Traitement de faveur , livre ebook

icon

432

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2014

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

432

pages

icon

Français

icon

Ebook

2014

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Et si la vie débutait réellement après un cancer ?Apprenant qu’il est atteint d’un cancer, Billy Boost, un Montréalais bien de son temps, se voit offrir un traitement de faveur. Ainsi, en raison de son jeune âge et de son excellente forme physique, certains scientifiques et médecins s’intéressent-ils à lui pour valider les résultats de leurs recherches classées « top secret ». Billy recouvrera effectivement la santé… mais à quel prix? Heureusement, il peut compter sur le concours de Marie, sa chérie, pour découvrir la vérité en lien avec les drôles d’effets secondaires causés par ses traitements et ceux qui les lui ont cachés. Tout comme il peut également compter sur elle pour partager avec lui la vie trépidante qu’est devenue la sienne… grâce à ces mêmes effets secondaires. C’est alors qu’il se savait lui-même atteint d’un cancer que Richard Émond eut l’idée d’écrire ce roman pour le moins palpitant. Encouragé par son fils, il profita des longues heures de liberté que lui procurait son état pour peaufiner son projet. Ce fut certes salvateur puisque non seulement l’écriture lui a-t-elle permis de passer plus facilement au travers de sa maladie, mais de plus, il s’est découvert une nouvelle passion. Tellement, qu’aussitôt son premier roman terminé, devait-il se mettre à la rédaction d’un second, à savoir la suite de Traitement de faveur, qu’il compte nous offrir très bientôt.Optimiste de nature, jamais Richard Émond ne s’est laissé abattre par son état de santé. Étonnés par son attitude et la façon dont il a su vaincre sa maladie, plusieurs professionnels de la santé devaient par la suite l’inviter à prendre part à maints congrès et colloques pour qu’il puisse transmettre son message d’espoir et signifier à tous qu’il ne faut jamais baisser les bras. Il est l’exemple même prouvant qu’il est faux de croire que la vie s’arrête à l’annonce d’une grave maladie.
Voir Alternate Text

Date de parution

30 janvier 2014

Nombre de lectures

2

EAN13

9782924224434

Langue

Français

Table des matières
Chapitre 1 4
Chapitre 2 14
Chapitre 3 26
Chapitre 4 35
Chapitre 5 46
Chapitre 6 64
Chapitre 7 86
Chapitre 8 95
Chapitre 9 120
Chapitre 10 155
Chapitre 11 181
Chapitre 12 188
Chapitre 13 195
Chapitre 14 206
Chapitre 15 220
Chapitre 16 224
Chapitre 17 245
Chapitre 18 265
Chapitre 19 275
Chapitre 20 280
Chapitre 21 292
Chapitre 22 308
Chapitre 23 325
Chapitre 24 345
Chapitre 25 351
Chapitre 26 362
Chapitre 27 373
Chapitre 28 380
Chapitre 29 385
Chapitre 30 393
Chapitre 31 402
Chapitre 32 411
Chapitre 33 420
Chapitre 34 434
Chapitre 35 447
Chapitre 36 453
Épilogue 457
Traitement

De

Faveur


Richard Émond
Chapitre 1

Lundi 26 juin

«Je devrais peut-être me tourner sur le côté droit, se dit Billy qui regardait le plafond de sa chambre à coucher. Inutile, je suis incapable de m’endormir sur le flanc. Et si je mettais sous mes genoux le gros coussin à motifs d’éléphants que m’a donné Marie? Non, y a rien à faire, ça élance toujours. Quelle heure est-il? 5 h 05!»
Ce matin-là, Billy se leva tôt, très tôt. En fait, il n’avait presque pas dormi. Il n’espérait plus profiter de ses dernières heures de repos habituelles. Les corbeaux qui croassaient dans un arbre, près de sa fenêtre évidemment, lui enlevèrent, eux aussi, tout espoir de se rendormir.
Il ne dormait pas très bien depuis quelque temps. Il s’efforçait tout de même de conserver un horaire de sommeil stable. Il avait mal au bas du dos. À l’endroit précis que le plombier dénude, penché sous l’évier. Il se sentait constamment tenu en joue par la pointe d’un revolver. Il faudrait bien qu’il se résigne à consulter un médecin, car la situation ne s’améliorait pas, bien au contraire.
Il se leva donc, doucement, en se tournant sur le côté et en s’appuyant fermement sur ses bras, tout en descendant ses jambes le long du rebord du lit. Une fois debout, il s’approcha de la fenêtre pour regarder le temps qu’il faisait. Billy avait remarqué que les corbeaux n’étaient pas de très bons indices de la température extérieure, quoique, souvent plus fiables que les prévisions météorologiques présentées à la télévision. À ce sujet, il aurait aimé connaître le nombre de diplômés en météorologie que «produisent» annuellement les universités, car il aurait certainement préféré que l’on transfère les subventions accordées à cette science de l’atmosphère aux facultés de médecine ou de pédagogie.
Il avait choisi cet appartement, entre autres, parce qu’il faisait face à un grand parc avec de nombreux arbres. De son deuxième étage, le vent, soufflant sur les érables et les chênes centenaires, lui donnait l’impression de retrouver l’air pur de la montagne près de laquelle il avait vécu son enfance. Il était un citadin d’adoption. Malgré qu’il profitât pleinement des avantages de la vie en ville, il savait qu’il retournerait vivre à la campagne, tôt ou tard.
En admirant le magnifique bleu du ciel et en apercevant les installations sportives à la droite du parc, il se rappela qu’il devait acheter de nouvelles balles de tennis, pour son match en soirée avec Marie.
«Ah! La belle Marie… J’ai toujours autant de plaisir à échanger des coups avec elle, se surprit-il à dire à un gros chat gris qui traversait la rue.»
Marie exerçait sur lui une magie plus forte que tout ce qu’il avait vécu auparavant. Il se sentait tranquille près d’elle. Ils pouvaient discuter pendant des heures de tout et de rien. La passion des premiers moments était toujours aussi intense. Sportifs accomplis, ils jouaient régulièrement au tennis et au squash. Amants de la nature, ils adoraient les randonnées en montagne et le camping sauvage. Amateurs de vélo, ils renouvelaient sans cesse leur plaisir à découvrir de nouvelles régions. Mais Billy n’était pas prêt à s’engager «officiellement», comme elle le disait si bien. Même après un peu plus de trois années de fréquentation, ils ne partageaient toujours pas le même appartement. Le quotidien avec elle lui faisait un peu peur. D’ailleurs, partager toute sa vie avec qui que ce soit lui faisait un peu peur. Une blessure passée avait laissé sa trace. Il se confiait volontiers à Marie, partageait avec elle ses rêves, ses craintes ou ses désirs les plus fous, alors que de son côté, celle-ci lui répétait souvent qu’il était l’homme de sa vie. Elle était son amoureuse et parfois son «vieux chum». Mais, pour le moment, il avait choisi de mettre toute son énergie dans sa vie professionnelle.
Toutefois, il savait fort bien qu’elle attendait beaucoup plus de leur relation. Elle n’avait jamais caché son désir d’avoir des enfants. Le temps faisant son œuvre et la trentaine toute fraîche…
«Mais qu’est-ce qui se passe ce matin, se lamenta-t-il. La douleur monte jusqu’aux omoplates et descend dans les jambes. Une bonne douche chaude me fera du bien!»
Avec beaucoup de peine, Billy entra sous la douche et dirigea le jet directement sur la région la plus sensible de son dos. Presque brûlante, l’eau lui procura une sensation de détente et il put alors se savonner, bien que péniblement, tout le corps. Pour la première fois, la douleur l’inquiétait réellement, au point qu’il commençait à penser sérieusement à faire un saut à la clinique médicale. Dès son retour du travail, en fait.
Heureusement pour lui, ce matin-là, il disposa de beaucoup de temps. Tous ses gestes furent lents et souvent difficiles. Il eut énormément de peine à enfiler ses chaussettes et n’arriva même pas à lacer ses souliers. Il ressentait une trop grande douleur en position accroupie. Il sortit du fond d’un placard une vieille paire de chaussures de course s’attachant avec des bandes de velcro. Il les regarda quelques instants; elles n’étaient pas trop défraîchies. Par contre, elles dégageaient une odeur de vestiaire sportif après un dur match. Ça ne le dérangeait pas de porter ses vieilles espadrilles, mais avec un complet…
«Bof, je ne rencontre pas de client aujourd’hui. De toute façon, je vais apporter des souliers dans mon attaché-case. Quand j’aurai marché un peu et que mes muscles seront réchauffés, ça ira certainement mieux, tenta-t-il de se convaincre.»
Non sans difficulté, il descendit les marches le menant au rez-de-chaussée de son appartement. Habituellement, lorsque la température le permettait et qu’il travaillait toute la journée à son bureau, il s’y rendait à bicyclette. Mais pas aujourd’hui. Chacun de ses mouvements requérant trop d’énergie, il décida de prendre sa voiture. Il descendit donc au sous-sol, où se trouvait le garage.
Son entreprise était située à une quinzaine de minutes de chez lui, tout près du centre-ville. Depuis deux ans, Billy avait sa propre firme de «chasseurs de têtes», ces consultants externes qui recrutent secrètement des candidats pour combler des postes vacants dans les organisations. Cette idée de démarrer sa propre firme lui vint un soir de déprime, quand son président d’alors lui demanda de faire le ménage dans les cadres de la compagnie. Étant directeur du personnel, ce délicat boulot lui revenait d’office. Avant que son tour ne vienne aussi, il décida de plonger et de réaliser un de ses rêves: devenir son propre patron. En plus des deux personnes responsables des tâches administratives, il s’était adjoint, avec le temps, deux professionnels avec lesquels il partageait ses mandats.
Quand il débarqua de sa voiture, la douleur était moins lancinante. Il arriva à la porte du bureau en même temps que Mélanie Comtois, responsable de l’accueil, de la téléphonie, du courrier et de toute la logistique des rencontres, rendez-vous et déplacements des membres de l’équipe.
– Vous êtes venu en «joggant»? lui demanda-t-elle.
– Non, pas du tout, répondit Billy qui avait oublié qu’il portait des souliers de course.
– Je me disais, aussi, qu’avec votre complet… Vous imaginez… toute la journée!
– Ne t’en fais pas, Mélanie, je vais changer de chaussures.
Il regarda avec elle le courrier déjà livré avant de s’éloigner en direction de son bureau. Là, il s’assit à son poste de travail et démarra son ordinateur. Il ouvrit sa valise pou

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text