149 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
149 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Extrait de quatrième de couverture
« Je me pose ce dimanche matin dans un café de Saint-Ouen, à proximité des puces, pour travailler à l'écriture de ce livre. Vers midi, je m'apprête à repartir à vélo. En montant dessus, une main sur le guidon, une autre tenant les béquilles, je me casse la figure. Une dame qui m'observait m'interpelle et me demande s'il est "bien raisonnable de faire du vélo dans mon état". J'imagine que si je lui disais que j'ai traversé comme ça l'Amérique du Sud et du Nord, elle me regarderait avec suspicion. Je préfère lui répondre par un sourire et partir. Les apparences ne disent rien de nos possibilités et de la force de nos volontés. »
Présentation de l'éditeur
Atteint du syndrome de Little (handicap des jambes), Étienne Hoarau n'a pas toujours eu la mobilité de l'aventurier qu'il est devenu. Souvent immobilisé durant sa jeunesse pour raison d'hospitalisations, il a choisi, contre toutes attentes, de partir parcourir le monde, principalement à vélo. À travers un récit ponctué de rencontres, il nous invite à traverser les Amériques Sud et Nord à vélo (Chili, Bolivie, Pérou et côte Ouest des USA : 7 000 km en 7 mois), puis à prendre le Transsibérien en période hivernale et en béquilles. Des voyages qui résonnent comme autant de quêtes de l'autre, comme autant de quêtes de soi.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 22 avril 2015
Nombre de lectures 131
EAN13 9782954222820
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Extrait

Étienne Hoarau
À CONTRE-PIED
Vélo, handicap et rencontres autour du monde
MILLE REGARDS
© Éditions Mille Regards – 2014 – www.milleregards.fr
ISBN 978-2-9542228-2-0
Photos : © Étienne Hoarau.
En couverture : Portrait de l’auteur en Bolivie.
À ma mère qui a toujours été présente : à toutes les mères !
À tous ceux que j’ai rencontrés au cours de mes voyages et qui les ont rendus riches, à Étienne mon ami de voyage.
À S. à qui je souhaite le plus magnifique et le plus grand des chemins.
« Chaque homme est sa propre prison… Mais chaque homme peut aussi acquérir le pouvoir de s’en évader. » BOUDDHA

« Ce qui fait la beauté des choses est invisible. » Antoine de SAINT-EXUPÉRY
Introduction
Je me pose ce dimanche matin dans un café de Saint-Ouen, à proximité des puces , pour travailler à l’écriture de ce livre. Vers midi, je m’apprête à repartir à vélo. En montant dessus, une main sur le guidon, une autre tenant les béquilles, je me casse la figure. Le serveur se retourne alors et me gratifie d’un rictus particulier : « la prochaine fois sera la bonne ». Une dame qui m’observait m’interpelle et me demande s’il est « bien rai­sonnable de faire du vélo dans mon état ». J’imagine que si je lui disais que j’ai traversé comme ça l’Amérique du Sud et du Nord, elle me regarderait avec suspicion. Je préfère lui répondre par un sourire et partir.
Les apparences ne disent absolument rien de nos possibilités et de la force de nos volontés.
Je m’appelle Étienne, j’ai trente-quatre ans et suis atteint d’un handicap moteur qui m’aurait certainement valu le surnom de « Petit pied dansant » si j’étais né en territoire indien. Le monde étant devenu de plus en plus instable au fur et à mesure des années, je m’y déplace désormais en béquilles. J’aime voyager et, pour diverses raisons que j’expliquerai par la suite, le fais principalement à vélo.
Le handicap
Parler du handicap n’est pas chose aisée : souvent difficile­ment vécu, sujet à discrimination et rejet dans certains cas, je l’évoque à mi-mot. Et pourtant, mon expérience me prouve que cette épreuve peut receler bien des richesses.
Une bonne image pour le comprendre pourrait être celle d’un dragon : un animal mythique, qui vit dans les lacs glacés l’hiver et vole vers les cieux l’été. Une force terrible qui décime des villages, prend des vies, un être dur et sauvage : personne ne voudrait vivre avec et cela se comprend aisément. Cependant, la personne qui a un handicap n’a pas ce choix, elle doit vivre avec quelque chose dont personne ne voudrait, et c’est bien sûr dur à accepter.
Je n’aime pas l’expression des valides « vaincre son han­dicap », on ne vainc pas son handicap comme on ne vaincrait pas un dragon : lutter contre lui, c’est peine perdue d’avance – un regard d’enfant, un jugement trop dur d’une personne qu’on aime et tout s’effondre. En revanche, il est une autre voie qui consiste à faire la paix avec lui, et si on y arrive (cela demande du temps, il faut comme le dit Saint-Exupéry « appri­voiser » l’autre), on ne sera plus une personne mais deux : on bénéficiera alors de la force de son dragon. L’épreuve nous aura permis de grandir, on se sera élevé – il y a là, à mon avis, beaucoup de dignité.
Faire la paix avec son dragon, c’est également faire la paix avec le monde, c’est accepter l’inacceptable. Le handicap, c’est en cela un chemin de paix.
Mon handicap m’a également amené à souvent côtoyer l’hôpital et les salles de kinésithérapie, ce furent de formidables écoles. Écoles de vie, de courage et de défi ; et j’y ai pris goût. Du goût du défi, de la soif du challenge à l’aventure, il n’y a qu’un pas, pour moi un pas de travers, mais je l’ai quand même fait !
Le vélo, l’aventure, les rencontres
J’ai choisi de vivre des défis – je ne dirais pas « extrêmes » par pudeur, disons plutôt « déterminés » : je voyage à vélo « normal » à travers le monde. Le but de mes voyages est la rencontre de l’autre dans toutes ses différences.
À chaque fois que je m’arrête dans un endroit et que je prends canne (avant) ou béquilles (aujourd’hui) pour me mouvoir – il faut bien imaginer qu’après 50 à 100 km de vélo quotidien, ayant trois à quatre fois moins de force et de motricité qu’une personne valide, il m’est quasi impossible de me déplacer – c’est bien souvent la surprise générale ! Personne ne s’y attend… les questions fusent, la discussion s’installe et les instants de partage deviennent authentiques, respectueux et, bien souvent, amicaux.
C’est ainsi qu’avec un ami valide, en 2003, nous avons traversé les Amériques à vélo : Chili, Bolivie, Pérou et côte Ouest des États-Unis en sept mois. En plus de l’aspect aventure, nous avons aussi souhaité partir à la rencontre de personnes exemplaires : des personnes qui, malgré les difficultés dans lesquelles la vie les a placées, ne baissent pas les bras, se battent et réussissent.
Quelques années plus tard (en 2009), ressentant l’appel du froid, je décide d’embarquer à bord du Transsibérien, seul, en plein hiver. Il m’emmènera depuis Moscou vers la Sibérie, la Mongolie et la Chine. L’hiver par -40/-50°C, c’est un monde magnifique mais difficile. La glace fige les paysages, arrête la vie : des impressions d’éternité et des histoires d’hommes parfois surprenantes.
Première partie
UNE ENFANCE « COURSE D'OBSTACLES »
Quelques mots avant d’entamer ce court chapitre : il m’a semblé nécessaire de partager avec le lecteur mon vécu du handicap de ma­nière très concrète. Traverser les Amériques en vélo, avec une mobilité réduite, ce n’est pas qu’une histoire de voyage, mais peut-être davan­tage une histoire de vie… Rapide retour sur une période éruptive.

Je suis né le 13 novembre 1977, un dimanche, dans une maternité parisienne. Le médecin prévu initialement n’étant pas présent, c’est un remplaçant qui a opéré la naissance. À ce qu’on m’a dit, il y a eu quelques complications pour me faire venir au monde, mais globalement, tout s’est bien déroulé.
J’ai toujours eu tempérament à créer la surprise – trait de caractère qui s’est amplifié avec le temps – et là, c’était la toute première, il ne fallait pas qu’elle soit ratée ! Comme je ne mar­chais toujours pas à l’âge où les enfants commencent à escalader les barreaux de leur lit, ma mère, inquiète, allait voir régulière­ment un pédiatre belge (car nous habitions en Belgique) qui ne percevait pas de signes anormaux :
« Votre enfant est calme.
– Oui, oui, certainement, mais ne serait-il pas un peu trop calme ? »
Un jour, devant l’incompréhension grandissante, elle décida de rester dans le couloir du service de radiologie tant qu’une analyse approfondie ne serait pas faite. J’imagine que les méde­cins avaient le choix entre affronter une mère en colère, appeler la police ou faire une radio. Ils ont préféré faire la radio et, à mon avis, ont eu bien raison : affronter une mère en colère, c’est un peu comme faire face, seul, à une armée de milliers d’hommes. Ma surprise fut ainsi découverte et on me diagnos­tiqua un « syndrome de Little » (du professeur William John Little 1 : petit par son nom mais grand par son action) au niveau des bras et des jambes.
Nous revînmes en France en urgence pour intégrer un nouveau service médical et c’est sans doute ainsi, entre les frontières et les couloirs des hôpitaux, que j’ai « attrapé » la vocation d’aventurier. Vocation qui allait grandir assez naturellement dans les salles de kinésithérapie et de psychomotricité où je me rendais trois fois par semaine : « Allez, porte ce poids, déplace le cube, pose-le sur la carte, dessine un rond… Ah ! non, c’est un vélo, recommence. »
J’ai commencé à marcher en tombant tout le temps à l’âge de dix-sept mois. Enfin, marcher… il faut le dire vite : il faut croire que j’étais passionné par le plancher. Les années passant, pour évoluer dans « cet univers instable », on me gratifia d’attelles de jour et de chaussures orthopédiques (semblables à celles du film Forrest Gump ). Pour dormir, j’avais mes attelles de nuit. Par inter­mittence, on me confectionnait des petits plâtres « charmants », jusqu’à ma première opération.
Il y a eu une évolution graduelle dans le marquage phy­sique du handicap mais, concrètement, on peut dire que j’ai eu rapidement les symptômes suivants : je ne me tenais pas droit, genoux fléchis vers l’intérieur, pieds sur la pointe. En marchant, le haut du corps était penché en avant et ma démarche commen

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text