15 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
15 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Rudyard Kipling — C o n t e sAmour-des-femmes"Love-o’-Women"1893Traduit par Louis Fabulet et Robert d’HumièresAMOUR-DES-FEMMES>’horreur, la confusion, le meurtrier isolé de ses camarades, tout cela était fini avantmon arrivée. Il ne restait, dans la cour du quartier, que du sang d’homme par terre,qui criait du sol. Le chaud soleil l’avait réduit à une pellicule noirâtre, pas plusépaisse qu’une feuille d’or battu, qui se craquelait en losange, sous la chaleur ; et,comme le vent se levait, chaque losange, se soulevant un peu, frisait aux bordscomme une langue muette. Puis une rafale plus forte balaya tout en grains depoussière sombre. Il faisait trop chaud pour rester au soleil avant l’heure dudéjeuner. Les hommes étaient dans les casernes, en train de causer de l’affaire.Dans le quartier des ménages, un groupe de femmes de soldats stationnait à l’unedes entrées, tandis qu’à l’intérieur une voix de folie s’étranglait en vilains motsorduriers.Un sergent tranquille, de conduite irréprochable, venait d’abattre d’un coup de feu,en plein jour, juste après l’exercice du matin, un de ses propres caporaux, puis étaitrentré dans sa chambre et s’était assis sur un lit, en attendant que la garde vînt lechercher. Il s’ensuivait qu’on le traduirait en temps voulu devant le Conseil deGuerre pour le procès. En outre, mais c’est là plus qu’on n’eût pu lui demander deprévoir dans son plan de vengeance, il allait affreusement bouleverser mon travail ;car le compte ...

Informations

Publié par
Nombre de lectures 115
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Extrait

’horreur, la confusion, le meurtrier isolé de ses camarades, tout cela était fini avantmon arrivée. Il ne restait, dans la cour du quartier, que du sang d’homme par terre,qui criait du sol. Le chaud soleil l’avait réduit à une pellicule noirâtre, pas plusépaisse qu’une feuille d’or battu, qui se craquelait en losange, sous la chaleur ; et,comme le vent se levait, chaque losange, se soulevant un peu, frisait aux bordscomme une langue muette. Puis une rafale plus forte balaya tout en grains depoussière sombre. Il faisait trop chaud pour rester au soleil avant l’heure dudéjeuner. Les hommes étaient dans les casernes, en train de causer de l’affaire.Dans le quartier des ménages, un groupe de femmes de soldats stationnait à l’unedes entrées, tandis qu’à l’intérieur une voix de folie s’étranglait en vilains motsorduriers.Un sergent tranquille, de conduite irréprochable, venait d’abattre d’un coup de feu,en plein jour, juste après l’exercice du matin, un de ses propres caporaux, puis étaitrentré dans sa chambre et s’était assis sur un lit, en attendant que la garde vînt lechercher. Il s’ensuivait qu’on le traduirait en temps voulu devant le Conseil deGuerre pour le procès. En outre, mais c’est là plus qu’on n’eût pu lui demander deprévoir dans son plan de vengeance, il allait affreusement bouleverser mon travail ;car le compte ..." />
Rudyard Kipling — ContesAmour-des-femmes"Love-o’-Women"3981Traduit par Louis Fabulet et Robert d’HumièresAMOUR-DES-FEMMES>’horreur, la confusion, le meurtrier isolé de ses camarades, tout cela était fini avantmon arrivée. Il ne restait, dans la cour du quartier, que du sang d’homme par terre,qui criait du sol. Le chaud soleil l’avait réduit à une pellicule noirâtre, pas plusépaisse qu’une feuille d’or battu, qui se craquelait en losange, sous la chaleur ; et,comme le vent se levait, chaque losange, se soulevant un peu, frisait aux bordscomme une langue muette. Puis une rafale plus forte balaya tout en grains depoussière sombre. Il faisait trop chaud pour rester au soleil avant l’heure dudéjeuner. Les hommes étaient dans les casernes, en train de causer de l’affaire.Dans le quartier des ménages, un groupe de femmes de soldats stationnait à l’unedes entrées, tandis qu’à l’intérieur une voix de folie s’étranglait en vilains motsorduriers.Un sergent tranquille, de conduite irréprochable, venait d’abattre d’un coup de feu,en plein jour, juste après l’exercice du matin, un de ses propres caporaux, puis étaitrentré dans sa chambre et s’était assis sur un lit, en attendant que la garde vînt lechercher. Il s’ensuivait qu’on le traduirait en temps voulu devant le Conseil deGuerre pour le procès. En outre, mais c’est là plus qu’on n’eût pu lui demander deprévoir dans son plan de vengeance, il allait affreusement bouleverser mon travail ;car le compte rendu de la cause devait m’échoir, sans recours. Ce qu’il serait, ceprocès, je le savais d’avance jusqu’à la lassitude. Il y aurait le fusil qu’on aurait prissoin de ne pas nettoyer, souillé de taches au canon et à la culasse, sur lequelviendraient prêter serment une demi-douzaine de témoins militaires et superflus ; ily aurait la chaleur, la buée étouffante, qui font glisser et chavirer le crayon humideentre les doigts ; et le punkah ferait son bruit monotone, et les plaideursjacasseraient sous les verandahs, et le capitaine de l’accusé apporterait descertificats de moralité à l’actif du prisonnier, tandis que le jury soufflerait et que leseffets de toiles des témoins jetteraient une odeur de teinture et de potasse. Puis,quelque abject balayeur de chambrée perdrait la tête au cours de l’interrogatoire, etle jeune avocat, qui plaide toujours les causes militaires en vue du crédit qu’elles nelui apportent jamais, dirait et ferait des choses étonnantes, après quoi il s’enprendrait à moi de n’avoir pas transcrit ses paroles avec exactitude. Enfin, car onne le pendrait certainement pas, je retrouverais peut-être l’accusé, en train dequadriller des bordereaux en blanc dans la prison Centrale, et lui relèverais le moralavec l’espoir d’une place de chiourme aux Andamans1.Le code pénal indien et ses interprètes ne traitent pas le meurtre en plaisanterie, àquelque provocation qu’ait obéi le meurtrier. Le sergent Raines, à mon avis, auraitbeaucoup de chance s’il s’en tirait avec sept ans. Il avait passé la nuit entière àcuver l’injure, et tué son homme à vingt mètres avant aucun échange de parolespossible. J’en savais assez là-dessus. À moins donc qu’on ne fit un brin de toiletteà la cause, sept ans seraient le maximum ; et, à mon idée, il se trouveraitexcessivement à propos pour le sergent Raines de s’être fait aimer dans sacompagnie.Ce même soir — il n’y a pas de jour plus long que le jour d’un meurtre — jerencontrai Ortheris avec les chiens, et il entra de suite, avec un air de défi, dans levif du sujet.— Je serai témoin, dit-il. J’étais sous la verandah quand Mackie est arrivé. Il venaitde chez Mrs. Raines. Quigley, Parson et Trot, ils étaient, eux, dans l’autreverandah ; ils n’ont rien pu entendre. Le sergent Raines me parlait sous la verandahet voilà Mackie, qui s’amène dans la cour et qui dit : « Eh bien, » qu’il dit, « il tientencore, votre casque, sergent ? »En entendant ça, voilà Raines qui reprend sa respiration et qui dit : « Nom de Dieu,j’peux pas souffrir ça ! » qu’il dit, et il attrape mon fusil et tue Mackie. Compris ?
— Mais qu’est-ce que vous faisiez avec votre fusil sous la verandah extérieure, uneheure après l’exercice ?— Nettoyage, dit Ortheris, en me fixant du regard de plomb, opaque et intraitabledont il accompagnait ses mensonges de choix.Il aurait tout aussi bien pu dire qu’il dansait tout nu, car en aucun temps son fusiln’avait réclamé curette ou chiffon vingt minutes après l’exercice. Le Conseil,toutefois, ignorerait sa routine.— Et vous allez vous tenir à cela… sur le Livre ? demandai-je.— Oui. Comme une sacrée sangsue.— Très bien, je n’ai pas besoin d’en savoir plus long. Rappelez-vous seulement queQuigley, Parson et Trot n’ont pas pu se trouver où vous dites sans entendre quelquechose ; et que, pour sûr, il devait y avoir, à ce moment, dans la cour quelquebalayeur du quartier à se promener, par là. Il y en a toujours.— Ce n’était pas le balayeur. C’était le beastie2. Il est sûr.Ainsi, j’acquis l’assurance d’ingénieux tripotages en perspective, et je plaignisl’avocat du gouvernement qui dirigerait la poursuite.À l’ouverture du procès, je le plaignis davantage, toujours prompt qu’il était à perdreson sang-froid et à traiter en affaire personnelle chaque cause perdue. Le jeuneavocat de Raines avait, pour une fois, mis de côté sa passion inassouvie etWellingesque pour les alibis et la folie, abjuré la gymnastique et les feux d’artifice,et travaillé sérieusement pour son client. Dieu merci, la saison chaude n’était qu’àson début, et il n’y avait pas eu encore de cas flagrants de fusillade dans lescasernes ; en outre le jury était passable, même pour un jury de l’Inde, où neufmembres au moins sur douze ont l’habitude de peser les témoignages. Ortheris tintbon sans se laisser ébranler par les contre-interrogatoires. Le seul point faible deson histoire — la présence du fusil sous la verandah extérieure — passa sanspeine au crible de la sagesse civile, bien que, parmi les témoins, quelques-uns nepussent s’empêcher de sourire. L’avocat du Gouvernement réclama la potence, ensoutenant jusqu’au bout la question de meurtre prémédité. Un laps suffisant avaitpermis, soutenait-il, les réflexions qui se présentent si naturellement à un hommedont l’honneur est perdu. Il y avait aussi la loi, toujours prête, en son désir de réparerles torts dont le soldat a pu souffrir, si tant est que des torts aient existé jamais.Mais il doutait grandement qu’il y eût des torts en suffisance. Des soupçons sanscause, couvés depuis trop longtemps, avaient mené, suivant sa théorie, au crimedélibéré. Mais ses tentatives pour atténuer le motif avortèrent. Le témoin le plusétranger à l’affaire connaissait — avait connu depuis des semaines — les griefs del’inculpé ; et celui-ci, qui naturellement avait été le dernier de tous à savoir,gémissait sur son banc à entendre ces choses. La vraie question autour de laquelletournait le procès était de savoir si Raines avait ou non tiré sous l’impulsion aveugleet soudaine d’une provocation essuyée le matin même ; or, au résumé destémoignages, il parut clair que celui d’Ortheris avait porté juste. Il avait imaginé, parun raffinement d’art, de suggérer que, personnellement, il détestait le sergent, lequelétait venu sous la verandah lui administrer une semonce pour insubordination. Dansun moment de faiblesse, l’avocat du Gouvernement posa une question de trop.— Faites excuse, Monsieur, répliqua Ortheris, il m’appelait « sacré petit avoué demalheur ».La Cour pouffa. Le jury rapporta un verdict de culpabilité, mais avec toutes lescirconstances atténuantes du ciel et de la terre, et le président porta sa main à sonfront avant de rendre la sentence ; et, dans la gorge de l’accusé, on voyaitdescendre et monter sa pomme d’Adam, comme le mercure pompe avant uncyclone.En considération de tous les considérants, depuis le certificat de bonne conduitedélivré par son capitaine, jusqu’à la perte assurée de sa pension, son grade et sonhonneur, l’accusé était condamné à deux ans, à faire dans l’Inde, et… on était priéde s’abstenir de manifester devant la Cour. L’avocat du Gouvernement fronça lessourcils et ramassa ses papiers, la garde fit demi-tour avec un cliquetis d’armes, etl’accusé, abandonné au bras séculier, fut ramené à la prison dans une ticca-gharri3démolie.Sa garde et quelque dix ou douze témoins militaires d’importance moindre reçurentl’ordre d’attendre jusqu’à ce qu’on appelle officiellement la fraîcheur du soir pourretourner à leurs cantonnements. Ils s’assemblèrent dans une des verandahs en
briques du rouge sombre d’un violon hors d’usage, et félicitèrent Ortheris qui portaitavec modestie les honneurs de la journée. J’envoyai mes notes à la rédaction et lesrejoignis. Ortheris regardait l’avocat du Gouvernement s’éloigner en voiture pouraller déjeuner.— En voilà un sale petit boucher, avec son caillou chauve, dit-il. Il ne me revient pas.Il a un colley4, n’empêche, qui ferait l’affaire. Je remonte à Murree dans unesemaine. Ce cabot-là me rapportera quinze roupies n’importe où.— Tu feras bien de te faire dire des messes avec, dit Térence5 en débouclant sonceinturon.Il avait fait partie de la garde du prévenu, au garde-à-vous et casque en tête depuistrois longues heures.— Pas moi, dit Ortheris avec bonne humeur. Dieu les portera un de ces jours à lamasse de la deuxième pour détérioration de locaux. Tu as l’air vanné, Térence.— Ma foi, on n’est plus jeune comme on était. Ce montage de garde là, ça vous usela plante des pieds, et ici — il renifla avec mépris les briques de la verandah — onest aussi mal assis que debout !— Attendez une minute. Je vais chercher les coussins de ma charrette, dis-je.— Mince de sofa ! On se la coule, dit Ortheris, comme Térence s’affalait en troistemps sur les coussins de cuir, en disant avec grâce :— Que le bon Dieu ne vous refuse jamais un bon coin où que vous alliez, nil’avantage de le partager avec un ami. Un autre pour vous ? Voilà qui est bien. Jepeux m’asseoir en long là-dessus. Stanley, passe-moi une pipe. Augrrh ! Et voilàencore un homme fichu à cause d’une femme. J’ai bien dû être de garde àquarante ou cinquante conseils, l’un dans l’autre, et ça me dégoûte davantagechaque fois.— Voyons, vous avez été de garde pour Losson, Lancey, Dugard et Stebbing,autant que je me rappelle, dis-je.— Oui, et avant, et encore avant — pour des douzaines d’autres, répondit-il avec unsourire blasé. Tout de même, il vaut encore mieux mourir que vivre pour elles.Quand Raines sortira de là — il change de tenue en ce moment à la prison — ilpensera de même. Il aurait dû se tuer, et la femme avec, comme de juste. Il n’y aque les bons comptes… Voilà qu’il a laissé la femme — elle prenait le thé avecDinah encore dimanche passé — et qu’il s’est laissé aussi. C’est Mackie, leveinard.— Il est probable qu’il a chaud, là où il est, risquai-je, car je savais quelque chosedes exploits du défunt caporal.— Pour sûr, dit Térence, en crachant par-dessus le bord de la verandah. Mais, cequ’il écope là-bas n’est que petit fourbi de campagne auprès de ce qu’il aurait euici, s’il avait vécu.— Sûrement non. Il aurait continué et oublié… comme les autres.— Connaissiez-vous bien Mackie, Monsieur ? dit Térence.— Il était de la garde d’honneur à Pattiala, l’hiver dernier ; j’ai passé une journée àla chasse avec lui en ekka6, et j’ai trouvé que c’était plutôt un garçon amusant.— Le voilà bouclé pour les amusements, sauf ce qui est de se tourner du côté droitsur le gauche, d’ici à quelques années. Je connaissais Mackie, et j’en ai trop vud’autres pour me tromper sur un homme. Il aurait pu continuer et oublier, commevous dites, Monsieur, mais c’était un homme qui avait de l’éducation, et il s’enservait pour ses coups ; et cette éducation, le beau langage, et tout ça qui luidonnait moyen de faire ce qu’il voulait d’une femme, tout ça, en fin de compte, ça seserait tourné contre lui pour le déchirer tout vif. Je ne peux pas dire ce que jevoudrais parce que je ne sais pas comment, mais Mackie, c’était vivant et craché leportrait d’un homme à qui j’ai vu tirer les mêmes étapes, à la dernière près, et, qu’iln’ait pas fini comme Mackie, ça fut tant pis pour lui. Attendez un peu que je merappelle maintenant. C’était quand j’étais dans le Black Tyrone7, on nous l’expédiade Portsmouth ; et quel était donc son failli nom ?… C’était Larry… Larry Tighe ; etun du même détachement raconta que c’était un gentleman-ranker8, sur quoi Larryl’empoigna et le tua aux trois quarts pour lui apprendre. Et c’était un grand gars, unfort gars, un beau gars, et tout ça pèse son poids avec quelques femmes ; mais, à
les prendre en masse, pas avec toutes. Pourtant, c’était à toutes que Larry s’enprenait — à toutes — car il pouvait mettre le grappin sur n’importe quelle femmeentre celles qui foulent la terre verte de Dieu, et il le savait. Comme Mackie en trainde rôtir maintenant, il le savait, et jamais il ne mettait le grappin sur aucune femme,sauf et sinon pour la honte noire. Ce n’est pas moi qui devrais parler, Dieu sait,Dieu sait ; n’importe, dans mes… mésalliances, il n’y a jamais eu que purediablerie, et c’est rudement fâché que j’étais, quand il s’en est suivi du mal. C’estpourquoi bien des fois, avec une fille, et avec une femme aussi, quand j’ai vu dansses yeux qu’il y avait plus de grabuge en train que mes paroles n’auraient voulufaire, j’ai enrayé, tout planté là, pour l’amour de la mère qui m’a porté. Mais Larry, jepense, avait bu le lait d’une diablesse, car il n’en laissa jamais aller une du jour où,pour son malheur, elle l’avait écouté. C’était son affaire dans la vie, comme demonter la garde pour d’autres. Bon soldat avec ça. Il y a eu la gouvernante ducolonel — et lui, simple troupier ! — jamais on n’avait dit un mot sur elle, auquartier ; et une des bonnes du major, qui était promise à un homme ; et quelques-unes encore, en ville ; quant à ce qui se passait chez nous autres, nous ne lesaurons jamais jusqu’au jugement dernier. C’était son goût, à la rosse, de mettre legrappin sur les meilleures dans le tas — pas les plus jolies, tant s’en faut — maisces sortes de femmes dont on jurerait, la main sur le Livre, qu’il ne leur est jamaisvenu en tête une idée seulement de faire des bêtises. Et c’est la raison, remarquezbien, pourquoi il ne fut jamais pincé. Il faillit, une ou deux fois, mais ça n’alla jamaisjusqu’au bout, et il lui en coûta plus cher à la fin qu’au commencement. Il causaitavec moi plus souvent qu’avec les autres, parce que, disait-il, n’était l’accident demon éducation, j’aurais été la même espèce de diable que lui : « C’est-il probable,qu’il disait, avec sa manière de porter haut la tête, c’est-il probable que je me fassejamais prendre ? Qu’est-ce que je suis, à la fin du compte ? Un damné troupier, »qu’il disait. « Et c’est-il probable, penses-tu, que les gens de ma connaissancevoudraient avoir rien à faire avec un simple soldat comme moi ? Avec le numéro dixmille quatre cent sept ? » qu’il disait en ricanant. Je voyais bien, à sa façon de direles choses, quand il ne faisait pas exprès de parler troupier, que c’était unmonsieur.« J’y comprends rien du tout, » que je dis ; « mais je sais que c’est le diable enpersonne que tu as dans les yeux, et je ne marche pas pour ces affaires-là. Un brinde blague, histoire de rire, là où ça ne peut faire de mal à personne, c’est bel etbien, Larry, mais je me trompe fort si c’est l’histoire de rire pour toi, » que je dis.« Tu te trompes très fort, » qu’il dit. « Et je te conseille de ne pas juger les gens quivalent mieux que toi.« Mieux que moi ! » que je dis. « Dieu t’aide, Larry. Il n’y a, en tout ça, ni mieux nimeilleur ; c’est tout mauvais, tu t’en apercevras pour ton compte. »« Tu n’es pas comme moi, » qu’il disait en secouant la tête.« Les saints en soient loués, » que je dis. « Ce que j’ai fait est fait, et j’en ai eu de lapeine, je le jure bien. Quand le moment viendra pour toi, tu te rappelleras ce que jedis. »« Quand ce moment arrivera, je viendrai te trouver pour les consolations de l’âme,Révérend Père Térence. »Et, là-dessus, il s’en allait à quelque autre manigance du diable — histoired’accroître son expérience, comme il disait. Il était mauvais — mauvais jusqu’auxmoelles — mauvais comme tout l’Enfer ! La nature ne m’a pas bâti pour avoir peurd’aucun homme ; mais, par Dieu, j’avais peur de Larry. Il arrivait à la chambre, lebonnet sur trois cheveux, se couchait sur son cadre et regardait le plafond, et, detemps à autre, il faisait un petit rire, comme un caillou qu’on jette au fond d’un puits,et, à cela, je connaissais qu’il méditait un nouveau coup, et j’avais peur. Tout celase passait, il y a longtemps, longtemps, mais ça me fit marcher droit — pour untemps, au moins.— Je vous ai dit, n’est-ce pas, Monsieur, que je fus amené, par persuasion etcaresses, à quitter le Tyrone à cause d’un ennui ?— Quelque chose concernant un ceinturon et la tête d’un homme, est-ce cela ?Térence n’avait jamais raconté toute l’histoire.— C’est ça même. Ma parole, chaque fois que je suis de garde au Conseil deGuerre pour un autre, je me demande pourquoi je n’ai pas été un jour à sa place.Mais mon homme, à moi, joua partie franche et eut le bon sens de ne pas mourir.Pensez à tout ce que l’armée aurait perdu, s’il s’était laissé glisser ! On me supplia
de permuter, et mon capitaine fit une démarche auprès de moi. Je partis pour nepas le désobliger, et Larry me dit qu’il regrettait rudement de me perdre — ce quej’avais fait pourtant pour lui donner des regrets, je ne m’en doute guère. C’est ainsique j’entrai au Vieux Régiment, en laissant Larry s’en aller au diable de son côté, etne m’attendant plus à le revoir, sauf à quelque conseil pour coup de fusil encaserne… Qui est-ce là-bas qui sort du compound9 ?L’œil prompt de Térence avait aperçu un uniforme blanc qui se défilait derrière la.eiah— Le sergent est parti en ronde, dit une voix.— Alors, c’est moi qui commande ici, et je n’entends pas qu’on fiche le camp aubazar, pour être obligé d’aller vous chercher avec une patrouille à minuit. Nalson, jesais que c’est toi, reviens sous la verandah.Nalson, découvert, revint en maugréant vers ses camarades. Il s’éleva un murmurequi s’éteignit au bout d’une minute ou deux, et Térence, changeant de côté,continua :— Ce fut la dernière fois que je vis Larry, du moins pour un moment. Lespermutations, c’est comme la mort pour ce qui est de ne plus penser aux gens,sans compter que j’épousai Dinah, ce qui m’empêcha de me rappeler le tempspassé. Puis nous partîmes en campagne, et ça me déchirait le cœur de laisserDinah au Dépôt à Pindi. Conséquemment, une fois au feu, je me battiscirconspectueusement, jusqu’à ce que je m’échauffe, et alors j’y allai deux fois plusdur. Vous vous rappelez ce que je vous ai raconté à la porte du quartier, sur labataille de Silver’s Theatre ?— Qui est-ce qui parle de Silver’s Theatre ? dit vivement Ortheris par-dessus sonépaule.— Personne, petit homme. C’est une histoire que tu connais. Comme je le disais,après le combat, nous autres du Vieux Régiment et ceux de Tyrone on était tousmélangés ensemble à faire le compte des morts, et, comme de juste, j’allais de-cide-là voir si je retrouverais quelqu’un qui se souviendrait de moi. Le second hommeque je rencontre — et comment je ne l’avais pas vu pendant l’affaire, du diable si jele sais — c’était Larry, toujours beau garçon, mais plus vieux, par la raison du motif.« Larry, » que je dis, « comment va ? » « Tu te trompes de nom, » qu’il me dit, avecson sourire de monsieur. « Larry est mort depuis ces trois années. On l’appelleAmour-des-femmes maintenant », qu’il dit.Je vis, par là, que la vieille folie le tenait encore, mais le soir d’un combat ça n’estguère le moment pour se confesser, et on s’assit tous deux, affaire de reparler del’ancien temps.« On me dit que tu es marié, » qu’il dit en fumant sa pipe à petites bouffées. « Es-tuheureux ? »« Je le serai, une fois de retour au Dépôt. C’est une drôle de lune de miel. Je n’aipoussé qu’une reconnaissance. »« Je suis marié aussi, » qu’il dit, en soufflant à bouffées de plus en plus ralenties, lebout du doigt sur le fourneau de la pipe.« Mes souhaits de bonheur, » que je dis.C’est la meilleure nouvelle que j’aie apprise depuis longtemps.« Crois-tu ? » qu’il dit ; — et alors, il se mit à parler de Silver’s Theatre, et ilréclamait déjà de la besogne. J’étais content pour ma part de rester par terre àécouter chanter les couvercles des marmites.Quand il se releva, il chancela un peu et se pencha tout tordu.« Tu as écopé plus que ton compte, » que je lui dis. « Fais l’inventaire, Larry. Tudois être blessé. »Il fait demi-tour, raide comme une baguette de fusil, et se met à me damner du hauten bas et à me traiter de singe malappris à gueule d’Irlandais. Si c’avait été auquartier, je le dégringolais sur place ; un point, c’est tout ; mais c’était devantl’ennemi, et après une bataille comme celle de Silver’s Theatre, je savais qu’il n’yavait pas à demander compte à un homme de son humeur. Il aurait aussi bien pum’embrasser. Dans la suite, je fus bien content d’avoir gardé mes poings dans le
rang. Alors, voilà notre capitaine Crook — Cruik-na-bulleen10 — qui arrive. Il venaitde causer au petit gosse d’officier du Tyrone. « Nous sommes tous hachés menucomme paille, » qu’il dit, « mais les Tyrones sont salement à court de sous-offs.Allez-vous-en chez eux, Mulvaney, et faites le sergent, le caporal, le fourrier, tout ceque vous pourrez mettre la main dessus jusqu’à ce que je vous dise halte. »Je passai au Tyrone et pris le commandement. Il ne restait qu’un sergent valide, eton ne faisait pas attention à lui. Le reste, c’était moi, et il était grand temps quej’arrive. Je parlai aux uns, je ne dis rien aux autres, mais, nom de Dieu, avant la nuit,les gars du Tyrone se mettaient au garde à vous, pour peu que ma pipe chante plusfort. Entre vous, moi et Bobs11, je commandais la compagnie, et c’est pour ça queCrook m’avait mis là ; et le gosse d’officier le savait, et moi je le savais, mais lacompagnie ne le savait pas. Et c’est là, notez bien, qu’on voit à l’œuvre ce méritequi ne s’achète pour or ni pour trimage — le mérite du vieux soldat qui connaîtl’ouvrage de son chef et s’en tire, pour lui, au doigt et à l’œil.Puis, le Tyrone avec le Vieux Régiment accolés furent envoyés rôder et marauderdans les montagnes contiguës et désavantageuses. C’est une idée à moi qu’ungénéral ne sait pas, la moitié du temps, quoi faire des trois quarts de soncommandement. C’est pourquoi il s’accroupit sur son derrière et leur donne l’ordrede courir en rond autour de lui, pendant qu’il réfléchit. Quand, par l’opération de lanature, ils se font attirer dans quelque gros combat, sans l’avoir cherché du reste, ildit : « Pigez la supériorité de mon génie. Voilà où je voulais en venir. » On courutdonc, en rond, en cercle et en travers, et tout ce qu’on y gagna ce fut de se fairecanarder la nuit sous les tentes, d’emporter des sungars12 vides la broche au boutdu canon, et d’attraper des coups tirés de derrière les rochers, si bien qu’à la finpersonne n’en pouvait plus — personne, sauf Amour-des-femmes. Ce métier dechien fouetté, pour lui, c’était manger et boire. Vingt dieux, il n’en avait jamaisassez ! Moi qui savais bien que ce sont justement ces campagnes abrutissantesqui vous tuent vos meilleurs troupiers, et soupçonnant que, si je claquais, le gosseperdrait tous ses hommes en tâchant de sortir de là, je me couchais bien tranquille ;quand j’entendais un coup de fusil, je ramassais mes longues jambes derrière uncaillou et détalais comme un zèbre en terrain découvert. Par Dieu, si j’ai conduitune fois le Tyrone en retraite, je l’ai conduit quarante ; Amour-des-femmes, lui,restait à tirer et tirailler derrière un rocher, attendant le moment où le feu chauffaitplus ferme : alors, il se levait et tirait à hauteur d’homme. Il restait dehors aussi dansle camp, la nuit, à viser à toutes les ombres, car il ne prenait jamais une bouchée desommeil. Mon officier — Dieu sauve sa petite âme ! — ne se rendait pas comptede la beauté de mes stratagèmes, et quand le Vieux Régiment nous croisait, ce quiarrivait une fois par semaine, il se trottait vers Crook, avec ses grands yeux bleustout ronds, comme des soucoupes, et portait plainte contre moi. Je les entendis,une fois, causer à travers la toile de la tente, et je faillis rire ou presque.« Il se sauve — il se sauve comme un lièvre, » disait le gosse. « C’est démoralisantpour mes hommes. »« Sacré petit idiot que vous faites, » dit Crook en riant. « Il vous apprend votremétier. Avez-vous eu déjà une surprise, la nuit ? »« Non, » dit cet enfant qui le regrettait fort.« Avez-vous des blessés ? » dit Crook.« Non, » répondit l’autre. « Ils n’en ont pas eu l’occasion. Ils suivent Mulvaney tropvite, » qu’il dit.« Qu’est-ce que vous voulez de plus, alors ? » dit Crook. « Térence vous dégote,c’est net et clair, » qu’il dit. « Il sait ce que vous ne savez pas, c’est-à-dire qu’il y atemps pour tout. Il ne vous fichera pas dedans, » qu’il dit ; « mais je donnerais unmois de solde pour savoir ce qu’il pense de vous. »Cela fit taire le gosse, mais Amour-des-femmes me cherchait des raisons pour toutce que je faisais, et mes manœuvres en particulier.« M. Mulvaney, » qu’il me dit, un soir, avec un air méprisant, « vous devenez trèsjeldy13 sur vos pieds. Entre gens du monde, » qu’il dit, « entre gens du monde, celane s’appelle pas d’un joli nom. »« Entre simples soldats, c’est différent, » que je fais. « Retourne à ta tente. Je suissergent ici. » Il y avait dans ma voix juste ce qu’il fallait pour lui faire comprendrequ’à ce jeu-là il tenait sa vie entre ses dents. Il s’éloigna, et je remarquai que cethomme qui faisait des manières partait, au commandement de marche, avec unmouvement brusque, comme s’il avait reçu un coup de pied par-derrière. Cette
même nuit, il y eut un pique-nique de Paythans14, dans les montagnes à côté, et unefusillade sur nos tentes à réveiller les morts.« Couchez-vous tous, »que je dis, « couchez-vous et restez tranquilles. Ils ne ferontque brûler des cartouches. »J’entendis les pas d’un homme sur le sol, puis un Tini15 qui se joignait au chœur.J’étais couché au chaud, pensant à Dinah et le reste, mais je sortis avec le claironpour jeter un coup d’œil en cas de surprise ; le Tini crachait rouge sur le front debandière et on voyait la hauteur à côté toute piquée d’étincelles par les coups defeu à longue portée. À la lueur des étoiles, j’aperçus Amour-des-femmes sansceinturon ni casque, assis sur un rocher. Il héla deux ou trois fois, et je l’entendis quidisait : « Il y a longtemps qu’ils devraient avoir la hausse. Ils viseront peut-être aufeu. » Puis, il tira de nouveau, ce qui amena une nouvelle salve ; et une flopée deces longs lingots qu’ils mâchent entre leurs dents arrivèrent en sautant parmi lesrochers, comme des crapauds dans la nuit chaude. « Voilà qui est mieux, » ditAmour-des-femmes. « Seigneur ! comme c’est long, comme c’est long ! » qu’ildisait.Et, là-dessus, il flambe une allumette et la lève au-dessus de sa tête.Je pensais : « Il est fou, fou à lier. » Je fais un pas en avant, et la première chosequi m’arrive, c’est la semelle de mon soulier qui se met à claquer comme un guidonde cavalerie et le petit juif de mes doigts de pied qui me pince tout à coup. C’étaitun drôle de coup de fusil, bien envoyé — un lingot — qui n’avait éraflé ni chaussetteni peau, mais qui me laissait là, pied nu, sur les rochers. Là-dessus j’empoigneAmour-des-femmes par la peau du cou, je le jette derrière une pierre et à peineassis j’entends les balles qui grêlaient sur le sacré caillou.« Va-t’en griller ailleurs tes allumettes du diable, » que je dis en le secouant, mais jen’ai pas envie de me faire tuer aussi.« Tu es venu trop tôt, » qu’il dit. « Tu es venu trop tôt. D’ici une minute, ils nem’auraient plus manqué. Sainte Mère de Dieu, » qu’il dit, « pourquoi ne les as-tupas laissés faire ? Maintenant c’est tout à recommencer. » Et il se cache la figuredans les mains.« Alors, c’est donc ça, » que je dis en le secouant de nouveau, « c’est ça tesraisons de ne pas te conformer aux ordres. »« Je n’ose pas me tuer moi-même, » qu’il dit en tanguant de droite à gauche. « Mesmains, elles ne sauraient pas ; depuis un mois, pas une balle qui ait voulu de moi. Ilme faut mourir à petit feu, qu’il dit. Mourir à petit feu. Mais c’est l’enfer enattendant, » qu’il dit.— Il criait tout haut, comme une femme. « C’est l’enfer ! »« Dieu nous garde tous ! » que je dis, car je voyais sa figure. « Ça peut-il seraconter ? S’il n’y a personne de tué dans ton histoire, il y a peut-être moyend’arranger le mal. »Là-dessus, il se mit à rire.« Te rappelles-tu ce que je disais dans la chambre du Tyrone, à propos desconsolations de l’âme que je viendrais te demander ? Je n’ai pas oublié, » qu’il dit.« Ça m’est revenu. Je suis maintenant au bout de mon rouleau, Térence. J’ai luttédes mois et des mois, mais la boisson même ne veut plus mordre. Térence, » qu’ildit, « je ne peux plus être saoul ! »Je vis alors qu’il disait vrai en parlant d’enfer, car lorsque la boisson n’a plus deprise, c’est que l’âme de l’homme est pourrie au fond de lui. Mais moi, pour ce queje valais, que pouvais-je lui dire ?« Des diamants et des perles, » qu’il reprend. « Des diamants et des perles quej’ai jetés des deux mains — et qu’est-ce qui me reste ? Oh ! qu’est-ce qui m’estresté ? »Il était là à trembler et claquer des dents contre mon épaule, et les lingots chantaientpar-dessous nos têtes, et je me demandais si mon gosse, là-bas, aurait assez debon sens pour faire tenir son monde tranquille, pendant toute cette fusillade.« Tant que je n’ai pas pensé, » dit Amour-des-femmes, « je n’ai pas vu, je nevoulais pas voir, mais je comprends maintenant tout ce que j’ai perdu. Le momentet l’endroit, les mots mêmes que j’ai dits quand ça fut mon plaisir de m’en aller toutseul à l’enfer… Mais sans ça, même sans ça, » qu’il dit en se tordant à faire peur,« je n’aurais pas été heureux. Il y avait trop de choses derrière moi. Le moyen d’y
croire à son serment — moi qui avais violé le mien des dix et cent fois, rien quepour le plaisir de les voir pleurer ? Et il y a les autres, » qu’il dit. « Oh ! que faire —que devenir ? »Il se balançait toujours d’avant en arrière, et je crois bien qu’il pleurait comme unedes femmes dont il avait parlé.Une bonne moitié de ce qu’il me dit, c’était comme des ordres de brigade pourmoi. Mais, d’après le reste, je devinais quelque chose de son mal. C’était lejugement de Dieu qui l’agrippait au talon, comme je l’en avais averti dans lacaserne du Tyrone. Les lingots chantaient de plus belle autour de notre rocher, et jedis pour le distraire :« Chaque mal a son heure, » que je dis. « Ils vont tâcher de prendre le campd’assaut d’ici une minute. »Je n’avais pas parlé voilà un Paythan qui s’aboule à plat ventre, son couteau entreles dents, à pas vingt mètres de nous. Amour-des-femmes saute sur ses pieds engueulant, l’homme le voit et court dessus (il avait laissé son fusil sous le rocher), lecouteau en l’air. Amour-des-femmes ne bouge pas d’un cheveu, mais, par le Dieuvivant, vrai comme je l’ai vu, voilà une pierre qui tourne sous le pied du Paythan, et ils’étend de tout son long, pendant que le couteau s’en va dinguer à travers lesrochers.« Je te l’ai dit, je suis Caïn, » dit Amour-des-femmes. « À quoi bon le tuer ? C’est unhonnête homme, lui — par comparaison. »Je n’étais pas en train de discuter sur la morale des Paythans ; aussi, je mets lacrosse du fusil d’Amour-des-femmes dans la figure de l’homme, et :« Vite, au camp, » que je dis, « possible que ça soit l’assaut qui commence. »Il n’y eut pas d’assaut, en fin de compte, malgré qu’on était resté l’arme à l’épaule àles attendre, histoire de voir venir. Le Paythan devait s’être amené seul, par malice ;et, au bout d’un moment, Amour-des-femmes retourna à sa tente avec ce drôle detangage en demi-cercle dans la marche où je ne pouvais rien comprendre.Pauvre bougre, je le plaignais, d’autant plus qu’il me fit penser, le reste de la nuit, aujour où j’avais été nommé caporal, où je ne faisais pas fonction de lieutenant encoreet à un tas d’idées qui ne me valaient rien.Vous comprenez, après cette nuit-là, on en vint à causer pas mal ensemble, et, petità petit, ce que je soupçonnais se tira au clair. C’étaient tous ses mauvais coups,toutes ses canailleries qui lui retombaient dessus, lourd et dur, comme la boissonvous terrasse quand on n’a pas dessaoulé de huit jours. Tout ce qu’il avait fait, et luiseul aurait pu en faire le compte, tout cela lui revenait, et son âme ne trouvait plus uninstant de repos. C’était la folie, la peur sans cause apparente, et pourtant —pourtant qu’est-ce que je raconte là ? Il aurait accepté la folie et dit merci encore.Au-delà des remords de cet homme, — ceux-là passaient déjà la résistancehumaine et c’était affreux à voir ! — il y avait autre chose de pire que tous lesremords. Sur les douzaines et douzaines de femmes qu’il revoyait dans sa tête (etde les voir passer toutes, cela le rendait fou), il y en avait une, voyez-vous, et çan’était pas la sienne, dont l’idée lui fouillait comme un coup de couteau dans le vifdes moelles. C’était cette fois-là, qu’il disait, cette fois-là qu’il avait jeté diamants etperles sans compter, et alors il recommençait, comme un byle16 aveugle dans unmoulin à huile, qui tourne toujours dans le même rond, à se dire (lui qui avait passétoute chance de connaître jamais le bonheur de ce côté-ci de l’enfer !) combien ilaurait été heureux avec elle. Plus il y pensait, plus il se ressassait qu’il avait perdu lachance d’un bonheur épatant ; puis, il reprenait toute son histoire à rebours pourconclure en pleurant que rien, d’une façon ou d’une autre, n’aurait pu le rendreheureux jamais.Des fois, des fois, et bien d’autres, sous la tente, à l’exercice, au feu aussi, j’ai vucet homme-là fermer les yeux et rentrer le cou, comme on plongerait en voyantbriller une baïonnette à hauteur d’œil. C’était alors qu’il me disait, c’était alors que lapensée de tout ce qu’il avait perdu se dressait devant lui et le brûlait comme un ferrouge. Ce qu’il avait fait aux autres, il le regrettait, quoique, au fond, ça lui étaitégal ; mais, cette femme dont je vous ai parlé, crénom de bleu ! elle lui fit, à elleseule, payer deux fois pour toutes les autres. Je n’aurais jamais cru qu’un hommepouvait endurer pareil tourment sans que le cœur lui éclate entre les côtes, et j’ai vupourtant — Térence fit tourner lentement le tuyau de sa pipe entre ses dents —quelques sales moments dans ma vie. Eh bien ! tout ce que j’ai jamais souffert nevaut pas la peine d’en parler à côté de lui… et que pouvais-je faire ? Des prières
pour le deuil qu’il se faisait, autant lui offrir des petits pois en cosse !Un beau jour, vint la fin de notre balade dans la montagne, et, grâce à moi, saufexcuse, il n’y eut au bilan ni gloire ni malheur. La campagne se tirait, et onrassemblait tous les régiments avant de les renvoyer chez eux. Amour-des-femmesse mangeait les sangs de n’avoir rien à faire, rien qu’à penser tout le temps. J’aientendu cet homme-là causer à sa plaque de ceinturon, à ses montures de fusils,tout en les astiquant, rien que pour s’empêcher de penser ; et, chaque fois qu’il selevait après être resté assis, ou qu’il se remettait en marche, il partait avec cetteruade en manière d’embardée dont je vous ai parlé — ses jambes qui semblaientfiche le camp de tous côtés à la fois. Il ne voulait jamais voir le major, quoi que je luidise. Il me jurait après du haut en bas en remerciement de mes conseils. Mais jesavais qu’il n’était pas plus responsable de ce qu’il disait que le gosse ducommandement de sa compagnie, et je laissais marcher sa langue, histoire de sesoulager.Un jour — c’était au retour — je me promenais par le camp avec lui, quand ils’arrête et frappe le sol du pied trois ou quatre fois d’un air de doute. Je dis :« Qu’est-ce que c’est ? » « C’est-il de la terre ? » qu’il dit. Je me demandais si satête s’en allait, quand voilà le major qui s’amène — il revenait d’anatomiser un bœufmort. Amour-des-femmes veut partir au pas allongé et m’envoie un coup de pieddans le genou, pendant que ses jambes se préparent au mouvement de : En avant !« Hé là, » dit le major ; — et la figure d’Amour-des-femmes, qui était toute grillée depetites rides, devint rouge brique.« Garde à vous, » dit le major. Amour-des-femmes joignit les talons. « Maintenant,fermez les yeux, » dit le major. « Non, il ne faut pas vous tenir à votre camarade. »« C’est fini, » dit Amour-des-femmes, en essayant de sourire. « Je tomberais,docteur, et vous le savez bien. »« Tomber ! » que je dis. « Tomber au garde à vous avec les yeux fermés ! Qu’est-ce que tu veux dire ? »« Le major le sait, » qu’il dit. « J’ai tenu bon tant que j’ai pu ; mais, nom de Dieu, jesuis bien content que ce soit fini. L’ennui, c’est que je serai long à mourir, » qu’il dit,« très long à mourir. »Je voyais, à l’air du major, qu’il avait pitié du pauvre diable, et de tout son cœur ; illui ordonna l’hôpital. Nous revînmes ensemble, et j’en perdais la paroled’étonnement. Amour-des-femmes s’écroulait, s’émiettait à chaque pas. Il marchait,une main sur mon épaule, en pivotant sur le côté, tandis que sa jambe droite ramaitcomme un chameau boiteux. Et moi qui ne me doutais pas plus que les morts de cequ’il avait. C’était tout à fait comme si un mot du docteur avait tout fait — comme siAmour-des-femmes n’avait attendu que ce mot pour se laisser aller tout à trac.À l’hôpital, il dit au major quelque chose que je ne pus attraper.« Cré matin ! » que dit le major. « Qu’est-ce que c’est que ces manières de donnerdes noms à vos maladies ? C’est contre tous les règlements. »« Je ne serai plus soldat longtemps, » dit Amour-des-femmes de sa voix demonsieur. — Et le docteur fit un saut.« Voilà un cas pour vous, docteur Lowndes, » qu’il dit.C’est la première fois que j’ai entendu appeler un major par son nom.« Adieu, Térence, » dit Amour-des-femmes. « Je suis un homme mort et sans leplaisir de mourir. Tu viendras me faire visite quelquefois, pour la plus grande paixde mon âme. »Or, j’avais eu dans l’idée de demander à Crook de me reprendre au VieuxRégiment ; on ne se battait plus, et j’en avais plein le dos des gars du Tyrone et deleurs manières ; mais je changeai d’avis, je restai, afin d’aller voir Amour-des-femmes à l’hôpital. Comme je vous l’ai dit, Monsieur, l’homme me claquait dans lamain en petits morceaux. Depuis combien de temps il se maintenait et se forçait àmarcher droit, je n’en sais rien ; mais, à l’hôpital, moins de deux jours plus tard,c’est à peine si je pouvais le reconnaître. Je lui donnai une poignée de main ; ilserra la mienne assez fort, mais ses mains à lui se promenaient partout à la fois, etil ne pouvait pas boutonner sa tunique.« Je mettrai longtemps, longtemps encore à mourir, » qu’il dit, « le prix du péché
ressemble à l’intérêt dans les caisses d’épargne régimentaires — c’est sûr, mais ilfaut un sacré temps avant de toucher. »Le major me glisse, un jour, en douceur : « Est-ce que Tighe, là-bas, a quelquechose en tête ? » qu’il dit. « On croirait qu’il se ronge. »« Comment pourrai-je savoir, Monsieur le major ? » que je dis, plus innocent qu’un.egna« On l’appelle Amour-des-femmes dans le Tyrone, n’est-ce pas ? » qu’il dit. « Maquestion était stupide. Restez avec lui autant que vous pourrez. Il se tient encore àvotre force. »« Mais qu’est-ce qu’il a, major ? » que je dis.« On appelle cela Attaques-y Locomotive17, » qu’il dit, « parce que, » qu’il dit,« cela nous attaque comme une locomotive, si vous savez ce que cela veut dire. Etcela vient, » qu’il dit en me regardant, « cela vient d’être appelé Amour-des-femmes. »« C’est pour rire, major, » que je dis.« Pour rire ! » qu’il dit. « Si jamais vous vous sentez dans votre brodequin unesemelle de feutre au lieu du poil de vache du Gouvernement, venez me trouver, »qu’il dit, « et je vous ferai voir si c’est pour rire. »Vous ne le croirez pas, Monsieur, mais ça et puis de voir Amour-des-femmes pincétout à coup sans prévenir, tout ça me ficha une frousse si diabolique de l’Attaques-y, que, pendant plus d’une semaine, je m’en allai, me cognant les doigts de piedaux pierres et aux souches pour le plaisir de sentir que ça faisait mal.Et Amour-des-femmes demeurait là, couché sur son lit (y avait beau jour qu’il auraitpu descendre avec un convoi de blessés, mais il demanda à rester avec moi), et cequ’il avait dans l’esprit lui pesait dessus de tout son poids nuit et jour, jour et nuit, àchaque heure, et il se ratatinait comme une portion de viande de bœuf au soleil, etses yeux ressemblaient à des yeux de hibou, et ses mains n’obéissaient plus.On remmenait les régiments un par un, la campagne étant finie, mais, selonl’habitude, tout marchait comme si jamais un régiment n’avait été déplacé demémoire d’homme. Pourquoi ça, dites-moi, Monsieur ? On se bat, tout compte fait,ici ou là, neuf mois sur douze, dans l’armée. C’est ainsi depuis des ans et des ans,et on pourrait croire que, depuis le temps, ils auraient attrapé le truc de pourvoir à latroupe. Mais non ! On dirait chaque fois un pensionnat bousculé par un gros taureaurouge en allant à vêpres, et « Sainte Mère de Dieu, » que geint l’intendance, « etles chemins de fer, et les chefs de chambrée, qu’allons-nous devenir ? » L’ordrenous arriva de descendre, au Tyrone, au Vieux Régiment et à une demi-douzained’autres ; puis, c’était tout, les ordres se muselaient là. Nous descendîmes, par unegrâce spéciale de Dieu — nous descendîmes, c’était par le Khyber, en tous cas. Il yavait des malades avec nous, et je me doute que plus d’un en mourut à force d’êtresecoué dans les doolies18, mais ils ne demandaient qu’à mourir comme ça, pourvuqu’ils arrivent plus tôt vivants à Peshawer. Je marchais à côté d’Amour-des-femmes — on allait au pas de route — et Amour-des-femmes n’était guère en trainde continuer. « Si seulement j’étais mort là-haut, qu’il disait à travers les rideaux dudoolie. » Puis, il se tournait les yeux, et rentrait le cou à cause des idées qui lebourrelaient.Dinah était au Dépôt à Pindi, mais je ne m’emballais pas, car je savais bien quec’est juste au bas bout de la queue des choses que la chance peut tourner. Parexemple, j’avais vu un conducteur de batterie passer au trot en chantant : « Home,sweet home ! » à plein gosier, et sans faire attention à sa gauche, — j’avais vu cethomme tomber sous le canon au milieu d’un mot, et sortir derrière le caissoncomme… comme une grenouille sur un pavé. Non, ce n’est pas moi qui mepresserais ; pourtant, Dieu sait, mon cœur ne pensait qu’à Pindi. Amour-des-femmes vit ce que j’avais en tête, et : « Va, Térence, je sais ce qui t’attend. » « Jen’irai pas, » que je dis, « ça peut tenir encore un bout de temps. »Vous connaissez le coude de la passe devant Jumrood et la route de neuf milles enterrain plat qui mène à Peshawer ? Tout Peshawer se tenait là, jour et nuit, le longde cette route, à attendre des amis — hommes, femmes, enfants et musiques.Quelques troupes campèrent autour de Jumrood, et d’autres continuèrent surPeshawer pour regagner leurs cantonnements.Voilà que nous débouchons de la passe, le matin, à la première heure, après avoir
veillé toute la nuit, et nous entrons, en pleine salade, au beau milieu de la mêlée.Sainte Mère de Dieu, oublierai-je jamais ce retour ? Le jour n’était pas encore toutà fait levé, et la première chose que nous entendons, c’est : For ’tis my delight of ashiny night par une musique qui nous prenait pour le deuxième bataillon duLincolnshire. Là-dessus on est forcé de gueuler pour se faire connaître, et quelqu’unlance The wearing of thé green19. Cela me mit des fourmis tout le long du dosrapport qu’on n’avait pas déjeuné. Puis, vlan ! dans notre arrière-garde, vients’épater le restant des Jock Elliott’s20 avec quatre cornemuses et pas la moitié d’unkilt à eux quatre, jouant comme si leur vie en dépendait, et tortillant du râble commedes lapins, plus un régiment indigène hurlant : Au meurtre ! au feu ! Vous n’avezjamais rien entendu de pareil ! Il y avait là des hommes qui pleuraient comme desfemmes — et, ma foi, je ne les en blâme pas ! Là où je n’y tins plus, ce fut de voir lamusique des lanciers luisants et fourbis comme des anges, le cheval timbalier entête, et les timbales d’argent, et tout, et tout, attendant leurs hommes qui venaientderrière nous. Ils commencèrent à jouer le galop de cavalerie, et, nom de Dieu ! cespauvres régiments, qui ne comptaient pas un sabot valide par escadron, yrépondent, et les hommes avec, qui titubaient en selle ! Nous tâchons de leurenvoyer un hurrah au passage, mais il ne sortit qu’une espèce de grosse toux,moitié grognement, de sorte qu’il devait y en avoir beaucoup qui se sentaientcomme moi. Oh ! mais j’oublie ! Les Fly-by-night21 attendaient leur secondbataillon, et, lorsqu’il parut, marchait en tête — la selle vide — le cheval du colonel.Les hommes l’adoraient ; on peut le dire. Il était mort à Ali-Musjid, en revenant. Ilsattendirent jusqu’à ce que le reste du bataillon fût en vue et alors — contre touteespèce d’ordres, car je vous demande un peu qui avait besoin d’un air pareil, cejour-là ? — ils rentrèrent à Peshawer au pas d’enterrement, en jouant une marchefunèbre à décrocher les entrailles à tous ceux qui entendaient. Ils passèrent justedevant notre front, et (vous connaissez leurs uniformes) noirs comme desramoneurs, à leur pas lent de morts qui reviennent, pendant que les autresmusiques les damnaient jusqu’à la gauche.Ils s’en fichaient pas mal. Ils avaient le corps avec eux, et ils l’auraient mené demême à travers un couronnement. Nous avions l’ordre d’entrer dans Peshawer, eton allongea en dépassant les Fly-by-night, sans chanter, pour laisser cet air-làderrière. C’est ainsi qu’on prit la route des autres corps.Les oreilles me tintaient encore lorsque je sentis dans mes os que Dinah venait ;j’entendis un cri, et alors je vis, dévalant sur la route, à tombeau ouvert, dans del’écume et de la poussière, un cheval et un tattoo22, et des femmes dessus. Jesavais — je savais ! L’une, c’était la femme du colonel du Tyrone, la dame du vieuxBeeker, ses cheveux gris au vent et sa grosse boule de carcasse qui roulait enselle, et l’autre, c’était Dinah, qui aurait dû être à Pindi. La dame du colonel chargela tête de notre colonne comme un mur de pierre, et fiche presque Beeker à bas ducheval, en lui jetant les bras autour du cou et bafouillant : « Mon gars ! mon gars ! »Dinah tourne à gauche et descend le long de notre flanc, et je lâche un hurlementqui avait souffert dans ma gorge depuis des mois, et… Dinah vint ! Pourrai-jeoublier ça jamais tant que je vivrai ! Elle était venue de Pindi avec un sauf-conduit,et la dame du colonel lui avait prêté la tattoo.Elles avaient passé la nuit à s’embrasser et à pleurer l’une contre l’autre. Elle avaitmis pied à terre et elle marchait sa main dans la mienne, me faisant quarantequestions pour une, et me suppliant de jurer sur la Vierge que je n’avais pas deballe dissimulée dans mon individu, quelque part,… on ne sait jamais. Je mesouvins alors d’Amour-des-femmes. Il nous guettait, et sa figure était comme celled’un diable qui a cuit trop longtemps. Je n’avais pas envie que Dinah le voie, carlorsqu’une femme déborde comme ça de contentement, la plus petite chose quiarrive dans la vie peut la toucher et du mal s’ensuivre. C’est pourquoi je tirai lerideau. Amour-des-femmes retomba en arrière en gémissant.Quand on prit le pas pour entrer à Peshawer, Dinah alla m’attendre au quartier, etmoi, plus fier qu’un empereur pour le moment, je continuai ma route afin deconduire Amour-des-femmes à l’hôpital. C’était le moins que je pouvais faire, et,pour lui épargner la poussière et l’étouffement, je fis prendre aux porteurs une routebien en dehors de celle des troupes. Nous allions ainsi, moi causant à travers lesrideaux. Tout à coup je l’entends qui dit : « Laisse-moi voir. Pour l’amour de Dieu,laisse-moi voir. »J’avais été si occupé à le garder de la poussière et à penser à Dinah, que jen’avais pas l’œil sur ce qui se passait autour de moi. Une femme à cheval noussuivait un peu en arrière ; et, comme j’appris en en recausant plus tard avec Dinah,cette même femme devait avoir poussé très loin sur la route vers Jumrood. Dinahme dit qu’elle rôdait depuis la veille comme un vautour sur le flanc gauche descolonnes.
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text