De Vénus à la Terre , livre ebook

icon

294

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2011

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

294

pages

icon

Français

icon

Ebook

2011

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Un être humain qui vit sur un plan subtil de la planète Vénus est amené à débarquer sur la Terre afin d'y vivre des initiations qu'il ne peut avoir sur sa planète d'origine. Ses initiations l'amènent à ouvrir sa conscience vers des conceptions plus larges de la vie, de l'évolution, des comportements humains, et même à comprendre de nouvelles notions cosmiques. Il y découvre l'amour et les véritables valeurs de Gaïa, la conscience de la Terre.

Voir Alternate Text

Publié par

Date de parution

18 juillet 2011

Nombre de lectures

0

EAN13

9782414393497

Langue

Français

Couverture
Copyright













Cet ouvrage a été composér Edilivre
175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis
Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50
Mail : client@edilivre.com
www.edilivre.com

Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction,
intégrale ou partielle réservés pour tous pays.

ISBN numérique : 978-2-332-94102-2

© Edilivre, 2015
Avant-propos
Je suis le transcripteur d’un texte qui a été enregistré sur des cassettes audio. Je ne sais pas exactement quand il a été enregistré, mais, en l’écoutant, j’ai constaté que les événements qu’il relate sont contemporains.
Comment ai-je pu entrer en possession de cet enregistrement ? Il y a là un mystère que je n’ai pas encore résolu. En effet, j’assistais, il y a quelques temps, à une conférence donnée par un homme, (dont je tairai le nom pour ne pas interférer avec sa propre vie), homme qui parlait des contacts psychiques qu’il avait eus avec des êtres vivant dans le cosmos, et qu’il appelle ses « Instructeurs cosmiques ». Ceux-ci lui avaient donné un véritable enseignement spirituel sur la vie et l’évolution vues des plans cosmiques. J’avais trouvé cette conférence passionnante, d’autant plus que ce qu’il disait passait au travers de mon intuition sans aucun problème, sans interférence au niveau de mon mental. J’étais même excité, comme si ce qui se disait ramenait simplement dans mon conscient ce que je savais déjà dans mon subconscient, mais en le rendant précis et clair.
Bref, je buvais du petit lait, j’étais aux anges, et je me voyais, moi aussi, voguer vers les étoiles.
A la fin de la conférence, je fus abordé par une femme d’une étrange beauté. Elle était grande, son visage était fin, ses cheveux de couleur châtain clair ondulaient jusqu’à ses épaules nues, car elle était habillée d’un fourreau de couleur blanc cassé. Je me souviens particulièrement de ses yeux. Ils étaient bleu-gris et avaient une expression profonde et puissante, comme si elle était capable de lire jusqu’au fond de mon âme. Il se dégageait de sa personne une grande douceur et sa voix était mélodieuse. Je me souviens m’être surpris à penser qu’elle semblait représenter la femme idéale, et qu’il me serait facile de tomber amoureux d’elle. Je surpris alors un léger sourire sur ses fines lèvres et je me mis à rougir comme un adolescent, car je venais de comprendre qu’elle avait capté ma pensée. Je n’eus pas le temps d’analyser outre-mesure la situation, car elle me dit sans préambule ceci :
« Bonsoir ami. Je fais partie des gardiennes du Temple Cosmique pour cette Terre. Je suis chargée de te remettre ce colis pour que tu en fasses ce que tu en ressens à travers ton libre-arbitre. Nous t’en remercions. A toujours. »
Puis, sans ambages, elle se retourna et disparut dans la foule qui était encore présente dans la salle de conférence.
Très intrigué par tout cela, je me pressais de rentrer chez moi pour ouvrir ce mystérieux colis. Il n’y avait aucune inscription sur le carton, ni à l’intérieur. J’y trouvais simplement un lot de cassettes numérotées. Il y avait donc un sens d’écoute.
De plus en plus intrigué, j’entrepris de les écouter sur-le-champ malgré l’heure tardive. Je vous avoue qu’après avoir écouté une petite partie de la cassette n° 1, je mis l’appareil sur pose et allais me préparer un solide café, car je pressentais que cette nuit de veille allait être longue.
Je ne pus m’arrêter que lorsque la dernière cassette fut terminée. L’aube se levait alors. Je décidai de me coucher et sombrai dans un sommeil de plomb et apparemment sans rêve.
Je me suis réveillé fort tard ce jour-là. Lorsque je repris mes esprits, une évidence m’apparût : j’étais dépositaire d’un document qui ne m’appartenait pas. Pourquoi en avais-je été le destinataire ? Mystère. Mais une chose était sûre : Je devais le diffuser à qui voudrait bien en prendre connaissance. Et la présentation la plus pratique me parût de le diffuser sous la forme d’un livre.
Dès le lendemain, je me dotais d’un appareil de retranscription. L’avantage de ce type d’appareil est que l’on écoute les cassettes à travers un casque, les commandes se font à l’aide d’un pédalier, (ce qui rend les mains libres pour taper), on peut faire varier la vitesse de défilement sans déformation de la voix, et on peut revenir en arrière pour réécouter ce que l’on vient d’écrire.
Ce travail est devenu ma préoccupation première après mon emploi. La retranscription est terminée. Je vous la livre ci-après sans y avoir changé un seul mot.
Je ne pense pas que son contenu puisse bouleverser l’histoire de l’humanité. Il ne remet pas en question les grands principes philosophiques ou religieux. Il correspond pour moi à une vérité cosmique de la vie. Pour certains, quelques passages de ce qui est écrit leur permettront d’entamer une réflexion sur la vie élargie, comme je l’appelle. Pour d’autres, cette lecture leur apportera des confirmations sur ce qu’ils sentaient intuitivement. Pour d’autres encore, ce ne sera qu’un mauvais roman de science fiction. Au fait, si une certaine science fiction puisait son inspiration sur une réalité ? Parfois déformée, certes, souvent ressentie à travers les filtres humains de l’émotionnel, du mental, de la peur de l’inconnu, ou de l’expression de sa propre violence. Mais réalité tout de même, pour une partie. J’ai recensé depuis une collection de films de science fiction que j’appelle « initiatiques », car ils renferment, (en fonction de ce que je sais), des informations exactes de ce qui se passe sur d’autres plans, dans d’autres dimensions de la vie, de l’espace.
Voici donc ce qui était inscrit sur ces fameuses disquettes. Mon rôle a consisté simplement à les retranscrire, en y ajoutant cependant quelques têtes de chapitre.
Je laisse donc la parolà mon mystérieux inconnu.
Introduction
La particularité des couchers de soleil sur la Terre est leur infinie variété et leur pure beauté dans bien des cas. J’aime particulièrement les couchers de soleil sous les tropiques, car la luminosité du ciel et de la nature rehausse les couleurs. Et lorsque l’on assiste à un coucher de soleil où celui-ci va disparaître dans l’océan, on assiste souvent à de splendides spectacles.
C’est justement le cas ce soir.
Ces dernières semaines j’ai parcouru dans tous les sens le magnifique Archipel de la Société, et particulièrement les îles sous le vent. Je me trouve en ce moment sur une petite île presque désertique près de Bora-Bora.
Le crépuscule s’avance lentement. Le ciel est très pur, seuls quelques nuages de haute atmosphère parsèment le ciel encore bleu.
J’avais décidé ce soir avant toute chose, et probablement pour la dernière fois, d’écouter la symphonie pastorale de Beethoven, et je me suis muni d’un baladeur pour venir sur la plage de sable presque blanc de cette petite île. Je suis à-demi allongé sur le sable, je me pénètre de cette merveilleuse musique et j’admire les reflets du soleil couchant sur le lagon. J’ai toujours apprécié les subtiles couleurs que prend la mer sous les tropiques. Ce soir, elles varient du bleu profond au vert presque fluorescent en passant par différents tons de violet, l’ensemble étant parsemé de paillettes argent et or. De l’endroit où je me trouve j’ai la possibilité d’admirer le disque solaire qui s’enfonce lentement dans l’eau. Il change à chaque instant sa couleur et grandit à vue d’œil dans son diamètre. Le silence est presque absolu si ce n’est les cris de quelques oiseaux de mer. Au moment où le soleil s’enfonce sous la ligne de l’horizon, je remarque un petit voilier qui glisse lentement à quelques encablures de la plage.
Je goûte cet instant sublime où je me sens parfaitement intégré à la nature de la Terre. J’ai eu l’occasion d’admirer quelques paysages de différentes contrées, mais c’est encore en cet endroit du Pacifique que je me sens le plus en harmonie avec Gaïa, dans cette petite île de la Polynésie qui représente pour moi un petit paradis ici-bas.
Au fur et à mesure que le crépuscule s’avance, je peux voir la planète Vénus de plus en plus brillante vers le ciel couchant.
Mes sentiments sont mitigés. Comment vous expliquer ce qui se passe autant dans ma conscience que dans mon cœur en ce moment ?
Je dois vous avouer, dès à présent, et au risque de vous choquer, que je viens de cette planète et que je suis en passe d’y retourner.
Mais je pense que je devrais commencer par le commencement.
Je vais donc vous raconter, dans les grandes lignes, ce qui s’est passé pour moi ces trois dernières années.
Pour cela, nous allons être obligés de nous situer sur un plan subtil de la planète Vénus, c’est-à-dire un plan que les hommes de la Terre ne connaissent pas. En effet, lorsque vous dirigez vos appareils matériels vers cette planète, ou quelques autres d’ailleurs, vous ne pouvez percevoir que le monde matériel de la sphère. Si votre évolution de conscience et vos moyens technologiques et scientifiques vous permettaient d’aborder les plans subtils de l’univers, vous pourriez entrer en contact avec ses plans. Ainsi, vous pourriez entrer en contact avec la dimension 4, qui est la dimension normale de vie de l’humanité de Vénus.
Mais revenons à mon voyage. Il est vrai que j’ai des difficultés à rester centré sur un sujet très précis, car pour moi, tout est tellement lié que l’ensemble de l’Univers et des mondes créés forment un ensemble dans lequel rien n’est dissociable. D’autre part, je pense que je dois vous fournir, au fur et à mesure de mon récit, des éléments vous permettant de comprendre mon aventure et le contexte de ma vie.
Je suis donc venu de Vénus en vaisseau spatial, il y a trois ans et je vais repartir dans quelques heures par le même moyen.
Je vais bientôt quitter cette Terre, mais auparavant je désire laisser une trace tangible de mon passage ici. Après y avoir réfléchi, j’ai décidé que le plus simple était de relater mon aventure sous la forme d’un journal que je vais dicter, ici, ce soir, sur cette plage déserte au m

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text