Mauvaise foi , livre ebook

icon

145

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2023

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

145

pages

icon

Français

icon

Ebook

2023

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus


Rien ne va plus pour Clovis Narigou, mis en examen pour le meurtre d’un certain Sócrates. Et ce n’est guère mieux pour Emma, à la poursuite du fantomatique tueur de prostituées qui ne laisse ni trace ni dépouille sur son passage.


Innocenté, Clovis se rend à Rome pour terminer un reportage sur l’architecture mussolinienne. Il en profite pour tenter d’en savoir plus sur l’étrange congrégation religieuse à laquelle appartenait jadis l’infortuné Sócrates.


À Marseille, Emma éprouve toujours mille difficultés pour confondre Augustin Germot, l’apathique tueur de prostituées dont on ignore le mobile et la méthode pour faire disparaître les cadavres.


À Rome, Clovis prend connaissance des dérives, abus sexuels, détournements financiers de cette congrégation qui a pu agir impunément durant un demi-siècle en contrepartie de son influence politique auprès du Vatican.


Il est alors loin d’imaginer l’impact de cette découverte.


Ne permettra-t-elle pas de résoudre la double énigme ?



Comment une importante congrégation religieuse a-t-elle pu œuvrer en toute impunité pendant un demi-siècle, malgré les nombreux rapports envoyés au Vatican.


Maurice Gouiran a écrit plus de 30 polars, dont une douzaine ont reçu des prix littéraires. Il était l’un des 5 auteurs français de polar francophone avec Léo Malet, Fred Vargas, Georges Simenon et Didier Daeninckx au programme de l’Université George Washington en 2020-2021.


Le journal Marianne le classait, en 2016, dans la liste des 30 auteurs français qui comptent.

Voir Alternate Text

Publié par

Date de parution

31 mai 2023

Nombre de lectures

2

EAN13

9782382111895

Langue

Français

Mauvaise foi
Maurice Gouiran
Mauvaise foi
ROMAN
M+ ÉDITIONS 12 rue de la Part-Dieu 69003 Lyon mpluseditions.fr

Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
 
 
 
 
Ce roman est une fiction. Toute ressemblance avec des personnages existants ou ayant existé serait donc purement fortuite.
© M+ éditions
Composition Marc DUTEIL
ISBN : 978-2-38211-189-5
I.
La température de la salle baignée dans un parfum de café rassurant me surprend agréablement. Faut dire qu’à l’extérieur, on se les gèle ! Le méchant vent ne se contente pas de faire voleter les papiers gras et les feuilles mortes des platanes, il amène également de gros nuages chargés d’encre et un froid très vif qui vous perce l’épiderme.
En contrebas, le port est submergé par d’énormes vagues grises qui se fracassent contre la jetée. On a l’impression que les gerbes d’embruns se diluent dans le ciel maussade.
Mais ce qui me surprend encore plus que la douceur qui règne dans le bistrot, c’est l’accoutrement du gars qui me dévisage lorsque je pousse la porte. Ce zigoto – que je n’avais jamais vu – est accoudé au comptoir et curieusement attifé : il a enfilé un vieux maillot de foot de l’équipe du Brésil sous un veston au velours noir passablement élimé. Après quelques secondes, il détourne son regard et se remet à suçoter une canette de Coca Zéro au goulot, les yeux dans le vague.
J’ai l’impression qu’il est stone, mais je n’y prête pas plus d’attention que ça, et commande un expresso.
Léon a mis en sourdine If I Should Fall Behind de Bruce Springsteen. Je l’en félicite, car la voix de baryton du boss ne résonne que rarement à l’Estaque. On lui préfère les grosses blagues bien grivoises.
– Springsteen, c’est à cause du temps… me répond laconiquement le bistrotier.
– Du temps ?
– Ouais… L’hiver qui se pointe… Le ciel gris… grogne-t-il en économisant ses mots, de la morosité plein la voix.
Je n’en saurai pas plus. À vrai dire, je m’en fous… Je prends ma tasse et m’empresse d’aller rejoindre mon ami Biscottin qui se morfond devant la longue liste des convois funéraires annoncés par le journal. Novembre est impitoyable pour les vieux.
– Alors, Rome, c’était comment ? m’interpelle-t-il aussitôt, en ôtant ses bésicles aux verres épais.
Je m’assois à sa table. Il replie son journal, heureux d’oublier les formules attristées annonçant chaque avis de décès.
– Je suis tout ouïe… Tu me racontes ? me relance-t-il.
Je lui retrace mes quatre jours de périple romain. Pas tout à fait des vacances, car j’ai gagné la ville éternelle pour rédiger un article sur l’architecture mussolinienne, mais Biscottin connaît bien ma propension à joindre l’agréable à l’utile.
Je lui raconte Rome à ma façon. En exagérant également et sans entrer dans les détails.
Comment cet ultra-casanier pourrait-il comprendre que je redécouvre cette ville à chacun de mes voyages et qu’elle m’envoûte toujours autant ? Ce n’est certainement pas à lui que je confierais que c’est une des rares cités – l’une des seules avec Athènes et Marseille – qui dissimule son plus grand musée sous nos pas, que l’histoire de l’art sourd dans ses ruelles, s’insinue sous ses pavés, sous les strates qui regorgent de fragments de villas patriciennes, de temples dédiés à Jupiter, de débris de mosaïques, qu’à Rome, nous foulons inlassablement les siècles sans jamais nous en rendre compte…
Biscottin a horreur des voyages. Il n’est jamais sorti des Bouches-du-Rhône. Il a réussi à se bâtir une culture avec les récits des autres, à condition qu’ils ne soient pas trop longs ou trop techniques.
Et comme l’archéologie le gonfle profondément, il m’interrompt, l’œil brillant :
– Et les gonzesses, Clo, les gonzesses… Dis-moi un peu… Elles sont comment les Romaines ? De sacrées baiseuses, non ? demande-t-il en esquissant, d’un geste de la main, la courbe d’une hanche.
Je comprends que son enthousiasme romain se focalise sur des thématiques plutôt grivoises, sans doute pour égayer ses pensées mises à mal par la lecture déprimante de la liste des obsèques programmées.
Je me fais alors un plaisir d’inventer de sombres venelles de la ville éternelle, bourrées de prostituées felliniennes, de matrones obèses maquillées comme des camions volés, d’androgynes aux œillades perverses.
Il pose sur moi un regard dégoûté. Je crois qu’il va me laisser tranquille.
L’homme au maillot de foot n’a pas cessé de nous zieuter. J’ai senti qu’il ne perdait pas un mot de ma conversation avec Biscottin.
Comme il a compris que notre échange tourne court, il profite d’un temps mort pour m’aborder :
– Excusez-moi de vous déranger, j’aimerais vous parler. Je n’en ai que pour une minute…
Nos regards se posent sur l’intrus. Le mien est étonné, celui de Biscottin courroucé.
Je saute sur cette opportunité pour abandonner mon vieil ami qui ronchonne en vitupérant le sans-gêne des estrangers…
L’homme me tend sa paluche sans se présenter :
– Monsieur Narigou, il faut absolument que je vous voie. C’est urgent…
Je prends ma tasse à peine entamée, me redresse et l’invite à me suivre à une table à l’écart.
– Ici, nous serons plus tranquilles…
Il a récupéré sa canette de Coca et s’assoit face à moi.
C’est un mec plutôt curieux… Je m’explique : lorsqu’on enfile le maillot de foot de son équipe favorite à douze ans, voire à vingt-cinq ans, ça passe inaperçu, mais à plus de soixante-dix balais, avec des tempes grisonnantes, une démarche mal assurée fort éloignée de la souple élégance footballistique, et en dehors d’une enceinte sportive, ça frise le ridicule.
Bon, ceci dit, je l’ai remarqué dès mon entrée, mais sans pour autant en être étonné. Faut dire que j’en ai vu bien d’autres, et des pas piqués des vers, dans ce temple de l’apéro et de la couillonnade !
Le point positif, c’est que c’est la première fois que quelqu’un me donne du «   monsieur   » dans cette salle où tout le monde se tutoie, se bise, se traite de bordille ou de connard avec des accents affectueux.
Biscottin ne perd rien de la scène. Il m’adresse un clin d’œil complice. Il déplie son journal avec application, mais il tend l’oreille. Ce vieux fouinard ne veut pas manquer une miette de la conversation à venir.
Je réponds au supporter de la Seleção :
– Voilà, je vous écoute…
Mon regard doit être riche de sous-entendus pas très sympas, car le gars enchaîne aussitôt, en guise de justification :
– C’est ma nièce Giovana qui m’a conseillé de venir vous voir.
Giovana…
Ce prénom ne me dit rien, mais j’ai de plus en plus fréquemment des trous de mémoire. Surtout lorsqu’il s’agit d’anciennes conquêtes féminines plutôt éphémères.
– Giovana ? demandé-je, un peu gêné.
J’ai beau passer mes souvenirs en revue, aucune Giovana n’y apparaît de face ou de profil. Je ne vais quand même pas réclamer un extrait d’acte de naissance !
– Oui, Giovana, c’est une brave petite… s’empresse-t-il de préciser.
Puisqu’il le dit…
– Giovana, elle m’a assuré que vous pourriez me conseiller… ajoute-t-il en posant son Coca Zéro.
Je hausse un sourcil :
– Vous conseiller ? Sur quoi ?
Je ne me suis jamais senti l’âme d’un coach et n’ai aucunement la prétention d’enseigner les méandres de l’existence à mes contemporains ou de les abreuver de conseils.
Il joint ses mains sous son menton et avance sa tête vers moi, comme s’il allait me confier un secret d’État.
– Voilà…
J’attends la suite. Il marque une pause, sans doute cherche-t-il une formulation susceptible de déclencher mon d’intérêt. Il regarde à droite et à gauche.
– En fait, je peux pas vous en parler ici… C’est un peu compliqué…
Ce gugusse me prend pour une bille !
Il a fait le voyage jusqu’à l’Estaque pour me voir - d’où arrive-t-il d’ailleurs ? Certainement pas de Rio - sur les conseils d’une fille que je ne connais pas, et il vient tout juste de se rendre compte qu’il ne peut rien me dire !
Je serre la mâchoire pour éviter d’exploser en public. Je devine le sourire narquois de Biscottin dans mon dos tandis que, derrière son comptoir, Léon tend l’oreille, même s’il se donne une contenance en essuyant des verres déjà propres et secs. Il dodeline au rythme (lent) de la musique. Bruce Springsteen termine If I Should Fall Behind et attaque Tougher Than the Rest.
Mes deux amis n’en perdent pas une.
– Faut m’excuser. Je croyais pouvoir le faire ici, mais je préférerais vous parler de tout ça chez moi… précise le fan du Brésil en découvrant une lueur d’irritation dans mon regard.
– Chez vous… Pourquoi ? demandé-je sèchement.
– La confidentialité… C’est un sujet plutôt délicat sur lequel j’aimerais avoir votre avis…
Il m’énerve. Je n’ai aucune envie de me pencher sur les problèmes de cet olibrius. Malgré mon reportage en Italie, je suis loin d’être surbooké, mais ce n’est pas parce qu’on n’a pas grand-chose à faire qu’il faut perdre son temps en futilités.
Et puis, s’il a des ennuis, pourquoi ne s’adresse-t-il pas directement à la police ?
– La police ? Vraiment, je ne peux pas…
Ce que je traduis par «   J’ai pas confiance… Trop de flics sont pourris…   »
Je m’apprête à couper court à notre échange lorsqu’il ôte sa veste de velours. Faut dire qu’il commence à faire chaud dans la salle…
Le voici donc avec son vieux maillot brésilien au col rond et orné de trois étoiles. Une antiquité.
– C’est le maillot de la sélection 1982 ?
Il opine du chef et se retourne pour me montrer le numéro. C’est le 8. Il est floqué au nom de Sócrates, le capitaine de l’équipe qui a participé au mondial espagnol. Un mauvais souvenir pour les Français, à cause de la demi-finale de Séville. Un mauva

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text