Qu'est-ce que les technologies ? : (Volume 5) , livre ebook

icon

556

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2006

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

556

pages

icon

Français

icon

Ebook

2006

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Les plus grands spécialistes sont réunis dans ce cinquième volume. Ils éclairent les grandes questions que posent les nouvelles technologies dans l’éducation et la formation, l’informatique, l’exploration de l’espace, l’énergie, les matériaux, les pollutions et leurs remèdes, la société du risque et de l’extrême. Contributions de Jean-François Abramatic, Paul Acker, Cécile Alvergnat, Arlène Ammar-Israël, François Anceau, Jean-Louis Aucouturier, Jean-Pierre Balpe, Bertrand Barré, Gérard Berry, Hugues Bersini, Pierre Bétin, Jacques Blamont, Pierre Caspar, Sophie Cluet, Laurent Cohen-Tanugi, Hubert Curien, Walid Dabbous, Jean-Jacques Duby, Alain Ehrenberg, François Ewald, Olivier Faugeras, Jean-François Fauvarque, Gérard Gallas, Pierre-Gilles de Gennes, Jean-Paul Haton, Jean-Yves Helmer, Didier Houssin, Bernard Lahire, Jacques Lanxade, Jean-Claude Laprie, Pierre Lascoumes, Dominique Lecoq, Jean-Claude Lehmann, Jacques Livage, Annick Loiseau, Mauricio Lopez, Gilles J. Martin, Thomas-Xavier Martin, Gérard Mégie, Philippe Meirieu, Roland Moreno, Pierre Morlier, Yves Mottot, François Orivel, Guy Ourisson, Émile Pefferkorn, Jacques Péping, André Pineau, Jacques Prost, Joël de Rosnay, Laurent Sedel, Jean-Claude Serrero, Michel Sotton, Walter R. Stahel, Jacques Stern, Michel Vivant, Lothaire Zilliox.
Voir Alternate Text

Publié par

Date de parution

01 août 2006

Nombre de lectures

2

EAN13

9782738169969

Langue

Français

Poids de l'ouvrage

1 Mo

L’équipe de l’Université de tous les savoirs est composée de : Yves Michaud (conception et organisation), Gabriel Leroux (assistant à la conception et à l’organisation), Juliette Roussel (rédaction et suivi éditorial), Sébastien Gokalp (programmation et suivi éditorial), Agnès de Warenghien (communication et production audiovisuelle), Julie Navarro (gestion), Karim Badri Nasseri (logistique), Catherine Lawless (communication et études de la mission 2000 en France).
© O DILE J ACOB , MARS 2001 15, RUE S OUFFLOT , 75005 P ARIS
www.odilejacob.fr
ISBN 978-2-7381-6996-9
Le code de la propriété intellectuelle n'autorisant, aux termes de l'article L. 122-5 et 3 a, d'une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l'usage du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d'autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d'exemple et d'illustration, « toute représentation ou réproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite » (art. L. 122-4). Cette représentation ou reproduction donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
Ce document numérique a été réalisé par Nord Compo .
Introduction

Humanité et technique
L’homme est un animal technicien. Ce qui l’arrache à l’animalité ou fait de lui, pour le meilleur et pour le pire, un animal humain. Bien évidemment, la capacité de former des représentations, celle de communiquer par le langage et l’existence sociale ne sont pas étrangers à cette capacité technique même si l’on ne sait pas trop dans quel ordre placer ces facteurs d’hominisation ni leur rôle exact dans le développement.
Cette place prépondérante de la technique dans l’hominisation a été reconnue clairement dès la seconde moitié du XIX e siècle — Rousseau représentant dans ce domaine comme dans bien d’autres un précurseur au XVIII e siècle. À partir du moment où il devient naturel de considérer l’homme au sein du règne animal, plongé en lui et non pas par principe, théologiquement ou ontologiquement, au-dessus de lui, à le voir dans ce qu’il a de commun avec les autres animaux et dans ce qui l’en distingue, l’humanité et la technique doivent être appréhendées ensemble. Là où il y a des outils, aussi rudimentaires soient-ils, il y a de l’humain. Là où il y a des fragments d’outils, il y a habitat humain.
Au cours du XX e siècle, cette vision de l’homo sapiens comme homo faber , pour reprendre les termes de Bergson en 1907 dans L’Évolution créatrice , non seulement n’a pas été remise en cause, mais elle a pris de plus en plus de place et même toute la place, au fur et à mesure que l’on mesurait mieux l’importance des diverses révolutions techniques et des changements qu’elles introduisaient chaque fois : révolution du moteur et de l’énergie, révolution de l’automate, révolution de l’information, révolution des biotechnologies — révolution de ce que l’on appelle désormais les nouvelles technologies. Les victoires humaines sur la nature et la fatalité, comme les barbaries qui les ont accompagnées, ont ainsi été mises au compte de « l’arraisonnement du monde par la technique » (Heidegger).
 
Compte tenu du développement technique récent, un parcours de cet univers des techniques et une réflexion sur elles aujourd’hui doivent couvrir des activités et des formes techniques extrêmement différentes : depuis celles qui s’ancrent dans un passé immémorial comme les techniques de l’alimentation, de la construction, de l’exercice du pouvoir, ou de la guerre, jusqu’à d’autres plus récentes voire complètement nouvelles — techniques du déplacement, de la santé, de l’éducation, de la communication et de la gestion de l’information, de la dé-pollution, etc. De toute manière, anciennes ou nouvelles, toutes les techniques auront été affectées par la formidable extension des connaissances depuis un siècle et aucune n’est restée en l’état — sinon peut-être des « techniques » comme la magie ou l’astrologie (et encore !), que certains reconnaissent telles à cause de leurs aspects de recettes transmissibles (c’est l’explication que donne Marcel Mauss quand il parle de la magie comme technique) et en dépit de leur manque de résultats.
L’ordre adopté pour construire la série des conférences de l’Université de tous les savoirs *1 fait qu’un certain nombre de ces techniques ont déjà été examinées dans les volumes précédents : les conférences sur la vie et l’humain (volumes 1 et 2) ont, directement ou indirectement, traité des biotechnologies, que celles-ci portent sur l’individu ou sur l’espèce, qu’elles concernent le patrimoine génétique ou les pathologies collectives ou individuelles, qu’elles prennent la forme de politiques des populations et de la santé ou qu’elles concernent l’alimentation. De même, il a été question dans le volume 3, consacré à la société, de l’habitat et des déplacements, de l’économie et de toutes les techniques sociales qui passent par la production de symboles et de normes. Ce volume 5 ne fait donc que poursuivre un panorama déjà bien entamé. Il le fait cependant d’une manière particulière dans la mesure où il envisage cette fois les techniques « pour elles-mêmes » et, d’autre part, les aborde sous l’angle des développements les plus récents et même de ceux que l’on peut anticiper. De là le titre de ce volume : Qu’est-ce que les technologies  ?
Le succès de la représentation de l’homme comme animal technicien a eu en effet pour conséquence dommageable de rendre diffuse la notion de technique à proportion qu’on l’étendait : on y incluait finalement toutes formes d’opération tournées vers l’obtention de toutes sortes de résultat selon des recettes définies (d’où encore une fois la promotion quand même bizarre de la magie ou de la religion au statut de « techniques »). Toute mise en relation de moyens et de fins selon des recettes ou des procédés tendait à devenir un cas de technique et la notion a fini par signifier toute action instrumentale, toute action mobilisant des instruments pour aboutir à certains objectifs. Ce n’est certainement pas faux, mais on ne gagne pas forcément beaucoup à identifier l’ homo faber ou l’ homo artifex à l’homme qui instrumente et agence des moyens. C’est par souci de se démarquer de cette dérive par extension et inclusion que les 57 conférences regroupées dans ce volume 5 de l’Université de tous les savoirs envisagent des champs et des opérations de la technique bien définis et traditionnellement reconnus comme tels : l’éducation, le traitement de l’information, la production d’énergie, la maîtrise de l’espace, les armes, les matériaux — et enfin les conséquences du développement technique en termes de pollutions et de risques. Encore une fois, il ne s’agit pas de nier ainsi l’importance essentielle des techniques médicales, alimentaires, juridiques, politiques, démographiques — mais de revenir au champ proprement technique des machines et des matériaux.
Il s’agit en outre de le faire en se tournant résolument vers l’état de l’art et les perspectives qui s’annoncent, que ce soit pour faire des projections raisonnables ou, plus modestement, faire état des incertitudes et modérer les spéculations hasardeuses. On constatera en effet que les situations diffèrent beaucoup selon les cas : autant nous avons des idées raisonnables sur les développements futurs en matière de matériaux parce que nous connaissons de mieux en mieux les conditions scientifiques de leur production, autant nos spéculations sur l’avenir des énergies ou celui de l’Internet sont fragiles compte tenu soit de la nature des facteurs en jeu (notamment les facteurs humains) soit de la jeunesse du domaine et du caractère instable de la technologie en jeu.
J’en viens maintenant aux différents domaines pour quelques remarques qui précisent les enjeux et parfois les limites de l’enquête.

L’éducation
Pour ce qui concerne l’éducation, dont on contestera difficilement le caractère de technique de transmission non seulement des connaissances mais aussi de tous les usages et modes de communication indispensables à la vie des communautés et des groupes, j’ai souhaité que les questions soient abordées avec beaucoup de recul de manière à éviter les manifestes myopes et les polémiques dépassées le jour même où elles apparaissent. On ne trouvera donc rien ici sur les humanités et leurs crises (la question est abordée de manière plus large dans le volume 6 à propos de la culture) ; rien non plus sur l’illettrisme informatique, sujet intéressant et peut-être même essentiel, mais à propos duquel circulent aujourd’hui seulement des opinions vraisemblables ou complaisantes, quand ce ne sont pas simplement des projections reposant sur des objectifs de pénétration des marchés ; on ne trouvera rien non plus sur la violence à l’école. En fait, ces questions d’actualité, qui sont loin d’être sans intérêt ni importance, sont abordées indirectement à travers l’analyse de l’illettrisme comme construction sociale de l’exclusion, ou à propos de ce qui constitue la question centrale de toute pédagogie : comment transmettre quoi que ce soit à celui qui, soit ignore jusqu’à l’existence de ce qu’on veut lui transmettre, soit ne veut même pas en entendre parler. Autre prise de distance par rapport aux débats trop nationaux voire paroissiaux : l’approche de l’éducation en termes de coûts et de budgets rend manifeste la disparité et l’inégalité face à l’éducation au plan de la planète et pas seulement entre des catégories d’individus plus ou moins bien lotis ou plus ou moins blasés au sein des sociétés riches.

Le nouvel âge numérique
Il s’imposait d’aborder longuement le domaine de l’informatique et du traitement des données numériques. Si nous avons affaire depuis les années 1950 à une nouvelle étape dans le développement technologique, c’est bien parce qu’après l’âge de la machine à vapeur puis l’âge du moteur à explosion et de l’électricit

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text