Mercenarius - La vie de William Black , livre ebook

icon

316

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2014

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

316

pages

icon

Français

icon

Ebook

2014

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Les racines du mal s’étendent jusqu’à s’enfouir au plus profond de lui. Elles tirent leur origine de l’Afrique noire. Elles se nourrissent du venin de scorpion, mais aussi du sang des hommes. Nul n’est à l’abri de ses souvenirs. Nul n’est à l’abri de son destin. Toute sa vie, William Black mènera un combat. Il sera partagé entre celui qu’il est, celui qu’il aurait pu être, mais surtout celui qu’il allait devenir.
Alors qu’il est étudiant en médecine à Oxford, il se voit invité dans le Kent par un curieux homme d’affaires qui s’intéresse à son talent. Encore perturbé par une enfance douloureuse, le jeune homme accepte de troquer ses études contre des missions d’espionnage aux quatre coins du monde. Des affres de la Grande Guerre en Europe aux émeutes raciales qui ébranlent ensuite l’Amérique, William Black se trouve mêlé à nombre d’événements dont les répercussions pourraient bien influencer le sort du monde.
Dans ce prélude à la populaire série Agrippa, les auteurs nous présentent l’intrigante saga de son personnage pivot, William Black, depuis sa naissance jusqu’à sa dérive vers l’atrocité, au fil de sa lente évolution vers le malin.
Voir Alternate Text

Date de parution

23 octobre 2014

Nombre de lectures

5

EAN13

9782894359303

Langue

Français

Poids de l'ouvrage

1 Mo

Conception de la couverture et infographie : Marie-Ève Boisvert, Éditions Michel Quintin
Illustration de la couverture : Boris Stoilov
Conversion au format ePub : Studio C1C4

La publication de cet ouvrage a été réalisée grâce au soutien financier du Conseil des Arts du Canada et de la SODEC. De plus, les Éditions Michel Quintin reconnaissent l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada pour leurs activités d’édition.

Gouvernement du Québec – Programme de crédit d’impôt
pour l’édition de livres – Gestion SODEC

Tous droits de traduction et d’adaptation réservés pour tous les pays. Toute reproduction d’un extrait quelconque de ce livre, par procédé mécanique ou électronique, y compris la microreproduction, est strictement interdite sans l’autorisation écrite de l’éditeur.

ISBN 978-2-89435-930-3 (version ePub) ISBN 978-2-89435-746-0 (version imprimée)

© Copyright 2014

Éditions Michel Quintin 4770, rue Foster, Waterloo (Québec) Canada J0E 2N0 Tél. : 450 539-3774 Téléc. : 450 539-4905 editionsmichelquintin.ca
Car il n’est rien de caché qui ne doive être découvert, rien de secret qui ne doive être connu et mis au jour. Luc 8,17

1
Montagnes du Dragon, province du Natal, Afrique du Sud.
Le dimanche 19 janvier 1879.

Mopo, le sorcier zoulou, se redressa tout net sur sa couche.
Le soleil du matin forçait les contours mouvants de la toile tissée qui obstruait l’entrée de la case. Le rêve obsédant qui l’avait tiré de son sommeil était encore présent dans son esprit, se mêlant aux images que lui renvoyait son regard vitreux. Il porta instinctivement la main à son bas-ventre puis à son membre raidi et douloureux. Le désir insoutenable qu’il éprouvait pour Mandi, la plus jeune des filles de son roi, couplé à une infection chronique, le poussait parfois à poser des gestes incohérents qui le faisaient passer pour possédé par un esprit maléfique.
Aidé du sang de scorpion, une mixture hallucinogène de son cru qui le plongeait des nuits entières dans les songes les plus fous, Mopo avait encore rêvé qu’il enlevait la belle. Ensemble ils couraient dans la savane jusqu’aux falaises de l’Amphithéâtre qui s’étendaient sur cinq kilomètres. Arrivés à leur pied, ils se jetaient nus dans la rivière Tugela, là où ses eaux s’écrasaient au terme d’une chute vertigineuse de près de mille mètres. Le bruit de la chute couvrait les voix et les cris. Il entraînait Mandi sur le bord de la rivière pour la retourner sur le ventre et la prendre ainsi, entre les rochers polis par l’érosion. Mandi refusait toujours. Elle s’y opposait, se disant trop jeune pour le sorcier et voulant se réserver pour le mari que choisirait son père. Mais Mopo n’avait que faire de sa réticence. Il l’écrasait, la retenait là entre les pierres et glissait sa main fougueusement entre les cuisses de la princesse. C’est à ce moment que celle-ci paniquait et tentait désespérément de se défaire de l’emprise du sorcier. Une main dans ses cheveux, Mopo lui tenait la tête appuyée contre la roche alors que la jeune fille s’écorchait les genoux en tentant de s’échapper. De minces filets de sang venaient teinter l’eau de la rivière et, à leur vue, le sorcier s’excitait encore plus. De ses genoux, il forçait la princesse à écarter les jambes tout en tenant son sexe durci bien en main. La jeune femme était un sanctuaire qu’il ne pouvait s’empêcher de violer, et ce, malgré la colère à laquelle il s’exposait de la part du roi. Son désir était plus fort que tout, plus fort même que la raison. Il était prêt à mourir pour déverser sa semence dans ce corps jeune et épanoui. Ainsi à travers elle aurait-il la chance de survivre. Mopo retenait la jeune femme qui s’essoufflait. Ses forces l’abandonnaient et la possibilité de s’échapper devenait de moins en moins envisageable. Ainsi se donnait-elle au sorcier qui, sans la moindre retenue, se frayait un chemin le plus profondément possible dans le corps de sa victime. Rien ne pouvait plus l’arrêter maintenant. La femme était soumise et elle lui appartenait. Il pouvait en faire ce que bon lui semblait et jeter en elle toute sa rage et son dévolu. Chacun de ses coups de bassin s’accompagnait des cris de la princesse, étouffés par les chutes de la Tugela. Les nuages d’eau projetés par les chutes les enveloppaient pour les garder à l’abri des regards. Vraiment, rien ne pouvait l’arrêter. Mopo allait se déverser en elle comme les chutes se jetant du haut de la falaise. Il allait crier sa victoire et se projeter en elle comme si tous ses ancêtres en étaient témoins. Son liquide vital se fraierait un chemin dans la femme, comme une coulée de lave ou un éboulement de rochers. Puis il resterait là, entre les jambes de la princesse, comme coincé entre des montagnes aux cimes couvertes de neige. C’est alors qu’il avait reconnu la voix du roi Cetshwayo, une voix de fureur dont il se croyait à l’abri, et qui l’avait arraché à son sommeil, à son rêve de possession malsaine.
Mieux valait que tout cela n’ait été qu’un rêve, se dit le sorcier en massant ses tempes endolories. Le roi le brûlerait vif s’il apprenait ne fût-ce qu’une parcelle de ce rêve.
Mopo poussa la toile et se glissa à l’extérieur de la case en agrippant sa sagaie au passage. Puis il avança de quelques pas, nu dans la chaleur du matin, le liquide séminal gouttant de son gland piqueté de verrues purulentes.
Demain il verrait le roi. Il lui ferait voir la victoire contre les Anglais qui voulaient voler leurs terres.
Mais d’abord, il devait encore trouver un scorpion.

Mopo courait à en perdre haleine dans la plaine aride. Comme s’il avait voulu distancer les rêves dangereux de la nuit précédente, le sorcier fuyait à toutes jambes, serrant dans sa main la vieille sagaie armée d’un os pointu. Là, dans le sol poussiéreux, il trouverait à coup sûr ce qu’il venait chercher. Le roi Cetshwayo attendait de lui plus qu’un simple conseil. Il attendait ni plus ni moins les détails précis qui lui permettraient d’entrevoir l’issue de la bataille qui se dessinait à l’horizon.
Tout avait commencé deux ans plus tôt, alors que le haut commissaire des possessions britanniques en Afrique du Sud avait conçu l’idée de réunir les colonies anglaises, les républiques boers et les royaumes africains, dans une seule confédération, dirigée bien sûr par le gouvernement du Royaume-Uni. Évidemment, la découverte d’importants gisements de diamants à Kimberley en 1868 avait été une forte motivation pour l’Empire britannique. Néanmoins, un obstacle de taille se dressait entre le commissaire et la réalisation de son plan : le roi zoulou Cetshwayo.
C’est que ce dernier avait rejeté du revers de la main les exigences du haut commissaire, qui réclamait rien de moins que le démantèlement et le désarmement de l’armée zouloue, la modification des frontières, ainsi que la désignation d’un représentant britannique qui aurait voix au grand conseil de la nation. Tout refus serait considéré comme un casus belli 1 . L’expiration de l’ultimatum était passée depuis une dizaine de jours, sans que le roi ait daigné répondre au commissaire.
Une armée d’invasion de 13 000 hommes avait aussitôt été mise sur pied par les Anglais sous le commandement du baron de Chelmsford, qui estimait disposer de forces suffisantes pour prendre aisément le royaume zoulou. Le plan du baron était fort simple. D’abord foncer sur Ulundi, la capitale zouloue, puis capturer le roi Cetshwayo et anéantir son impi 2 .
Inquiété par ces pensées qui prenaient la forme d’une inévitable épreuve de force entre deux royaumes que rien ne pouvait rapprocher, Mopo s’arrêta enfin non loin d’un amas de gigantesques rochers qui semblaient jadis avoir été jetés là par un géant furieux. Il fallait à tout prix empêcher les hommes blancs de conquérir ce qui restait de l’Afrique libre. Et pour ce faire, il devait d’abord voir l’avenir, et le montrer au roi.
Le sorcier contourna silencieusement l’amas de rochers tout en jetant autour de lui de brefs coups d’œil à la dérobée. Mieux valait éviter de se faire surprendre par un guépard ou un lion solitaire.
Le souffle court, il se mit à frapper le sol du manche de sa sagaie. La course avait été harassante mais lui avait fait du bien. Ainsi Mopo chassait-il les nombreux d&#

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text