Chronique d un cancer ordinaire : Ma vie avec Igor
71 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Chronique d'un cancer ordinaire : Ma vie avec Igor , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
71 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

En un an, au Canada seulement, on estime qu’un peu plus de 190 000 diagnostiques de cancer seront posés. Parmi les gens qui recevront cette nouvelle, environ 25 000 personnes apprendront qu’elles souffrent d’un cancer du sein.
Il y a quelques années, l’auteure Dominique Demers découvrait qu’elle était elle-même en proie à ce cancer si courant qu’il en est presque « ordinaire ». Ce même cancer qui lui avait enlevé sa mère, quarante ans plus tôt.
Eh bien qu’à cela ne tienne! Armée de son humour, énergisée par son amour du sport et du voyage, l’auteure a entrepris les traitements comme elle mène la barque de sa vie : en se lançant des défis, en osant rire de l’absurde et questionner l’intolérable. En acceptant, aussi, qu’il y a des jours gris.
Elle livre ici la chronique de cette période charnière, rédigée sous forme de courts billets : autant d’instantanés de moments clés, en commençant avec cette sieste fatidique où elle a repéré la masse, le fameux et monstrueux Igor. Viendront ensuite les premiers rendez-vous dans le dédale hospitalier, les choix à faire entre des traitements dont les médecins eux-mêmes ont du mal à anticiper les effets, les moments de doutes et ceux de douce folie, le tout ponctué de rencontre avec des fées – et des sorcières – du système de santé, mais aussi de réflexions autour d’une question cruciale : c’est quoi, ma vie avec Igor ?
« J’ai attrapé un cancer à 52 ans. J’aime dire que je l’ai attrapé,
comme une grippe ou des poux, parce que ça dédramatise l’affaire et parce que c’est un peu vrai aussi. Vous verrez.
J’ai attrapé un cancer ordinaire. Une femme sur neuf, dit-on, en est atteinte. J’ai un peu de mal à y croire parce que les statistiques sont souvent gonflées pour mieux servir une cause. N’empêche que même si c’était une femme sur dix ou sur onze, ça reste beaucoup d’individus.
Mon histoire est donc ordinaire, c’est-à-dire semblable à des milliers d’autres. Pourquoi la raconter, alors ?
J’y ai vu un défi. L’intérêt n’est pas dans la tragédie, ni dans le suspense puisque je suis vivante. Ce n’est qu’un pan de vie, intense bien qu’ordinaire, mais pas banal parce que l’ordinaire est tissé d’humour et d’amour, de rires et de larmes, d’étrangetés et de surprises, d’horreur et d’enchantement aussi. »

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 30 septembre 2014
Nombre de lectures 7
EAN13 9782764428269
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0650€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

De la même auteure chez Québec Amérique
Adulte
Pour que tienne la terre , coll. Tous Continents, 2014.
Là où la mer commence , coll. Tous Continents, 2011.
Au bonheur de lire , Comment donner le goût de lire à son enfant de 0 à 8 ans , coll. Dossiers et Documents, 2009.
Pour rallumer les étoiles , coll. Tous Continents, 2006.
Le Pari , coll. Tous Continents, 1999.
Marie-Tempête , coll. Tous Continents, 1997.
Maïna , coll. Tous Continents, 1997, nouvelle édition, 2014.
La Bibliothèque des enfants , Des trésors pour les 0 à 9 ans , coll. Explorations, 1995.
Du Petit Poucet au Dernier des raisins , coll. Explorations, 1994.
Jeunesse
série charlotte
Une gouvernante épatante , coll. Bilbo, 2010.
La Fabuleuse Entraîneuse , coll. Bilbo, 2007.
L’Étonnante Concierge , coll. Bilbo, 2005.
Une drôle de ministre , coll. Bilbo, 2001.
Une bien curieuse factrice , coll. Bilbo, 1999.
La Mystérieuse Bibliothécaire , coll. Bilbo, 1997.
La Nouvelle Maîtresse , coll. Bilbo, 1994.
La Nouvelle Maîtresse , Livre-Disque, 2007.
série jacob jobin
La Grande Quête de Jacob Jobin , Tome 3 – La Pierre bleue,
coll. Tous Continents, 2010.
La Grande Quête de Jacob Jobin , Tome 2 – Les Trois Vœux,
coll. Tous Continents, 2009.
La Grande Quête de Jacob Jobin , Tome 1 – L’Élu,
coll. Tous Continents, 2008.
série alexis
Macaroni en folie , coll. Bilbo, 2009.
Alexa Gougougaga , coll. Bilbo, 2005.
Léon Maigrichon , coll. Bilbo, 2000.
Roméo Lebeau , coll. Bilbo, 1999.
Toto la brute , coll. Bilbo, 1998.
Valentine Picotée , coll. Bilbo, 1998.
Marie la chipie , coll. Bilbo, 1997.
série marie-lune
Pour rallumer les étoiles – Partie 2 , coll. Titan+, 2009.
Pour rallumer les étoiles – Partie 1 , coll. Titan+, 2009.
Un hiver de tourmente , coll. Titan, 1998.
Ils dansent dans la tempête , coll. Titan, 1994.
Les grands sapins ne meurent pas , coll. Titan, 1993.
Ta voix dans la nuit , coll. Titan, 2001.
série maïna
Maïna, Tome II – Au pays de Natak , coll. Titan+, 1997.
Maïna, Tome I – L’Appel des loups , coll. Titan+, 1997.



Projet dirigé par Myriam Caron Belzile, éditrice

Conception graphique : Nathalie Caron
Mise en pages : Julie Larocque
Révision linguistique : Isabelle Pauzé et Annie Pronovost
Conversion en ePub : Marylène Plante-Germain

Québec Amérique
329, rue de la Commune Ouest, 3 e étage
Montréal (Québec) H2Y 2E1
Téléphone : 514 499-3000, télécopieur : 514 499-3010

Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada pour nos activités d’édition.
Gouvernement du Québec – Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres – Gestion SODEC.
Les Éditions Québec Amérique bénéficient du programme de subvention globale du Conseil des Arts du Canada. Elles tiennent également à remercier la SODEC pour son appui financier.



Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada

Demers, Dominique
Chronique d’un cancer ordinaire : ma vie avec Igor
ISBN 978-2-7644-2721-7 (Version imprimée)
1. Demers, Dominique - Santé. 2. Sein - Cancer - Patientes - Québec(Province) - Biographies. I. Titre.
RC280.B8D45 2014 362.19699’4490092 C2014-941789-6

Dépôt légal : 4 e trimestre 2014.
Bibliothèque nationale du Québec
Bibliothèque nationale du Canada

Tous droits de traduction, de reproduction et d’adaptation réservés

© Éditions Québec Amérique inc., 2014.
www.quebec-amerique.com







habituellement des romans. Ce qui suit n’est pas un roman, toutefois. C’est une histoire vraie, racontée de mon point de vue, colorée par ma personnalité. Je ne suis pas médecin et mes choix ne sont pas des modèles à suivre. Voici le récit de ce qui m’est arrivé et de la manière dont j’ai réagi. Tout simplement.




attrapé un cancer à 52 ans. J’aime dire que je l’ai attrapé , comme une grippe ou des poux, parce que ça dédramatise l’affaire et parce que c’est un peu vrai aussi. Vous verrez.
J’ai attrapé un cancer ordinaire . Une femme sur neuf, dit-on, en sera atteinte. J’ai un peu de mal à y croire, parce que les statistiques sont souvent gonflées pour mieux servir une cause. N’empêche que même si c’était une femme sur dix ou sur onze, ça reste beaucoup d’individus.
Mon histoire est donc ordinaire, c’est-à-dire semblable à des milliers d’autres. Pourquoi la raconter, alors ?
J’y ai vu un défi. L’intérêt n’est pas dans la tragédie, ni dans le suspense puisque je suis vivante. Ce n’est qu’un pan de vie, intense bien qu’ordinaire, mais pas banal parce que l’ordinaire est tissé d’humour et d’amour, de rires et de larmes, d’étrangetés et de surprises, d’horreur et d’enchantement aussi.




découvert Igor (c’est le nom que j’ai donné à mon cancer) à Paris en décembre. J’étais invitée au Salon du livre de Montreuil et j’allais en profiter pour revoir un homme dont j’ai été longtemps amoureuse.
Pendant vingt ans, nous avons tour à tour été libres de cœur, mais jamais en même temps. J’ai été mariée puis divorcée. Il a eu quelques fiancées. Un océan nous séparait en plus. Nous ne nous étions jamais confié nos sentiments, mais une belle amitié littéraire s’était installée.
Et voilà que soudain, quelques semaines avant l’arrivée d’Igor, il a traversé la mer pour venir me souffler à l’oreille des mots qui peuvent changer une vie.
« Je suis fou de vous », m’a-t-il dit.
J’ai souri jusqu’au ciel même si, en plus d’un océan, une foule de frontières s’élevaient entre nous. Nous avons convenu de nous revoir un mois plus tard. À Paris.
Il m’a donné rendez-vous dans un restaurant délicieusement romantique et élégant, près du plus joli pont de Paris. J’ai poussé la porte, le cœur battant.
Il m’attendait. À la lueur des bougies, son regard m’a semblé fiévreux. Je l’ai cru malade d’amour. Le pauvre souffrait d’une grippe carabinée.
Le lendemain, après ma séance de signature au Salon du livre, je me suis mise au lit en plein après-midi – à Paris, quelle affaire ! – dans l’espoir de tuer dans l’œuf ce qui ressemblait à un affreux début de grippe pour moi aussi.
Je ne sais pas ce qui m’a prise. Je ne vais jamais au lit en plein après-midi. J’en suis profondément incapable. C’est sans doute génétique. Et pourtant, cet après-midi-là, je me suis sagement glissée sous les couvertures.
Depuis, je me dis que c’était un cadeau. De lui. Cet amoureux que je n’ai plus revu parce que trop d’embûches nous tenaient à distance. J’aime songer que le baiser que nous avons échangé était un cadeau de vie. Sans ses merveilleux microbes, je ne me serais jamais imposé cette pause repos et je n’aurais jamais, par pur désœuvrement, eu l’idée de me livrer à une activité aussi peu excitante que l’auto-examen des seins.
Se palper les seins, c’est comme se passer la soie dentaire à la puissance mille. La technique est simple, c’est rapide et pas un brin douloureux. On se trouve pourtant facilement trois milliards de raisons pour passer à côté. À 52 ans, j’avais dû me livrer à cet exercice d’auto-examen des seins une douzaine de fois dans ma vie tout au plus. Alors que la routine de la soie dentaire n’est qu’ennuyeuse, l’auto-examen des seins s’avère toujours un peu an goissant en prime. Soit on ne trouve rien et on s’inquiète d’avoir raté quelque chose, soit on décèle une infinitude de bosses bizarres qui doivent être des glandes ou d’autres détails ana tomiques parfaitement légitimes, mais on s’énerve quand même en songeant qu’un fâ cheux intrus pourrait se dissimuler parmi elles.
Ce jour-là, je suis immédiatement tombée sur Igor. Le premier espace de peau que mes doigts ont palpé a révélé une masse claire. De la taille d’un raisin. Pas déshydraté. Bien e

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents