L'elfe de lune 11 - Le baiser de araignée , livre ebook

icon

120

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2012

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

120

pages

icon

Français

icon

Ebook

2012

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Après voir remis en état un tunnel qui mène à Rhasgarrok, le Marécageux informe sa protégée qu’elle doit maintenant accomplir son destin en affrontant sa sœur Sylnor. Mais Luna est déjà au royaume des dieux, où Eilistraée réclame son aide.
Ambrethil, la reine des elfes de Lune, décide donc que le temps est venu pour elle d’aller à la rencontre de sa fille cadette. Cependant, une fois à Rhasgarrok, elle découvrira une ville souterraine bien différente de ce qu’elle a connu. Si les drows se sont réfugiés dans une immense tour construite par Sylnor, une autre race, plus redoutable encore, hante les profondeurs de la ville maudite.
Quant à Luna, sa mission se complique. À nouveau, il lui faut affronter Lloth dans son repaire. Ses alliés inattendus seront-ils de taille à la seconder efficacement ?
Voir Alternate Text

Date de parution

02 avril 2012

Nombre de lectures

20

EAN13

9782894358863

Langue

Français

ÉLODIE TIREL

LE BAISER DE L'ARAIGNÉE
Illustration de la page couverture : Boris Stoilov
Illustration de la carte : Élodie Tirel
Infographie : Marie-Ève Boisvert, Éd. Michel Quintin
Conversion au format ePub : Studio C1C4

La publication de cet ouvrage a été réalisée grâce au soutien financier du Conseil des Arts du Canada et de la SODEC.
De plus, les Éditions Michel Quintin reconnaissent l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada pour leurs activités d’édition.
Gouvernement du Québec – Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres – Gestion SODEC
Tous droits de traduction et d’adaptation réservés pour tous les pays. Toute reproduction d’un extrait quelconque de ce livre, par procédé mécanique ou électronique, y compris la microreproduction, est strictement interdite sans l’autorisation écrite de l’éditeur.

ISBN 978-2-89435-886-3 (version ePub)
ISBN 978-2-89435-628-9 (version imprimée)

© Copyright 2012

Éditions Michel Quintin
4770, rue Foster, Waterloo (Québec)
Canada J0E 2N0
Tél. : 450 539-3774
Téléc. : 450 539-4905
editionsmichelquintin.ca

PROLOGUE
La tour qui, autrefois, s’élevait majestueusement vers l’azur éternel commençait à tomber en décrépitude. La gigantesque flèche en forme d’araignée avait chu depuis longtemps déjà, entraînant avec elle une partie du toit. Puis c’était un pan entier de mur qui s’était détaché sans prévenir. Les poutrelles de la toiture, arrachées, s’étaient lourdement écrasées au sol avec fracas en soulevant une nuée de poussière grise et épaisse. La tour n’était plus ce qu’elle avait été. Le bois avait pourri, la pierre était devenue poreuse et friable comme du plâtre, le mortier s’effritait chaque heure un peu plus. Rien ne semblait pouvoir arrêter la puissance destructrice qui sapait l’imposant édifice, menaçant de le faire s’écrouler d’un instant à l’autre.
La propriétaire des lieux ne décolérait pas. Cachée dans les entrailles de sa tour vacillante, elle ruminait sa rage et son incompréhension. Comment avait-elle pu en arriver là? Comment avait-elle pu laisser la situation dégénérer à ce point? Son domaine sombrait dans le chaos et ses pouvoirs eux-mêmes ne parvenaient plus à lutter contre l’œuvre machiavélique qui s’abattait sur elle.
Lloth ferma les yeux pour refouler une larme de désespoir.
— Sylnor, bon sang, que fais-tu? Réponds-moi, sale petite ingrate! hurla-t-elle dans le silence des ténèbres de sa tour.
Mais sa protégée ne se manifesta pas plus cette fois que les précédentes. Cela faisait une éternité déjà que la grande prêtresse ne répondait plus aux appels insistants de Lloth. Ce mutisme désespérait la déesse. Sylnor était en effet son seul contact avec les drows. De la perdre revenait à perdre son peuple. Or, si Lloth perdait la foi des drows, elle perdrait inévitablement sa puissance et ses pouvoirs. Et cela, elle ne pouvait l’accepter.
Mais que se passait-il donc à Rhasgarrok? Une nouvelle catastrophe avait-elle eu lieu sans qu’elle le sache? La jeune matriarche était-elle morte? Non, ça, la déesse l’aurait immédiatement senti. Le lien qui la reliait à sa grande prêtresse était encore solide. Pourtant, Lloth avait la désagréable impression qu’il s’était distendu, comme un vieux ressort sur lequel on avait trop tiré. Le lien était toujours là, mais il ne servait plus à rien, car Sylnor refusait obstinément d’entrer en contact avec elle.
Furieuse, Lloth griffa de ses pattes acérées le marbre de la grande salle, rayant sa surface lisse dans un odieux crissement.
— Sylnor! Petite morveuse! C’est moi qui t’ai faite. Sans moi, tu ne serais qu’une minable clerc sans envergure. C’est grâce à moi si tu es devenue aussi puissante. Ne crois pas que tu peux te débarrasser de moi aussi facilement. Sans moi, tu n’es rien. Rien du tout!
La diatribe enfiévrée laissa la déesse pantelante. Ses forces à elle aussi déclinaient inexorablement, au même rythme que sa tour.
Sa tour… Son domaine, son magnifique palais était en train de s’écrouler misérablement, alors que celle que faisait bâtir Sylnor ne cessait de s’élever, solide et impudente, vers les cieux infinis. Quelle ironie! Et dire que, si Lloth avait refusé d’aider sa protégée à mettre en œuvre son projet démentiel, rien de tout cela ne serait jamais arrivé.
Tout avait commencé environ un an auparavant à l’échelle temporelle des mortels, soit une bonne vingtaine de jours pour les dieux. Un soir, Sylnor lui avait adressé une longue prière plus fervente que jamais pour lui demander une ultime faveur. La jeune matriarche souhaitait accomplir la prophétie qui disait qu’un jour elle conduirait les drows vers la lumière. En d’autres termes, matrone Sylnor ne voulait plus vivre dans la ténébreuse Rhasgarrok. Selon elle, la cité de l’ombre devait être reléguée au rang de mauvais souvenir. Pour les drows qui avaient trop longtemps souffert d’être bannis dans les profondeurs de la terre comme des créatures indésirables, la ville souterraine ne serait bientôt plus qu’une sombre parenthèse dans leur histoire chaotique. Maintenant que les terres du Nord étaient siennes, matrone Sylnor voulait asseoir sa suprématie en édifiant au-dessus de l’ancienne Rhasgarrok une tour immensément grande et haute, symbole de sa gloire et de sa puissance.
Au début, Lloth avait trouvé l’idée intéressante. Elle ne s’était pas méfiée. Sans doute trop heureuse que sa protégée ne lui en veuille pas d’avoir laissé les hommes-rats envahir la cité, la déesse avait immédiatement accepté d’aider sa protégée. Elle avait rassemblé ses forces mentales pour faire surgir des entrailles de la terre des murailles d’acier, le plus pur qui fût. Telles des griffes métalliques, les remparts titanesques avaient déchiré le sol aride du Rhas dans un terrible grondement tellurique. Lloth avait ensuite convaincu le démon Ravenstein d’accompagner les troupes drows dans la steppe de Naugolie pour en ramener des esclaves. Des milliers d’humains enchaînés mentalement par l’esprit maléfique étaient arrivés sur l’incroyable chantier. La tour avait alors commencé à monter. Mur après mur, poutre après poutre, étage après étage, l’édifice avait pris de la hauteur.
Ce que la déesse araignée n’avait absolument pas prévu, c’était que les drows se prendraient autant au jeu. Pour ce peuple trop longtemps brimé et méprisé, la tour devenait le symbole de leur victoire, de leur revanche et de leur renaissance. Contre toute attente, les drows s’étaient investis dans sa construction; ils s’étaient improvisés architectes, ingénieurs, contremaîtres ou artisans. Accaparés par les travaux interminables qu’imposait ce chantier, ils avaient oublié de prier. Ils n’en avaient plus le temps, ni l’envie, ni le besoin. À quoi bon prier puisqu’ils avaient maintenant tout ce qu’ils voulaient?
Si Lloth pouvait à la rigueur se passer de prières, elle ne pouvait toutefois pas rester privée de sang trop longtemps. C’était dans le sang de ses victimes qu’elle puisait sa force et ses pouvoirs. Mais les drows ne lui avaient offert aucun sacrifice depuis presque six mois. Dix jours sans verser la moindre goutte de sang, c’était du jamais vu dans l’histoire des drows. À ce rythme, la déesse n’allait pas faire long feu et sa tour non plus, puisque l’une était le reflet de l’autre.
Lloth, qui avait beaucoup réfléchi au problème, avait fini par comprendre ce qui clochait. Les drows ne lui offraient plus de sacrifices parce qu’ils n’avaient plus personne à sacrifier. Les terres du Nord avaient en effet été vidées de leurs habitants. Il n’y avait plus d’elfes, plus de gobelins, plus d’orques ni d’hommes-rats, plus même d’urbams à lui offrir. Les seuls étrangers qui restaient étaient les esclaves humains. Mais, pour les drows, il était hors de question de sacrifier cette main-d’œuvre aussi efficace que précieuse. L’édification de la tour passait avant la survie de leur déesse protectrice.
Au début, Lloth ne s’était pas trop inquiétée du déclin de la foi. Elle l’avait cru passager. Elle avait cru que les drows lui reviendraient dès que leur tour serait terminée, mais elle s’était lourdement trompée. Elle avait compris trop tard que la ferveur religieuse des drows n’avait pas disparu, que c’était simplement leur objet de dévotion qui avait changé. Les drows n’admiraient plus Lloth, mais Sylnor. Sylnor la victorieuse, la salvatrice, la bâtisseuse! Les exploits accomplis par la jeune matriarche l’avaient naturellement imposée comme nouveau guide spirituel. Envoûtés par son charisme et sa jeunesse, les drows œuvraient pour sa gloire, délaissant l’ancestrale divinité.
Ça, c’était intolérable aux yeux de la déesse.
Cela faisait des siècles et des siècles qu’elle soutenait les drows. Pour eux, elle avait combattu des dizaines de dieux, à commencer par sa fille, cette maudite Eilistraée. Elle avait aussi défait Naak et Abzagal. Elle avait pris des risques énormes pour devenir la plus puissante et la plus crainte des déesses. Grâce à ses pouvoirs sans cesse plus impressionnants, elle avait nommé des matriarches successives chaque fois plus fortes et implacables. Pourtant, jamais aucune de ces femmes aussi cruelles qu’impitoyables n’aurait osé abandonner sa protectrice ainsi. Jamais! Elles étaient trop conscientes de ce qu’elles lui devaient. Alors, de quel droit cette petite sang-mêlé de Sylnor se permettait-elle de la reléguer au rang de divinité inférieure? Elle, la grande, la terrible, la suprême Lloth, déesse araignée toute-puissante…
Le bruit sourd d’un éboulement de pierre au-dessus d’elle la fit sursauter. Une poutre des étages supérieurs venait sans doute de céder, laissant augurer que la fin était toute proche.
— Si je n’agis pas rapidement, cette tour va finir par m’ensevelir sous ses décombres poussiéreux, maugréa la déesse en inspectant le plafond miraculeusement intact.
Elle s’apprêtait à hurler le nom de Sylnor pour lui faire entendre raison lorsqu’elle se ravisa. Chacune de ses tentatives désespérées se soldait par un cu

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text