Pukhtu Secundo , livre ebook

icon

356

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2017

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

icon

356

pages

icon

Français

icon

Ebook

2017

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Quelque part entre les montagnes d’Afghanistan, les vallées du Kosovo, les rivages du Mozambique et les belles avenues parisiennes, les personnages de Pukhtu : Primo continuent de se battre, entre eux, contre eux-mêmes, gagnés par la fièvre de la guerre, pris dans l’écheveau d’un trafic de drogue mondialisé.
Leur quête de vengeance, de pouvoir, de vérité et d’honneur va bientôt toucher à sa fin, au terme d’un suspense noir et puissant. La fin d’un long voyage clandestin, d’un cycle, d’une époque.
Voir Alternate Text

Publié par

Date de parution

07 septembre 2017

Nombre de lectures

62

EAN13

9782072729003

Langue

Français

Poids de l'ouvrage

2 Mo

FOLIO POLICIER
 

DOA
 

Pukhtu
 

Secundo
 

Gallimard
DOA (Dead On Arrival) est romancier et scénariste. Il est l’auteur à la Série Noire de Citoyens clandestins (Grand Prix de littérature policière 2007), du Serpent aux mille coupures et de L’honorable société , écrit avec Dominique Manotti (Grand Prix de littérature policière 2011). En 2015, il publie Pukhtu : Primo dans cette même collection, et en 2016, Pukhtu : Secundo . À l’ère du Big Brother planétaire, il aime qu’on n’en sache pas trop sur lui.
L’époque et le monde, l’argent et le pouvoir, appartiennent aux êtres médiocres et fades. Quant aux autres, aux êtres véritables, ils ne possèdent rien, si ce n’est la liberté de mourir. Il en fut ainsi de tout temps et il en sera ainsi pour toujours.
HERMANN HESSE
Le Loup des steppes

Et c’étaient des tueurs. Naturellement, que vouliez-vous qu’ils soient ?
MICHAEL HERR
Putain de mort
Avant-propos

L’Afghanistan est un pays au relief et au climat brutaux, d’une superficie proche de celle de la France, coincé entre le Pakistan, à l’est et au sud, l’Iran, à l’ouest, et le Tadjikistan, l’Ouzbékistan et le Turkménistan au nord. Sa population est d’environ trente millions d’habitants (hors réfugiés sur les territoires pakistanais et iraniens, plusieurs millions de plus) répartie en différents groupes ethniques : les Pachtounes, environ 40 % de la population, les Tadjiks, un peu moins de 30 %, les Hazâras et les Ouzbeks, environ 10 % chacun, et une myriade de minorités. Ethnie dominante, les Pachtounes sont également présents au Pakistan voisin et s’ils pèsent à peine plus de 15 % de la totalité des habitants de cet État-là, ils y sont plus nombreux qu’en Afghanistan, environ vingt-huit millions de personnes. Le dari, proche du perse, et le pachto sont les deux langues officielles de la République islamique d’Afghanistan.
 
Ce qui suit est une fiction, avec ses raccourcis et ses approximations. Par une confortable convention avec lui-même, l’auteur a décidé de différencier le singulier et le pluriel du vocable taliban et, dans un souci de clarté, a inclus en fin d’ouvrage différentes annexes : un récapitulatif des personnages, un glossaire des principaux sigles, termes techniques ou étrangers employés dans le texte et une playlist .
PRÉCÉDEMMENT, DANS PUKHTU …

Année 2008, la situation se dégrade en Afghanistan. L’insurrection gagne du terrain malgré la présence de la Force internationale d’assistance et de sécurité mobilisée fin 2001, au lendemain de la chute du régime taliban, par une résolution des Nations unies. L’essentiel de ce contingent sous-dimensionné de l’OTAN est formé de troupes américaines. Elles se battent principalement au sud, avec l’armée britannique, et à l’est, sur un nouveau front ouvert le long de la ligne Durand, démarcation avec le Pakistan, derrière laquelle s’étendent les zones tribales, sanctuaires historiques des moudjahidines.
Dans cette région, la CIA conduit sa propre croisade, secrète, en parallèle de celle des militaires. À sa disposition pour surveiller les vallées encaissées et les villages de montagne où l’ennemi court se réfugier après chaque offensive, des stations d’écoute installées au sein de bases avancées, des avions sans pilote, des satellites et des paramilitaires, membres de sa Division des activités spéciales ou salariés de sociétés privées sous contrat avec le gouvernement américain. 6N, Six Nations , filiale du groupe Longhouse International , est l’une d’elles. Entre autres actions, ses employés mènent des incursions discrètes de l’autre côté de la frontière pour animer des réseaux d’agents d’influence et de mouchards. Voodoo, un ancien de la Delta Force 1 , supervise l’activité de 6N en Asie centrale. Autour de lui, des hommes issus de différentes unités secrètes de l’armée US. Le nom de code de leur mission est Silent Assurance .
Seul l’un de ces opérateurs de l’ombre, Fox, a eu un parcours différent. Pour tout le monde, y compris Voodoo, il vient de la CIA, dont il a théoriquement été un clandestin. En réalité, son véritable nom est Robert Ramdane, c’est un officier de l’armée française en cavale. Profitant de sa situation désespérée, l’Agence l’a recruté en 2002, et lui a offert une nouvelle identité et le passeport américain qui allait avec. Et depuis six ans, arabophone, taillable, corvéable, il est de toutes les basses besognes de la guerre à la terreur déclenchée par les États-Unis à la suite des attentats du 11-Septembre.
Accompagné d’un autre employé de 6N et de plusieurs supplétifs pachtounes, Fox se trouve à Miranshah, capitale du Waziristan du Nord pakistanais, pour rencontrer de nouvelles sources, lorsqu’une cible prioritaire de l’Agence, appartenant à Al-Qaïda, est signalée dans le voisinage. Chargé avec son groupe de confirmer la présence du terroriste, il finit par guider une frappe de drone contre un ensemble de fermes fortifiées.
La cible est abattue mais elle n’est pas l’unique victime de ce tir de missile.
Sher Ali Khan Zadran, un contrebandier, assiste ce jour-là, au même endroit, à une assemblée de chefs de l’insurrection afghane. Son fils aîné, Adil, et sa fille cadette, Badraï, sont avec lui. Ils périssent tous les deux dans le bombardement. De complice occasionnel Sher Ali devient, avec tous ses fidèles, un allié à temps plein des talibans, afin de faire payer aux Américains le prix du sang de ses enfants. Il obéit ainsi aux commandements du code d’honneur des Pachtounes, le Pachtounwali, et en particulier à badal , le devoir de vengeance.
Pour compenser la perte financière de son clan, dès lors presque tout entier occupé à la guérilla, Sher Ali se rapproche d’un important trafiquant d’héroïne aux abois, Rouhoullah. Ce dernier est lui aussi empêtré dans un conflit contre les autorités de sa province, Nangarhar, qui entendent faire main basse sur le commerce de la drogue. Il a besoin d’aide. Cette alliance se révèle utile à plus d’un titre. Grâce à Rouhoullah – et à ses nouveaux maîtres de Miranshah –, Sher Ali va parvenir à retrouver la trace des bourreaux de ses enfants, les paramilitaires de 6N.
Il n’est pas le seul à s’intéresser à la société militaire privée.
Peter Dang, un journaliste canadien, est lancé sur sa piste par une source de l’armée : la bande de Voodoo serait mêlée à un incident survenu au poste frontière de Torkham. Principal point de passage entre l’Afghanistan et le Pakistan, situé à la sortie de la passe de Khyber, Torkham est d’une importance vitale pour la logistique guerrière occidentale. Peter soupçonne vite l’existence de liens entre 6N et la CIA et, plus grave, une participation à un trafic de stupéfiants organisé par le chef de la police des frontières –  Border Police  – de Nangarhar, le colonel Tahir Nawaz, l’homme qui cherche à abattre Rouhoullah.
Les résultats de ses investigations initiales, notamment l’existence de vols discrets affrétés par Longhouse International entre l’Afghanistan et le Kosovo, un État en quête d’indépendance dont les dirigeants ont très mauvaise réputation, viennent rapidement étayer les hypothèses du journaliste. En 1999, Voodoo était l’une des nombreuses petites mains participant aux manœuvres de l’OTAN pour évincer les Serbes de cette région voisine de l’Albanie et mettre en place un pouvoir mieux disposé à l’endroit des États-Unis. Et là-bas, il a fait la connaissance de certains de ses associés d’aujourd’hui.
L’un d’entre eux est Alain Montana, ex-cadre de la DGSE, également passé au privé. Toxique et dangereux, lui est la bête noire d’une autre reporter, une Française nommée Amel Balhimer. Leurs chemins se sont croisés à Paris, en pleine paranoïa post-11-Septembre et, très éprouvée par cet épisode douloureux, la jeune femme s’est efforcée de l’éviter depuis. Cependant, l’annonce de la promotion de l’ancien espion auprès de la présidence de la République, vécue comme une scandaleuse injustice, ravive chez elle des souvenirs pénibles. Montana a une jeune maîtresse, Chloé de Montchanin-Lassée, un possible talon d’Achille. Malgré les risques, Amel décide de s’en rapprocher pour gagner sa confiance.
En Afghanistan, les attentats se multiplient et, fait nouveau, ils visent Kaboul et des cibles civiles. Au fil des mois, le nombre d’IED croît de façon exponentielle et les accrochages entre les talibans et les troupes de la coalition internationale sont de plus en plus durs. Bientôt, plus aucune province du pays n’est épargnée par cet embrasement meurtrier. Les récoltes d’opium battent des records et leurs profits financent pour partie l’insurrection, attisant l’incendie.
Silent Assurance essuie ses premières pertes. Ses mouvements au-delà de la frontière ont semble-t-il été repérés et l’ennemi a pris des mesures particulières pour y mettre fin. Un certain Shere Khan traque les paramilitaires et leurs supplétifs, les éliminant les uns après les autres. Ce ne sont pas les seuls ennuis de Voodoo et de sa bande. Tahir Nawaz, leur principal fournisseur de drogue à Nangarhar, a de plus en plus de mal à faire face à la rébellion menée dans sa province par Rouhoullah et ses alliés talibans. Le colonel afghan finit par être lâché par ses principaux soutiens et meurt dans un attentat kamikaze. Sa disparition arrange tout le monde sauf les mercenaires. Autre source d’inquiétude pour eux, Peter Dang s’agite toujours pour trouver des preuves de leurs activités criminelles.
Après plusieurs mois de vaines recherches, la réorganisation du pouvoir à Nangarhar, provoquée par le décès du chef de la Border Police, offre au journaliste la possibilité de rencontrer Rouhoullah, qu’il croit être un témoin direct de l’implication américaine dans les affaires de Nawaz. Mais l’homme se cache au Pakistan et Peter doit accepter de venir à lui dans des conditions de sécurité précaires. Parvenu au point de rendez-vous, il est cerné par des militants et emmené de force vers une destination inconnue. Le même jour, 6N subit une nouvelle attaque. L’un de ses paramilitaires est tué

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text