Les ailes du mal , livre ebook

icon

257

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2013

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

257

pages

icon

Français

icon

Ebook

2013

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Établir un équilibre entre la vie réelle et la responsabilité d’être la guerrière du Ciel est un défi pour Ellie. Sa relation avec Will est devenue uniquement professionnelle, bien qu’ils aient tous les deux envie de l’autre. Et à présent que le secret de sa véritable identité a été dévoilé au grand jour, les plus puissants faucheurs de l’Enfer ont fait de même. Devenus plus assurés et plus cruels, les démons la menacent en plein jour et la suivent à la trace la nuit.
Voir Alternate Text

Publié par

Date de parution

15 mai 2013

Nombre de lectures

18

EAN13

9782896839544

Langue

Français

Copyright © 2012 Courtney Allison Moulton
Titre original anglais : Wings of the Wicked
Copyright © 2013 Éditions AdA Inc. pour la traduction française
Cette publication est publiée en accord avec HarperCollins Publishers, New York, NY
Tous droits réservés. Aucune partie de ce livre ne peut être reproduite sous quelque forme que ce soit sans la permission écrite de l’éditeur, sauf dans le cas d’une critique littéraire.

Éditeur : François Doucet
Traduction : Lynda Leith
Révision linguistique : Féminin pluriel
Correction d’épreuves : Nancy Coulombe, Catherine Vallée-Dumas
Conception de la couverture : Matthieu Fortin
Photo de la couverture : © 2012 Amber Gray
Mise en pages : Sébastien Michaud
ISBN papier 978-2-89733-009-5
ISBN PDF numérique 978-2-89683-953-7
ISBN ePub 978-2-89683-954-4
Première impression : 2013
Dépôt légal : 2013
Bibliothèque et Archives nationales du Québec
Bibliothèque nationale du Canada

Éditions AdA Inc.
1385, boul. Lionel-Boulet
Varennes, Québec, Canada, J3X 1P7
Téléphone : 450-929-0296
Télécopieur : 450-929-0220
www.ada-inc.com
info@ada-inc.com

Diffusion
Canada : Éditions AdA Inc.
France : D.G. Diffusion
Z.I. des Bogues
31750 Escalquens — France
Téléphone : 05.61.00.09.99
Suisse : Transat — 23.42.77.40
Belgique : D.G. Diffusion — 05.61.00.09.99

Imprimé au Canada



Participation de la SODEC.
Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada (FLC) pour nos activités d’édition.
Gouvernement du Québec — Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres — Gestion SODEC.
Conversion au format ePub par: www.laburbain.com
Pour Kari, qui m’a aidée à survivre à ce livre.
Première partie

Le marteau de Gabriel
1

Je frappai le pavé glacial sur le dos et l’air fut expulsé de mes poumons. Je restai allongée là quelques moments seulement, mais assez longtemps pour que quelques flocons de neige se déposent sur mon visage. La douleur dans mon dos se propagea par vagues jusqu’à mes orteils et ricocha dans mon crâne. Cette forte odeur de moisi et de soufre émanant de la fourrure de la faucheuse m’étouffa alors que son grondement rauque secouait le sol et faisait vibrer mes oreilles. Je me demandai pourquoi elle n’avait pas déjà tenté de me mordre le visage — elle se trouvait certainement assez proche pour tenter le coup. J’ouvris un œil et vis qu’elle avait cessé de surveiller mon Gardien, Will, qui luttait contre son compagnon à quelques mètres, au fond de la ruelle.
Me remettant sur pied avec difficulté, je levai les yeux pour voir la faucheuse de la famille des ursidés se retourner vers moi, la haine se répandant sur son affreux visage. Je raffermis ma poigne sur mes deux épées khépesh en forme de faucille et elles s’embrasèrent de feu d’ange, les flammes d’un blanc éclatant léchant les lames. La lumière dansa sur les traits de la faucheuse, accentuant les reflets et les ombres et la faisant ressembler encore davantage à la créature infernale qu’elle était.
— Cela va faire très mal lorsque je te ferai payer ça, promis-je, la voix altérée par la douleur.
— Je ne pense pas.
Ses lèvres noires se retroussèrent, dévoilant des dents de sabre aussi longues que mon avant-bras. Elle claqua ses mâchoires et rit, enfonçant ses griffes dans le pavé.
— Je suis abasourdie que tu sois de retour sur tes pieds après ça, Preliator, se moqua-t-elle.
J’ignorais comment les faucheurs émettaient ce gron­dement ronronnant chaque fois qu’ils prononçaient mon titre, mais cela ne manquait jamais de hérisser les poils sur ma nuque. Je pris une profonde respiration, me débarrassant de la malveillance de sa voix
— Ne t’excite pas trop. J’ai été frappée plus durement par des choses bien pires que toi.
Les lèvres de la faucheuse se courbèrent en un sourire monstrueux, dévoilant ses dents géantes autant que possible. Elle roula les épaules comme un chat, s’accroupissant sur son arrière-train, prête à bondir. Je reculai sur mes talons, mon regard fixé sur ses yeux de requin noirs et vides.
Elle se propulsa en l’air, les griffes largement écartées. Je me laissai tomber au sol, pivotai sur le pavé lisse et balançai mes lames en forme de faucille avec précision dans l’air — et à travers la chair. Le corps de la faucheuse se transforma en une boule de feu avant de toucher le sol et sa tête enflammée tournoya dans l’air comme l’hélice d’un hélicoptère au-dessus de moi. Rapidement, il ne resta d’elle que des cendres.
Je pris une profonde respiration et me levai juste à temps pour voir Will plonger son épée dans le flanc de la poitrine du second faucheur. Il ressortit sa lame et le faucheur tomba, mort, sa peau durcissant comme la pierre au lieu d’exploser sous les flammes, une réaction que seul mon feu d’ange provoquait.
Will me rejoignit, essayant de reprendre son souffle, et il toucha ma joue de son pouce et releva mon menton. Je m’étais habituée à ce qu’il m’examine, à la recherche de blessures. Son toucher fut impersonnel au début, mais lorsqu’il constata avec satisfaction que je n’avais pas été blessée trop gravement, ses mains devinrent plus douces.
— Est-ce que ça va ?
Je hochai la tête et laissai mourir mon feu d’ange.
— Ouais. Elle m’a cognée avec à peu près tout ce qu’elle avait et j’ai atterri assez durement, mais rien ne s’est brisé. N’as-tu pas l’impression qu’ils sont de plus en plus nombreux à voyager en meutes, ces jours-ci ?
Ses lèvres se serrèrent un instant, la dureté passant sur ses beaux traits.
— Oui. Tu n’aurais pas dû lui donner l’occasion de frapper un si bon coup.
Je roulai les yeux.
— Ouais, tu as bien raison, Batman. La prochaine fois, j’apporterai un bazooka. Au diable ces épées. Pouvons-nous dire que ça suffit pour ce soir ?
Tout mon corps souffrait comme si j’avais été renversée par une camionnette — une faucheuse de la taille d’une camionnette, pour être plus précise.
Avant qu’il puisse répondre, quelque chose atterrit juste derrière lui, faisant vibrer la terre sous nos pieds. Will se retourna et se tint au-dessus de moi comme un bouclier. Une créature — un faucheur encore plus gros qu’un ursidé, couvert d’un épiderme sombre et tanné — s’était posée dans la rue. La peau de son visage était très étirée sur ses os saillants, et son long museau ratatiné était rempli de dents jaunes irrégulières. Ses yeux étaient des globes oculaires vitreux, pâles et écœurants, nous fixant sans nous voir, et de larges oreilles surmontaient son crâne. Au lieu de vrais bras, des os étaient étirés en ailes membraneuses gigantesques, comme celles d’une chauve-souris, avec des griffes crochues de trente centimètres de longueur qui creu-saient le pavé en guise de support. Ses pattes de derrière étaient fortement musclées et le faucheur arborait une longue queue reptilienne munie d’épines, qui fouettait l’air à l’instar d’un chat dont les yeux ont repéré un oiseau à portée de patte — sauf que ces yeux-là ne voyaient rien.
Mes lèvres tremblèrent et je reculai d’un pas effrayé.
— Qu’est-ce que c’est que cela ?
— Chiroptère, fut tout ce que dit Will pendant que ses mains se resserraient autour de son épée. C’est Orek, l’un des plus vieux et des plus forts d’entre eux.
Puis, deux autres atterrirent derrière le premier. L’envie de vomir me prit à la gorge alors que je restais bouche bée d’horreur devant les monstres imposants. Impossible que nous puissions les combattre tous les trois en même temps. Je ne savais même pas si je pouvais lutter contre un seul d’entre eux.
— Écarte-toi, Gardien, gronda Orek d’une voix profonde, ses longues mâchoires claquant, sa langue fourchue dardant l’air pendant qu’il prononçait des mots humains.
Ses yeux pâles et vitreux me fixaient d’un regard aveugle et me donnaient l’impression que des vers rampaient dans mon estomac.
Will se redressa sans rien dire.
— Ainsi soit-il, dit Orek en étirant son long cou vers l’un de ses compagnons. Affronte-la, Jabur.
En un éclair, Orek s’avança et referma

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text