Braises de guerre (Tome 1) , livre ebook

icon

224

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2023

Écrit par

traduit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

icon

224

pages

icon

Français

icon

Ebook

2023

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Après la guerre, la bataille pour la paix commence…
Le Chien à Problèmes est un croiseur lourd, construit pour semer la violence. Doué de conscience, c’est aussi une adolescente dégoûtée par le rôle qu’elle a joué dans le génocide d’une planète entière.
Le Chien, reconverti dans le sauvetage des naufragés spatiaux, et sa capitaine, Sal Konstanz, reçoivent l’ordre de venir en aide aux éventuels survivants d’un paquebot en perdition au cœur d’un système contesté. De l’épave émerge une poétesse dissimulée sous une fausse identité pour échapper à l’horreur de la guerre, Ona Sudak. À quelques années-lumière de là, Ashton Childe, un agent des services secrets mis au placard, fait équipe avec un membre d’une faction adverse pour partir à la recherche de la rescapée.
Tous risquent de se retrouver, bien malgré eux, au cœur d’un conflit qui menace d’embraser à nouveau toute la galaxie.
Space opera débridé, Braises de guerre offre une galerie de personnages hauts en couleur, dans la plus pure tradition du genre.
Voir Alternate Text

Publié par

Date de parution

01 janvier 2023

Nombre de lectures

30

EAN13

9782207142936

Langue

Français

Poids de l'ouvrage

2 Mo

Gareth L. Powell
Braises de guerre
ROMAN TRADUIT DE L’ANGLAIS PAR MATHIEU PRIOUX
J’ai été créée pour annihiler. Avant d’être déclassée, j’étais pourvue d’un arsenal capable de vouer des mondes à la ruine et d’incinérer des armadas hostiles. Quand, plus tard, j’ai développé une conscience et suis devenue une nef de la Maison de la Récupération, on m’a permis de conserver un éventail d’armes défensives — leurres antimissiles, brouilleurs électroniques, canons de défense rapprochée —, mais l’impossibilité de tuer, d’infliger des dégâts terribles et décisifs, me démangeait tel un membre coupé.
Pour Edith et Rosie
« Son avatar, c’était le sang. »
Le Masque de la Mort rouge Edgar Allan P OE  (traduction de Charles Baudelaire)
Prologue
Pelapatarn

Un autre vaisseau disparut de la grille tactique, anéanti par une volée d’ogives à antimatière de la taille d’une tête d’épingle. Dans la salle d’opération de son Scimitar, la Juste Fureur , la capitaine de vaisseau Annelida Deal cracha un juron haineux. Les Extérieurs se défendaient mieux qu’elle ne l’avait prévu, déterminés qu’ils étaient à protéger leur poste de commande avancé sur la planète en contrebas. Si seulement elle pouvait traverser leurs lignes, localiser le bunker où se tenait la conférence et lâcher une bombe de taille respectable, elle mettrait peut-être un terme à la guerre. D’un seul geste, elle aurait rempli son objectif : décapiter la chaîne de commandement ennemie, laissant ses forces en proie à la confusion, vulnérables.
Les services de renseignements avaient suggéré une intervention éclair simple : on entre et on ressort. Les Extérieurs avaient opté pour une flotte réduite dans l’espoir de ne pas attirer l’attention. En théorie, elle aurait dû pouvoir les balayer sans effort. Mais ces salauds offraient plus de résistance que quiconque — pas même eux — ne l’aurait escompté, et les forces du Conglomérat avaient déjà perdu deux frégates ainsi qu’un croiseur léger. Une traînée de fumée noire indiquait l’endroit où ce dernier s’était abîmé dans l’atmosphère, laissant derrière lui débris et étincelles, jusqu’à ce qu’il se désintègre au-dessus de la face nocturne de Pelapatarn, éparpillant ses fragments sur l’océan en un large arc de cercle.
Des alarmes retentirent à travers tout le vaisseau. D’autres torpilles approchaient.
Dans la salle d’opération, la capitaine Deal s’agrippa aux bords de la table d’affichage tactique. Autour d’elle, les visages holographiques de ses lieutenants étaient nerveux et sombres tandis qu’ils attendaient sa réponse.
« Nous ne pouvons pas passer », dit l’un d’eux, et elle s’aperçut qu’il disait vrai. L’essentiel de la flotte extérieure était disposé entre ses vaisseaux et la planète. Le moindre projectile serait intercepté et détruit avant d’atteindre l’atmosphère. Son seul espoir était de se frayer un chemin à travers le blocus. Mais cela lui prendrait du temps et des vies humaines. Ses Scimitars étaient plus rapides et plus avancés que les croiseurs extérieurs, mais l’ennemi se trouvait dos au mur. Le temps qu’elle soit à distance de tir de la planète — si elle y parvenait seulement —, les commandants ennemis auraient fui leur conférence. Si elle voulait mettre fin à cette guerre, elle devait frapper sur-le-champ.
Elle ouvrit un canal vers le quartier général de la flotte et apprit qu’un groupe de quatre Carnivores arrivait de Tor Frimas. En tant que renforts, ils ne suffiraient pas à faire pencher le cours de la bataille de manière décisive, mais ses supérieurs avaient un autre objectif en tête pour eux.
Et ils voulaient qu’elle donne l’ordre.
« Passez-moi l’ Adalwolf , lança-t-elle à l’officier des transmissions.
— À vos ordres ! »
L’écran principal s’obscurcit et un hologramme apparut. Le capitaine de vaisseau Valeriy Yasha Barcov avait le crâne lisse et portait une barbe épaisse et broussailleuse. Il était assis sur son siège de pilote, une profusion de minces fibres optiques enfoncées dans les prises à l’arrière de sa tête.
«  Dobryj den , commandante. » Il eut un sourire carnassier, savourant de toute évidence le conflit à venir. « Nous serons avec vous sous peu. »
La capitaine Deal secoua la tête. « Non, commandant, j’ai une autre mission pour vous. »
L’homme haussa un sourcil. « Parlez et ce sera fait. »
S’appuyant sur la table, Deal se pencha en avant. « Vous avez ordre de sauter au-delà de la flotte extérieure. N’attaquez pas les vaisseaux. Votre cible est la planète. »
L’air perplexe de Barcov se changea en un froncement de sourcils. « Mais nous ne savons pas où a lieu la conférence. Les astronefs ennemis seront sur nous avant que nous n’ayons pu topographier la jungle.
— C’est pourquoi je veux que vous laissiez tomber la reconnaissance. »
Sa confusion s’accrut. « Mais alors, qu’allons-nous bombarder ? »
Deal déglutit. Elle sentait son cœur tambouriner dans sa poitrine. « Tout. »
Barcov ouvrit et referma la bouche à plusieurs reprises. Enfin, il demanda : « Vous voulez que je détruise la jungle consciente de Pelapatarn ? »
Deal sentit la sueur perler sur son front. « Nous avons ordre de la réduire en cendres jusqu’au dernier arbre. »
Pendant un instant, le vétéran fut frappé de stupeur. Puis il inspira longuement par ses narines caverneuses et se redressa sur son siège.
« Il en sera fait ainsi. »
 
La capitaine Deal regarda l’holocauste depuis la passerelle de son Scimitar. Elle tenait à voir les conséquences de l’ordre qu’elle avait donné de ses propres yeux, et non à travers un écran d’ordinateur. Elle savait que des soldats des deux camps se trouvaient dans la jungle, ainsi que plusieurs milliers de civils. Mais elle se répéta que leur sacrifice en vaudrait la peine. Elle était certaine que ses supérieurs avaient raison et que mettre fin aux hostilités de façon nette et rapide sauverait, à long terme, plus de vies qu’il n’en serait perdu dans la tempête de flammes.
Lorsque les premiers champignons nucléaires s’élevèrent sur l’unique supercontinent de la planète, elle sentit son estomac s’alléger, comme si la gravité avait temporairement disparu. Toute activité sur la passerelle se figea. Même la flotte extérieure cessa de tirer.
Hurlant à travers la basse atmosphère, les quatre Carnivores en forme d’ogive relâchèrent l’intégralité de leur arsenal destructeur, faisant pleuvoir le feu et la mort sur des bandes de cinq cents kilomètres de large. Les explosions nucléaires criblèrent la terre et embrasèrent des millions de kilomètres carrés de végétation ; les déflagrations d’antimatière déchirèrent la trame de la planète elle-même, éjectant d’immenses panaches de poussière et de roche, tandis que les munitions plus petites fondaient sur les cibles probables, éliminant tout ce qui marchait, rampait ou volait.
Un seul passage suffit.
Ils surgirent de nulle part puis sautèrent à nouveau avant que la flotte ennemie puisse faire volte-face et engager le combat. Dans leur sillage, ils laissèrent une biosphère vieille de milliards d’années en flammes, et une atmosphère gorgée de cendre et de poussière radioactive.
L’incendie fit rage pendant six semaines.
La guerre fut terminée en une.
PREMIÈRE PARTIE
Trois ans plus tard

« Car de même que cet océan d’épouvante cerne un continent verdoyant, de même il se trouve dans l’âme humaine une île de paix et de joie, une Tahiti ceinturée de toutes les horreurs d’un monde à demi connu. »
Herman M ELVILLE , Moby Dick ou le Cachalot (traduction de Philippe Jaworski)
1
Sal Konstanz

« J’entends frapper à l’intérieur. » Toujours accroupie, Alva Clay bascula en arrière, posa les talons de ses bottes au sol et abaissa ses lunettes. « Je dirais au moins deux personnes. »
Je détournai la tête tandis qu’elle alluma son chalumeau coupeur.
« Hé, George ! appelai-je. On en a trouvé d’autres. Viens par ici ! »
Depuis la poupe de l’épave à la dérive, George Walker, immédiatement reconnaissable dans sa combinaison médicale orange vif, leva les yeux du patient allongé dont il s’occupait.
« Oui, commandante. » Il avança d’un pas lourd, de sa démarche de vieil homme incertaine, tandis que le pont grognait et se tordait sous l’effet de la houle.
« On a trouvé d’autres survivants », lui annonçai-je. Nous avions déjà extrait quatre corps d’un trou que Clay avait découpé au sommet de l’éclaireur naufragé, mais un seul d’entre eux était encore en vie.
En ce moment même, le Clodo flottait sur l’océan, avec seulement quelques dizaines de mètres carrés de sa structure supérieure dépassant au-dessus des vagues. À un mètre de là où je me trouvais, des vaguelettes paresseuses teintées de rose par le soleil lapaient le bord de la coque. Je me frottai le front. Comment cela avait-il pu arriver ? Le Clodo était en reconnaissance pour une possible colonisation de la planète. Comment ces idiots avaient-ils fini dans l’océan et inondé leur vaisseau tout entier ?
Quant à ma nef, le Vaisseau de la Récupération Chien à Problèmes , elle se tenait quelques centaines de mètres plus à l’est, suspendue en l’air comme une monstrueuse ogive d’airain. Avant qu’elle ne rejoigne la Maison de la Récupération, c’était un croiseur lourd de classe Carnivore travaillant pour l’une des plus puissantes factions humaines : le Conglomérat. Les moteurs représentaient quatre-vingt-cinq pour cent de sa masse totale. Les emplacements d’artillerie, les bulles radars, les hangars à drones et les tourelles lance-missiles vides interrompaient les lignes par ailleurs lisses de sa coque fuselée.
« Comment ça va, vaisseau ? » lui demandai-je.
La nef répondit à travers l’implant dans mon oreille : « Je ne suis pas parvenue à retrouver la personnalité principale du Clodo . J’ai atteint son noyau, mais il semble avoir effacé ses fonctions supérieures. »
Je fronçai les sourcils. « Pas de boîte noire ? Pourquoi aurait-il fait ça ?
— D’après son dernier rapport de situation, il s’estimait responsable de l’accident. »
Les nuages s’amoncelaient à l’horizon, menaçant d’obscurcir le soleil bas et sangui

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text