOTI, DE SA SŒURBrightbury, août 1876.Frère aimé,Tu cours, tu vogues, tu changes, tu te poses… te voilà parti comme un petit oiseausur lequel jamais on ne peut mettre la main. Pauvre cher petit oiseau, capricieux,blasé, battu des vents, jouet des mirages, qui n’a pas vu encore où il fallait qu’ilreposât sa tête fatiguée, son aile frémissante.Mirage à Salonique, mirage ailleurs ! Tournoie, tournoie toujours, jusqu’à ce que,dégoûté de ce vol inconscient, tu te poses pour la vie sur quelque jolie branche defraîche verdure… Non ; tu ne briseras pas tes ailes, et tu ne tomberas pas dans legouffre, parce que le Dieu des petits oiseaux a une fois parlé, et qu’il y a des angesqui veillent autour de cette tête légère et chérie.C’est donc fini ! Tu ne viendras pas cette année t’asseoir sous les tilleuls ! L’hiverarrivera sans que tu aies foulé notre gazon ! Pendant cinq années, j’ai vu fleurir nosfleurs, se parer nos ombrages, avec la douce, la charmante pensée que je vous yverrais tous deux. Chaque saison, chaque été, c’était mon bonheur… Il n’y a plusque toi, et nous ne t’y verrons pas.Un beau matin d’août, je t’écris de Brightbury, de notre salon de campagne donnantsur la cour aux tilleuls ; les oiseaux chantent, et les rayons du soleil filtrentjoyeusement partout. C’est samedi, et les pierres, et le plancher, fraîchement lavés,racontent tout un petit poème rustique et intime, auquel, je le sais, tu n’es pointindifférent. Les grandes chaleurs suffocantes sont passées et nous entrons danscette période de paix, de charme pénétrant, qui peut être si justement comparée ausecond âge de l’homme ; les fleurs et les plantes, fatiguées de toutes ces voluptésde l’été, s’élancent maintenant, refleurissent vigoureuses, avec des teintes plusardentes au milieu d’une verdure éclatante, et quelques feuilles déjà jauniesajoutent au charme viril de cette nature à sa seconde pousse. Dans ce petit coin demon Éden, tout t’attendait, frère chéri ; il semblait que tout poussait pour toi… etencore une fois, tout passera sans toi. C’est décidé, nous ne te verrons pas.VLe quartier bruyant du Taxim, sur la hauteur de Péra, les équipages européens, lestoilettes européennes heurtant les équipages et les costumes d’Orient ; une grandechaleur, un grand soleil ; un vent tiède soulevant la poussière et les feuilles jauniesd’août ; l’odeur des myrtes ; le tapage des marchands de fruits, les ruesencombrées de raisins et de pastèques… Les premiers moments de mon séjour àConstantinople ont gravé ces images dans mon souvenir.Je passais des après-midi au bord de cette route du Taxim, assis au vent sous lesarbres, étranger à tous. En rêvant de ce temps qui venait de finir, je suivais d’unregard distrait ce défilé cosmopolite ; je songeais beaucoup à elle, étonné de latrouver si bien assise tout au fond de ma pensée.Je fis dans ce quartier la connaissance du prêtre arménien qui me donna lespremières notions de la langue turque. Je n’aimais pas encore ce pays comme jel’ai aimé plus tard ; je l’observais en touriste ; et Stamboul, dont les chrétiensavaient peur, m’était à peu près inconnu.Pendant trois mois, je demeurai à Péra, songeant aux moyens d’exécuter ce projetimpossible, aller habiter avec elle sur l’autre rive de la Corne d’or, vivre de la viemusulmane qui était sa vie, la posséder des jours entiers, comprendre et pénétrerses pensées, lire au fond de son cœur des choses fraîches et sauvages à peinesoupçonnées dans nos nuits de Salonique, – et l’avoir à moi tout entière.Ma maison était située en un point retiré de Péra, dominant de haut la Corne d’or etle panorama lointain de la ville turque ; la splendeur de l’été donnait du charme àcette habitation. En travaillant la langue de l’islam devant ma grande fenêtre
ouverte, je planais sur le vieux Stamboul baigné de soleil. Tout au fond, dans unbois de cyprès, apparaissait Eyoub, où il eût été doux d’aller avec elle cacher sonexistence, – point mystérieux et ignoré où notre vie eût trouvé un cadre étrange etcharmant.Autour de ma maison s’étendaient de vastes terrains dominant Stamboul, plantés, de cyprès et de tombesterrains vagues où jai passé plus dune nuit à errer,poursuivant quelque aventure imprudente arménienne, ou grecque.Tout au fond de mon cœur, j’étais resté fidèle à Aziyadé ; mais les jours passaientet elle ne venait pas…De ces belles créatures, je n’ai conservé que le souvenir sans charme que laissel’amour enfiévré des sens ; rien de plus ne m’attacha jamais à aucune d’elles, etelles furent vite oubliées.Mais j’ai souvent parcouru la nuit ces cimetières, et j’y ai fait plus d’une fâcheuserencontre.À trois heures, un matin, un homme sorti de derrière un cyprès me barra lepassage. C’était un veilleur de nuit ; il était armé d’un long bâton ferré, de deuxpistolets et d’un poignard ; – et j’étais sans armes.Je compris tout de suite ce que voulait cet homme. Il eût attenté à ma vie plutôt quede renoncer à son projet.Je consentis à le suivre : j’avais mon plan. Nous marchions près de ces fondrièresde cinquante mètres de haut qui séparent Péra de Kassim-Pacha. Il était tout aubord ; je saisis l’instant favorable, je me jetai sur lui ; – il posa un pied dans le vide,et perdit l’équilibre. Je l’entendis rouler tout au fond sur les pierres, avec un bruitsinistre et un gémissement.Il devait avoir des compagnons et sa chute avait pu s’entendre de loin dans cesilence. Je pris mon vol dans la nuit, fendant l’air d’une course si rapide qu’aucunêtre humain n’eût pu m’atteindre.Le ciel blanchissait à l’orient quand je regagnai ma chambre. La pâle débauche meretenait souvent par les rues jusqu’à ces heures matinales. À peine étais-jeendormi, qu’une suave musique vint m’éveiller ; une vieille aubade d’autrefois, unemélodie gaie et orientale, fraîche comme l’aube du jour, des voix humainesaccompagnées de harpes et de guitares.Le chœur passa, et se perdit dans l’éloignement. Par ma fenêtre grande ouverte,on ne voyait que la vapeur du matin, le vide immense du ciel ; et puis, tout en haut,quelque chose se dessina en rose, un dôme et des minarets ; la silhouette de laville turque s’esquissa peu à peu, comme suspendue dans l’air… Alors, je merappelai que j’étais à Stamboul, – et qu’elle avait juré d’y venir.VILa rencontre de cet homme m’avait laissé une impression sinistre ; je cessai cevagabondage nocturne, et n’eus plus d’autres maîtresses, – si ce n’est une jeunefille juive nommée Rébecca, qui me connaissait, dans le faubourg israélite de Pri-Pacha, sous le nom de Marketo.Je passai la fin d’août et une partie de septembre en excursions dans le Bosphore.Le temps était tiède et splendide. Les rives ombreuses, les palais et les yalis semiraient dans l’eau calme et bleue que sillonnaient des caïques dorés.On préparait à Stamboul la déposition du sultan Mourad, et le sacre d’Abd-ul-Hamid.VIIConstantinople, 30 août.Minuit ! la cinquième heure aux horloges turques ; les veilleurs de nuit frappent le solde leurs lourds bâtons ferrés. Les chiens sont en révolution dans le quartier deGalata et poussent là-bas des hurlements lamentables. Ceux de mon quartiergardent la neutralité et je leur en sais gré ; ils dorment en monceaux devant maporte. Tout est au grand calme dans mon voisinage ; les lumières s’y sont éteintesune à une, pendant ces trois longues heures que j’ai passées là, étendu devant mafenêtre ouverte.
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text