Minou , livre ebook

icon

141

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2013

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

141

pages

icon

Français

icon

Ebook

2013

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Deux amis d’enfance, Robert Daigneault, lutteur professionnel et Jean-Luc Dupré, comptable, se croisent le 6 décembre 1989 devant l’école Polytechnique, où leurs filles étudient. Les deux hommes ont à peine le temps de se saluer, mais Robert prononce des paroles qui rappellent à Jean-Luc une tragédie qui les a profondément marqués : la disparition en 1950 d’une petite amie qu’ils appelaient « Minou », de son vrai nom : Micheline Martucci. Troublé, Jean-Luc reprend contact avec Robert dans une lettre où il évoque ce passé douloureux.
C’est ainsi que débute une correspondance qui durera deux ans. Le but avoué des deux hommes est de résoudre un mystère que la police n’est jamais parvenue à éclaircir. Plongeant dans leurs souvenirs, dévoilant leurs secrets les plus intimes, fouillant dans les archives, retrouvant les acteurs du drame, retournant sur les lieux, Jean-Luc et Robert rassemblent petit à petit les pièces du casse-tête. Sans jamais se rencontrer, ils se confrontent, se dévoilent, évoluent. Leurs motifs profonds et leurs rêves respectifs se révèlent bien plus complexes que ceux qu’ils avouaient au début de leurs échanges. Leur enquête sur l’affaire Martucci permettra aux deux hommes de dévoiler leur être profond, de combattre leurs démons, de renforcer leurs liens d’amitié.
Voir Alternate Text

Date de parution

25 février 2013

Nombre de lectures

2

EAN13

9782897260972

Langue

Français

Poids de l'ouvrage

1 Mo

THRILLER
Données de catalogage disponibles sur le site de Bibliothèque et Archives nationales du Québec.



Pour l’aide à la réalisation de son programme éditorial, l’éditeur remercie la Société de Développement des Entreprises Culturelles (SODEC), le Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres - gestion SODEC ainsi que le Conseil des Arts du Canada. L'éditeur remercie également le Gouvernement du Canada pour son aide en regard du programme du Fonds du livre du Canada.

Marcel Broquet Éditeur 351 Chemin Lac Millette, Saint-Sauveur (Québec) Canada J0R 1R6 Téléphone : 450 744-1236 marcel@marcelbroquet.com www.marcelbroquet.com

Réviseure : Christine Saint-Laurent Couverture et mise en page : Roger Belle-Isle

Distribution : Messageries ADP* 2315, rue de la Province Longueuil (Québec) Canada J4G 1G4 Tél. : 450 640-1237 Téléc. : 450 674-6237 www.messageries-adp.com * filiale du Groupe Sogides inc. filiale du Groupe Livre Québecor Média inc.

Distribution pour la France et le Benelux : DNM Distribution du Nouveau Monde 30, rue Gay-Lussac, 75005, Paris Tél. : 01 42 54 50 24 Fax : 01 43 54 39 15
Librairie du Québec 30, rue Gay-Lussac, 75005, Paris Tél. : 01 43 54 49 02 www.librairieduquebec.fr

Distribution pour la Suisse :
Diffusion Transat SA
Case postale 3625
CH-1211 Genève 3
Tél. : 41 22 342 77 40
Fax : 41 22 343 46 46
transat@transatdiffusion.ch

Diffusion – Promotion : r.pipar@phoenix3alliance.com

Dépôt légal : 1 er trimestre 2013 Bibliothèque et Archives du Québec Bibliothèque et Archives Canada Bibliothèque nationale de France

© Marcel Broquet Éditeur, 2013 Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction interditssans l’accord des auteurs et de l’éditeur.

ISBN 978-2-89726-043-9

Version ePub réalisée par: www.Amomis.com
– Nous mentons tous. –
Normand de Bellefeuille



– C’est l’un des mystères attachés à la condition humaine et la déf i nition de sa folie existentielle, que le domaine de l’inexistant ait presque toujours la part la plus belle par rapport au domaine de l’existant. –

Clément Rosset
Prologue

Moscou, 14 juillet 1998
Monsieur Maurice Gratton Chroniqueur judiciaire La Presse
Cher Monsieur Gratton,
Je vous écris pour me libérer du lourd fardeau qui pèse sur mes épaules depuis huit ans.
Mon ami, Jean-Luc Dupré, a communiqué avec vous en 1992 au sujet de la disparition de Michelina Martucci en 1950. Vous étiez à ce moment-là au journal Allô Police. L’enquête policière menée à l’époque n’a pas donné les résultats escomptés. En 1989, lorsque Jean-Luc et moi nous sommes retrouvés sur le parvis de l’École Polytechnique, au moment des tristes événements que vous connaissez, le souvenir de Michelina s’est ravivé. Nous avons alors entrepris, à nos âges respectables, de faire la lumière sur cette affaire.
Nous ne sommes pas des policiers ni des juristes, donc il était difficile d’arriver à une conclusion véritable. Une chose est certaine, la disparition de Michelina (sa mort ?) est dramatique. Une petite fille de dix ans (elle aurait maintenant cinquante-huit ans) a été extirpée de son foyer familial, aurait subi les pires sévices, aurait probablement été tuée. Les suspects dans cette histoire sont des êtres immondes. Les policiers les ont tous innocentés.
Et personne aujourd’hui ne s’en soucie ! C’est odieux !
Entre janvier 1990 et août 1992, Jean-Luc et moi avons entretenu une correspondance serrée à propos de cette affaire. Nous avons retourné toutes les roches imaginables. Nous nous sommes crêpés le chignon, avons vécu des calamités personnelles et familiales, avoué nos ultimes secrets, sans arriver à une solution. Finalement, la police s’en est mêlée et le dossier a été rouvert. Les résultats furent aussi déplorables en 1992 qu’en 1950. L’affaire n’est pas encore résolue. Nous nageons toujours en plein mystère.
Ce courrier, je vous l’achemine dans l’espoir que vous pourrez en tirer des conclusions auxquelles nous n’avons pu aboutir. J’ai lu et relu ces lettres depuis. Lu et relu. Décortiqué les textes et aligné les preuves. Comme Jean-Luc l’avait fait avant moi. J’ai bien quelques certitudes, mais rien de définitif. Par contre, j’ai la conviction que la réponse se trouve ici dans ces soixante-dix lettres. Il y a, sans doute, un détail, un indice, que nous n’avons pas réussi à cerner. Un élément pouvant servir de pièce à conviction. Vous avez en main tout ce que cette recherche a pu mettre à jour. De grâce, aidez-nous.
Je crois sincèrement que, avec un œil objectif, vous pourrez y arriver. Parfois, comme le veut l’expression, on ne voit pas les arbres à cause de la forêt.
Je m’en remets à vous pour nous aider, nous (me) sortir du doute. Vivre avec cette angoisse est devenu insupportable !
Comme vous avez déjà publié un article sur l’un des suspects, vous trouverez sans doute matière ici à approfondir le dossier. Je n’aurais aucune objection à ce que vous en fassiez mention dans votre journal.
Tirez vos propres conclusions et rendez justice à Michelina !
Bien à vous, Robert Daigneault
P.-S.- Pour me contacter, faites parvenir vos lettres à la boîte postale 533 de la succursale Fleury au 1221, rue Fleury, à Montréal. On me les acheminera dans les meilleurs délais.

• 1 •

Montréal, le 20 janvier 1990
Mon cher Robert,
J’imagine que tu es étonné de recevoir cette lettre. J’espère que tu vas la lire jusqu’au bout.
Quand on s’est rencontrés devant Polytechnique, le 6 décembre, c’est juste si on s’est dit trois mots. On s’est reconnus tout de suite, mais tout à la joie de retrouver nos filles, on a à peine eu le temps d’échanger une bonne poignée de main. J’aurais aimé piquer un bout de jasette, mais, vu la panique de ta fille, tu avais autre chose à faire. Résultat, tu es parti trop vite pour me laisser tes coordonnées ou noter les miennes.
Tu te demandes sûrement comment j’ai fait pour retrouver ta trace. C’est bien simple, nos filles fréquentent la même école. Sans être des amies, elles se croisent tous les jours. J’ai donc chargé Nathalie de se renseigner auprès de ta fille, qui a refusé tout net de lui fournir ton adresse ou ton numéro de téléphone. En désespoir de cause, je rédige la lettre que tu es en train de lire. Je vais la donner à Nathalie avec mission de la refiler à ta fille Micheline, qui devrait te la faire parvenir. Je croise les doigts.
En fin de compte, l’idée de t’écrire au lieu de te téléphoner ou de te rencontrer dans un bistro ne me déplaît pas. Peut-être te demandes-tu pourquoi je tiens absolument à te contacter. Lis-moi jusqu’au bout et tu vas comprendre.
Nous nous écrivions souvent à l’époque, tu te souviens ? Tout a commencé en 1950. Tu venais de déménager dans NDG, moi, je restais toujours dans Villeray. J’ai conservé tes lettres. La dernière est datée du 6 décembre 1952, je l’ai devant les yeux. Drôle de coïncidence comme date, n’est-ce pas ? Je t’ai répondu, mais ensuite tu ne m’as donné aucun signe de vie jusqu’à ce qu’on se rencontre par hasard dix-sept ans plus tard, à la fameuse manifestation pour McGill français. On s’est revus deux ou trois fois dans les jours qui ont suivi. Tu m’as raconté tes voyages autour du monde. Je te trouvais très chanceux.
Puisqu’on avait l’habitude de le faire au début des années cinquante, je trouve normal, non, pas normal… nécessaire !… de reprendre là où on a laissé. Je n’attendrai pas que le hasard nous réunisse de nouveau en 2007 devant une université ou un CHSLD.
Le 6 décembre, tu as prononcé, juste avant de partir, des paroles qui m’ont brusquement ramené quarante ans en arrière. Tu as dit à ta fille : « Arrête de pleurer, Minou, c’est fini là ! » Je suis incapable, depuis ce temps-là, de penser à autre chose. Je t’en supplie, viens à mon secours.
Tu te souviens de la ruelle de la rue Saint-Gérard ? Tu te souviens de la petite fille qu’on appelait Minou ? C’est pour ça que je t’écris. Pour te parler d’elle. Tu viens de jeter du bois sec sur la braise, alors ça s’est remis à flamber dans ma tête. Son vrai nom, c’

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text