La stratégie dans tous ses états , livre ebook

icon

380

pages

icon

Français

icon

Ebooks

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

380

pages

icon

Français

icon

Ebook

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Depuis son intronisation lors d'un colloque à l'Université Vanderbilt en 1913, le management stratégique a connu de multiples applications au sein des organisations marchandes et non-marchandes.

Il repose sur l'idée que la formulation d'une stratégie s'appuie sur un diagnostic rigoureux, mais aussi (et surtout) sur une capacité à modifier durablement des trajectoires. L'objet du management stratégique est d'évaluer la situation de l'entreprise dans son environnement, en prenant en compte les différents aspects organisationnels susceptibles d'avoir un impact sur elle ; ceci doit alors lui permettre de modifier, le cas échéant, ses positions par l'intermédiaire de manœuvres stratégiques adaptées, plus ou moins praticables en fonction de ses ressources, capacités et compétences.

Tout au long de sa carrière, le professeur Michel Marchesnay a souhaité " penser la stratégie ", d'abord en mobilisant la théorie de la firme, ensuite en appliquant ses grilles d'analyse originales, et parfois iconoclastes, à trois objets majeurs : la PME, la petite entreprise et le processus entrepreneurial. Sur un plan épistémologique, ceci l'a conduit à s'interroger sur le statut du management stratégique et, de façon plus large, sur celui des sciences de gestion.

Rédigé en son hommage, le présent ouvrage traite des avancées récentes en la matière, selon deux grands axes : un premier axe part de la théorie de la firme pour aller vers le management stratégique ; un second axe part de la gestion des hypofirmes pour aller vers l'analyse des stratégies entrepreneuriales. Destiné à un public de chercheurs, d'enseignants, et d'étudiants en Master et doctorat, l'ouvrage rend compte d'un certain nombre de débats sur des pratiques, des méthodes et des outils qui concernent la grande comme la petite entreprise, la formation universitaire à la stratégie comme sa " mise en actes " au concret.

Il témoigne de la vigueur et de l'actualité de cadres conceptuels auxquels le professeur Michel Marchesnay a consacré une partie importante de sa vie, dans le but de mieux comprendre pour mieux agir.

Voir Alternate Text

Publié par

Nombre de lectures

95

EAN13

9782847692471

Langue

Français

Poids de l'ouvrage

1 Mo

La stratégie dans tous ses états

Colette Fourcade
Gilles Paché
Roland Pérez
Le logo qui figure sur la couverture de ce livre mérite une explication. Son objet est d’alerter le lecteur sur la menace que représente pour l’avenir de l’écrit, tout particulièrement dans le domaine du droit, d’économie et de gestion, le développement massif du photocopillage.
Le Code de la propriété intellectuelle du 1 er juillet 1992 interdit en effet expressément la photocopie à usage collectif sans autorisation des ayants droit. Or, cette pratique s’est généralissé dans les établissements d’enseignement supérieur, provoquant une baisse brutale des achats de livres, au point que la possibilité même pour les auteurs de créer des œuvres nouvelles et de les faire éditer correctement est aujourd’hui menacée.
© Éditions EMS, 2006

Nous rappelons donc qu’il est interdit de reproduire intégralement ou partiellement sur quelque support que ce soit le présent ouvrage sans autorisation de l’auteur, de son éditeur ou du Centre français d’exploitation du droit de copie (CFC) 3, rue Hautefeuille, 75006 Paris (Code de la propriété intellectuelle, articles L. 122-4, L. 122-5 et L. 335-2).
9782847690651
Sommaire
Page de titre Page de Copyright Préface - Why does Michel Marchesnay exist ? Avant-propos - Michel Marchesnay, un itinéraire au cœur du management stratégique Introduction générale - Racines et résonances d’un homme libre PREMIÈRE PARTIE - De la théorie de la firme au management stratégique
Introduction Chapitre 1. - Échange sur l’artificiel et le fondamental Chapitre 2. - À la recherche des sciences de gestion Chapitre 3. - Jalons pour un nouveau paradigme en management Chapitre 4. - Clausewitz, la stratégie militaire américaine et le management stratégique Chapitre 5. - Les capacités stratégiques de l’entreprise, polysémie et paradoxes Chapitre 6. - Théorie des parties prenantes et régénération du politique dans le management stratégique Chapitre 7. - Globalisation et gouvernance de l’entreprise : quelles approches en management stratégique ? Chapitre 8. - La politique industrielle européenne : vision stratégique, casino ou jeu de sauterelles ? Chapitre 9. - De Marchesnay à Zhu et Kraemer, ou les avatars de la capacité d’information Chapitre 10. - Taille et perception des technologies de l’information et de la communication Chapitre 11. - Enchères électroniques inversées : gérer la menace d’opportunisme des fournisseurs
DEUXIÈME PARTIE - De la gestion des hypofirmes aux stratégies entrepreneuriales
Introduction Chapitre 12. - Faut-il un droit comptable pour les PME ? Chapitre 13. - Un tableau de bord stratégique pour les dirigeants de petites entreprises : apports et limites des tableaux de bord prospectifs Chapitre 14. - Formation à la gestion et PME Chapitre 15. - Le rôle du toucher en psychologie sociale et son importance en PME Chapitre 16. - Isomorphisme dysfonctionnel : de la petite à la grande entreprise Chapitre 17. - L’environnement de la (très) petite entreprise Chapitre 18. - Mixer marque privée et origine géographique : quelles stratégies pour quels résultats dans une PME agroalimentaire ? Chapitre 19. - Relations entre PME et grande distribution : de la dépendance à la recherche de légitimité Chapitre 20. - La créativité : grande oubliée dans la formation à l’entrepreneuriat Chapitre 21. - Essai de modélisation trialogique du phénomène entrepreneurial Chapitre 22. - Colombo, Holmes, Maigret, de Baskerville et l’entrepreneuriat régional Chapitre 23. - Entrepreneuriat collectif et petite entreprise : tous pour un ou un pour tous ?
Annexe 1. - Note biographique du professeur Michel Marchesnay Annexe 2. - Les publications et principaux travaux du professeur Michel Marchesnay Annexe 3. - Thèses de doctorat soutenues sous la direction du professeur Michel Marchesnay Les auteurs
Préface
Why does Michel Marchesnay exist ?
Yves Morvan

Je dois l’avouer : je ne me souviens pas très bien dans quelles circonstances j’ai rencontré Michel Marchesnay pour la première fois. Ce devait être dans un bistrot, du côté du Panthéon, à moins que ce ne soit lors d’un séminaire, quelque part en province… En tout cas, ce devait être dans l’un de ces lieux et en l’un de ces moments où les échanges avec le Maître de Montpellier m’avaient rapidement permis de constater que nous avions (très heureusement) en commun quelques graves lacunes : nous n’avions jamais personnellement croisé un PIB, ce qui, pour comprendre la réalité des choses, pouvait apparaître comme un handicap majeur, du moins au regard de bon nombre de nos collègues. De la même façon, nous n’avions rencontré ni l’ homo œconomicus , froid, glacial et optimisateur que les manuels nous avaient décrit, ni l’entrepreneur rationnel, désincarné, sans chair et sans hésitations, ce qui, convenons-en, ne devait théoriquement pas nous simplifier la tâche pour saisir le jeu des acteurs. Bref, la macro-économie régnait sur l’univers de l’analyse économique et l’analyse orthodoxe imposait bon nombre de ses dogmes simplificateurs et de ses a priori quasi-mystiques.
En revanche, nous avions rencontré quelques auteurs encore souvent iconoclastes, et dont les générations futures allaient largement faire la découverte par la suite, comme Edith T. Penrose, Herbert Simon, Oliver Williamson, Jacques Houssiaux, et bien d’autres… Et tout cela allait donner le ton des rencontres que Roland Pérez allait initier à Chantilly, près du fameux hippodrome (d’où l’idée d’hypofirme ?...) ; ou allait marquer les premières publications de la Revue d’Économie Industrielle , reposant solidement sur le couple Jacques et Françoise De Bandt ; ou encore allait influencer les multiples séminaires lancés par l’ADEFI, dont Colette Fourcade a longtemps assuré le secrétariat, et dont on envisage la disparition (celle de l’ADEFI…) depuis (au moins) une bonne décennie.
Au cours de ces années, marquées par toutes les joies et tous les heurts dont les universitaires ont le secret, Michel Marchesnay allait développer, dans la lignée des approches de ses premiers travaux sur la firme et l’économie industrielle, ses recherches sur les groupes, les relations de dépendance, le rôle des territoires… et mille autres sujets qu’on hésite à citer explicitement sous peine d’oublier certains thèmes et, par là même, de diminuer l’ampleur de ses préoccupations. On signalera simplement la réflexion commune menée sur la méso-analyse, pour noter qu’elle est loin d’avoir été entièrement explorée et pour dire qu’aujourd’hui, elle mériterait largement d’être reprise, tant son intérêt nous apparaît encore très grand, dès lors que l’approche qu’elle sous-tend n’est pas considérée comme une démarche intermédiaire entre la micro-analyse et la macro-analyse, mais bien plutôt comme une approche s’appuyant à la fois sur l’un et l’autre de ces niveaux d’analyse.
En tout cas, avec Michel Marchesnay, finie l’ère des déterminismes simplistes pour expliquer la réalité des organisations, cette ère où le marché est la seule institution coordonnant les décisions individuelles. Bienvenue dans le monde du complexe, des incertitudes, de la rationalité procédurale, ce monde où, si l’acteur n’est pas forcément rationnel, il est quand même raisonnable, c’est-à-dire qu’il a de nombreuses raisons d’agir comme il le fait.
Michel Marchesnay, au cours de ses démarches explicatives et pédagogiques, fait flèche de tout bois, préférant avoir « vaguement souvent raison que toujours systématiquement tort », comme le disait John Maynard Keynes, ne s’enfermant jamais dans un modèle pré-établi : pour faire marcher sa machinerie économique, comme pour faire marcher son vélo, il sait que ce n’est pas la marque de l’engin qui compte, mais son aptitude à rendre les services demandés, quitte à puiser dans la boîte à outils de l’économiste, à emprunter un tournevis au sociologue ou un marteau au gestionnaire, ou même à l’historien. D’ailleurs, Michel Marchesnay ne manque pas de culot, allant parfois jusqu’ à rencontrer de « vraies » entreprises, en chair et en os, ce qui, avouons-le, n’était pas banal dans le milieu des économistes de la firme. Il pousse encore le vice (ou la vertu…) jusqu’à faire des recommandations précises et

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text