La colère d’Enki , livre ebook

icon

103

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2020

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

103

pages

icon

Français

icon

Ebook

2020

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Multipliant les stratagèmes pour devenir le dieu unique du panthéon sumérien, Enki lance sur la terre ses dix plaies. Amos Daragon et ses compagnons d’aventures devront faire face à une invasion de grenouille, à la transformation de l’eau en sang et à un virus mortel propagé par des nuages de mouches, sans compter la grêle, les taons et la malédiction contre les premiers nés.
Voir Alternate Text

Publié par

Date de parution

20 novembre 2020

Nombre de lectures

14

EAN13

9782898083716

Langue

Français

Poids de l'ouvrage

1 Mo

Copyright © 2012 Bryan Perro
Copyright © 2020 Éditions AdA Inc.
Tous droits réservés. Aucune partie de ce livre ne peut être reproduite sous quelque forme que ce soit sans la permission écrite de l’éditeur, sauf dans le cas d’une critique littéraire.
Éditeur : François Doucet
Directeur éditoriale : Rodéric Chabot
Révision linguistique : Marie-Christine Payette et Stéphanie Veillette
Illustration de la carte : Pierre Ouellette
Conception de la couverture : Iceworks
Mise en pages : Catherine Bélisle
ISBN livre : 978-2-89808-369-3
ISBN PDF : 978-2-89808-370-9
ISBN ePub : 978-2-89808-371-6
Première impression : 2020
Dépôt légal : 2020
Bibliothèque et Archives nationales du Québec
Bibliothèque et Archives Canada
Éditions AdA Inc.
1471, boul. Lionel-Boulet, suite 29
Varennes (Québec) J3X 1P7, Canada
www.ada-inc.com
info@ada-inc.com

Participation de la SODEC.
Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du
Canada (FLC) pour nos activités d’édition.
Gouvernement du Québec — Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres — Gestion SODEC.
Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada
Titre : Amos Daragon / Bryan Perro.
Noms : Perro, Bryan, auteur. | Perro, Bryan. Colère d'Enki.
Description : Nouvelle édition. | Sommaire incomplet : t. 6. La colère d'Enki.
Identifiants : Canadiana (livre imprimé) 20200080830 | Canadiana (livre numérique) 20200090178 | ISBN 9782898083693 (vol. 6) | 9782898083709 (PDF ; vol. 6) | ISBN 9782898083716 (EPUB ; vol. 6) Classification : LCC PS8581.E745 A88 2020 | CDD jC843/.54—dc23
PROLOGUE
E nki, grand dieu du panthéon sumérien, inspira un jour à son plus puissant prêtre la construction d’une tour touchant le ciel et les nuages. Cet édifice, nommé El-Bab, devait être une merveille du monde capable de rallier tous les peuples de la terre dans l’adoration d’une seule divinité, dans un culte unique louant la grandeur et la magnificence d’Enki.
Un titanesque chantier se mit en place et, pour l’exécution de cette tâche, des milliers d’hommes et de femmes furent réduits à l’esclavage. Commença alors la construction d’une tour si haute qu’elle défierait toutes les lois de la physique. Sans ménagement et sans logique, le grand prêtre Enmerkar et Aratta, le roi du grand territoire de Dur-Sarrukin, conjuguèrent leurs pouvoirs pour la réalisation d’El-Bab.
Dans le panthéon des dieux sumériens, Enki fut sévèrement réprimandé et violemment critiqué pour avoir inspiré une telle vision à son prêtre. On l’accusa d’usurpation divine et on lui refusa le titre tant convoité de dieu unique. Une coalition se créa contre lui et la divinité égocentrique fut exclue du panthéon.
Mais le mal était fait et la tour d’El-Bab, bien qu’au quart seulement terminée, exerçait déjà un pouvoir si grand que les forces d’Enki égalaient maintenant celles de tous ses anciens amis réunis. En quittant le panthéon, le dieu déclara avec une rage non contenue :
— Je me vengerai de vous les uns après les autres en vous humiliant à la face des hommes. Je montrerai aux humains qui est l’unique dieu à adorer et ce qu’il en coûte de ne pas croire en moi. Vous ne pourrez rien contre ma colère et vos fidèles me supplieront d’arrêter les tourments.
Ce que les oracles, les augures, les auspices, les signes et les horoscopes avaient depuis longtemps prédit allait bientôt s’abattre sur ces grandes contrées désertiques et déstabiliser cette partie du monde. La colère du grand dieu serait porteuse d’un malheur si terrible qu’il serait baptisé par ceux qui auraient la malchance de lui survivre : les dix plaies d’Enki.
I
LA TRAHISON DU GRAND PRÊTRE
D e jour en jour, Enmerkar regardait s’élever la grande tour d’El-Bab avec plus de fierté. Le premier étage du bâtiment servait de temple et était grand comme une vingtaine de palais impériaux. Des milliers de fidèles y priaient jour et nuit et se relayaient, produisant un flot continu comme celui d’une rivière. Une grande quantité d’encens répandait une forte odeur de myrrhe qui se dissipait en imprégnant les étages supérieurs. Près de quinze mille colonnes sculptées dans la pierre soutenaient cette gigantesque tour de trois cents étages. Pour atteindre le ciel et toucher les nuages, elle devrait en compter le quadruple.
Le grand prêtre, qu’on surnommait « la vipère » à cause de son rire sifflant et de ses intentions toujours venimeuses, jouissait d’un pouvoir absolu sur le territoire d’El-Bab. Aratta, le régent des contrées de Dur-Sarrukin et du pays de Sumer, lui avait accordé carte blanche pour la réalisation de ce projet et consenti tous les droits, même celui de diriger une armée. Il était important pour le roi qu’Enmerkar puisse mater à sa guise une révolte d’esclaves ou encore défendre la tour en cas d’une attaque ennemie.
Il était écrit sur le mur d’El-Bab, en lettres d’or de plusieurs mètres de hauteur, cette étrange énigme :
« Tu dois chevaucher et ne pas chevaucher, m’apporter un cadeau et ne pas l’apporter. Nous tous, petits et grands, nous sortirons pour t’accueillir, et il te faudra amener les gens à te recevoir et pourtant à ne pas te recevoir. »
Les fidèles, perplexes, s’inclinaient devant la phrase mystique et priaient avec ferveur. Cette parabole semblait investie d’un message lourd de sens. Seul Enmerkar connaissait son authentique signification et ressentait tout le poids dont elle était chargée. Enki, son dieu, la lui avait révélée dans un songe. La divinité lui avait bien précisé que celui ou celle qui serait capable de résoudre ce mystère devrait immédiatement être mis à mort, sans quoi l’effondrement d’El-Bab et la mort du prêtre seraient inévitables. Comme la meilleure défense est souvent l’attaque, Enmerkar avait fait inscrire la phrase sur toutes les épées des Sumériens, dans tous les casques de ses hommes, sur tous les parchemins importants, sur des milliers de colliers, de bijoux et d’objets précieux et dans tous les livres comptables des peuples esclavagistes alliés. Pour attraper un poisson, s’était-il dit, il faut semer des appâts et guetter avec patience. Le piège était tendu et le grand prêtre attendait son rival de pied ferme. D’ailleurs, Enmerkar n’attendait pas que lui.
Toujours en songe, Enki lui avait aussi promis une aide divine en la personne de cinq frères, cinq bâtisseurs de haut calibre, capables à eux seuls de terminer la construction des étages supérieurs de la tour. Menés par leur père, ces quintuplés aux pouvoirs extraordinaires le serviraient avec dévotion jusqu’à l’accomplissement d’El-Bab.
En cette journée pleine de promesses, de claquements de fouets et de dévotion envers son dieu, ce ne furent ni son rival ni ses constructeurs de génie qui vinrent déranger les prières d’Enmerkar, mais plutôt une horde de prêtres sumériens en furie.
Ils étaient près d’une centaine à hurler leur mécontentement dans le temple d’El-Bab. Devant cette émeute, Enmerkar ordonna à ses soldats de vider le premier étage des fidèles en ne laissant que les prêtres contrariés à l’intérieur des murs. Il demanda que deux cents archers se tiennent prêts à intervenir à son signal.
Les tâches furent rapidement exécutées.
Enmerkar se présenta alors devant la horde fulminante de ses confrères en crise. Le menton levé, arborant un sourire arrogant, il leur demanda :
— Alors, que se passe-t-il encore, chers collègues du culte de Sumer ? Que me vaut cette si belle surprise ? C’est peu souvent que nous avons la chance de nous rencontrer tous !
— Tu sais très bien ce qui nous amène, répondit un vieux prêtre aveugle penché sur sa canne de bois noire. Le grand Nanna, dieu de la lune et des cycles temporels, m’informe qu’Enki tente d’usurper le pouvoir de tout le panthéon et cherche à devenir l’Unique…
— Allons donc ! ricana Enmerkar. Cessez de vous en faire. Mon dieu ne veut qu’une seule place : la sienne !
— Cette tour doit tomber ! cria une prêtresse du culte d’Inna-na, divinité de l’amour et de la guerre. Tous les jours, El-Bab nous vole des fidèles et amplifie le pouvoir d’Enki sur le monde. Un unique dieu ne peut en remplacer plusieurs

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text