1815 • Tome 2 : Waterloo , livre ebook

icon

277

pages

icon

Français

icon

Ebooks

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

277

pages

icon

Français

icon

Ebook

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Dans ce livre, qui est moins un chapitre de la vie de l’Empereur que l’histoire de la France pendant une année tragique, j’ai cherché à peindre les sentiments des Français de 1815 et à marquer leur action sur les événements. Napoléon, Louis XVIII, Talleyrand, Fouché, Ney, Davout, Carnot, restent au premier plan, mais non loin d’eux on voit les paysans, les bourgeois, les ouvriers, les soldats... J’ai tenté d’exprimer les idées et les passions de cette époque troublée avec le langage du temps. Quand je dis des mousquetaires les soldats d’antichambre, des vendéens les brigands et des prêtres les calotins, je parle comme les officiers à la demi-solde et les maçons du quai de Gêvres. Quand j’appelle Napoléon l’usurpateur ou l’aventurier Corse, les maréchaux de l’empire les va-nu-pieds et les conventionnels, les assassins ou les buveurs de sang, je parle comme les amis du comte d’Artois. De même, j’ai reproduit dans toute leur atrocité les propos sanguinaires des fédérés bonapartistes contre les nobles et les monstrueuses menaces de répression proférées à Grand et à Londres par les émigrés. L’historien ne doit pas seulement raconter les événements, il doit aussi, selon le mot de Saint-Marc-Girardin, « faire revivre les passions qu’on n’a plus » (Extrait de la Préface)


Le 1815 de Henry Houssaye est un ouvrage inouï où l’on suit, au jour le jour, parfois même d’heure en heure, le déroulement haletant des événements. Par son style alerte, sa précision éclairante du détail, sa minutie, son souffle dans l’évocation, sa documentation faramineuse et toujours édifiante, 1815 donne la fascinante impression de remonter deux siècles de temps et d’être immergé au cœur de l’Histoire aux instants décisifs et précis durant lesquels elle se déroule le plus intensément. C’est certainement un des plus brillants, des plus complets et des plus compréhensibles ouvrages sur la chute du Premier Empire.


Le présent tome porte exclusivement sur les quelques jours (15 au 18 juin) durant lesquels se déroulent la préparation, la bataille proprement dite et les suites immédiates de la défaite qui marquent la fin programmée des Cent-Jours.


Henry Houssaye, né à Paris (1848-1911), est un historien initialement spécialisé dans la Grèce antique ; après la guerre de 1870 (à laquelle il participe brillamment comme officier), il se consacre totalement à l’histoire militaire de Napoléon Ier et publie sur le sujet deux monumentaux ouvrages définitifs : 1814 (en 1888) (près d’une centaine d’éditions !), et 1815, (en trois volumes). Il est élu à l’Académie française en 1894.

Voir Alternate Text

Nombre de lectures

1

EAN13

9782366345339

Langue

Français

Poids de l'ouvrage

3 Mo

Même auteur, même éditeur









ISBN

Tous droits de traduction de reproduction et d’adaptation réservés pour tous les pays.
Conception, mise en page et maquette : © Eric Chaplain
Pour la présente édition : © PRNG EDITION S — 2015
PRNG Editions (Librairie des Régionalismes) :
48B, rue de Gâte-Grenier — 17160 cressé
ISBN 978.2.36634.055.6 (papier)
ISBN 978.2.36634.533.9 (numérique : pdf/epub)
Malgré le soin apporté à la correction de nos ouvrages, il peut arriver que nous laissions passer coquilles ou fautes — l’informatique, outil merveilleux, a parfois des ruses diaboliques... N’hésitez pas à nous en faire part : cela nous permettra d’améliorer les textes publiés lors de prochaines rééditions.
Version reprenant le texte intégral de la 51 e édition




AUTEUR
henry houssaye







TITRE
1815 tome iI : waterloo



LIVRE I er : L’ENTRÉE EN CAMPAGNE
CHAPITRE I er : LA DERNIÈRE ARMÉE DE L’EMPIRE
I. Passage du pied de paix au pied de guerre. — Rappel des hommes en congé. — Mobilisation des gardes nationales. — La conscription de 1815. — II. L’armement et l’habillement. — Les approvisionnements. — Les places fortes. — Le budget de la guerre. — III. Première et seconde répartitions des troupes en corps d’armée. — Forces de l’armée de première ligne et de l’armée auxiliaire au 15 juin 1815. — IV. Les destitutions et les promotions. — V. Le commandement : Les maréchaux de France. — VI. Le commandement : Le major général. — VII. Le commandement : Les généraux. — VIII. L’esprit de l’armée.
i
A u retour de l’île d’Elbe, l’empereur n’avait plus trouvé sous les drapeaux que 210.000 hommes environ (1) . S’il se fût senti la toute-puissance de naguère, il eût recouru, pour doubler l’armée, à une levée extraordinaire sur les classes de 1806 à 4814, au rappel de la classe de 1815 et à l’appel anticipé de la classe de 1816. Mais il hésitait, à peine ayant repris la couronne, devant une mesure aussi impopulaire que le rétablissement de la conscription abolie par Louis XVIII. Il avait donc pour seules ressources la rentrée dans les corps des soldats en congé limité et illimité et le rappel des nombreux déserteurs portés sur les états de situation comme « absents sans permission ». Les hommes en congé de semestre s’élevaient à 32.800 (2) , les déserteurs à 85.000 (3) . On pouvait compter sur la presque totalité des semestriers ; déjà même trois ou quatre mille avaient rejoint les dépôts, conformément à l’ordonnance royale du 9 mars (4) . Mais parmi les 85.000 « absents sans permission », il fallait admettre qu’il y aurait beaucoup d’insoumis et aussi beaucoup d’hommes susceptibles de recevoir aux revues d’appel des congés définitifs, soit pour infirmités, soit comme soutiens de famille. Le maréchal Davout, ministre de la Guerre, estimait que le rappel des militaires de toute catégorie donnerait à peine 59.000 soldats (5) .
Le décret d’appel, préparé dès le 28 mars (6) , ne fut rendu public que le 9 avril. Il y avait à ce retardement des raisons d’ordre politique. L’empereur, qui s’efforçait alors par tous les moyens d’entrer en négociations avec les puissances pour le maintien de la paix (7) , craignait que la mise de l’armée sur le pied de guerre ne démentît ses protestations pacifiques. À l’égard de la population française, qui désirait si ardemment la paix, il se sentait contraint aux mêmes ménagements. L’Ouest s’agitait, le Midi prenait les armes ; dans le reste de la France, les royalistes travaillaient à détruire la popularité de l’empereur en prédisant la guerre. Ce n’était pas le moment d’alarmer, de mécontenter tout le pays par l’appel des réserves. Au reste, Napoléon conservait encore une lueur d’espoir qu’il n’y aurait pas rupture avec l’Europe (8) . Cette chimérique espérance diminuant d’heure en heure, il se décida à faire paraître le décret dans le Moniteur du 9 avril. Comme il le prévoyait, ce décret porta un coup à l’opinion. En quelques jours, la rente baissa de huit francs. La tristesse et l’abattement dominaient dans les campagnes. Les paysans, fort heureux en général de n’avoir plus à subir les vexations des hobereaux ni à redouter le rétablissement des privilèges et la reprise des biens d’émigrés, sentaient s’affaiblir leurs sentiments pour l’empereur à la pensée que son retour allait amener, sinon peut-être une seconde invasion, du moins une guerre sans fin (9) .
En raison du temps nécessaire à la transmission des ordres, à l’affichage, aux délais légaux, les revues d’appel commencèrent seulement le 25 avril (10) . L’opinion était si réfractaire à l’idée de guerre que parmi les rappelés eux-mêmes, tous cependant anciens soldats de Napoléon, beaucoup ne se présentèrent qu’afin de faire valoir des motifs d’exemption ou de réforme. Il est vrai que, si un grand nombre de ces hommes avaient déserté en 1814 pour ne pas porter la cocarde blanche, un plus grand nombre avaient quitté les corps par lassitude des armes. Depuis une année, ils avaient repris les travaux des champs et des ateliers, beaucoup d’entre eux s’étaient mariés ; ils se trouvaient moins encore disposés à servir. Dans les départements à esprit royaliste où les rappelés se sentaient soutenus par la population, les séances d’examen furent tumultueuses. On criait : « Nous ne partirons pas. Vive le Roi (11) ! » Craignant une insurrection dans l’Ouest, l’empereur autorisa plusieurs préfets de cette région à appliquer le décret avec de grands ménagements et même à en suspendre l’exécution (12) . Malgré tout, la levée donna 17.000 hommes de plus que ne l’avait présumé Davout, peu enclin aux illusions (13) . Dans les premiers jours de juin, 52.446 rappelés avaient été incorporés, et 23.448 étaient en route pour rejoindre (14) .
Les engagements volontaires, qui avaient été si rares pendant la campagne de France (15) , s’élevèrent à plus de 15.000 (16) . Une ordonnance royale du 31 décembre 1814 accordait à chaque enrôlé volontaire une prime de 50 francs ; l’empereur supprima cette allocation. « Ce moyen, dit-il, ne peut s’allier avec les sentiments qui portent les Français à la défense de leur indépendance » (17) . Pour provoquer les enrôlements, il pensa à faire lire par des officiers de la garde, avec accompagnement de tambours, des appels aux armes sur les places publiques, autour des ateliers et dans les villages. Mais Davout lui ayant représenté que « ce serait du désordre inutile », il laissa là cet expédient renouvelé des sergents recruteurs du XVIII e siècle (18) .
Réduite à quelques bâtiments en état de prendre la mer, sans équipages (les deux tiers des matelots avaient été envoyés en congé) et sans approvisionnements (19) , la flotte ne pouvait être employée que pour des croisières dans la Méditerranée (20) . Avec les hommes disponibles dans les ports et les inscrits maritimes à lever, l’empereur espérait constituer 50 à 60 bataillons de matelots (21) . On en forma à grand-peine une vingtaine (22) , et au milieu de juin, un seul avait été mis en route (23) ; il formait la garnison de Calais. Les trois régiments d’artillerie de la marine, d’un effectif réel de 5.284 hommes sous la Restauration, furent portés à environ 6.000 hommes par l’organisation d’un nouveau bataillon (24) . Six bataillons restèrent dans les ports dont ils devaient assurer la défense ; deux furent détachés à Paris, un vint à Lyon un autre combattit en Bretagne dans la colonne mobile du général Bigarré (25) .
Des trois régiments étrangers qui existaient sous Louis XVIII, l’empereur conserva le 3 e (Irlandais), de 401 officiers et soldats. Le 1 er (La Tour d’Auvergne) et le 2 e (Isenberg) furent licenciés (26) . L’empereur eût désiré garder les quatre régiments suisses, mais l’opposition des officiers à prendre la cocarde tricolore imposa aussi le licenciement de ces troupes (27) . On s’occupa d’organiser cinq nouveaux régiments étrangers : un de Polonais, vite constitué &

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text