J'ai appris à lire à 50 ans , livre ebook

icon

82

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2020

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

icon

82

pages

icon

Français

icon

Ebook

2020

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Préface J’ai toujours éprouvé une forme de lutte intérieure, commune à beaucoup de gens sans doute. Une lutte intérieure entre mes convictions, les sujets d’injustice qui m’engageaient humainement et ma capacité à y dédier du temps, à faire quelque chose de concret, dans une vie déjà tourbillonnante entre l’investissement temps et mental dans le travail, la famille, les enfants, les amis et moi-même. Cela n’est pas une justification, mais plutôt un simple constat. J’ai pris en 2018 la Direction Générale de Lancôme France. Dans cette fonction, j’ai eu la chance d’agir enfin concrètement au travers du programme de lutte contre l’illettrisme des femmes, Write Her Future, lancé un an auparavant par Lancôme au niveau international. Lancôme est une maison dont le cœur bat pour les femmes. Ce sont les femmes qui ont fait ce qu’elle est aujourd’hui. En retour, la marque veut agir pour elles. Agir pour que chaque femme ait le droit de lire et d’écrire, lui donner le droit de devenir pleinement elle-même. Dans le cadre de Write Her Future, Lancôme s’engage au niveau international à investir deux millions d’euros sur cinq ans pour lutter contre l’illettrisme des jeunes femmes dans le monde. L’ONG internationale CARE est le partenaire officiel de Write Her Future au niveau mondial, et le partenaire opérationnel dans plusieurs pays en développement. En France, Lancôme s’est associée à l’Agence Nationale de Lutte contre l’Illettrisme.
Voir Alternate Text

Publié par

Date de parution

01 octobre 2020

Nombre de lectures

3

EAN13

9782810430529

Langue

Français

Poids de l'ouvrage

1 Mo

Préface

J’ai toujours éprouvé une forme de lutte intérieure, commune à beaucoup de gens sans doute.
Une lutte intérieure entre mes convictions, les sujets d’injustice qui m’engageaient humainement et ma capacité à y dédier du temps, à faire quelque chose de concret, dans une vie déjà tourbillonnante entre l’investissement temps et mental dans le travail, la famille, les enfants, les amis et moi-même. Cela n’est pas une justification, mais plutôt un simple constat.
J’ai pris en 2018 la Direction Générale de Lancôme France. Dans cette fonction, j’ai eu la chance d’agir enfin concrètement au travers du programme de lutte contre l’illettrisme des femmes, Write Her Future, lancé un an auparavant par Lancôme au niveau international.
Lancôme est une maison dont le cœur bat pour les femmes. Ce sont les femmes qui ont fait ce qu’elle est aujourd’hui. En retour, la marque veut agir pour elles. Agir pour que chaque femme ait le droit de lire et d’écrire, lui donner le droit de devenir pleinement elle-même.
Dans le cadre de Write Her Future, Lancôme s’engage au niveau international à investir deux millions d’euros sur cinq ans pour lutter contre l’illettrisme des jeunes femmes dans le monde.
L’ONG internationale CARE est le partenaire officiel de Write Her Future au niveau mondial, et le partenaire opérationnel dans plusieurs pays en développement.
En France, Lancôme s’est associée à l’Agence Nationale de Lutte contre l’Illettrisme.
J’ai ainsi découvert ce terrible tabou qui touche 7 % de la population dans notre pays. Chiffre vertigineux alors même que l’école est obligatoire et gratuite. J’ai réalisé la souffrance que cela représente pour les personnes illettrées et combien cela constitue fondamentalement une entrave à l’épanouissement des femmes et donc à leur liberté.
Notre objectif pour le programme Write Her Future en France est double :
Financer au travers de l’Agence Nationale de Lutte contre l’Illettrisme et son réseau d’associations la mise en place de modules de formation digitaux dédiés à des jeunes femmes, qui pour des raisons très diverses ont décroché de l’école et, à l’âge adulte, ne maîtrisent ni les bases de l’écriture, ni celles de la lecture et du calcul.
Et aussi, utiliser notre notoriété en France pour mettre un coup de projecteur sur ce sujet méconnu afin de mobiliser à la fois l’opinion ainsi que les pouvoirs publics. Pour cela, nous avons choisi d’engager à nos côtés des personnalités qui peuvent elles aussi participer à cette action commune. Nous avons, en particulier lors des Journées Nationales d’Action contre l’Illettrisme en septembre 2019, mobilisé des personnes de la société civile, des associations ainsi que des bénéficiaires pour parler de ce sujet. C’est dans ce cadre que j’ai rencontré Aline Le Guluche.
Aline est devenue une figure de proue sur le sujet de l’illettrisme car elle a toujours eu à cœur de témoigner sur ce qu’elle a vécu, sa vie en tant que femme illettrée puis son combat pour réapprendre à lire et à écrire à cinquante ans. Témoigner pour aider.
Je me rappelle avoir été, juste avant cette rencontre avec Aline, un peu intimidée. Ne sachant pas comment nous allions pouvoir, venant de deux univers et ayant des parcours de vie si différents, apprendre simplement à nous connaître et créer un lien.
La spontanéité d’Aline a finalement fait de cette rencontre un tête-à-tête naturel et évident. Aline m’a raconté son histoire, sans filtre et sans détour.
J’ai tout de suite été frappée par le courage de cette femme, un courage que je sais ne pas être capable de véritablement mesurer. Par sa détermination à témoigner pour mettre en lumière l’illettrisme, faire tomber les tabous, parler de la souffrance pour aider celles et ceux qui subissent en silence à avoir le courage de faire la démarche qu’elle a opérée.
Au cours de nos discussions, Aline parlait déjà de son désir qui germait d’écrire un livre, de raconter son histoire. L’idée m’a paru incroyablement puissante. Être illettrée jusqu’à cinquante ans, réapprendre à lire et à écrire et décider de publier un livre. Quel acte de liberté, quel exemple d’espoir, qui nous dit à tous que tout est possible !
Nous avons souhaité accompagner Aline dans sa démarche. C’est un honneur pour moi et pour mon équipe d’apporter grâce à Lancôme notre petite pierre à l’édifice pour permettre à Aline de publier son livre et d’aider à travers celui-ci celles et ceux qui en ont cruellement besoin. Et, au-delà de l’illettrisme, de raconter le parcours d’une femme qui s’est battue pour devenir libre.
C’est à Lancôme, à moi-même, de remercier Aline de nous permettre de faire partie de cette histoire. L’avenir des entreprises, des marques et des êtres humains qui les constituent ne peut plus seulement résider sur des fondamentaux économiques, mais aussi sur leur impact humain et social. La croissance doit se partager.
Julie Audouin Urdangaray Directrice Générale Lancôme France
CHAPITRE 1
Premiers pas en classe… Un instituteur qui fait peur

8 octobre 1961, sept heures du matin. Toute la famille s’affaire aux corvées. Geneviève crie :
– Robert ! Le bébé arrive ! Va chercher la voisine, pour qu’elle t’aide !
Mon père attrape ma sœur aînée par le bras et lui dit :
– Vite dépêche-toi ! Va chercher Jeannine au plus vite ! Ta mère va accoucher d’un moment à l’autre !
Jeannine arrive, tout essoufflée, les bras chargés de linge blanc et d’une petite boîte en métal. En fin de matinée, après beaucoup de souffrance et de courage de la part de Geneviève, Jeannine et Robert annoncent fièrement :
– C’est une fille !
– Il lui faut un prénom…
Toute la fratrie donne son avis…
Du fond de son lit, Geneviève décide :
– Ce sera Aline, comme la cousine Aline.
Mais mon arrivée dans cette grande famille ne plaît pas à tout le monde.
– Encore un mouflet ! s’exclament les aînés. Une bouche de plus à nourrir !
– Il vaut mieux dire : un enfant de plus à table ! réplique mon père.
Je suis la petite dernière d’une fratrie de huit enfants.
Ma mère Geneviève, petite femme brune, rencontre mon père Robert après la guerre. Fils de paysans, il est grand et sec, les cheveux clairs et les yeux bleus. Le couple s’installe à la ferme familiale.
Ma famille, de modestes paysans, vit dans une ferme sur les hauteurs d’un petit village des Yvelines. Le cheptel se compose d’une dizaine de vaches, d’une belle brochette de volailles. Dans le fond de la cour, toute une famille de lapins vit dans des clapiers à côté d’un petit tracteur. Sur la gauche s’engraissent quelques cochons. À gauche du portail, au premier étage d’une dépendance de la ferme, une fenêtre à six carreaux. C’est là que vit mon grand-père.
Dans la cuisine de la ferme, une immense table trône au milieu de la pièce. Une grosse cuisinière à charbon permet de mijoter les repas. Au fond, une porte donne dans la chambre des parents puis, en enfilade, la chambre des garçons, et au fond, celle des filles.
Mon grand-père, un homme doux, courageux, à la chevelure argentée et épaisse, porte fièrement la moustache qu’il caresse souvent du bout des doigts. Toujours vêtu d’un pantalon en velours côtelé, bretelles et ceinture de flanelle, il est peu bavard, mais un éternel sourire lui colle aux lèvres. C’est le pilier de ces lieux.
Blonde, cheveux longs et bouclés, je suis une petite fille chétive, à la santé fragile. Dès que je suis en âge de marcher, je suis ma sœur Chantal comme son ombre pour les corvées du quotidien, le pouce toujours dans la bouche, comme pour ne pas parler aux autres personnes de la famille.
 
J’ai six ans. Ce matin-là, la maison est en effervescence. Chantal, aux petits soins pour moi, me débarbouille, brosse mes cheveux d’une main agile, me fait une natte et m’aide à enfiler ma blouse.
– Alors Aline, pour tes six ans, tu es contente d’aller à l’école comme une grande ?
Le pouce dans la bouche, je hausse les épaules d’un air inquiet tout en faisant la moue.
– Ne t’inquiète pas, ça ira, tu pars avec Angèle et Nicolas. Ils ont l’habitude.
Elle me charge le dos d’un vieux sac de cuir marron, usé par des années de service.
– On se voit ce soir après mon travail, me rassure-t-elle.
Encadrée par mon frère et ma sœur tout contents de retrouver leurs camarades, j’enchaîne le pas avec eux. J’ai un peu peur de l’inconnu.
La porte de l’école s’ouvre. Un homme apparaît, vêtu d’une blouse bleu pétrole, cheveux bruns, visage rond et froid.
Qu’il a l’air méchant !
– Les nouveaux élèves, à ma droite ! Et les autres, vous restez dans la cour !
Angèle me laisse avec ce monsieur que je ne connais pas et qui crie fort :
– Et arrête de sucer ton pouce ! Tu es à l’école, il faut que tu te tiennes bien !
– Oui, monsieur.
Je mets tout de suite mes deux bras le long du corps, droite comme un i, et me mêle à la file des gamins. Au premier coup de sifflet, nous nous mettons en rang par deux devant la porte de notre classe.
– Pas de chahut ! s’exclame le professeur. Je veux un rang droit et des élèves disciplinés !
Je regarde le gamin qui m’a saisi la main.
– C’est quoi « disciplinés » ?
– Plus un mot ! Vous pouvez entrer en silence.
Devant moi, une grande pièce avec d’immenses fenêtres à carreaux, ornées de rideaux noirs épais. Au fond, deux tableaux noirs derrière un gros bureau sur une estrade. Il domine quatre rangées de pupitres en bois.
– Les plus petits, installez-vous à droite !
Je me laisse entraîner, pour finir assise au quatrième rang. L’instituteur distribue un cahier, un porte-plume, un buvard. Il verse de l’encre dans les petits encriers encastrés dans les pupitres, puis, d’une forte voix, donne ses recommandations :
– Il est interdit de mettre une goutte d’encre sur vos mains ou sur le pupitre, encore moins sur le cahier !
La première journée défile, entrecoupée par la récréation. Je rentre déjeuner à la maison, toujours chaperonnée par ma sœur Angèle.
Le lendemain matin, une phrase de morale sur le tableau noir donne le ton de la journée. L’instituteur nous la lit. C

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text