Le Secret de Nostradamus , livre ebook

icon

184

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2019

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

184

pages

icon

Français

icon

Ebook

2019

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Michel en est à sa cinquième tentative de suicide en deux ans. À l’hôpital, un étrange scientifique vient lui rendre visite et lui demande d’être son cobaye : il travaille sur la téléportation et l’exploration du temps. Michel, qui n’aime pas la société dans laquelle il vit, accepte donc d’être envoyé dans le passé. S’il réchappe du voyage, ils communiqueront, mais dans un seul sens Michel-le professeur Wilkinson, par un système de boîtes enterrées. Or, Michel n’est pas envoyé comme prévu au XIXe siècle, mais au XVIe, où on le connaît bientôt sous le nom de... Nostradamus !

Voir Alternate Text

Publié par

Date de parution

08 juillet 2019

Nombre de lectures

1

EAN13

9782414358830

Langue

Français

Couverture
Copyright













Cet ouvrage a été composé par Edilivre
194 avenue du Président Wilson – 93200 Saint-Denis
Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50
Mail : client@edilivre.com
www.edilivre.com

Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction,
intégrale ou partielle réservés pour tous pays.

ISBN numérique : 978-2-414-35884-7

© Edilivre, 2019
Le temps
Il avance sans se retourner
Il détruit tout sur son passage
Il défie tous les présages
Son but est l’éternité
Il ne connaît aucun sentiment
Il ne connaît qu’un seul sens
Les rides et les cheveux blancs
Sont là, pour nous rappeler sa puissance
Il n’a point d’états d’âme, ni de remords
On a beau le mesurer en heures
Il sait qu’il est le plus fort
Son alliée est la peur
Il ne voyage pas sans elle
Sa puissance est telle
Il emprunte un long couloir
Interminable, dans un silence noir.
Paris, le 26 mars 2008
Comme d’habitude, Paris nage dans ses embouteillages coutumiers. On entend le brouhaha des klaxons, quoi de plus normal, il est dix sept heures, l’heure de pointe.
Les rues s’agitent, les parisiens quittent leurs lieux de travail.
Comme tous les jours, Mme Dubois, une retraitée de la poste, passe prendre son pain dans la boulangerie de son quartier.
En sortant du commerce, elle aperçoit des gyrophares allumés non loin de son domicile, au numéro 21 de la rue Rivoli. Un véhicule de pompiers ainsi qu’une voiture de police nationale sont en intervention.
Intriguée par ce qui se passe, elle marche d’un pas haletant vers ce rassemblement de badauds.
Arrivée sur place, elle se dirige vers Mme Gi menez, la concierge de l’immeuble en question.
– Bonjour Mme Gimenez, qu’est-ce qui se passe ?
Mme Gimenez se retourne et répond :
– C’est encore le jeune du troisième.
– Le petit Maréchal ? d’un air stupéfait.
– Non, c’est le jeune polonais, cela fait la troisième fois qu’il tente de se suicider. Heureusement que sa copine est arrivée à temps.
Mme Dubois toujours à l’affut des « on dit » :
– Il parait qu’il la trompait avec un homme.
Mme Gimenez, en haussant les épaules :
– Non ce sont des sottises.
Mme Dubois enchaîne :
– Et comment il a voulu se tuer ?
En mettant sa main sur le côté de la bouche pour qu’on ne l’entende pas, Mme Gimenez réponds :
– D’après ce que j’ai entendu dire, il aurait absorbé des médicaments.
Et en parlant très doucement, Mme Dubois murmure :
– C’est quand même malheureux, un jeune comme ça, en pleine forme. Je l’ai croisé ce matin, il venait d’acheter son journal, jamais je n’aurais pensé qu’il essaierait de mettre fin à ses jours.
– Puis les deux femmes continuèrent à jacasser. Pendant ce temps-là, les pompiers s’occupaient de réanimer le jeune homme.
Mme Dubois en montrant du regard à Mme Gimenez une jeune fille qui pleure à côté des agents de police, demande :
– Dites, c’est bien sa petite copine que je vois là-bas.
– Oui, c’est elle, la petite est toute retournée.
– La pauvre, je la comprends.
Devant l’allée de l’immeuble, les policiers ont installé un périmètre de sécurité afin d’empêcher les badauds de s’approcher. La jeune fille, tout bouleversée, réponds aux questions du Brigadier de police.
– Comment cela s’est-il passé ?
– Je venais prendre des affaires et lui ramener les clés de son appartement. Nous avons rompu, il y a une semaine environ. J’ai sonné, pas de réponse, donc je suis entrée et là, je l’ai vu allongé sur le canapé. Mais j’ai pris peur quand j’ai vu des boîtes de médicaments vides au pied du divan.
J’ai tout de suite compris qu’il venait de faire une tentative de suicide. Ce n’est pas la première fois qu’il essaie de mettre fin à ses jours. Aussitôt, j’ai pris mon portable et j’ai appelé les secours.
L’agent de police lui demande tout en prenant des notes :
– Le jeune homme s’appelle Michel Ziocesk ?
– Non, c’est Zwiocesk, puis le répète en épelant lettre par lettre.
– A-t-il de la famille qu’on pourrait prévenir ?
– Non, il a perdu ses parents, il y a longtemps. A ma connaissance, il n’a aucune famille. C’est peut-être une des raisons pour lesquels il n’était pas bien, il lui manque quelque chose.
Le policier continua à lui poser des questions sur la vie privée du jeune homme et lui demanda :
– Est-il suivi par un médecin ?
– A un certain moment, il était suivi par un psychiatre, mais au bout d’un an, il a laissé tomber. L’agent de police poursuivit :
– Prend-il des médicaments ?
La jeune fille réfléchit et répond :
– Je crois qu’il prenait des antidépresseurs, mais lesquels ? Je ne pourrais pas vous le dire. Ensuite, il lui demande :
– Vous serait-il possible de passer au commissariat dans la journée pour faire une déposition. On aura besoin de votre témoignage.
La jeune fille encore très choquée dit :
– Bien sûr. Le brigadier relève ses coordonnées :
– Je peux avoir votre nom et votre adresse ?
– Mon nom est Mlle Redouillard Axelle, je suis domiciliée au numéro 10 de la rue de la Citoyenneté et mon portable est le 06/07…
A ce moment-là, les pompiers descendent le jeune homme toujours inconscient sur une civière. Le responsable des pompiers se dirige vers le brigadier de la police nationale pour lui rendre compte de la situation :
– Il a fait une tentative de suicide en prenant de nombreux barbituriques, son état est stationnaire. On en saura un peu plus d’ici quarante-huit heures. On le transporte à l’hôpital Cochin.
Puis en s’adressant à la jeune fille :
– Il a eu beaucoup de chance que vous soyez passée à temps, si vous n’étiez pas venue avant la fin de cet après-midi, il serait mort.
A cet instant, on apercevait les larmes s’égrener le long de ses joues de la petite Axelle.
Et avant de partir, en lui mettant sa main sur son épaule, le pompier la rassura :
– N’ayez pas peur, il va s’en tirer.
Le véhicule des pompiers quitta les lieux en actionnant les gyrophares.
Les policiers continuèrent à prendre les dépositions de témoins et levèrent le dispositif avant de retourner au commissariat. Peu de temps après, tout ce petit monde retourna à ses occupations.
Le calme était revenu.
Durant deux jours, le jeune homme resta dans un coma léger. Les médecins étaient persuadés qu’il allait se réveiller dans les prochaines heures. Samedi matin, l’interne de permanence se rendit au chevet de notre malade. Michel venait de se réveiller. Sans être étonné par son réveil, le médecin avec un grand sourire lui dit :
– Bonjour, Mr Zwiocesk, je suis le docteur Martin.
Michel d’un air bougonnant murmura :
– Décidément personne n’arrivera à prononcer correctement mon nom.
Le médecin s’installe debout au pied de son lit et consulte la fiche du patient.
– Vous avez l’air d’aller beaucoup mieux, ce matin.
Tout en étant un peu patraque, Michel lui pose une question :
– Cela fait combien de temps que je suis ici ?
– Un peu plus de deux jours, vous êtes arrivé dans notre service mercredi en fin d’après-midi, on vous a retrouvé inanimé dans votre domicile.
Michel continue à poser des questions toujours avec un air bougonnant.
– Quel jour sommes-nous ? Et où suis-je ?
Le médecin, tout en se grattant l’oreille, lui répondit :
– Nous sommes samedi et vous êtes à l’hôpital Cochin.
– Vous savez qui a eu la bonne idée de me sauver ?
– Non, je ne pourrais pas vous renseigner. En tout cas, vous l’avez échappé belle.
Michel, tout en posant des questions, ne cesse de gesticuler. Il se gratte la tête, remonte son oreiller pour s’appuyer dessus, repousse son drap. Et se pose une question à haute voix.
– J’aimerai savoir quel est l’imbécile qui a eu la brillante idée de me sauver ?
Le médecin lui prend la tension, vérifie si les muscles et les articulations fonctionnent sans problème. Ensuite, il l’ausculte à l’aide de son stéthoscope.
Tout en le consultant, le médecin lui recommande :
– Cela fait quand même la cinquième fois que vous tentez de vous suicidez en deux ans. Il serait préférable de suivre une thérapie de psychanalyste.
Puis, il enchaîne :
– Le professeur Gauthier devrait passer vous voir dans la journée.
Enervé, Michel réplique :
– Je n’en ai rien à faire d’un psy, qu’on me laisse tranquille, je n’ai rien demandé.
Et posa une nouvelle question :
– Et je sors quand ?
Le médecin baisse légèrement la tête en direction de Michel, le regarde par-dessus ses lunettes et répond :
– Je ne sais pas, justement le professeur sera plus apte à vous répondre.
Michel le coupe sèchement :
– Ecoutez, je n’ai pas besoin de psychiatre, ce sont tous des charlatans.
– Pour le moment, je vous demande de prendre vos médicaments et vous verrez avec le professeur de la suite à donner.
Le médecin, en sortant de la chambre, se retourne vers Michel et lui propose :
– Je vais prévenir les infirmières de votre réveil et en même temps je leur demanderai de vous apporter un petit déjeuner.
Toujours désagréable, Michel ne répondit pas. Il essaya de se lever, en vain, et resta couché. Peu de temps après, deux infirmières arrivèrent avec un petit déjeuner. La première, un peu forte, s’avança vers Michel avec un petit sourire, ravie de voir son malade en meilleure santé :
– Je suis heureuse de voir que vous allez mieux.
Un peu surpris, il la remercia.
Elle aida Michel à venir s’asseoir à une table pour qu’il puisse prendre son petit déjeuner.
Pendant ce temps-là, la deuxième infirmière, une jeune fille de petite corpulence avec un charme asiatique lui refaisait son lit, arrangeait ses affaires dans un placard et ouvrait un peu plus le store.
Après avoir fini leur travail, les deux femmes quittèrent la chambre.
Dès qu’il eut terminé son repas, il regagna, avec un peu de mal, son lit.
Pendant un long moment, il resta seul dans sa chambre et cogita sur le fait qu’il avait échoué.
Il ne comprenait pas comment quelqu’un avait pu le sauver, son appartement étant fermé à clé. Il avait tout prévu pour que son suicide réussisse, pas comme les autres tentatives.
Au fond de lui, il sentait de la rage d’avoir échoué une fois de plus.
T

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text