La voix des morts-vivants , livre ebook

icon

147

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2013

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

147

pages

icon

Français

icon

Ebook

2013

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Il s’agit d’une peinture célèbre de Madrid qui détient la clé d’une apocalypse que
Alex Van Helsing ne peut arrêter. Quelques mois après la découverte, il est à côté d’une longue lignée de chasseurs de vampires, Alex Van Helsing a déjà vaincu deux dirigeants vampires puissants. Pas mal pour un de quatorze ans. Mais quand une reine vampire nouvellement augmenté menace le destin du monde, Alex face à son défi encore plus meurtrière. Faire équipe avec une sorcière moto-riding, jets Alex entre la Suisse, le Royaume-Uni et en Espagne dans une course effrénée pour empêcher la reine de déclencher une malédiction qui va plonger le monde dans les ténèbres. Avec le compte à rebours, Alex a à peine le temps de respirer, et encore moins voir ses amis, et il commence à me demander si être un chasseur de vampires vaut tous les sacrifices de ses. Dans cette finale palpitante de la série remplie d’action décrit comme « James Bond rencontre Dracula », tout — l’avenir d’Alex et, finalement, celle du monde — est dans la balance.
Voir Alternate Text

Publié par

Date de parution

15 mai 2013

Nombre de lectures

1

EAN13

9782896839506

Langue

Français

Poids de l'ouvrage

1 Mo

Jason Henderson
Traduit de l’anglais par Catherine Biros et Sophie Beaume
Copyright © 2011 Jason Henderson
Titre original anglais : Alex Van Helsing: Voice of the Undead
Copyright © 2013 Éditions AdA Inc. pour la traduction française
Cette publication est publiée en accord avec HarperCollins Publishers
Tous droits réservés. Aucune partie de ce livre ne peut être reproduite sous quelque forme que ce soit sans la permission écrite de l’éditeur, sauf dans le cas d’une critique littéraire.

Éditeur : François Doucet
Traduction : Catherine Biros et Sophie Beaume
Révision linguistique : Marie Louise Héroux
Correction d’épreuves : Nancy Coulombe, Carine Paradis
Conception de la couverture : Mathieu C. Dandurand
Photo de la couverture : © Thinkstock
Mise en pages : Sébastien Michaud
ISBN papier 978-2-89733-007-1
ISBN PDF numérique 978-2-89683-949-0
ISBN ePub 978-2-89683-950-6
Première impression : 2013
Dépôt légal : 2013
Bibliothèque et Archives nationales du Québec
Bibliothèque Nationale du Canada

Éditions AdA Inc.
1385, boul. Lionel-Boulet
Varennes, Québec, Canada, J3X 1P7
Téléphone : 450-929-0296
Télécopieur : 450-929-0220
www.ada-inc.com
info@ada-inc.com

Diffusion
Canada : Éditions AdA Inc.
France : D.G. Diffusion
Z.I. des Bogues
31750 Escalquens — France
Téléphone : 05.61.00.09.99
Suisse : Transat — 23.42.77.40
Belgique : D.G. Diffusion — 05.61.00.09.99

Imprimé au Canada

Participation de la SODEC.
Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada (FLC) pour nos activités d’édition.
Gouvernement du Québec — Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres — Gestion SODEC.

Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada

Henderson, Jason, 1971-

La voix des mort-vivants
(Alex Van Helsing ; 2)
Traduction de: Voice of the undead.
Pour les jeunes de 13 ans et plus.
ISBN 978-2-89733-007-1
I. Beaume, Sophie, 1968- . II. Titre.

PZ23.H46Vo 2013 j813’.54 C2013-940561-5

Conversion au format ePub par: www.laburbain.com
À Lorraine Bell, ma grand-mère
Chapitre 1
Alex Van Helsing fit accélérer la Ninja Kawasaki gris métal et regarda les arbres longeant la route autour du lac Léman se fondre dans un flou crépusculaire. Plus que quelques kilomètres avant l’Académie Glenarvon, plus que quelques minutes, et personne ne s’apercevrait de rien.
L’entraînement avait duré plus longtemps que ne l’avait prévu Alex. Ce qui était censé être un exercice de fin d’après-midi, un samedi, avec Sangster, son — comment devait-il appeler Sangster ? — mentor , s’était transformé en une demi-journée de calvaire. Sangster, que tous les autres connaissaient comme étant un professeur de littérature à Glenarvon, avait laissé Alex se joindre à lui et une équipe d’agents actifs dans une incursion fictive au sein d’un bastion ennemi.
Le « bastion » était un petit immeuble à bureaux au cœur de Secheron, un village au bord du lac Léman où Alex et ses amis allaient parfois déguster une crème glacée ; l’exercice avait consisté en une version surexcitée d’un jeu de capture du drapeau. Trois agents jouaient le rôle de terroristes détenant un trio d’otages et Alex fai- sait partie de l’équipe chargée de s’introduire et de neutraliser l’ennemi sans faire courir le moindre risque aux otages.
C’était un entraînement très sérieux pour le Polidorium, une organisation internationale dont Alex ignorait même l’existence un mois plus tôt. Un nombre incalculable d’agents du Polidorium étaient répartis à travers la planète, mais des centaines d’entre eux se trouvaient juste là, dans leur quartier général du lac Léman, et Sangster avait peu à peu introduit Alex dans ce monde. L’exercice de ce matin avait été un semblant de test. Après un mois d’entraînement en tête à tête avec Sangster, c’était la première fois qu’Alex était mélangé à d’autres agents.
Sid, le camarade de chambre canadien, nerveux et dégingandé d’Alex, avait été enchanté quand il avait entendu parler de l’exercice.
— C’est comme si tu allais participer à un gn , avait dit Sid ce samedi matin, après le petit déjeuner dans le réfectoire de Glenarvon.
— Qu’est-ce qu’un gn ? avait demandé Alex en riant déjà.
La joie de Sid au sujet d’un million de choses dont Alex n’avait jamais entendu parler était contagieuse.
Sid reposa sa fourchette et fit de grands gestes avec ses mains.
— C’est un jeu de rôle grandeur nature.
— Y as-tu déjà joué ?
— Bien sûr, dit Sid. À Montréal, il y a une réunion annuelle de l’Association nationale de jeux de rôles de vampires grandeur nature. J’y suis allé trois fois.
Sid avait quatorze ans, comme Alex, cela signifiait donc qu’il avait commencé à… onze ans ?
— J’ai un clan et…
— Attends, attends, attends.
Paul, l’autre camarade de chambre d’Alex, un Anglais plutôt costaud, faillit s’étrangler avec ses œufs pochés.
— Stop. C’est la chose la plus incroyablement triste que j’aie jamais entendue. Combien de personnes s’y rendent-elles ?
— Des milliers, dit Sid. Ils se partagent entre chasseurs de vampires et quinze classes de vampires. Il y a les Nosferatu, les Tuxedo, les…
Paul agita les bras.
— Des milliers de tarés qui se courent après en costumes et s’attaquent à l’aide de pieux fictifs. Je pense que ce que tu viens de me dire va me déprimer à tout jamais.
— Quoi qu’il en soit, dit Alex, on doit sauver des mannequins.
— Ta vie est trop cool , dit Sid à Alex.
Paul jeta un coup d’œil aux murs blafards du réfectoire. Glenarvon était un château reconverti, mais le réfectoire était le seul endroit insipide du lieu.
— Ça doit être sympa d’avoir un but dans la vie, dit-il avec mélancolie. En tout cas, ne dépasse pas le couvre-feu, mec. Je peux mentir pour toi, mais Sid se fait toujours du souci et le pauvre ne peut pas devenir beaucoup plus pâle.
Alex haussa les épaules.
— Je ne raterai pas le couvre-feu.
Il allait rater le couvre-feu. Alex et les commandos du Polidorium avaient passé une heure et demie sur le premier scénario impliquant un mannequin à sauver, puis avaient échangé les rôles, et encore une fois. Sur la dernière attaque, Alex avait tenté l’approche furtive d’un « vampire » ennemi, mais il s’était fait repérer : l’agent jouant le vampire l’avait entendu venir et avait marqué son cou d’une tache d’encre rouge… puis avait décapité le mannequin d’un coup de pied. Après ça, Alex avait dû faire le mort et s’étendre aux côtés de ses condisciples en plâtre.
Il était alors 21 h 30. Alex s’aperçut qu’il allait avoir des problèmes s’il ne s’en retournait pas. Sangster l’avait libéré plus tôt du compte-rendu d’une heure qui avait suivi et Alex s’était finalement retrouvé tout seul.
La route tourna, puis s’étendit en ligne droite sur plusieurs kilomètres, et Alex doubla deux camions, accélérant après les avoir dépassés.
Il s’était déjà fait coincer deux fois pour avoir dépassé le couvre-feu. Une fois de plus et le surveillant des dortoirs transmettrait la paperasse au directeur, Otranto, qui le convoquerait et appellerait probablement ses parents. Alex ne pouvait se le permettre.
On aurait pu penser que Sangster était au courant de cette pression particulière. S’il l’était, il laissait Alex se débrouiller, comme si le fait d’apprendre à respecter des horaires faisait partie de son entraînement. Soit.
Il espérait que le couvre-feu de 22 h serait un peu plus lâche ce soir. Sid et Paul avaient prévu de rejoindre un groupe d’autres garçons du pavillon Aubrey pour regarder un dvd dans le salon. Avec un peu de chance, il pourrait rentrer, cacher la moto dans les bois de l’autre côté de l’entrée principale et arriver dans sa chambre pendant que les surveillants commençaient leur ronde au rez-de-ch

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text