Mon service militaire1959-1961 , livre ebook

icon

112

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2019

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

112

pages

icon

Français

icon

Ebook

2019

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

« Appelé par la Marine nationale, contingent 59 / 2A. Vingt-sept mois de jeunesse perdus...

J’ai été contraint et forcé d'aller combattre en Algérie dans une guerre que je ne désirais pas. Beaucoup d’appelés se sont révoltés avant leurs départs, ce que je comprenais et partageais. Nos gouvernants de l'époque désiraient conserver une Algérie française. Beaucoup d’appelés ont été maintenus au-delà du service règlementaire de 18 mois. Certains ont même été rappelés... Triste guerre dont personne ne veut parler. Un conflit armé qui a coûté la vie à 33 000 hommes et fait des milliers de blessés. »

Voir Alternate Text

Publié par

Date de parution

24 mai 2019

Nombre de lectures

0

EAN13

9782414337002

Langue

Français

Poids de l'ouvrage

1 Mo

Couverture
Copyright













Cet ouvrage a été composé par Edilivre
194, avenue Président Wilson – 93210 Saint-Denis
Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50
Mail : client@edilivre.com
www.edilivre.com

Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction,
intégrale ou partielle réservés pour tous pays.

ISBN numérique : 978-2-414-33701-9

© Edilivre, 2019
Mon service militaire 1959-1961
 

 
 
Nous sommes le 12 juillet 1959
Je reçois une convocation pour mon incorporation dans « La Marine Nationale »
Je dois donc me présenter le 3 Septembre 1959 au Centre de Formation d’Hourtin (Gironde)
C’est une ancienne Base Aéronavale, qui a été aménagée en « Centre de Formation Marine » Tous les appelés et les « Engagés » passent par ce Centre, pour faire « Les Classes »
A la fin de ces trois Mois de « Classes », Chacun est affecté soit « Sur un Navire » soit sur une « Base marine », soit Direction « Algérie »
La Grande Majorité des « Appelés » c’est l’Algérie qui est retenu !!!!
Pour moi, je prends mes 20 ans le 15 juillet 1959 ; et ce fût une bonne Surprise, de me voir « Appelé » dans la Marine Nationale !!
Il faut savoir que « La Marine Nationale » recrute, principalement, les Engagés volontaires, les Pupilles de la Nation et les Fils de Marins-Pêcheurs, et tous ceux qui ont suivis les « Ecoles Marine »
C’est ; pour moi, une véritable chance !! Quelque part, j’étais déjà, très fier de pouvoir porter cet uniforme « Marine » (Uniforme très convoité et très adulé) « Je me voyais déjà “Embarqué” » sur un Navire et faire le tour du Monde !! Et, Surtout, éviter d’aller en Algérie, où le Conflit Militaire durait, déjà depuis cinq ans.
Mes parents pensaient, un peu, comme moi !!!
Bien sûr, avant ce Départ, il me restait à Prévenir mon Patron Mr Turbel et, aussi à prendre mes Congés, dont j’avais droit.
Ce qui fût fait courant du Mois d’Août. Puis, il me fallait préparer ma « Valise ». Pour mes Parents, c’est, aussi une épreuve à surmonter. Pour moi aussi, car je n’avais jamais pris le « Train » seul !!
Je me sentais relativement « Serein »
Oui ; effectivement, j’ai pris mes congés et je suis parti en vacances ;
Avec mon ami Maurice Proutière, nous sommes allés en Bretagne.
Nous sommes partis qu’une petite semaine ;
Lui était marié avec une de mes voisines, et moi j’avais une copine. Nous avions chacun un scooter. Lui avait un « Lambretta » et moi un « Vespa ». Nous sommes partis d’Angers direction de La Baule.
Première étape de nos vacances. Puis nous sommes montés dans le Morbihan, à Vannes puis Carnac où nous nous arrêtons pour camper.
Promenade en pédalo, sur une mer où l’eau était très claire.
Nous profitons d’un super beau temps aussi. Et puis, je tenais à vraiment profiter de ces congés, sachant que je partais à l’Armée pour 18 mois.
La suite de notre périple nous amène à la Pointe du Grouin où nous campons.
Bien sûr, nous avons beaucoup voyagés dans les alentours.
Retour sur Angers, il le fallait bien, car j’avais mon départ à préparer.
Oui, il me fallait préparer mon sac de voyage. Bien sûr vêtement de corps et nécessaire de toilette et surtout ne rien oublier.
Je sais qu’au Centre de Formation, ils me délivreront un paquetage complet. Ha j’oubliais, il me fallait aussi de quoi écrire, papier à lettre, enveloppes et des timbres.
3 Septembre 1959, départ vers la Gare de Bordeaux !!!
Dans le train, j’ai fait la connaissance d’autres « Appelés » qui se dirigeaient aussi, vers Hourtin.
A la sortie de la Gare, un Comité d’accueil nous attendait !
On nous a fait monter dans des camions, puis « Direction Hourtin »
Le chauffeur se faisait un malin plaisir, de donner, de temps en temps, des « Coups de Freins » brusques, afin de « Nous » tasser dans le fond du Camion !!
Le parcourt a bien duré une demi-heure avant d’arriver au Centre de Formation. !! Nous voici arrivés, il est 19 heures !!
On procède à un « Appel » des Arrivants…
On nous fait « Déposer » nos sacs et valises dans une salle et direction « Réfectoire » !! Immenses réfectoires, installés dans les anciens hangars à Hydravions. Petit Diner très rapide. Puis, on nous donne notre « Literie » c’est-à-dire Hamac, Sac de couchage et couverture.
Ensuite, on nous dirige vers les Dortoirs. Impressionnant !
Ces Dortoirs sont complètement vides.
Il n’y a que des « Crochets » sur les Murs et sur les « Piliers »
Alors… Débrouillez-vous.
Chacun choisi un emplacement et accroche son « Hamac »
Il y avait deux niveaux d’accrochages, l’un au-dessus de l’autre alors chacun désirait celui du « Bas », bien sûr !!!
Cela a créé un petit raffut, sans conséquences…
Pour monter dedans, ce fut assez laborieux, (surtout pour ceux du « Haut »)
On a bien rit… Quelques chutes mémorables, sans gravités…
Pour moi, qui avait choisi un « haut », ce fut assez comique !!
Après quelques essais, on avait trouvé « Le truc » Cette soirée aura laissé bien des souvenirs à tout le monde…
Le lendemain matin, changement de programme… !!
Réveil à 6 h 30, au son du clairon, s’il vous plait…
Toilette rapide. Décrocher son Hamac et le plier, puis le ranger sur les tablettes, prévues à cet effet.
Ensuite « Appel » dans la cour et premières directives… !!
La première journée fut consacrée à remplir des dossiers, puis la « Fameuse » coupe de cheveux… !! Pas triste du tout. Certains râlaient, mais ils n’avaient pas le choix… Je crois même que « Plus tu râlais et plus c’était court… »
Ensuite, nous avons été au Magasin pour l’habillement.
Un paquetage complet nous fût attribué… On nous avait donné, à chacun, notre « Numéro de Matricule Marine ». Il nous sera utile tout le temps du « Service Militaire ». Le mien était 3061 T 59
On nous a fourni des « Pochoirs » pour marquer tous nos vêtements. Ceux-ci doivent figurer sur le « Haut » du pliage (à l’intérieur)
Tout doit être plié au « Carré ». En effet, lors de la « Revue » de paquetage tous les vêtements doivent être alignés sur le lit, et tous les numéros ne doivent faire qu’une « Ligne » Je peux vous dire que ce ne fût pas du gâteau.
Bien sûr, nous avons eu droit à notre première Revue de paquetage, le lendemain… Notre timbale en fer (avec une anse) la cuillère, la fourchette et le couteau, qui nous étaient attribués devaient aussi, être « Marqués » ou du moins « Poinçonnés »
La journée c’est poursuivi par la « Prise de photos » pour mettre sur tous les dossiers, (Livret Militaire, carte personnelle etc…)
Je me souviens que, dès le premier jour, de mon incorporation j’ai « subi » une Grosse Angine (Forte fièvre et incapable d’avaler quoi que ce soit…) On m’a donné des comprimés, mais pas question d’arrêter les formalités… Cela a été très dur durant deux jours…
Les jours suivants furent consacrés à des tests de « Connaissances générales » et de « Rapidité »
On a subi, aussi, une visite Médicale très « Approfondie »
C’est à ce moment-là que beaucoup d’Appelés essayaient de trouver une raison médicale valable pour ne pas effectuer leur Service Militaire.
Se faire « Réformé », même provisoirement, était très apprécié, car « Partir » combattre en Algérie, personne ne le voulait… Moi, j’ai essayé aussi. J’avais, effectivement une Bonne Raison de pouvoir réussir…
Je souffrais d’Otites chroniques. J’avais, d’ailleurs été hospitalisé un mois, à l’âge de 15 ans pour cette raison…
Je n’avais pas eu d’opération à l’époque, car le risque de percer le tympan était « Trop Grand »
J’ai donc fait valoir cet état de Santé.
Cela ne m’a rien apporté ; si ce n’est que le droit de partir du « Centre de Formation » vers l’hôpital de Rochefort/sur Mer.
Nous étions plusieurs à y aller. Nous y sommes restés huit jours…
Tout ce temps-là pour passer une visite médicale d’une demi-heure…
Incroyable, mais vrai. C’était vraiment exagéré…
Durant ces huit jours, on s’est bien « éclatés »… Nous étions toujours avec nos vêtements civils… Alors nous faisions « Le Mur » et une petite promenade dans les rues à « maisons closes » s’imposait. Bien sûr, cette adresse nous avait été donnée par un infirmier, très complaisant… C’est même lui qui nous a donné les tuyaux pour « Sortir ». Nous n’étions pas surveillés, alors on pouvait en profiter… Après ces huit jours passés à l’hôpital. Retour à Hourtin.
Aucun de nous n’a obtenu la « Réforme » souhaitée…
Alors ; il fallait commencer à faire nos « Classes »
Nous étions donc une « Section » de « Retardés médicaux »
On nous a attribué un « Formateur ». Nous étions une quinzaine d’appelés.
Tout le « Contingent » avait commencé depuis une semaine, alors il n’était pas possible de nous intégrer.
Notre « Formateur » était un Premier Maître. C’était un « Corse ».
Inutile de vous dire que les « Classes ont été pénardes… »
Hé, le travail,… doucement… doucement.
Je me souviens des « Maniements d’Arme. !! Ouha. Sublime… »
Quelles parties de « Rigolades ». Nous allions en rang et au pas jusqu’à l’armurerie… On prenait les fusils et on repartait en rang et au pas cadencé le fusil sur l’épaule… (Il le fallait bien, car si on nous voyait…)
Nous nous dirigions vers la « Forêt » toute proche, et lorsque l’on ne pouvait plus nous voir, on stoppait et on formait les « Faisceaux »
A ce moment-là, on s’asseyait et chacun y allait de sa petite histoire… Deux heures de relaxations… super…… Notre « formateur » était très cool… Le temps imparti étant passé, nous reprenions nos armes et retour vers l’armurerie…
Nous étions « privilégiés » par rapport aux autres du Contingent…
Nous avions beaucoup de temps libre. Alors on lisait ou certains jouaient au Poker ou à la Belote, on pouvait, aussi, se promener le long de l’étang… ou même pêcher… C’était presque des… Vacances.
Bien sûr, il y avait quand même, des corvées à faire, et là on n’y échappait pas… C’était un peu « Normal » Le « Nettoyage des Toilettes » (au jet et balai-brosse), repeindre toutes les pierres qui bordaient les allées en Blanc. (Là, c’était mon domaine privilégié, étant peintre de Métier)
Nous avon

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text