Travail et développement humain , livre ebook

icon

137

pages

icon

Français

icon

Ebooks

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

137

pages

icon

Français

icon

Ebook

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Les relations sociales, dans l’entreprise, ont pendant longtemps été centrées, pour l’essentiel, sur les questions de rémunération et de durée du travail. Elles se sont, peu à peu, étendues aux questions relatives aux conditions de travail, à la prévention des RPS (risques psychosociaux), ou encore, à la dénonciation des discriminations, ceci pour aboutir, finalement, à la notion de « bien-être au travail ».


Pourtant, pour les auteurs de ce livre, cette notion de bien-être se révèle radicalement insuffisante, dans le contexte économique actuel, pour répondre aux attentes des salariés et fonder la politique sociale de l’entreprise. Il faut, à leurs yeux, aller plus loin et s’inspirer des travaux macro-économiques sur le développement humain afin de les transposer à la problématique de l’entreprise.


D’où les questions auxquelles ils entendent apporter une réponse :


  • ƒComment définir le développement humain et le mieux-vivre ?

  • Comment l’entreprise peut-elle concrètement y contribuer ?

  • Comment peut-elle prendre en compte la diversité des attentes qui s’expriment en son sein ?

  • Comment mesurer sa performance en ce sens et comment faire des indicateurs de développement humain (IDH) un outil au service d’une politique RH plus efficace ?

Voir Alternate Text

Publié par

Nombre de lectures

30

EAN13

9782847695113

Langue

Français

INTRODUCTION
LE mONDE a caNgÉ. sï NOUS NE E vOyONS paS, c’EST pOUr DEUx raïSONS. d’abOrD, ES TraNSOrmaTïONS EN cOUrS SONT prOgrESSïvES, parOïS ïNSEN-SïbES, DONc SOUvENT ïmpErcEpTïbES. nOUS vOyONS bïEN qU’ï y a DES cOSES qUï caNgENT, maïS NOUS NE parvENONS qUE rarEmENT à ÉTabïr a cONNExïON ENTrE ES UNES ET ES aUTrES ET à ES ïNTErprÉTEr DaNS UNE pErSpEcTïvE pUS gObaE. oU aOrS, qUaND EES NOUS SEmbENT aEr DaNS E SENS qUE NOUS NE SOUaïTONS paS, NOUS NOUS cONTENTONS DE rEcErcEr UN bOUc ÉmïSSaïrE : SEON ES caS, E GOUvErNEmENT, ES SyNDïcaTS, E paTrONaT OU ES INaNcïErS…
À cEa S’ajOUTE E aïT qUE NOUS SOmmES ENcOrE OUrDEmENT TrïbUTaïrES DES OUTïS D’aNaySE qUE NOUS a ÉgUÉ E SïècE DErNïEr. or, cEUx-cï SONT DaTÉS : ïS cOrrESpONDENT aUx prÉOccUpaTïONS DOmïNaNTES à ’ÉpOqUE Où ïS SE SONT ïmpOSÉS, aUx rÉaïTÉS DU mOmENT ET aUx prObÉmaTïqUES pïOSOpïqUES OU ScïENTïIqUES qUï aNïmaïENT aOrS ’ObSErvaTEUr DU mONDE cOmmE ’acTEUr cONcrèTEmENT ENgagÉ DaNS a vïE pOïTïqUE, ÉcONOmïqUE OU SOcïaE. îS NOUS paraïSSENT aUjOUrD’Uï aEr DE SOï aOrS qUE cE N’EST paS E caS. oN EN vïENT aOrS à cONONDrE ES DïSTïNcTïONS qUï TïENNENT à a NaTUrE DES cOSES avEc cEES qUï TïENNENT à NOTrE açON DE ES cOmprENDrE.
La fin simultanée de trois cycles historiques CE SONT TrOïS cErTïTUDES qUï SONT aUjOUrD’Uï EN TraïN DE S’ÉcrOUEr aU-TOUr DE NOUS : ’occïDENT DOmïNE E mONDE, ES éTaTS-uNïS SONT EN mESUrE D’ïmpOSEr EUr vOONTÉ SUr ’ENSEmbE DE a paNèTE, ET ENIN, a crOïSSaNcE ÉcONOmïqUE, TEE qU’EE cONDïTïONNE E prOgrèS SOcïa, EST qUEqUE cOSE qUï va DE SOï. dE à UNE TrïpE rUpTUrE. PrEmïèrE rUpTUrE : pENDaNT cïNq cENT aNS, ’occïDENT a DOmïNÉ E mONDE par a OrcE qUE Uï aSSUraïT Sa TEcNOOgïE ; cONvaïNcU DE rEprÉSENTEr a cïvïïSaTïON par ExcEENcE acE à ’ObScUraNTïSmE DES « cUTUrES TraDïTïON-
14
TRAVAIL ET DÉVELOPPEMENT HUMAIN
NEES », ï a cONqUïS, cOONïSÉ, ÉvaNgÉïSÉ, ïmpOSÉ SES crOyaNcES, TEES qU’EES rÉSUTaïENT DE SON ïSTOïrE, cOmmE Sï EES DEvaïENT cONSTïTUEr UNE SOrTE DE NOrmE UNïvErSEE. or cETTE avaNcE TEcNOOgïqUE, qUï Uï aSSUraïT Sa capacïTÉ à S’ïmpOSEr parTOUT DaNS E mONDE, EST EN TraïN DE SE rÉSOrbEr ; a TEcNOOgïE OccïDENTaE a D’abOrD ÉTÉ « raTTrapÉE » par E JapON, pUïS par ES « qUaTrE DragONS » (HONg KONg, sïNgapOUr, tawaN ET a COrÉE), ET EE ’EST, ENIN, par a CïNE pOpUaïrE ; aïNSï, a DErNïèrE OïS qU’UN OmmE EST SOrTï DaNS ’ESpacE, ï S’agïSSaïT D’UN CïNOïS, à bOrD D’UN vaïSSEaU SpaTïa cïNOïS aNcÉ par UNE USÉE cïNOïSE à parTïr DU TErrïTOïrE cïNOïS ; ’eUrOpE, EE, N’EN a paS ES mOyENS ; SON prOgrammE SpaTïa, E prOgrammE HErmèS, a ÉTÉ abaNDONNÉ aU DÉbUT DES aNNÉES qUaTrE-vïNgT-Dïx ; qUaNT aUx éTaTS-uNïS, ïS EN SONT à OUEr à a RUSSïE SES vïEUx aNcEUrS sOyOUz DaNS ’aTTENTE D’UNE prOcaïNE gÉNÉraTïON DE aNcEUrS, cOmpTE TENU DE ’ObSOEScENcE DE EUrS NavETTES SpaTïaES.
sEcONDE rUpTUrE : pENDaNT prESqUE UN SïècE, OU pUS ExacTEmENT DEpUïS EUr ENTrÉE EN gUErrE EN 1917, ES éTaTS-uNïS D’AmÉrïqUE ONT ïmpOSÉ, OU cErcÉ à ïmpOSEr, EUrImperIumà ’ÉcEE paNÉTaïrE ET ONT SEmbÉ y rÉUS-Sïr avEc ’EfONDrEmENT DE ’uRss ET DU « bOc DE ’eST » ; EUr mODE DE vïE ET EUr ïDÉOOgïE S’ïmpOSaïENT parTOUT cOmmE aaNT DE SOï, qUE cE SOïT DïrEcTE-mENT par E caNa DE EUrS graNDES ENTrEprïSES ET DE EUrS NOrmES DE maNa-gEmENT OU ïNDïrEcTEmENT, par cEUï D’ïNSTïTUTïONS ïNTErNaTïONaES TEES qUE E FMî OU ’otAn, qUE DOmïNaïENT ES AmÉrïcaïNS ; cETTEpax amerIcana, pOUrTaNT, aUra ÉTÉ DE TrèS brèvE DUrÉE ; a DOmïNaTïON ExErcÉE par ES éTaTS-uNïS, maTÉrïEEmENT ET ïNTEEcTUEEmENT, aUra ÉTÉ OrTEmENT SEcOUÉE avEc UNE prEmïèrE crïSE INaNcïèrE ïNTErNaTïONaE, ï y a Dïx aNS, qUï a EN graNDE parTïE rUïNÉ E crÉDïT DE ’écOE DE CïcagO ; EE ’a ÉTÉ ENSUïTE avEc EUr ïNcapacïTÉ à S’ïmpOSEr mïïTaïrEmENT ET DïpOmaTïqUEmENT, qUE cE SOïT EN îrak OU EN AgaNïSTaN ; ET ENIN, a cONSÉqUENcE DUrabE DE a rÉcENTE crïSE INaNcïèrE aUra ÉTÉ DE rUïNEr UN pEU pUS ENcOrE EUr crÉDïT. MêmE S’ï DOïT S’abSTENïr DE ’airmEr pUbïqUEmENT, E mïNïSTrE DES INaNcES DE N’ïmpOrTE qUE payS ÉmErgENT SaïT aUjOUrD’Uï qU’ï NE aUT SUrTOUT paS aïrE cONIaNcE aUx SOUTïONS prOpOSÉES par ES éTaTS-uNïS. sEU DEmEUrE E mODE DE vïE ïSSU DU mODèE amÉrïcaïN ; ï SE rÉSUmE EN UNE OrmUE : cacUN DOïT S’EfOr-cEr DE gagNEr pUS aIN DE pOUvOïr acETEr DavaNTagE DE cES ObjETS OU DE cES SErvïcES qU’UNE pUbïcïTÉ OmNïprÉSENTE SOUmET à SON avïDïTÉ ET à SON DÉSïr DE paraTrE.
trOïSïèmE rUpTUrE, ENIN, DE OïN a pUS ïmpOrTaNTE : a crOïSSaNcE ÉcO-NOmïqUE, qUï SEmbaïT aEr DE SOï DEpUïS ES aNNÉES cïNqUaNTE ET, avEc EE, ’aUgmENTaTïON rÉgUïèrE DU pOUvOïr D’acaT, cONSTïTUaïT a mESUrE DOmï-NaNTE DU prOgrèS SOcïa ; ES payS DÉvEOppÉS S’OppOSaïENT aUx payS ÉcO-NOmïqUEmENT EN rETarD ET cE DÉvEOppEmENT SEmbaïT NE paS avOïr DE IN ; Or E ryTmE DE a crOïSSaNcE S’EST prOgrESSïvEmENT raENTï EN eUrOpE, E cômagE S’EST ïmpOSÉ cOmmE UNE rÉaïTÉ DUrabE ET a prOgrESSïON, vOïrE E SEU maïNTïEN DU pOUvOïr D’acaT, a cESSÉ D’aEr DE SOï ; a rÉcESSïON acTUEE ïNTErvïENT aïNSï aU TErmE D’UN ENT prOcESSUS DE rEmïSE EN caUSE DE ’OpTï-
INTRODUCTION
15
mïSmE DES « trENTE GOrïEUSES » ; c’EST pOUrqUOï EE NE DOïT paS êTrE cONSï-DÉrÉE cOmmE UN SïmpE « TrOU D’aïr » OU UN accïDENT DE parcOUrS ; ON NE rEvïENDra jamaïS aUstatu quo ante. eT cEa pOUr DES raïSONS DE OND qUï EN ONT TOUT aUTrE cOSE qU’UN ÉpïSODE cONjONcTUrE.
E î aUT SavOïr qUE, à a IN DU XVîîî SïècE, E NïvEaU DE vïE ÉTaïT SENSïbE-mENT ïDENTïqUE EN eUrOpE ET EN CïNE. CE qUï va aOrS caNgEr ES cOSES, c’EST ’UTïïSaTïON, EN ANgETErrE, D’UNE SOUrcE D’ÉNErgïE abONDaNTE ET pEU cOûTEUSE : E carbON. CE SEra ’OrïgïNE DE a prEmïèrE rÉvOUTïON ïNDUS-TrïEE. CEE-cï va pErmETTrE aUx payS EUrOpÉENS DE SE prOjETEr aïEUrS DaNS E mONDE ET D’y ïmpOSEr, parOïS avEc UNE brUTaïTÉ ïNOUE, EUr OrgaNïSaTïON aDmïNïSTraTïvE, EUrS prODUïTS ET EUrS cErTïTUDES. AvEc a cOONïSaTïON, E rESTE DU mONDE EST mïS aU SErvïcE DES graNDS payS EUrOpÉENS. AvEc ’ESca-vagE, ES éTaTS-uNïS mETTENT à EUr SErvïcE a OrcE DE Travaï qU’ïS ONT ÉTÉ cErcEr EN ArïqUE. AU TOTa, ’ÉcarT SE crEUSE ENTrE E NïvEaU DE vïE EN eUrOpE ET E NïvEaU DE vïE EN ArïqUE, EN ASïE OU EN AmÉrïqUE DU sUD.
CET ÉcarT, aprèS mêmE ES DÉcOONïSaTïONS D’aprèS-gUErrE, SE TrOUvE garaNTï par a SUpÉrïOrïTÉ TEcNOOgïqUE DES payS OccïDENTaUx. îS SONT ES SEUS, OU à pEU prèS ES SEUS (E JapON aïSaNT ExcEpTïON), à SavOïr abrïqUEr DES avïONS OU DES TraïNS à graNDE vïTESSE, à maTrïSEr ’aTOmE OU à êTrE EN mESUrE D’ENvOyEr UN OmmE DaNS ’ESpacE. LE prObèmE, c’EST qUE cEcï a cESSÉ D’êTrE vraï. L’avaNcE TEcNOOgïqUE OccïDENTaE S’EST rÉDUïTE ET ES payS aSïaTïqUES SONT aUjOUrD’Uï EN mESUrE DE abrïqUEr à UN bïEN mOïNDrE cOûT a majOrïTÉ DES prODUïTS TEcNOOgïqUES D’USagE cOUraNT. d’Où rÉSUTE E Dï-ÉrENTïE ENTrE ES TaUx DE crOïSSaNcE ENTrE ’eUrOpE ET ES payS aSïaTïqUES, vOïrE arïcaïNS.
MaïS ï y a pUS : a prEmïèrE rÉvOUTïON ïNDUSTrïEE avaïT ÉTÉ rENDUE pOS-SïbE grâcE à UNE ÉNErgïE abONDaNTE ET pEU cOûTEUSE. C’EST SUr cEE-cï, E carbON ayaNT aïSSÉ pacE aU pÉTrOE pUïS EN parTïE à ’ÉNErgïE NUcÉaïrE, qUE S’EST ONDÉE ’ExpaNSïON ÉcONOmïqUE DE cES DEUx DErNïErS SïècES. or, ES rESSOUrcES EN ÉNErgïES NON rENOUvEabES, DE mêmE qUE DE cErTaïNS ma-TÉrïaUx ïNDïSpENSabES, cOmmE ES “TErrES rarES”, SONT aUjOUrD’Uï EN vOïE D’ÉpUïSEmENT. LES rESSOUrcES rENOUvEabES ONT ENcOrE IgUrE DE pïS aEr. ParaèEmENT, ES EfETS DU DÉvEOppEmENT ÉcONOmïqUE SUr ES ÉqUïïbrES ÉcOOgïqUES apparaïSSENT aUjOUrD’Uï cOmmE pOrTEUrS DE caTaSTrOpES aNNONcÉES. L’OrïENTaTïON DE NOS ÉcONOmïES SE TrOUvE aUjOUrD’Uï EN vOïE D’êTrE bOUEvErSÉE ET DEvra aïSSEr pacE à aUTrE cOSE, par cOïx OU par NÉcESSïTÉ. î EN rÉSUTEra, SUr NOS mODES DE vïE, DES cONSÉqUENcES ENcOrE DïicïES à ïmagïNEr. uNE rÉvOUTïON ïNDUSTrïEE à ’ENvErS.
Le retard des représentations sur les réalités économiques et sociales sï cETTE aNaySE EST pErTïNENTE, E pUS ÉTONNaNT SaNS DOUTE EST qUE ’ON NE SE SOïT paS avïSÉ DavaNTagE DES caNgEmENTS aUjOUrD’Uï EN caUSE. î y a
16
TRAVAIL ET DÉVELOPPEMENT HUMAIN
à cEa pUSïEUrS raïSONS. La prEmïèrE, c’EST qU’ï S’agïT D’UN prOcESSUS ONg, pEU vïSïbE, TïSSÉ DE aïTS D’apparENcE aNEcDOTïqUE ET DONT ES rEaTïONS ENTrE EUx SONT OïN D’aEr DE SOï. î S’agïT, aUTrEmENT DïT, DU pÉNOmèNE DE a grENOUïE : jETÉE DaNS UNE caSSErOE D’EaU caUDE, EE SaUTEra ïmmÉDïa-TEmENT pOUr ÉcappEr à UNE brûUrE qUï Uï SEraïT mOrTEE ; pacÉE DaNS UNE caSSErOE DONT ’EaU SE rÉcaUfE prOgrESSïvEmENT jUSqU’à ÉbUïTïON, EE rESTE ïNErTE jUSqU’à EN mOUrïr DE SUfOcaTïON. AUcUN cOc NE NOUS a ObïgÉ jUSqU’à prÉSENT à rEmETTrE EN qUESTïON E capïTa DE crOyaNcES SUr EqUE NOUS vïvONS.
eT cEcï D’aUTaNT pUS qUE ES rÉaïTÉS aUxqUEES NOUS SOmmES cONrONTÉS NE SONT gUèrE rÉjOUïSSaNTES : DÉcïN DE ’occïDENT, apparïTïON DE NOUvEaUx acTEUrS SUr E TÉâTrE mONDïa ET INaEmENT, rEmïSE EN caUSE DE NOTrE SÉcU-rïTÉ ET DE NOS pErSpEcTïvES DE prOSpÉrïTÉ. LE pUS cONOrTabE EST ÉvïDEm-mENT DE NE paS vOïr. C’EST pOUrqUOï NOUS NOUS rEUSONS à aDmETTrE qUE NOUS avONS caNgÉ D’ÉpOqUE. î S’agïT EN EfET D’UN bOUEvErSEmENT qUï NOUS ObïgE à rEcONSïDÉrEr ’ENSEmbE DE NOS crOyaNcES, DE cEES qUï NOUS aNï-mENT ET DONNENT SENS à NOTrE ExïSTENcE. î EST bEaUcOUp pUS cONOrTabE, NOTammENT pOUr ES OmmES pOïTïqUES, DE aïrE cOmmE Sï rïEN N’avaïT caNgÉ. nOS rEprÉSENTaTïONS mENTaES rÉSïSTENT aïNSï à a prESSïON DES aïTS NOUvEaUx. CE cONSErvaTïSmE N’a rïEN D’ExcEpTïONNE DaNS ’ïSTOïrE DE ’U-maNïTÉ ; E prObèmE, c’EST qU’à rEgarDEr ES cOSES cOmmE EES SONT, NOUS NOUS TrOUvONS TrèS ma armÉS aIN D’y aïrE acE. nOTrE aTTïTUDE EST UN pEU cEE DE a COUr DE PÉkïN, à ’ÉpOqUE DE a vïEïE ïmpÉraTrïcE Cïxï, maNï-ESTaNT jUSqU’aU DErNïEr mOmENT TOUT SON mÉprïS pOUr ES « barbarES ÉTraN-gErS » qUï aaïENT INaEmENT S’ïmpOSEr. À cEa S’ajOUTE E aïT qUE cES NOUvEES rÉaïTÉS DÉraNgENT NON SEUEmENT DES crOyaNcES ET DES abïTUDES, maïS ÉgaEmENT DES ïNTÉrêTS bïEN ïNSTa-ÉS. AUcUN OmmE pOïTïqUE, aUcUN DïrïgEaNT D’ENTrEprïSE, aUcUN SyNDïca-ïSTE N’a ïNTÉrêT aUjOUrD’Uï à aDmETTrE pUbïqUEmENT qUE a rÉaïTÉ a cESSÉ D’êTrE cEE qUï IgUrE DaNS SON prOgrammE, qUï aNïmE SON acTïON OU qU’ï ÉvOqUE DaNS SES DÉcaraTïONS. JarED dïamOND, DaNS UNE rESqUE ÉpOUSTOU-1 laNTE , pOSE aïNSï a qUESTïON SUïvaNTE : qUE SE paSSaïT-ï DaNS a TêTE DU bûcErON DE ’E DE PâqUES qUaND ï a abaTTU E DErNïEr arbrE ? La rÉpONSE EST : prObabEmENT rïEN, SïNON qU’ï aaïT qU’ï SE DÉpêcE DE TErmïNEr SON Travaï avaNT a NUïT. MaïS, E bûcErON DE ’E DE PâqUES SavaïT-ï qUE cET arbrE ÉTaïT E DErNïEr ET qU’aïNSï ï cONDamNaïT ’E à a DÉSErTïIcaTïON ? PrO-babEmENT paS. CE N’ÉTaïT paS UN crïmïNE. î cONSTaTaïT SEUEmENT qUE ES arbrES ÉTaïENT pUS rarES D’aNNÉE EN aNNÉE. dE mêmE cONSTaTONS NOUS qUE ES prODUïTS aSïaTïqUES SONT TOUjOUrS pUS NOmbrEUx DaNS ES vïTrïNES, qUE NOTrE pOUvOïr D’acaT N’ÉvOUE paS avOrabEmENT ET qUE E cômagE S’EST ïNSTaÉ DUrabEmENT. 1. JarED dïamOND,Efondrement, comment les socIétés décIdent de leur dIsparItIon ou de leur survIe,GaïmarD, nRF ESSaïS, 2006.
INTRODUCTION
17
C’EST qUE ’ESpOïr DEmEUrE à NOS yEUx D’UN rETOUr à mEïEUrE OrTUNE. nOUS NOUS rEUSONS à accEpTEr cE qUï paraTraïT ÉvïDENT Sï NOUS avïONS ES yEUx caUSSÉS D’aUTrES UNETTES ET ’ESprïT aNïmÉ D’aUTrES crOyaNcES. L’aN-cïEN rÉSïSTE ET pErmET DE cONTïNUEr à aïrE cOmmE Sï rïEN N’avaïT caNgÉ – jUSqU’aU mOmENT Où ’ÉcrOUEmENT S’accÉèrE ET qUE ES NOUvEES rÉaïTÉS S’ïmpOSENT à EUr TOUr cOmmE aaNT DE SOï. L’ïSTOrïEN DES ScïENcES hOmaS 2 KUN parE DE TÉOrïE NOrmaE pOUr DÉSïgNEr cE « paraDïgmE DOmïNaNT » qUE parTagENT, à UN mOmENT DONNÉ, a pUparT DES mEmbrES DE a cOmmU-NaUTÉ ScïENTïIqUE, ET aU-DEà, E pUbïc pUS argE qUï ES ÉcOUTE ; maïS vïENT E mOmENT Où cE paraDïgmE SE TrOUvE bOUEvErSÉ par TEE DÉcOUvErTE ON-DamENTaE : ’ÉïOcENTrïSmE SUr EqUE DÉbOUcE ’ïNvENTïON DE a UNETTE aSTrONOmïqUE, par ExEmpE ; ï va aOïr DèS OrS rÉvïSEr DE OND EN cOmbE ES cONcEpTïONS SUr ESqUEES rEpOSaïT NOTrE vïSïON DU mONDE. BEaUcOUp, ET parmï EUx ES EaDErS D’OpïNïON ES pUS rESpEcTÉS, S’y OppOSENT aOrS, craï-gNaNT a rEmïSE EN caUSE DE EUrS cErTïTUDES ET DES ïDÉES qU’ïS prOESSENT ET qUï cONDïTïONNENT EUr rÉpUTaTïON ; cE N’EST qUE prOgrESSïvEmENT qUE a NOUvEE TÉOrïE parvïENDra à S’ïmpOSEr ; ï y aUT, pOUr cEa, E TEmpS D’UNE gÉNÉraTïON.
dONc ES ïNSTrUmENTS cONcEpTUES DONT NOUS avONS ÉrïTÉS, qUE NOUS UTïïSONS TOUT NaTUrEEmENT ET qUï cONDïTïONNENT NOTrE pErcEpTïON DE a rÉaïTÉ, SONT-ïS DÉcaÉS par rappOrT aUx caNgEmENTS EN cOUrS ET NE NOUS pErmETTENT paS D’EN apprÉENDEr TOUTE a pOrTÉE. C’EST NOTammENT vraï DaNS ’OrDrE ÉcONOmïqUE ET SOcïa. nOUS parONS DE crOïSSaNcE ÉcONOmïqUE cOmmE Sï cEE-cï SUiSaïT à mESUrEr a NaTUrE DE cE qUï SE paSSE aUTOUr DE NOUS ET à DÉINïr ’UTïmE ENjEU aUqUE SE TrOUvEraïT cONrONTÉE NOTrE SOcïÉTÉ. MêmE cOSE DaNS ’ENTrEprïSE : E « prOgrèS SOcïa » S’ïDENTïIEraïT à ’aUgmENTaTïON rÉgUïèrE DU pOUvOïr D’acaT. CEa a cESSÉ D’êTrE vraï. î NOUS aUT DONc accEpTEr DE caNgEr DE UNETTES, rENONcEr à NOS vïEïES cErTïTUDES.
La nécessité de repenser nos instruments de compréhension du monde À ’ÉpOqUE Où UT cONçUE a cOmpTabïïTÉ NaTïONaE raNçaïSE, E prObèmE majEUr ÉTaïT D’EfacEr ES DESTrUcTïONS prOvOqUÉES par a gUErrE, DE rEaN-cEr a prODUcTïON ET DE gÉNÉrEr DE a prOSpÉrïTÉ. CE DESSEïN SUppOSaïT UN ïNDïcaTEUr : cE UT a crOïSSaNcE ÉcONOmïqUE, aUTrEmENT DïT, a prOgrESSïON, D’UNE aNNÉE SUr ’aUTrE, DU prODUïT ïNTÉrïEUr brUT cacUÉ SEON ES NOrmES STaTïSTïqUES ÉabOrÉES par E seeF, E sErvïcE DES ÉTUDES ÉcONOmïqUES ET I-NaNcïèrES, ET pUS TarD par ’însee. î S’agïSSaïT DE cacUEr ’ENrïcïSSEmENT DU payS, qUï à SON TOUr cONDïTïONNaïT ’ÉvOUTïON DU NïvEaU DE vïE DES FraN-çaïS ET a prOgrESSïON DE EUr pOUvOïr D’acaT. eT a prOgrESSïON DU pOUvOïr D’acaT, à SON TOUr, EN vïNT à rEprÉSENTEr ’ïNDïcaTEUr majEUr, SïNON UNïqUE, DU prOgrèS SOcïa. C’EST SUr Uï qUE pOrTaïT ’ESSENTïE DES NÉgOcïaTïONS ENTrE 2. C.La structure des révolutIons scIentIiques, Tr. r., FammarïON, cO. CampS ïbrES, 1983.
18
TRAVAIL ET DÉVELOPPEMENT HUMAIN
EmpOyEUrS ET rEprÉSENTaNTS DES SaarïÉS. oN y rEvïENDra pUS OïN DaNS cET OUvragE. CET OUTïagE STaTïSTïqUE, avEc SES ïmïTES, ÉTaïT paraïTEmENT aDapTÉ à SON ObjET, DaNS ES cïrcONSTaNcES DE ’ÉpOqUE. LE prObèmE, c’EST qU’ï a cESSÉ DE rÉpONDrE aUx ïNTErrOgaTïONS aUxqUEES NOUS cONDUïSENT ES NOUvEES rÉa-ïTÉS. nOUS EN SOmmES vENUS prOgrESSïvEmENT à rÉDUïrE ES prïOrïTÉS NaTïO-NaES à UN TaUx DE crOïSSaNcE. eST-cE bïEN raïSONNabE DaNS E cONTExTE qUE ’ON a DÉcrïT pUS aUT ? C’EST EN cErcaNT UNE rÉpONSE à cETTE qUESTïON qUE ’ON EN EST vENU à ÉvOqUEr a NÉcESSïTÉ DE NOUvEaUx « ïNDïcaTEUrS DU DÉvEOppEmENT UmaïN ». oN y rEvïENDra. MaïS cETTE DÉmarcE NE SaUraïT SE ïmïTEr à a SpèrE macrO-ÉcONOmïqUE. eE cONcErNE TOUT aUTaNT ’ENTrE-prïSE. La raïSON D’êTrE DE cETTE DErNïèrE EST-EE SEUEmENT a gÉNÉraTïON DE vaEUr acTïONNarïaE, cOmmE E SUppOSE ’écOE DE CïcagO ? nE cONvïENT-ï paS DE prENDrE EN cOmpTE ES ïNTÉrêTS DES aUTrES parTïES prENaNTES ET NO-TammENT cEUx DES SaarïÉS qUï, par EUr cOmpÉTENcE ET EUr OrgaNïSaTïON, cONSTïTUENT E « capïTa ïmmaTÉrïE » DE ’ENTrEprïSE ? eT DaNS cE caS, EUr ïNTÉrêT SE ïmïTE-T-ï, DèS OrS qU’UN cErTaïN NïvEaU DE prOSpÉrïTÉ a ÉTÉ aTTEïNT, à a DïSTrïbUTïON D’UN pOUvOïr D’acaT SUppÉmENTaïrE ? La rÉpONSE à cETTE qUESTïON EST bïEN ENTENDU NÉgaTïvE. LES aUDïTS DE cï-maT SOcïa mONTrENT qUE ’ambïaNcE DE Travaï ïmpOrTE SOUvENT TOUT aUTaNT pOUr ES SaarïÉS qUE E NïvEaU DE EUr SaaïrE par rappOrT à cE qU’ïS pOUr-raïENT ObTENïr DaNS UNE aUTrE ENTrEprïSE. AïNSï EN EST-ON vENU à parEr DE « bïEN-êTrE aU Travaï ». oN vErra pUS OïN pOUrqUOï cETTE NOTïON NOUS paraT raDïcaEmENT ïNSUiSaNTE. LE prOprE DE ’OmmE EST DE cErcEr à vïvrE mïEUx, ET E bïEN-êTrE NE cONSTïTUE qU’UNE DïmENSïON parmï D’aUTrES DE cE mïEUx-vïvrE. or cEUï-cï EST gÉNÉraTEUr D’aTTENTES à ’ÉgarD DE ’ENTrEprïSE. tOUTEOïS, a dïrEcTïON cOmmE ES rEprÉSENTaNTS DU pErSONNE, Sï ON aïT ExcEpTïON D’ENqUêTES D’OpïNïON pUS OU mOïNS bïEN aïTES ET DÉpOUrvUES E pUS SOUvENT D’aSSïSE TÉOrïqUE, SE TrOUvENT crUEEmENT DÉpOUrvUS D’OUTïS pOUr ÉvaUEr a qUaïTÉ DE Sa rÉpONSE à cES aTTENTES qUï SONT DE ’OrDrE DE ’ïmmaTÉrïE. BïEN ENTENDU, ï NE S’agïT paS DE DÉNONcEr ES aUDïTS DE cïmaT SOcïa, ES aUDïTS pOrTaNT SUr ES rïSqUES pSycOSOcïaUx, vOïrE mêmE cErTaïNES EN-qUêTES pOrTaNT SUr E bïEN-êTrE DaNS ’ENTrEprïSE. LES aUTEUrS DE cE ïvrE EN ONT rÉaïSÉ DES DïzaïNES ET DES DïzaïNES. î S’agïT D’aEr aU-DEà. LES ENTrE-prïSES SE TrOmpENT parOïS OUrDEmENT SUr ES prïOrïTÉS DE EUr pOïTïqUE SOcïaE par rappOrT aUx aTTENTES DE EUrS SaarïÉS. î EN rÉSUTE aOrS cOûTS ïNUTïES ET rUSTraTïONS, TOUTE a DïicUTÉ ÉTaNT qUE ES aTTENTES NE SONT paS ES mêmES D’UN SaarïÉ à UN aUTrE, cOmpTE TENU DE a DïvErSïTÉ DES SySTèmES DE vaEUrS qUï aNïmENT ES UNS ET ES aUTrES. eT TE EST ’ObjET DU prÉSENT OUvragE : prOpOSEr aUx ïNTErOcUTEUrS SOcïaUx DES crïTèrES ET UNE TEcNïqUE D’apprÉcïaTïON DE a cONTrïbUTïON DE ’ENTrEprïSE aU mïEUx-vïvrE DES SaarïÉS qU’EE EmpOïE.
Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text