Légendes d'Ashur-Sîn 04 : Antoum , livre ebook

icon

167

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2021

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

167

pages

icon

Français

icon

Ebook

2021

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Nemeroff se retrouve sur une étrange planète en partie dévastée par un ancien cataclysme et habitée par des lézards volants et des insectes géants.
À Lagash, les Télals essaient de trouver une façon de se rendre rapidement à Antoum, que les Dingirsigs projettent d’anéantir.
Onyx interroge le commandant des Alimgars et s’étonne de ce qu’il lui révèle.
Sierra parvient à faire fonctionner le bassin de la caverne de l’oracle.
L’arrivée de la délégation de Soumoukhan permettra-t-elle à Onyx et aux Télals de sauver Antoum ?
Les savants ont enfin réparé le dispositif d’ouverture de la brèche du nord et Naram s’apprête à frapper. Une centaine de Télals parviendra-t-elle à survivre face à des milliers de Dingirsigs ?
Voir Alternate Text

Publié par

Date de parution

16 décembre 2021

Nombre de lectures

54

EAN13

9782924442951

Langue

Français

Poids de l'ouvrage

2 Mo

4

Antoum
ISBN
978-2-924442-88-3
Déjà paru dans la même collection :
Légendes d’Ashur-Sîn, tome 1 - Aranéa
Légendes d’Ashur-Sîn, tome 2 - Azakhou
Légendes d’Ashur-Sîn, tome 3 - Dingirsigs
À paraître dans la même collection :
Légendes d’Ashur-Sîn, tome 5 - Naroux

À ce jour, Anne Robillard a publié plus de quatre-vingts romans !
Parmi ses œuvres, en plus de la mystérieuse saga La malédiction des Dragensblöt, on retrouve les séries cultes Les Chevaliers d’Émeraude, Les héritiers d’Enkidiev et Les Chevaliers d’Antarès, la trépidante série A.N.G.E ., les livres fantastiques Qui est Terra Wilder ?, Capitaine Wilder et Les Chevaliers d’Épées , la série surnaturelle Les ailes d’Alexanne, la trilogie ésotérique Le retour de l’oiseau-tonnerre, la saga rock’n roll Les cordes de cristal ainsi que plusieurs livres compagnons et bandes dessinées.
Ses œuvres ont franchi les frontières du Québec et font la joie de lecteurs partout dans le monde.
Pour obtenir plus de détails sur ces autres parutions, n’hésitez pas à consulter son site officiel et sa boutique en ligne :
www.anne-robillard.com / www.parandar.com
Anne Robillard


4

Antoum
Wellan Inc.
C.P. 85059 – PJC
Mont-Saint-Hilaire, QC J3H 5W1
Courriel : info@anne-robillard.com
Mise en pages et typographie : Claudia Robillard
Révision et correction d’épreuves : Annie Pronovost
Distribution : Prologue
1650, boul. Lionel-Bertrand
Boisbriand, QC J7H 1N7
Téléphone : 450 434-0306 / 1 800 363-2864
Télécopieur : 450 434-2627 / 1 800 361-8088
© 2021 Wellan Inc. Tous droits réservés
Dépôt légal – Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2021
Dépôt légal – Bibliothèque et Archives Canada, 2021
« Les batailles de la vie ne sont pas gagnées par les plus forts, ni par les plus rapides, mais par ceux qui n’abandonnent jamais. »
— Hassan II
Carte d’Ashur-Sîn
Vous trouverez la carte d’Ashur-Sîn sur le site internet officiel d’Anne Robillard et sur sa page Facebook :
www.anne-robillard.com
ou

www.facebook.com/RobillardAn
ou
1

A ranéa, la déesse des araignées, avait parcouru tout l’univers pour retrouver ses enfants, qu’elle avait dû projeter jadis dans un vortex pour les sauver de la destruction de leur planète par Tramail, le dévoreur de mondes. Elle était épuisée de parcourir la galaxie à l’aide de sa seule magie. Toutefois, quand elle avait découvert l’existence du bracelet de Kimaati, son projet avait pris une tournure différente. Le dieu Rewain, qui l’avait recueillie à Alnilam, lui avait vanté les propriétés de ce bijou, qui permettait à celui qui le portait de se rendre n’importe où dans l’espace, pourvu qu’il connaisse les coordonnées de sa destination. Mais le jeune homme en avait offert les deux seuls exemplaires à ses amis Wellan et Nemeroff, pour qu’ils puissent rentrer chez eux. Incapable de s’en emparer en douce, Aranéa s’était donc résolue à suivre Wellan et Sierra dans leur vortex, avec l’intention de le leur arracher de force. Pour son plus grand bonheur, elle avait capté la présence de ses tégénaires bien-aimées au sommet d’une haute montagne, dans une baie au nord d’Enlilkisar. Ces retrouvailles lui avaient insufflé un plus grand désir encore de les ramener dans leur habitat naturel. Il ne lui restait plus qu’à récupérer le bracelet de Kimaati.
Ce fut donc pendant le mariage de Cornéliane, la fille d’Onyx, qu’elle avait tenté le tout pour le tout. Comme les invités étaient à l’extérieur, elle avait eu la voie libre pour fouiller la chambre où était caché l’objet magique. Mais, au moment où elle mettait enfin la main dessus, elle avait été surprise en flagrant délit par des adolescents, rapidement rejoints par des adultes. Le bracelet lui avait échappé et elle avait été contrainte de battre en retraite. Mais rien ne décourageait Aranéa. Elle avait donc fait un deuxième essai lorsque Wellan, Sierra, Dashaé et Onyx s’apprêtaient à quitter An-Anshar à destination d’Antarès, mais n’avait pas eu plus de succès. Elle s’était donc rendue au Château d’Émeraude pour s’emparer du bracelet de Nemeroff. Afin de le forcer à le lui remettre, elle s’était résolue à enlever le Prince Héliodore. Ne pensant qu’à sauver la vie de son fils, le roi avait finalement accepté de lui remettre le bijou. La nuit de l’échange, Aranéa avait poussé un gros cocon immaculé à ses pieds et s’était volatilisée avec le bracelet. Mais l’enfant ne se trouvait pas à l’intérieur. Sous sa forme de dragon, Nemeroff s’était aussitôt lancé à sa poursuite. Lorsqu’il l’avait rattrapée, sur l’île des araignées, la déesse-araignée avait déjà fait apparaître le vortex sur le sol. Il s’était mis à s’élargir, engouffrant les araignées par dizaines, puis elle-même et l’enfant.
– Non ! avait hurlé Nemeroff.
Il avait foncé pour s’emparer de son fils et avait été lui aussi aspiré dans le tourbillon. De la même manière que lorsqu’il était tombé dans ce type de vortex avec Wellan, des années auparavant, il avait été emporté par la violence du mouvement giratoire jusqu’à ce qu’il soit durement projeté sur le sol. Il roula plusieurs fois et finit par planter ses griffes dans la terre pour s’immobiliser. Il attendit que sa tête arrête de tourner avant de tenter de découvrir où il venait d’aboutir. C’était la nuit et un vent frais lui caressait le museau. Il ne captait aucune odeur particulière. Dans le ciel brillaient deux grosses lunes orangées, qui éclairaient l’endroit de façon irréelle. Il n’était certainement plus dans son monde. Même à Alnilam, il n’y en avait qu’une. Il regarda autour de lui et découvrit, grâce à sa vision de dragon, qu’il se trouvait dans une vaste savane. Au loin s’élevaient de grands arbres parasols. Il ne vit aucune trace des centaines d’araignées qui étaient pourtant tombées dans le vortex en même temps que lui. Il se rappela alors qu’à Alnilam, il n’avait pas du tout atterri au même endroit que Wellan. Il s’était abîmé dans l’océan, au milieu d’un banc de récifs, alors que son ami était tombé dans une forêt où les sentinelles d’Antarès l’avaient retrouvé. Il était donc possible que Héliodore et ses ravisseuses soient à des milliers de kilomètres de lui.
Il commença par examiner l’état de son corps. Son aile droite était douloureuse quand il tentait de la remuer, sans doute parce qu’elle avait subi tout l’impact. Autrement, il n’avait rien de cassé et, cette fois, sa mémoire ne l’avait pas déserté comme chez les Deusalas. Il se mit à traiter ses ligaments distendus sur toute leur longueur avec sa lumière de guérison, pour être prêt à se mettre à la recherche de son fils dès qu’il ferait jour. « À moins que ce soit toujours la nuit, ici », songea-t-il. Il commençait enfin à ressentir un grand soulagement quand il entendit sa voix dans son esprit. Papa ! Aide-moi ! Le dragon se redressa vivement sur ses quatre pattes. Héliodore ! Je suis là ! Il sonda toute la région pour capter son énergie. Il lui sembla alors détecter sa présence en direction de lointaines montagnes. Il fit battre ses ailes en étouffant une plainte, car il n’avait pas encore terminé son traitement, mais il prit tout de même son envol. Il ne demeura dans les airs que quelques minutes et retomba brutalement au sol. Héliodore ? l’appela-t-il. Mais ce fut le silence. Il émit un rugissement de frustration, car il lui était impossible de partir à sa recherche dans un tel état. Il n’avait pas le choix. Il devait d’abord se soigner. Tiens bon ! Il inonda son aile et son épaule de lumière bienfaisante, ayant compris qu’il ne lui servait à rien de vouloir aller plus vite.
Kaliska, est-ce que tu m’entends ? appela-t-il. Il était plutôt certain de ne pas recevoir de réponse, comme lorsqu’il avait été naufragé à Alnilam, mais tout comme à cette époque, il n’arrêterait pas d’essayer d’entrer en communication avec elle. Il s’était précipité derrière la sorcière sans réfléchir. Kaliska avait sans doute compris son geste, mais elle devait être terriblement inquiète de ne pas l’avoir vu revenir avec leur enfant, surtout qu’elle n’avait aucune façon de savoir qu’il était tombé dans un autre vortex.
Nemeroff n’avait pas sommeil. Il prit donc le temps de réfléchir à ce qui venait de lui arriver. La seule façon de quitter cet étrange endroit, c’était de mettre la main sur le bracelet de Kimaati. « Heureusement que j’ai mémorisé les coordonnées d’Enkidiev avant de procéder à l’échange », se félicita-t-il. Avant de s’attaquer à cette déesse perfide, il mettrait d’abord son fils en sécurité. « Je dois commencer par déterminer si ce monde est dangereux pour lui. » Il faisait bien trop sombre pour l’explorer maintenant, mais ce n’était pas l’envie qui lui manquait.
Avant de s’allonger sur le sol pour se reposer, il scruta encore une fois les alentours. Ne détectant aucune menace, il parvint à fermer un œil. Comme tout bon dragon, il garda l’autre ouvert. Il ne lui fut pas facile de trouver le sommeil, car il ne cessait de penser à son fils, qui était certainement en difficulté, sinon il aurait répondu à ses derniers appels. « Je ne m’en remettrai jamais si Aranéa l’a tué pour le faire taire. »
2

A u matin, ce furent les premiers rayons du soleil qui réveillèrent Nemeroff. Quelque peu désorienté, il releva la tête et regarda autour de lui. Le paysage n’était plus le même à la lumière du jour. En revenant peu à peu à lui, il se souvint qu’il avait suivi Aranéa dans le vortex où elle avait emporté son fils. Héliodore ? appela-t-il encore. Il attendit, mais ne reçut aucune réponse. Il se servit de ses sens invisibles et perçut son énergie à des lieues de lui. Le vortex ne les avait pas du tout déposés dans la même région. Nemeroff se releva sur ses pattes et battit des ailes avec prudence, pour se rendre compte qu’il n’éprouvait plus aucune douleur. Puisque son corps humain ne lui permettrait pas de couvrir de longues distances et qu’il s’épuiserait beaucoup trop rapidement, il décida de conserver son apparence de dragon. Il pivota sur lui-même et découvrit qu’il se trouvait près d’un gran

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text