Le Grand Dédé , livre ebook

icon

106

pages

icon

Français

icon

Ebooks

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

106

pages

icon

Français

icon

Ebook

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus


Préface :


Dans Le Grand Dédé : La Ruelle Maudite, Bernadette Herman met en scène une belle brochette de personnages truculents. À commencer par le jeune héros, le prénommé Dédé qui, sous des airs d’idiot du village, se révèlera bientôt très malin. Au café Le Bistrot, trois « vieux de la vieille », Arthur, Ferdinand et Mathieu, jouent d’abord les potaches. Au fil des pages et de nombreuses péripéties, ils auront des rôles déterminants. Pour nouer l’intrigue, on aura droit à une poignée d’individus inquiétants et de crimes louches, avec une police qui reste dans l’impasse.


L’action débarque dans les méandres de la prostitution et de la pédophilie...


Pas d’affolement, Bernadette Herman a toujours le ton décalé et un humour irrésistible, qui interviennent aux justes moments !


L’auteur adore d’ailleurs les coups de théâtre. Dédé, l’apprenti-détective, va surprendre tout le monde : seul, il va résoudre l’énigme de la mort mystérieuse de sa propre mère. Mais l’écriture va rebondir quand le jeune homme tombera sur d’autres secrets et d’autres meurtres. Trop tard, il a le virus et ne lâchera l’aventure palpitante qu’au bout de ses enquêtes !


Et vous ne lâcherez ce polar humoristique qu’au dénouement, à la dernière page. La gouaille et l’humour présents à chaque ligne, dans chaque dialogue, sont évidemment caractéristiques de Bernadette Herman. Ne boudez pas votre plaisir !



Pascale Baidak, journaliste RTBF

Voir Alternate Text

Nombre de lectures

9

EAN13

9782376920205

Langue

Français

L’esprit des aigles Chaussée de Forest, 22 1060 Saint Gilles Bruxelles http://espritdesaigles.e-monsite.com ISBN (version papier) : 978-2-87485-00-3 ISBN (versions numériques) : 978-2-37692-020-5 Versions eBooks réalisées parIS Editionvia son labelLibres d’écrire. Tous droits de traduction et d’adaptation réservés. Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle, faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur, de ses ayants-droits, ou de l’éditeur, est illicite et constitue une contref açon, aux termes de l’article L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
Prologue
À Belvier, le maire, Monsieur Dumont, en était à so n troisième mandat. Il avait réagi rapidement en expédiant requête sur requête a ux responsables de la préfecture afin d’éviter la mort de son village nat al, causée à court terme par l’exode de la jeune population allant chercher ailleurs ce qu’elle ne trouvait plus chez elle. Il leur avait proposé une série de mesures incitatives pour ramener des investisseurs, des commerçants, un médecin et un ph armacien dans la place. Mais la lenteur administrative et la bureaucratie ne facilitaient pas les démarches. Monsieur le maire voulait faire revenir la jeunesse paysanne dans son village en y créant de nouveaux emplois et des loisirs attractifs. Quelques mois plus tard, après de nombreux courrier s, ses demandes aboutirent enfin. Madame Lavendier, médecin général iste, fut la première personne à venir s'installer dans une maison abandonnée, transformée en cabinet médical. Deux jours plus tard, son mari, pharmacien de son état, arriva à son tour. Quelques semaines encore et des ateliers ouvraient leurs portes : une menuiserie, une ferronnerie, et une boulangerie. Pu is, pour offrir des loisirs, une salle de cinéma afficha son premier film. Peu à peu, la population du village augmentait. Des lots de terrains à bâtir furent vendus à bas prix aux investisseurs privés. Les épi ciers, le boulanger et divers commerçants voyaient tout cela d’un très bon œil. L e commerce allait enfin reprendre.
Chapitre I
Le plus heureux dans l’histoire c’était René, le pa tron du café de la place de l’église. ‘Le Bistrot’, disait l’enseigne au néon, était un petit estaminet de village aux murs blanchis à la chaux, garnis de grands pann eaux publicitaires pour la plupart en tôle émaillée. Le modeste mobilier faisait la nique à un vieux comptoir en bois recouvert d’un formica rouge brillant. Sur une grande étagère murale, on pouvait voir un rassemblement de coupes rappelant tous les matchs gagnés par la défunte équipe de football. Dans le fond de la salle, un grand billard américain tenait compagnie à un flipper et à un baby-foot fla mbants neufs. « Les jeunes peuvent revenir, ils auront de quoi s’amuser », lâc hait René aux curieux. Il était temps, car pendant les quinze dernières années, il avait eu bien souvent du mal à boucler ses fins de mois. Par ailleurs, les travaux prévus pour la constructi on de nouveaux bâtiments battaient leur plein. Ça allait du terrassement à l a maçonnerie, en passant par tous les corps de métiers. Il était normal que tous ces ouvriers viennent se rincer le gosier après le boulot. Si bien qu’à partir de d ix-sept heures, le Bistrot ne désemplissait plus. Hélas, ce nouveau ramdam ne pla isait pas à tout le monde. Les trois vieux habitués du troquet, figés à leur place habituelle, ne voyaient pas ça de gaîté de cœur. – Fini les belotes avec René, c’est bien trop bruyant maintenant, avec tous ces gens. Et d’ailleurs, ce lâcheur ne pense plus qu’à remplir son tiroir-caisse. Même la Josette est de mèche. Avec ses décolletés profon ds et son maquillage électrique, elle joue les attrape-mouches avec les nouveaux clients. « Et cet imbécile de René qui ne voit rien. Le con ! » éructa Arthur, le plus teigneux de la bande. Ferdinand et Mathieu opinèrent en silence, trop absorbés à observer le manège du nouveau pharmacien et de sa femme sur le trottoir d’en face. Georges, le pharmacien, avait la quarantaine bedonnante et le poil rare. Comme beaucoup de chauves, pour compenser son manque de p ilosité crânienne, il laissait une barbe et une moustache anarchiques lui dévorer la moitié du visage. Il avait l’air d’un personnage mou et sans caractère. Cet homme-là n’avait vraiment rien d’attirant. Par contre, Brigitte, son épouse, était une belle grande femme à l’allure sportive. Ses cheveux châtains, coupés court, bouclaient autour d’un visage dont seuls les grands yeux gris étaient légèrement maquillés. Il ressortait d’elle une impression de force et de sérénité. C’était ce qu’il était con venu d’appeler une belle plante. Un couple contre nature… – On dirait qu’ils s’engueulent. Pas catholique tout ça. C’est pas normal, à leur âge, de quitter la ville pour venir s’enterrer dans un village. Et le maire qui est toujours fourré chez eux. Depuis le temps qu’il est veuf, ça doit lui manquer, les
femmes. C’est pas avec moi qu’ils feront fortune. J e préfère encore me soigner avec mes plantes, dit Arthur, qui gardait le crachoir. – T’as raison, vive les plantes ! répliqua Mathieu, en levant bien haut son verre pour faire comprendre à René qu’il était temps de remettre une tournée. C’est le moment que choisit André, l’idiot du village, pour venir coller son nez au carreau de la vitrine derrière laquelle se trouvaie nt les trois vieux récalcitrants à toute nouveauté venue troubler leurs habitudes. – Ah, ben tiens, v’la l’grand con ! Je me rappelle encore du jour où sa garce de mère l’a mis au monde. On l’entendait couiner jusqu’au bout du village. Deux jours qu’il lui a fallu pour sortir le spécimen. M’étonne pas qu’il soit faisandé du cerveau. Et ce n’est pas sa façon de vivre qui va l’arranger , l’homme des bois ! lâcha Ferdinand, en s’esclaffant. – Tu parles ! Toujours tout seul dans sa vieille ba raque, avec ses moutons et ses chèvres pour seule compagnie. N’ont pas beaucou p de conversation ces bestiaux-là, renchérit Arthur. André Gard était un jeune homme de vingt-trois ans, grand et élancé. Il n’était pas d’une beauté à couper le souffle. Mais ses grands yeux bleus et ses cheveux noirs bouclés lui donnaient un certain charme qui, vu son air niais et le laisser-aller vestimentaire dont il faisait preuve, passait inaperçu. Il n’avait jamais connu son père, un représentant de commerce qui venait fo urguer ses produits cosmétiques dans les trois épiceries du village où il laissait un stock en dépôt. Il logeait parfois dans la petite pension de famille tenue par les parents de sa mère. Amateur de belles plantes, il avait engrossé Nina alors qu’elle n’avait que quinze ans. Quand l’affreux jojo fut au courant de la chose, il fit semblant d’être heureux de la nouvelle et promit de revenir très vite pour épouser la jeune fille. Depuis ce jour-là, on n’avait plus entendu parler de lui… Après un accouchement laborieux, les parents de Nin a envoyèrent leur fille travailler à Marnier, la ville la plus proche. Quelques temps plus tard, on retrouvait son corps sans vie au fond d’une ruelle.Les médecins avaient alors décrété que la déficience mentale du jeune garçon était due, au ssi bien à la maladie vénérienne dont sa mère souffrait après son aventur e avec le présumé père, qu’au manque d’oxygène dont avait souffert le nouve au-né pendant l’accouchement au domicile des grands-parents. CQFD : le grand Dédé était taré et le resterait jusqu’à la fin de ses jours. Ainsi pensaient les villageois. FIN DE L’EXTRAIT
Copyrights Prologue
Chapitre I Chapitre II Chapitre III Chapitre IV Chapitre V Chapitre VI Chapitre VII
Chapitre VIII Chapitre IX Épilogue
Table des matières
de la version complète
Table des matières de l’extrait
Copyrights Prologue Chapitre I Table des matières de la version complète
Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text