En une seconde on s'est croisés, en un jour on s'est aimés, et je ne t'ai toujours pas oublié , livre ebook

icon

132

pages

icon

Français

icon

Ebooks

Écrit par

Publié par

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

132

pages

icon

Français

icon

Ebook

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

L’école de Lin et ses camarades n’est pas comme les autres. Sa spécialité? Le contrôle des éléments; autrement dit, la magie. Là, ce ne sont pas les élèves qui choisissent leur élément, mais bien l’inverse. Ainsi, c’est l’Air qui a choisi Lin. Le but de l’enseignement? Devenir l’élite des protecteurs de ce monde. Ce qui n’empêche pas Lin d’avoir la tête ailleurs. Amoureuse de Romantel depuis leur premier regard, voilà dix ans de cela, elle souffre en silence de n’avoir su lui déclarer sa flamme. Mais elle est Air, et lui est Terre... Beau, léger et tragique à la fois, un conte surprenant où magie et romance se marient à merveille, sous la plume délicate et passionnée d’Adrienne Heymans. A la croisée des genres, elle nous fait découvrir une histoire d’amour à nulle autre pareille.
Voir Alternate Text

Publié par

Nombre de lectures

42

EAN13

9782748349863

Langue

Français

En une seconde on s’est croisés, en un jour on s’est aimés, et je ne t’ai toujours pas oublié
Adrienne Heymans En une seconde on s’est croisés, en un jour on s’est aimés, et je ne t’ai toujours pas oublié
Publibook
Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits d’auteur. Son impression sur papier est strictement réservée à l’acquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits d’auteur. Éditions Publibook 14, rue des Volontaires 75015 PARIS – France Tél. : +33 (0) 1 53 69 65 55 IDDN.FR.010.0114074.000.R.P.2009.030.40000 Cet ouvrage a fait l’objet d’une première publication aux Éditions Publibook en 2009
Chapitre 1 Ce baiser est un sceau par qui ma vie est close : Et comme on peut trouver un serpent sous des fleurs, J’ai trouvé ma mort sur un bouton de rose. Tristan L’Hermite Les arbres gigantesques et imposants défilaient à toute vitesse, au point que toutes ces couleurs, le brun, l’orange, le rouge, le jaune et l’or venaient à se mélanger. L’air était plutôt bon, bon comme peut l’être un été indien. Ses che-veux auburn flottaient dans le vent et son regard bleu givré suivait le mouvement de la calèche. Ses traits anxieux tra-hissaient ses pensées : ses fins sourcils bruns faisaient des plis dans sa peau pêche. La grande femme blonde et sé-vère en face d’elle la regarda suspicieusement. — Quelque chose vous tracasse. — Du tout. — Ce n’était pas une question, Lin. La petite fille avait l’habitude de cette voix froide et au-toritaire. Sa mère savait tout, toujours tout. Enfin, c’est ce qu’elle disait. « Alors, quelle est la source de votre inquiétude ? » — Je ne suis pas du moins inquiète mère. — Allons ! Je sais que la rentrée au deuxième niveau n’est pas une chose qui vous laisse de marbre… C’est ça qui vous fait peur ? Lin hésita. — Un peu.
9
— Eh bien, ça n’en vaut pas la peine, alors cessez de vous torturer ainsi et profitez de la balade. Mais déjà, elles étaient arrivées. Malgré que la maison fût proche de l’école, le monde de la bourgeoisie imposait certaines règles d’étiquette, comme celle de se rendre à l’école en faisant le moins d’effort possible. Le chauffeur descendit de son coussin de velours rouge avec élégance. Et gardant toujours ce raffinement prononcé, si pas carica-turé, il ouvrit la porte aux passagères. La mère passa avant Lin, comme le voulait le respect. La petite fille tendit ma-chinalement sa main douce et fragile vers le portier qui la prit et l’aida à descendre. Elle le remercia comme à son habitude, comme le lui avait appris sa mère. La bienséance et la bonne éducation étaient choses primordiales selon elle, et sa fille se devait de bien respecter cette règle. Le vent du nord se souleva. Sa mère frissonna et s’enroula dans sa fourrure, mais la jeune fille n’avait nullement froid, au contraire, ce vent lui faisait du bien. Elle n’avait jamais ressenti le froid. Enfin, Lin leva les yeux au ciel pour admirer la beauté de son école. Mais quand elle la vit, elle se rendit compte que beau était un bien faible mot pour la décrire. Elle n’était pas belle, elle était resplendis-sante. Elle s’étendait sur plusieurs étages délimités par des remparts. Elle comportait quatre tours et un imposant don-jon surmonté d’une énorme horloge. Elle était décorée de statues et d’une panoplie d’ornement. Sa pierre jaune ré-fléchissait la lumière du soleil et éclairait les alentours. L’entrée était un porche en avant-plan, surmonté d’une statue de femme à quatre bras qui tenait les quatre signes des quatre éléments :
10
Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text