La Becquée , livre ebook

icon

139

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2013

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

139

pages

icon

Français

icon

Ebook

2013

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

L'auteur transpose dans ce roman des souvenirs d'enfance. Henri Nadaud, dit Riquet, perd sa mère alors qu'il n'a que cinq ans. Il va vivre pas très loin de Tours, chez Félicie, sa grande-tante. Cette tante s'est employée toute sa vie à donner la becquée à de nombreux enfants. Elle vit dans le beau domaine de Courance, traversé par une rivière. Toute la famille défile devant le lecteur, avec ses tendresses, ses querelles, sa solidarité. Dans ce roman de mœurs provinciales, Boylesve nous décrit la Touraine, ainsi que les comédies, les petitesses, les souffrances de la famille provinciale française.


Voir Alternate Text

Publié par

Date de parution

29 octobre 2013

Nombre de lectures

323

EAN13

9782365752114

Langue

Français

Poids de l'ouvrage

1 Mo

René Boysleve


La Becquée






À LOUIS GANDERAX
en témoignage de haute estime.


« Après avoir vu clairement que le travail des livres et la recherche de l’expression nous conduit tous au paradoxe, j’ai résolu de ne sacrifier jamais qu’à la conviction et à la vérité, afin que cet élément de sincérité complète et profonde dominât dans mes livres et leur donnât le caractère sacré que doit donner la présence divine du vrai, ce caractère qui fait venir des larmes sur le bord de nos yeux lorsqu’un enfant nous atteste ce qu’il a vu. »

(ALFRED DE VIGNY, Journal d’un poète.)

On me dit qu’il est imprudent de publier un roman qui ne traite pas des mœurs de Paris ; d’autre prétendent que le roman de mœurs, fussent-elles parisiennes, a vécu. Ces opinions m’inquiéteraient beaucoup si je m’étais proposé, en écrivant mon livre, de séduire un certain public ; mais, si je m’étais proposé cela, je serais encore bien plus inquiet de la valeur de mon livre…
Pour moi, écrire, c’est apaiser une fringale. Mon sujet pourra plaire ou non, mais je suis sûr d’y avoir mis un feu qui touchera quelqu’un.
- Je suis retourné, un jour, dans le pays où j’ai été enfant, où mes parents sont morts et où ils étaient nés. J’ai poussé la grille du jardin et la porte d’entrée ; j’ai ouvert des placards ; j’ai marché dans un long corridor ; et la maison déserte se repeuplait et s’animait dans ma mémoire. J’ai été si ému par tout ce que je revoyais que, même longtemps après mon retour à Paris où l’on oublie tout, l’ébranlement de mon petit voyage persista et me parut d’un ordre supérieur à la plupart de mes souvenirs. C’est, je le crois, parce qu’il était fait d’un élément dépassant de haut mes émotions personnelles, et que les scènes et les figures que l’air natal m’évoquait étaient les scènes et les figures communes à la famille provinciale française qui a élevé les hommes âgés aujourd’hui d’environ trente ans.
J’ai pensé que ce caractère était digne d’être rapporté et j’ai tâché de le rendre en historien fidèle et en bon poète, j’espère : deux qualités sans lesquelles il est bien vain d’écrire des romans.

R.B.


LA BECQUÉE
« Ressemblans aux petits oysellets qui ne peuvent encore voler, et qui baillent tousjours attendans la becquée d’autruy. »

AMYOT.


I. L’ÉVÉNEMENT

Les petites Pergeline montrèrent le nez en riant : elles ne se tenaient pas de joie lorsqu’elles avaient pu entrer sans sonner, et parvenir à pas de loup, par le corridor, jusqu’à l’entrée de la cour.
Mais elles prirent aussitôt la figure penchée de toutes les personnes qui se présentaient à la maison :
– Mon « pauvre » Riquet, est-ce qu’on peut monter dire bonjour à ta « pauvre » maman ?
La bonne, Adèle, qui allait puiser de l’eau, répondit pour moi :
– Bien sûr que oui, mesdemoiselles. Madame a voulu se lever pour voir passer monsieur en militaire. Vous la trouverez sur son fauteuil en attendant le tambour… Et chez vous ? toujours pas de nouvelles de ce « pauvre » M. Paul ?
Les deux jeunes filles levèrent les sourcils et les bras :
– Rien. Mais les Prussiens sont à Tours ; ils ont lancé un obus contre l’Hôtel de Ville, et un autre qui a tué trois personnes, rue Royale.
– À Tours ! mon bon Jésus ! si près de chez nous ! N’allez pas répéter ça là-haut ; madame a une peur !…
Elles tournèrent les talons, chacune un doigt aux lèvres.
Adèle accrocha l’anse de son seau à la boucle humide du puits mitoyen, et sollicita d’une main la chaîne qui se dévida rapidement en faisant grincer la poulie. À ces cris d’oiseau, il était rare que la servante du capitaine Chevreau ne se montrât pas de l’autre côté ; et les deux femmes causaient pendant que le seau buvait. Quelquefois, on apercevait le vieil officier retraité fumant la pipe ou sciant du bois dans sa cour.
La domestique voisine entrebâilla en effet la porte du puits. Elle avait l’œil émerillonné ; elle nouait les brides d’un bonnet propre :
– Ils sont partis du bout de la ville, dit-elle. Dans cinq minutes, ils vont passer sous les fenêtres !… C’est monsieur qui les commande tous !… Une, deusse ! une, deusse ! faut voir !… et de la musique, et des rataplans !…
– Montez vite, me dit Adèle.
La malade était assise près d’une fenêtre. Elle portait un peignoir de laine rayé de blanc et de bleu. Elle avait une figure régulière et douce ; elle se plaignait du poids de ses cheveux ; ses yeux semblaient toujours vous regarder de loin ; on n’osait pas toucher ses tempes, en l’embrassant, tant la peau était mince sur les fins ruisseaux des veines.
Elle m’attira et me tint longtemps près de sa joue, tandis que Marguerite Pergeline et sa sœur Georgette, les mains posées en araignées sur les vitres, épiaient le passage de la garde nationale.
Les deux jeunes filles sautèrent. On entendait le roulement du tambour et le filet de voix bravache du clairon tournant la rue. Les fenêtres s’ouvrirent, malgré le froid. L’horloger Papillaud, que l’on voyait, derrière la buée, travailler entre deux globes de pendule, quitta sa loupe, et vint, en boitant, se ranger devant sa boutique ; les murs se garnirent de femmes, l’enfant au bras, de vieux bonshommes, la goutte au nez ; on se bousculait contre la grille de la boucherie ; le maître clerc de mon père, long garçon malingre, nous souriait, niché à demi dans le ventre ouvert d’un bœuf à l’étal.
– Les voilà ! les voilà !
Une écume de gamins coiffés de chapeaux de gendarme en papier, brandissant des sabres de fer-blanc, des lattes, des manches à balais, était poussée par le couple tonitruant du tambour et du clairon.
Un éclat : un déchirement de l’atmosphère, une pétarade de notes martiales, cassa toutes les figures et les laissa un moment grimaçantes. Suivait une lourde masse d’espèces de soldats sans couleur, qui pilait le sol, avec des jambes de plomb. Le capitaine Chevreau, l’épée fulgurante, bedonnait, en tête.
– Comme c’est beau ! dit Georgette.
– Oh ! oui, dit Marguerite.
Elles nommaient un à un ces messieurs, qu’elles reconnaissaient.
– Madame Nadaud, voilà votre mari !… Riquet, mais regarde donc ton papa !
Il nous favorisait d’un coup d’œil oblique, et inclinait courtoisement vers nous la pointe de son sabre. Il portait un képi à galon blanc, d’un effet curieux au-dessus de ses favoris de notaire. Je réfléchissais de toutes mes forces :
– Alors, c’est ça, la guerre ?
– La guerre, dit Georgette, c’est bien autre chose que ça ! Tu n’as donc jamais vu Paul en uniforme ?
Sa sœur aînée fit signe de se taire devant la malade. On essayait de lui cacher les progrès de l’invasion, dont chaque étape nouvelle l’étouffait.
En quittant la fenêtre, nous la trouvâmes retombée dans son fauteuil. Elle grelottait et pleurait. On me renvoya comme toutes les fois que les choses tournaient au sérieux :
– Allons, va jouer, mon petit bonhomme, et sois sage.
Derrière mon dos, Marguerite disait :
– De quoi vous tourmentez-vous ? il faut bien qu’on apprenne à ces messieurs le maniement du fusil : ce n’est pas une raison pour qu’ils s’en servent.
Et Georgette :
– Rassurez-vous, madame, on affirme que l’obus de Tours sera le dernier tiré…
Dans l’escalier, je criais à la bonne :
– Adèle ! tu sais que Georgette a dit ce que tu lui avais défendu !…
Adèle traversait le corridor en coup de vent :
– Monsieur Henri ! voilà la calèche de Courance, avec votre grand’tante Planté !
Je vis trois doigts de bas blanc au-dessus de la bottine qui tâtait le marchepied, et puis la tête de Félicie Planté se releva. Elle faisait des yeux de poule pourchassée :
– Ma pauvre Adèle ! j’avais à causer avec monsieur, et voilà-t-il pas que je le rencontre au milieu de cette chair à canon ! Quand va-t-il rentrer, à présent ?
– Hé ! là là, ma’me Planté, qui est-ce qui serait en état de vous le dire ? Ils vont tirer sur la route de la Ville-aux-Dames.
– C’est cela ! de sorte que nous aurons l’avantage de traverser de nouveau ce tohu-bohu en retournant à Courance ! La jument a failli s’emporter…
Sur le siège, Fridolin aspirait l’air, du coin de la lèvre : il savait le faire siffler par une petite brèche entre les dents. C’est ainsi qu’il préparait ses paroles.
– J’en demande bien pardon à madame. Ça serait-il l’heure de rencontrer Bismarck, je réponds de ma jument.
Félicie entra. Lorsqu’elle fut dans l’ombre du corridor, elle pinça la manche d’Adèle :
– Ma fille, il ne s’agit pas de perdre de temps. Vous allez me faire un paquet de l’argenterie, entendez-vous ? Compte

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text