Aïnako 5 - Le trésor des ondins , livre ebook

icon

132

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2013

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

132

pages

icon

Français

icon

Ebook

2013

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Bien qu’elle se soit juré de demeurer parmi les humains, Novembre, alias Aïnako, est forcée de retourner parmi son peuple originel quand des individus sans scrupules menacent de s’en prendre à ses amis pour l’obliger à honorer une ancienne dette. Ces malfrats comptent aussi sur son aide pour découvrir un secret millénaire, dont la connaissance devrait les conduire au trésor des ondins et leur conférer le pouvoir suprême.
Sitôt de retour, Aïnako met toute son énergie à les prendre de vitesse, croyant pouvoir déjouer leurs ruses.
Mais c’est sans compter le lien qui unit son esprit à celui d’Omkia. Au fait, quel est le véritable but du gnome maître sculpteur, lui qui se révèle tantôt son complice, tantôt son adversaire ?
Voir Alternate Text

Date de parution

07 novembre 2013

Nombre de lectures

4

EAN13

9782894358962

Langue

Français

Poids de l'ouvrage

1 Mo

ARIANE CHARLAND

Le trésor des ondins
Illustration de la page couverture : Boris Stoilov
Infographie : Marie-Ève Boisvert, Éd. Michel Quintin
Conversion au format ePub : Studio C1C4

La publication de cet ouvrage a été réalisée grâce au soutien financier du Conseil des Arts du Canada et de la SODEC.
De plus, les Éditions Michel Quintin reconnaissent l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada pour leurs activités d’édition.
Gouvernement du Québec – Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres – Gestion SODEC
Tous droits de traduction et d’adaptation réservés pour tous les pays. Toute reproduction d’un extrait quelconque de ce livre, par procédé mécanique ou électronique, y compris la microreproduction, est strictement interdite sans l’autorisation écrite de l’éditeur.

ISBN 978-2-89435-896-2 (version ePub)
ISBN 978-2-89435-663-0 (version imprimée)

© Copyright 2013

Éditions Michel Quintin
4770, rue Foster, Waterloo (Québec)
Canada J0E 2N0
Tél. : 450 539-3774
Téléc. : 450 539-4905
editionsmichelquintin.ca
À mes parents, pour leur amour et leur soutien indéfectibles.
1 D OUBLEMENT REINE
Novembre jeta encore un coup d’œil par-dessus son épaule.
— Cherches-tu quelqu’un? demanda Chloé.
Novembre se retourna vers son amie et remit une mèche brune derrière son oreille. Elle haussa les épaules.
— Non, personne.
Elle résista à son réflexe de regarder une autre fois derrière elle. À sa droite, le soleil était en train de se coucher au-dessus du boisé. Les ombres devenaient plus denses et il était facile d’y imaginer des choses qui n’y étaient pas.
À sa gauche, l’eau du lac artificiel, noire et d’aspect huileux, ressemblait à du pétrole. Des roseaux réussissaient néanmoins à y pousser et on entendait des clapotis qui laissaient croire que des grenouilles y avaient élu domicile. Apparemment, c’était la pluie qui avait rempli au fil des ans l’ancienne carrière près de laquelle la ville s’était construite au début du siècle précédent. Elle avait fermé l’année qui avait suivi la fin de la Seconde Guerre mondiale, mais les jeunes de l’époque s’étaient empressés de la convertir en lieu de rassemblement et la tradition s’était perpétuée de génération en génération. Novembre détestait cet endroit; le lac sombre lui rappelait trop de mauvais souvenirs.
Chloé haussa les sourcils sous sa frange noire parfaitement coupée.
— Personne?
La moue sceptique que dessinaient ses lèvres rouge vif signifiait qu’elle n’était pas dupe.
La plage – si on pouvait appeler plage le gravier poussiéreux qui bordait le lac – était noire de monde. L’école recommençait dans deux jours et tous les futurs élèves de cinquième secondaire semblaient s’être passé le mot pour venir y célébrer le début de leur dernière année ensemble.
Novembre observa tous ces visages en train de rire ou de se crier par la tête pour enterrer la musique qui sortait de la mini-chaîne stéréo que quelqu’un avait apportée. Elle avait fait tout son primaire et presque tout son secondaire avec la plupart de ces jeunes, mais elle avait l’impression d’être une étrangère et n’arrivait pas à se rappeler si ça avait toujours été ainsi ou si c’était depuis son retour prétendu d’Europe.
— C’est stupide, dit-elle en se forçant à rire. J’avais cru voir quelqu’un de mon ancienne école.
Son ancienne école. C’était ainsi qu’elle appelait son ancien monde, le monde des elfes où elle n’était restée qu’un an. Elle avait rencontré sa mère; sa mère qu’elle avait crue morte toute sa vie. Mais, avant même qu’elle ait pu apprendre à la connaître, on la lui avait enlevée. La même elfe qui avait tué son père avait fini par tuer sa mère.
— Pas un autre! maugréa Chloé en prenant un air exagérément lugubre.
Cette fois, un sourire sincère alluma une étincelle dans les yeux gris de Novembre.
— Tu n’as pas digéré qu’il t’ait montré à faire un feu sans papier journal, hein?
Chloé avait toujours été très fière de ses talents en matière de feux de foyer. À la maison, les soirs d’hiver, c’était elle qui se chargeait de faire flamber les bûches soigneusement empilées sur un monticule de papier chiffonné.
— Qu’est-ce que tu veux que ça me fasse, qu’il soit meilleur que moi dans un domaine? Il a plus d’expérience, c’est tout. Et puis, c’est quoi, comme nom, Tao? On dirait un nom de chat.
Un garçon aux yeux espiègles, au visage un peu plat et aux cheveux cuivrés légèrement bouclés les prit toutes les deux par le cou.
— Est-ce qu’un chat vous apporterait des renforts comme je le fais?
Dans chacune de ses mains, il tenait une bouteille de liquide ambré renfermant un long piment fort.
— Tao! s’exclama Novembre. Je croyais que tu passais tout l’été avec ta famille.
Le garçon libéra les filles et leur offrit ses bouteilles. Chloé fit la grimace.
— C’est ça, tes renforts? C’est quoi?
— De la bière au piment.
La grimace de Chloé s’accentua.
— Ça a l’air dégueulasse.
— Je ne sais pas comment tu fais pour boire ça! renchérit Novembre.
— J’aime les sensations fortes! répondit Tao en rangeant une des bouteilles dans sa poche.
Il décapsula l’autre en faisant tourner le goulot dans sa paume et prit une gorgée.
— Ah! fit-il en essuyant sa lèvre supérieure avec le dos de son poignet. Ça, ça réveille!
— Il n’est même pas huit heures du soir et tu as besoin d’être réveillé? demanda Chloé en reprenant un air dubitatif.
— Ça doit être le décalage horaire, répliqua Tao en éclatant de rire.
Chloé ne sembla pas comprendre ce qu’il trouvait si drôle. Novembre donna un coup de pied amical sur la cheville du jeune homme. Elle était contente de le voir.
— Tu es revenu quand?
— Avant-hier.
Elle remarqua qu’une hésitation s’était immiscée dans son sourire. Il but une autre gorgée pour la masquer, mais ses yeux obliquèrent vers le boisé, exactement là où elle-même n’avait pas arrêté de regarder. Ne pouvant réprimer son envie, elle y jeta aussi un coup d’œil.
— Oh non! grogna Chloé. Tao, dis-moi que tu n’as pas vraiment ramené un de tes amis.
Le sourire de Tao redevint malicieux.
— Chloé, je sais que tu m’adores.
La principale intéressée gloussa.
— Je suis moins impressionnable que la plupart de mes congénères.
La moitié des filles reluquaient du côté de Tao ou, à l’opposé, faisaient tout pour l’ignorer, tout en s’approchant subtilement et en riant plus fort que nécessaire. Novembre pouvait comprendre leur attirance. Le garçon représentait l’inconnu. Ses yeux noisette pailletés de roux, son teint doré et son accent indéfinissable intriguaient tous ceux qui croisaient son chemin.
Quand il redevenait le feu follet espiègle qu’il était en réalité, ses iris retrouvaient leur véritable couleur orange, sa peau prenait l’aspect noir et friable du charbon et, comme le charbon, elle se mettait à rougeoyer au contact des flammes. Les feux follets avaient besoin de chaleur pour vivre. Ils pouvaient supporter des températures inimaginables.
— Tu as ramené un de tes amis? le questionna Novembre en le tirant par le bras pour qu’il la regarde.
— Non, je suis venu tout seul. J’ai juste cru voir un de nos anciens camarades de classe.
— Toi aussi?
Novembre était consciente de sa voix soudain trop aiguë et de ses yeux exorbités, mais elle n’y pouvait rien. Chloé les considéra à tour de rôle.
— Qu’est-ce qu’ils ont, les gens de votre ancienne école, pour vous faire autant flipper?
Tao prit un air affreusement grave.
— Ce sont des vampires.
— Très drôle. Ça veut dire qu’ils vivent éternellement? J’espère qu’ils ne te convertiront jamais, dans ce cas!
Tao ricana.
— Si tu savais, Chloé! Si tu savais!
Novembre lui écrasa les orteils.
— Qui voudrait vivre éte

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text