Vermillon 2 - La Terreur , livre ebook

icon

153

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2013

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

153

pages

icon

Français

icon

Ebook

2013

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Après avoir pris le pouvoir, Ulia entreprend d'instaurer la liberté et la distribution des terres promises. Cependant, très vite, les premières dérives apparaissent et la confusion et la violence règnent.
Alors que le pillage devient pratique courante, les Boleshs tentent de rétablir l'ordre à leur profit en réintégrant certaines pratiques contre lesquels ils avaient pourtant lutté: interdiction de la presse, exclusion et emprisonnement de leurs alliés les Meneshs, création d'une police secrète aux pouvoirs discrétionnaires.
Au service des Boleshs, Garance participe activement à l'exécution de la famille impériale, en exil à Ekateri. Au cours du voyage, toutefois, elle constate que la misère et la violence, loin de diminuer, ne font que s'accroître. La jeune Damnée comprend que plus rien n'arrêtera Ulia et les Boleshs dans la course au pouvoir absolu et que la seule solution est de tuer Ulia avant que la situation soit irréversible.
Mais, si elle accepte de se charger de cette tâche, elle contribuera à son insu au déclenchement de la Terreur rouge, la pire vague de répression jamais connue à Vermillon.
Voir Alternate Text

Date de parution

15 septembre 2013

Nombre de lectures

1

EAN13

9782894358818

Langue

Français

Couverture
Titre
Crédits
Illustration de la couverture : Jacques Lamontagne
Illustration de la carte : Claude Thivierge
Infographie : Marie-Ève Boisvert, Éd. Michel Quintin
Révision linguistique : Sylvie Lallier, Éd. Michel Quintin
Conversion en format ePub : Studio C1C4

La publication de cet ouvrage a été réalisée grâce au soutien financier du Conseil des Arts du Canada et de la SODEC.
De plus, les Éditions Michel Quintin bénéficient de l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Programme d’aide au développement de l’industrie de l’édition (PADIÉ) pour leurs activités d’édition.
Gouvernement du Québec – Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres – Gestion SODEC
Tous droits de traduction et d’adaptation réservés pour tous les pays. Toute reproduction d’un extrait quelconque de ce livre, par procédé mécanique ou électronique, y compris la microreproduction, est strictement interdite sans l’autorisation écrite de l’éditeur.

ISBN 978-2-89435-881-8 (version ePub)
ISBN 978-2-89435-374-5 (version imprimée)

© Copyright 2008

Éditions Michel Quintin
4770, rue Foster, Waterloo (Québec)
Canada J0E 2N0
Tél. : 450 539-3774
Téléc. : 450 539-4905
editionsmichelquintin.ca
Dédicace
Nous ne faisons pas la guerre à des individus, nous exterminons la bourgeoisie en tant que classe. Dzerji
Carte
Prologue

G arance, une jeune Damnée des plaines orientales de l’empire de Vermillon, n’a connu dans son enfance que faim et misère, oppression et violence. À la suite de l’incendie qui a détruit son village et ses habitants, elle s’enfuit vers Petra, la capitale de l’empire.
Sur sa route, elle rencontre Efi, un personnage inquiétant doté de pouvoirs étranges qui la prend sous sa coupe. Très vite, elle se rend compte que, si elle est sa prisonnière, Efi ne s’intéresse pas tant à elle qu’à son sang, dont il la vide petit à petit d’une manière ignoble.
Ayant réussi à lui échapper, Garance rallie la rébellion qui, sous la houlette des Meneshs et des Boleshs, menace Roman, l’empereur de Vermillon. Elle pense un moment s’introduire au palais par le biais d’Efi – qui entretient des relations particulières avec l’impératrice –, dans le but d’assassiner le tyran. Mais elle doit déchanter. L’ignoble personnage est trop rusé et elle retombe sous son emprise.
Après avoir été livrée à l’empereur par Efi et exilée dans les confins glacés de Siwr, Garance s’évade et rejoint son amant Tcherny ainsi que les Boleshs, qui tentent de prendre la tête de la révolte et de conduire le peuple des Damnés vers sa libération. Les violences éclatent, Efi est tué et l’empereur déposé.
Mais plusieurs groupes – dont celui de Keren, un ancien Menesh – se disputent les restes du pouvoir, s’affaiblissant mutuellement. La tyrannie menace de nouveau.
Ulia, le chef des Boleshs, déclenche alors l’offensive finale. Tcherny est chargé de prendre le palais impérial, dernier bastion des ennemis des Damnés. L’assaut est un succès et les Boleshs obtiennent enfin le pouvoir.
Cependant, malgré le bonheur que semble connaître enfin Garance à l’heure de la victoire des Damnés, Tcherny ne peut dissimuler son inquiétude…
Un

D es jours qui ont suivi la prise du palais d’hiver ne sont restées dans ma mémoire que des bribes de souvenirs confus. Nous étions tous à ce point épuisés par les veilles, la tension et la faim – Ulia et Terzio eux-mêmes avaient organisé l’insurrection pratiquement sans manger ni dormir pendant trois jours – que nous avions l’impression de flotter comme des fantômes au milieu des événements déchaînés.
Je me souviens pourtant avec netteté de l’intense bonheur qui m’avait envahie lorsque j’avais embrassé Tcherny sur un des balcons du palais que nous venions de libérer, mais aussi de son inexplicable tristesse au moment même où nous venions enfin d’obtenir la victoire.
Au lendemain de la prise du palais, curieusement, la ville était calme. Je m’étais attendue à voir les Damnés danser toute la nuit par milliers dans les rues, laisser éclater leur joie en comprenant qu’ils étaient enfin devenus leurs propres maîtres, que plus jamais un tyran ne les exploiterait comme des animaux, que plus jamais ils n’auraient à courber la tête devant personne.
Au contraire, les rues étaient presque désertes. Je me rappelais les fêtards insouciants entrevus la veille, faisant la queue devant un théâtre pour assister à la représentation d’une pièce en vogue alors que nous nous dirigions, les armes à la main, vers le palais encore occupé par les derniers ministres fidèles à Keren. C’était incroyable. Personne n’était donc au courant de ce que le monde venait de basculer?
À l’intérieur du palais, en revanche, toute une faune de Damnés – marins, soldats ou simples passants surgis de la nuit – avait envahi les innombrables couloirs et commençait à s’emparer des richesses abandonnées par la famille impériale. Richesses insignifiantes pour Roman et les nantis de sa cour, sans aucun doute, mais trésors inouïs pour ces pauvres créatures qui n’avaient parfois jamais rien porté d’autre aux pieds que des chiffons usés jusqu’à la trame ou de la paille grossièrement attachée par des boyaux de chèvre.
Bottes, poignards, miroirs, pendules, plumes d’oiseaux étranges venues de je ne savais quels pays lointains, tout un bric-à-brac dérisoire défilait entre les mains de Damnés dépenaillés et hilares qui erraient dans les corridors en serrant leur maigre butin contre leur poitrine, sans parvenir à retrouver la sortie.
Tcherny s’était énervé. Était-ce là tout ce que l’insurrection leur apportait? tentait-il de leur expliquer. Ce pillage lamentable et méprisable? Allaient-ils se contenter de s’en retourner dans leurs foyers avec le produit de leurs minables chaparderies en abandonnant là leurs véritables acquis – la liberté et la paix promises par Ulia –, laissant le champ libre à leurs ennemis pour rétablir l’ordre ancien?
Les Damnés le regardaient, incrédules et penauds. Ils avaient l’air, malgré leurs visages ridés et leurs mains noueuses, d’enfants pris en faute. Alors, un à un, ils ont commencé à redéposer les objets qu’ils avaient volés et Tcherny a chargé un des gardes, qui savait écrire, de recenser tous les biens du palais, désormais propriété de tous et non de chacun.
Puis il a laissé l’édifice sous la garde des Escadrons rouges et nous nous sommes mis en route pour Somolny, où l’état-major des Boleshs devait déjà être en train d’organiser le nouveau régime de Vermillon.
Tcherny paraissait soucieux et je ne comprenais toujours pas pourquoi. Tandis que nous nous hâtions le long des immenses perspectives encore sombres et quasi désertes de Petra, il a tenté de m’expliquer ses réserves.
— Tout s’est passé très vite, Garance. Trop vite, peut-être. Ulia et les Boleshs ont déclenché l’insurrection armée au nom des Damnés, et je crois que c’était la seule chose à faire. Mais il faut à présent que ceux-ci l’approuvent par eux-mêmes, c’est-à-dire par le biais du conseil qu’ils ont élu et qui siège en ce moment à Somolny. Ce n’est qu’à cette condition que ce que nous avons réalisé cette nuit pourra être considéré comme légitime par tous.
— N’est-ce pas déjà acquis?
— Non, malheureusement. Les Boleshs ne représentent pas tous les Damnés, loin de là. Ils sont très présents à Petra et dans quelques villes comme Mossburg ou Ekateri, près de la Barrière de l’Ours, mais ils sont pratiquement absents des campagnes, où vit pourtant l’immense majorité des Damnés. Ces derniers sont plutôt représentés par les Meneshs, nos vieux compagnons d’armes, mais les Meneshs ne sont pas d’accord avec la manière d’Ulia d’envisager l’exercice du pouvoir.
— La différence n’est pas énorme : il suffira de s’entendre. C’est à ça que servent les conseils, non?
Tcherny a souri.
— Oui, il suffira de s’entendre, a-t-il repris d’un ton dans lequel j’ai senti une certaine amertume. Mais Ulia n’est pas quelqu’un

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text