Charme malicieux , livre ebook

icon

229

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2014

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

229

pages

icon

Français

icon

Ebook

2014

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Tous les yeux sont tournés vers Gabriel Mac Braire au jour de sa première apparition à la Cour Seelie, y compris ceux d’Aislinn Finvarra. Malgré la profonde amertume que lui a laissée sa dernière déception amoureuse, Aislinn ne peut réprimer sa curiosité envers l’homme
à demi-incube, reconnu pour posséder une magie noire dont la nature est à la fois sexuelle et mortelle. Les rumeurs abondent au sujet des femmes qui sont devenues esclaves de ses charmes irrésistibles.
Ainsi, lorsque la reine Été des fae ordonne à Aislinn d’agir à titre de guide de Gabriel pour la cour, cette dernière se met naturellement sur ses gardes. Elle est tombée sous le charme d’hommes beaucoup moins convaincants par le passé. De plus, Gabriel est peut-être beaucoup
plus que ce qu’il semble être, et sa véritable mission est loin d’être innocente.
Cette fois-ci, Aislinn doit protéger non seulement son coeur, mais aussi sa vie...
Voir Alternate Text

Publié par

Date de parution

08 mai 2014

Nombre de lectures

9

EAN13

9782897331429

Langue

Français

Copyright © 2010 Anya Bast
Titre original anglais : Wicked Enchantment
Copyright © 2013 Éditions AdA Inc. pour la traduction française
Cette publication est publiée en accord avec Penguin Group, New York, NY
Tous droits réservés. Aucune partie de ce livre ne peut être reproduite sous quelque forme que ce soit sans la permission écrite de l’éditeur, sauf dans le cas d’une critique littéraire.

Éditeur : François Doucet
Traduction : Noémie Grenier
Révision linguistique : Féminin pluriel
Correction d’épreuves : Nancy Coulombe, Carine Paradis
Conception de la couverture : Matthieu Fortin
Photo de la couverture : © Thinkstock
Mise en pages : Sébastien Michaud
ISBN papier 978-2-89733-140-5
ISBN PDF numérique 978-2-89733-141-2
ISBN ePub 978-2-89733-142-9
Première impression : 2013
Dépôt légal : 2013
Bibliothèque et Archives nationales du Québec
Bibliothèque Nationale du Canada

Éditions AdA Inc.
1385, boul. Lionel-Boulet
Varennes, Québec, Canada, J3X 1P7
Téléphone : 450-929-0296
Télécopieur : 450-929-0220
www.ada-inc.com
info@ada-inc.com

Diffusion
Canada : Éditions AdA Inc.
France : D.G. Diffusion
Z.I. des Bogues
31750 Escalquens — France
Téléphone : 05.61.00.09.99
Suisse : Transat — 23.42.77.40
Belgique : D.G. Diffusion — 05.61.00.09.99

Imprimé au Canada



Participation de la SODEC.
Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada (FLC) pour nos activités d’édition.
Gouvernement du Québec — Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres — Gestion SODEC.
Conversion au format ePub par: www.laburbain.com
Ce livre est dédié à mon mari et à ma fille, qui remplissent chaque jour de notre vie avec de l’amour, des rires et du soutien. Je chéris même les petits désagréments quotidiens de la vie familiale. Je serais perdue sans vous.
remerciements

Merci à Lauren Dane et à Jody Wallace de m’avoir offert leurs compétences de réviseures et leurs opinions lorsque j’en avais désespérément besoin. Merci à Brenda Maxfield de toujours faire office de comité de rétroaction et de m’écouter parler de mes récits et de mes personnages à n’en plus finir.
Grands mercis à Axel de Roy, le brillant artiste qui a créé la carte interactive de Piefferburg, accessible sur mon site Web. J’adore ce que tu fais depuis quinze ans, ce qui représente plus ou moins la durée de mon mariage avec ton bon ami.
Et un merci tout spécial à mon mari, non seulement parce que tu me supportes lorsque je suis stressée ou affolée par une date butoir approchant à grands pas, mais aussi pour avoir suggéré le nom ingénieux de Faelébrités pour l’émission diffusée par les humains, en continu, sur la Cour Seelie.
Chers lecteurs,
Vous êtes curieux de voir où se trouve Piefferburg ?
Visitez mon site Web pour y découvrir une carte interactive :
www.anyabast.com
À propos de l’auteure

Anya Bast est l’auteure de nombreuses œuvres de fiction romantique, pour la plupart paranormales et brûlantes de sensualité. Elle habite à la campagne dans le Kentucky avec son mari, sa fille, huit chats, un chien et un drôle d’assortiment d’animaux rescapés. De nature quelque peu solitaire, elle peut se laisser convaincre par une bonne bouteille de vin rouge, des films classiques ou de la bonne musique. Lorsqu’elle n’est pas en train d’écrire, on peut la trouver dans son jardin à essayer de faire pousser des légumes biologiques, dans les boutiques d’occasion à la recherche du vêtement parfait, ou perdue dans ses rêves de voyage dans un pays lointain. Anya adore lire les commentaires de ses lecteurs. Vous pouvez lui écrire en visitant son site Web : anyabast.com.
un

— L’incarnation même du sexe, chuchotaient les hommes et les femmes autour d’elle.
— Mi-homme, mi-incube.
Aislinn ne savait pas si c’était vrai, mais elle pouvait reconnaître un homme unseelie dans une cour seelie. Puisqu’il s’agissait d’un phénomène plutôt rare, elle fit comme tous les autres et le dévisagea tandis qu’il traversait le couloir.
Vêtu de noir de la tête aux pieds, il était chaussé de Doc Martens et portait un jean délavé et un long pardessus, superposé à un pull ras du cou qui définissait sa poitrine musclée. On aurait dit qu’il possédait chaque centimètre du couloir qu’il traversait. Sa démarche dégageait une telle confiance, qu’il donnait l’impression de prendre plus de place que ce qui était physiquement possible. Les nobles de la Cour Seelie se recroquevillaient dans son sillage, malgré leur volonté de se tenir fièrement et solidement. Même les plus puissants d’entre eux ne restaient pas insensibles à sa p résence. D’autres se raidissaient pour avoir l’air plus grands que nature, posant un défi à une menace imaginaire qu’ils croyaient avoir rencontrée. Quant aux gardes Impériaux, décorés de rose et d’or, ils semblaient perdre leur aplomb à son passage, comme s’ils sentaient qu’un maraudeur était arrivé parmi eux.
Et qui sait si cet homme n’était pas un maraudeur ?
Personne ne savait quoi que ce soit à son sujet, sinon que la magie noire qui coulait dans ses veines unseelie était de nature sexuelle et pourtant meurtrière. La cour bourdonnait depuis l’annonce de son arrivée et de sa rencontre imminente avec la reine Été, souveraine des Tuatha Dé Danann Seelie.
À en croire le bruit qui courait, Gabriel Cionaodh Marcus Mac Braire avait été accueilli au sein de l’étincelante tour de quartz rose de la Cour Seelie, car il venait présenter une demande de résidence permanente à la reine Été, un événement qui recevait la plus grande attention des nobles de la cour. Tel que l’on pouvait s’y attendre, la plupart de ceux s’opposant à cette demande étaient des hommes.
Gabriel, disait-on, avait du sang seelie dans les veines, mais la partie incube unseelie de son être le dominait. Si l’on se fiait à la rumeur, il était comme de l’herbe à chat pour les femmes et, lorsque sa magie spéciale était brandie entre les draps, il avait le pouvoir de les asservir. La victime envoûtée par sa magie devenait alors dépendante de lui. Elle cessait de manger et de dormir, ne vivant que pour ses caresses, et finissait par se négliger complètement et se laisser mourir de désir.
Juste à y penser, Aislinn frémissait d’horreur, pourtant, l’idée ne semblait pas repousser les admiratrices de Gabriel. Peut-être était-ce parce que personne n’avait jamais entendu parler de femmes ayant succombé à ce sort. Si cet homme pouvait utiliser le sexe comme une arme fatale, apparemment il ne l’avait jamais fait.
Toutefois, on avait l’impression qu’une magie sexuelle émanait de lui. Quelque chose d’intangible ; subtil, mais séduisant.
En l’observant, si sûr de lui et beau comme un dieu grec, Aislinn devait admettre qu’il avait du charme. Son long pardessus noir se mêlait à sa chevelure foncée qui tombait derrière ses épaules, si bien qu’elle ne savait plus où l’un commençait et où l’autre se terminait. Un ange déchu, beau à croquer, dont chaque mouvement portait la promesse d’une nuit remplie des plaisirs charnels les plus sombres et les plus dangereux ? Il va sans dire, cet homme n’avait rien d’ordinaire. Même Aislinn, blasée, la fierté blessée par l’« amour », pouvait reconnaître l’attrait de cet homme mystérieux.
Cet attrait constituait bien sûr la spécialité d’un incube, et, si on se fiait aux ouï-dire de la cour, Gabriel l’était à moitié. Pourtant, malgré sa beauté ténébreuse, son charme fatal et cette magie aussi obscure qu’intrigante, il ne faisait aucun effet à Aislinn. À ses yeux, il était le danger incarné. Peut-être était-ce dû à la rupture publique qu’elle venait de vivre et à l’humiliation qu’elle avait subie, mais elle avait maintenant l’impression que tous les hommes représentaient une menace, particulièrement les hommes séduisants .
— Ouah, dit son amie Carina en faisant halte à côté d’elle. Je vois ce dont tout le monde se plaît à parler. Il est vraiment…
Elle laissa son idée en suspens, ses sourcils s’élevant vers la naissance de ses cheveux ébène.
— Il est vraiment quoi ? grogna le mari de Carina, s’approchant d’elle par derrière pour enlacer la taille de sa femme de ses bras.
— Très viril, répondit Carina. La magie de cet homme est si puissante que juste à le regarder passer, une femme se sent un peu grisée, mais c’est illusoire.
Carina se retourna pour enrouler ses bras autour du cou de Drem.
— Mon attirance envers toi est complètement réelle, confia-t-e

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text