Le Successeur de pierre , livre ebook

icon

276

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2023

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

icon

276

pages

icon

Français

icon

Ebook

2023

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Cela fait des siècles que la Bulle de Pierre, écrite par le premier pape, est perdue. Objet de toutes les convoitises, la teneur de son message n’est connue que des souverains pontifes, successeurs de l’apôtre de Jésus.
Pour le jeune Calvin, isolé dans son cocon à l’intérieur d’une des immenses pyramides où s’est réfugiée la quasi-totalité de l’humanité, il est des mystères bien plus immédiats : pourquoi a-t-il été séparé de sa mère ? Qui sont ces amis avec lesquels il ne communique que par Web interposé et qui se cachent derrière des avatars aux noms faussement transparents ?… Et pourtant, se peut-il que tous ces faits soient liés au manuscrit disparu ?

Mêlant thriller et science-fiction, Le Successeur de pierre est un roman passionnant où le suspense le dispute à l’érudition. Une réussite justement récompensée par le Grand Prix de l’Imaginaire.
Voir Alternate Text

Publié par

Date de parution

17 janvier 2023

Nombre de lectures

0

EAN13

9782207115176

Langue

Français

Jean-Michel Truong
 
 

Le Successeur
de pierre
 
 

Denoël
 
Jean-Michel Truong est né en 1950, en Alsace. Après desétudes de psychologie et de philosophie, il devient enseignant etchercheur. Il a fondé la première société européenne d’intelligence artificielle. Depuis 1991, il vit en Chine où il conseille desentreprises de haute technologie. Il a écrit plusieurs essais etromans, dont Reproduction interdite , prix Mannesmann-Tally1989, et Le Successeur de pierre , Grand Prix de l’Imaginaire2000.
 

Pour Élie
 
Il y a piété à dire et sagesse à soutenirque la Sainte Écriture ne peut jamais mentir chaque fois que son vrai sens a été saisi.Or je crois que l’on ne peut nier que, biensouvent, ce sens est caché et qu’il est trèsdifférent du pur sens des mots. Il s’ensuitque, si l’on voulait s’arrêter toujours au pursens littéral, on risquerait de faire indûmentapparaître dans les Écritures non seulementdes contradictions et des propositions éloignées de la vérité, mais de graves hérésieset même des blasphèmes.
 
GALILÉE
 

PRÉAMBULE
 

Palestine, vers l’an 30
 
« Arrivé dans la région de Césarée de Philippe, Jésusinterrogeait ses disciples : “Au dire des hommes, qui estle Fils de l’Homme ?”
« Ils dirent : “Pour les uns, Jean le Baptiste ; pourd’autres, Élie ; pour d’autres encore, Jérémie ou l’undes prophètes.”
« Il leur dit : “Et vous, qui dites-vous que je suis ?”
« Prenant la parole, Simon-Pierre répondit : “Tu es leChrist, le Fils du Dieu vivant.”
« Reprenant alors la parole, Jésus lui déclara :“Heureux es-tu, Simon fils de Jonas, car ce n’est pasla chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais monPère qui est aux cieux. Et moi, je te le déclare : Tues Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église, etla Puissance de la Mort n’aura pas de force contreelle. Je te donnerai les clefs du Royaume des cieux ;tout ce que tu lieras sur la terre sera lié aux cieux, ettout ce que tu délieras sur la terre sera délié auxcieux.”
« Alors il commanda sévèrement aux disciples de nedire à personne qu’il était le Christ. »
 
Matthieu, 16, 13-20
 

Monts Tian Shan, Noël 628
 
Le novice ne passerait pas la nuit. Le pieu avait pénétré profondément, et il avait fallu renoncer à l’extraire.Tout en récitant la prière des agonisants, Mar Utâs’accusait d’avoir risqué cette si prometteuse existencedans une aventure sans espoir. Plus encore, il se reprochait l’aventure même. Il fallait se rendre à l’évidence :Dieu ne bénissait pas son dessein. Ses compagnonspayeraient de leur vie son orgueil impie.
— Malheur ! Malheur ! Babylone est tombée !
Le front brûlant en dépit de la bise glacée qui transperçait la masure, le garçon délirait.
— Les sept fléaux… La grande prostituée… Lefléau de Dieu a terrassé la putain !
Mar Utâ pâlit. Ces imprécations de l’Apocalypse quela fièvre dictait au mourant, combien de fois n’y avait-il pensé, depuis que, fuyant avec leur précieux fardeaules sbires d’Héraclius, ils avaient quitté Nisibe ? Partoutdans l’Empire, dressés sur des monceaux de cadavresparmi les ruines fumantes des antiques cités perses,des oiseaux de sinistre augure proclamaient la fin des temps. Se pouvait-il qu’ils eussent raison ? Dieu avaitdonc vraiment décidé d’en finir avec sa putain ?
Aussi loin que remontait sa mémoire, Mar Utâ nepouvait retrouver le souvenir de la paix. Jamais le message d’amour des Évangiles n’avait été autant prêché,et jamais les hommes ne s’étaient autant entre-tués.Depuis près d’un siècle, les deux empires qui avaientarraché le monde à la barbarie œuvraient à leurmutuelle extinction. Un temps, l’on avait pu croire quele Perse vaincrait. Tour à tour, il avait soumis Antioche,Jérusalem et Alexandrie, et était même venu défierConstantinople sous ses remparts. Mais le diable avaitvoulu que le Romain l’emporte. Et ne disait-on pasqu’au Hedjaz, en cette Mecque où jadis Abraham pourla première fois sacrifia au Dieu unique, un nouveauprophète s’était dressé, qui bientôt lancerait ses hordessur les ruines des anciens hégémons ? En vérité, Dieuavait retiré sa dextre. L’Alliance une nouvelle fois étaitrompue.
 
— Révérendissime, frère Sliha vient de passer.
— Loué soit le Seigneur qui n’a pas voulu prolonger ses souffrances !
Mar Utâ avait le cœur brisé. Le jeune Sliha appartenait à l’élite des étudiants de Nisibe, où il excellait dansle commentaire d’Aristote comme dans celui de Virgile.Mais surtout, il n’avait pas de second pour la Qeryana ,la récitation publique des Écritures. Si exquis était sontimbre, si sensuelle son intonation, si spirituelle sa scansion, qu’un évêque étranger en avait eu le souffle coupéau point d’en oublier son homélie. C’était une voix faitepour porter la Bonne Nouvelle aux confins du monde.Mais à présent, tandis que la tempête redoublait, il sem blait que c’était la voix de Dieu lui-même qui venait des’éteindre à jamais.
 
Minuit approchait. Surmontant leur chagrin, faisanttaire leurs doutes, les moines se préparèrent à célébrerla naissance de Jésus. On remisa le corps du jeune martyr dans un coin de l’étable, à côté de celui du marchand sogdien. De bouses séchées on raviva l’âtre. Onfit fondre l’eau de la consécration. Des quatre lourdscoffres ceinturés de fer, on improvisa un autel. Touss’appliquaient à oublier les assassins de Sliha qui, dèsl’aube, réclameraient aussi leurs vies. Morts en sursis,ils ne voulaient penser qu’au Ressuscité.
 
Un an auparavant, jour pour jour, en l’église deKirkouk resplendissante, Mar Utâ avait célébré Noëlen présence d’Héraclius triomphant : le Shahinshah,Khosrô II « le Victorieux », venait de périr ignominieusement, abandonnant son empire aux armées deConstantinople. Dans la liesse générale, seul de tousles prélats officiant, Mar Utâ avait perçu un funesteprésage. Tandis qu’il encensait le souverain selon lerite, il avait croisé son regard : c’était celui du loupguettant sa proie. Aussitôt il avait su qu’il faudraitfuir. Le règne du Perse, sectateur de Zoroastre, avaitété pour Mar Utâ et les siens synonyme de relativetolérance. Avec le Romain reprendraient les persécutions. Certes, comme lui Mar Utâ était chrétien, maisde variété nestorienne, en un temps qui haïssait lavariété. L’enfant dont on commémorait la naissance, ilprofessait qu’il n’était point Dieu.
 
On rompit le pain et but le vin avec une ferveurinouïe. Tous chantèrent comme s’ils avaient vouluconjurer l’assourdissant silence de Sliha. Par la magiedes psaumes la crasseuse étable à yacks perdue dans laplus païenne des contrées fut un instant le cœur del’Église universelle. Puis, le mystère accompli, l’effusion retomba, on oublia les aimables bergers de l’Évangile et l’on se souvint des assassins.
— Maître révérendissime, puis-je poser une question ?
Interdits, les moines se figèrent. Celui qui, agenouilléaux pieds de Mar Utâ, osait l’apostropher ainsi, n’étaitautre que Shahpuhr, un exégète de grande classe, issu,comme son cousin Sliha, d’une des plus illustresfamilles d’Antioche. De la graine de patriarche, si Dieului prêtait vie.
— En vérité, mon fils, je m’étonnais que vous nel’eussiez point déjà fait.
— Maître, que Dieu me pardonne, mais aucun denous n’atteindra Tourfan, sans parler de Tch’ang-ngan…
Nul ne protesta : ils s’étaient déjà fait une raison.Dehors, impatients d’en finir, les gueux étaient centpeut-être, armés de masses, de haches et d’épieux, rendus fous par la vision des lourds coffres de fer, et plusfurieux encore par les jours de poursuite harassante etde vaines embuscades.
— Cependant, continua Shahpuhr, ce que dixhommes réunis ne peuvent accomplir, un seul, avecl’aide du Seigneur, le pourrait peut-être.
Puis, désignant les coffres, il conclut :
— S’il n’en faut sauver qu’un, lequel ?
Alors, comme libérés par l’expression d’une pensée qu’ils réprimaient depuis longtemps, les moines unanimes s’écrièrent :
— Le Bazar  ! Il faut sauver le Bazar  !
Mar Utâ ne put retenir un sourire en songeant à la têteque feraient les brigands en découvrant le contenu deces coffres tant convoités. Car comment ces barbarespourraient-ils comprendre qu’on exposât sa vie pour cesmodestes feuilles de papyrus ou de parchemin couvertesde signes étranges ? Comment expliquer à des bêtes leprix de ces rouleaux poussiéreux, de ces volumes reliésde cuir craquelé ? Comment dire à ces affamés que desnations entières se repaissaient de leur miel ? Commentadmettraient-ils, quand ils ne s’y résolvaient qu’en dernière extrémité pour leur clan ou leur territoire, qu’onoffrît sa vie sans regret pour des livres  ?
Les coffres renfermaient soixante manuscrits rarissimes, les soixante œuvres majeures de la bibliothèquede Nisibe — l’essence de sa doctrine —, soixanteouvrages fondamentaux soustraits en grand secret auxperquisitions des chasseurs d’hérétiques d’Héraclius.Sous le règne du Sassanide, Nisibe avait rayonné aupoint de devenir le principal centre intellectuel duProche-Orient, attirant les esprits les plus brillants deMésopotamie. À présent que son protecteur païenn’était plus, l’université était en danger de mort : le trèschrétien Héraclius s’était promis d’éradiquer de sonempire toute doctrine dissidente. Voilà ce qu’à KirkoukMar Utâ avait surpris dans le regard du loup.
De retour à Nisibe, il avait convoqué la faculté.Depuis vingt ans, le siège du katholikos était vacant, eten sa qualité de recteur magnifique Mar Utâ était la plushaute autorité de l’Église nestorienne. Il n’eut aucunmal à convaincre lecteurs et docteurs du danger mortel qui les menaçait. La mémoire de la fermeture de l’écolerivale d’Édesse et des persécutions qui avaient suiviétait encore vive parmi les anciens. Désormais, il n’yavait plus dans l’univers connu de havre sûr pour lavraie doctrine. Pour survivre, il lui fallait abandonner cesol où elle était née et chercher ailleurs la protectionqu’il ne lui offrait plus. Mais où aller ? Depuis longtemps, l’Empire romain d’Occident avait été subjuguépar les envahisseurs germains. L’Empire byzantinsubissa

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text