La fille qui voyait le mal , livre ebook

icon

111

pages

icon

Français

icon

Ebooks

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

111

pages

icon

Français

icon

Ebook

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Le Vatican protège ses secrets. Au sein de la garde suisse, Dossi Maignant Zokpé, d’origine béninoise, est l’écran contre les attaques extérieures, la protection infaillible du Pape.



Néanmoins un rouage se grippe dans cette mécanique si bien huilée : des actes d’une violence inouïe touchent des individus jusque-là sans histoire. Sans lien apparent, des agressions se multiplient dans Paris puis dans les grandes villes françaises.



Pour Dossi, la bulle de protection se fissure. Sa vie bascule, entraînant malgré elle son entourage dans cette apocalypse d’un nouveau genre. Au-delà de sa propre personne, c’est l’équilibre du monde qui s’écroule.


Au travers de belles rencontres, le trio improbable formé de la jeune femme, d’un commandant de la police judiciaire et d’un psychiatre, va faire face à la plus incroyable des menaces.


Tandis que s’installent de solides amitiés au plus fort de l’orage, celle qui voit le mal plonge malgré elle dans un cauchemar où vont se mêler violence, meurtres et croyances.



Un thriller palpitant où le fantastique se combine subtilement à l’ésotérisme pour vous plonger vers ce que l’âme humaine a de plus sombre.



Né en 1973, Ludovic Bouquin a grandi en Côte d'Ivoire. De ses années africaines, il a rapporté des couleurs, des ambiances, qu'il a précieusement gardées à l'heure de gagner le sud-ouest de la France où il est désormais installé.


Il partage son temps entre informatique et écriture.

Voir Alternate Text

Publié par

Nombre de lectures

13

EAN13

9782382111178

Langue

Français

La fille qui voyait le mal
Ludovic Bouquin
La fille qui voyait le mal
M+ ÉDITIONS
5, place Puvis de Chavannes
69006 Lyon
mpluseditions.fr
 
Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
© M+ éditions Composition Marc DUTEIL ISBN 978-2-38211-117-8
À Nathalie, Pauline, Maxence et Philippe
« L’étude de l’au-delà est une passion contemporaine qu’il ne suffit pas de nier ou de traiter par l’ironie » Dr Edmond Locard, père fondateur de la police scientifique, Digest de l’occultisme , 1950
1.
«  Ne pas enterrer vos pensées, faites de votre vision une réalité  » – Bob Marley
 
Le manège des embarcations battait son plein en cette fin d’après-midi, de l’imposante péniche protégée par une coque en plexiglas à la barque plus traditionnelle, jusqu’au petit bateau à moteur individuel. Tout ce monde nautique rivalisait d’inventivité pour proposer une visite attractive des célèbres canaux d’Amsterdam. Elle s’était accoudée à une rambarde au milieu de la dernière passerelle qui la séparait du terre-plein principal de la gare Centrale, se délectant du ballet des manœuvres millimétrées. Elle adorait cette ville, sa mixité culturelle, les gens qu’on pouvait y croiser, leurs tenues vestimentaires excentriques et surprenantes. Elle se sentait chez elle et y avait posé ses valises depuis cinq ans. Elle jeta un coup d’œil vers l’entrée de la gare ; un train reliait le centre-ville à l’aéroport d’Amsterdam-Schiphol en une vingtaine de minutes. Son avion décollait pour Bordeaux dans trois heures, deux heures de vol, et le trajet pour se rendre dans le centre, au domicile familial. Six heures dans des endroits très fréquentés, elle n’était pas certaine d’avoir envie d’endurer ce véritable supplice. Elle ne rejoignait pas sa destination avec enthousiasme, une ville qui l’avait vue naître, où elle ne conservait pas que de bons souvenirs. Sa mère, Adélaïde Zokpé, avait tenu à respecter la tradition Fon, une des ethnies majoritaires dans son pays d’origine, et l’avait appelée Dossi, respectant scrupuleusement la règle qui voulait que ce soit le prénom donné à une fille cadette après la naissance de jumeaux. La coutume béninoise avait prévalu sur l’homonymie de son prénom et de la célèbre marque de légumes en conserve. Ce qui avait donné libre cours à toutes les moqueries et surnoms imaginables de la part de ses camarades de classe jusqu’à son entrée au lycée. Son père, Jacques Maignant, médecin, ne s’y était pas opposé, il connaissait l’importance que sa femme accordait à ses origines. Pour achever le tableau, ses parents avaient choisi de lui accoler leurs deux noms, Dossi Maignant Zokpé, initiale DMZ, les blagues sur les zones démilitarisées, remises au goût du jour par le monde de l’informatique, avaient pris le relais jusqu’à la fin de ses études. C’était donc à Bordeaux qu’elle avait opté pour le surnom Domi qu’elle usait dans son entourage proche de manière générale. Elle ne leur en tenait cependant pas rigueur, le métissage franco-béninois avait bien fonctionné et Domi était devenue une belle femme. Une couleur de peau caramel, des traits fins, une épaisse chevelure frisée brune et quelques reflets blonds. Son entraînement sportif quotidien, depuis vingt ans, s’était chargé de lui conserver, à trente-cinq ans, un corps ferme qu’elle dominait depuis son mètre soixante-quinze. Elle prit la direction du dédale de rues piétonnes qui faisait face au parvis de la gare. Sa paire de baskets jaunes aux pieds, un jean et une veste kaki sur un tee-shirt blanc cintré, elle entra dans le premier coffee shop qu’elle trouva. Les établissements proches de cette partie de la ville ressemblaient plus à des pièges à touristes qu’aux véritables boutiques qu’on pouvait trouver, mais elle n’avait pas non plus l’après-midi. Elle jeta un coup d’œil à la carte affichée sur le comptoir du magasin, adressa un signe de tête au vendeur à moitié caché derrière sa caisse. Elle lui demanda dans un Hollandais impeccable s’il n’avait pas quelque chose pour les locaux, le vendeur lui sourit et tendit une petite carte qu’il tira de sous son comptoir. Elle s’assit et commanda un café ainsi que deux pétards d’une Purple Haze du plus bel effet, selon le jeune homme. Elle enchaîna les deux joints d’herbe, ferma les yeux. Elle se sentait prête à affronter son voyage jusqu’à Bordeaux. Elle chaussa ses lunettes de soleil rondes et reprit la direction de la gare Centrale d’un pas décidé. Elle s’arrêtait une journée chez ses parents et devait être à Dublin le 25 août. Dans trois jours, elle devrait pouvoir regagner Amsterdam, la vie était tellement plus simple et confortable pour elle, ici. Elle s’engagea dans l’escalator et attrapa le train une minute avant son départ pour l’aéroport. Elle se retrouva entassée dans un vol low cost, c’était un jeudi et beaucoup de monde s’offrait un week-end prolongé, la côte Atlantique attirait beaucoup de Hollandais désireux de profiter des températures clémentes du Sud-Ouest en cette fin de mois d’août. Elle se retrouva dans le hall d’arrivée réservé aux vols à prix bas de l’aéroport de Bordeaux. Elle pouvait sentir le bienfait de l’herbe s’estomper et avait hâte de sortir. Elle était dans la queue et progressait à tout petits pas. Cet espace dédié à ce genre de vols avait été réduit à sa plus stricte utilité, elle avait l’impression de se trouver à l’intérieur d’un immense container aménagé de façon rudimentaire, comparé à un hall d’arrivée traditionnel ; les vols low cost atterrissaient dans un hall économique, la logique était respectée. Ses affaires pour les trois prochains jours tenaient dans son sac à dos et elle se réjouit d’éviter l’unique tapis à bagages, commun à l’ensemble des destinations. Elle repéra son demi-frère, sa mère avait déjà donné naissance à des jumeaux lorsqu’elle avait rencontré son père. Ses demi-frères, Philippe et Maxence, étaient nés au Bénin et avaient la peau noire comme de l’ébène, un motif de plaisanterie récurrent entre eux. C’était Philippe, de cinq ans son aîné, qui l’attendait à la sortie. Elle le distingua à une trentaine de mètres avant de pouvoir se libérer de la file interminable de passagers. Du haut de son mètre quatre-vingt-dix, il était immanquable. Domi sourit en l’apercevant, dans son jean, un petit polo bleu marine, il lui sourit en la voyant arriver.
– Petite sœur ! Comment tu vas ? Ça fait un petit moment…
– Tout comme toi Phil, le boulot et le temps qui passe, je ne passe qu’une soirée, je viens quand même plus souvent que toi à Amsterdam !
– Cette idée de t’être installée dans le Grand Nord, il ne neige pas encore ?
Domi lui donna un coup dans le ventre en s’esclaffant, il fallait toujours qu’il en rajoute. Philippe, le mouton noir de la famille d’après sa mère, une bonne situation, quarante ans et pas fichu de trouver une femme, comme elle se plaisait à le répéter. C’était d’ailleurs de la future femme de son autre frère dont il était question. Ce dernier avait, enfin, toujours selon sa mère, trouvé chaussure à son pied. Elle avait été formelle, aucun engagement officiel ne serait pris avant que Dossi ne la voie, ce n’était pas négociable et c’était la raison de sa venue à Bordeaux aujourd’hui. Faire la connaissance de celle qui deviendrait sa belle-sœur et rassurer sa mère. Elle s’installa sur le siège passager, l’effet de l’herbe se dissipait à l’image d’un voile opaque qui se lève et révèle les véritables contrastes d’un paysage. Domi soupira et ferma les yeux, son monde revenait tel qu’elle l’avait toujours connu. Un cauchemar ou une chance, c’était une question de point de vue. Ses lunettes de soleil vissées sur les yeux, elle engagea la conversation.
– Bon, elle est comment cette belle-sœur ?
– Chantal ? Super, une chouette nana, âge en rapport avec Maxence, ils travaillent dans le même hôpital. Je l’aime bien.
– Qu’est-ce qu’elle fait à l’hôpital ?
– Si mes souvenirs sont bons… Elle doit être responsable du service de neurologie. Tu vois un peu le tableau, un cardiologue et une neurologue, avec les deux on est tranquilles pour notre avenir… Ils partagent les mêmes valeurs. Tu vas voir, je suis sûr qu’elle va te plaire. J’imagine que maman t’a demandé de venir pour la voir.
– Tu imagines bien. Et toi, ça va ?
– Oui, en pleine forme, pourquoi ? Qu’est-ce que tu vois ?
Domi ne répondit pas et referma les yeux, leur voiture venait de s’engager sur la rocade, le périphérique bordelais était surchargé. Des milliers de voitures avançaient à vingt kilomètres à l’heure. Elle avait envie de fumer un peu d’herbe, mais elle n’avait rien sur elle et savait que sa mère comptait sur ce qu’elle verrait tout à l’heure sans lui laisser de répit. Elle devait donc garder toutes ses capacités, tant qu’elle n’aurait pas vu sa future belle-sœur.
Rouler au pas était déjà pénible, pour Domi, cette situation, ou tout lieu bondé de monde en règle générale, se muait en un véritable supplice. Parce qu’elle voyait. Elle distinguait une personne et deux spectres colorés à gauche et à droite de cette personne. Le spectre de couleur variait du blanc jusqu’au noir, sans omettre une seule des couleurs qui existaient sur terre entre le clair et le sombre. Dans une version simplifiée, ça représentait le bien et le mal chez tout individu. En règle générale et par expérience, passé une certaine nuance de rouge foncé, ça ne révélait rien de positif. Beaucoup de monde appelait ça l’aura. D’une certaine manière, c’est à cette fameuse atmosphère qui entoure chaque être que ça s’apparentait. Sa mère appelait ce don « voir », selon elle, une de ses arrière-grand-tantes au Bénin avait déjà eu ce fabuleux p

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text