Avalon - Le dernier fils d'Avalon , livre ebook

icon

412

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2012

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

412

pages

icon

Français

icon

Ebook

2012

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

C’est dans le désarroi le plus total qu’Éloise a quitté l’Angleterre à la fin de ses études de maîtrise, sans même se donner la peine de soutenir sa thèse, pourtant brillante.
Les circonstances ont amené la jeune femme à s’impliquer dans la libération de Wallegh et de Morgane, prisonniers d’une malédiction séculaire qui les condamnait à errer sans fin. Ce faisant, elle a soustrait aux forces des ténèbres deux âmes réputées leur appartenir et elle a ainsi provoqué la colère vengeresse de L’Étrangère.
Fabrice, son frère déficient intellectuel, est inquiet. Sa jumelle s’est murée dans le silence et le déni depuis son retour d’Angleterre. Il voudrait lui parler de cet énorme corbeau qui vient le voir chaque jour et qui lui promet de lui enseigner comment élever son esprit au-delà de ses limites. L’oiseau prétend qu’avec son aide il pourrait briser l’emprise que L’Étrangère exerce sur sa sœur.
La jeune femme doit se ressaisir et remonter jusqu’à ses lointains ancêtres pour découvrir le fin mot des événements. Il en va de sa survie et de celle de son jumeau.
Vous serez pris dans un tourbillon de découvertes toutes plus troublantes les unes que les autres. Un roman tout simplement fabuleux, où s’entremêlent histoire et fantasy.
Voir Alternate Text

Date de parution

26 mars 2012

Nombre de lectures

18

EAN13

9782894358108

Langue

Français

Isa-Belle Granger
Conception de la couverture et infographie : Marie-Ève Boisvert, Éd. Michel Quintin
Illustrations de la page couverture : Boris Stoilov
Conversion en format ePub : Studio C1C4

La publication de cet ouvrage a été réalisée grâce au soutien financier du Conseil des Arts du Canada et de la SODEC.
De plus, les Éditions Michel Quintin bénéficient de l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Programme d’aide au développement de l’industrie de l’édition (PADIÉ) pour leurs activités d’édition.
Gouvernement du Québec Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres Gestion SODEC
Tous droits de traduction et d’adaptation réservés pour tous les pays. Toute reproduction d’un extrait quelconque de ce livre, par procédé mécanique ou électronique, y compris la microreproduction, est strictement interdite sans l’autorisation écrite de l’éditeur.

ISBN 978-2-89435-810-8 (version ePub)
ISBN 978-2-89435-576-3 (version imprimée)

© Copyright 2012

Éditions Michel Quintin
C.P. 340, Waterloo (Québec)
Canada J0E 2N0
Tél. : 450 539-3774
Téléc. : 450 539-4905
www.editionsmichelquintin.ca
Il est plus digne d’un roi de se vaincre lui-même que de vaincre ses ennemis.
Alexandre le Grand
I NDEX DES PERSONNAGES
Personnages historiques
Princesse Scota : Fille présumée d’un pharaon égyptien issu de la XXX e dynastsie. Les données quant à l’année de sa naissance et de sa mort demeurent incertaines. Certaines sources la retracent tantôt au V e siècle avant Jésus-Christ, tantôt au III e . Toutes s’entendent cependant pour dire qu’elle aurait épousé le guerrier Gathelos, un prince milésien à qui le pharaon l’aurait offerte pour lui avoir permis de remporter une grande bataille. Elle aurait quitté l’Égypte avec une pierre sacrée qu’elle aurait transportée en Espagne et se serait ensuite établie avec son mari en Ulster, en Irlande. Son époux s’illustre dans une grande guerre qui l’oppose aux Tuatha de Danann et donne à ses nouveaux sujets le nom de Scotis, en l’honneur de son épouse. Leur descendance quitte plus tard l’Irlande pour aller coloniser une terre qui sera nommée Scotland, l’Écosse. La pierre sacrée de Scota y est apportée au cours du VI e siècle et devient le symbole incontesté de l’identité écossaise.
Van Beethoven, Ludwig , 1770-1827 : Né à Bonn, en Allemagne, il grandit sous la férule d’un père despotique qui désire voir son fils marcher sur les pas du prodige Wolfgang Amadeus Mozart. Avant de devenir pianiste, il apprend d’abord à jouer du clavecin, puis du violon, tout en se familiarisant avec les œuvres de Jean-Sébastien Bach. Il publie ses premières compositions à 13 ans. Il joue devant Mozart à l’âge de 17 ans et est invité à aller étudier à Vienne à l’âge de 22 ans par le réputé Joseph Haydn. Bien que l’homme cultive son esprit en l’abreuvant de littérature classique et de poésie, son entourage le qualifie d’impétueux. Il commence à perdre l’ouïe dès le dé-but de la trentaine et est victime d’une santé fragile. Avant de rendre l’âme le 26 mars 1827, il aura entre autres composé neuf symphonies, onze ouvertures, cinq concertos pour piano et deux pour cordes, trente-deux sonates pour piano, quinze sonates pour cordes, dix-sept qua-tuors pour cordes, plus d’une dizaine de trios pour piano et cordes, ainsi que dix œuvres de musique vocale, dont un opéra et trois pièces de musique sacrée.
Personnages fictifs
Artémiu : Amant et donneur de Philip, étudiant en anthropologie, d’origine roumaine.
D’Arcy : Maître maçon embauché par Éloise et avec qui elle se liera d’amitié.
De Grandpré, Éloise : 7 e fille d’Avalon, propriétaire du salon de thé Chez Lady Grey.
De Grandpré, Fabrice : Frère jumeau d’Éloise ayant une déficience intellectuelle, qui serait l’héritier de Merlin…
Edward, Philip : Britannique dans la jeune trentaine, meilleur ami d’Éloise, nouveau directeur du département des Lettres de l’Université de Bristol, au Royaume-Uni. Il serait l’héritier de Merlin…
Grovonovitch, Wallegh : Appelé par ses pairs le Vénérable, il est l’ancien directeur du département de Lettres de l’Université de Bristol, au Royaume-Uni.
L’Étrangère : Incarnation féminine de Satan.
Lafleur, Christophe : Proche d’Éloise et Fabrice, intervenant en déficience intellectuelle.
Patrick : Vampire d’origine irlandaise dont le but est de s’emparer de la Pierre de la Destinée.
Vïelle : Séduisante Italienne aux dons spectaculaires envoyée par Wallegh pour assurer la protection d’Éloise.
P ROLOGUE
Université de Bristol, Royaume-Uni, 5 mars, quelques semaines avant Ostara
La brume cerclait les édifices du campus et rampait vers le bâtiment principal telles des mains avides venues réclamer leur dû. À travers le brouillard dense de ce matin lugubre, à peine distinguait-on les silhouettes des étudiants qui se hâtaient vers la chaleur du pavillon. La tête rentrée dans les épaules, ils s’efforçaient de conserver le peu de chaleur que leur corps transpercé par une humi-dité impitoyable parvenait à produire. Personne ne remarqua l’ombre immobile qui se dessinait dans une des fenêtres du second étage. Personne, sauf Patrick, qui attendait patiemment son heure.
Plus tôt, alors que l’aube tardait encore à poindre, il était passé rendre visite à Wallegh avec en tête un but très précis, mais la rencontre ne s’était pas passée tout à fait comme il l’avait souhaité.
* * *
On eût cru que le temps s’était figé, tant le silence pesait lourd dans le bureau du directeur du département de littérature. Le campus étant encore pratiquement désert, personne ne fut témoin de la confrontation teintée à la fois de hargne et de respect qui s’y déroula.
Forts de leur stature imposante et de leur personnalité trempée, Wallegh et Patrick refusaient de céder un pouce. L’un assis en face de l’autre, le visage de marbre, mais le regard en feu, ils défendaient jalousement leur position.
Cependant, devant le stoïcisme implacable de celui qui avait jadis été son mentor, Patrick perdit le duel.
Dois-je donc comprendre que je devrais ajouter foi aux ragots qui circulent à ton sujet ? demanda-t-il enfin, sans pour autant perdre son flegme.
Tu es libre de croire ce que bon te semble, rétorqua Wallegh.
Des rumeurs avaient commencé à circuler concernant celui qu’au sein de la communauté on appelait le Vénérable. Quelque chose au sujet d’une délivrance, d’une libération longuement attendue. On disait même qu’il avait rompu le lien qui l’unissait à sa « famille », en anéantissant l’un des siens qui avait osé s’aventurer trop près de la vérité. Patrick se refusait à accorder foi à ces médisances, mais force lui était de reconnaître que personne n’avait jamais plus entendu parler de LeBreton. Et tout ça pour une soi-disant élue, une fille d’Avalon.
Cela ne pouvait signifier qu’une seule chose : la prophétie était sur le point de s’accomplir, et le soir de l’équinoxe du printemps, Ostara, symbole du renouveau, représentait son échéance. Patrick devait coûte que coûte savoir où Wallegh avait planqué l’objet inestimable qu’il savait en sa possession et connaître celui à qui il serait confié advenant la disparition de son propriétaire. Il n’avait pas passé le dernier siècle à suivre la trace de la sainte et réputée relique pour, si près du but, la laisser lui filer entre les doigts.
Comme Wallegh refusait catégoriquement de s’ouvrir au sujet de la simple mortelle qu’il logeait entre les murs de son manoir et qui, fort heureusement pour elle, était partie quelques jours visiter Stonehenge, Patrick en avait déduit que c’était à cette impie qu’il la léguerait, et cela lui était inacceptable, inconcevable. Autrefois, Wallegh n’avait aucun secret pour son fils spirituel.
En gardant le silence, gronda Patrick, non seulement me prives-tu de ma propre rédemption, tu Le bafoues une seconde fois. Tu sais ça ?
Wallegh afficha un sourire narquois.
Admirable tentative d’intimidation, mais c’est peine perdue. Je te l’ai répété cent fois, tu cours après des chimè

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text