10 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Corrige AGREGEXT Composition de chimie option physique 2006 AGREG PHYS

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
10 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

QUELQUES SYSTEMES OU PROCEDES METTANT EN JEU DIFFERENTS MODES DE CONVERSION DE L’ENERGIE CHIMIQUE Corrigé proposé par Anne Szymczak Première partie : système chimique et échanges thermiques A.I.1. L’avancement ξ s’exprime en moles ; il est défini par la relation : ξ = [n(t) – n(0)]/ν . i i i A.I.2. 1. Expression de la différentielle dZ de Z(T,P,ξ) : !Z !Z !ZdZ = dT + dP + d"!T !P !"P," T," T,P 2. Grandeur de réaction Δ Z : dérivée partielle de Z par rapport à ξ, à T et P constantes : r !Z # Z =r!" T,PA.I.3. 1. Expression de la différentielle dZ de Z(T,P,n …n ) : 1 i !Z !Z !Z dZ = dT + dP + dn" ii !T !P !niP,n T,n T,P,ni i j !Zz = 2. Grandeur molaire partielle : i!ni T,P,nj A.I.4. Par identification, Δ Z dξ = Σ z dn , avec dn = ν dξ. On en déduit : Δ Z = Σν z . C’est une r i i i, i i r i i i grandeur intensive puisqu’elle est le rapport de deux grandeurs extensives. A.II.1. Pour une évolution à T et P constantes, dH = -PdV + δQ + PdV + VdP avec dP = 0. P Il reste dH = δQ = Δ H dξ d’après le A.I.2.1. P r A.II.2. 1. Pour déterminer la capacité thermique du calorimètre, on peut par exemple placer 30 mL d’eau dans le calorimètre puis attendre l’établissement de l’équilibre thermique : on relève alors la température T . On ajoute alors 30 mL d’eau à une température plus oélevée (T ). On relève la température finale T , atteinte par le milieu à l’équilibre. On 1 fdétermine alors la capacité thermique C’ grâce à l’équation ...

Informations

Publié par
Nombre de lectures 1 247
Langue Français

Extrait

QUELQUES SYSTEMES OU PROCEDES METTANT EN JEU DIFFERENTS MODES DE CONVERSION DE L’ENERGIE CHIMIQUE Corrigé proposé par Anne Szymczak Première partie : système chimique et échanges thermiques A.I.1. L’avancement ξ s’exprime en moles ; il est défini par la relation : ξ = [n(t) – n(0)]/ν . i i i A.I.2. 1. Expression de la différentielle dZ de Z(T,P,ξ) : !Z !Z !Z dZ = dT + dP + d" !T !P !"P," T," T,P 2. Grandeur de réaction Δ Z : dérivée partielle de Z par rapport à ξ, à T et P constantes : r !Z # Z =r !" T,P A.I.3. 1. Expression de la différentielle dZ de Z(T,P,n …n ) : 1 i !Z !Z !Z dZ = dT + dP + dn" ii !T !P !niP,n T,n T,P,ni i j !Z z = 2. Grandeur molaire partielle : i !ni T,P,nj A.I.4. Par identification, Δ Z dξ = Σ z dn , avec dn = ν dξ. On en déduit : Δ Z = Σν z . C’est une r i i i, i i r i i i grandeur intensive puisqu’elle est le rapport de deux grandeurs extensives. A.II.1. Pour une évolution à T et P constantes, dH = -PdV + δQ + PdV + VdP avec dP = 0. P Il reste dH = δQ = Δ H dξ d’après le A.I.2.1. P r A.II.2. 1. Pour déterminer la capacité thermique du calorimètre, on peut par exemple placer 30 mL d’eau dans le calorimètre puis attendre l’établissement de l’équilibre thermique : on relève alors la température T . On ajoute alors 30 mL d’eau à une température plus o élevée (T ). On relève la température finale T , atteinte par le milieu à l’équilibre. On 1 f détermine alors la capacité thermique C’ grâce à l’équation suivante, où C représente la capacité thermique de l’eau liquide : 30 C (T -T ) + 30 C (T -T ) + C’ (T -T ) = 0. f 0 f 1 f 0 2. Tracé T = f(t) : voir ci-dessous 3. T est la valeur obtenue par l’extrapolation 1 à t = 5 min de l’évolution de la température initiale du milieu. T est la valeur obtenue par extrapolation à 2 t = 5 min de l’évolution des températures décroissantes mesurées après l’addition du catalyseur. Si la réaction libérait instantanément l’énergie thermique et si l’enceinte était parfaitement adiabatique, T 2 serait atteinte à t = 5 min et maintenue constante ensuite. Il y a ici un échange thermique inévitable avec l’extérieur. 1 4. L’échange thermique est traduit par l’égalité suivante : ξ.Δ H° + (c’ + 60.C).(T - T ) = 0. r 2 1 -3L’avancement ξ de la réaction vaut 50.c .10 mol. L’application numérique donne 0 -1Δ H°=-94,4 kJ.mol , que l’on compare à la valeur tabulée : Δ H° = Δ H°(H O ) - r r (litt) f 2 liq -1Δ H°(H O ) = -94,6 kJ.mol . Cette expérience conduit à un résultat tout à fait f 2 2aq satisfaisant. B.I.1. La combustion du méthane s’écrit : CH + 2 O = CO + 2 H O. C’est la réaction qui se 4 2 2 2 produit au brûleur d’une gazinière ou d’une chaudière fonctionnant au gaz de ville. B.I.2. Si on note T la température de flamme, on peut écrire que dans cette enceinte adiabatique F virtuelle, le transfert thermique dû à la réaction chimique est exactement compensé par le transfert thermique lié au réchauffement des produits de la réaction : 1. Δ H° + [2C° (H O) + C° (CO )].(T - 298) = 0 , ce qui donne T = 4384K r p 2 p 2 F F Ce calcul est bien entendu formel : si cette combustion est particulièrement exothermique, il faut cependant prendre en compte son caractère éventuellement incomplet, et les pertes thermiques inévitables pour l’enceinte. A noter aussi que pour les brûleurs courants cités plus haut, il faut prendre en compte la présence de diazote de l’air. Enfin, les capacités calorifiques ne sont pas constantes sur un tel domaine de température. B.I.3. Ces réactions de décomposition font chuter considérablement la température finale : elles sont donc a priori endothermiques, à condition de ne pas prendre en compte les autres facteurs cités ci-dessus. B.II.1. Le dihydrogène est utilisé dans la synthèse de l’ammoniac, du méthanol, dans les piles à combustible, comme combustible pour certains moteurs (Ariane). B.II.2. 1. Par application de la loi de Van’tHoff, une augmentation de température à pression et composition constantes déplace l’équilibre 1 (respectivement 2) dans le sens direct – endothermique - (respectivement indirect – exothermique). 2. Par application de la loi de le Châtelier, une augmentation de pression à température et composition constantes déplace l’équilibre 1 dans le sens indirect (diminution du nombre de moles de gaz) et n’a pas d’influence sur l’équilibre 2 (Δν = 0). gaz -1 3. a. Δ H° = Δ H° + Δ H° = 217 kJ.mol r 3 r 1 r 2 -1 Δ S° = 4.165+269-2.226-215 = 262 kJ.mol r 3 -1 -1 Δ G° /kJ.mol = 217 – 0,262.T soit Δ G° (1033K) = -53,6 kJ.mol r 3 r 3 K°(T) = exp[-Δ G° (T)/RT] donc K°(1033K) = 513. r 3 b. L’excès de vapeur d’eau permet à pression constante de déplacer l’équilibre dans le sens direct. c. Dressons un bilan de matière : CH + 2H O = CO + 4H K° = 513 4 2 2 2 EI n 3n 0 0 gazEF n (1-α) 3n (1-(2/3)α) n α 4n α n = n (4+2α) 0 0 0 0 T 0 0,08 = n (1-α)/ n (4+2α) ce qui conduit à α = 0,59. 0 0 4. L’addition d’air au mélange permet la combustion du méthane résiduel, qui est exothermique, ce qui évite un apport d’énergie thermique extérieur. B.II.3. 1. Il s’agit d’une catalyse hétérogène, pour laquelle le catalyseur doit être introduit sous forme pulvérulante pour optimiser la surface de contact. 2. Le rendement thermodynamique n’est pas modifié car un catalyseur n’a pas d’influence sur la position de l’équilibre. 2 3. a. Représentation conventionnelle de la maille : 2+les ions Ni occupent les sommets du cube 2- et les centres des faces alors que les ions O se positionnent au milieu de chaque arête. On décompte facilement 4 motif NiO par 2+maille (8.1/8 + 6.1/2 pour Ni et 1 + 12. ¼ 2-pour O ) b. Chaque ion se trouve dans un octaèdre d’ions de signe opposé : [6-6]. c. Les deux ions de signe opposé sont tangents : r + r = a/2 et deux anions ne sont + - pas en contact : 2r ≤ a/√2. On obtient donc - √2 -1 ≤ r /r ≤ √3-1, cette borne supérieure correspondant à la coordinence [8-8] plus + - favorable. Ce modèle n’est pas valable pour un couple anion polarisable/cation polarisant. d. a = 2.(r + r ) = 424 pm + - 3 6 -3 ρ = 4 M(NiO)/N a = 6,5.10 g.m a Deuxième partie : système chimique et énergie électrique + +A.I.1. Ag + n NH = Ag(NH ) 3 3 n A.I.2. Si l’on considère cette réaction comme unique et totale : + + -3 -1 [Ag(NH ) ] = [Ag ] = 0,01 × 20 /100 = 2.10 mol.L 3 n i 0 [NH ] = (1 × v – n ×0,01×20)/100 ≈ 0,01.v 3 i i i On utilise une solution concentrée d’ammoniac afin de pouvoir considérer : - uniquement la valeur maximale de n - comme négligeable la quantité d’ammoniac complexé - le caractère total de la réaction. A.II.1. Il s’agit d’une pile de concentration. A.II.2. La formule de Nernst s’écrit dans les conditions de l’énoncé : + + E = E°(Ag /Ag) + 0,059 log[Ag ]/C° + +A.II.3. ΔE = 0,059 log([Ag ] /[Ag ] ) i i 0 Notons que : - ΔE ≤ 0 car dans la solution S l’argent (I) est masqué sous forme de i i complexe + - [Ag ] est donnée par la constante de formation du complexe selon : i + + n β = [Ag(NH ) ] / [Ag ][NH ] n 3 n i i 3 i n Il vient donc ΔE = -0,059×logβ [NH ] = -0,059×logβ - 0,059×n×log(0,01.v). La i n 3 i n i représentation de ΔE en fonction de log(0,01.v ) est une droite de pente -0,059 n et i i d’ordonnée à l’origine -0,059×logβ . On peut donc par ce tracé déterminer les valeurs n expérimentales de n et β . n A.II.4. Exploitation des mesures : - ΔE (V) 0,342 0,374 0,392 i - log(0,01.v) 0,699 0,398 0,222 i Ces trois points sont rigoureusement alignés, sur une droite de pente -0,105 V et d’ordonnée à l’origine 0,414 V. On en déduit n = 1,8 et β = 7,0, ce qui correspond au complexe n 7diammine argent (I), de constante de formation β = 10 . 2 3 + -6 2 +A.II.5. La constante β nous permet de calculer [Ag ] = 2.10 .v . On en déduit [Ag(NH ) ] = 2 i i 3 i 3,4 + -5,610 [NH ][Ag ] = 10 /i avec i = 1,2 ou 3. Pour ces trois valeurs de i, le complexe ammine 3 i i argent (I) est en concentration négligeable devant celle du complexe diammine argent (I) grâce notamment à l’excès de ligand. + -B.I.1. 1. A l’anode, se produit l’oxydation du dihydrogène selon H + 2 H O → 2 H O + 2 e et à 2 2 3 + -la cathode, on observe la réduction du dioxygène selon ½ O + 2 H O + 2e → 3 H O. 2 3 2 H O2 -- 2e2e 2 H O2 1/2 OH 22 +2 H O3 Pt Pt 2. La réaction (1) s’écrit donc ½ O + H → H O. 2 2 2 B.I.2. 1. Le système reçoit le transfert thermique Q = TΔS dans des conditions de réversibilité , W ( travail des forces de pression) et fournit W ( énergie électrique) . Le premier p el principe s’écrit : dU = - PdV - δW + δQ. A pression constante, dH = dU + PdV = - δW el el + δQ. A température constante, dG = dH – TdS = - δW + δQ – TdS = - δW . el el On définit ρ = δW /(δW – δQ) . el el Or r = Δ G / Δ H = Δ G dξ / Δ H dξ = dG / dH = - δW /(- δW + δQ) = ρ. r 1 r 1 r 1 r 1 el el -1 2. Δ H ° = Δ H°(H O ) = -285,8 kJ.mol r 1 f 2 liq -1 -1 Δ S ° = -163,2 J.K .mol r 1 -1 Δ G ° = Δ H ° - T. Δ S ° = -228,2 kJ.mol à 353 K. r 1 r 1 r 1 On en déduit r = 0,8, valeur très intéressante, car même diminuée par le rendement électrique, on reste bien au-delà des 30 % des moteurs thermiques. B.II.1. Δ G ° = - 2 FΔE ° donc ΔE ° = 1,18 V r 1 1 1 B.II.2. Le calcul thermodynamique précédent ne prend pas en compte l’inévitable chute ohmique ni les effets cinétiques (surtensions aux électrodes). Il faut donc choisir les électrodes convenablement et augmenter la conductivité de l’électrolyte. B.II.3. P = U.I = n.U.j.S où n est le nombre de cellules en série, U la tension aux bornes d’une cellule, j la densité de courant traversant les cellules et S la surface efficace. 3 On calcule n = 75.10 / (0,7.0,5.250) = 857 cellules. B.II.4. Une heure de fonctionnement fait circuler j.S.n.3600 /F mol d’électrons. On a donc consommé j.S.n.3600 /2F mol de dihydrogène soit 4 kg environ. B.III.1. Dans la membrane électrolyte, les i
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text