La Vie nouvelle
56 pages
Français

La Vie nouvelle

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
56 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

La Vie nouvelle(La Vita Nuova)Dante AlighieriTRADUCTION ACCOMPAGNÉE DE COMMENTAIRESparMAX DURAND FARDELPARIS1898À M. CHARLES DEJOBMAÎTRE DE CONFÉRENCES A LA FACULTÉ DES LETTRESFONDATEUR DE LA SOCIÉTÉ D'ÉTUDES ITALIENNESHommagede grande estime et de vive affection.MAX. DURAND FARDEL.Octobre 1897.Préface et IntroductionChapitre IChapitre IIChapitre IIIChapitre IVChapitre VChapitre VIChapitre VIIChapitre VIIIChapitre IXChapitre XChapitre XIChapitre XIIChapitre XIIIChapitre XIVChapitre XVChapitre XVIChapitre XVIIChapitre XVIIIChapitre XIXChapitre XXChapitre XXIChapitre XXIIChapitre XXIIIChapitre XXIVChapitre XXVChapitre XXVIChapitre XXVIIChapitre XXVIIIChapitre XXIXChapitre XXXChapitre XXXIChapitre XXXIIChapitre XXXIIIChapitre XXXIVChapitre XXXVChapitre XXXVIChapitre XXXVIIChapitre XXXVIIIChapitre XXXIXChapitre XLChapitre XLIChapitre XLIIChapitre XLIIIÉpilogueCommentairesLa Vie nouvelle : Préface et IntroductionPréfaceLa Vita nuova est un roman d’amour, hymne de l’amour glorieux, lamento de l’amour brisé. C’est aussi un roman psychologique, quidiffère de ceux qu’affectionne notre littérature contemporaine par l’élévation et la pureté des sentiments exprimés et le silence gardésur les sensations éprouvées.C’est encore un livre de mémoire où le poète retrace, presque jour par jour, les impressions nouvelles et naïves d’une âme que lecontact du monde n’avait encore qu’à peine effleurée.Si la Divine Comédie ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 115
Langue Français
Poids de l'ouvrage 4 Mo

Extrait

La Vie nouvelle(La Vita Nuova)Dante AlighieriTRADUCTION ACCOMPAGNÉE DE COMMENTAIRESparMAX DURAND FARDELPARIS1898À M. CHARLES DEJOBMAÎTRE DE CONFÉRENCES A LA FACULTÉ DES LETTRESFONDATEUR DE LA SOCIÉTÉ D'ÉTUDES ITALIENNESHommagede grande estime et de vive affection.MAX. DURAND FARDEL.Octobre 1897.Préface et IntroductionChapitre IChapitre IIChapitre IIIChapitre IVChapitre VChapitre VIChapitre VIIChapitre VIIIChapitre IXChapitre XChapitre XIChapitre XIIChapitre XIIIChapitre XIVChapitre XVChapitre XVIChapitre XVIIChapitre XVIIIChapitre XIXChapitre XXChapitre XXIChapitre XXIIChapitre XXIIIChapitre XXIVChapitre XXVChapitre XXVIChapitre XXVII
Chapitre XXVIIIChapitre XXIXChapitre XXXChapitre XXXIChapitre XXXIIChapitre XXXIIIChapitre XXXIVChapitre XXXVChapitre XXXVIChapitre XXXVIIChapitre XXXVIIIChapitre XXXIXChapitre XLChapitre XLIChapitre XLIIChapitre XLIIIÉpilogueCommentairesLa Vie nouvelle : Préface et IntroductionPréfaceLa Vita nuova est un roman d’amour, hymne de l’amour glorieux, lamento de l’amour brisé. C’est aussi un roman psychologique, quidiffère de ceux qu’affectionne notre littérature contemporaine par l’élévation et la pureté des sentiments exprimés et le silence gardésur les sensations éprouvées.C’est encore un livre de mémoire où le poète retrace, presque jour par jour, les impressions nouvelles et naïves d’une âme que lecontact du monde n’avait encore qu’à peine effleurée.Si la Divine Comédie n’est que bien imparfaitement connue en France, et si, à la plupart de ceux-là mêmes qui la lisent dans salangue, elle n’est à proprement parler familière que dans une partie de sa vaste conception, on peut dire que la Vita nuova estinconnue chez nous. Nous sommes bien habitués à unir le doux nom de Béatrice au grand nom de Dante, mais c’est tout.La Bibliothèque nationale ne possède que deux traductions de la Vita nuova. L’une et l’autre se trouvent enfouies et sont demeuréestrès ignorées, dans une traduction de la Divine Comédie : l’une de Delescluze, annexée à une traduction de la Comédie de Brizeux(1891), dépourvue de notes ou commentaires, l’autre de Séb. Rhéal, celle-ci très incomplète.[1]La Vita nuova n’est pas, comme la Divine Comédie, une création fantastique et sibylline, sortie tout entière d’une des imaginationsles plus extraordinaires qui se soient imposées à là postérité. C’est une histoire vraie dont la forme romanesque ne fait qu’ajouter à lapuissance de vie qui l’anime.C’est l’histoire, enfantine d’abord, puis romanesque, puis pathétique, de doux amants du treizième siècle. Elle nous permet deplonger nos regards dans une époque curieuse, mal connue, époque de transition entre le crépuscule mourant du moyen âge etl’aurore naissante de la Renaissance.Si, dans la traduction que j’ai publiée de la Divine Comédie[2] j’ai cru, à tort ou à raison, pouvoir changer la forme du récit tout engardant l’intégrité du texte conservé, et en éliminer seulement des formes scolastiques et des détails topographiques et historiquesqui ne pouvaient que la rendre difficile et confuse au lecteur français, et n’étaient propres à toucher que les compatriotes du poète, latraduction que je viens offrir de la Vita nuova est absolument littérale.Cette publication m’a été conseillée, comme mes autres études sur la Divine Comédie et sur la personne de Dante, par le désir devulgariser dans notre pays l’œuvre du grand Italien, dont le nom a conquis l’immortalité, tandis que les produits de son génie sont àpeine connus chez nous, en dehors d’un cercle bien restreint de lecteurs et d’admirateurs.La Vita nuova est une œuvre pleine de charme, et suggestive au plus haut point. C’est une œuvre humaine, dont l’intérêt ne se limitepas aux personnages qu’elle met en scène et à l’époque où ils se meuvent.Restent le coloris du style et l’harmonie des vers, dont le traducteur a cherché à s’inspirer, mais qu’il ne lui était pas possible des’approprier. Voici cependant ce que dit Dante lui-même à ce propos : « Les écrits poétiques ne sauraient se prêter à latransportation dans une autre langue. Néanmoins, s’il est impossible au traducteur de donner un équivalent littéral au langage
allégorique et aux expressions mystérieuses de ses vers, et d’en reproduire les beautés, on peut au moins en pénétrer le sens littéralet suivre le poète dans la succession de ses sentiments et de ses pensées. »[3]MAX DURAND-FARDEL.1897. IntroductionI.Toute l’histoire de Dante tient entre trois dates précises. Il naquit à Florence en 1265. Il fut élevé au Priorat, la plus haute magistraturede son pays, en 1300. Il mourut à Ravenne en 1321, âgé de 56 ans.Après avoir pris part, pendant un temps bien court, au gouvernement de la République florentine, il fut soudain précipité du pouvoirpar le jeu mortel des factions et, victime d’accusations infâmes, condamné en 1301 à la confiscation de sa modeste fortune, à l’exil,et au bûcher s’il reparaissait dans sa patrie.Son existence pendant ces longues années d’exil est demeurée fort obscure. On sait qu’il erra d’hospitalités en hospitalités, dechâteaux en châteaux, de couvens en couvens, « montant les escaliers des autres et mangeant le pain d’autrui ». On suit sa trace àVérone, à Padoue, à Sienne, à Bologne, à Crémone, près de tels ou tels personnages, de ces tyrans qui se partageaient lesprovinces, les villes, les châteaux, découpant chacun à leur tour cette malheureuse Italie dont le sort lui arrachait de si éloquentesobjurgations. On le suit encore à Paris, où son séjour a été sans aucun doute contesté à tort.Devenu Gibelin après son exil[4], il s’était uni d’abord à quelques efforts pour rouvrir leur patrie à ses compagnons d’exil. C’est ainsiqu’il aurait pris part en 1304 à une tentative armée des Gibelins exilés contre la Florence Guelfe, et que plus tard il aurait vouluentraîner contre Florence l’empereur Henri VII, Arrigo, descendu en Italie pour y rétablir l’autorité de l’Empire. Mais il ne tarda pas àse séparer d’un parti qui ne lui offrait que des sujets de dégoût ou des témoignages d’impuissance.Son existence se manifestait alors de temps à autre par des lettres, dont un bien petit nombre sont parvenues jusqu’à nous, par desprotestations hautaines, par quelques interventions diplomatiques, par des proclamations empreintes du plus ardent patriotismeenvers cette Italie qui existait encore à peine, mais dont les tronçons épars semblaient se réunir dans son cœur par une secrètedivination. Pendant ce temps, les premiers fragmens de son grand poème commençaient à se répandre dans la foule.La vie qu’il menait alors se révèle à nous aujourd’hui par les œuvres que lui dictaient ce qu’on peut appeler ses idées fixes, c’est-à-dire la constitution monarchique de la Société civile sous le sceptre de l’Empire, à côté de la Société théocratique sous le pallium dela Papauté, l’ennoblissement de la langue vulgaire de son pays, le redressement d’une société confuse et dépravée, enfin lacontemplation de la mort, à laquelle nous devons la Divine Comédie.De la première partie de sa vie, il ne nous reste à peu près aucune trace qu’ait pu marquer l’attention ou le souvenir de sescontemporains. Il ne nous reste que la Vita nuova qu’il nous a laissée et que l’on pense avoir été composée en 1291 ou 1292, peut-être plus tard, mais certainement avant 1300.On ne peut y ajouter que quelques poésies légères, et les études opiniâtres dont Il Convito nous fait la confidence.[5] Celles-cidoivent avoir rempli surtout le temps écoulé entre la mort de Béatrice et son accession au pouvoir.C’est encore à cette époque de sa vie qu’appartient son mariage. Il s’est toujours tu sur la place que cette union avait pu tenir dansson cœur ou prendre à la direction de sa vie. Et le nom de Gemma Donati ne se rattache plus au nom glorieux de Dante que par laprogéniture qu’elle lui a donnée.II.J’ai pensé qu’il était à propos de rappeler les traits principaux de l’existence du Poète de la Vita nuova. Ce n’est pas ici le lieu des’étendre sur ce sujet. Quant à ses différentes œuvres comme de Vulgari eloquio ou de Monarchia, il paraît assez difficile de leurassigner une date, relativement en particulier à la Vita nuova, qui doit seule nous occuper ici. Pour ce qui est de Il Convito, c’est uneœuvre de longue haleine que M. Whitehead pense avoir été commencée avant son priorat (1300), et continuée plus tard dans lesjours d’exil.[6] D’après ce que son auteur annonçait, on doit croire qu’il n’a pas été terminé.Je voudrais seulement essayer de reconstituer un peu la personnalité du Poète durant la période qui correspond à sa passion pourBéatrice et celle qui a suivi la mort de la Donna gentile. Nous ne possédons sur ce sujet qu’un bien petit nombre de notions.Cependant il me semble possible de s’en faire quelque idée qui ne soit pas trop éloignée de la réalité.La famille de Dante, dont il se plaît a faire remonter l’origine à des temps très lointains, ne paraît avoir eu à Florence qu’une situationtrès modeste.Il perdit son père à l’âge de dix ans. Les Alighieri étaient sans doute dans l’aisance. Dante possédait lui-même, lors de son priorat,
plusieurs propriétés, tant à Florence que dans les environs, dont nous ne connaissons pas l’importance, et dont la confiscationaccompagna sa condamnation à l’exil. Et l’on pourrait dire, si cette expression était de mise ici, qu’il appartenait à une bourgeoisieaisée.Quant à la personne de son père, on n’en connaît rien. Et ce silence absolu dans les souvenirs conservés de cette époque, commedans l’œuvre de son fils, donne à penser qu’il ne tenait pas une grande place dans le monde de Florence. il n’est fait mention de luique dans le commentaire de Boccace, à propos de l’invitation qui lui fut adressée par le Signor Folco Portinari, et à laquelle il amenason fils Dante, encore enfant.[7]Dante avait perdu sa mère (Bella) de bonne heure, et son père s’était remarié. Mous ne savons pas la part que sa belle-mère(matrigna) a pu prendre aux premières années de sa vie, et à son éducation. Quoi qu’il en soit, celle-ci paraît avoir été très soignée,et l’on ne peut s’empêcher de remarquer que tout, dans ses habitudes d’extrême politesse, dans la délicatesse et le raffinement deson langage, semblerait porter l’empreinte d’une éducation féminine.Boccace affirme qu’il montra une aptitude précoce aux études théologiques et philosophiques. C’était là du reste le champ oùs’exerçait à peu près exclusivement la scolastique d’alors. Dante nous apprend lui-même[8] que ce ne fut qu’après la mort deBéatrice, par conséquent entre vingt-cinq et trente ans, qu’il se mit à suivre les écoles des religieux et des philosophes, s’en étantsans doute tenu jusque-là à des études élémentaires, et que, « grâce à ce qu’il savait de grammaire et à sa propre intelligence, il semit en état au bout de trente mois d’étude de venir chercher des consolations dans les écrits de Boece et de Tullius » (c’est ainsi qu’ilappelle toujours Cicéron). Il ne paraît guère avoir su le grec, qui du reste n’était encore que peu répandu à cette époque. Mais ilacquit de bonne heure des notions de tout. Il était familier avec la cosmographie et avec l’astrologie (astronomie) de ce temps-là.Il avait beaucoup de goût pour les arts, la musique surtout, et il avait étudié le dessin auprès de son ami Giotto et de Cimabue. Quantà la poésie, bien « qu’il se fût de bonne heure exercé à rimer », c’est à son amour pour Béatrice, morte en 1290, qu’il rapporte lui-même le développement de ses instincts poétiques.On paraît assez incertain au sujet de la part qu’a pu prendre à son éducation Brunetto Latini, dont il parle dans la Comédie avec desexpressions d’une reconnaissance attendrie.[9]Brunetto Latini était né à Florence en 1210 ; il y est mort en 1284. Il était en 1263 à Paris, et il a fait un long séjour en France. Il nerentra à Florence qu’en 1266, avec les autres exilés Guelfes. Ce n’est donc qu’après l’âge de dix-neuf ans que Dante a pus’entretenir avec lui, car il ne s’est agi peut-être que d’un commerce plutôt intellectuel et aflectueux que d’un enseignementproprement dit.On ne peut pas prendre à la lettre les témoignages excessifs que nous trouvons dans la Vita nuova de la passion de Dante pourBéatrice. Il ne faudrait pas nous le représenter, comme on pourrait être tenté de le faire, passant son temps à courir les rues à larecherche de cette beauté dont son cœur ne pouvait se détacher. Ce serait, dit M. Del Lungo, en faire un Dante ridicule.[10]S’il a pu concevoir dès son enfance une passion qui ne devait jamais s’éteindre (en dépit d’éclipses passagères), on doit croire que,dans cette âme extraordinaire, la pensée et l’imagination n’ont pas dû montrer une moindre précocité.Le désordre où vivait la société d’alors, les révolutions incessantes que subissait le gouvernement de son pays, le spectacle humiliantet scandaleux qu’offrait le gouvernement de l’Église, depuis le trône de saint Pierre jusqu’aux dernières ramifications du mondeecclésiastique, ont dû faire éclore de bonne heure, dans cette tête puissante et dans ce cœur d’une merveilleuse sensibilité, bien desrêves étranges et des conceptions extraordinaires, s’agiter bien des doutes cuisans, peut-être même se former déjà desfantasmagories délirantes.Dante menait pendant cette première jeunesse une vie assez retirée[11], et ne paraît pas avoir précisément vécu dans le monde,comme nous entendons ce mot, où peut-être sa situation personnelle ne l’appelait pas, et dont son propre caractère pouvaitl’éloigner. Cependant il avait des amis parmi les jeunes gens de son âge, et il paraît les avoir choisis parmi les jeunes littérateurs lesplus distingués, les rimeurs, comme on les appelait alors, et il était lui-même un rimeur.Du reste, il ne nous éclaire pas lui-même sur son genre de vie et ses habitudes. On peut remarquer que, soit dans les récits en prosede la Vita nuova, soit dans les vers qu’ils encadrent, il ne s’écarte pas un instant de ce qui touche à Béatrice, qu’il s’agisse d’incidensquelconques ou de sa propre pensée.Les mœurs étaient sans doute très relâchées à Florence. Boccace nous dit que c’est un sujet d’étonnément (una piccola maraviglia)qu’alors qu’on fuyait tout plaisir honnête, et qu’on ne songeait qu’à se procurer des plaisirs conformes alla propria lascivia, Dante aitpu aimer autrement.[12] Du reste, le poète a exprimé lui-même l’étonnement que pourrait causer l’empire que« tant de jeunesse avait pu exercer sur ses passions et ses impulsions ».[13]Cependant, si la pureté de sa passion pour Béatrice n’a subi aucune tache, il ne paraît pas que l’on puisse en dire autant pour ce quiconcerne d’autres périodes de son existence.La virulente admonestation qu’il se fait adresser par l’Ombre de Béatrice au sommet du Purgatoire[14] est une confession touchantedes écarts dont il témoigne un repentir si poignant.A quelle époque peut-on faire remonter ces allusions à certains incidens dont on a cru retrouver quelques indices dans l’œuvre duPoète, et qu’a rassemblés la légende ? dirons-nous la malignité ?Ce n’est sans doute pas dans les années qui ont suivi la mort de Béatrice. Ce n’est pas alors que nous les savons remplies par lesétudes auxquelles il se livrait avec un tel entraînement, et par les préoccupations de la vie politique où il entrait, que nous pouvons luiattribuer avec quelque vraisemblance des habitudes de dissipation.[15]
Lorsque la Béatrice du Purgatoire lui reprochait, sous le voile de l’allégorie, de s’être abandonné aux vanités du plaisir, alors qu’iln’avait plus l’excuse de la jeunesse et de l’inexpérience[16], Dante nous laisse clairement deviner que c’est au temps de sa maturité,c’est-à-dire de sa vie errante d’exilé, que doivent être rapportés ses faiblesses et ses remords.Il est encore un point que je voudrais toucher.On s’est plu à voir dans la Divine Comédie une construction architecturale (Giuliani) dont le plan aurait été arrêté par le Poète detemps en quelque sorte immémorial, et dont la conception remonterait aux époques mêmes de sa jeunesse ; et l’on s’appuie surmaint passage de la Vita nuova dont l’interprétation est en effet assez problématique.Je ne crois pas qu’il en soit ainsi.La Vita nuova est une œuvre qui déborde de jeunesse et d’illusion ; c’est au bord de clairs ruisseaux ou dans des milieux mondainsque la scène se déroule, et les douleurs les plus poignantes y revêtent une douceur infinie ; et, si le cœur se révolte, ce n’est quecontre la nature et ses décrets impitoyables, et l’âme du Poète ne semble atteinte que par les blessures que ceux-ci lui ont infligées.La Divine Comédie est l’œuvre d’un âgé mûri, et qui a traversé les expériences les plus terribles et les épreuves les plus cruelles dela vie. Elle est l’expression des amertumes, des rancunes, des indignations que laissent les déceptions, les iniquités, et les trahisons.Elle est le cri d’un cœur torturé par la méchanceté des hommes.Je ne pense donc pas que le poète de la Vita nuova, quand il la composa, ait eu une intuition prévise de la Divine Comédie. Quantaux passages auxquels je viens de faire allusion, et sur lesquels j’aurai à revenir dans mes Commentaires, il faut croire qu’ils y aurontété introduits par de tardives interpolations. III.Si l’on veut comprendre la construction et, si je puis ainsi dire, l’économie littéraire de la Vita nuova, il est nécessaire de jeter un coupd’oeil sur l’état de la littérature au moyen âge.Pendant la longue période à laquelle on a donné ce nom, tandis que les moines, penchés sur les manuscrits héroïques de l’antiquité,préparaient à la Renaissance un héritage qu’ils lui conservaient pieusement, et tandis qu’une jeunesse avide de savoir se pressait detoutes parts vers les écoles célèbres d’alors, --pour s’y battre à coups des syllogismes sur le dos de la scolastique,--deux langues seformaient, la langue Italienne et la langue Française. Après avoir secoué le joug du latin, elles s’essayaient dans des idiomes,informes d’abord, puis devenus peu à peu capables de vivre de leur vie propre.Dans les régions qui devaient être un jour le cœur de la France, les contes, les fabliaux, les mystères, s’inspiraient d’une verve libre,ironique, frondeuse, familière, souvent grossière, où Boccace a puisé ce qui lui a été depuis repris si largement. Les chansons degeste venaient y mêler leurs accens héroïques, et une poésie dite courtoise, mêlée de fables païennes et de légendes chrétiennes,était promenée dans les nobles résidences par les trouvères et les troubadours. Mais en général la langue d’Oïl ne dépassait guèrel’idylle et la pastorale, et elle s’élevait rarement jusqu’aux régions éthérées où se plaisaient les langues du midi.[17]Dans les pays du soleil, en Provence et en Italie, c’était des vers et des vers d’amour, où les rimeurs d’alors, comme tant de nosrimeurs modernes n’entretenaient guère leurs lecteurs, ou leurs auditeurs, que de leurs propres extases ou de leurs désespérances.Ces productions légères, que l’imprimerie ne pouvait encore conserver, se gardaient, se communiquaient dans l’intimité, étaientadressées aux gens lettrés, aux femmes, et s’échangeaient en manière de correspondances, se transmettant de mains en mains,comme ailleurs les produits d’une verve moins personnelle se laissaient colporter par les jongleurs et les ménestrels.C’est ainsi que Dante lui-même, et les Guido, et toute la phalange des rimeurs de la langue du Si ou de la langue de l’Occo, jusqu’àPétrarque enfin, préludaient aux accens plus virils de la Divine Comédie et de la Jérusalem délivrée. Dante, dont l’œuvre devait devancer l’époque où il vivait, appartenait encore à celle-ci par les sujets de ses premiers essais lyriques.Il aimait, comme tant de ses contemporains, à reproduire en rimes les événemens qui avaient frappé son attention, comme lesémotions de son cœur et les rêves de son imagination.La passion qui occupa la fin de son enfance et son adolescence, et à l’histoire de laquelle est consacrée la Vita nuova, fournit à sesinstincts poétiques, comme il te déclare lui-même, une matière féconde. Et, « comme il s’était déjà de bonne heure essayé auxchoses rimées », tous les incidens de sa vie amoureuse, et les drames qui pouvaient s’y rattacher, comme en peuvent rencontrer lesexistences les plus simples et les plus modestes, et ce que suscitaient en lui les mouvemens de son âme, ou bien les choses dudehors, devinrent les sujets des canzoni, des sonnets, des ballades, qui forment la trame de la Vita nuova.Quelque temps après que la mort de la femme qu’il avait aimée fut venue tarir la source de ses expansions lyriques, il les recueillit, etil les reproduisit « dans ce petit livre, sinon textuellement, du moins suivant la signification qu’elles avaient. »Mais d’abord il en fit un choix, il les retoucha, il y introduisit sans doute plus d’une interpolation, et il les relia par une prose qui nousaide à reconstruire cette douce et tendre histoire, mélancolique aurore des jours orageux que la destinée lui préparait.IV.Ce que j’ai appelé plus haut l’économie littéraire de la Vita nuova est tout à fait particulier.
Celle-ci nous rappelle ces monumens composites où l’on retrouve le style et l’époque des constructions qui se sont superposées. Lesélémens dont elle se compose peuvent être ramenés à trois ordres différens :1° Une prose qui nous expose le récit. Son développement comprend la succession d’événemens, d’impressions et de sentimensdont l’évolution constitue la charpente même de l’œuvre ;2° Des vers, sous forme de canzoni, de sonnets, de ballades se rapportant aux momens successifs que suit l’action du poème ;3° Des explications, divisions et subdivisions à l’infini, lesquelles, conformément aux règles de la scolastique, se rapportent à lastructure et à la signification de chacune de ces poésies.Le tout est contenu dans quarante-trois chapitres.Mais cette exposition n’est pas précisément conforme à l’ordre chronologique de la composition. Il n’est pas douteux que la première émanation de la Vita nuova appartient aux petits poèmes dans lesquels l’auteur nous initie auxsentimens intimes dont l’expression rimée est la trame véritable de son œuvre. Chacun d’eux est le tableau, achevé dans saconcision, d’un état d’âme sollicité par les circonstances extérieures ou par sa propre inspiration.Si l’on veut bien se reporter à ce qui a été exposé plus haut (page 16) au sujet des habitudes littéraires de cette époque, on pourrasuivre la genèse de chacune de ces poésies, où l’auteur reproduisait à mesure, sous la forme que lui dictaient et son époque et songénie, ses impressions et ses pensées du moment.Ceci comprend un intervalle de 16 années, si l’on veut compter depuis la première (1274) où naquit l’amour de Dante pour Béatricejusqu’à la mort de celle-ci (1290) ; mais en réalité le roman ne déroule ses péripéties que pendant une durée de trois ou quatreannées.C’est après la mort de Béatrice que le Poète a rassemblé les expressions de ses expansions poétiques, et leur a donné un corps encomposant, avec ses souvenirs, la prose qui sert à les relier. Pour des raisons que nous ne connaissons pas, il a laissé en dehors uncertain nombre de pièces rimées qui avaient été certainement composées aux mêmes époques, et se rapportaient aux mêmessujets et aux mêmes idées que les pièces conservées « dans ce petit livre ».Dans la plupart des éditions italiennes de la Vita nuova, le texte du poème est suivi d’un appendice comprenant : altre rime spettantialla Vita nuova. Toutes ces poésies (rime), sonnets, canzoni, etc., ne tiennent pas une place égale dans le poème. J’ai reproduitdans les Commentaires celles qui m’ont paru se rattacher plus directement à tels ou tels chapitres, c’est-à-dire aux circonstances quiy sont relatées.C’est donc aux premières années qui ont suivi la mort de Béatrice qu’il faut rapporter ce travail de reconstruction. On s’accordegénéralement à le placer vers les années 1291 et 1292, ainsi que la composition de la prose, qui enveloppe la poésie comme lachair d’un fruit en enveloppe le noyau.Il est probable qu’il a retouché les produits de ses inspirations journalières, et on ne saurait douter, qu’il n’y ait introduit après coupplus d’une interpolation, car il y a plusieurs passages de la Vita nuova dont l’interprétation ne paraît possible que moyennant unetelle supposition.Cette prose nous aide à établir la filiation des circonstances qui ont sollicité ou inspiré les pièces poétiques. Elle n’est souvent quecomme la préparation de celles-ci, et le même récit peut se reproduire ainsi sous deux formes successives. Quelquefois aussi cettedouble expression d’événemens ou d’impressions identiques se présente sons des formes un peu différentes. C’est comme un motifmusical que le compositeur répète dans un ton différent ou avec des développemens nouveaux.V.Cette traduction est absolument littérale. On reconnaîtra aisément que le traducteur a sacrifié plus d’une fois les exigences du stylemoderne au scrupule de s’écarter le moins possible d’un style encore médiéval, mais alors nouveau, dolce stil nuovo, qui est un descharmes de cette œuvre. Il s’est contenté de conserver la coupe des morceaux rimes. C’est tout ce qu’il pouvait faire, toute tentativede reproduire en vers une œuvre poétique ne pouvant que compromettre la fidélité de la traduction, en raison des nécessités et desprocédés d’une prosodie tout autre que celle du modèle. Et la pensée du Poète est toujours si nette et si concise qu’il n’a été que trèsrarement nécessaire d’intervertir l’ordre de leur alignement.La seule modification que je me sois permise dans la construction générale de l’œuvre a été de renvoyer aux Commentaires lesanalyses scolastiques qui accompagnent chacun des poèmes. Il m’a semblé que cette dichotomie glaciale n’était pas à sa placeparmi ces lignes de grâce et d’émotion. Mais on la retrouvera fidèlement reproduite dans les commentaires se rapportante chacundes chapitres.Le présent travail n’est pas une œuvre d’érudition. Il a été fait sur le texte de Fraticelli et sur celui de Giuliani. Les textes qu’ont pusuivre ces savans éditeurs de la Vita nuova avaient dû subir avant eux bien des vicissitudes. Je ne sais si tous les efforts del’érudition italienne parviendront à les rétablir dans leur pureté primitive : il y a longtemps qu’on y travaille. Un récent fascicule publiépar la Società Dantesca Italiana[18] nous fournit un grand nombre d’exemples des variantes infinies qu’ont pu y introduire leserreurs, les inattentions, les fantaisies de nombreuses générations de copistes. Il m’a paru que ces variantes et ces correctionsportaient surtout sur des lettres ou des syllabes, rarement sur des mots entiers, sans parler de la ponctuation qui a dû être biensouvent défectueuse. Mais il ne m’a pas semblé que les intentions de l’auteur aient eu beaucoup à en souffrir. Et ce qui doit nousintéresser ici, c’est uniquement ses sentimens, sa pensée, son imagination.Il n’est peut-être pas un des incidens de la vie de Dante ou un des passages de sa production poétique qui n’ait été l’objet de
Il n’est peut-être pas un des incidens de la vie de Dante ou un des passages de sa production poétique qui n’ait été l’objet dedisquisitions contradictoires portant sur la valeur des textes transmis à la postérité (les manuscrits originaux ayant rapidementdisparu), ou sur les dates ou sur la succession des événemens auxquels ils font allusion. Comme tout est extraordinaire dans la viecomme dans l’œuvre du Poète, on n’a pu parvenir à déterminer, avec quelque précision, même l’époque approximative où cesœuvres ont été conçues, achevées, ou se sont succédé.Et encore, l’énormité et la diversité de l’œuvre prise dans son ensemble, comment la concilier avec une existence aussiprofondément mouvementée ? Il est même une époque qui semblait devoir être fermée à son activité littéraire.Après la tributazione qui a suivi la mort de Béatrice (1290), nous voyons son existence remplie par le travail et l’étude : il consacredes années, trente mois (Il Convito), à l’étude du latin, que jusqu’alors il ne possédait qu’imparfaitement et où il devait trouver sesauteurs de prédilection, à l’assiduité aux leçons des philosophes et des théologiens. Puis son entrée officielle dans la viepublique[19], puis son Priorat[20], sa durée courte mais effective, puis les premières années de son exil et l’agitation politique àlaquelle il s’associe.... Voilà, si l’on considère la vie qu’il pouvait mener, bien des sujets de stupéfaction, on pourrait dire d’une sortede vertige.N’ayant pas qualité pour intervenir dans les débats dont ces sujets ont été, dont ils sont encore tous les jours, l’occasion, j’ai dû m’entenir à la tradition, plus ou moins légendaire, que j’ai pu demander aux sources les plus autorisées, et à la représentation, aussi fidèlequ’il m’a été possible, du texte, sinon officiel, du moins accepté de la Vita nuova.Les Commentaires dont j’ai accompagné la traduction du texte concernent les interprétations de la partie symbolique etphilosophique du poème, et ont en même temps pour objet de ramener à l’esprit du lecteur la propre personnalité du Poète et letableau de son époque et de son milieu, et les images qui ont dû frapper ses yeux.J’ai demandé à quelques-uns des historiens de l’œuvre de l’Alighieri, à Carducci, à del Lungo, aux récentes et compendieusespublications de Leynardi et de Scherillo[21], à de nombreux articles du Giornale Dantesco, etc., des renseignemens sur les faitscontemporains du poème ; j’ai interrogé leurs propres opinions et leurs sentimens. Mais je m’en suis rapporté surtout à ce dontm’avait pénétré une longne communion avec la personne et avec l’œuvre du Poète de la Divine Comédie.Mais, en vérité, était-il indispensable d’aller plus loin et de remonter plus haut ? La littérature Dantesque d’aujourd’hui s’estnaturellement approprié toutes celles qui l’ont précédée, et elle les résume. Et je ne crois pas qu’il soit nécessaire, pour comprendrele Poète de la Vita nuova, de repasser par toutes les étapes qu’a parcourues l’esprit humain à l’enquête du grand Symboliste. C’estdans lui-même qu’il faut venir chercher les sources de sa sensibilité, les origines de ses raisonnemens, le sens de ses symboles.Si l’on veut comprendre et sentir ce que la Vita nuova renferme de beautés subtiles et de charmes suggestifs, on y arrivera plussûrement par un commerce intime avec cette grande personnalité qu’en interrogeant les autres.1. ↑ La Vita nuova est beaucoup plus familière aux Anglais. Entre 1862 et 1895 on n’en compte pas moins de quatre traductionslittérales. En outre, deux éditions italiennes, avec introductions et notes en anglais, ont été publiées récemment à Londres parM. Whitehead et par M. Perini.2. ↑ La Divine Comédie, traduction libre, 1897. Plon et Nourrit.3. ↑ Dante, Il Convito, trait. ii.4. ↑ Les Guelfes représentaient les franchises communales, et les Gibelins les privilèges féodaux (Ozanam).5. ↑ Il Convito, tratt. ii, chap. XIII.6. ↑ WHITEHEAD. Édition italienne de la Vita nuova, London, 1893.7. ↑ Commentaire du ch. II.8. ↑ Il Convito, tratt. ii, ch. XIII.9. ↑ La Divine Comédie, ch. XV de l’Enfer.10. ↑ DEL LUNGO, Beatrice nella vita e nella poesia.11. ↑ LUMINI, Giornale Dantesco.12. ↑ Commentaire de Boccace.13. ↑ Voir au ch. II de la Vita nuova.14. ↑ Le Purgatoire de la Divine Comédie, chant XXXI.15. ↑ Ozanam croit que le séjour de Dante à Paris doit être reporté entre 1294 et 1299, c’est-à-dire entre la mort de Béatrice etl’accession du poète au Priorat, et que c’est à cette époque qu’eurent lieu les désordres dont il s’accuse lui-même (Oeuvrescomplètes, t. VI, p. 416). Ceci me paraît difficilement acceptable (Voir l’Épilogue).16. ↑ « Un petit oiseau, encore sans expérience, peut s’exposer deux ou trois fois aux coups du chasseur. Mais pour ceux qui ontdéjà fatigué leurs ailes, c’est en vain qu’on tend les rets et qu’on lance la flèche » (chant XXXI du Purgatoire).17. ↑ Ce tableau, bien superficiel, ne se rapporte qu’à ce qu’on pourrait appeler la littérature courante. Il y avait déjà, dans la Franced’alors, une haute littérature, celle de l’Épopée, une de nos gloires nationales, de la Satire, et ces grandes Chroniques où,Joinville et Villehardouin annonçaient les Mémoires dont nous sommes encombrés aujourd’hui.18. ↑ Bollettino della Società Dantesca Italiana, Firenze, décembre 1896.19. ↑ Il se fit admettre en 1295 dans le sixième des sept arti maggiori, celui des médecins et des apothicaires (medici e speziali).C’était une condition exigée pour l’entrée dans la vie publique.20. ↑ 1306.21. ↑ Professeur LUIGI LEYNARDI, la Psicologia dell’ urte nella Divina Commedia, Torino, 1894.--MICHELE SCHERILLO, alcunicapitoli della biografia di Dante, Torino, 1896.
La Vie nouvelle : Chapitre IDans cette partie du livre de ma mémoire, avant laquelle on ne trouverait pas grand’chose à lire, se trouve un chapitre (rubrica), ayantpour titre : Incipit vita nuova (Commencement d’une vie nouvelle). Dans ce chapitre se trouvent écrits des passages que j’ail’intention de rassembler dans ce petit livre, sinon textuellement, du moins suivant la signification qu’ils avaient.[1]1. ↑ Commentaire du chap. I.La Vie nouvelle : Chapitre IINeuf fois depuis ma naissance, le ciel de la lumière[1] était retourné au même point de son évolution, quand apparut à mes yeux pourla première fois la glorieuse dame de mes pensées, que beaucoup nommèrent Béatrice, ne sachant comment la nommer.[2]Elle était déjà à cette période de sa vie où le ciel étoile s’est avancé du côté de l’Orient d’un peu plus de douze degrés.[3] De sortequ’elle était au commencement de sa neuvième année, quand elle m’apparut, et moi à la fin de la mienne.Je la vis vêtue de rouge[4], mais d’une façon simple et modeste, et parée comme il convenait à un âge aussi tendre. A ce moment, jepuis dire véritablement que le principe de la vie que recèlent les plis les plus secrets du cœur se mit à trembler si fortement en moique je le sentis battre dans toutes les parties de mon corps d’une façon terrible, et en tremblant il disait ces mots : ecce Deus fortiorme qui veniens dominabitur mihi.[5] Puis l’esprit animal qui habite là où tous les esprits sensitifs apportent leurs perceptions[6] futsaisi d’étonnement et, s’adressant spécialement à l’esprit de la vision, dit ces mots : apparuit jam beatitudo vostra[7]. Puis, l’espritnaturel qui réside là où s’articule la parole[8] se mit à pleurer, et en pleurant il disait : heu miser ! quia frequenter impeditus erodeinceps.[9]Depuis ce temps, je dis que l’Amour devint seigneur et maître de mon âme, et mon âme lui fut aussitôt unie si étroitement qu’ilcommença à prendre sur moi, par la vertu que lui communiquait mon imagination, une domination telle qu’il fallut m’en remettrecomplètement à son bon plaisir.Il me commandait souvent de chercher à voir ce jeune ange ; et c’est ainsi que dans mon enfance (puerizia) je m’en allais souventchercher après elle. Et je lui voyais une apparence si noble et si belle que certes on pouvait lui appliquer cette parole d’Homère.«Elle paraissait non la fille d’un homme mais celle d’un Dieu. »[10] Et, bien que son image ne me quittât pas, m’encourageant ainsi à me soumettre à l’Amour, elle avait une fierté si noble qu’elle nepermit jamais que l’Amour me dominât par delà des conseils fidèles de la raison tels qu’il est si utile de les entendre dans ces sortesde choses. Aussi, comme il peut paraître fabuleux que tant de jeunesse ait pu maîtriser ainsi ses passions et ses impulsions, je metairai et, laissant de côté beaucoup de choses qui pourraient être prises là d’où j’ai tiré celles-ci[11], j’en arriverai à ce qui a impriméles traces les plus profondes dans ma mémoire.1. ↑ Le Soleil.2. ↑ Commentaire du ch. II.3. ↑ Révolution qui s’opère en cent ans (Tutto quel cielo si muove seguendo il movimento della stellata spera, da occidente aoriente, in cento anni uno grado). Tous ces passages se rapportent à la conception de la cosmographie céleste qui se trouvelonguement développée dans, Il Convito (tratt. ii, ch. II et XV).4. ↑ Beatrice est toujours représentée, jusque dans les régions célestes, vêtue de rouge, couleur noble sans doute aux yeux duPoète.5. ↑ Voici un Dieu plus fort que moi, qui viendra me dominer.6. ↑ Le cerveau.7. ↑ C’est votre Béatitude qui vous est apparue.8. ↑ Dans le texte : ove si ministrato nutrimento nostro. Je me suis permis de traduire autrement cette phrase. Fraticelli l’aégalement interprétée dans son commentaire par : lo spirito vocale.9. ↑ « Malheureux que je suis, je vais me trouver souvent bien empêché. » Nous trouvons plusieurs fois le mot impeditus employédans le sens de embarrassé, troublé.10. ↑ C’est d’Hélène passant devant la foule qu’Homère parlait ainsi.
11. ↑ C’est-à-dire de mon esprit.La Vie nouvelle : Chapitre IIIAprès que furent passées neuf années juste[1] depuis la première apparition de cette charmante femme et le dernier jour, je larencontrai vêtue de blanc, entre deux dames plus âgées. Comme elle passait dans une rue, elle jeta les yeux du côté où je metrouvais, craintif, et, avec une courtoisie infinie, dont elle est aujourd’hui récompensée dans l’autre vie[2], elle me salua sigracieusement qu’il me sembla avoir atteint l’extrémité de la Béatitude. L’heure où m’arriva ce doux salut était précisément laneuvième de ce jour. Et comme c’était la première fois que sa voix parvenait à mes oreilles, je fus pris d’une telle douceur que je mesentis comme ivre, et je me séparai aussitôt de la foule.Rentré dans ma chambre solitaire, je me mis à penser à elle et à sa courtoisie, et en y pensant je tombai dans un doux sommeil oùm’apparut une vision merveilleuse.Il me sembla voir dans ma chambre un petit nuage couleur de feu dans lequel je distinguais la figure d’un personnage d’aspectinquiétant pour qui le regardait[3] ; et il montrait lui-même une joie vraiment extraordinaire, et il disait beaucoup de choses dont je necomprenais qu’une partie, où je distinguais seulement : « Ego dominus tuus. »[4] Il me semblait voir dans ses bras une personneendormie, nue[5], sauf qu’elle était légèrement recouverte d’un drap de couleur rouge. Et en regardant attentivement, je connus quec’était la dame du salut, celle qui avait daigné me saluer le jour d’avant. Et il me semblait qu’il tenait dans une de ses mains unechose qui brûlait, et qu’il me disait : « Vide cor tuum. »[6] Et quand il fut resté là un peu de temps, il me semblait qu’il réveillait cellequi dormait, et il s’y prenait de telle manière qu’il lui faisait manger cette chose qui brûlait dans sa main, et qu’elle mangeait enhésitant. Après cela, sa joie ne tardait pas à se convertir en des larmes amères ; et, prenant cette femme dans ses bras, il mesemblait qu’il s’en allait avec elle vers le ciel.Je ressentis alors une telle angoisse que mon léger sommeil ne put durer davantage, et je m’éveillai.Je commençai aussitôt à penser, et je trouvai que l’heure où cette vision m’était apparue était la quatrième de la nuit, d’où il résultequ’elle était la première des neuf dernières heures de la nuit.[7] Et tout en songeant à ce qui venait de m’apparaître, je me proposaide le faire entendre à quelques-uns de mes amis qui étaient des trouvères fameux dans ce temps-là. Et, comme je m’étais déjàessayé aux choses rimées, je voulus faire un sonnet dans lequel je saluerais tous les fidèles de l’Amour, et les prierais de juger de mavision. Je leur écrivis donc ce que j’avais vu en songe : A toute âme éprise et à tout noble cœur[8]A qui parviendra ceciAfin qu’ils m’en retournent leur avis,Salut dans la personne de leur Seigneur, c’est-à-dire l’Amour.Déjà étaient passées les heuresOù les étoiles brillent de tout leur éclat,Quand m’apparut tout a coup l’AmourDont l’essence me remplit encore de terreur.L’Amour me paraissait joyeux.Il tenait mon cœur dans sa mainEt dans ses bras une femme endormie et enveloppée d’un manteau.Puis il la réveillait et, ce cœur qui brûlait,Il le lui donnait à manger, ce qu’elle faisait, craintive et docile,Puis je le voyais s’en aller en pleurant.[9]Il vint plusieurs réponses à ce sonnet, et des opinions diverses furent exprimées. Parmi elles fut la réponse de celui que j’appelle lepremier de mes amis. Il m’adressa un sonnet qui commence ainsi : « Il me semble que tu as vu la perfection.... »[10] Et de là date lecommencement de notre amitié mutuelle, quand il sut que c’était moi qui lui avais fait cet envoi. La véritable interprétation de cesonnet ne fut alors saisie par personne. Mais aujourd’hui elle est saisie par les gens les moins perspicaces.[11]1. ↑ Dante avait alors 18 ans et Béatrice à peu près 17.2. ↑ Nel gran secolo.3. ↑ Ce personnage était l’Amour.4. ↑ Je suis ton maître.5. ↑ On a vu dans cette nudité un symbole de virginité. L’opinion exprimée par quelques auteurs que Béatrice était déjà mariée àcette époque, ne saurait se concilier avec cette attribution symbolique.6. ↑ Vois ton cœur.7. ↑ Voir au ch. XXX pour ce qui concerne le nombre 9.
8. ↑ A ciascun’ alma presa, e gentil cuore....9. ↑ Commentaire du ch. III.10. ↑ Cet ami était Guido Cavalcanti, l’un des poètes les plus réputés de cette époque. Il avait répondu : Vedesti al mio parer ognivalore....11. ↑ On trouvera plusieurs de ces réponses dans le Commentaire du ch. III.La Vie nouvelle : Chapitre IVAprès cette vision, ma santé[1] commença à être troublée dans ses fonctions parce que mon âme ne cessait de penser à cettebeauté ; de sorte que je devins en peu de temps si frêle et si faible que mon aspect était devenu pénible pour mes amis. Et beaucouppoussés par la malice cherchaient à savoir ce que je tenais à cacher aux autres. Et moi, m’apercevant de leur mauvais vouloir, je leurrépondais que c’était l’Amour qui m’avait mis dans cet état. Je disais l’Amour parce que mon visage en portait tellement les marquesque l’on ne pouvait s’y méprendre. Et quand ils me demandaient : « Pourquoi l’Amour t’a-t-il défait à ce point ? » Je les regardais ensouriant, et je ne leur disais rien.1. ↑ Dans le texte : mon esprit naturel.La Vie nouvelle : Chapitre VIl arriva un jour que cette beauté était assise dans un endroit où l’on célébrait la Reine de la gloire1, et de la place où j’étais je voyaisma Béatitude. Et entre elle et moi en ligne droite était assise une dame d’une figure très agréable, qui me regardait souvent, étonnéede mon regard qui paraissait s’arrêter sur elle ; et beaucoup s’aperçurent de la manière dont elle me regardait. Et l’on y fit tellementattention que, en partant, j’entendais dire derrière moi : «Voyez donc dans quel état cette femme a mis celui-ci.» Et, comme on lanommait, je compris qu’on parlait de celle qui se trouvait dans la direction où mes yeux allaient s’arrêter sur l’aimable Béatrice.[1]Alors je me rassurai, certain que mes regards n’avaient pas ce jour-là dévoilé aux autres mon secret ; et je pensai à faire aussitôt decette gracieuse femme ma protection contre la vérité. Et en peu de temps, j’y réussis si bien que ceux qui parlaient de moi crurentavoir découvert ce que je tenais à cacher.Grâce à elle, je pus dissimuler pendant des mois et des années.[2] Et pour mieux tromper les autres, je composai à son intentionquelques petits vers que je ne reproduirai pas ici, ne voulant dire que ceux qui s’adresseraient à la divine Béatrice, et je ne donneraique ceux qui seront à sa louange.Je dirai que pendant que cette femme servait ainsi de protection à mon grand amour, pour ce qui me concernait, il me vint à l’idée devouloir rappeler le nom de celle qui m’était chère, en l’accompagnant du nom de beaucoup d’autres femmes, et parmi les leurs dunom de celle1. ↑ La fête de la Vierge.2. ↑ Il paraît difficile de croire que ce manège ait duré des années.La Vie nouvelle : Chapitre VIJe dirai que pendant que cette femme servait ainsi de protection à mon grand amour, pour ce qui me concernait, il me vint à l’idée devouloir rappeler le nom de celle qui m’était chère, en l’accompagnant du nom de beaucoup d’autres femmes, et parmi les leurs dunom de celle dont je viens de parler. Et, ayant pris les noms des soixante plus belles femmes de la ville, où ma Dame a été mise parle Seigneur, j’en composai une épître sous la forme de Sirvente[1], que je ne reproduirai pas. Et si j’en fais mention ici, c’est
uniquement pour dire que, par une circonstance merveilleuse, le nom de ma Dame ne put y entrer précisément que le neuvièmeparmi ceux de toutes les autres.1. ↑ Sirvente, sorte de poésie usitée par les trouvères et les troubadours. C’est peut-être quelque convenance de rime qui auraplacé le nom de Béatrice au neuvième rang, sans que le Poète s’en soit d’abord aperçu, mais non sans que son imagination enait été frappée plus tard (Voir le ch. XXX).La Vie nouvelle : Chapitre VIICette dame qui m’avait pendant si longtemps servi à cacher ma volonté, il fallut qu’elle quittât la ville où nous étions, pour unerésidence éloignée. De sorte que moi, fort troublé d’avoir perdu la protection de mon secret, je me trouvai plus déconcerté que jen’aurais cru devoir l’être. Et pensant que, si je ne témoignais pas quelque chagrin de son départ, on s’apercevrait plus tôt de mafraude, je me proposai de l’exprimer dans un sonnet que je reproduirai ici parce que certains passages s’y adresseront à ma Dame,comme s’en apercevra celui qui saura le comprendre. O vous qui passez par le chemin de l’Amour,[1]Faites attention et regardezS’il est une douleur égale à la mienne.Je vous prie seulement de vouloir bien m’écouter ;Et alors vous pourrez vous imaginerDe quels tourmens je suis la demeure et la clef.L’Amour, non pour mon peu de mériteMais grâce à sa noblesse,Me fit la vie si douce et si suaveQue j’entendais dire souvent derrière moi :Ah ! A quels méritesCelui-ci doit-il donc d’avoir le cœur si joyeux ?Maintenant, j’ai perdu toute la vaillanceQui me venait de mon trésor amoureux,Et je suis resté si pauvreQue je n’ose plus parler.Si bien que, voulant faire comme ceuxQui par vergogne cachent ce qui leur manque,Je montre de la gaité au dehorsTandis qu’en dedans mon cœur se resserre et pleure.[2]1. ↑ O voi che per la via d’Amore passate.2. ↑ Commentaire du ch. VII.La Vie nouvelle : Chapitre VIIIAprès le départ de cette dame, il plut au Seigneur des anges d’appeler à sa gloire une femme jeune et de très gracieuse apparence,laquelle était aimée dans cette ville. Je vis son corps au milieu de femmes qui pleuraient.Alors, me rappelant l’avoir vue dans la compagnie de ma Dame, je ne pus retenir mes larmes. Et tout en pleurant, je me proposai dedire quelque chose sur sa mort, à l’intention de celle près de qui je l’avais vue. Et c’est à cela que se rapportent les derniers mots dece que je dis à son sujet, comme le saisiront bien ceux qui le comprendront. Je fis donc les deux sonnets qui suivent : Pleurez, amans, alors que l’amour pleure,[1]En entendant ce qui le fait pleurer.
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents