Cours de philosophie biologique et cognitiviste : Spinoza et la biologie actuelle , livre ebook

icon

1080

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2018

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

1080

pages

icon

Français

icon

Ebook

2018

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Les avancées de la biologie contemporaine posent de façon nouvelle des problèmes philosophiques anciens, tels que ceux des rapports entre le vivant et l’inanimé, entre le corps et l’esprit, l’erreur et la vérité. La philosophie de Spinoza, bien que datant du XVIIe siècle, apporte à ces problèmes des solutions plus pertinentes que la plupart des philosophies plus récentes, développées dans les siècles qui l’ont suivie. En retour, les acquis actuels des sciences physiques et biologiques, notamment des neurosciences cognitives, permettent de porter un nouveau regard sur certaines notions propres à la philosophie de Spinoza, telles que sa « petite physique », la nature cause de soi, la notion de matière, l’essence des choses, les genres de connaissance, qui acquièrent de ce fait un surcroît d’actualité. Une approche tout à fait nouvelle de la philosophie, et de Spinoza en particulier, grâce à la biologie et aux sciences cognitives. Henri Atlan est à la fois médecin, biologiste et philosophe. Ancien chef de service à l’hôpital de l’Hôtel-Dieu à Paris, il est professeur émérite de biophysique, fondateur et ancien directeur du Centre de recherche en biologie humaine à l’hôpital universitaire Hadassah de Jérusalem. Il est également directeur d’études en philosophie de la biologie à l’EHESS. Il a notamment publié Entre le cristal et la fumée, Les Étincelles de hasard, ainsi que, aux éditions Odile Jacob, Le Vivant post-génomique, qui ont été de grands succès. 
Voir Alternate Text

Publié par

Date de parution

25 avril 2018

Nombre de lectures

1

EAN13

9782738143501

Langue

Français

Chère lectrice, cher lecteur,
 
Si vous désirez :
• être informé(e) en avant-première de nos publications,
• suivre l’actualité des médias et les rencontres de nos auteurs,
• recevoir des invitations réservées exclusivement aux membres du Club Odile Jacob,
 
alors inscrivez-vous :
club.odilejacob.fr
© O DILE J ACOB , AVRIL  2018 15, RUE S OUFFLOT , 75005 P ARIS
www.odilejacob.fr
ISBN : 978-2-7381-4350-1
Le code de la propriété intellectuelle n'autorisant, aux termes de l'article L. 122-5 et 3 a, d'une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l'usage du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d'autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d'exemple et d'illustration, « toute représentation ou réproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite » (art. L. 122-4). Cette représentation ou reproduction donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
Ce document numérique a été réalisé par Nord Compo .
Pour Béla, toujours en chemin.
Préface

L’ouvrage d’Henri Atlan constitue un apport essentiel au développement des études spinozistes. En confrontant la pensée de Spinoza aux connaissances actuelles dans les domaines de la neurobiologie et de l’intelligence artificielle, il les éclaire toutes deux d’une lumière nouvelle et forte. Cela est dû en premier lieu au fait que l’intelligibilité qui se dégage de cette confrontation est partagée, donc réciproque : elle ne résulte pas de l’application unilatérale d’un des domaines d’études concernés à l’autre, mais procède d’un perpétuel va-et-vient entre eux, qui préserve leur nature spécifique, déterminée par leur inscription dans l’histoire propre à chacun. L’objectif poursuivi dans l’ouvrage n’est donc ni de fonder philosophiquement, au prix d’un vertigineux retour en arrière, les découvertes scientifiques actuelles, ni de se servir de ces dernières en vue de valider des raisonnements philosophiques élaborés à une autre époque dans un contexte tout différent et dans un langage qui n’est pas le même : mais il est de faire réagir l’un sur l’autre deux types distincts d’activités intellectuelles, décalés l’un par rapport à l’autre, que leur irréductibilité n’empêche pas de se rencontrer et de nouer entre elles de surprenantes correspondances. Pour caractériser cette rencontre, on serait tenté d’utiliser le concept d’identité synthétique, distinct de celui d’identité analytique, introduit dans le corps de l’ouvrage en vue de rendre compte de l’union du corporel et du mental telle que, à travers des discours qui ne peuvent être traduits terme à terme l’un dans l’autre, la philosophie (de Spinoza), d’une part, et la science (la biologie actuelle), d’autre part, permettent, chacune de son côté, de la comprendre.
Cela posé, on est amené à se demander en quel sens il faut prendre le mot « actualité » qui revient tout au long de l’ouvrage pour présenter le rapport que la philosophie de Spinoza entretient avec l’état présent des connaissances biologiques. Or il est manifeste que lorsqu’il attribue à la pensée de Spinoza une actualité qui l’autorise à en faire une lecture au présent, et non de la rejeter dans les limbes d’une antiquité révolue, Henri Atlan prend le qualificatif « actuel » dans son sens originel, à savoir « agissant » : il veut dire que cette pensée n’a pas fini de produire ses effets, de stimuler la réflexion, et que, en conséquence, elle ne peut être reléguée dans un passé totalement déconnecté des préoccupations des savants d’aujourd’hui qui étudient la réalité mentale en se servant de concepts et d’instruments qui, forcément, étaient inconnus d’un philosophe du XVII e  siècle. À ce point de vue, une chose est certaine : dans la lecture qu’Atlan propose de Spinoza en réfractant ses raisonnements à travers le prisme des sciences contemporaines, celui-ci est effectivement « agissant », donc en ce sens précis « actuel », dans la mesure où les idées et les démonstrations qui se trouvent dans le texte de l’ Éthique continuent à provoquer, à engendrer des enchaînements rationnels qui, à défaut de fonder la science ou de se substituer à elle, l’instruisent en permettant de mieux comprendre les résultats auxquels elle parvient en se servant des moyens qui lui sont propres. Une actualité de ce genre est, peut-on dire, une éternactualité, dissociée de la représentation d’une intervention à distance du passé sur le présent conduisant à interpréter le rapport du premier au second selon les modalités du « déjà » et du « pas encore » qui impliquent sourdement la référence à une finalité : il n’est donc pas question de replacer la philosophie de Spinoza et la neurobiologie dans le mouvement commun d’une histoire qui se déploierait sur une même ligne dans le sillage de laquelle elles s’influenceraient ou se conditionneraient l’une l’autre. Pas davantage que, dans la perspective initiée par Spinoza, le corporel et le mental n’entretiennent l’un avec l’autre de rapports de causalité, cette perspective proprement philosophique n’est non plus en rapport de détermination causale avec le travail des savants qui s’effectue sur un autre plan et dont elle ne pouvait manifestement préfigurer les résultats.
Par là même est soulevée la question de la nature de cette relation, qu’il ne suffit pas de caractériser de manière négative par la double élimination de la cause finale et de la cause efficiente. Il se trouve que cette question peut être, sinon résolue, du moins clairement reposée à partir de la façon dont Spinoza envisage la relation conceptuelle de l’idée à son idéat. Trop souvent – là est la racine de l’interprétation dite « paralléliste » des attributs de la substance, interprétation que l’ouvrage d’Henri Atlan récuse en se servant d’arguments très puissants et très convaincants –, on considère que l’idéat auquel l’idée se rapporte doit être un corps, alors qu’il peut très bien s’agir aussi d’une idée. La conception spinoziste de l’idée de l’idée, à moins qu’on s’emberlificote dans des distinctions artificielles comme celle d’un parallélisme intra- ou extracogitatif, permet d’évacuer la perspective paralléliste qui, de fil en aiguille, réintroduit le face-à-face cartésien de la pensée et de l’étendue dont Spinoza s’est expressément démarqué en affirmant l’infinité des attributs, perspective paralléliste qui autorise à terme une interprétation dualiste de sa pensée, interprétation tendanciellement réductionniste – quel que soit le sens, matérialiste ou idéaliste, dans lequel s’opère la réduction. Pour résumer simplement ce point, l’idée telle que Spinoza la conçoit est toujours une idée de chose dans la mesure où elle se rapporte nécessairement à un idéat, mais elle n’est pas dans tous les cas une idée de corps, pour autant que les idées, tout autant que les corps, quoique d’une manière complètement différente, sont aussi des choses, à savoir des choses de pensée : et c’est précisément ce qui explique que l’entendement puisse aussi fonctionner « sans relation au corps », thèse qui joue un rôle crucial dans la résolution de la question éthique qui est de savoir comment devenir libre dans un monde régi de part en part et dans tous les ordres ou attributs de la substance par des lois nécessaires.
Dans le chapitre IV de son ouvrage, intitulé de manière significative « L’inachevé », Henri Atlan souligne l’importance à cet égard de la proposition 8 de la deuxième partie de l’ Éthique dans laquelle il est question des idées « de choses singulières qui n’existent pas », idées qui néanmoins s’enchaînent avec nécessité dans l’entendement infini en tant qu’elles sont formellement, sinon objectivement, des idées, c’est-à-dire des formations ou choses mentales dont l’existence ne peut être niée sous le prétexte qu’elles se rapportent à des idéats qui n’existent pas au présent de la réalité matérielle. Or ces idées de choses qui n’existent pas peuvent très bien être, en suivant le raisonnement qui vient d’être esquissé, des idées d’idées, précisons : idées d’idées qui, elles-mêmes, n’existent pas, du moins pas encore, ce qui fait qu’elles existent sans exister, sur un mode différé, en attente des conditions qui permettent qu’elles soient effectivement produites. Or c’est précisément de cette manière que les idées d’un philosophe comme Spinoza, qui sont en réalité des idées d’idées ne se définissant pas par la relation qu’elles entretiendraient avec un idéat corporel, par exemple un corps cérébral du type des neurones, se trouvent, comme le dit Atlan, « anticiper » sur les idées que le développement de la recherche en biologie a conduit à former à une autre époque que celle de Spinoza, et sur un plan complètement différent. Il s’agit donc d’une anticipation qui ne comporte aucune relation causale, ce qui la distingue d’une prévision, et a fortiori d’une prédiction. Dans ce cas précis, on peut avancer que les idées d’idées de la philosophie, telles qu’elles prennent place dans l’entendement infini, peuvent être mises en rapport avec les idées de corps élaborées plusieurs siècles plus tard par des savants, sur lesquelles, faudrait-il dire, elles auront anticipé plutôt qu’elles ne les ont factuellement anticipées, préparées ou annoncées. En ce sens, Spinoza tel qu’Henri Atlan le comprend ne peut être tenu pour un précurseur qui, par le miracle de la pensée pure, aurait eu une vue claire, distincte et complète de choses, à savoir des idées scientifiques qu’il était manifestement hors de sa portée de percevoir.
Pour justifier cette approche, Henri Atlan cible particulièrement son attention, à l’intérieur du corpus spinoziste, sur le développement intercalé entre les propositions 13 et 14 de la deuxième partie de l’ Éthique que les commentateurs ont pris l’habitude d’appeler « petite physique ». Or ce court ensemble de lemmes, d’axiomes et de postulats ne doit pas, selon lui, être in

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text