Mémoires d’un vieux piégeur et braconnier , livre ebook

icon

130

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2013

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

130

pages

icon

Français

icon

Ebook

2013

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Paul-Joseph Lascoumettes raconte dans ce livre, extrêmement rare publié en fort peu d’exemplaires en 1950, cinquante ans de piégeage et de braconnage. Son métier : chasseur de fourrure et piégeur d’animaux « nuisibles » : renard, fouine, martre, putois, loutre… Mais parallèlement à cette activité officielle, il pratique sans vergogne le braconnage en se moquant bien des gardes-chasses.

C’est quasi-déshonneur, écrit-il, de posséder le permis de chasse. La montagne (les Hautes-Pyrénées et tout particulièrement autour de Lourdes), les cavernes, les terriers demeurent son territoire où il se livre passionnément aux plaisirs d’une chasse parfois mouvementée. C’est avec la fougue d’un magnifique tempérament qu’il conte ses aventures.

Voir Alternate Text

Publié par

Date de parution

13 mai 2013

Nombre de lectures

133

EAN13

9782350683256

Langue

Français

1

IDENTITÉ

Je me nomme LASCOUMETTES Paul-Joseph, je suis né à Nay, département des Basses-Pyrénées, le 17 juin 1876.
Engagé volontaire au 10e Régiment de Dragons. Passé Brigadier Prévôt d’Armes et rétrogradé à Joinville-le-Pont.
Versé au 5e Régiment des Chasseurs d’Afrique, à Mustapha Supérieur (Algérie).
Deux campagnes doubles du Sahara, comme Brigadier.
J’ai fait l’expédition de Chine en 1900 sur le bateau Notre-Dame-du-Salut.
J’ai fait toute la guerre de 1914 à 1918. Brigadier au 15e Régiment de Dragons, – front de Belgique, l’Iser et le Mont-Kemel.
Maréchal des logis à la 43e Section d’autos mitrailleuses – front d’Arras.
Passé Sergent au 33e Territorial d’Infanterie – front de Belgique.
Nommé Sous-lieutenant au 235e Régiment d’infanterie, j’ai fait partie de l’expédition de l’armée d’Orient, en 1916 – Salonique.
J’ai participé à tous les combats de Florina-Monastis, en Serbie.
Rétrogradé de Sous-Lieutenant pour – excès de service – avoir pendu un Pope qui nous avait trahi, et passé comme Sergent au 260e Régiment d’Infanterie, ai commandé par intérim la 19e Compagnie du 260, à la côte Mille quarante-huit.
Nommé Adjudant par ordre du Général en Chef commandant d’Armée d’Orient, ai commandé une compagnie de Musulmans dans les grandes plaines du Vardar en Grèce.
Passé au Régiment de Bosniaques à Constantinople.
Évacué pour blessure de guerre et paludisme sur le bâteau-hôpital Oasis.
Passé en France au 120e Bataillon de Pionniers – Front de Mondidier (Oise) – à la disposition de la IIIe Armée, Général Debeney.
Ai ramassé les morts tombés au milieu des blés.
Ai commandé comme Adjudant-chef une compagnie de Prisonniers de guerre dans le même secteur, pour faire la récolte.
Passé au centre de Laon (Aisne) pour commander une Compagnie de Prisonniers de guerre à la disposition du Génie Français – Chemin des Dames.
Libéré le mois de février 1919.
Sollicité par plusieurs de mes camarades de conter mes mémoires sur toutes mes chasses et braconnages, toutes les péripéties, toutes les embûches au cours de mes cinquante années de piégeage et de braconnage, au moyen de pièges et du poison.
Je rompus le silence me jurant d’écrire sans haine, ni mensonge, ni imagination, toute la vérité, rien que des faits vécus par moi-même.
N’étant pas un écrivain, d’autant plus que je ne possède ni certificat, ni autre diplôme, je me fous du riche en gueule qui pourrait se moquer de ma dignité.


2

RÉFLEXIONS

Il faut savoir endurer la faim et toutes les fatigues, ne reculant pas au moindre danger.
Évitant la compagnie, ne jamais montrer votre talent et votre savoir-faire pour qu’un redoutable ennemi ne vienne troubler votre bonheur en vous livrant par jalousie, par son ignoble mensonge à la haine des chasseurs et autres.
Se dispensant du moindre permis de chasse, il faut braver et narguer toute la maréchaussée et les gardes forestiers qui profiteraient volontiers de votre rencontre pour vous gratifier d’une bonne contravention, par ambition d’être portés au tableau d’avancement.
Il faut savoir reconnaître et étudier les mœurs des jolies petites bêtes traquées, leur genre de nourriture, leur repaire et être aussi joyeux de se retirer après une rude journée de fatigue et de faim, le carnier vide qu’avec une belle prise.
Avoir toujours l’espoir du lendemain.
La vie du chasseur et braconnier n’est pas aussi facile que de faire un joli tableau de chasse au coin du feu ou bien à la terrasse d’un café en récitant à qui veut bien les entendre de beaux contes très fantaisistes dépassant toute imagination, que la majorité des jeunes chasseurs d’aujourd’hui s’acharnent à lire dans des livres magnifiquement illustrés où l’auteur puise son récit qui capte la crédulité de son client, et croit lui-même que tout est arrivé.
À côté de ces livres illustrés et purement imaginaires, il y a la pratique, la peine, les dures fatigues, la faim, les incidents de toute sorte, car il faut bien des fois passer deux et trois jours en montagne, coucher sur la dure à la merci de tous les vents, – savoir étudier les mœurs de ces petits animaux, fins au possible, qui ont plus d’un tour à vous jouer, – passer des jours et des mois sans que votre carnier ait la satisfaction de posséder le moindre poil de bête.
En ce qui me concerne, moi qui vous sers les mémoires sur mes chasses, piégeage et braconnage, que de déboires j’ai essuyés ! mais sans tristesse et plutôt avec bon cœur, me promettant toujours pour le lendemain, aussi content à mon départ pour une longue randonnée qu’à mon arrivée.
Combien de fois ai-je entendu, à la terrasse d’un café et autres lieux, des récits extravagants par des jeunes chasseurs fins prêts pour une expédition lointaine, équipés de neuf, contant à qui voulait bien les écouter que chacun d’eux était bien un Marius de Marseille, ou un Tartarin de Tarascon !
Combien de fois ai-je vendu une belle peau de renard, de martre, de fouine à un de ces intrépides nemrods pour en faire cadeau à sa belle, à un grand ami, ou encore à ses proches, certifiant et jurant que c’était bien lui qui en avait fait la capture, se gardant de laisser deviner la vérité.
En plus de ces jeunes mousquetaires nous avons deux grands ennemis.
L’ennemi n° 1, c’est le chasseur vulgaire, jaloux et envieux, qui n’a aucun respect pour la propriété privée ou le bien d’autrui, détruisant tout sur son passage, n’hésitant pas à tuer pigeons et volaille domestique, achetant à n’importe quel prix lièvres, lapins et perdreaux, mettant bien en vue sa fausse chasse, crânant dans la rue, voire dans les cafés, où il nous dénigre par jalousie haineuse, incapable de prendre le moindre gibier, détruisant toutes nos trappes, nous montrant du doigt et n’hésitant même pas, à la rigueur à jouer des faux témoignages et des faux rapports.
L’ennemi n° 2, aussi terrible que le n° 1, est le chien errant, sans maître, ni domicile, qui parcourt nuit et jour les plaines et les montagnes, détruisant lièvres et perdreaux, toutes nos trappes et nos pièges. Aussi lui ai-je voué une grande guerre. Pris à mes pièges, je n’hésite pas à lui ôter l’envie d’y revenir en faisant justice. Toutefois, s’il est muni d’un collier portant nom du propriétaire, je lui fais grâce en ayant soin de le gratifier d’une bonne raclée.
Voilà pour nous, piégeurs et braconniers qui rendons de précieux services aux sociétés de chasse par le nombre de puants détruits, nos deux ennemis.


3

MES CONNAISSANCES DE CHASSE

Orphelin à l’âge de six ans je fus élevé par un oncle qui ne vivait que de chasse. Je pouvais à loisir apprendre et étudier tous les moyens pour la capture des oiseaux et bêtes puantes, tels que renards, fouines, martres, putois, loutres, à l’aide de pièges, de trappes et de la glu.
Entretemps j’avais appris le métier de plâtrier, et comme c’était la règle à mon époque, je fus contraint de quitter mon pays pour faire mon tour de France.
J’ai parcouru tout le midi de la France, l’Espagne, l’Italie. J’ai fait mon service au fin fond du Sahara, en Algérie. Je tirais profit de mes voyages en écoutant avec attention tous les indigènes chasseurs et braconniers des pays traversés, je retenais toutes les ruses et la façon qu’ils employaient pour la capture de toutes sortes de gibier.
Je connais toute la faune sauvage qui se trouve sur le territoire de nos Pyrénées, telle que isards, ours, martres, fouines, putois, loutres déjà énumérés, et tous les petits animaux de moindre importance, toute la faune ailée telle que vautours, aigles, toutes espèces d’oiseaux de nuit : grand-duc, petit-duc, chouette blanche, dite chouette des voûtes, hiboux, petite chouette des poteaux, que nous rencontrons très souvent perchée sur les poteaux télégraphiques le long des routes.
Le coq de bruyère, que nous avons en abondance dans notre contrée, où sa chasse est fort pénible et périlleuse.
J’interprète si bien les appels de toute la faune à poil, en temps de rut, que très souvent j’ai eu le bonheur de tuer par exemple lièvre, renard, par mon appel imité de leurs cris, dans mes chasses nocturnes.


4

COMMENT J’AI DÉBUTÉ

Marié à Lourdes (Hautes-Pyrénées), mon pays d’adoption, n’étant donc connu de personne je pouvais exercer en toute sécurité ma chasse favorite.
J’avais cependant fait connaissance avec les grosses légumes, Président du Tribunal et autres importants personnages. Nous avions le même idéal, la République &#

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text